[Événement terminé] Sonnstille, le Solstice d’Été

Image

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Ombre de la Mort
Warfo Award 2015 de l'ancêtre
Warfo Award 2015 de l'ancêtre
Messages : 2422
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=mj_ombre_de_la_mort
Autres comptes : Medenor (PJ) ; Ludwigheid Kraemer
Localisation : Dans l'ombre, je guette...
Contact :

[Événement terminé] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par [MJ] Ombre de la Mort » 05 août 2018, 11:36

Image
Sonnstille, le Solstice d’Été.
Le jour du soleil. Tel était le nom donné communément au solstice d’été, car en ce jour le plus long de l’année, l’astre semble s’éterniser à l’horizon. C’était une date importante pour toutes les petites gens et travailleurs liés au cycle annuel du soleil et ce, dans toutes les cultures du Vieux Monde et au-delà. Les fermiers, les marins, les sorciers et les pèlerins, tous étaient concernés. Les rites de fertilité étaient également monnaie courante ce jour-là : les jeunes couples ornent leur chevelure de fleurs, dansant et chantant sur des airs honorant leurs divinités respectives. Les dieux humains Taal et Rhya, les religions paysannes locales, la divinité Elfe Isha, tous sont célébrés au Sonnstille. Les enfants nés le jour du soleil sont considérés comme bénis et sont censés donner des adultes brillants, énergiques et destinés à la grandeur.
Bienvenue au Soleil ! Célébrez Sonnstille ! Ce petit événement temporaire a pour but de fêter l'été sur Warforum JDR, le tout dans l'univers de Warhammer. C'est l'occasion pour vos personnages de célébrer l'été et le Solstice à leur façon. Humains, Elfes, Nains, Orques : qu'importe votre race, le Cirque est une zone de libre expression !

Laissez libre cours à votre expression artistique et rédactionnelle : il s'agit d'un événement purement RP. Pas de règles, pas de défis, pas de systèmes de jeu : seule votre imagination, au travers de votre plume numérique, est requise dans ce sujet saisonnier. XP à la clé, bien évidemment, à la hauteur de la qualité de vos textes.

Vous pourrez poster jusqu'à deux messages durant la période du Sonnstille. Seule condition : que vos textes aient un lien avec Sonnstille. Cela peut être du one-shot ou s'étaler sur les deux RP, une nouvelle ou un texte court (en respectant les règles de rédaction du forum, bien sûr), seul(e) ou en groupe. Faites-vous plaisir :clindoeil:

Fin de l'événement temporaire : le 19 août au soir

Bon amusement et bon jeu :happy:
Image
Cliquez si vous l'osez ..
Torture favorite:

░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█▀▀ ░░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█ ░░░
░█▀▀ ░█▀▀ ░█ ░█ ░░░░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█ ░░░
░▀▀▀ ░▀ ░░░▀ ░▀▀▀ ░░▀ ░░░▀░▀ ░▀ ░▀▀▀ ░

"Malepierre is My Business..."
" It's gonna be legen... wait for it... dary ! »"
Des questions ? Mon Antre t'est ouverte...
Veillez consulter Les lois du MJ afin de prendre connaissance de ce que vous croyez être vos droits!
Besoin d'un avatar ? D'une bannière ? Ou tout autre demande graphique ? N'hésitez pas à me demander !

Avatar du membre
Goraxul
PJ
Messages : 52
Profil : For 10 | End 10 | Hab 8 | Cha 9 | Int 9 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 10/70
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... he_goraxul
Autres comptes : Félix Braun
Localisation : Québec
Contact :

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Goraxul » 08 août 2018, 19:33

L’odeur d’une sauce forte et épicée attirait les curieux et les téméraires près de l’étrange engin de fer noir parsemé de rouille. Une boite métallique chauffée presque à blanc était la source de beaucoup de rumeurs. La machine devait être plus grande qu’un homme, 4 roues d’acier l’entouraient et arborait une multitude de gravures aux sens inconnus et abjects reluisait au soleil de midi. Sur le devant se trouvait un attelage qui aurait surement pu accueillir 8 chevaux, mais les sangles étaient bien trop grandes. Sur le dessus de l’appareil, une courte cheminée couverte d’un étrange chapeau pointu crachait une épaisse fumée noire. Si vous aviez le malheur de vous y attarder longuement, on pouvait avoir l’impression d’y voir des visages, ou des ombres se promener dans le flot opaque de poussières qui s’envolait au-dessus du cirque.
Sur un de ses côtés se tenait la foule, une ligne de gens affamés, transportant pistoles et pièces de bronzes pour tenter leurs chances à ces saveurs inédites. Un homme gigantesque et une druchii accompagnée de deux nains à la peau terne faisaient office d’hôtes. L’homme, torse nu, portait un pantalon court et de nombreux tatouages sur le haut de son corps. Il avait la tête dans le fourneau à faire cuire on ne sait quoi. La femme, vêtue d’une petite combinaison de bain, recueillait l’argent des clients. Tandis que les deux nains, remplissaient la chaudière d’une matière étrange, surement pour donner plus de saveur aux mets préparés. Ce n’était pas du bois c’est certain, mais il difficile à dire ce que c’était.

Les grandes portes de fonte noire s’ouvrir pour révéler une immense grille léchée par les flammes. Parsemé sur la plaque, des morceaux de viande cuite à points !

L’homme se retourna et monta sur un petit tabouret.

Image

Approchez, approchez. Venez gouter aux Delikatessen aus dem Norden. La cuisine Kurgan n’aura jamais été aussi accessible. Homme bête mariné, choix de cochon ou chèvre, brochette de fimir, cuisse de gobelin ou la pièce de résistance, skaven tourné à la broche, garantie 100 % sans malepierre, ou c’est argent remis ! Faites la file, il y en aura pour tout le monde ! Il est aussi possible de vous procurer un steak de carnosaure ! N’oubliez pas de bien spécifier votre cuisson. Si j’étais vous, je la prendrais bleu, mmmmmmmh mh. Quel délice !!



