[Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Dans cette arène intemporelle et hors du monde, les plus talentueux écrivains peuvent se mesurer entre eux, pour leur gloire personnelle, ou par vengeance....

[Destiné aux joutes de RP]

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 651
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

[Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par [MJ] Le Djinn » 04 mars 2019, 22:35

Bonjour!

Alors que je m'explique: je suis en train d'écrire le supplément Cathay et à un moment il y a un combat épique. En plus de le dire succinctement dans l'histoire du pays je voudrais en faire une véritable "anecdote", vous savez les paragraphes narrés entre les différentes parties d'un livre de JDR!

Le contexte: Vers -820 les skavens ont lancés une énorme attaque sur Cathay. L'Empereur-Dragon débarque en -815 mais peine à repousser les rats. Une faction étrange émerge alors au Sud du pays en -780: une armée de mages et de cultistes aux pouvoirs terrifiants. Ceux-ci aident généreusement l'Empereur en ne demandant qu'une chose en échange: que leur culte, celui de Tsien-Tsien (en vérité Tzeentch), dieu de l'espoir, du savoir, du destin et de la magie, soit reconnu officiel. C'est fait en -778.
Tout cela a été possible grâce à un homme: Honzeg "Fureur des Cieux", Grand Maître de Tsien-Tsien, homme fourbe, cruel, sorcier terrible,retord mais incroyablement intelligent et diplomate. Il a su mener les cultistes à la guerre, victorieusement.

Suite à ça les tzeentchis qui se font toujours passer pour des agneaux (ce que les subordonnés sont souvent) intègrent l'administration Cathayenne et commencent à comprendre grâce à leurs pouvoirs (la magie est très peu présente à Cathay à cette époque) et à l'aide d'un Duc du Changement invoqué que des êtres anciens dirigent le pays en secret. S'ensuit des séries d'assassinats dans les deux camps et, si aucun vampire n'est physiquement menacé, les sorciers de Tzeentch se rapprochent dangereusement des tireurs de ficelles.

Harakhte, le premier vampire Sang-de-Jade, prend donc sur lui d'éliminer un Honzeg âgé en -755 alors qu'il prie dans son temple-bibliothèque, il n'y parviendra pas.

Quelques précisions est demande:

-L'issue du combat est claire: Honzeg vainc le vampire. Harrakté peut être détruit ou juste mis en fuite, c'est sans importance. Je n'ai pas pour autant dit que le combat sera facile, Harakhte a bu l'Elixir de Vie Eternelle de Neferata après tout.

-Le combat a lieu dans le Temple-Bibliothèque personnel d'Honzeg, il y a des cultistes fanatiques dans les environs et si le temple semble classique (temple bouddhiste chinois) de l'extérieur, l'intérieur est de plus en plus fou et tordu alors qu'on avance vers la salle de prière/repos du maître.

Physiquement Honzeg est un vieil homme, un peu le "mandarin" classique. Bien vêtu, le poil blanc, ses yeux brillent d'une lumière bleue. C'est un sorcier de Tzeentch d'une puissance incroyable et son ascension au statut de Prince-Démon sera acté suite à sa victoire contre le vampire. Vous pouvez la jouer, ou non.

Physiquement Harakhte est un peu un "Jafar" d'Aladdin. Très grand, très frêle (seulement en apparence), le visage taillé à la serpe, les veines vertes, la peau transparente, les yeux vitreux, de longues griffes aux mains. C'est un adversaire terrible et perfide qui maîtrise la nécromancie, même s'il l'a délaissée pour entrer dans le temple afin de ne pas donner l'alerte. Habillé de très beaux vêtements, presqu'impériaux, noir et de blanc, symboles de la mort.

Pour le reste je m'en remets à votre imagination! Evidemment pour plus de précision ou si vous avez des questions vous pouvez me contacter par MP/Discord!


Le texte qui sera choisi aura une petite récompense de ma part! Et évidemment tous les participants recevront de l'xp!

Le concours prendra fin le 14 mars!

Plus d'infos sur les Sang-de-Jade sur ce sujet viewtopic.php?p=114731#p114731

A vos claviers!
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Goraxul
PJ
Messages : 65
Profil : For 10 | End 10 | Hab 8 | Cha 9 | Int 9 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 10/70
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... he_goraxul
Autres comptes : Félix Braun
Localisation : Québec
Contact :

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Goraxul » 07 mars 2019, 19:37

Il existe nombreuse légende sur la défaite d’Harakhte, le premier vampire Sang-de-Jade qui aurait attaqué le culte de Tsien-Tsien. On raconte souvent la victoire de la Ruine sur la Mort. Bonne quantité de ces récits font l’éloge de l’horreur et de la puissance de ces hommes. Le problème avec ces histoires, c’est qu’elles vont souvent attirer et émerveiller les jeunes et les assoiffés de pouvoirs. Un duel épique et un conte grandiose comportant de la magie fantastique, quoi de plus intéressant pour animer une soirée sur le bord d’un feu. Cette aventure a été créée de toute pièce, depuis le tout début par les cultiste et suivant de Tsien-Tsien pour corrompre les avares de légendes et l’esprit malléables des plus faibles. La vraie histoire n’en est pas moins horrifiante et terrible, mais au combien moins spectaculaire.

Le temple personnel de Honzeg était une bibliothèque ennéagonale comportant 9 étages, chaque niveau comportait neuf sections intérieures de dimension similaire. Le soleil allait bientôt se coucher lorsque Harakhte pénétra dans la tour. Vêtu d’une longue toge noire sertie de filament blanc, il représentait la mort qui avait refusé d’abandonner, celle qui résistait à l’appel des ténèbres. Sa mâchoire était pointue, ses traits parfaitement symétriques, c’était un modèle par excellence pour apprentie sculpteur de pierre. Courbé et portant le poids des années sur son dos, il culminait tout de même la majorité des citoyens, ce qui lui donnait une allure hautement macabre. Sa peau translucide, ses yeux laiteux, rien qui ne portait quelqu’un de sain d’esprit à lui faire confiance. À sa simple venue, les érudits présents et nombreux cultistes de Tsien-Tsien ne demandèrent pas leur reste et quittèrent les lieux sans vérifier l’avis de personnes. L’aura ténébreuse d’Harakhte était suffisamment sombre pour terrifier les adeptes du Dieu du Savoir présent. Il se faufilait dans les longs corridors, observant les vents magiques et les courants éthériques, il se laissait guider par la corruption d’Honzeg, il ne pouvait pas se cacher éternellement. Les deux premiers niveaux étaient tout ce qui était des plus régulier, des étalages de tomes, catégorisé, catalogué, savamment placé dans un ordre préétabli. Tous les visiteurs avaient déjà fui dans le plus éloquent des silences, ils savaient immédiatement qu’un seul bruit ou hurlement de leur part serait la fin pour eux. Aucun risque à prendre.

