Table des matières

Informations générales sur le personnage :

Nom et Prénom: Alicia
Age: 23 ans
Sexe: Féminin
Race: humaine
Carrière: voie du répurgateur
Lieu/ville de départ: Wissenland
Fréquence de jeu: un post par semaine, peut être plus.
MJ: RP libre


FOR END HAB CHAR INT INI ATT PAR TIR NA PV
Profil de départ (+4 PC initiaux) 8 8 9 10 9 8 8 8 8 1 60/60
Profil actuel 8 9 10 12 10 8 9 9 8 1 65/65
Améliorations restantes à acquérir pour level up (déjà acquis/à acquérir) 0/1 1/2 1/1 2/2 1/2 0/1 1/2 1/2 0/1 - 5/10


XP disponible: 63
XP dépensée: 225
XP totale: 289
PC dépensés: 12




Description physique :

Derrière son magnifique visage, son sourire ravageur, sa chevelure d'un rouge profond, sa frange parfaite sur le côté gauche de son visage, ses yeux aux ténèbres insondables, sa peau laiteuse, ses formes aguichantes, sans pour autant être plantureuses et tomber dans l'excès, et ses lèvres pulpeuses, Alicia est une vraie tueuse. Ce visage d'ange cache au reste du monde un véritable monstre. Grande du haut de son mètre 90, son corps harmonieux et fin cache en réalité une musculature que rien ne laisse deviner. Sa poigne est assez forte pour pouvoir briser des noix à mains nue, ou des cranes. Sa dentition parfaite, son corps sans aucune cicatrice exceptée sur son visage et dans son dos, et ses traits attrayants font qu'elle attire souvent le regard et la tentation, mais gare à qui se laisse prendre dans ses filets, car peu en réchappent indemnes, voir tout court. Son physique extrêmement attrayant fait qu'elle connaît de grands succès auprès des deux genres, mais contrairement à ce que laisse son physique penser -qu'elle entretient d'ailleurs avec soin- et son origine sociale, elle n'est ni une travailleuse du sexe, ni mariée à un noble ou à un riche bourgeois. Son métier de bourreau est insoupçonné car elle s'est arrangée pour toujours officier de manière à ne jamais laisser filtrer son identité, soit en tuant les curieux, soit en portant une simple cagoule lors des offices publics. Seuls ses supérieurs et quelques proches collaborateurs connaissent la réalité de son travail. Sinon elle et logée dans le temple de Sigmar local et se fait passer pour une initiée très mauvaise car toujours là depuis des années sans avoir jamais fini ses études. Elle a quelques traces de coups de fouets sur le dos, qu'elle s'applique à elle même, lorsqu'elle pense avoir pêché/prétextant avoir pêché, alors qu'elle tirait grand plaisir de la douleur qu'elle infligeait à sa personne. Jeune femme magnifique selon les standards humains, n'a que, malgré ses bottines en talons aiguilles et son pantalon, rarement été prise pour un homme, à moins qu'elle ne fasse l'effort de se travestir. Même sa foy va au prince, sa peau reste immaculée de la souillure du chaos, peut être car le temps n'est pas encore venu, ou bien parce qu'une partie de son âme n'a pas encore rejetée Sigmar…. Peut être.

Description psychologique :

