Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 23 févr. 2018, 12:22

Il faisait froid. Les murs étaient glacés. L'air était humide. Le sol nu. Il faisait noir. Les ténèbres étaient sa compagne, le silence sa famille, la foy, sa boussole. Mais envers qui ? Là était toute la question. Elle avait perdu la notion du temps. La patrouille s'était faite massacrer puis.... Les choses étaient floues. Elle croyait les avoir tués. Non pas les miliciens mais les hérétiques. Ou le contraire ? Elle avait quitté le village. Elle en était certaine. Seule. Vivante. Dans un état second. Voyant mais ne pouvant agir. Comme dans un rêve. De retour à Meissen, pâteuse, légèrement blessée, elle avait fait son rapport à ses supérieurs, puis été conduite à cette cellule. Elle n'avait pas opposé de résistance. La mémoire lui revenait peu à peu mais c'était succint et irréel...

Dans ces ténèbres, elle ignorait combien de temps elle était restée, seules les litanies de prières envoyées à Sigmar venaient meubler son silence, mais même le son de sa voix était absorbé par les murs. Elle s'était vite lassée lorsque sa gorge lui avait fait part de son besoin de boire. Elle avait soif. Et faim. Elle était faible et se laissa choir sur le sol de pierre et dormit dans ses vêtements de toile de jute qu'on lui avait intimé de mettre. Et elle sombra alors dans un sommeil agité. Et rêva. Elles rêvèrent.

Depuis quelques heures ses pensées étaient remplies d'idées et de concepts saugrenus. Dangereux. Hérétiques. Des rivières de lait et de miel. Des arbres aux fruits interdits. Un ciel de sang. Des étoffes de soie. Des vêtements royaux. Des formes floues et suggestives lui susurrant des mots doux et aguicheurs...

"HÉRÉSIE !!! Tout ceci est hérésie !!! Sigmar, aide ton humble servante à trouver le chemin de la repentance, puissent tes commandements.... "

"La barbe. Laisse donc de côté tout ceci. Il faut passer à autre chose. Écoute ma voix et laisse toi bercer vers...."


"SILENCE DÉMON !!! Tu n'existes pas. Tu n'es pas réel ! Tes efforts sont vains et ton existence prendra fin un jour. Ma foy est mon bouclier. Mon âme est mon épée. Sigmar est mon dieu ! LES HÉRÉTIQUES DOIVENT PÉRIR PAR LE FEU PURIFICATEUR ! SIGMAR TRIERA LES SIENS !!! "

"Impossible de jouer avec toi... Mais j'ai bon espoir...En attendant, tu as de la visite."

"Que.... "

Ce fut d'abord le bruit du briquet qui était frappé, puis celui des bottes ferrées claquant contre les marches de pierre, et enfin celui d'une lourde barre en bois que l'on tirait et posait sans douceur aucune sur le sol.
Puis la lumière fut. Une lumière aveuglante. Une simple lanterne, certes, mais l'éclairage apporté, après tout ce temps inconnu passé dans les ténèbres les plus complètes, était aveuglant et elle détourna les yeux par réflexe car sa pupille lui donnait l'impression d'être en flammes.

Elle recevait de la visite. La sœur supérieure en personne, armée de pied en cap. Le métal de son armure reflétait la lumière de la chandelle à l'intérieur de la lanterne et écartait les ténèbres de la cellule dans les plus infimes recoins. Même si sa visite mettait du baume au cœur d'Alicia, celle ci était néanmoins inquiète. En effet, elle était tenue en joue par la sœur qui était armée pour l'occasion d'une arbalète.
Se levant péniblement, Alicia tenta de s'incliner mais fut brusquement arrêtée par la sœur.

Restez droite ! Retournez vous ! Enlevez vos habits !

Ma soeur ?

Résistez et vous mourez.

C'est sur un ton froid, coupant comme l'acier, que ces derniers mots avaient été prononcés par sa supérieure. Bon gré mal gré, Alicia s’exécuta, grelotant en enlevant ses dernières protections contre la morsure du froid du lieu, sa peau ne pouvant s'empêcher de se transformer en chaire de poule et ses dents de se mettre à claquer peu à peu. La sœur supérieure l'observa un long moment, de dos, avant de la faire se retourner, gênant davantage Alicia qui cherchât à cacher son sexe, ce qui ne servit à rien puisqu'elle exigea également de le voir. Elle lui fit aussi ouvrir la bouche, lui tenant fermement la gorge, prête à arrêter l'air d'y passer d'un moment à l'autre, avant de se prêter à d'autres exercices.

