[Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Image
Les Zones Maritimes représentent l'ensemble des mers et océans du globe. Les mers peuvent être calmes et propices à milles découvertes, ou être traîtresses...

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 1036

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par [MJ] Kriegsherr » 01 mars 2019, 17:18

Avant même que Zack n’ait terminé son discours, il sut que sa tentative resterait vaine, car les rires de l’horrible semblèrent redoubler d’intensité. Ils se moquaient de lui et de ce qu’ils considéraient comme une pitoyable menace lancée en l’air pour tenter de les tirer d’un mauvais pas où ils étaient. Mais après quelques instants à se tordre de rien, le vieux fou retrouva un semblant de calme pour répondre, un sourire aux lèvres, sa voix haut perchée encore perturbée par des relents d’hilarité résiduels :

-Ahhh… Voyez-vous ça. Depuis que nous avons été bannis ici, on en a entendu des mensonges désespérés de pauvres types dans votre genre pour tenter de sauver leur peau. Mais je dois dire que le vôtre est plutôt grossier, des skaelings au service d’un thane nain ? Et que viendraient-ils faire ici, dans cet enfer paumé sans ressources ? Nous voler nos grottes ?

Ahahaha… Elle est bien bonne petit. Au moins tu nous auras fait rire. Mais trêve de bavardages, c’est presque l’heure de manger. Vous vouliez combattre, soit. Mes petits Mahlfer et Selveï vont se charger de vous. A moins que vous ne préféreriez courir ?

Hihihihi… Comme c’est drôle, regardez-les décamper à toutes jambes, eux qui jouaient les gros bras l’instant d’avant. Je le savais, rien dans le froc ces deux là.

En effet, pendant qu’il parlait et dès qu’ils comprirent que tout espoir d’effrayer les cannibales était perdu, Zack et Sven s’étaient mis à courir en direction de la falaise. Pas très loin d’eux les deux enfants du chaos, exhortés par les mutants, les poursuivaient. Ils étaient situés entre eux et le campement, de sorte qu’à moins de pouvoir les prendre de vitesse, il aurait été impossible de rebrousser chemin vers le drakkar échoué sans repasser devant eux.

C’est alors que la course-poursuite s’engagea. Qui arriverait le premier à la falaise ? Les deux fuyards, ou leurs monstrueux poursuivants ?

Tests de (FOR+HAB)/2 : sprint. Ils seront opposés aux tests averses.
Zack : 2. Bonne réussite.
Sven : 11. Echec léger.
Mahlfer (enfant du chaos) : 9. Echec léger (vous avez été très chanceux sur ce coup, les enfants du chaos ont des caractéristiques changeantes à chaque round pour moi, et là il a clairement eu un jet de merde, en l’occurrence 7 avec 3D6).
Selveï (enfant du chaos) : 13. Réussite légère.
Pour le Tokavaleskï, la fuite se déroula pour le mieux. Sans doute poussé par la peur ou la certitude de la mort, le kislévite vola presque jusqu’à la falaise, zigzagant entre les arbres avec l’agilité d’un félin, sautant par-dessus les racines et les buissons sans que cela ne paraisse le ralentir. En une poignée de secondes, il était déjà à la falaise, un endroit abrupt et livré aux éléments, haut d’une bonne vingtaine de mètres au moins. La paroi était composée de pierre noire ou grise foncé, et n’était pas plate, mais déchiquetée. En contrebas, les flots déchaînés libéraient toute leur fureur. Une succession infinie de vagues grondantes dissimulaient les éventuels récifs et rochers que Zack savait nombreux proches des côtes de ce pays grâce aux dires des marins qu’il avait surpris deux jours plus tôt. Sauter à cet endroit serait très risqué, ce serait comme jouer sa vie au hasard avec une très faible chance de succès. Un rapide examen visuel de la côte, réalisé en un simple coup d’œil, lui indiqua cependant qu’à une petite quinzaine de mètres de là en longeant la falaise, on pouvait accéder à une zone légèrement moins haute, surélevée d’une quinzaine de mètres « seulement » par rapport au niveau de la mer, et sans rocher visible en dessous, ce qui ne voulait rien dire, la présence d’un récif ou d’un rocher sous-marin affleurant la surface restant possible sans qu’on puisse la détecter. Mais même là-bas, le risque pris serait énorme.

A elle seule, la chute pouvait le tuer. Qu’il heurte la falaise, poussé par une rafale de vent, ou qu’il impacte mal dans l’eau, et il risquerait la mort sur le coup. Qu’il tombe sur un rocher sous-marin ou un récif invisible depuis le haut de la falaise, et il se briserait de même. Enfin, en admettant même qu’il survive à la chute, il lui faudrait affronter une mer des Griffes démontée, où même le meilleur nageur aurait éprouvé des difficultés à se maintenir la tête hors de l’eau, et qui le pousserait contre la muraille de pierre.

Mais si sauter était ce que Zack avait initialement prévu et ce qu’il aurait sans doute fait sans se poser de question, un élément nouveau et imprévu vint se greffer à son plan. Peut-être ne changerait-il rien, peut-être au contraire modifierait-il foncièrement les projets du norse…

…Car derrière lui, Sven, qui était parti avec un petit temps de retard, ne s’en était pas aussi bien sorti que notre héros dans sa traversée de la petite bande de forêt. Le marin lui aurait emboîté le pas, n’eut été cette racine sur lequel son pied avait butté alors qu’il détalait à toute vitesse. Avec un cri de surprise, le guerrier s’étala de tout son long sur le ventre, projeté par son propre élan. Apparemment, il n’était pas blessé, mais seulement contusionné et éraflé. Mais cette chute spectaculaire lui avait fait perdre un temps précieux, et avait été saluée par une grande clameur d’allégresse de la part des dégénérés. Alors que Sven se relevait avec un juron et s’apprêtait à courir de nouveau, il s’aperçut qu’il était déjà trop tard. Le premier monstre était sur lui. S’il tentait de fuir maintenant, il lui tournerait le dos, lui offrant une cible facile. Et le second monstre n’était pas loin derrière, prêt à arriver d’une seconde à l’autre.