Autant commencer directement, Alicia est une vraie salop*. Elle adore faire souffrir, et ce, de la manière la plus raffinée et longue possible. C'est d'ailleurs ses talents en la matière et son absence de morale qui lui ont permis d'occuper le poste d'inquisitrice jusqu'à maintenant. Elle considère les êtres vivants en général comme de futures expérimentations. Les personnes qui ne lui rapportent rien sont jugées inutiles et elle se fera alors un plaisir d'en prendre soin….. à sa manière. Prendre son temps pour obtenir des aveux de suppliciés était jusque là son hobby mais son envoi en mission l'a conduite à subir une interruption de cette activité, et elle subit ça comme un manque. Car pour elle, la souffrance des autres, comme la sienne, mais surtout celle des autres, est devenu un besoin. Ce qu'elle apprécie le plus dans son travail est de briser l'esprit de ses victimes, tout autant, si ce n'est plus, leur corps. Si elle peut concilier les deux, c'est encore mieux, même si elle se débrouille mieux sur le second plan. Mais elle sait aussi vous faire mal de manière inventive sans pour autant laisser de traces…. Toutes les personnes qui sont passées entre ses mains, ou outils, ne sont plus que des amas de chaire difformes…. Quand ils n'ont pas besoin d'être présentables pour les plus malchanceux. Elle aime particulièrement qu'on lui résiste, car la chute n'en sera que plus rude. Elle elle se sent aussi bien à l'aise dans les cloaques, bas quartiers, égouts, tavernes miteuses caves et autres lieux sombres car peu de règles, pas d'autorités à fouiner leur nez ce qui facilite le travail et rend les….”erreurs”, plus aisées. Quand aux salons ou lieux de rencontre de la haute société, tout ce luxe, cette richesse exposée au regard de tous, l'art, la musique, et ces tapis teeeeellement salissants…. Mais cela ne l'empêche pas de s'y rendre pour officier directement sur place lorsqu'une mission l'exige. Et elle a toujours pris un malin plaisir à laisser ce genre de lieu tâché de sang après son travail. Très efficace pour faire passer des messages, ce dont ne se privaient pas de faire ses précédents “employeurs” du temple sigmarite de Meissen. Ça, c'est sa première personnalité. Car oui, Alicia porte un masque (pas au sens physique) depuis ses 12 ans pour épargner au monde sa véritable personnalité qui ne filtre que légèrement, et uniquement lorsqu'elle officie. Et jusque là il a tenu, mais dans les situations où elle a la possibilité de le briser, elle n'hésite pas à se lâcher totalement et gare aux personnes qui seraient alors entre ses mains, car elle ne connaît aucune limite…. Ce masque lui a permis de rester en vie et de cacher ses véritables motivations (ou plutôt pulsions), pensées et secrets car elle a conscience que les “objets” autour d'elle ne nourrissent pas les mêmes concepts qu'elle concernant le monde, la vie et ce genre de choses. Sa face cachée ne ressort que rarement ce qui, au fil des ans, a fait qu'elle est presque devenue schizophrène. Deux personnalités vivent dans son corps, et s'affrontent occasionnellement. L'une est profondément sadique et l'autre est plus…. affable ? Car pouvant faire preuve de générosité, ou de pitié. Mais juste un peu alors. Ainsi, Alicia peut aussi bien vous planter un couteau dans le ventre et le remuer lentement dans la plaie, prenant touuuuut son temps, saisissant l'instant, prenant son pieds…. Que vous laisser en vie ou trouver une justification théologique de vous faire du mal lorsqu'elle y est contrainte par la situation. Ce….. Dualisme ne l'a jamais empêché d'accomplir ses missions jusque là, au contraire, il lui a même permis de lire directement dans l'âme ses interlocuteurs et mieux les cerner en certaines occasions car ses deux personnalités ne réfléchissent pas exactement de la même manière, ce qui déconcerte ceux qui ont le malheur de trop la côtoyer et permet de voir les choses différemment. Ainsi, s'il n'y a aucune raison particulière empêchant sa première personnalité de faire souffrir et tuer, l'autre n'a aucune raison particulière de prendre des vies…. Mais, étant une bougie par un soir de tempête, elle ne tient pas très longtemps avant de se faire balayer lorsque personne ne regarde ou ne regardera pour laisser s'exprimer cette passion dévorante pour le sadisme, la perversion et la cruauté.

Gorderec. Que sais tu sur l'inquisitrice Alicia ? Le visage du spadassin resta de marbre mais ses yeux s'agitaient et, était-ce bien une perle de sueur qui coulait le long de son cous ? Elle appartenait originellement à la branche de l'inquisition sigmarite de Meissen. Très dangereuse monsieur le duc. Je l'ai connu quand elle était encore initiée. Oh ? Mon groupe avait été soumis à un interrogatoire sur des disparitions dans la cave à vin. Je suis le seul à m'en être sorti. Comment….. Elle donnait l'impression d'être affable monsieur le duc, sympathique. Comment as tu fait à l'époque ? Tu devais être jeune et inexpérimenté. Pour la première fois depuis qu'il travaillait pour lui, Gorderec paraissait troublé. J'étais aussi subjugué par sa bonhomie, mais j'ai vu une lueur dans ses yeux. Intrigué, le duc se pencha en avant : Et qu'y as tu vu ? Rien monsieur le duc. D'une voix plate, sans trahir d'émotion, il répondit. Il n'y avait rien dans ses yeux. C'était fixer l'abîme, un espace sans lumières, ni vie, ni chaleur, rien que le froid, le néant et la mort.