"Rusée la vieille salop*...."

"SILENCE DÉMON !!!"

Son examen fini, la sœur supérieure sembla se rassurer et pointa même son arme vers le sol, pour ensuite la poser contre un mur pour aller chercher quelques objets à l'extérieur de la cellule.
C'est dans le plus simple appareil qu'Alicia attendit qu'on donne un sens à tout ceci. Certes la mission n'avait pas été un succès total mais au moins les hérétiques étaient tous morts. N'est ce pas ?
Finalement la sœur supérieure revint avec une robe de nonne et une paire de sandales qu'elle donna à Alicia pour qu'elle puisse se déplacer à sa guise.

Bon retour parmi nous initiée. Vous pouvez retourner vaquer à vos occupations. Le père supérieur souhaite s'entretenir avec vous demain.

Sur ces mots, elle partit vers les escaliers, Alicia, bien qu'encore un peu choquée, mais néanmoins rassurée de se retrouver dans un semblant de routine, sur ses talons.
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 04 mars 2018, 15:59, modifié 1 fois.
Raison : 6 Xp | Total 6 Xp | Total disponible 6 Xp
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 27 févr. 2018, 00:33

Le faible rayonnement de la lanterne de la sœur supérieure, devant elle, empêchait Alicia de distinguer les caractéristiques de ce lieu dont elle ignorait l'existence. Un froid à vous tuer, un intérieur sombre, où les ténèbres se jettent sur vous une fois dans la geôle... C'était un endroit rêvé pour mettre à l'isolement un suspect et le faire craquer psychologiquement. Mais pour l'instant, le froid et la poussière soulevée sur leur passage causaient des nausées à Alicia, celle ci se frictionnant les bras en montant les escaliers.

“Froid... Si froid... Une nouvelle épreuve que vous envoyez là à votre humble servante monseigneur... Et qu'elle relèvera. Comme les autres.

"Monseigneur par ci monseigneur par là.... Tu n'en as pas marre d'être la boniche de ces viocs ? Merd*, bouffe, linges, Merd*, bouffe....

"SILENCE !!! ENTRER AU SERVICE DE SIGMAR EST UN HONNEUR !"

Autant parler à un mur...

L'escalade des marches fut un calvaire pour Alicia qui avait les genoux ankylosés et gelés par la température ambiante, la forçant à prendre appui sur le mur pour, à certains moments, ne pas s'écrouler. Néanmoins les murs de pierre étaient aussi froids que la mort. Tout cela, ajouté à la faim d'Alicia, qui se rendit compte qu'elle ne devait pas avoir mangé depuis au moins deux jours, n'était certes pas suffisant pour briser son mental, mais son corps atteignait ses limites. Alors qu'elle pensait s'écrouler à la prochaine volée de marches, voilà que le duo arriva à une porte. Celle ci était faite d'un métal qui lui était inconnue, dotée de d'engrenages sur les rebords et d'une sorte de système à combinaison et d'autres choses incompréhensibles pour quiconque n'a pas étudié les sciences de l'horlogerie en détail. En bref, il s'agissait là d'une œuvre d'art, certainement de facture naine, plus digne de protéger un trésor que les sous sols oubliés de l'endroit.

Lorsque la sœur supérieure tira la porte vers elle, le métal des gonds grinça et un crissement impitoyable emplit l'air. Elles étaient dans ce qui semblait être une antichambre de quelques khazalides des temps anciens, puis progressèrent dans un hall rempli de tombeaux et statuettes. Bien que curieuse, Alicia n'eut pas le loisir d'observer les lieux plus en détail car le rythme qui lui était imposé était trop rapide pour se lancer dans une observation minutieuse. Sans parler de la flamme de la bougie, très instable, menaçant même de s'éteindre à chaque instant, qui créait sans arrêt des ombres parfois tout à fait incongrues. Ici un papillon, là un escargot doté de jambes... Il y en avait pour tous les goûts. Et puis les rares inscriptions en alphabet commun étaient soient gommées par le temps, soient trop recouvertes par la poussière.