Les trois étages suivants étaient on ne peut plus curieux. Les quelques érudits qui restaient étaient la tête plongée dans leurs ouvrages, il ne bronchait point à la vision de ce non-vivant. En fait, ils semblaient absorbés dans leurs lectures, les étalages devenaient de plus en plus pêle mêle. Les livres empilés, ils débordaient dans les rangs qui devenaient de plus en plus tortueux. Le puissant vampire dut enjamber plusieurs monticules de feuilles et parchemins aux écritures changeantes. Certains livres vibraient à la présence du sorcier, ils lui chochuttaient de les prendre et de les emmener avec lui, loin d’ici. Harakhte reçut de nombreuses promesses de pouvoir de la part d’un grimoire fort probablement fourbe et torturé. Étrangement, le recueil était complètement immobile lorsqu’on s’y attardait, mais dès qu’on détournait les yeux, ses supplications recommençaient. Certains lecteurs pointaient nonchalamment la direction à prendre sans jamais croiser le regard du sorcier. Comme s’ils savaient déjà ce qu’il était venu faire ici. Ils l’encourageaient à agir.

Les deux étages supérieurs étaient… anormaux. Le chemin qui jusqu’à maintenant était presque linéaire, devenu rapidement labyrinthique. Le plafond s’éloignait du sol, il était deux si ce n’était pas trois fois plus élevé qu’auparavant. Chose étrange considérant que de l’extérieur, Harakhte se remémorait précisément que la tour possédait neuf étages identiques. Est-ce que certains étages étaient simplement présents de l’extérieur ou serait-ce la magie corruptrice qui modifierait les lieux. Les visions du vampire devenaient de plus en plus troublées. Il sentait s’abattre sur lui de nombreuse bourrasque chaude sentant à la fois l’ozone et le souffre. La magie s’agitait dans tous les sens, un tourbillon de couleur qui rendrait fou le plus éclectique des artistes-peintres. Ce n’était plus des érudits qui étudiaient les livres, mais des choses informes qui prenaient leurs places. Des créatures qui dévoraient les livres sans cesse. Les vents étaient rugueux au visage du non-vivant. Des particules brusquement en contact avec sa peau blanchâtre. Il se surprit même à quelque reprise à utiliser sa main pour se protéger du souffle, avant de réaliser que c’était inutile, que la magie ne fonctionnait pas de la sorte. Cet instant de réalisation fut accompagné d’un moment de lucidité, le vent était réellement présent. Les pages de livres tournaient, son manteau battait contre les rafales incessantes, il dut pendant un instant s’agripper à un autel de pierre recouvert de runes illuminées pour ne pas être bousculées. Le sol était parcouru de milliers de veines, un liquide épais et visqueux pompait lentement vers le centre de la tour. L’unique pilier central qui soutenait le plafond était devant lui. Malgré ses grandes enjambées, il avait l’impression de ne s’approcher que d’une fraction de la réelle distance parcourue. Infiniment loin, il marcha des heures, peut-être même toute la nuit avant d’atteindre le cœur de l’étage. Ce pilier était non pas fait de bois ni de pierre, mais il grouillait de vie, il tremblait sous sa main, il respirait, il le regardait. Des yeux étaient placés ici et là et observaient le sorcier enjamber les marches une par une. La rambarde dorée aux reflets métalliques était un contact glacial dans cet environnement cuisant.


Le huitième étage était silencieux, si on comparait aux deux derniers avec le sifflement hurlant des vents. Il n’y avait pas de mur. Le plafond semblait incroyablement loin. Le sol, un carrelage de tuile noire et blanche en alternance. Non loin devant lui se trouvait une table en bois, deux chaises usée par le temps et un vieillard assis contemplant un jeu de billes noires et blanches. Tous deux étaient illuminés par 9 candélabres hauts sur pied placé autour d’eux. Plus de vents, le silence absolu sauf pour les pas du vampire qui cognait tel un marteau sur une table de fer. Le vieillard invita le sorcier à s’asseoir sur la chaise libre devant lui. Mais il n’était pas dupe, il savait bien que c’était un piège, il alla chercher au plus profond de lui la puissance sombre de la magie nécromantique qui l’habitait, et fomenta un tourbillon effervescent de Dhar avant de propulser vers son adversaire la toute-puissance de son œuvre. Un simple grésillement se manifesta pour s’évaporer en un petit nuage grisâtre. Le vieillard hocha la tête de gauche à droite, produit un léger claquement de langue, et reproduisait son invitation. Harakhte fit une autre tentative, mais comprit rapidement que ce n’était pas Honzeg le problème, mais l’endroit. Il semblait isoler de la magie, au cœur d’un ouragan, c’était le calme plat dans l’œil de la tempête qui tournait autour d’eux. Il s’approcha précautionneusement de la table et s’assied en face du vieillard sur une chaise craquante sous son poids.

Sa longue moustache blanche, ses yeux bleu azur, son petit sourire en coin, ses mille et une rides et son corps écrasé avec le temps faisaient de lui un étrange prophète de la Ruine. Il prit une bille et la déposa sur le jeu devant lui. Une ouverture non orthodoxe, mais classique pour ce jeu enfantin. La majorité des jeunes du pays connaissait ce jeu de bille, beaucoup d’adultes le pratiquaient lors de féroces compétitions et quelques vieillards comme lui perdaient un temps incalculable devant cette planche de jeu. Le jeu était assez simple pour qu’un enfant comprenne les bases, mais un adulte pourrait passer une vie à perfectionner sa subtilité et ses stratégies. Coups après coup, bille après bille, la planche se remplissait, l’initiative alternait, les stratégies changeaient. Les premiers coups ne prenaient que quelques instants, et puis rapidement s’allongèrent pour atteindre des minutes entre chaque mouvement. Le temps filait, les heures s’écoulèrent, le jour se leva, mais rien de cela ne transparaissait dans cette immense salle perméable. Une journée, deux journées, une semaine s’était rapidement évaporée sous leurs yeux. La partie se déroulait lentement, une bille à la fois. Les deux hommes étaient fascinés et obnubilés par le combat qui se déroulait devant leurs yeux dans ce calme plat…

Au quatrième étage, un érudit se leva de son siège poussiéreux, il portait un regard bleu azur perçant. Il regarda le soleil se coucher devant lui vers l’horizon de la forêt et apporta à ses lèvres, ce petit sourire narquois.
Image
Goraxul , Aspirant Champion du Chaos Universel

Fiche Wiki

FOR 10 / END 10 / HAB 8 / CHAR 9 / INT 9 / INI 9 / ATT 10 / PAR 9 / TIR 8 / MAG 0 / NA 1 / PV 10/75
Compétence
  • Ambidexterie : Utilisation sans malus de deux armes à la fois
  • Chasse : Bonus de 1 lors de tentative de chasse
  • Langue Noir : Permer de parler et de comprendre la langue des monstruosité du Chaos
  • Parade : La valeur de parade des armes et bouclier est doublée
  • Résistance Accrue : Bonus de 1 sur tout ses jets d'endurances
  • Sang Froid : Ne subit pas de malus en cas de situations stressantes
  • Sixieme sens : Bonus de 1 lors qu'il se sent traqué pour découvrir la source
  • Survie en milieux hostile : Bonus de 1 lors de tentative de survie en milieux dangereux.
Expérience
  • XP 26/197
Armement
  • 2 x Hache Chaotique : 18+1d8 ; 8(16) PAR ; Percutante : 2 jet de dégât, garder le meilleur. Manier deux haches chaotiques en même temps permet de faire deux attaques.
  • Bouclier du chaos : 6+1d6 ; 16(32) PAR ; Déstabilisant : +2 à tout test visant à pousser/renverser ou à résister. Bouclier : relance automatique de la première parade ratée au cours d'un round.
Armure
  • Harnois du cultiste de Khorne : 10 points de protection partout sauf la tête.
  • Camail : 6 points de protection sur la tête ; Protection de maille à laquelle peut s'ajouter un casque.
  • Capuchon en cuir : 3 points de protection sur la tête.
Mutation 1/8
  • Peau écailleuse : Armure naturelle de 4 sur le bras droit.
Argent
  • Couronne : 7
  • Pistole : 0
RP
Kill List
  • Goblin x 1
  • Skaven x 2
  • Homme-bête x 1
Image