Ce qu'elle aime : Le meurtre, la souffrance, tuer des choses, induire ses victimes en erreur, les manipuler/appliquer les commandements de Sigmar selon une interprétation très personnelle. Ce qu'elle n'aime pas : Parler, sauf si cela s'inscrit dans un projet pour tuer ou faire souffrir des choses,que l'on dénigre dans son intégralité l’œuvre de Sigmar (en tant qu'homme et dieu)/faire souffrir inutilement les autres (ce qui ne l'empêche pas de pratiquer la torture si elle la juge justifiée), la violence devant toujours être mesurée et justifiée, l'hérésie.

Alignement : Alignement : Oh zut, il est mort. Au suivant !

Historique du personnage :

Alicia est née dans un petit village à l'Ouest de Meissen. Paisible, ensoleillé au long de l'année, près de la forêt, des terres fertiles, peu fréquenté par les collecteurs d'impôts….. Bref, un vrai petit paradis. Et les villageois avaient même la chance de pouvoir organiser des fêtes au long de l'année.

Les parents d'Alicia étaient des paysans, travaillant la terre, ils étaient aimants et adoraient leur fille, même s'ils trouvaient celle ci étrange, car incapable de ressentir certaines émotions, ou avec plus d'intensité que les autres enfants. Et puis vers ses 10 ans, elle se mettait à faire d'étranges choses comme prédire les infidélités dans le village ou les futurs couples… Elle s'arrêta cependant de le faire après quelques mois car s'étant rendue compte que le reste du village commençait à la regarder bizarrement. À ses 12 ans, elle était partie ramasser des champignons hallucinogènes dans la forêt pour les consommer plus tard. Elle aimait vraiment faire ça car malgré les crampes d'estomac et les risques liés à la consommation des champignons, ils augmentaient sa capacité à ressentir la douleur et le plaisir. C'était vraiment le pieds, encore plus quand elle forçait des écureuils à les avaler avant de se mettre à leur enlever la peau du corps et les empaler vivants. Avec ces drogues ils faisaient bien plus de bruits…. De vrais musiciens. Mais alors qu'elle se promenait dans les bois, et qu'une fête était en cours de préparation au village, elle vit une colonne de fumée en provenance de celui ci. Il était attaqué. Par des hommes bêtes. En quelques minutes, l'intégralité des villageois fut capturée. Seule Alicia était libre car de sortie à ce moment là. En retournant sur ses pas, elle assistât alors à quelque chose qui resterait dans sa mémoire à jamais. Durant 6 jours et 6 nuits, les hommes bêtes festoyèrent en s'amusant avec les humains prisonniers, leur faisant subir moult tourments. Les prisonniers étaient torturés, violés, massacrés. Une véritable orgie de sang et de débauche avait lieu. Durant tout ce temps, Alicia assista à tout cela, au premier jour - et bien que restée cachée dans la forêt, car s'enfuir au plus loin aurait été vain, certains razorgors rôdant dans les bois - bien que refusant même d'entendre les hurlements des prisonniers. Au second jour, elle ne pouvait plus les ignorer et était forcée de les écouter. Au troisième jour, prise par la curiosité et un irrésistible désir étrange, elle prit le risque d'avancer à l'orée du bois pour contempler de loin ce qui se passait. Elle observa ainsi les scènes depuis les ruines des maisons les activités obscènes des mutants. Au quatrième jour, elle assista et grava dans sa mémoire les atrocités que commettaient les hommes bêtes et elle ressentait un brin de jalousie de ne pas pouvoir y participer. Au cinquième jour, elle n'avait plus qu'une envie, c'était celle de foncer au cœur de cette débauche et de n'être qu'un simple objet entre les mains des hommes bêtes. Mais alors qu'elle allait le faire, elle remarqua une jeune fille du village, Jeyne qui avait réussi à s'échapper et qui rampait vers elle, sans la voir. Âgée de 20 ans, étant dans la force de l'âge, elle avait encore assez d'énergie pour fuir mais… Alicia avisa un couteau par terre et le passa dans son dos puis, avisant Jeyne, elle lui fit signe de la rejoindre avec un sourire innocent. Alors que celle ci allait lui demander de fuir avec elle, Alicia lui donna un coup de couteau au ventre et se réjouit du visage consterné, surpris qui lui faisait désormais face. Et cette sensation d'enfoncer un couteau dans de la chair vive. Le bruit que faisait la viande en se déchirant, le hoquet de surprise. L'incompréhension dans le regard. Quel doux souvenir que celui ci. Malheureusement, Jeyne mourut rapidement et Alicia n'eut pas le temps de s'amuser plus avec elle. Par contre, elle avait sacrément soif car elle n'avait pas bu depuis plusieurs jours. C'est alors qu'elle avisa une fontaine de sang juste devant elle. Le corps d'Alicia était encore chaud et un liquide vermillon s'écoulait sur le sol. Ce liquide savoureux et réchauffant… Accomplir cet acte délictueux, boire ce sang… C'était une sensation délicieuse.