De tout le trajet, les deux femmes n'avaient pas échangé un mot et Alicia ne pouvait observer le visage de sa supérieure, derrière laquelle elle marchait. Supérieure toujours en armure d'ailleurs, et dont le claquement des solerets sur le sol marbré rythmait la marche. Le groupe arriva enfin devant un escalier qui semblait monter vers le plafond.
Sans faire attention à la mine contrariée qu'affichait Alicia, en pleine bataille contre son démon intérieur, la sœur supérieure semblait chercher quelque chose. Une autre lanterne peut être ? Ses gestes étaient assez frénétiques. Peut être que la bougie était arrivée à son bout ? Ce serait une mauvaise nouvelle mais...
Un coup, un “clic” se fit entendre, puis le plafond se mit à trembler, faisant tomber quelques araignées mortes depuis des siècles, poussières et autres détritus. La sœur avait dut activer un mécanisme caché, révélant ainsi la sortie et... Mais où étaient donc les étoiles !? Le ciel était vide de tout et....

"Sotte que tu es. Ceci est le temple. C'est l'absence de lumière qui le.... "

"SILENCE DÉMON !!!"

"Si seulement...."

Souvenez vous d'aller voir le père supérieur demain.

La laissant là, la sœur supérieure lui souhaita une nouvelle fois un bon retour parmi eux.

La faim. Le froid. La soif. Le besoin d'aller aux toilettes. Telles furent les premières pensées d'Alicia lorsqu'elle réalisa qu'on lui avait rendu la confiance qui lui avait été accordée plusieurs jours plus tôt. D'un pas hésitant, elle se dirigea vers les latrines du temple en s'appuyant sur les mur, pour finalement arriver au lieu qui n'avait pas changé. Glacial et puant, quand bien même le foin en bas était changé chaque semaine. S'asseyant sur la planche de bois, c'est là qu'elle se soulagea enfin, manquant de s'évanouir, ivre du plaisir de pouvoir enfin utiliser les commodités, des larmes coulant sur ses joues. Elle se leva et se dirigea d'un pas hésitant vers sa cellule pour s'affaler brutalement sur le tissu de laine étalé au sol pour dormir d'un sommeil lourd, sans avoir pris le temps d'enlever ses vêtements.
Elle ne fit aucun cauchemar, ni rêve. Ou du moins en eut elle l'impression. C'est au petit matin qu'elle se réveilla, au champ des cloches du temple. Pleine de courbatures, elle se leva difficilement, s'appuyant avec effort sur l'autel de Sigmar, présent dans sa cellule. L'autel était d’ailleurs bizarrement déformé mais elle n'y fit aucunement attention. Les couloirs qui auraient normalement du être remplis de clercs pressés d'aller au réfectoire, étaient étrangement vides. En pressant un peu le pas, elle arriva enfin à la grande salle où se réunissent les “locataires” du temple trois fois par jour pour prier le seigneur et se sustenter, mais lorsqu'elle ouvrit les grands battants de celle ci...

Choc. Peur. Consternation. Honte. Colère. Haine..... HÉRÉSIE.

Sur le long des rangées de tables se trouvaient des corps dont on aurait su dire s'ils étaient vivants ou non, tous horriblement unis, souillés de sang, nus, mortifiés, certains gémissaient.... Il n'y avait pas de mot pour décrire le macabre tableau qui lui faisait face. Tout son être lui disait de fuir, mais son esprit lui intimait de rester et combattre cette horrible hérésie ! De purger le temple de cette souillure ! De partir en guerre contre le chaos ! De...

NON !!!CECI N'EST PAS RÉEL ! JeJe... Sigmar....

Au centre de la salle, à l'estrade sur laquelle se trouvait la tablée des maîtres du culte... Ils étaient morts. Leurs visages étaient accrochés à des hameçons et leur peau tirée comme une toile barbouillée de sang .... L'hérésie. Et elle lui souriait. Elle lui souriait !!! ELLE SE SOURIAIT A ELLE MÊME ! Le parfait reflet d'Alicia se réjouissait de sa présence, agitant même une main encore poisseuse de sang en sa direction, la saluant et l'invitant à la rejoindre.