----------
À quelque tente de là, un homme, attristé, apposait sur une structure de bois une affiche. Il était possible d’y voir le visage de sa plus jeune fille, Ingrid, 12 ans, manquante depuis la veille.
Modifié en dernier par Goraxul le 17 août 2018, 20:10, modifié 2 fois.
Image
Goraxul , Aspirant Champion du Chaos Universel

Fiche Wiki

FOR 10 / END 10 / HAB 8 / CHAR 9 / INT 9 / INI 9 / ATT 10 / PAR 9 / TIR 8 / MAG 0 / NA 1 / PV 10/75
Compétence
  • Ambidexterie : Utilisation sans malus de deux armes à la fois
  • Chasse : Bonus de 1 lors de tentative de chasse
  • Langue Noir : Permer de parler et de comprendre la langue des monstruosité du Chaos
  • Parade : La valeur de parade des armes et bouclier est doublée
  • Résistance Accrue : Bonus de 1 sur tout ses jets d'endurances
  • Sang Froid : Ne subit pas de malus en cas de situations stressantes
  • Sixieme sens : Bonus de 1 lors qu'il se sent traqué pour découvrir la source
  • Survie en milieux hostile : Bonus de 1 lors de tentative de survie en milieux dangereux.
Expérience
  • XP 28/153
Armement
  • 2 x Hache Chaotique : 18+1d8 ; 8(16) PAR ; Percutante : 2 jet de dégât, garder le meilleur. Manier deux haches chaotiques en même temps permet de faire deux attaques.
  • Bouclier du chaos : 6+1d6 ; 16(32) PAR ; Déstabilisant : +2 à tout test visant à pousser/renverser ou à résister. Bouclier : relance automatique de la première parade ratée au cours d'un round.
Armure
  • Harnois du cultiste de Khorne : 10 points de protection partout sauf la tête.
  • Camail : 6 points de protection sur la tête ; Protection de maille à laquelle peut s'ajouter un casque.
  • Capuchon en cuir : 3 points de protection sur la tête.
Mutation 1/8
  • Peau écailleuse : Armure naturelle de 4 sur le bras droit.
Argent
  • Couronne : 7
  • Pistole : 0
RP
Kill List
  • Goblin x 1
  • Skaven x 2
  • Homme-bête x 1
Image

Avatar du membre
GrunDurak
PJ
Messages : 31

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par GrunDurak » 10 août 2018, 00:09

Le soleil brûlait haut dans le ciel, et le saurus peinait pour suivre le rythme soutenu qu'il s'était donné afin de retrouver les siens.
Alors que la sécheresse l’empêchait de plus en plus de se concentrer sur son objectif, GrunDurak eut soudain une vision, qui le fit s'étaler dans la poussière, qui s'envolait toujours plus haut dans le ciel... se rapprochait toujours plus de l'astre brûlant...


Le soleil brillait haut au dessus de la canopée, et l'assemblé d'hommes-lézards réunis pour l'occasion festoyait et se réjouissait de l’avènement du solstice d'été, signe du renouveau et de la vitalité dans les cités-temples. Cette journée particulièrement ensoleillée était bien entendu dédiée à Chotec, le seigneur de l'astre solaire, pourvoyeur de lumière et de chaleur.

Alors que GrunDurak regardait autour de lui, il vit qu'il était située sur un des plus bas degrés de la Grande Pyramide de la cité, surplombant une gigantesque place sur laquelle une foule de skinks profitaient des bienfaits du dieu-soleil. Autour de lui étaient situés nombre de ces camarades guerriers, et sur le degré du dessus les gardiens du temple avaient l'honneur de protéger le seigneur de la cité-temple, un surpuissant prêtre-mage slann, qui dirigeait la cérémonie et recueillait les offrandes de teintures, épices, animaux et produits dérivés de la jungle environnante.

Mais le moment que toute l'assemblé attendait était enfin arrivé. Une cohorte de saurus sorti d'un bâtiment adjacent à la place centrale, gardant une cage déplacée par des kroxigors en direction de la Grande Pyramide. Alors que les skinks s'écartaient sur leur passage en poussant des cris aigus et excités, GrunDurak put enfin voir le contenu de la cage : un millier de rejetons-rats qui couinaient et se tortillaient, offrant là un spectacle des plus satisfaisants pour le saurus.

Il se tourna ensuite vers le prêtre-mage, qui entonna une incantation appelant à la puissance du bien-aimé Chotec, faisant apparaître alors un gigantesque faisceau de lumière, qui alla droit enflammer une fosse remplie du meilleur bois trouvable dans la jungle. Les flammes s'élevaient haut dans le ciel, et les rats poussaient des cris de plus en plus craintifs, alors que leur cage se rapprochait du brasier ardent. Les kroxigors positionnèrent alors la cage au-dessus de la fournaise à l'aide de câbles en liane, et le sacrifice commença.

Les skavens brûlaient par centaines, et là haut dans le ciel, plus haut même, l'astre resplendissait, comme satisfait de l'offrande offerte par les serviteurs des anciens, et GrunDurak eut l'impression qu'il brillait de plus en plus... toujours plus... jusqu'à remplir chaque millimètre de sa rétine de la puissance lumineuse des anciens...

Bon solstice d'été à tous :youpi:
Tous les chemins mènent au Grand Dessin

GrunDurak, voie du guerrier saurus, rang 1
Profil actuel : For 10 / End 9 / Hab 7 / Char 7 / Int 6 / Ini 8 / Att 10 / Par 9 / Tir 7 / NA 1 / PV 70/70
wiki-v2/doku.php?id=wiki:grundurak

Avatar du membre
Mélétê
PJ
Messages : 179
Profil : en signature
Autres comptes : [MJ] The Puppet Master

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Mélétê » 11 août 2018, 13:38

La torpeur d'un long jour d'été, le vent chaud du soir et la douceur de vivre à cette époque de l'année suffisait à Mélétê pour oublier ses déboires quotidiens. Combien de fois avait-elle appelé de ses voeux une vie tranquille et paisible ? Trop souvent, effectivement. Pourtant, et elle n'en avait réellement pris conscience que récemment, elle aimait cette vie de bohème aventureuse et palpitante. L'incertitude du lendemain, l'impérieuse nécessité de survivre pour vivre, tout ce qui vous rend la vie si difficile en est, en fait, le sel, le piment, la substantifique moelle.

Un peu plus tôt, en se promenant dans les allées du cirque Zavattaniels, Mélétê avait rencontré un homme farfelu qui voulait absolument s'occuper de sa chevelure qu'il trouvait malmenée, fatiguée et terne. Ce Jan Luwi D'Avhid l'avait shampouinée, brossée, lissée pendant des dizaines de minutes avant de la libérer visiblement satisfait de son travail. Ses longs cheveux maintenant tressés et remontés sur l'arrière du crâne en un chignon savamment maintenu par des lanières de tissu colorées laissaient la brise de cette fin de journée chatouiller sa nuque. La jeune femme sourit. Elle se sentait bien et une délicieuse odeur lui chatouilla alors les narines.