Avatar du membre
Morwen Nidariel
Warfo Award 2018 de la meilleure fiche
Warfo Award 2018 de la meilleure fiche
Messages : 28

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Morwen Nidariel » 08 mars 2019, 09:06

L'ombre qui se profilait à terre évoluait tel un serpent démesuré à travers les couloirs du temple, apparemment incapable de faiblir ou de se dédoubler sous les regards dansants des torches bien qu'on les eût soigneusement disposées à intervalles réguliers dans des perchoirs de fer forgé. Les pieds de celui à qui elle appartenait foulaient le sol de pierre taillée sans émettre rien de plus qu'un discret froissement, régulier et mesuré, le long des corridors habillés d'immenses aquarelles peintes sur les plus fins papiers de bambou du royaume. Il y avait là assez de décorations pour sérieusement entamer la fortune d'un petit roi, et Harakthe Sang-de-Jade les jaugeait avec un air de profond dégoût inscrit sur son visage émacié par la mort et la magie noire. Toutes ces scènes esquissées ici à l'encre, là à la peinture, au pinceau ou avec les doigts, mettaient en scène les victoires de l'Empereur-Dragon sur les ennemis perfides de la grande Cathay. Son œil aiguisé d'immortel relevait toutefois dans chacune de ces œuvres, sans la moindre exception, la présence subtile et pourtant mystérieusement centrale des sbires du culte de Tsien-Tsien. Cela se jouait à peu : un accent de lumière, un contraste de couleur, et l'on avait l'impression en contemplant cette longue succession de tableaux que les servants du dieu avaient de tout temps épaulé le trône de jade. Qu'ils étaient indissociables de ses succès.

Comment les humains pouvaient-ils y être aveugles ? Comment pouvaient-ils louer à chaque coin de rue l'humilité et la modestie du grand maître et de ses fidèles hypocrites ? Le vampire émit un sifflement de colère qui sonna comme le chuintement d'un cobra.

Il avait lutté contre eux, bien sûr. Contre cette secte impie qui avait sournoisement infiltré ce pays immense qu'il s'était choisi comme terrain de jeu déjà tant de siècles auparavant. Avec autorité Harakthe avait envoyé ses hordes de serviteurs faire couler le sang dans les villes et les campagnes, traquant, égorgeant et surinant de jour ou de nuit les séides de cet Honzeg qu'on appelait avec une ridicule déférence la Fureur des Cieux.
Mais le gibier s'était révélé récalcitrant. Voire imprévisible, même pour l'intellect hautement affûté du buveur de sang. Chacune de ses innombrables tentatives pour défaire le culte s'était soldée par l'échec, sa proie trouvant immanquablement le moyen de s'adapter à ses offensives.

Cette comédie avait assez duré, aussi le vampire avait-il décidé de s'occuper lui-même de cette affaire. Il était venu jusqu'ici, jusque dans le monastère même de Honzeg, et il comptait bien rétablir l'ordre naturel des choses dans ce maudit royaume. Les coulisses du trône n'étaient pas assez grands pour plus d'un maître.

Il s'arrêta devant une double porte de bois massif finement ouvragé, vernis d'un rouge qu'il trouva approprié. Des dorures délicates en ornaient les battants, et sa propre silhouette ténébreuse, toute drapée d'épais vêtements sombres à la lourde couture, paraissait déplacée devant de telles couleurs. Des couleurs magnifiques.
Harakthe ne se rendit compte du piège qu'après y être tombé : son attention, sans qu'il n'y puisse rien, se trouvait irrésistiblement happée par les détails indescriptibles qu'il apercevait dans les volutes écaillées de peinture. Ici, il devinait de minuscules visages pas plus gros que le bout de l'ongle, des visages inhumains aux becs d'oiseaux ; là, il distinguait dans les rides du bois d'étranges nuances d'arc-en-ciel qui lui échappaient sitôt il essayait de les déterminer, et qui murmuraient à son esprit d'inavouables secrets qu'il mourrait d'envie de découvrir. Ses doigts parcheminés effleurèrent la poignée de cuivre poli, glacée même pour sa paume de mort-vivant, et soudain la vision terrible et magnifique d'un palais fragmenté le long d'une tornade figée d'éclats de cristaux s'inscrivit en lettres de feu sur la prunelle de ses yeux. C'était une bâtisse aux dimensions improbables, peut-être infinies, placée dans le néant de quelque irréalité vide de tout sinon d'une brume chatoyante aux nuances de rose et de violet, le cocon brumeux de cette structure qui défiait toutes les lois d'une nature qu'il avait pourtant appris à plier à sa volonté grâce à la Dhar... Et cette image, imprimée de force dans son crâne, l'appelait d'un impérieux désir de découverte. Il savait qu'il n'avait qu'un pas à faire pour quitter le monde de l'ici et du maintenant et pouvoir la rejoindre.
Il savait aussi que s'il faisait ce pas, le vampire Harakthe se débarrasserait purement et simplement de toute forme d'existence.

Il lutta contre le sort, de toute la rage impavide qui habitait son cœur de monstre. Combien de temps, il n'aurait su le dire : une minute, une heure, une année ? Battement de cil après battement de cil, il s'arracha obstinément à l'emprise dévorante de la porte et à cette destination démoniaque qu'elle lui proposait. Le Sang-de-Jade s'entêta tant et si bien qu'il finit par ne plus se retrouver soudain que face à ces deux battants joliment décorés, inoffensifs, et qu'on aurait jamais cru si proches de le détruire.
Il les ouvrit avec un sourire distingué, froid comme la mort.

« Vous vous êtes caché derrière votre dernier tour de passe-passe, prestidigitateur. »

Sa voix suave résonna avec délice dans la pièce qu'il venait de pénétrer. En comparaison du faste du corridor, déguisé sous une apparente humilité, cet endroit faisait figure d'austère boudoir : les murs n'étaient tapissés que d'un fin papier au beige passé, agrémentés de quelques étagères supportant des rouleaux de parchemin qu'on n'avait pas dû ouvrir depuis bien longtemps. Une table basse éclairée d'une unique bougie à l'odeur de suif bon marché dispensait sa maigre lumière à un homme agenouillé sur un coussin de velours bleuté, faisant dos à l'intrus. Honzeg Fureur-des-Cieux se présentait comme un vieillard si maigre, même en comparaison du vampire dégingandé aux allures d'épouvantail, qu'on aurait pu craindre de le briser rien qu'en l'embrassant avec un peu trop d'enthousiasme. Ses longs cheveux laiteux étaient noués en une queue-de-cheval qui lui descendait jusqu'aux reins, et la minceur de ses épaules pointait sous la robe de soie blanche serrée d'une ceinture à pompons lui tenant lieu de vêture.