C’était l’hallali. La famille en furie hurlait à Mahlfer d’en finir. Sven, en posture défensive, hache à deux mains à la main, était prêt à vendre chèrement sa peau, mais ne semblait pas encore avoir renoncé à la vie. D’un cri, il tenta d’appeler à l’aide, mais le seul qui pouvait l’entendre, hormis les ennemis, n’était autre que Zack, qui était déjà plus loin, au niveau de la falaise.


-A MOI ! AU SECOURS !!!

Seul, Sven n’avait pas l’ombre d’une chance face à deux enfants du chaos. La fuite jusqu’à la falaise était encore envisageable pour lui, mais elle n’était pas certaine, et signifierait pour lui s’exposer à encaisser au moins une attaque de l’enfant du chaos nommé Mahlfer, sans compter le risque que celui-ci ne se saisisse de lui pour l’immobiliser ou ne le blesse trop grièvement pour lui permettre de fuir. Sa seule chance de survie était Zack, et il le savait.

Mais du point de vue de ce dernier, les choses étaient opposées. L’engagement au corps-à-corps de Sven, qui focalisait maintenant toute l’attention sur lui, offrait une opportunité unique de fuir. En effet, les 2 enfants semblaient converger vers le norse et la famille ne faisait momentanément plus attention au kislévite. Logiquement, en suivant la falaise, il pourrait peut-être rejoindre le drakkar, en profitant du sacrifice bien involontaire de son compagnon.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Zack
PJ
Messages : 112

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par Zack » 02 mars 2019, 18:42

Thane, Jarl : quelle importance ? D’ailleurs, si je n’avais pas fait l’erreur, quelque chose aurait-il vraiment changé ? N’aurions nous pas, même dans ce cas-là, été amené à courir, à égale... vive... allure... pour... sauver... nos vies ? Le contraire aurait été fort peu probable. Comme je l’avais espéré, les villageois du cru, ou plutôt les troglodytes de cette région, ne s’échinèrent pas de trop à nous poursuivre, ils avaient probablement pris le temps de contourner leurs pièges, et laissaient la basse besogne à Mahlfer et Selveï : nos habituels compagnons de chasse... Si la fuite se passa bien pour moi, ce ne fut pas vraiment le cas pour Sven, qui se trouvait maintenant en position de devoir combattre alors que je venais tout juste d'atteindre la falaise. Il appelait à l’aide, mais qui donc au juste, Sven ?! Ton dieu ; le destin ; moi ? Les trois peut-être, et quelque part, je le comprenais bien...

À sa place, n’aurais-je pas au moins tenté la même chose - sans l’espoir cela dit - et vous d’ailleurs qu’auriez vous fais à la sienne ou plutôt à la mienne ? Auriez-vous couru jusqu’à l'embarcation en longeant la falaise ? ou auriez-vous préféré sauter et braver la mer ? mais cela, bien entendu, seulement après avoir survécu - ce qui n’était pas assuré - à votre chute. Dans les deux cas, il aurait été de toute façon : fort probable, ou d’y rester ; ou d’avoir tout de même à combattre près de l’embarcation encore atterrée sur la plage de galets. Les perspectives diverses, mais aux résultats finaux similaires étaient au bout du compte : guères engageantes, vous en conviendrez bien ; il vous aurait été aussi possible de continuer de courir, car après tout le renfort de deux guerriers, et peut-être d’une sorcière - il est vrai - auraient-ils été suffisants, selon vos calculs, à vous sauver face à deux enfants du chaos et la petite tribu de mutants qui les accompagnaient ? Et donc, dans ce cas précédent, être forcé de continuer de fuir, seul, à travers une région qui semblait encore plus sauvage, mystérieuse et donc potentiellement dangereuse qu'une bonne partie - si c'est seulement possible - du reste de la Norsca ; tout en étant blessé et tout en laissant des traces que la pluie ne saurait effacer ; avec pour seuls biens, d’une quelconque utilité, ce que vous portiez sur vous, mais trempé par la pluie, ainsi qu'une hache, une épée, un bouclier, un couteau et sans oublier, une pierre à-la-con ! L'auriez vous fait cela ? Bref, bien des hommes auraient jetés leurs dévolus sur ces choix, qui sommes toutes étaient en comparaison eux aussi : non dénués de risques. Ce qui changeait vraiment, c’était le moment où ils auraient de nouveau été amener à combattre, la nature de ces combats et leurs difficultés, mais dans tous les cas le fait : d’abandonner Sven ici, ne serait en rien un avantage, tandis que le sauver : oui ; allez-y essayez donc de me prouver le contraire ! Car si vous deviez fuir, à deux, vous auriez de meilleurs chances, si nous deviez vous battre, avec les autres sur la plage une perte pourrait signifier celle de toutes vos vies, ainsi ceci ne pouvait être toléré, du moins ici ; et puis si vous deviez tous deux survivre : vous auriez au moins un allié, enfin, ou du moins quelqu’un qui, s’il était doté d’un minimum d’honneur, aurait contracté une dette à votre égard… Ce qui pourrait ainsi, peut-être, et vous faciliter la vie, et vous aider à préserver votre liberté.

En y réfléchissant, avec mon recul, ce serait presque par égoïsme finalement que je prenais tous ces risques d'apparences inconsidérés pour sauver sa vie. Mais, peut-être qu'inconsciemment, j’avais déjà plus qu’eut le temps de penser à tout cela car...

Quoi qu’il en fut… Ni ma rage, ni mon courage : ne m’avait abandonné. Prestement, je m’élançais, dans la forêt ; non pour me faire oublier bien qu’il y avait une chance pour que j’y devienne une ombre, un bruit, un prédateur en somme qui, bientôt et brusquement : surgirait dans une charge sur l’abomination la plus proche, celle, qui désirait le plus en découdre avec Sven, la percuterait de mon bouclier et de ma ma vitesse, la fendrait de ma hache et de ma force, autant de fois qu’il le faudrait pour lui faire remarquer ma présence, la tuer, ou créer une ouverture qui nous permettrait : à Sven, comme à moi de nous enfuir, une fois encore ; et si cela devait signifier pour nous d’êtres parvenus à nous débarrasser de l’une de ces abjections, ce ne serait, au final, qu’un simple pas en avant pour faciliter notre fuite ; leur passer l’envie de la chasse - bien que c’était si peu probable que je ne pris pas la peine, même une seule seconde de le songer - ; ou encore faciliter notre futur combat.