Elle suivit la piste olfactive jusqu'à sa source où un barbare torse nu faisait tourner des broches et agrémentait de larges grilles en pièces de viande à rôtir. Il y avait là de quoi nourrir tous les visiteurs du cirque, et même plutôt deux fois qu'une. L'énoncé des mets qu'il préparait interpella la jeune femme qui hésita à goûter le skaven et le gobelin, mais il fallait bien avouer que les brochettes de fimir, peu importe ce dont il s'agissait, semblaient appétissantes.

Elle se mit au bout de la file et attendit son tour.

Dans les allées, une fanfare hétéroclite de troubadours accompagnés de jongleurs et cracheurs de feu, déambulait en annonçant les réjouissances du soir. En tête de cortège, on trouvait un halfeling ventripotent juché sur des échasses de dix pieds de haut, gueulant au travers d'un cône métallique la liste des festivités à venir. Derrière lui, une demi-douzaine d'hommes en habit bicolore rouge et jaune frappaient sur des tambours et donnaient le rythme du défilé. Venaient ensuite, pêle-mêle, un orque en culotte rayée bleu et blanc qui jonglait avec des snotlings en les envoyant dans les airs par dessus de sa tête dans un concert de hurlements aigus, quatre arabéennes vêtues de mille foulards avançant dans un concert de danses aguicheuses, une elfe à la peau nacrée et aux cheveux roux qui jouait de la harpe sur un char gobelin tiré par un loup géant, des acrobates effectuant divers sauts, roulades et portés acrobatiques sans compter quelques spécimens de ménagerie venus de lointaines contrées : lion blanc d'Ulthuan, chien truffier de Bretonnie, ours du Kislev...

Quand elle fut servie, Mélétê s'en alla sur un banc à l'ombre avec sa grillade, quelques bâtonnets de patates frites et une chopine de bière tiède. Elle était guillerette et se sentait légère... au moins jusqu'à ce que son repas fut achevé.
Mélétê, bandit de grand chemin.
Profil: For 8 | End 8 | Hab 12 | Cha 10 | Int 9 | Ini 10 | Att 10 | Par 10 | Tir 12 | NA 2 | PV 70/70
Lien Fiche personnage : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_melete

Avatar du membre
Catuvolcos
PJ
Messages : 64

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Catuvolcos » 13 août 2018, 14:31

Bon sang pourquoi avait-il fallu que je tombe sur lui…

Crachant du sang je me relevai douloureusement et pris ma tête dans mes mains, près de moi Cormac Chath le champion d’Albion, hurlait de son cri si particulier pour célébrer sa victoire. Bon ce ne sera pas cette année que je passerais les phases finale du tournoi des poings de chêne. Se retournant vers moi Cormac me serra enfin plutôt me broya la main et me félicita.

Image« Bien joué pti néophyte tu as réussi quand même à m’en mettre deux trois belles dans ma salle trogne entraînes-toi dur et reviens me cogner l’année prochaine, enfin si l’on sera encore en vie hahahaha! »

Rigolant avec lui quelques instants je sorti du cercle et rejoignirent mes camarades druides, pour aller participer aux autres jeux sportifs organisés pour la fête traditionnelle de Lugnasad, célébrant la pleine période des moissons et de l’abondance que la terre nourricière nous accordait.
Toute la journée la fête continua, les cornes d’hydromel se vidaient, les jeux sportifs se déroulaient, partout des gens chantaient, dansaient. En ce jour de lumière les Gaëls oubliant l’espace d’un solstice leurs malheurs et les dangers qui guettaient Albion. Alors que la nuit tombait tous se rassemblèrent devant le grand feu symbolisant l’apogée de la lumière, le jour ou la nuit était le plus courte avant de reprendre le dessus. Le le Grand Oracle nous fit son traditionnel discours sur le cycle des saisons et de la vie tout en nous exaltant à protéger ces traditions contre les envahisseurs, même dans ces jours de fête l’on parlait de la guerre en Albion.


Image


Ensuite les festivités autour du feu commencèrent: je put observer les gracieuse Fiannas exécuter leurs danse hypnotique autour du feu, ma concentration se troublait à la vue de ces danseuses féeriques. Toute la nuit la fête continua, au bout d’un certain temps mon esprit commença à défaillir à force d’hydromel et de parfum exotique, et autres herbes druidiques, dansant, chantant, me battant toute la nuit. Jusqu'au moment où mes souvenirs furent de plus en plus flous...

...Je me réveilla le lendemain matin avec un mal de crâne atroce, faits surprenant j’avais agrippé autour de moi deux jolis brins de femmes, je tenta de me relever mais en vain, reposant mon crâne contre l’herbe humide je me permis de penser que la fête était finie pour moi et que c’était demain que je partais pour le continent sur le chemin que Danu avait tracé pour moi….
Catuvolcos, Voie du Druidisme
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 8 | Int 11 | Ini 8 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | FOI 11 | NA 1 | PV 48/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... catuvolcos

"La nature est par définition incontrôlable. Le mieux que l'on puisse faire est d'essayer de l'influencer, mais toujours on reste soumis a ses caprices."
Familier: Renard
► Afficher le texte

Avatar du membre
Martin de Mavignon
Warfo Award 2018 du Maudit de Ranald
Warfo Award 2018 du Maudit de Ranald
Messages : 65

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Martin de Mavignon » 16 août 2018, 23:43

Pour l'ambiance : https://youtu.be/9Nspwg_3BEk

Les tambours battaient la cadence, accompagné par la danse féerique d'une flute au rythme maîtrisé, tandis que de nombreux instruments à cordes accompagnaient le tout. Le petit groupe de bardes enrobait la soirée dans une véritable ambiance festive au sein de la place centrale du village de Mavignon, où les habitaient étaient déjà occupés à faire la fête en dansant et chantant dans ce qui était pour beaucoup le plus joyeux des jours, et chaque année l'ambiance et les gens étaient au rendez-vous ! Qui souhaiterait rater cette fête ? Ah ! Les pauvres rejetons du chaos ne savaient pas ce qu'ils rataient, trop occupés à pourrir dans leurs désolations nordiques et froides comme la mort !