Au sixième jour, Alicia, se souvenant de son meurtre de la veille et la déception ressentie lorsqu'elle avait tué Jeyne sans la faire souffrir davantage, elle se convaincue d'observer attentivement les actes des hommes bêtes, de les étudier en détail, de graver dans sa mémoire le moindre détail pour pouvoir ensuite l'appliquer. Dans la nuit, au plus fort de l'orgie des hommes bêtes, Alicia sombrât dans ce qu'elle pensa être une hallucination. Elle vit alors un être divinement gracieux et ravissant, au corps élancé et élégant, cet être hermaphrodite de toute beauté envoûtante et diabolique, svelte et au regard langoureux la captiva. Cet être était empli de la sève de la jeunesse, enjôleur, désarmant d'innocence et ensorceleur dans ses moindres gestes lui adressa la parole. Perdue dans la contemplation de sa chevelure d'or pur et ses cornes noires, sa chemise à la beauté obscène, elle mit du temps à comprendre ce qu'il lui disait, mais finit par saisir que ce dernier lui demandait de lui prouver sa fidélité en échange de quoi, elle accèderait à des plaisirs insoupçonnés. Comment ? Pour cela, elle serait libre de choisir le moyen. Il fallait juste qu'elle y prenne du plaisir à le faire, sinon, cela ne marcherait pas. Au petit matin du 7ème jour, les hommes bêtes s'en allèrent mais laissaient derrière eux 4 survivants. Alicia elle même, un vieil homme, Marvik, le petit frère d'Alicia et sa meilleure amie, Angèle. C'est d'ailleurs au cours de ce moment aussi bref qu'intense que les pouvoirs d'Alicia se réveillèrent pour de bon. Et qu'elle en tira un très grand plaisir. S’avançant vers Marvik, elle lut dans les yeux de celui ci une très grande surprise, car il s'attendait à mourir desséché sur la croix sur laquelle il était attaché. Alors qu'il lui demandait de le détacher, Alicia remarqua divers objets dans les alentours. Une scie, une hache, des clous, un marteau, un couteau et des braises encore chaudes. Tout un programme. Faisant la sourde oreille aux demandes de Marvik, elle démarra un feu avec les braises. Ensuite elle y posa la lame du couteau dessus pour la faire chauffer. Marvik commençait à se débattre et à paniquer. Il ignorait ce qu'avait Alicia en tête mais cela ne semblait pas être quelque chose pour son bien. Et il avait raison…. Saisissant le marteau, Alicia commençat par briser les genoux de Marvik, puis les doigts, un par un. Ensuite les poignets puis les coudes jusqu'à faire de Marvik un pantin désarticulé. Ensuite, elle le détacha avec le couteau et le laissa sur le dos, incapable de fuir ou de se défendre. Angèle et le frère d'Alicia assistaient à cela et étaient terrifiés. Mais ils étaient incapables d'agir et Alicia en était consciente, elle prenait même un malin plaisir à les maintenir dans leur impuissance jusqu'à ce que leur tour arrive. Reconcentrant son attention sur Marvik, elle prit la scie et se mit à découper joyeusement, en entonnant un chanson de bucheron les extrémités de son corps. Doigts, pieds, mains…. Tout en faisant cicatriser les blessures avec la lame chauffée à blanc. Les cris de douleur étaient vraiment agréables à entendre. Quelle magnifique symphonie. Puis vint l'heure où il ne restait plus à Marvik que son tronc et sa tête. Alicia se fit alors la remarque qu'il était étonnant que la douleur n'ait pas été assez forte pour le tuer ou le faire sombrer dans l'inconscience. Elle avait vraiment de la chance sur ce coup. Mais il était temps d'en finir. Hum… Comment s'y prendre ? L'éventrer pourrait être amusant mais…. Et si je lui sciant leeeentement le cou ? Tout en réfléchissant à pleine voix, elle se dirigeait vers la scie et se mit à l'ouvrage. Les cris de supplication et les larmes de Marvik étaient un