Pour la première fois de sa vie, le démon semblait contrôler la situation. Il, ou elle, ou peu importe, semblait l'avoir mise pieds au mur. Sa foy infaillible en Sigmar ne suffisait plus pour repousser le malin. Celui ci avait pris son image, son corps..... Sur ses joues, des larmes de peur s'écoulaient. Elle essaya de fuir mais au même instant les battants claquèrent dans son dos et le sol se déroba sous ses pieds. Trop terrifiée devant l'inutile protection que lui conférait sa foy, ses genoux ne répondirent plus aux ordres désespérés qu'elle leur donnait alors, luttant comme elle le pouvait, elle essaya de se trainer sur le sol, avec ses mains et ses genoux, vers les fenêtres. Fenêtres qui se virent ceintes de serpents à l'instant même où elle y pensait. Dans une futile tentative de fuite, elle se tira vers un banc mais elle était bien trop lente. Son alter ego marcha tranquillement vers elle, en sifflotant un air de chanson paillarde, puis arriva à son niveau, la tenant fermement par les épaules pour la serrer profondément dans ses bras.

Tout doux ma belle. Je m'en voudrais de nous abimer. Depuis le temps... Tu devrais comprendre foutue fanatique... Tes accès de rage, de colère... Ce feu inexpliqué en toi... Les sautes de mémoire... Arrêtons de jouer, et cède moi le contrôle, foutue vache.

Sur ces mots, ce qui semblait être son alter égo s'entailla le pouce jusqu'à l'os. Alicia regarda alors, paniquée, son pouce, le même pouce, se mettre à saigner abondamment de sang, sang qui se mit à couler lentement vers la bas de son corps, qui inonda la salle, lui trempa les genoux, la taille, les épaules.... Le liquide carmin envahissait la salle, la transformant en une mer agitée. La houle berçait les cadavres et les jetait violemment sur Alicia qui avait été abandonnée par son alter ego. Le niveau du liquide carmin ne cessait de croître et elle se retrouva bientôt face au plafond, entourée de corps et... Elle ne respirait plus. La fin. Elle était morte noyée. Du moins est ce le cas lorsque les gens ne peuvent plus respirer, privés d'oxygène qu'ils sont sous l'eau, ou tout autre liquide. Sauf que les gens ne meurent que très rarement dans des rêves.

Et c'est là qu'Alicia se réveilla en sueur. Le soleil pointait à l'Ouest. Encore peu et l'aurore serait là. Elle avait dormi presque toute la journée ! Se dépêchant de se lever, elle ne put s'empêcher néanmoins de regarder son pouce, pour n'y voir, Sigmar soit loué, aucune coupure que ce soit. Alors qu'elle allait s'aventurer hors de sa cellule, elle remarqua que ses vêtements de la veille, trempés par le liquide salé, étaient tout sauf sigmarites, sa robe de nonne lui collant au corps. Avisant ses anciennes frusques du temps où elle était encore jeune initiée, il y a des années, elle se résolut à porter celles ci, après s'être déshabillée pour enlever sommairement les gouttes qui lui restaient collées à la peau. Ce n'est qu'à ce moment là qu'elle remarqua qu'on lui avait apportée à manger dans son sommeil. Un demi pain, un pot de miel, une pomme, une carafe d'eau et une soupe froide. Un vrai festin ! Mangeant aussi lentement que possible, malgré son estomac qui lui criait famine, le les victuailles qu'une bonne âme avait déposée dans sa cellule durant son sommeil, elle essaya de mettre de l'ordre dans son esprit pour se concentrer sur les commandements de Sigmar et les réciter mais la faim était trop forte et elle ne put que réciter mentalement les prières que l'on enseignait aux néophytes.