Les De Mavignon, sauf l'aîné, appréciaient tout particulièrement ce jour-là. C'était l'occasion pour eux de descendre de leur demeure au sein du village afin de partager un grand moment de convivialité avec les paysans sous la protection du seigneur Antoine de Mavignon, qui était en cette soirée drapé dans ses plus beaux habits, la manche droite de sa chemise recousue suite à la perte de son bras droit. Il avait le sourire, et il pouvait l'avoir, car toute sa famille proche était-là, ses filles dansaient amicalement et naïvement avec les jeunes garçons du village, tandis que la troupe de barde enchaînait les chants festifs et endiablés, avec au fond le soleil orangé tombant sur les terres gasconnaises de sa famille, ces terres qu'il avait juré de protéger avec ses habitants. Et même si la journée se prêtait à une grande fête et relachement, le patriarche Mavignon fixait l'horizon avec détermination, guêtant le moindre mouvement de peaux-vertes.

C'est une voix familière qui le fit sortir de sa torpeur :


- Père.

C'était son fils cadet, Martin, qui se vint se poser à côté de lui sur un tonneau vide face au centre du village où tout les habitants et le restant de la famille profitaient de la fête. Ce dernier avait les cheveux court, rendus blonds par la lumière déclinante du soleil, tandis qu'une légère moustache commençait à pousser. Il avait revêtu ses plus beaux habits, mais il avait le visage ferme, le regard tourné vers ses soeurs aînés dansant joyeusement.

- Ah, Martin ! Que fais-tu ici ? Va rejoindre les autres, ils s'amusent tellement regarde !
- Oui en effet, je voit cela et tant mieux pour eux.

Le père tourna alors la tête vers son fils, l'observant, avec un petit sourire.

- Quelque chose te tracasse dis-moi.
- Je part pour ma quête demain père. Je devrais me préparer et prier la Dame, mais en ce jour-ci nous sommes tous supposés faire la fête et je ne sait pas ce que je dois faire.
- Ah ! Si ce n'est que ça mon bon Martin ! Tu te fait là trop de soucis ! En cette longue journée, nous avons tous le droit de festoyer en bons mortels que nous sont, quelque soit notre statut ! Nous avons toujours fait ainsi, et la Dame n'y a jamais retrouvé à redire, alors dans ce cas pourquoi se poser contrainte ? Vas-y mon fils, profite avant le début de ta quête !

Martin tourna alors la tête vers son père avant de le gratifier d'un sourire sincère puis de se lever et de rejoindre les villageois et ses soeurs pour se mêler à la danse, sous la musique entraînante et le soleil couchant. Le patriarche Mavignon lui se contenta alors d'observer la scène, admirant sa famille et ses serfs profiter de la soirée, une soirée qui elle était bien méritée...

Car dès le lendemain, la vie reprendrait son cours, laissant cette joyeuse parenthèse derrière elle.
Martin de Mavignon, Chevalier Errant Bretonnien
Profil: For 10 | End 10 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... e_mavignon

https://media.giphy.com/media/SWjCswum5dc0E/giphy.gif
"Pour la Dame, CHARGEEEEEEEZ !!"

Avatar du membre
[MJ] Ombre de la Mort
Warfo Award 2015 de l'ancêtre
Warfo Award 2015 de l'ancêtre
Messages : 2422
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=mj_ombre_de_la_mort
Autres comptes : Medenor (PJ) ; Ludwigheid Kraemer
Localisation : Dans l'ombre, je guette...
Contact :

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par [MJ] Ombre de la Mort » 17 août 2018, 13:24

Plus que 3 jours avant la fin de cet événement temporaire :biere: Le sujet sera clos dimanche 19 août au soir et l'XP sera octroyé aux participants dans la foulée.
Image
Cliquez si vous l'osez ..
Torture favorite:

░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█▀▀ ░░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█ ░░░
░█▀▀ ░█▀▀ ░█ ░█ ░░░░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█ ░░░
░▀▀▀ ░▀ ░░░▀ ░▀▀▀ ░░▀ ░░░▀░▀ ░▀ ░▀▀▀ ░

"Malepierre is My Business..."
" It's gonna be legen... wait for it... dary ! »"
Des questions ? Mon Antre t'est ouverte...
Veillez consulter Les lois du MJ afin de prendre connaissance de ce que vous croyez être vos droits!
Besoin d'un avatar ? D'une bannière ? Ou tout autre demande graphique ? N'hésitez pas à me demander !

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 43

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Alicia » 17 août 2018, 19:52

Cela faisait des jours qu'ils étaient sur la traque. Zania s'était échappée, malgré tout le soin qu'ils avaient mis pour garder celle ci sous les barreaux, le temps de l'affaire. À cheval, ils avaient cavalés. Partout dans les forêts, dans les collines, dans les campagnes.... Partout dans le Suddenland !

Cette traînée avait de la ressource... Assez pour jeter dans les pieds de la répurgatrice et son fidèle assistant Ludwig, dans bandes de mutants et de brigands. Ainsi, la terrible pécheresse, bien qu'à pieds, leur avait échappée à moult reprises, sacrifiant sans une once de regret ses larbins pour gagner du temps.
Le seul point positif dans toute cette histoire était que si la cultiste venait à leur glisser des doigts, un sang impur avait déjà abreuvé moult sillons de la bonne terre impériale. Les récoltes de l'année promettaient d'être exceptionnelles...