plaisir. Cela faisait du bien que de savoir que son travail était reconnu à sa juste valeur. Puis Marvik mourut… D'une décapitation partielle. Zut de zut de zut de zut ! Il est mort. Bon, tout va bien, j'ai encore deux jouets ! Pas vrai vous !? Et puis celui ci était plutôt pas mal, même à la fin il a été utile puisque grâce à lu je vais pouvoir étancher ma soif. Et elle se mit à boire le sang qui coulait à flots du coup de Marvik. Une fois fait, elle se rendit compte que ses habits étaient complètement hors d'usage car tâchés de sang, de sueur et de boue. Alors elle les enleva tous. Et c'est dans le plus simple appareil qu'elle se dirigea vers Angèle qui était attachée dans un coin. Celle ci ne pleurait plus car elle n'avait plus assez de larmes pour faire une telle action. La peur et le supplice de Marvik avaient eu raison de ses réserves. Alicia la tira donc vers une table qu'elle avait repérée. Il y avait dessus un cadavre ouvert au ventre dont l'intérieur avait été dévoré, mais c'était sans importance. Alors elle le fit basculer de l'autre côté pour installer Angèle à sa place. - Angèle, mon amie, tu veux bien jouer une dernière fois avec moi ? Dit elle le sourire aux lèvres. Je vais faire des dessins et tu vas m'y aider sans bouger compris ? Alicia alla alors chercher le couteau qui avait chauffé au feu et se mit à entailler doucement, avec une patience surprenante le corps d'Angèle, tentant d'y représenter ce magnifique être qu'elle avait vu la nuit dernière. Mais hélas, elle n'y réussit pas et, énervée par cet échec, elle planta le couteau dans le ventre d'Angèle, lui arrachant un cri de douleur, sans doute le seul acte de miséricorde qu'elle fit à partir de ce jour car la pauvre fille mourut sur le coup. Puis, pour se défouler, elle s'amusa à lui retirer la peau lentement avec le couteau, comme on retire la peau d'un fruit un peu trop mur, la détachant lentement et avec précision. Ce fut une réussite partielle. Tout le devant du corps d'Angèle était dépourvu de peau, mais celle ci était désormais morte. Alors, par dépit, Alicia l'égorgea et prit une douche dans cette fontaine de sang improvisée. Puis elle se dirigea vers son petit frère. Celui ci était vraiment dans un état pitoyable, des larmes et de la morve lui recouvraient le visage et il était incapable de crier, ou même de bouger. Il avait perdu toute son énergie. ça n'allait pas être amusant. Il faudrait qu'il se repose pour qu'elle puisse s'amuser après. Comment faire ? Oh…. En voilà une idée…. L'assommant, Alicia le tira vers une des maisons encore intacte puis le traina dans un escalier puis dans une cave. Elle le détacha ensuite et se retira silencieusement pour se poster au rez de chaussé, au dessus du hall d'entré. Puis elle attendit. Attendit. Attendit… Et entendit un bruit à la cave. Ça y est, il se réveillait. La surprise pouvait commencer…. Elle le vit s'appuyer sur les murs pour marcher, il regardait la porte de sortie vers laquelle il allait s'échapper. Oh joie, que c'était agréable que de connaître la suite !!! S'avançant pas à pas vers la sortie, sans accorder un regard au dessus de lui, il accéléra son pas… L'attente était insoutenable pour Alicia qui devait maintenant faire preuve d'un grand sang froid pour contrôler ses gémissements…. Puis il passa en dessous d'elle. La fête pouvait commencer. Des clous à la main, elle sauta, lui tombant sur les épaules qui se brisèrent, il hurla de peur et de douleur, encore plus quand coincé sur son dos, il vit sa sœur adorée arborer sur son si beau visage une expression de pure joie. Puis plus rien… Il avait perdu ses yeux. À cause des clous. Il ressentit des piqures au niveau des bras et jambes puis au torse et mourut.