Une fois son court repas pris, elle fila le plus rapidement possible à la salle d'eau afin de sentir autre chose que la transpiration.. Tout le monde était astreint à ses taches habituelles à cette heure ci. Prière, écriture, jardinage, combat, forge, prêche... Mais pour ce qui était des bains... Il faudrait attendre plus tard pour que ceux ci soient chauffés. Dommage. Mais tant pis. Après tout, Sigmar n’enseignait il pas à ses fidèles servants de chercher à se passer des plaisirs terrestres vains ? Ce ne serait là qu'une preuve supplémentaire de sa dévotion envers son dieu !

Elle ne rencontra que peu de frères et sœurs sur son passage, certains la reconnaissant, lui firent un salut de la tête, se pliant ainsi à la règle officieuse du temple qui voulait que l'on évite de discuter dans les couloirs. Certains notèrent d'ailleurs avec une légère désapprobation visible concernant, sans surprise, sa tenue qui lui seyait trop, mais s'abstinrent de commentaires, hochant la tête d'un air entendu. Alicia ignorait ce qu'on leur avait dit mais visiblement concernant son absence sur les derniers jours au temple, tout étant cloisonné au mieux par le grand prêtre, mais ils devaient sans doute s'imaginer qu'elle sortait d'une terrible épreuve qui l'avait alitée ou quelque chose comme ça. Mieux valait ne pas troubler l'équilibre qui régnait dans le temple, certains de ses membres ignorant même tout des activités qui avaient lieux dans les sous sols. Il fallait dire qu'accéder aux locaux de l'inquisition au sous sol relevait parfois du parcours du combattant. Portes, marches, plafonds trop bas, grilles... Ça n'en finissait pas. Amener un suspect en un seul morceau était toute une épreuve.

Arrivée aux bains, elle fut surprise par le frère Sigmund qui la regarda avec curiosité. Certes il y avait toujours un membres du temple de permanence aux bains, mais le frère Sigmund était habituellement cloitré dans le scriptorium à rédiger des traductions en langues obscures ou à travailler sur les plans du réseau d'eau du temple. Ceux ci dataient de plusieurs siècles et avaient sans cesse été modifiés, rendant les schémas architecturaux chaque fois plus compliqués. A la fin, même l'architecte se serait perdu dans les canalisations.

Ma sœur. Que me vaut votre visite ? Lui demanda-t-il d'un ton neutre, bien qu'essayant de fixer son visage plutôt que ses vêtements un peu trop petits.

Bonjour mon frère. Je sors d'une période où je me suis trouvée alitée. Le prêtre supérieur doit me voir dans la journée et, en l'état actuel, je ne suis pas présentable. Aussi, je me dois de vous solliciter une faveur. Pouvez vous, pour un moment, m'autoriser à effectuer mes ablutions je vous prie ? Je suis tout à fait consciente que cette demande est....

Tout à fait non recevable. En plus je dois faire des travaux ici..

Mon frère ?


Le règlement est clair. Ne sont autorisés à aller aux bains les membres de notre congrégation qu'uniquement durant les horaires prévus à cet effet. Je ne peux pas vous permettre ceci. Ce serait agir en dehors des règles.


.... Je...

"Mais c'est qu'il chercherait à obtenir quelque chose en échange le petit.... Qu'il est mignon vient par là mon...""

" Non.Non.Non ! Pas toi !SORS DE MA TÊTE ! "


Sans y prendre gare, Alicia avait pris une expression paniquée que même un enfant de 6 ans aurait remarqué, ce que le frère Sigmund ne manqua pas de noter.

J'ai compris ! J'ai compris ! Mais que je ne vous y reprenne plus ! Il n'y aura pas de prochaine fois. Et ne comptez pas sur moi pour chauffer l'eau. J'ai déjà assez à faire avec la canalisation. Non mais est ce que j'ai l'air d'être un tiléen moi !?

Oui mon frère. Merci mon frère. Bonne chance mon frère.