Arrivés à Kerg, Alicia estima qu'ils avaient rattrapés leur retard sur la fugitive et ordonna-t-a la milice locale d'effectuer des contrôles aux portes de la bourgade. Ils avaient un descriptif de la cultiste. Elle ne pourrait pas quitter la ville sans se prendre une hampe de hallebarde dans le ventre.
Ou du moins était ce ce que l'on aurait pu penser. Mais c'était sans compter sur la date du jour. Sonnstil. Le festival d'été. La fête battait déjà son plein dans la matinée avec les commerçants ouvrant quelques étals, les habitants dansants, parfois gauchement, parfois non, au son des instruments des troubadours, couronnes de fleurs pour les jeunes filles dansant dans un ballet, sous la halle marchandes reconvertie en cette journée d'été pour y faire danser les jeunes gens.
Ailleurs, on buvait de la piquette, de la bière à la framboise, des liqueurs, du vin.... Sur la place du marché, quelques entrepreneurs inventifs avaient des jeux pour les rares pigeons assez naïfs, ou niais, pour y participer. Ils étaient concurrencés par le cirque de Zavattaniel qui avait fait une halte dans la bourgade. Tout l'art des forains pour attirer le chaland était déployé sur place. Ici une stryganienne qui, bien qu'ayant quittée le bel âge, restait attractive, vous lisait la bonne aventure, sous l’œil attentif d'un cul terreux bossu de Sylvanie. Là, un cœur de choristes nordlanders lançaient des chants épiques aux passant. Plus loin, une femme aux formes généreuses et aux lourdes (et coûteuses) robes de soies et de laine défiait au bras de fer un vieil homme aux cheveux blancs avec un regard dépressif et deux épées au dos, tandis que l'animal de compagnie de l'aristocrate, une fillette rousse, plate, comptait les pièces. Dans une roulotte voisine, un forain qui s'était vu offert par la nature de puissantes cordes vocales, prétendait montrer à qui voulait bien payer une modique somme, deux lézards capables de parler, dont l'un utilisant un distillateur d'alcool. Une attraction pour les crédules, bien évidemment. Ailleurs, il y avait deux tiléens discutant du matérialisme dialectique et de la baisse tendancielle des taux de profit jugée inévitable qui viendrait mettre fin aux oligopoles bourgeois et ainsi causer la chute du capitalisme sous le poids de ses propres contradictions et enfin laisser place à la « rivoluzione » ! le tout sous le regard brillant d'un certain Anton. Une sorte de nobliau local intéressé par la cuisine tiléenne, quoi que puisse être comme met ce « rivoluzione ».Quoiqu'il en soit, la discussion prit fin lorsque l'un des deux tiléens, celui à la plus grosse, moustache bien entendu, se fit voler son chapeau.
Prêteurs, vendeurs d'indulgences, marchands de tapis... Les opportunistes habituels étaient également présents.


''Sigmar. Toute cette agitation... Toute cette activité...''

''Est une belle occasion de s'amuser.''

''L'endroit rêvé pour s'échapper. Zania doit chercher à intégrer ce crique.''

''Nous allons donc nous mêler à la foule et profiter goulûment de l'évènement.''

''Ou du moins faire comme si, pour mieux mystifier la proie.''

''Mais aujourd'hui c'est mon tour.''

''Mais aujourd'hui c'est ton tour.... Cette pauvre âme priera pour la rédemption de la tienne...''


Ignorant le sacerdoce de la béni oui oui avec qui elle était obligée de partager ce corps, la cultiste se tourna vers son dévoué partenaire qu'elle apostropha pour lui ordonner de confier sa monture et son chapeau au troisième larron de leur groupe, recruté récemment. Une elfe étrange, tourmentée, taciturne.
Leur palefrenière s'en alla donc avec les quadrupèdes et les chapeaux vers l'auberge la plus proche, tandis qu'Alicia restait avec Ludwig.

Cher ami, commença la cultiste, tout sourire, pour s'adresser à Ludwig, en essayant de moduler peu à peu sa voix pour la faire correspondre à celle de cette bigote de sigmarite qui lui servait de moitié, pourrais tu enlever cette grimace de ton visage s'il te plaît ? Tu retrouveras ton chapeau bien aimé ce soir. Je sais bien que tu n'aimes pas montrer ton début de calvitie au tout venant mais... Nan. Je plaisante. Plus sérieusement, se reprit elle d'un ton plus dur, plus... froid. Voilà le plan. On se mêle à la foule, comme un jeune couple en tous points semblable aux autres. La cultiste s'attend à ce qu'on débarque armes aux poings, tirant partout sur tout le monde et en mettant le feu derrière nous. On la prendra par surprise en agissant plus discrètement que la dernière fois. Tatatatata... lui dit elle en le faisant taire, majeur sur les lèvres J'ai manquée de prendre un mauvais coup et ton cheval a été blessé à l'occasion, nous faisant perdre du temps. Donc tu oublies s'il te plaît.

Sa moitié avait à nouveau mal pris les sages recommandations allant de soit qu'elle lui avait pourtant fournie gracieusement, lui qui semblait avoir du mal avec le bon sens. Peut être que les nulniens avaient vraiment du mal à s’accommoder à la campagne wissenlando-suddenlandaise ? Quoiqu'il en soit, Ludwig essaya d'offrir un sourire avenant, mais qui était en réalité plus proche d la grimace ou du sourire de psychopathe qu'autre chose, mais elle allait devoir s'en contenter.
C'est donc un jeune homme relativement mal à l'aise, au sourire effrayant, une espèce de sociopathe agoraphobe, en compagnie d'une magnifique jeune femme pétillante de vie accrochée au bras de son cavalier, qui déambulaient dans cette bourgade pittoresque, achetant quelques pommes d'amour, dégustant des crêpes puis galettes saucisses vendues à prix imbattables par un homme du nord musculeux et huileux... S'ils n'avaient pas été en public, elle l'aurait croqué à pleines dents mais su se retenir de le faire place séante. Non, elle le ferait la nuit tombée... En attendant elle pourrait déguster cette délicieuses saucisse....

''Mhmmm. Miam. Viande de jeune pucelle cette saucisse. Par-fait.''

Mais ils échangèrent aussi quelques danses sous la halle pendant de longues minutes pour Ludwig, un bref instant pour Alicia. Son âme sœur avait un jeu de pieds mauvais à souhait mais cela n’empêchait pas la cultiste de continuer, ses pieds semblant avoir une endurance à toute épreuve. La danse au son des lyres puis des claquements de mains était entraînante, puis vint une danse stryggani ou estalienne, elle n'aurait su dire, mais le rythme de la danse devint instantanément démoniaque. Un instant lent et doux, l'autre violent, rapide, passionné. Là, son sociopathe adoré semblait plus à l'aise étrangement....

Et ils continuèrent à tenir leur rôle ainsi durant toute la soirée jusqu'à ce que Ludwig, vanné, déclara que toute la journée avait été perdue et quitta Alicia pour reprendre les recherches à « sa façon », manquant de peu de faire une scène.

''Tu ne me quittes pas Herr. Personne ne me quitte. Tu es peut être misérable chien galeux, mais tu es mon misérable chien galeux rien qu'à moi et à personne d'autre.... Et c'est moi qui te lâches. Mais rassure toi, tu pourras revenir me supplier de reprendre l'enquête ensemble, et j'accepterais après que tu m'aies léché les bottes pendant un bon moment....''