« Un instant j'ai cru m'être trompé. »

Ces mots étaient ceux du maître des lieux, et ils s'élevèrent avec la douceur bienveillante que semblent adopter les érudits patients envers leurs élèves.

« J'ai crains que vous n'arriviez à franchir le seuil de ma porte. »

Il n'en montra rien, mais Harakthe hurla intérieurement de haine devant l'insolence de cet humain misérable qui le prenait de haut. Il lui promit aussitôt un trépas infiniment lent et douloureux. Peut-être pourrait-il vivifier la décoration si terne de ce bureau avec les tripes du cultiste. La violence à outrance ne lui avait jamais semblée nécessaire dans ses combats, mais il n'y avait rien de mal à faire une exception de temps en temps.

« Faites-moi face, vermisseau. Affrontez votre destin avant que je ne vous renvoie à votre faux dieu. »
« Le destin, maître vampire, est chose... changeante » rétorqua complaisamment le vieil homme.

La seconde suivant la fin de sa phrase n'était pas totalement écoulée que déjà la silhouette tourbillonnante de la créature à sa porte se dressait dans son dos. Harakthe avait, à cet instant, tout du croque-mitaine des terrifiants contes de l'Empire qu'on n'osait raconter qu'à la lumière rassurante d'un bon feu ou mieux encore, celle du soleil : il avait troqué son apparence d'émissaire austère pour celle, véritable, du cauchemar surnaturel qu'il était devenu avec l'âge. Sa peau blême était parsemée de fines stries blanches ou noires le couturant comme des cicatrices, ses doigts tendus vers le cou du sorcier avec à leur extrémité des griffes épaisses et jaunâtres qui auraient fait passer les crocs d'un tigre pour d'amusantes limes. Ses oreilles semblaient s'être allongées comme celles d'un elfe, mais en plus tordues et larges. Tout son visage s'était mué en un faciès vociférant silencieusement sa rage inhumaine, la bouche grande ouverte sur des dents aussi acérées que des aiguilles.

Il ouvrit la nuque de Honzeg comme on fend la peau d'une pêche, en arrachant à poignées énergiques les vertèbres et les viscères, la paroi intérieure de la gorge, le cartilage de la pomme d'Adam. Avec de grands gestes si vifs que l’œil ne pouvait les suivre il projeta des giclées suintantes de sang et d'humeur sur les murs, saisi d'une frénésie monstrueuse, la répartie de son ennemi juré l'ayant tant irrité qu'il en avait déjà oublié sa promesse de lui faire connaître mille tourments avant de le tuer. Rapidement, le corps même du grand maître se retrouva équarri à mains nues et dispersé, dégoulinant, dans toute la pièce.

Ce n'est qu'alors que Harakthe reprit ses esprits, contemplant son oeuvre avec un mélange de déception et de fatalisme. Il se lécha le bout de l'index en affectant une mine maniérée, presque précieuse, perdant au passage ses traits bestiaux.

« J'ai passé l'âge des provocations. »
« J'ai passé l'âge des provocations » résonnèrent les pierres de la salle, chacune d'une voix presque différente.

Le vampire fit volte-face, feulant déjà de défi, mais il n'avait aucun adversaire à affronter. La porte avait disparu.

« Faites-moi face, vermisseau » reprit la maçonnerie dans un chœur grinçant, sinistre parodie des propos du meurtrier. « Affrontez votre destin ! »
« Encore des artifices de bas étage ! Combien de temps avez-vous étudié la magie, Honzeg ? Quarante ans ? Soixante ? Je me suis plongé dans ses arcanes pendant des millénaires ! J'étais un maître dans cet art à l'époque où le monde entier tremblait devant la Cour de Lahmia ! »

Il s'ouvrit totalement au fleuve de la Dhar qu'il avait jusqu'ici délaissée pour dissimuler son aura aux sens sorciers de son adversaire et de ses disciples. Le vent de pouvoir de la Non-Vie s'engouffra violemment dans chacune de ses veines, faisant étinceler ses yeux d'une lueur surnaturelle. C'est grâce à cela qu'il sentit le sortilège de Honzeg.
Et il était tout autour de lui, comme si le vampire n'était qu'un moucheron pris dans une toile d'araignée. Pire encore : il le sentait... en lui. Avec une fascination proche de la panique, Harakthe eut la désagréable sensation de n'être qu'un motif de plus dans le fuseau incroyablement complexe de la sorcellerie du mage, qui imprégnait le sol, les cloisons, le plafond, et le tissu même de la réalité alentour. Une réalité qu'il avait subitement du mal à discerner tout à fait, de la même façon qu'on aurait du mal à distinguer une flamme d'une autre en fixant un brasier. Le champ des possibles venait de remplacer le décor et il se retrouva devant une procession dansante d'existentialités. Il s'y apercevait, fugacement, dans chacune d'entre elles mais laquelle était celle où il combattait Honzeg ? Elles virevoltaient trop vite devant ses yeux effarés, si proches, si incompréhensibles néanmoins, et il n'aurait même pas su dire comment exactement en saisir une. Leurs couleurs devenaient de plus en plus aveuglantes et bientôt il n'arrivait déjà plus à les regarder en face.

Harakthe voulut hurler, mais il n'existait plus nulle part pour le faire.

Et quelque part, dans un monde qui avait peut-être été le sien, un sorcier de Tzeentch referma la porte de son boudoir en se demandant ce qui avait bien pu l'ouvrir.
Morwen Nidariel, Voie du Danseur de Guerre
Profil: For 8 | End 7 | Hab 13 | Cha 9 | Int 9 | Ini 10 | Att 10 | Par 10 | Tir 10 | NA 1 | PV 55
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_morwen_nidariel

Image
« Le jour où tout sera fini, où j'aurai payé toutes mes dettes et où j'aurai gagné leur confiance, je pourrai enfin rentrer... »

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 651
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par [MJ] Le Djinn » 14 mars 2019, 16:56

Merci à vous deux!

Comme l'option pour rajouter des sondages ne semble pas disponible actuellement (sûrement qu'elle est en congé maladie!) je vais demander aux lecteurs d'écrire ici (ou m'envoyer par MP) le texte qu'ils ont le mieux apprécié! Ce Week end sera clôturé le vote et vous recevrez chacune une petite récompense!

A vous, les votes courront jusqu'à lundi/mardi!
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 82

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Alicia » 14 mars 2019, 17:41

► Afficher le texte
Harakhte pénétra dans le temple. Quelques minutes plus tôt, il avait aperçu un groupe de moines qui marchaient dans cette direction, juste au moment où il se demandait quelle approche adopter pour pouvoir entrer. A la vue de leur tenue - une robe rouge et verte qui s'arrêtait au niveau du genou et au coude, avec une écharpe noire en travers de l'épaule - le sang de jade improvisa rapidement. Il emboita le pas du dernier moine et tourna son sac à dos pour le prendre dans ses bras, si bien qu'on eut dit qu'il portait un paquet et une écharpe noire en travers de la poitrine. Cette ruse le transforma aussitôt en moine de l’ordre Agni - dont Harakhte savait qu'il s'agissait du nom local de l'ancien dieu de la magie. Il entra avec assurance dans le temple en passant devant les deux sentinelles qui gardaient les portes.