Alicia baissa la tête comme en signe de reconnaissance envers le frère Sigmund, mais en réalité l'inclinaison de sa tête servait à dissimuler sa peur et les larmes qui prenaient d'assaut ses yeux, puis elle s'en fut vers les bains.
Ceux ci étaient d'anciens bains khazalides mais avaient été réaménagés par des tiléens il y a de cela un peu moins d'un siècle. Sur les murs des mosaïques adaptées au folklore impérial étaient présentes, célébrant les exploits de Sigmar, la fondation de l'empire et d'autres évènements culturels d'importance. Dans quelques bassins, l'eau coulait doucement, grâce à un système de canalisation entre le bâtiment et l'aqueduc de la cité, mais l'eau n'était pas encore chauffée et n'était pas, à cette heure, particulièrement chaude. Ce serait un véritable suicide que de s'y jeter. Mieux valait user de celle de la citerne. Elle était peut être remplie d'eau de pluie mais au moins, la pierre exposée à l'air libre était chauffée par le soleil durant la journée et donnait une eau qui se révélait tiède en fin de journée. Presque chaude même. Prenant un seau, Alicia se mit à utiliser le système de pression de l'eau, compliqué à mettre en place mais simple à l'usage, qui avait été disposé à divers endroits des bains pour pouvoir se rincer, après avoir déposé ses vêtements et une serviette à l'écart. Elle se frotta ensuite en usant d'herbes habituellement récoltées en dehors de la cité, et ayant pour propriétés d'accrocher la saleté présente sur la peau du corps sans pour autant l'arracher. Une fois fait, elle profita un instant de l'eau tiède qu'elle se versa sur les cheveux, durant deux seaux, avant finalement de remettre ceux ci à leur place et de se sécher puis se rhabiller. Maintenant sèche et propre, elle put quitter les bains pour ensuite aller se présenter devant le prêtre supérieur.

En passant aux bains, elle en avait profité pour jeter un œil dans un corbeille et en retirer un voile propre qui lui recouvrait les épaules, atténuant ainsi la gêne qu'elle avait à se déplacer dans le temple en habits trop courts. C'est ainsi qu'elle se rendit devant le bureau du prêtre supérieur. Celui ci se trouvait dans une aile du temple, à laquelle on accédait en passant par un préau dans lequel certains frères entretenaient un potager. La porte du bureau du prêtre était cerclée d'un fer noir, et un lourd cercle de fer était accroché dessus, afin de prévenir d'une visite. Alicia frappa trois fois puis attendit qu'on lui dise d'entrer.

C'est dans une longue attente qu'Alicia se contint, durant laquelle elle sentit une légère angoisse prendre forme, avant qu'on ne lui ordonne finalement d'entrer.
Modifié en dernier par Alicia le 13 mars 2018, 23:28, modifié 2 fois.
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 02 mars 2018, 21:46

Une voix faible se fit entendre de l'intérieur. Même si celle ci était peu audible, la signification des mots lancés dans un mine filet d'air était universelle : entrez. Ce qu'Alicia exécuta immédiatement. C'est dans un bureau assez spacieux que l'initiée fut reçue. Une double fenêtre de verre fin, luxe hors norme et symbole informel d'un grand pouvoir, aurait théoriquement dût illuminer la pièce fin de journée mais il n'en était rien. Des rideaux tirés empêchaient la lumière de pénétrer dans l'espace, donnant un effet tamisé où des pellicules de poussière virevoltaient, visibles par moments, dans les rais de lumières qui visaient Alicia. Celle ci n'était pas aveuglée par la faible radiance de l'astre solaire, à cette heure ci sur le déclin, et pu donc identifier l'être assis derrière la table de chêne ouvragée ; petit, vieux, un mince duvet de cheveux lui recouvrant le crâne mais qui ne cachait pas pour autant les cicatrices de vieux combats que l'on ne pouvait que deviner sans nul doute terribles.

À la gauche du Lecteur de Sigmar se trouvait un livre à la couverture richement ouvragée mais aux pages plus que jaunies par le temps : une bible de Sigmar, éditée en khazalide, de la main de Dolgan Plume d'Or lui même, pourtant décédé il y a plusieurs siècles. La couverture était sertie de pierrettes de faible valeur mais qui donnaient à l'ouvrage une splendeur inégalable, surtout lorsque l'on remarquait le motif qui se dégageait de la couverture, symbole Du Dieu véritable et également objet porté au cous du haut prêtre par un collier : Le marteau sacré. Ghal Maraz

Sur le côté droit se trouvait en revanche deux simples feuilles de papier recouvertes d'encre noire, manuscrite. Sans doute des rapports quelconques.