Le choc de la percussion serait peut-être en lui-même suffisant pour nous permettre de fuir, mais il restait possible qu'il ne fasse au bout du compte que fragiliser ses appuis ce qui nous permettrait, toute de même alors de la rouée de coups de par nos haches où tantôt nous tenterions de l’abattre, tantôt de l’élaguer. Comme quoi étions-nous toujours en train de travailler ? Quelques coups seraient peut-être plus qu’amplement suffisants et souhaitables, pour nous permettre de fuir ou d'en venir à bout. Mais en arrivant sur elle, je remarquai que sa forme avait changé, ou plutôt était en train de changer, serait-ce pour le pire ? Ou bien pouvais-je espérer que ma charge, la fasse percuter l’autre bête, ou encore plus optimistiquement la fasse dévaler le chemin qui mène au haut de la falaise pour finir vers la mer et ses rochers saillants en contrebas...
Modifié en dernier par Zack le 03 mars 2019, 23:51, modifié 1 fois.
Tokavaleskï, Zack, Voie de l'esclave
Profil: For 11 | End 10 | Hab 11 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 12 | Par 10 | Tir 8 | NA 2 | PV 23/75
Lien Fiche personnage
Compétences :


• BAGARRE(A)(S): - niveau 1 : ne subit pas de malus sur son ATT et sa PAR et ses dégâts sont évalués par un jet de 1D12 points de dégâts.

• RESISTANCE ACCRUE(C): - niveau 1 : Il peut ajouter un bonus de +1/niveau sur tous ses test d'endurance.

• SANG FROID(C): - niveau 1 : Il bénéficie d'un bonus de +1/niveau sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• COUPS PUISSANTS(S)(A): - niveau 1 : Augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 points de dégâts.

• AMBIDEXTRIE(S): - niveau 1 : à MAJ.

• MUSCULATION(A)(S): - niveau 1 : Il se voit crédité d'un bonus de +1 lors de tous les tests de FOR et peut retrancher 1D3 points de dégâts lors d'un coup pouvant occasionner une blessure.

• FORCE ACCRUE(S)(A): Il obtient un bonus de +1 lors de tous ses test sous la caractéristique FOR.

• ANTICIPATION(S): A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire.

• Autres : Chant, Résistance au froid, Esquive et Langue Norse

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 1036

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par [MJ] Kriegsherr » 03 mars 2019, 19:21

Dans un acte d’un courage -ou plutôt d’une témérité- insensé, Zack Tokavaleskï choisit de ne pas abandonner son compagnon à son funeste sort. Tournant les talons, il cessa sa fuite, et se replaça dans la direction du combat. Son projet était audacieux, voire même osé. Ses chances de réussir étaient minces, mais il les jouait à fond. Car s’il allait chercher le corps-à-corps, ce n’était pas pour vaincre, pour tuer ses adversaires : sans doute avait-il calculé que leurs chances de l’emporter dans une tel combat étaient quasi-nulles. Non, au contraire, le kislévite ne revenait à la charge que pour leur permettre de rompre le combat et de fuir, s’ils en trouvaient le temps.

Sur le plan tactique, son projet était simple : profiter que tout le monde l’ait oublié pour s’approcher subrepticement du monstre qui attaquait Sven, et le charger subitement pour le renverser de son bouclier. L’entreprise serait ardue, cependant, puisque même si la charge parvenait à atteindre la bête, il n’était pas sûr qu’un simple humain ait assez de force pour bousculer un enfant du chaos de deux bons mètres. Encore que la chose semblait très imprévisible. Une fois fermement campée sur ses appuis comme un roc, inébranlable, et l’instant d’après, chancelante comme un bébé. Jouer sa chance n’était donc pas forcément pas une si mauvaise idée. Restait à savoir si une telle prise de risque, une telle insolence, un tel mépris de la mort paierait ou si Morr finirait par ne plus tolérer qu’on le nargue ainsi et réclamerait son dû. Il fallait garder à l’esprit qu’à force de trop tirer sur la corde, de trop jouer avec le feu, on finissait toujours par se brûler. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse, comme disait le proverbe. Cela, tous les joueurs le savaient : la fortune était une amie puissante, mais bien infidèle.

Il s’agit donc d’une attaque surprise que tu réalises ici.

Dans ces conditions, je te donne un bonus de +2 ATT pour toucher au premier tour, étant donné que personne ne fait attention à toi et que tu charges au moment le plus propice.

Charge de Zack : 11. Touché. Maintenant pour renverser l’enfant du chaos, il s’agira d’un test de FOR comparées, avec un bonus de +6 pour toi (+1 pour force accrue, +1 pour musculation, +2 pour la charge, et +2 grâce à l’attribut « déstabilisant » du bouclier). Soit un très joli total de 17 en FOR pour toi lors de cette tentative.

On a donc : 16 (1 degré de réussite) VS 12 (0 degré de réussite). Tu l’emportes donc, de très peu (grâce à tes 2 compétences de force qui t’on sauvé la mise sur ce coup là) !
L’approche discrète de Zack fut couverte par les bois, de sorte que nul ne le remarqua jusqu’au dernier moment, où il s’élança à la charge, bouclier levé en avant. En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, le kislévite déboula à pleine vitesse sur le flanc de la bestiole la plus avancée, répondant au doux nom de Mahlfer. S’il fut aperçu, ce ne fut qu’au tout dernier instant, et les cris affolés de la famille ne purent alerter à temps leur parent dégénéré. Il était trop tard, bien trop tard pour réagir. L’impact fut terrifiant. Toute la puissance développée par le jeune Tokavaleskï, qui s’était considérablement renforcé durant ses longs mois d’esclavage, toute l’énergie accumulée de son poids et de sa vitesse fut transférée d’un coup à l’enfant du chaos, surpris.

Les appuis de ce dernier étaient cependant solides… Très solides même ! Et un instant, il sembla que la puissance de l’impact seul ne suffirait pas à renverser la monstruosité. Mais c’était sans compter la fougue et la hargne de l’ex-noble, qui s’aperçut que sa première poussée avait complètement déstabilisé le monstre, qui ne tenait plus qu’en équilibre. Une seconde poussée sur le bouclier, de toute la force de ses bras, les pieds campés fermement dans la terre, appuyés contre une racine pour ne pas glisser, et la bête s’effondra avec grands fracas dans un gargouillis. Des gerbes de boue et de fluides visqueux de toutes les couleurs furent éjectés à près d’un mètre par la chute du colosse, qui devait bien peser plusieurs centaines de kilogrammes.