Ces hommes se tenaient immobiles, couverts du cou jusqu'aux pieds par une armure en maille bleue. Un heaume leur protégeait entièrement la tête, à l'exception de deux fentes étroites au niveau des yeux. Au sommet se trouvait un pygargue ramassé sur lui même, dont les ailes descendaient pour former les côtés du heaume. Le sang de jade ne savait trop si les yeux de l'animal étaient en verre ou en saphir, mais il préféra les regarder de plus près ultérieurement. Il y avait des affaires plus pressantes. Les deux gardes portaient un tabard bleu orné d'un cercle jaune sur la poitrine, au sein duquel un animal doré à l’œil bleu formait un S.

L'entrée du temple s'ouvrait sur un long passage qui s'enfonçait dans ce qu'Harakhte supposa être un mur d'enceinte très épais. Puis ils se retrouvèrent de nouveau à ciel ouvert et traversèrent une très ancienne cour intérieure avant d'entrer dans le temple proprement dit. Ils montèrent quelques marches qui menaient à un vaste portail, entre de hautes colonnes qui soutenaient l'avancée du deuxième étage, couronné de statues. Dans l'ensemble, Harakhte se dit que le temple était particulièrement banal.

Il entra en compagnie des moines dans la grande salle où d'autres personnes se trouvaient déjà. Des érudits s'alignaient le long des murs, vêtus de robes bleues frappées elles aussi de l'emblème de l'oiseau. Une douzaine d'ordres religieux et des magistrats s'étaient déjà rassemblés avant l'arrivée des moines qui Harakhte suivait. Une centaine d'hommes visiblement riches, dont certains devaient être des négociants à en juger par leur tenue, classe sociale ô combien méprisable mais tout aussi riche, et les officiers d'unités prestigieuses, sinon capables, tournaient autour du rassemblement de prêtres et de moines.

Harakhte se laissa distancer d'un pas par le dernier des moines d'Agni lorsque ceux ci prirent position le long de l'un des murs de l'immense salle. Il s'alignèrent à leur tour, si bien que le Sang de Jade se retrouva au même niveau que deux des soldats qui se tenaient devant les gigantesques colonnes de marbre sculpté. Il jeta un coup d’œil à droite, puis à gauche, avant de reculer d'un pas, se retrouvant derrière les deux gardes. Il adressa un sourire amical au marchand qui le regardait et lui fit signe de prendre sa place, comme pour lui permettre de mieux voir. L'homme sourit à son tour pour le remercier et s'avança pour prendre la place qu'occupait le vampire précédemment. Ce dernier recula dans l'ombre d'une colonne pour observer la cérémonie.

A l'autre bout de la pièce, un certain nombre d'hommes et de femmes firent leur entrée en passant entre de grands rideaux suspendus derrière une haute estrade. L'individu qui ouvrait la marche présentait une stature impressionnante et mesurait visiblement plus de deux mètres. Il paraissait puissamment musclé mais sans être gras. Au contraire, on ne pouvait le décrire autrement que mince. Son visage tout en longueur aurait pu être beau s'il n'avait eu quelque chose de cruel dans le regard et dans le pli de sa bouche. Harakhte s'en rendait parfaitement compte en dépit de la distance qui les séparait. Cet homme était sans le moindre doute Wu Sangui, fils prodige de l'une des familles les plus en vues de la haute aristocratie, et nouveau pantin de Honzeg.

Il portait une simple toge jaune qui lui arrivait aux genoux et mettait en valeur son physique d'athlète. Il leva une main gantée et siffla. Un cri lui répondit très haut sous la voûte de la salle et le son d'un battement d'ailes accompagna la descente d'un aigle. Bien que jeune, l'oiseau paressait déjà si gros que seul un homme extrêmement fort pourrait le tenir perché sur son poignet. Cependant, Wu Shangi semblait porter la créature sans effort apparent.

Derrière lui venaient deux femmes vêtues de manière provocante. L'une avait des cheveux de blé et portait pour tout vêtement un dos-nu de soie rebrodé de fil d'or et de rubis et une jupe d'un blanc immaculé, rassemblée sur un côté pour dévoiler en marchant une longue jambe fine. Une broche en or sertie d'un énorme saphir retenait le tissu sur les hanches. La chevelure blonde de la jeune femme était retenue en arrière par une pince en or et retombait sur ses épaules. Elle avait la peau pâle et ses yeux devaient être bleus, mais le fils de Nehekhara n'en était pas certain à cette distance. Elle était d'une beauté remarquable à tout point de vue, quoique trop jeune au goût d'Harakhte. Elle marchait à la droite du géant mais restait un pas en retrait.

L'autre femme était tout aussi belle, bien qu'un peu plus âgée. Elle avait une chevelure d’ébène, mais la peau presque aussi claire que la première. Elle portait un petit débardeur rouge en partie ouvert sur une haute poitrine qu'elle dévoilant amplement. Sa jupe était identique à celle que portait l'autre femme, à l'exception de sa couleur bleue. Ses bijoux, or et saphir, n'étaient pas moins coûteux, mais la broche qui retenait sa jupe n'était sertie que d'une petite citrine. Elle rejoignit un homme vêtu d'une tunique blanche et d'une cape bleue, dont il repoussa le capuchon, dévoilant son visage. Il avait le crâne chauve et le nez percé d'un anneau doré, tout en cultivant une longue barbe au niveau du menton, impeccablement tenue, descendant jusqu'au cou, tandis que ses lèvres étaient masquées par une moustache non moins impressionnante.
La femme lui prit le bras.

- Rassemblez vous et soyez attentifs, ô vous hommes et femmes du sacré, annonça un héraut. Notre glorieux seigneur commandant Wu Shangi requiert votre conseil, car il a besoin d'organiser une fête. Il va prendre femme, la Wei de Láng Yé, et souhaiterait célébrer la cérémonie lors du festival de la Fin du printemps. L'expression de la jeune femme montra que cette annonce ne lui faisait pas du tout plaisir, ce qui ne l'empêcha pas de rester silencieuse et à sa place derrière Wu Shangi.

- Dame Xia Wan, annonça le héraut.

Tous les yeux se tournèrent vers la femme aux cheveux noirs, qui prit la parole.

- L'honorable Honzeg vous demande à tous de bénir cette union et de préparer les cérémonies que vous estimerez appropriées à cette occasion.

L'homme qui, selon Harakhte, était Honzeg, restait immobile et silencieux. Très intéressant, se dit il....

Le commandeur Wu Shangi prit la parole à son tour. Honzeg l'écouta avec attention et s'avança lentement derrière la rangée de colonnes qui soutenaient la galerie surplombant la salle. Puis il s'enfonça plus profondément encore dans les ténèbres et se dirigea vers l'estrade pour mieux observer la scène.

La cérémonie continua ainsi pendant des heures, avant que celui que le dragon de jade pensait être Honzeg ne quitte la salle, accompagné par dame Xia Wan.