Une fois ses trois “jouets” “cassés”, Alicia se mit en quête de rassembler les morceaux de ceux ci pour en faire une sculpture géante et dont les dieux seuls savent ce qu'un esprit dérangé pouvait y voir. Une fois son office fait, Alicia se mit à piller les cadavres dans le but d'obtenir des vêtements moins tachés de sang. Une fois fait, elle fit route vers Meissen où elle raconta au capitaine de la garde locale que son village avait été attaqué par des hommes bêtes et qu'elle était la seule à avoir survécu. Elle fut ensuite recueillie dans un orphelinat où les bonnes sœurs en charge de l'établissement lui inculquèrent les principes de la religion sigmarite. Alicia était cependant assez maligne pour faire à l'époque visage bas afin de donner l'illusion d'une parfaite dévote, n'hésitant pas à dénoncer ses camarades pour des fautes en rapport avec la religion. Elle instilla aussi dans la tête des bonnes sœurs l'idée qu'elle ne désirait que servir Sigmar pour purger l'hérésie du vieux monde et ainsi se venger des hommes bêtes responsables de la destruction de son village. Son comportement lui permis, de fil en aiguille, et suite aux remarques des sœurs sur ce qu'elles pensaient être sa piété, d'intégrer le temple de Sigmar local où elle travailla finalement comme inquisitrice et bourreau pendant quelques années. Qu'est ce qui t'amène dans notre sanctuaire d'amour et de fraternité ma petite ? Je possède une terrible culpabilité et rage en moi qui ne peuvent être réprimées que par le sang et l’assujettissement des impurs. - Ah ah ! Tu vas t'intégrer facilement toi ! Ainsi se déroula son…. “entretien d'embauche”. Mais son travail concernait surtout la première partie car elle se montrait diablement efficace pour obtenir des aveux, avec ou sans l'utilisation d'“outils”. Ainsi, pendant des années, sous le contrôle de ses supérieurs, elle effectua divers tâches que le bourgeois qui n'y connait rien aurait qualifié de “moralement discutables”, acquérant ainsi confiance de ses supérieurs dans le fait qu'elle pouvait exécuter les ordres sans discuter. Jusque là elle opérait dans un cadre limité de Meissen et les villages environnants, ce qui limitait les dégâts/bienfaits qu'elle pouvait faire aux citoyens impériaux. Mais un changement allait venir… Son apparent zèle dans la lutte contre l'hérésie poussa son supérieur direct à lui confier une mission dans la région car l'expérience acquise, sur le terrain, sans filets de secours, ne pouvait qu'être positive et accroître ses talents, selon lui. Elle devait pour cela rejoindre une compagnie de soldats de la ville en tant que bonne sœur de Sigmar pour procéder à l'inspection d'un village. Apparemment il y avait des rumeurs selon lesquelles une secte s'y serait établie et terroriserait les villageois. La mission était simple, mettre fin à cette menace naissante. Les moyens : tout est permis pourvu que le culte soit annihilé. Mais tout ne se passa pas comme prévu. La compagnie fut capturée dans son intégralité par des cultistes du chaos qui avaient en fait convertis la majorité du village, ceux ayant refusés se retrouvant sur des autels conçus à cet effet. Un magus était en fait venu convertir à foison dans le but d'organiser une petite sauterie le temps d'une semaine pour s'amuser puis de garder sous la main les disciples prometteurs. Les autres étant laissés à l'inquisition lorsqu'elle aurait pleinement pris conscience de la situation. Dans tout cela, Alicia fut capturée comme les soldats et mise dans une file où l'on torturait un peu les soldats avant de les sacrifier un par un. Au premier à passer, Alicia montra une vive protestation contre les manières des cultistes. Voyant les symboles de la religion