Pourtant, déjà, les tentacules et pattes de l’enfant du chaos le remettaient debout. Le répit gagné serait de courte durée, sans compter la seconde monstruosité qui n’était pas loin. L’action s’était déroulée sous les huées et les insultes de la famille de mutants, qui était maintenant enragée, et piaillait, s’excitait, s’égosillait pour encourager les enfants du chaos à en finir, à venger cet affront dans le sang.

Mais déjà, Sven et Zack, au cri de « Cours ! », avaient une nouvelle fois tourné les talons et s’enfuyaient. Cette fois-ci, la route jusqu’au drakkar était dégagée ! Il leur suffirait de suivre la falaise pour rejoindre leur abri, mais encore faudrait-il y parvenir avant d’être rattrapés par les Mahlfer et Selveï, ce qui ne serait pas une mince affaire.

Test de FOR (fuite) : 15 pour Zack, échec de 2 degrés.
13 pour Sven, échec de 2 degrés.
13 pour Mahlfer, échec de 8 degrés (oui il a eu un jet de carac de merde cette fois-ci).
20 pour Selveï, échec critique.
La peur sembla donner des ailes à nos deux fuyards, qui une nouvelle fois surent distancer les monstres sur une moyenne distance. A bout de souffle, ayant donné tout ce qu’ils avaient et même plus encore, ils rejoignirent la plage et le drakkar. Là-bas, mis à part les éléments qui se déchaînaient toujours, tout semblait calme. Inconscient du danger qui rôdait aux alentours, les femmes et les hommes dormaient paisiblement ça et là dans leur abri, emmitouflés dans leurs fourrures, allongés sur un matelas de couvertures disposées sur le flanc du navire, et protégés de la pluie et du vent par la grand voile au dessus d’eux comme une tente. Plié en deux par ses points de côté, le souffle coupé, encore sous le choc de s’être cru un instant condamné à être dévoré par des monstres mutants, Sven laissa à son compagnon la tâche d’avertir les autres… Ou de lui parler avant s’il le désirait. Le norse gardait toutefois les mains sur sa hache et la tête redressée vers la lisière de la forêt, tous les sens aux aguets, guettant le moindre signe de l’arrivée des deux enfants du chaos ou de la famille de dégénérés. Il n’était pas sûr qu’il ait aperçu lui aussi la silhouette qu’avait vu Zack dans la forêt, et ignorait donc peut-être son existence.

Toutefois, tous deux étaient conscients qu’ils avaient de la chance. Une chance énorme, mais qui pourrait les lâcher à tout moment à l’avenir. Il vaudrait donc mieux pour eux, si possible, d’éviter de se remettre dans de telles situations, ou ils pourraient bien ne pas s’en sortir, la prochaine fois.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Zack
PJ
Messages : 112

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par Zack » 04 mars 2019, 12:54

S'il fallait être proverbial, je dirais que : celui qui veut ramasser du bois en Norsca ferait bien d’y emmener avec lui toute sa Rota. Car allons donc, nous avions été bien chanceux, d’une part de ne pas êtres tombés dans un piège des troglodytes, d’autre part d’avoir réussi à prendre de vitesse et d’adresse les deux enfants du chaos. Nous avions été encore bien heureux, car, si la communauté ennemie avait été composée de plusieurs familles, si la notion de combat ne les avaient pas tant effrayés : alors nos chances auraient probablement été nulles. Mais nous étions finalement de retour et s’y l’on excluait les quelques éraflures de Sven : sans blessure. Toutefois, vu son utilité précédente : la corde cassée de mon arc avait de quoi me laisser un goût amer, celui-ci avait été jusqu’ici d’une efficacité redoutable que j’aurais bien été en mal de reproduire - malgré mon entraînement - au corps-à-corps. Il faudrait donc se débrouiller sans, de toute façon avais-je le choix ? Peut-être bien que oui finalement, il était tout à fait possible que la corde ait lâché, mais qu’elle dispose d’un jeu suffisant pour être réutilisable… L’heure n’était pas, cela dit, aux réparations. Nos regards encore inquiets pointés sur la lisière et sur ses alentours en disait long sur nos priorités. Alors que nous reprenions toujours notre souffle, mes œillades frénétiques cessèrent un instant, juste le temps de comprendre que Sven voulait que je me charge de réveiller les autres.

En toute honnêteté : j’aurais préféré qu’il s’y colle, l’attitude des Norses à mon égard était suffisamment nauséabonde pour me passer l’envie d’interagir avec eux, sauf en cas de nécessité… Or, comme il semblait que la situation présente était inclue dans ce champ, je ne fis pas de protestations pour que nous échangions de rôle. Après tout cela aurait été assez ridicule, mais je crois que cela en disait suffisamment sur le sentiment de fraternité et de sécurité que m'inspiraient mes camarades de fuite. Pour l’instant ceux qui avaient su gagner, conserver ou regagner mon estime restait : Lovisa, l’autre femme et Sven ; bien que pour ce dernier j’avais quand même quelques doutes. Mais même s’ils étaient fondés, serait-il assez stupide pour les laisser se concrétiser ? Après tout, je lui avais probablement sauvé la vie environ trois fois cette nuit : la première en créant la diversion qui l’avait empêché de combattre sur la plage, la seconde en le prévenant de probables pièges dans la clairière et la tierce en répondant à son appel à l’aide. Disons deux fois dans le pire des cas. Malgré cela, je n’étais pas tout à fait sûr que son opinion à mon égard ait véritablement changée, il était probable qu’il reprenne ses mauvaises habitudes, n’éprouve aucune gratitude et choisisse de se ranger derrière la volonté commune. Car s’il y avait bien une chose qui m’était inconnue, s’était le lien qui unissait toutes ces personnes qui avaient prit la fuite à mes côtés, même Sven ignorait qui était la femme que Lovisa avait ramené depuis les montagnes… Il était fort probable que ces trois-là, ne soient au bout du compte que des mercenaires, dont la fidélité n’irait qu’à la récompense promise par Lovisa, voir qu’il fut même toujours question de la trahir. Si c’était le cas, la situation risquait de bien vite s’envenimer une fois que nous serions ‘tirés d’affaire’. L’idée d’un ennemi de l’intérieur ne me réjouissait guère, mais le découvrir seulement au dernier moment, aurait été probablement bien pire.