Tout depuis qu'il était entré dans cette partie du temple était étrange. Les murs étaient recouverts de symboles ésotériques et de fresques aux motifs sophistiqués, jurant avec l'intérieur de la salle où avait eu lieu la cérémonie. La fresque à l'entrée du temple était relativement simple, mais plus Harakhte s'enfonçait dans les entrailles du temple, plus son esprit devait faire des efforts pour en trouver les sens cachés. De même, la récurrence qu'il retrouvait avant devenait de plus en plus difficile à repérer. Le sol n'était d'ailleurs pas en reste, composé qu'il était de rectangles de marbre aux motifs de plus en plus irréguliers à mesure que ses pas le portaient loin de la salle d'où il était venu.

C'était étrange. Ce disciple de Tzeentch s'occupait de tout ce qui n'était pas important, à savoir les belles femmes et les cérémonies. Elle était loin l'image qu'il s'était fait de cet ennemi... Et il y avait extrêmement peu de gardes présents. Surtout des serviteurs, des étudiants et des érudits présents dans les couloirs et souterrains du temple. Il avait abandonné celui qu'il pensait être Honzeg pour déambuler au hasard dans des ailes richement décorées, mais pourtant ni utilisées, ni nettoyées, à en juger par la couche de poussière qu'y s'y trouvait. Ses déplacement erratiques, hasardeux, n'étaient en réalité qu'une manœuvre savante qu'il avait appris à maîtriser au fil des siècles, pour évoluer sans être inquiété dans tout lieux, ici ce temple labyrinthique.

Il n'était après tout qu'un serviteur parmi d'autres. Et il pouvait dresser une carte mentale du lieu grâce à ses pérégrinations.

Tôt ce matin, il avait aperçu la belle dame Xia Wan, à la sombre chevelure, et décidé de la suivre. Elle s'était enfoncée d'un pas pressé dans les entrailles du temple jusqu'à atteindre une chambre basse située sous terre, mais n'y retrouva pas la femme, celle ci semblant avoir disparue. Il essaya bien d'user de son troisième œil pour mieux cerner le tissu aerythique dans la pièce, mais la masse d'informations à traiter était trop grande, tant et si bien qu'il avait préféré le fermer plutôt que de voir son esprit taillé en pièce par les complexes figures architecturales magiques en place.

Les énergies de l'aer étaient puissantes ici. Et si cette mortelle qui l'avait précédée en ce lieu s'était dissipée, il devait y avoir une autre explication que la magie, ses sens confirmant qu'il y avait bien eu une personne ici, mais qu'elle était partie par un autre endroit que celui d'où il était venu.

Délaissant la magie, il se concentra sur ses sens physiques, le lieu étant de toute façon tellement gorgé de puissance que s'il essayait de s'en servir, il agirait comme une éponge et mourait sous le coup.
Il y avait de l'air qui circulait dans la pièce. De l'air qui venait.... Oui. D'une irrégularité dans la fresque. Un mince filet d'air circulait à travers le mur. Cherchant quelques mécanismes cachés, le sang de jade finit par repérer le motif qu'il cherchait. Ce personnage qu'il avait retrouvé sur toutes les fresques, dissimulé.... Lui crevant les yeux de ses ongles effilés, le vampire déclencha une suite de mécanismes, activant des poulies dissimulées dans un pans du mir, révélant un long et étroit couloir dans lequel il s'enfonça.

Des dizaines de minutes de marches dans un tunnel aux murs vierges de tout travail, autre que le polissage de la pierre, laissèrent le temps au fils de Nehekhara de calmer son esprit, encore agité par le malaise puissant qui s'était emparé de lui lorsqu'il avait essayé de saisir les tenants et aboutissants des sorts déployés plus haut. Se dirigeait il vers un piège ? Faisait il fausse route ? Pourquoi pareille débauche de magie pour passer à un endroit si faible ? Il sentait l'aethyr tout autour de lui, mais à une intensité bien moins forte.... Prenant le risque d'ouvrir une nouvelle fois son troisième œil, il ne remarqua rien, le couloir toujours aussi sombre.... Puis il identifia, en se concentrant sur certaines portions, de fins et minuscules fils d'aer. Se rapprochant encore d'une portion de mur, il passa des doigts dessus, ses sens en alerte.... C'étaient des lignes. Des lignes d'écritures, chiffres et autres choses, minuscules, gravées à même la pierre. Tous les murs en étaient recouverts.

Le sang de jade avait plusieurs siècles, il avait vu des empires naître et mourir en un battement d’œil, son corps avait oublié ce que c'était que de vivre. Que de ressentir..... Quelle était cette chose qu'il sentait ? Qui le prenait à la gorge ? Était ce donc ça, que la peur ? Depuis combien de temps cette compagne ne s'était elle plus manifestée ? Combien de temps que son corps ne lui avait il pas parlé ?
Les démonstrations de force précédentes n'étaient là que pour impressionner le chaland. Voilà ce qu'était le vrai pouvoir. La vraie puissance. Le contrôle le plus absolu, dans l'infiniment petit.... Harakhte lui même n'avait jamais considéré pareille prouesse. Cet ouvrage, quel qu’en soit son but, était sans précédent. Sans commune mesure avec les travaux dont lui et ses pairs avaient pu se rendre capables par le passé.... Le grand nécromanciens lui même n'avait pas atteint pareil degré de contrôle et de puissance.

Peut être Harakhte passa-t-il un minute, une heure, un an ou dix ans à contempler ce chez d’œuvre arcanique, avant de s'en éloigner pour éviter à son esprit de se perdre dans cette fresque extraordinaire, et ne termine brisé, éclaté, tant la complexité de ce travail était ardue à observer et comprendre.

Poursuivant sa marche, déboussolé mais certain d'être sur la bonne voie, le sang de jade déboucha sur une porte fermée à clé. Cependant, il n'eut aucun mal à crocheter la serrure, ses longs siècles d'existence lui ayant permis d'acquérir nombre de compétences et savoirs hétérodoxes. Il découvrit ainsi un volée de marches s'enfonçant dans le sol. Sans hésitation, il s'engagea dans l'escalier après avoir refermé la porte derrière lui, ne s'inquiétant nullement des ténèbres qui régnaient dans le souterrain.

Après une marche d'une demi heure, il arriva devant une échelle dont les barreaux s'enfonçaient dans la paroi du tunnel et disparaissaient en direction d'un puits au dessus de sa tête. Sans se presser, il escalada ceux ci puis, arrivé au sommet, chercha à tâtons le mécanisme d'ouverture. Il découvrit un loquet sur lequel il appuya et entendit un cliquetis mécanique lorsque les ressorts jouèrent. Il poussa alors la trappe vers le haut qui bougea, non sans réticence.

Là, sa vue s'ajusta à la forte luminosité du lieu, éclairé par de nombreux orbes de lumière. Il s'aventura dans plusieurs salles qui semblaient être des laboratoires. Il y eut d'ailleurs une série de pièces eut droit à un aperçut du passe temps du cultiste.les reste de plusieurs malheureux étaient exposés sur les murs, pendus à des crochets, empalés sur des pieux ou disposés sur des étagères. L'un de ces infortunés, un homme, pendait à un crochet qui lui traversait la poitrine. Il n'avait plus un seul centimètre de peau sur le corps. Une grande table, assez large pour accueillir un homme, était couverte de tâches brunes qui ne pouvaient être que du sang. La pièce puait les produits chimiques, l'encens et la pourriture. Un Von Carstein se serait senti comme chez lui.