Retournant à l'auberge, la cultiste n'eut pas, pour son plus grand malheur, l'occasion de taper la croûte. Le vendeur de galettes semblait avoir fermé boutique. Dommage.... C'est avec un superbe coucher de soleil dans son dos qu'Alicia alla à son lieu de repos. L'astre solaire disparaissait dans le ciel, colorant l'ozone d'une teinte orangée, virant de plus en plus sur le sang à mesure qu'il fuyait Morslieb et Manslieb.
C'est légèrement en sueur qu'Alicia arriva à l'auberge du chat pourpre. Effluves de bières, grillades et sueur vinrent titiller son odorat alors qu'elle ouvrait la porte du lieu. On savait visiblement s'amuser sur place, à en juger par les tables de jeu, les rigolades entre clients et le barde au fond jouant une chanson de geste endiablée. Le siège de Tyr Sog peut être ? Le lieu pouvait être un repère des adeptes du dieu des voleurs que ça n'en aurait pas étonné Alicia qui, pour plus de sécurité, vérifia si les chevaux et les selles dans l'écurie n'avaient pas été volés, avant de retourner dans la salle commune, prendre la clé de sa chambre et monter l'escalier vers celle ci. La chambre qu'elle avait était double. Regardant le numéro de sa clé, elle se dirigea vers la chambre correspondante qu'elle partageait avec la cadette du groupe -car Ludwig leur avait clairement fait comprendre qu'il ne pouvait pas dormir quand il y avait deux femmes dans la même pièce que lui- puis ouvrit lentement la porte de la chambre six, sans un bruit, afin de ne pas réveiller son occupante qui semblait très fatiguée par ces derniers jours de cavalcade.
C'est sur pensées très empathiques qu'Alicia franchi donc le pas de la porte pour ensuite la refermer tout aussi doucement qu'elle l'avait ouverte puis se diriger vers son lit.... Et tomber bras ballants devant le spectacle qu'elle avait en face des yeux. La palefrenière était en effet avec une autre personne. Une femme. Nue. Et leurs mouvements corporels successifs laissaient aisément deviner la nature de leur relation qui était tout sauf platonique. Le flirt et la séduction étaient bien loin, remplacés qu'ils étaient par un sport bien plus physique, et tout plaisant à regarder pour la servante du prince des plaisirs qu'elle était. Deux corps noyés l'un dans l'autre. Une mêlée où chacune cherchait à dominer l'autre... Il était inutile de se livrer à d'autres descriptions ou de réfléchir davantage à la signification de cette union, ce spectacle. La seule chose à faire était de s'intégrer à cette fusion de corps brûlants, ne demandant qu'un peu d'attention....

La nuit fut torride. Pour Ludwig car il étouffait de chaud. Pour l'inquisitrice et sa mystérieuse partenaire, la troisième duelliste ayant rendue les armes à cause de sa fatigue quelques heures auparavant, la nature de la chaleur fut autre. C'est au petit matin qu'Alicia se réveilla, allongée au dessus d'un corps divinement agréable au toucher, d'une douceur exquise. Et d'un visage.... D'un visage... Un visage familier. Très familier. Zania....

''Jackpott ! Le beurre, l'argent du beurre et le superbe cul de la fermière. Tu sais comment récompenser ta fidèle Slaanesh.''

''Nous tenons cette raclure d'hérétique ! Il est temps de l'absoudre de ses péchés envers le très haut....''

''Une agréable occasion de rabattre le clapet de cet oiseau de mauvais augure de Ludwig... Il va adorer.''

À cheval sur sa monture de la nuit dernière, la cultiste s'étira longuement les bras puis fouilla la pièce du regard, éclairée qu'elle était par de faibles rais de lumière qui passaient à travers les volets de bois.
Une elfe nue, extrêmement fatiguée, étendue sur le sol, son sexe caché par un drap mais le reste de son corps de fée complètement mis à nu par l’œil de la cultiste qui n'en perdait pas une miette, ailleurs dans la pièce, des draps dans tous les sens, salis de fluides corporels divers, des habits jetés pelle-mêle, quelques sacoches... Si elle se souvenait bien, celles ci contenaient divers choses dont... Des menottes de fer. Sur la pointe des pieds, Alicia se vêtit d'une légère chemise puis sorti les entraves des sacs de cuir, sans faire claquer les chaînes métalliques, puis glissa doucement les poignets de Zania dans les anses de l’outil qui lui même était passé autour d'un des pieds du lourd lit en bois de chêne sur lequel sommeillait la fuyarde.

La cultiste dormait toujours, son esprit perdu dans quelques rêveries inconnues, quand Alicia, vêtue à la va vite, s'aventura dans le couloir. Ludwig était dans la 5 si elle se souvenait bien.
Entrebâillant légèrement la porte de son aimé, elle s'avança sur la pointe des pieds dans la pièce, jusqu'à ce qu'elle soit face au lit de Lud'. Sauf qu'il était vide. Se précipitant en bas, elle ne trouva trace de lui dans la salle commune encore peu fréquentée à cette heure ci. Par contre dans l'écurie... Il manquait le cheval de son sociopathe préféré. Le garnement avait eu l'idée, stupide bien évidement, de la laisser en plan pour continuer l'enquête seul. Alors qu'elle avait sous la main la fuyarde qu'ils traquaient depuis des jours. Et qu'elle s’apprêtait à lui remettre.... Tant pis. La journée débutait et elle n'allait certainement pas la perdre en maugréant contre le premier imbécile venu. Elle avait moyen de passer du bon temps, faire une conversion... approfondie, de sa palefrenière et puis un petit sacrifice sanglant, pour faire bonne mesure. Les travaux pratiques n'avaient, après tout, jamais fait de mal à quiconque. Enfin sauf à la matière première mais on allait quand même pas militer pour un traitement moins cruel envers les rats pendant qu'on y était. Si ? Non. Oui.... La journée ne faisait que commencer...

► Afficher le texte
Modifié en dernier par Alicia le 18 août 2018, 02:18, modifié 1 fois.
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 11 | Int 10 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : viewtopic.php?f=290&t=6222&start=30

Avatar du membre
Gromass
Warfo Award 2018 du meilleur comique
Warfo Award 2018 du meilleur comique
Messages : 29

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Gromass » 17 août 2018, 22:52

-"J'suis pas sûr qu'on soit sur l'bon ch'min boss..."

-"Nan j'fais confiance à mon pif, Flamèch', on est sur l'bon 'ch'min j'te l'dis!"