Je devais donc économiser un peu mieux mes forces, puisque la rémission pourrait être la condition capitale pour me tirer du piège à venir. Pour cela, il n’était nullement question de rester combattre sur la plage : nous devions fuir. Tandis que je m’approchais, encore haletant, je me mis à taper de ma hache sur mon bouclier, je n’avais pas l’envie, de me répéter à gueuler. Une fois que tous furent réveillés, je leur expliquai la situation, brièvement comme suit, tandis que je rangeais ma hache et mon bouclier pour être prêt à me mettre au travail :


“Réveillez-vous ! On vient de semer deux enfants du chaos et une tribu de bannis, cannibales. Va falloir remettre le bateau à la mer ! Ils ne devraient plus tarder ! “

Je doutais de nos chances si nous avions ici à combattre, ce qui n’était pas encore tout à fait exclu, d’autant plus, si nous tardions à nous mettre en œuvre. Nos chances pour ce qui était d’affronter la tempête n’étaient probablement guère plus élevées, mais pour l’instant cette dernière n’avait : ni tentacules ni une grosse envie de nous bouffer. Ce qui je crois, n’était pas toujours le cas…

“ On peut toujours essayer de trouver un autre endroit ou accoster si la tempête continue de faire rage ! “

Un endroit sympa si possible, avec moins de cannibales, néanmoins, à cette pensée ma gorge se serra, il y’avait probablement une personne que je n’avais pas réussis à sauver cette nuit… Celle que j’avais cru voir dans la forêt et que j’étais bien prompt à abandonner à son sort. Mais étions-nous seulement capables de remporter la bataille qui pouvait éclater sous peu ? Seule condition pour nous permettre de la sauver… Probablement pas, toutefois comme pour faire taire cette pensée mon regard balaya la lisière et ses alentours pour être sûr : que le destin ne venait pas, dans le meilleur du pire des cas, me forcer la main.

Si nous avions à combattre, je donnerais l’ordre de nous munir de pierres suffisamment légères pour nous permettre de tirer quelques salves. Si les rejetons étaient suffisamment stupides, ou que personne n’avait été là pour les aiguiller, il était possible que nous ayons à les affronter un par un. Ainsi, nous aurions eut de bien meilleurs chances, encercler la bête la rouée de coups, tour à tour, était peut-être bien jouable, surtout si - comme je comptais le faire - j’avais de nouveau à user de mon bouclier pour la déséquilibrer. Mais viendrait alors la seconde et probablement à sa suite le reste de la bande qui peut-être, à la vue de la scène, s’enfuirait. Il y avait donc peu de chances que nous décidions, même si nous menions un combat parfait de partir sauver une personne inconnue dans la forêt, même si pareille résolution pourrait s’avérer très rentable. D’autant plus que la famille de dégénérés n’en était probablement pas à son premier captif et que le pillage de leurs fameuses grottes, si l’ont persévéraient, pourrait s’avérer très lucratif. Il y avait d’ailleurs probablement d’autres captifs, dans des états variables… Mais, si ceux-ci s’ils avaient encore tous leurs membres et leurs raisons, ils pourraient se transformer en de belles additions pour épaissir nos effectifs plus que réduits.
Tokavaleskï, Zack, Voie de l'esclave
Profil: For 11 | End 10 | Hab 11 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 12 | Par 10 | Tir 8 | NA 2 | PV 23/75
Lien Fiche personnage
Compétences :


• BAGARRE(A)(S): - niveau 1 : ne subit pas de malus sur son ATT et sa PAR et ses dégâts sont évalués par un jet de 1D12 points de dégâts.

• RESISTANCE ACCRUE(C): - niveau 1 : Il peut ajouter un bonus de +1/niveau sur tous ses test d'endurance.

• SANG FROID(C): - niveau 1 : Il bénéficie d'un bonus de +1/niveau sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• COUPS PUISSANTS(S)(A): - niveau 1 : Augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 points de dégâts.

• AMBIDEXTRIE(S): - niveau 1 : à MAJ.

• MUSCULATION(A)(S): - niveau 1 : Il se voit crédité d'un bonus de +1 lors de tous les tests de FOR et peut retrancher 1D3 points de dégâts lors d'un coup pouvant occasionner une blessure.

• FORCE ACCRUE(S)(A): Il obtient un bonus de +1 lors de tous ses test sous la caractéristique FOR.

• ANTICIPATION(S): A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire.

• Autres : Chant, Résistance au froid, Esquive et Langue Norse

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 1036

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par [MJ] Kriegsherr » 07 avr. 2019, 16:10

Comme le kislévite l’avait supputé, le réveil brusque qu’il infligea à ses compagnons d’aventure ne fut guère apprécié : à peine tirés des bras de Morphée, les norses commençaient déjà à grommeler et à pester. Mais ces attitudes ne durèrent qu’un instant. Dès que les mots de l’esclave parvinrent à leurs oreilles et y trouvèrent un sens, ce fut la pagaille, la cacophonie. Chacun s’activait comme il pouvait, les énergies se dispersaient en tous sens. L’adrénaline venait cueillir les fuyards au réveil d’une nuit bien agitée, après les efforts colossaux fournis la veille. Affronter la mer déchaînée serait sans doute une folie, et certains n’étaient pas d’accord pour remettre le bateau à flots. Parmi eux, la rousse qui s’occupait de Lovisa, qui tentait de faire entendre que la princesse n’était pas en état de voyager, que dans son état la violence des flots pourrait la tuer, ainsi qu’un des norses. Sven, lui, était complètement au soutien de Zack, et pour cause : il avait lui aussi vécu l’attaque des monstres et ne tenait pas à croiser leur route de nouveau. L’autre norse était lui plus partagé, mais ne semblait pas avoir envie de bouger. Quant à Lovisa, elle restait livide, inanimée et inconsciente du danger qui la guettait.