Dans la pièce suivante, Harakhte découvrit une bibliothèque. Si son cœur avait été encore vivant, il aurait fait un bon dans sa poitrine. Tant de livres qu'il n'avait pas lus ! Il s'approcha du rayonnage le plus proche et commença à déchiffrer les différents titres. Il en connaissait certains, de réputation, mais la plupart lui étaient étrangers. D'autre part, même s'il pouvait lire la plupart des langues représentées dans cette bibliothèque, certaines lui étaient inconnues.

Impulsivement, Harakhte tendit la main vers l'un des livres, mais la prudence le poussa à suspendre son geste. Il grimaça et regarda les livres entre ses paupières mi-closes. Sans savoir comment ce tour fonctionnait, il pouvait détecter les signes de ce que certains appelaient de la magie.
Au bout de quelques instants, il décela une faible lueur bleue.

Des pièges, murmura-t-il. Et vicieux en plus.

Il tourna le dos à la bibliothèque et se dirigea vers une autre pièce. Lorsqu'il ouvrit la porte, il sentit son cœur s'emballer pour la première fois depuis des siècles lorsqu'il croisa le regard d'un homme assis sur une chaise. Honzeg !
L'homme ne bougea pas d'un pouce. Le sang de jade, sur la défensive, se glissa dans la porte et la referma derrière lui.

Le corps qui se tenait immobile contre le mur était immobile. Cette chose puait les épices et les flagrances achetées à un parfumeur. De toute évidence, il avait sous les yeux un cadavre.

Délaissant le corps de ce pantin, cette marionnette, le vampire continua dans sa traque. Un rideau bleu non loin de là, donnait accès à une salle d'étude. C'est là qu’il débusqua le serviteur de l'architecte. Celui ci était agenouillé, lui montrant son dos, observant intensément un joyau d'un bleu indigo duquel des fils d'aethyr virevoltaient lentement.

Saisissant trois de ses couteaux de jet, le sang de jade lança ceux ci en visant la colonne vertébrale du sorcier. Un homme ordinaire aurait été pulvérisé par les coups, comme traversé par les traits d'un scorpion. Mais quelque chose dans l'air sembla bloquer l'arme qui s'arrêta en vol pour tomber lourdement au sol, dans un tintement d'enfer, sans pour autant que le cultiste ne se soit retourné, trop concentré par sa tâche, quoiqu'elle fut. D'autres lames et sorts furent lancés par Harakhte, mais ils n'y firent rien, ceux ci n'atteignant guère l'adorateur de Tzeentch qui n'avait cessé d'observer la pierre sous ses yeux.

De rage et de peur, le buveur de sang hurla sa haine envers ces artifices du magos, espérant provoquer chez son ennemi le trouble et le pousser à la faute, ou à faire n'importe quoi, mais au moins quelque chose.

Sans se retourner, Honzeg sermonna cette nuisance qui venait rompre sa concentration. Tu me divertis de mon étude, intrus. Disparais.

Le magos effectua un geste rapide de la main, sans quitter des yeux la pierre qu'il contemplait, tandis que le sang de jade chercha à comprendre ce qui se passait.

Que...

Puissant parmi les puissants, le fils de Nehekhara senti son corps être saisit comme une vulgaire poupée de chiffon, et dont les fils étaient arrachés, décousus un à un. Harakhte n'avait jamais eu aucune chance contre le mage, le maître marionnettiste étant parvenu à un niveau de compréhension et de maîtrise de l'aethyr, du matériau comme il l'appelait, qu'il pouvait oblitérer le plus puissant des vampires de Cathay sans que ce dernier ne comprenne ce qui lui arrivait.

Alors que les derniers fragments d'existence du sang de jade se dissipaient, Honzeg rappela à cet impudent perturbateur une leçon essentielle.

Tout n'est qu'une question de perspective.
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 9 | Hab 10 | Cha 12 | Int 10 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : viewtopic.php?f=214&t=6633

Avatar du membre
[MJ] Bugman
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 25

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par [MJ] Bugman » 14 mars 2019, 18:18

Gora emporte ma voix ^^
viewtopic.php?f=2&t=6555&p=114161#p114161

-Venez donc boire une bonne pinte, ou deux!

Avatar du membre
Faust Valdorf
PJ
Messages : 24
Profil : For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 60/60
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_faust
Autres comptes : Lukas (Bureaucrate)
Localisation : Seine-et-marne

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Faust Valdorf » 14 mars 2019, 19:59

Je vote pour le texte de Gora o/
Faust Valdorf, Voie du sorcier des collèges de magie
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 60/60

Lien de la fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_faust
Licht und Schatten : https://www.youtube.com/watch?v=3S1NmtWDVYk
Compétences :

Sens de la Magie (E) : Votre personnage est capable de ressentir certaines altérations faites aux vents de magie dans son environnement immédiat : sans précision aucune, il sait que quelque chose ou quelqu'un concentre ou manie de la magie dans un périmètre proche. Ce “sixième sens” se manifeste de différentes manières selon le type de magie et la race du personnage ; certains la sentent -littéralement-, d'autres la perçoivent dans leur esprit, l'associent à un frisson bizarre ou ont l'intime conviction de sa présence, d'autres encore voient leur comportement s'altérer, en lien avec le vent sollicité. C'est au MJ de décider de la manière dont cette présence magique se révèle au personnage. Pour posséder cette compétence, le PJ doit avoir eu dans son passé des éléments solides qui lui permettent de faire le lien entre ses intuitions et l'usage de la magie proprement dit ; faute de quoi, malgré son ultra-sensibilité, il ne prêtera aucune attention à ce “sixième sens” magique et à ses manifestations. De plus, votre personnage peut dorénavant gagner des “points d’expérience magique” (xPm) selon les différentes méthodes de gain d’expérience magique décrites dans la section Magie des règles.

Conscience de la Magie (E) : Votre personnage est doté d'un sens plus acerbe de la magie. Non seulement il prend conscience de sa présence, mais il est capable de déterminer sa nature et son origine avec plus de certitude. Au toucher, il détermine avec exactitude si un objet est magique ou non ou si un individu est doté de pouvoirs magiques ou non. Enfin, si il se concentre et réussit un test d'intelligence, il voit littéralement les différents courant de magie et leur nature. Cette dernière action nécessite une concentration totale: se battre, courir ou réaliser toute action annule immédiatement l'effet. En revanche, le personnage peut se déplacer doucement.

Incantation - domaine de l'ombre (E) : Votre personnage sait utiliser et plier la magie selon sa forme particulière relative au domaine choisit. En terme de règles, il: - gagne 7 points dans la caractéristique Magie si il n'en a pas déjà - peut effectuer les actions “incanter” et “dissiper” sous cette caractéristique Magie - peut dépenser des points d’expérience magique pour apprendre des sorts du domaine choisit et du domaine commun (Magie primaire).