sigmarite sur elle, le magus la prit pour une fidèle de Sigmar et l'attira à l'écart du groupe pour entendre les bêtises de cette croyante avant de s'en faire un quatre heure pour lui seul. Mais lorsqu'il l'interogea sur les raisons de ses protestations, il n'eu pas droit à l'habituel et stupide : hérétique soyez maudits Sigmar vous le fera payer etc etc…. Mais plus à un cours très détaillé sur la torture et les différents moyens de briser des individus. Intrigué par ce discours, le magus approfondi ses questions et finit par conclure que la magnifique femme en face de lui était sincère et se devait de recevoir la bénédiction de Slaanesh au vu de son passé. Bien que pas encore tout à fait au point niveau doctrine du culte, elle ferait une excellente cultiste pourvu qu'elle reçoive la bénédiction du Maître. Mais pour être sûr de son allégeance au démon, et parce que le lieu s'y prêtait tout à fait, il lui ordonna de procéder aux tortures et sacrifices. La suite ne le déçut absolument pas puisqu'elle éclipsa par ses compétences et sa ferveur tous les autres cultistes, et ne montra absolument aucun remord à tuer des personnes qui étaient alors ses compagnons de route. Et en plus de tout cela, elle était capable, pourvu qu'elle recoive un entraînement approprié, d'utiliser la magie. Une perle rare. Définitivement séduit par cette femme, le magus finit par lui confier comme mission de rejoindre un culte à Nuln où ses talents si….. particuliers, ne manqueraient pas d'être utiles à une cellule des Sybarites et où elle pourrait même les développer. Pour cela, il faudrait qu'Alicia retrouve au goret aveugle, une taverne locale, une certaine Myryn, à qui elle devrait dire : “les bons alcools de la brigade du vent d'Ouest”. De retour à Meissen, elle réussit à faire croire à ses supérieurs que la troupe était arrivée au village et y avait débusqué une cellule d'hérétiques du Baiser Exquis et que tous les villageois qui n'avaient pas été tués étaient devenus des fidèles du dieu. Mais heureusement, grâce à Sigmar, la troupe avait réussie à attaquer par surprise les cultistes et, bien que plus nombreux, elle réussit à tous les défaire au cours d'un combat à mort à la fin duquel elle resta la seule encore debout, les miliciens étant morts de leurs blessures. Pour être crédible, elle n'hésita d'ailleurs pas à s'entailler le scalp et l'avant bras, blessures légères, mais néanmoins impressionnantes et qui prendraient du temps avant de totalement disparaître. Le village avait donc été purgé mais les miliciens étaient allés se reposer dans les bras de Morr. Mais, loué soit Sigmar, en fouillant les corps, elle avait réussie à trouver une missive expliquant qu'un culte du démon se trouvait à Nuln et réussit à être chargée de le neutraliser avec l'aide des autorités compétentes une fois sur place, dans le cadre du traité de coopération entre le clergé de Meissen et celui de Nuln. Elle pouvait ainsi compter sur une certaine forme d'aide de l'église locale. Alicia réussit donc à être envoyée à Nuln, capitale du duché, ville aux mille et une facettes, grand centre industriel mais aussi artistique où moult lieux de plaisirs se trouvaient. Une ville où l'art avait sa place, où de généreux donateurs étaient prêts à vous subventionner, avec une comtesse très coulante concernant les plaisirs procurés par la vie citadine. Bref, le lieu parfait. Ainsi, Alicia se mit en route pour Nuln dans le but d'enfin rejoindre le culte du plaisir et jurer allégeance en bonne et due forme à Slaanesh afin de profiter de ses largesses. Ou purger de l'impur du lieu, selon la personnalité dominante. Le vieux monde pouvait commencer à trembler car elle ne s’arrêterait pas en si bon chemin……