De toute façon, le dilemme ne dura pas longtemps. Même si tout le monde avait été d’accord, il aurait fallu de nombreux efforts pour remettre le bateau à flots. Cela aurait nécessité facilement cinq minutes au mieux, sans doute même dix minutes voire un bon quart d’heure sans trop se presser... Et ils ne disposaient pas de ce temps !

Car en effet, il ne fallut guère que quelques dizaines de secondes supplémentaires pour voir sortir de l’orée des bois les silhouettes difformes des deux monstres, dans une vision d’horreur pure. Stupéfaits, le groupe regarda les deux enfants du chaos et se prépara à les affronter. De toute manière, ils étaient acculés, au pied du mur. Il faudrait les vaincre, ou mourir.

Mais alors que la perspective du combat semblait inévitable, un facteur imprévu s’ajouta à l’équation. Un facteur dont Zack avait eu connaissance, mais qu’il n’avait pas jugé utile de partager avec ses compagnons d’infortune, de sorte qu’il l’avait manifestement mal interprété. Comment aurait-il pu en être autrement, d’ailleurs, en l’état de ses connaissances sur les norses ?

A demi cachée dans la pénombre des sous-bois, droite entre les arbres, derrière les deux monstres, se tenait un être humain maigre et nu. Le Tokavaleski reconnut immédiatement la silhouette entraperçue un peu plus tôt dans la forêt. Elle semblait bizarrement agitée de soubresauts, presque immobile, mais nullement entravée ou inquiétée. Il était difficile de distinguer précisément de quoi il s’agissait dans la pénombre, mais, à la faveur d’un rayon de lune qui perça l’espace d’un instant fugace entre deux nuages noirs, Zack vit que la chose n’était pas, n’était plus, tout à fait humaine !

La silhouette se modifiait, grandissait, s’élargissait, produisant un mélange indistinct de cris de souffrance et de grognements bestiaux tandis qu’un monstre, encore un, semblait sortir de la peau de l’humain, comme s’il avait été emprisonné jusqu’alors dans une prison de chair dont il se libérait maintenant en la déchiquetant de l’intérieur. La vision était floue, masquée par la pluie et la nuit, mais on en devinait facilement toute l’horreur.

Lorsque la métamorphose fut terminée, ce qui se tenait entre les arbres n’avait plus rien, rien d’humain. A la place, un loup géant, bipède et grossièrement humanoïde, se tenait là, recouverts de lambeaux de chair et de peau sanguinolente, seuls restes de l’humain qu’il avait été. La bête leva la tête au ciel et poussa un long hurlement à la lune pourtant masquée par les nuages sombres, un son typique des loups.

En entendant cela, les deux enfants du chaos, qui étaient presque arrivés au contact des réfugiés organisés pour les combattre, stoppèrent net leur course et se retournèrent. Ils semblaient considérer le nouveau venu, même seul, comme représentant un danger ou une proie d’un intérêt supérieur à un groupe entier de naufragés. Sans attendre une seconde de plus, la totalité des norses, qui avaient été les témoins sidérés et impuissants de ce spectacle, s’accordèrent pour dire qu’il valait mieux ne surtout pas rester ici plus longtemps, et s’activèrent en lançant des cris paniqués de « Werewolf ! Werewolf ! », dont Zack ne pouvait que deviner la signification en norse, n’ayant jamais entendu ce mot auparavant. Si les créatures se battaient ensemble, ils devraient à tout prix profiter de ce temps pour fuir, avant qu’il ne soit trop tard. Car ils ne se pensaient pas raisonnablement capables de triompher du vainqueur de ce combat de titans qui s’annonçait, ou du moins n’avaient pas envie de prendre ce risque.

Mais peut-être Zack y verrait-il une opportunité différente, car il semblait bien que la famille de dégénérés, elle, n’avait pas pris le risque de rappliquer, préférant laisser leurs deux « enfants » les plus monstrueux faire le sale travail.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Zack
PJ
Messages : 112

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par Zack » 28 avr. 2019, 11:07

Leur réveil se révéla brusque, mais je fus rapidement aussi étonné qu'eux, de voir qu'après la description brève de la situation : mes compagnons semblaient opté pour rester sur la berge, au fi du danger en approche. Il semblait vrai néanmoins que redoubler d'efforts pour essayer de fuir s'avérerait vain, car après tout, les poursuivants ne devraient plu tarder. Seul Sven qui avait vu la situation de ces yeux se rangeait de mon avis, bien sûr l'agacement procuré était grand : comment se permettaient-ils de juger de nos chances de survie alors qu'ils n'avaient pas vu nos opposants ? Ils semblaient bien trop tranquilles à l'idée de sacrifier quelques-unes de nos vies pour que je puisse conserver tout mon calme, ainsi je dus faire de grands efforts pour écouter leurs points de vue en silence, sans essayer de les rosser pour leur faire entendre raison. Alors que je pesais tout de même le pour et le contre à l'idée de me montrer menaçant, la véritable menace, elle, fit son apparition. Tentacules, chairs, organes, bras, visages : tout était là.

" Je vous présente Mahlfer et Selveï... Il y a encore six autres mutants, moins, effrayants. "

Alors que je m’apprêtais à proposer un plan de combat aux Norses, mon attention fut toute accaparée par le nouveau venu. Mes sens semblaient m'avoir joué des tours dans la forêt puisque l'apparition de ce personnage ne faisait aucun sens du point de vue de mes précédentes conclusions. Je m'étais donc trompé, puisque la silhouette nue et trempée faisait son entrée, sans aucune entraves. Il ne semblait pas effrayé le moins du monde, mais ses gestes, avaient quelque chose d'hypnotique, j'avais l'impression de voir une sorte de possédé... L'instant suivant je crus même halluciner puisque entre les deux abominations du chaos en constante mutation, il me sembla que l'homme, à son tour, se mettait à se transformer... J'avais beau cligner des yeux, mais le seul effet produit était alors celui d'un kaléidoscope horrifiant. Tantôt il : gonflait, s’étendait, se rétractait, hurlait puis grognait... À l'intérieur de lui, quelque chose ou plutôt quelqu'un voulait sortir et cela ne tarda plu, bientôt les soubresauts semblèrent encore plus incontrôlés, plus brusques, si brusques qu'il semblait que certaines de ses articulations allaient bientôt lâcher, mais à mon étonnement, ce furent ses chairs qui craquèrent remplacées par de nouveaux muscles autrement plus hypertrophiés et par une fourrure sombre était-elle brune ? Était-elle noire ? Difficile à dire et à cause de la distance et à cause de ces lambeaux de chair et du sang qui le maculait presque entièrement. Dans un dernier tressaillement en avant, un hurlement caractéristique s'échappa de la créature qui finit par se cambrer pour l'expirer totalement. La transformation était terminée et bien que c'était la première fois que je voyais pareille scène, j'avais une idée relativement claire, du fait de vieilles histoires que j'avais entendu durant mon enfance, de ce qui venait de se passer sous mes yeux, mais qui était presque imperceptible à présent, les enfants du chaos obstruant la vue et la lune voilée par les nuages en étaient les causes. Mais contre toute attente, les abominations se dirigèrent vers la nouvelle bête. Nous ignorant tout bonnement. Fuyaient-ils ? Ou, allaient-ils affronter leur ennemi ?