Empathie (E) : Votre personnage a aiguisé ce sentiment naturel commun à toute personne douée de conscience. Ce sentiment lui permet, sur un test réussi, de détecter des émotions normalement imperceptibles : peur, haine, mensonge, etc. Il arrive aussi à savoir si une personne ment ou si elle dit la vérité, si ses intentions sont bonnes ou mauvaises etc.,

Alphabétisation (E) : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde (Bretonnien, Tiléen, Estalien, etc.,) si bien entendu il comprend ce langage (pour cela, il devra posséder la compétence «langue étrangère» pour ce langage. A l'inverse, s'il ne possède que la compétence «langue étrangère» il le comprendra, le parlera mais ne sera ni capable de le lire ni de l'écrire). Dans le RP, pour des raisons purement pratiques on considère que l'occidental est le langage partagé par toutes les races, mais dans certaines situations, le MJ pourra tenir compte de ces différences de langage.

Langue Hermetique - Magikane (E) : Votre personnage sait parler, écrire et lire le magikane. Le magikane est le langage hermétique usuel utilisé dans le vieux monde. La plupart des parchemins sont écrits en magikane et tous les sorciers ainsi que quelques personnages privilégiés peuvent l’utiliser.

Equipement :

Bâton des collèges : 6+1d6 dégats / parade 6 / +1 PAR
Pistolet : 50+1d8 dégât / Percutante et Perforante (4) / malus de -2 au TIR tous les 8 mètres
Dague : 12+1D6 dégâts / 6 parade / peut-être utilisé comme arme de jet

Chaperon
Doublet
Accessoire de Calligraphie
Grimoire
Sacoche (Grande)
Couverture
Rations

Sorts :

Domaine de l'Ombre :

Aire de Camouflage
Incognito
Masque d'Ulgu
Action secrète
Les nuages et l'obscurité l'environnent, La justice et l'équité sont la base de son trône.

Avatar du membre
Dokhara de Soya
Warfo Award 2018 du meilleur PJ - RP
Warfo Award 2018 du meilleur PJ - RP
Messages : 164
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ra_de_soya
Autres comptes : [MJ] Katarin

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Dokhara de Soya » 14 mars 2019, 21:54

Vote plus difficile que d'autres :D

Cette fois, je vais avoir du mal à opposer des critères "objectifs" de style ou d'écriture - Momo a toujours été bonne, et Gora et Alicia s'améliorent à chaque texte tant et si bien qu'ils n'ont plus à rougir de la comparaison avec grand monde aujourd'hui.
Reste donc la pure subjectivité, le feeling ressenti à la lecture... et sur ce point c'est Morwen qui l'emporte. Des trois textes, c'est le récit dont j'ai le plus apprécié la structure, le déroulé de la narration, la façon dont les choses me sont présentées et expliquées. Narrativement, c'est classique comme tout, mais ça marche très bien puisque je me suis faite avoir par le retournement de situation prévisible :mrgreen:

Mon vote ira donc à Morwen, mais je tiens à saluer les trois prestations. J'espère que Djinn a prévu une petite récompense sympa à chacun :siffle:
Dokhara de Soya, Voie de l'aristocrate, Noble
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 15 | Int 11 | Ini 10 | Att 11 | Par 11 | Tir 10 | NA 2 | PV 75/75
Compétences : Étiquette, Diplomatie, Séduction, Éloquence, Alphabétisation, Musique (violon), Danse, Chant, Tatouage Empathie, Bagarre, Sang-froid, Résistance accrue (spécialisation alcool), Fuite
Fiche de personnage

Avatar du membre
Armand de Lyrie
PJ
Messages : 36

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Armand de Lyrie » 14 mars 2019, 21:54

Je vote pour Morwen, malgré l'horrible réplique "fais-moi face, vermisseau".
Fiche : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_armand_de_lyrie
Image
Stats :
FOR 9 / END 8 / HAB 9 / CHAR 10 / INT 8 / INI 9 / ATT 11 / PAR 9 / TIR 8 / PV 65/65

Compétences :
- Coup précis (1) : Malus atténué de 1 lors de la visée d'une partie précise
- Dégainer l'épée : +1 en INI lors du premier round
- Parade : Valeurs de parade doublées
- Sang-froid : +1 lors d'actions réalisées sous stress

- Alphabétisé : Capable d'écrire et de lire le Bretonnien
- Étiquette : +1 lors des interactions avec la haute société
- Monte : Ne craint pas de chutes lors d'une montée normale
- Héraldique : Capable de reconnaître les blasons des familles nobles
Équipement :
- Une grande chemise

[INDISPONIBLE]
- Épée bâtarde : 2 mains / 24+1d10 / 12 parade
- Épée sainte : 1 main / 16+1d8 / +4 contre les créatures du mal / 11 parade
- Cheval de selle : FOR 8 ; END 8 ; SAU 9 ; RAP 9 ; INT 7 ; DOC 9 ; ATT 6

- Nourriture
- Insigne argenté marqué du blason de Lyrie
- Pendentif monté en clou
- Une toile quelconque et sans aucune importance.

Avatar du membre
Ludwig Von Hoffenbach
Warfo Award 2018 du Dévot
Warfo Award 2018 du Dévot
Messages : 48

Re: [Appel à contributions/Mini-Concours] Chaos vs Vampire

Message par Ludwig Von Hoffenbach » 15 mars 2019, 22:20

Bon! Eh bien il est en effet difficile de vous départager! L'originalité de Gora face a la simplicité de Morwen et l'audace d'Alicia.

Tout d'abord Gora. La description des lieux est superbe, j'ai beaucoup aimé. Le combat est original et malin, ce qui est plaisant. Toutefois, la fin est beaucoup trop abrupte et ça m'a perdu. Dommage, ça m'empêche de voter pour toi.

Ensuite Alicia. Beaucoup de descriptions sympathiques, des éléments périphériques intéressants. (J'ai particulièrement aimé l'utilisation de personnages annexes comme Wu Shangi. Ça rend la narration très attractive.) Toutefois la deuxième partie m'a déçue. La poursuite du tzeentchi est trop longue, et le duel est au contraire trop court, trop stéréotypé. Dommage. Conclusion, j'aime beaucoup la première partie mais le duel moins. Et vu que l'intérêt de Djinn se porte sur le duel.... et bien mon vote ne te reviens pas.

Et enfin Morwen, celle a qui revient mon vote. Ce texte est typique de ton style d'écriture! Un récit simple mais d'une efficacité redoutable. Les descriptions sont toujours aussi savoureuses. J'aime beaucoup la narration du duel et la fin de Harakte est génial. Le texte n'est pas trop long, très bien rédigé, vivant et très intéressant. Ton texte sera parfait pour Djinn!

Voilà, bravo à vous trois pour ces beaux textes! :D
Ludwig Von Hoffenbach, Voie de l'Inquisition
Profil: For 8 | End 10 | Hab 8 | Cha 9 | Int 10 | Ini 9 | Att 10 | Par 10 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... hoffenbach

"Brûle l'hérétique! Tue le Mutant! Élimine l'impur!"
"Mieux vaut un corps brisé, qu'un esprit corrompu!"

Répondre

Retourner vers « L'Arène de la Sage Ecriture »