-"Ouais ben c'mon pif qui bouffe boss..."

Et en effet, le gnoblard rampait au sol, sur la poussière, les galets et les herbes, nez contre la terre, tenu en laisse par un Gromass bien trop alléché par diverses odeurs. Impatient, l'ogre lança un petit coup de fouet sur la liane de cuir qui le reliait au collier de son gobelin des montagnes.

-"Allez cherche, p'tit, cherche! Y en est pas loin, c'est sûr!"

Le dénommé Flamèch' leva ses énormes yeux globuleux au ciel avant de se remettre face contre cailloux pour respirer beaucoup trop fort par la protubérence qui lui servait de nez. Evidemment ça ne sentait rien d'autre que la poussière humide, les insectes et la merde d'animaux sauvages, mais qu'y pouvait-il? Depuis que Gromass avait aperçu un chien truffier trouver un champignon en le reniflant depuis l'orée de la forêt il s'était mis en tête de dresser son gnoblard à faire la même chose! Bien entendu, des différences de physionomie avaient conduites à un échec annoncé de cette vaine tentative, mais l'ogre n'en avait cure, persuadé que tout cela n'était qu'affaire d'entraînement. Résultat: Flammèch' avait aspiré son poids en particules diverses et toussait quasi-constamment. Par contre, son maître avait bien trouvé quelque chose: une odeur douce et alléchante qui l'amenait toujours plus loin dans les plaines, sous cette lourde journée de Sonnstille où les ogres mangent deux fois plus que d'habitude et mettent double dose d'épices pimentées pour honorer le Soleil et son fils la Bouche de Feu.

Pourtant le fabuleux trésor apparu au loin bien vite: d'un village s'échappait de lourds volutes de fumée noire et l'odeur de viande grillée se répandait dans l'air. Le ventre-feu poussa un mugissement sauvage et détala quasiment à quatre pattes vers cette manne céleste, trimbalant au bout d'une laisse un gnoblard dépassé par la vitesse de charge de son propriétaire et qui rebondissait douloureusement sur les rochers.

Au début au village il y eut une rumeur. A la rumeur succéda des tremblements. Les tremblements devinrent puissantes vibrations et bientôt le mur d'une maison proche de la carriole de cuisine explosa, laissant apparaître un ogre couvert d'échardes, blanc de plâtre et la langue pendante. Derrière lui les habitants purent observer que des trous en formes humanoïdes (mais fortement grandes et obèses) étaient imprimés dans toutes les habitations entre l'orée du hameau et le chariot à viande. Un bourgemestre s'écroula pendant que le maçon, le charpentier et le vitrier avaient un orgasme simultané.Mais heureusement, on ne parla bientôt plus de l'affaire ni de son corollaire qui était d'aller chercher des noises à cette créature qui avait englouti une poitrine (de porc?) complète à pleine bouche et à pleines mains...

Car quand un milicien s'y essaya, Gromass termina par utiliser sa lance pour se retirer des pièces d'armure d'entre les dents.

Et le gros barbare, l'elfe noir et les deux nains qui servaient de cuisinier? Le narrateur épuisé laissera la parole au personnage principal de cette histoire:


-"Le nain cuit au soleil, c'est franchement dégueu."

Et c'est un expert qui parle!
Gromass, Ventre-Feu ogre
Profil: FOR 10 / END 13 / HAB 6 / CHAR 6 / INT 6 / INI 6 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 6 / MAG 11 /NA 1 / PV 130/130
Ma fiche: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... he_gromass
Equipement:
Poings d'acier: 2 mains (gantelets) / 20+1d10 dégâts / 14 parade / Percutante / Protection de 8 sur les mains.
Plaque ventrale: Armure (moyenne) /9 protection au ventre /-1 INI et HAB

-Breloques sacrées
-Beaucoup de viande
-Une marmite et ses ustensiles

Grimoire:

Magie primaire:

Sorts mineurs:
Charisme surnaturel: Portée : -
Durée : 1 minute
Effet : Permet au mage de paraître plus charismatique, ce qui peut faciliter la vie dans certaines situations. Il gagne un bonus de +2 en Charisme pendant toute la durée du sort.

Magie du feu:

Sorts mineurs:
Incandescence: Portée : 12m
Effet : D'un simple regard, le sorcier met le feu à un élément aisément inflammable. Celui-ci peut-être un morceau de tissu, du bois sec ou tout autre matériel susceptible de prendre feu facilement mais pas un élément organique (cheveux, poils, arbre vivant…)

Canicule
Portée : Soi-même
Durée : Jusqu'à dissipation, que le sorcier quitte la zone ou décide d'y mettre fin.
Ingrédient : Un morceau de bois sec
Effet : L'air dans un rayon de 5m autour du sorcier se réchauffe. Il peut ainsi augmenter la température ambiante, jusqu'à la rendre pratiquement irrespirable. Notez qu'il est lui même affecté par cette montée de chaleur. La température augmente de 1 degré par seconde à partir de l'incantation et se refroidit à la même vitesse après dissipation.

Coupe-froid
Portée : 1 mètre de diamètre
Durée : 1 heure maximum.
Ingrédient : De la laine.
Effet : Le Sorcier s’entoure d’une poche d’air chaud. Le Sorcier, en se concentrant crée une poche d’air chaud autour de lui et s’isole ainsi du froid. Quelle que soit la température extérieure, il fait toujours 18°C dans sa bulle d’air. Le sort n’est pas efficace face à un froid magique.

Sorts moyens

Sang bouillant
Portée : Contact
Durée : Jusqu'à perte du contact
Ingrédient : La rate d'un tigre
Effet : Tant qu'il maintient le contact avec sa cible, le sorcier lui inflige une souffrance atroce en faisant bouillir son sang. La victime peut tenter de résister sur un jet d'endurance réussit. Si elle le rate, elle perd une valeur de point de vie égale à son endurance. Les cibles qui sont tués par ce sort explosent dans une gerbe de sang peu ragoutante…

Sorts supérieurs:
Souffle enflammé: Portée : 6m
Effet : Le Sorcier crache un jet de flamme portant jusque 6 mètres devant lui, et causant 30+2d10 dégâts. Impressionnant et très efficace, ce sort à tout de même tendance à faire s’inquiéter tous les témoins de la scène quant à la nature et aux allégeances véritables du Sorcier. Chaque point en Maitrise de l'aethyr que possède le sorcier augmente de 2d10 les dégâts du sortilège.
Flamèch' Gnoblar de compagnie:
Profil: FOR 6 / END 6 / HAB 9 / CHAR 6 / INT 8 / INI 10 / ATT 8 / PAR 7 / TIR 9 /NA 1 / PV 50/50

Equipement:
Poignard poignardant: 1 main / 12+1d6 dégâts / 6 parade / les dégâts passent à 12+2d6 dégâts lorsque utilisée pour frapper le dos.
Gross' pierre: 1 main / 16+1d6 dégâts / 4 parade

-Truks ki brillent.
-Viande sèche
-Petit sac de couchage gnoblar
Double-Compte de Djinn et Raël Khem.