Bizarrement, cette fois-ci, la panique était totale et à l'opposé de précédemment ce n'était pas vraiment mon cas... La raison en était que j'avais plus l'impression de voir l'apparition d'un allié que d'un ennemi. Pourquoi celui-ci attaquerait-il ces opposants maintenant ? Après tout la famille mutante ne faisait-elle pas des cibles plus aisées ? Désirait-il créer une ouverture pour que nous puissions nous enfuir ? Quel altruisme. Ou, désirait-il nous avoir de son côté pour les affronter ? Plus probable. J'avais des sentiments sommes toute assez mitigé, j'avais bien-sûr envie de partir, car je ne me sentais pas vraiment la force d'affronter tous nos ennemis, mais le combat se prolongerait-il suffisamment pour nous permettre de prendre le large ? Ce n'était pas dit. De plus, l'altercation serait peut-être moins violente qu'escomptée, une lutte à mort entre l'intégralité des deux partis, ou trois, semblait peu probable.. Se battre ici était probablement dangereux et presque inconsidéré, mais c'était probablement la chose la plus sûre à faire.

Toutefois, cette perspective ne devrait être gardée qu'en dernier recours, les Norses craignaient la bête avec bien plus d'intensité que les abominations précédentes, même si cela allait à l'encontre de mes premiers instincts, je m'étais résolu à leur faire cette fois-ci confiance. Après tout, il n'y avait aucune raison de lutter pour cette terre ou d'essayer de sauver le nouvel arrivant. Je dois bien dire que cela allait à l'encontre de ma nature, mais j'étais si affaiblis, dépourvu de mon arc et somme toute assez satisfait que tout le monde suive le même plan : pour émettre avec aplomb quelques oppositions en ce qui concernait l'actuel consensus.

Je m’apprêtais donc à aider aux mieux chacun d'entre eux, n'étant guère habitué à ce type de manœuvre, l'initiative ne m'incombait pas vraiment, mais j'étais résolu à me montrer le plus attentif et utile possible. Devions-nous transporter Lovisa sur l’embarcation ? Si ce n'était pas le cas, j'aiderais tout de suite la rousse, sinon j'assisterais les autres à détacher la voile, puis à porter le drakkar, les troncs auraient ici été bienvenus, du moins probablement, mais évidemment : aller les chercher était exclu. Je faisais de mon mieux alors pour agir rapidement tout en regagnant, ou à défaut en conservant mes forces. Il fallait agir vite, mais sans précipitation, il serait fâcheux que la voile se déchire et désastreux que la coque se brise. Je prêtais aussi attention à l'aide de mon ouïe : au combat, aussi longtemps que nous l'entendions tout se passerait pour le mieux, mais si celui-ci s’arrêtait je serais forcé de porter mon attention sur ce dernier dans les plus brefs délais et je me tenais donc prêt à donner l'alerte aussi vite que possible. Si celui-ci devait s'arrêter, nous serions probablement alors en train de transporter le bateau, nous aurions peut-être une faible chance de les prendre de vitesse, mais le plus sûr serait probablement de se résoudre à l'affrontement.
Tokavaleskï, Zack, Voie de l'esclave
Profil: For 11 | End 10 | Hab 11 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 12 | Par 10 | Tir 8 | NA 2 | PV 23/75
Lien Fiche personnage
Compétences :


• BAGARRE(A)(S): - niveau 1 : ne subit pas de malus sur son ATT et sa PAR et ses dégâts sont évalués par un jet de 1D12 points de dégâts.

• RESISTANCE ACCRUE(C): - niveau 1 : Il peut ajouter un bonus de +1/niveau sur tous ses test d'endurance.

• SANG FROID(C): - niveau 1 : Il bénéficie d'un bonus de +1/niveau sur n'importe laquelle de ses caractéristiques lors de la réalisation d'une action dans un climat de stress et de tension mentale.

• COUPS PUISSANTS(S)(A): - niveau 1 : Augmente les dégâts occasionnés à ses adversaires de + 1D3 points de dégâts.

• AMBIDEXTRIE(S): - niveau 1 : à MAJ.

• MUSCULATION(A)(S): - niveau 1 : Il se voit crédité d'un bonus de +1 lors de tous les tests de FOR et peut retrancher 1D3 points de dégâts lors d'un coup pouvant occasionner une blessure.

• FORCE ACCRUE(S)(A): Il obtient un bonus de +1 lors de tous ses test sous la caractéristique FOR.

• ANTICIPATION(S): A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire.

• Autres : Chant, Résistance au froid, Esquive et Langue Norse

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 1036

Re: [Zack] Zack outragé, Zack brisé, Zack martyrisé, mais... (suite)

Message par [MJ] Kriegsherr » 12 mai 2019, 15:55

Désolé pour le retard je n'étais vraiment pas inspiré ces derniers temps.
Test de FOR : 16. Raté. Vous mettez du temps à remettre le bateau à flots. Jets cachés pour le combat.
Remettre le drakkar à flots fut plus difficile à faire qu’il n’y paraissait. Evidemment, il avait fallu d’abord replacer Lovisa dans le bateau de manière à ce qu’elle soit bloquée et ne courre pas de danger, puis déplacer la lourde embarcation dans la mer déchaînée en prenant bien soin de ne pas l’abîmer. Le gouvernail, les voiles, le mât, la coque. Tous ces éléments étaient indispensables, surtout dans la tempête. S’ils étaient par malheur endommagés, cela pouvait signifier rien de moins que leur mort à tous. Il fallait donc procéder avec le plus grand soin.