Compétences :

Résistance accrue : Votre personnage est particulièrement résistant et robuste. Il peut ajouter un bonus de +1 sur tous ses tests d'endurance. Cette compétence peut faire l’objet d’une ou plusieurs spécialisations parmi les suivantes : à la chaleur, à l’alcool, à la fatigue, au froid, aux drogues, à la torture.

Torture : Votre personnage est expérimenté dans l'art de l'interrogation et spécialement dans l'application soigneuse de souffrances destinées à encourager la victime à parler, sans lui infliger de dommage fatal. Il bénéficie d'un bonus de +1 pour tous les tests visant à faire parler, avouer une personne en usant de ce genre de technique.

Intérrogatoire : Votre personnage a développé des techniques visant à obtenir des informations d'une personne sans l'utilisation de la violence physique, par la simple mise en œuvre de pressions psychologiques. Il a l'art de s'insinuer dans l'esprit de sa victime, de la sonder et d'analyser ses processus psychologiques de défense. Il bénéficie d'un bonus de +1 sur tous les tests visant à déterminer s'il parvient à obtenir des vérités par ces moyens (Selon la réussite du test, le MJ peut décider de divulguer plus ou moins d'informations détenues par la personne «interrogée». En cas d'échec, votre personnage, par ces techniques psychologiques, ne tirera rien de plus de celui-ci, à part s'il les remplace par des violences physiques.)

Sang froid : Votre personnage a ce qu'on appelle des «nerfs d'acier». Il sait rester maître de lui-même dans les situations les plus dangereuses. Il bénéficie d'un bonus de +1 sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale (En d'autres termes, ce bonus sert à réduire un malus généré par une situation stressante. Cette compétence ne peut s'appliquer que dans la mesure où un test est soumis à malus!)

Doctrine du culte : Votre personnage, en tant qu'initié, prêtre ou cultiste, connait les croyances de base, les détails des cérémonies religieuses, les costumes appropriés, les jours saints, les comportements honorables et interdits, les symboles de son culte/religion, les cérémonies. Il sait également expliquer la signification des jours saints célébrés par le culte/religion, décrire les dispositions traditionnelles de lieux saints de son culte/religion, être capable d'apprendre ces détails aux pratiquants et demandeurs intéressés, etc., sigmarite bien entendu.

Alphabétisation : Votre personnage est capable de lire et d'écrire les langages utilisant l'alphabet du vieux monde (Bretonnien, Tiléen, Estalien, etc.,) si bien entendu il comprend ce langage (pour cela, il devra posséder la compétence «langue étrangère» pour ce langage. A l'inverse, s'il ne possède que la compétence «langue étrangère» il le comprendra, le parlera mais ne sera ni capable de le lire ni de l'écrire). Dans le RP, pour des raisons purement pratiques on considère que l'occidental est le langage partagé par toutes les races, mais dans certaines situations, le MJ pourra tenir compte de ces différences de langage.




Inventaires et biens du personnage:

Bourse: 3 CO et 7 PA


Inventaire
Dague sainte Une main, 13+1d6 dégâts ; 5 parade Rapide. Peut être utilisé comme arme de jet. En manier deux permet de faire deux tentatives de touches, mais sans la compétence Ambidextrie, un malus s'impose sur l'attaque à la mauvaise main.
Pistolet (modèle de l'inquisition) 50+1d8 dégâts, malus de tir de -2 tous les 8 mètres Percutante et perforante (4), Un tir par NA max, prend 1 NA à recharger Vous pouvez utilise 2 pistolets en même temps, ce qui permet de faire deux tentatives de touches, mais le malus pour le tir de la mauvaise main est TIR-3, arme à poudre (les chances d'échecs critiques passent à 18+)
Jambières de cuir 4 d'armure légères aux jambes Pantalon de cuir très chic, passe partout et protège aussi des corps de traîtres
Chapeau à large bord
Bottes cuissardes
Chemise
Doublet Sorte de veste faite sur mesure, que l'on porte par-dessus une chemise longue. Le doublet est souvent agrémenté de boutons et de broderie. Sa coupe et son col dépendent étroitement de la tendance à la mode.
Gants de cuir
Balles
Poudre
Outils de crochetage Permet de crocheter des portes ou autres coffres.


Grimoire


Parcours

Quêtes accomplies

Classes acquises

1.initiée

Carrière et classe en cours d'apprentissage

Carrière : voie du répurgateur
Classe actuelle : 2.répurgatrice

Dévotion religieuse

Dieu Points de dévotions disponibles Points de dévotions dépensés
Sigmar 6 0
Slaanesh 14 0

Autres


QR Code
QR Code wiki:fiche_alicia (generated for current page)