Avatar du membre
Vigget
PJ
Messages : 5

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Vigget » 18 août 2018, 02:06

L’été. Cette belle saison fêtée et appréciée par bien des peuples, et à raison, en effet, qui n’apprécierait pas de belles récoltes, un peu de soleil et de la bonne humeur sur tous les visages du Vieux Monde ? Nurgle aussi adorait l’été. La chair y pourrissait plus vite, plus fort, et la température était idéale pour les germes et leur reproduction...

Sonnstill. Le jour du soleil. Un jour à fêter me direz-vous, et Vigget était bien de cet avis. Il fallait remercier le Père Peste d’une belle journée pareille. En bon servant, le guerrier prépara un festin avec ce qu’il put trouver et accumuler depuis plusieurs jours. La tablée improvisée par quelques bûches dans une clairière était emplie de chair grouillante autour de laquelle tournaient les mouches, cherchant avec assiduité un peu de nourriture et un endroit où pondre leur progéniture coprophage. Les fruits autrefois luisants étaient désormais fripés et s’en échappait un fumet nauséeux, ma foi tout à fait alléchant.


Mais un festin ne pouvait être complet sans convives n’est-ce pas ? Alors c’est ce que Vigget se mit à chercher. Attendant sur le bord de la route ses « invités ».

Un chariot passa, un homme et sa femme sûrement, traversant la région avec leurs possessions, dont la frêle mule tirant le véhicule. C’était un bon début de journée pour ce couple, jusqu’à ce que le géant se mette sur leur route, son pic de guerre à la main, leur tendant l’autre, avant de leur annoncer, d’une voix fière :

« Chers amis, j’ai préparé un repas pour fêter cette journée ! Rejoignez-moi donc, ne soyez pas timides. »

Voyant venir la catastrophe, le père qui dirigeait le chariot tenta un demi-tour, mais le géant qui était plus rapide qu’il n’y parait chargea et abattit d’un coup sur le crâne la pauvre mule qui tirait le véhicule. Pétrifiés de peur, les villageois tombèrent au sol. Vigget fit alors, d’une voix calme :

« La bête était hors de contrôle il semblerait. Ne vous en faites pas, elle joindra le repas et fera partie du cycle. Passez devant. C’est juste derrière ces quelques arbres. »

Il ramassa alors la carcasse tout en fixant le groupe. Ceux-ci se jetèrent quelques regards apeurés. Ils avaient envie de courir mais le colosse semblait sur ses talons, prêt à attraper au vol le premier qui voudrait fuir. En approchant de la clairière, ils ne purent se retenir. L’odeur était celle de la mort décharnée, la pourriture, et la maladie. Chacun d’entre eux prit le temps de vomir à ses pieds, sans avoir le temps de se reprendre alors que Vigget les traîna à table, l’un après l’autre, avant de poser une assiette emplie de tripes, de graisse et sûrement de ce qui devait être des pommes, alors que les asticots et larves se tournaient, plongeaient et ressortaient de cet enfer verdâtre.

Ils étaient assis devant cette horreur, cherchant un moyen de s’échapper, alors que leur tête commençait à tourner de par cette odeur insupportable, Vigget tournait derrière eux, comme montant la garde, faisant traîner son pic de guerre au sol. Peut-être par peur pour sa propre vie, par lâcheté ou simplement car l’instinct de survie fut plus fort, le mari prit sa chance et tenta de courir, cependant sa fuite prit fin quand le pic du guerrier du Chaos s’enfonça dans sa jambe, arrachant une bonne moitié du mollet ainsi qu’un cri agonique à l’homme. Saisissant le brave par l’arrière du cuir chevelu, Vigget déplora la situation actuelle d’un air désolé :

« Vous ne voulez pas des cadeaux de notre Père ? Voilà qui est regrettable... Ce repas vous servira. A comprendre, apprendre, réaliser, vous éveiller, et partager le bonheur de la pourriture ! »

Ponctuant chacun de ses mots en abattant la tête du pauvre homme contre la terre dure, il réalisa bien trop tard qu’il ne restait du crâne du pauvre homme qu’un ramassis écrasé à l’avant. Il avait rejoint le Père Peste, quelle chance. Le géant jeta le cadavre sur le tas de « nourriture » avant de se tourner vers la femme, tremblant de peur au sol. Il retira les haillons sur son visage, révélant son crâne à nu, ce qui arracha un cri de terreur à la pauvre veuve. Cette dernière n’eut pas le temps de tenter de fuir, que l’homme la saisit par la nuque, pressant ses doigts gras et couverts de pus sur sa gorge, la posant devant le repas.

« Maintenant, il faut manger. »

Mais elle était bien trop apeurée pour tenter ne serait-ce que d’envisager avaler quoi que ce soit, alors Vigget l’y aida, plongeant un morceau de chair purulente dans sa bouche, la maintenant fermée de sa deuxième main, alors qu’elle se débattait. Elle refusait d’avaler. C’était un outrage pour le Père Peste qu’il ne pouvait tolérer. Cependant, il entama un rire gras et jovial. Quelle merveille, il pouvait fêter l’été et punir des pêcheurs par la même occasion ! Quelle journée radieuse !

Alors qu’il riait à gorge déployée, il ne fit pas attention au petit craquement émanant d’entre ses doigts alors que la femme cessa de lutter.
Il continua de rire, un long moment, avant de reprendre la fête en l’honneur de sa divinité.
Profil: FOR 9 / END 9 / HAB 8 / CHAR 7 / INT 8 / INI 8 / ATT 10 / PAR 8 / TIR 8 / FOI NaN / MAG NaN / NA 1 / PV 65/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_vigget_ecrase-os

Verrouillé

Retourner vers « Cirque Zavattaniels et Taverne RP "Au Squig Unijambiste" »