Au loin, la lutte faisait rage entre les monstres géants. Le loup-garou écorcheur était certes seul, mais il semblait plus puissant qu’un enfant du chaos, et de loin. De plus, il semblait ignorer ses blessures avec un aplomb qui faisait froid dans le dos. Quant aux deux monstruosités, elles semblaient totalement immunisées au doute et à la douleur. Peu importe ce qui leur arrivait, elles continueraient à se battre jusqu’à la fin, que ce soit la leur ou celle de leur ennemi. L’instinct de survie leur paraissait totalement étranger, de même que la peur ou même la logique. Mais était-ce surprenant de la part de créatures qualifiées « d’enfants du chaos » ?

Par pure chance, ni l’un, ni les autres ne parvenaient à prendre le dessus. Les coups s’échangeaient, d’une violence telle que chacun d’eux ou presque aurait pu tuer un humain. Mais la constitution des monstres était telle qu’ils encaissaient sans broncher les terribles attaques et les rendaient coup pour coup. L’affrontement s’éternisait. C’est ce statu quo qui permit aux fuyards d’avoir le temps de remettre le bateau dans les eaux et d’y monter. C’était comme si la fortune leur avait souri. Sans cela, l’analyse de Zack aurait été bonne : si un vainqueur s’était dessiné, les norses et le kislévite n’auraient pas eu le temps de fuir, ils auraient dû l’affronter.

Malheureusement, il s’avéra rapidement que le choix de la mer démontée n’était pas si sécurisant qu’il l’avait paru. Les flots noirs n’étaient qu’un enchaînement de vagues de plusieurs mètres de haut et de creux tout aussi terrifiants. L’équipage, en sous effectif chronique, ne pouvait guère que subir le courroux de Manann, malgré toute sa bonne volonté et ses efforts.

Test d’HAB : 7. Réussite. Vous êtes chanceux car un échec même simple et ça aurait été le naufrage.
Telle une coquille de noix, le navire était ballotté par les flots. Les tentatives des norses pour le contrôler, le diriger paraissaient vaines. Tout juste pouvaient-ils limiter les dégâts en tentant de s’orienter de la meilleure façon face à chaque lame ou creux. Le bois craquait de toute part, le vent sifflait, assourdissait, la pluie diluvienne trempait tout. De nombreux éclairs tombaient ça et là, et tous redoutaient sans rien pouvoir y faire que l’un d’eux ne touche le mât et ne l’enflamme ou ne le détruise. La violence des flots poussait le navire vers la falaise et les rochers à moitié immergés qui la précédaient. Si le bâtiment était projeté sur l’une ou sur les autres, il serait brisé ou éventré, et ce serait la fin. Les matelots faisaient tout pour éviter que cela n’arrive.

Le temps passait au ralenti. L’adrénaline et la peur supprimaient la fatigue, mais il semblait aux marins qu’ils avaient passé des jours entiers en mer à lutter contre les éléments. La noirceur et l’épaisseur des nuages orageux les empêchaient de garder une quelconque notion du temps. Le désespoir gagna les fuyards lorsque malgré leurs efforts constants, un craquement plus fort que les autres retentît. Depuis des heures déjà, le bateau s’approchait de la falaise, inéluctablement. Et ce qui devait arriver arriva : l’extrême arrière du navire heurta violement un récif, fracturant net le gouvernail.

Sans cet élément essentiel, les marins se crurent bel et bien perdus. Tout au plus pourraient-ils retarder l’échéance en compensant avec des rames et des solutions de fortune. Mais désormais, leur naufrage et leurs morts à tous paraissaient presque certaines. Chaque vague leur paraissait être la dernière, les repoussant vers leur destin, chaque creux pouvait les entraîner vers un récif ou un rocher dans les profondeurs de la mer. Et il semblait y en avoir à l’infini.

Mais après ce qui parut comme une interminable nuit de cauchemar, les éléments se calmèrent. L’amélioration fut progressive. D’abord, des vents et des pluies moins importantes. Des nuages plus gris et moins sombres. Ensuite, une diminution de l’intensité et de la fréquence des vagues. Enfin, la marée basse qui emmena le navire à la dérive, ou ce qu’il en restait vers le large. Le pire était passé, ils avaient survécu. Mais sans gouvernail, et avec de nombreuses voies d’eaux dans la coque, il faudrait passer un certain temps à réparer le navire avant de pouvoir fuir. Et tous étaient éreintés.

Une rapide estimation des dégâts permit d’estimer que le groupe pourrait réparer tout cela en mer avec ce qu’ils avaient. De toute façon, ils n’avaient guère le choix : se battre contre la marée pour tenter d’accoster de nouveau, sans gouvernail, aurait été très long et difficile. Les réparations en mer leur prendrait une bonne demi-journée de travail au moins, pour un résultat de fortune. Mais ils n’avaient pas le choix, c’est pourquoi ils se mirent au travail. Fort heureusement pour eux, la voile et le mât étaient miraculeusement restés intacts.

Test d’END : 18. OK.
Cette demi-journée supplémentaire passée, presque tous étaient tellement fatigués qu’ils ne tenaient qu’à peine debout. Une demi-journée de repos supplémentaire s’imposait, et ils furent contraints de la prendre, qu’ils le veillent ou non. Au réveil, ils avaient pu reprendre quelques forces, même si leurs états n’étaient guère brillants…

Mais un autre problème se posait : ils étaient au large, sans repère, et sans aucune idée de la direction à prendre. En effet, le soleil, s’il y en avait, été caché par l’épaisse couche de nuages gris qui s’étendait dans toutes les directions jusqu’à l’horizon. Les marins norse pestèrent, et Zack entendit l’un d’eux dire qu’ils auraient dû emporter une « pierre soleil ». Quant à la princesse, elle était au plus mal, grelottante de fièvre, livide et toujours inconsciente, l’autre rousse toujours à son chevet.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Répondre

Retourner vers « Les Zones Maritimes »