Aux extrémités de la pièce e trouvaient d'immenses armoires en bois de chêne et dont les battants étaient renforcés de fer, fermées par des verrous de facture naine. Alicia savait, pour avoir un jour vu le haut prêtre refermer hâtivement une des armoires, que celles ci contenaient des livres, parchemins, statuettes sainte, profanes et moins saintes, trophées lointains obtenus au cours de la vie de quelques oubliés membres du clergé de Meissen.

Enfin, se trouvait la plus belle preuve de la ferveur des membres de la congrégation, exceptée le lecteur bien sur, envers Sigmar : le bureau du Lecteur.

Taillé dans le cœur d'un chêne centenaire du Middenland, sculpté par les meilleurs ébénistes nains disponibles à ce moment là dans l'empire, ciré avec les meilleures méthodes possibles du Hochland, cette magnifique œuvre d'art avait en plus le mérite de représenter Le Dieu dans toute sa splendeur, menant ses armées d'Unberogens nimbées d'une aura de pureté sans égale contre les hordes d'hérétiques, les ost démoniaques et les ennemis non humains qui, de tous temps, menacèrent, menacent et menaceront l'empire, complotant à l'intérieur, intriguant à l'extérieur, guettant à chaque instant toue faiblesse, jaloux qu'ils sont de la grandeur de la Très Sainte Création Du Dieu Empereur…..

"Magnifique bureau n'est ce pas…. Comme il me plairait que de le salir d'un peu de sang devant le regard d'incompréhension, de haine et…."

"SILENCE !!!"

La démone, quel que puisse être son sexe ou sa nature, semblait déterminée à harceler l'initiée pour tenter de la corrompre avec son hérésie, et le chaos, mais sa faiblesse momentanée avait été rapidement gommée par sa foy en Sigmar et…

"C'est pas bientôt fini ton cirque ? "

"Je…Comment ?..... Sigmar…. L'empereur Dieu protège !"

C'est dans ce lieu tamisé et à l’atmosphère emplie de poussières qu'Alicia fut entretenue par l'homme sans doute le plus influent du Wissenland, en dehors de Nuln, ne recevant ses ordres que du théogoniste de la ville ou émis depuis Altdorf. Même aujourd'hui où ses capacités étaient plus qu'émoussées, ses yeux abritaient un feu qui s'entretenait même s'il diminuait en intensité chaque jour, mais pouvant exploser à tout instant si la situation le demandait, le faisant ainsi mourir d'une belle mort. Mais rien ne requérant cette extrémité ne s'était présenté à lui depuis des années et bien que son mental d'acier n'ait été érodé au fil des ans, son corps végétait, l'obligeant à se montrer économe, en chaque parole et geste.

C'est droite, le regarde fixé vers l'horizon, mains croisées dans le dos et claquant es pieds sur le bois sec, recouvert d'un tapis orangé qu'Alicia se mit en garde à vous.

Initiée…

La voix du vieil homme était un râle que l'air déplacé par le battement d'ailes d'un oisillon aurait suffit à envoyer aux calendes tiléennes dans il était faible.

Vous êtes… Un problème….

"Le vilain petit enfoiré…. Misérable crotte… Comment pourrait il.... "
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 12 mars 2018, 15:24, modifié 1 fois.
Raison : +6 Xp | Total 18 Xp | Total disponible 18 Xp
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 08 mars 2018, 18:18

A ces mots, Alicia s'était attendue à être saisie par quelques sicaires puis être trainée à un pilori, mais il n'en fut rien. Le vieux lecteur Cregan se contenta de lui tendre les deux rapports présents sur sa table. Elle reconnut le premier qui correspondait à son interrogatoire, et le second semblait faire état de quelques villages pillés et détruits dans un incendie. Ce n'est qu'en approfondissant sa lecture du rapport qu'elle comprit : il s'agissait d'un compte rendu par un agent qui décrivait le village dans lequel l'embuscade avait été tendue !
Le rapport faisait état de trois charniers. Au nord du village se trouvait une fosse commune où étaient disposés les corps de certains villageois, sommairement enterrés, quelques bras, visages ou jambes calcinées sortant de manière grossière du sol. Les habitations avaient été détruites jusqu'aux fondations à cause d'un violent incendie.

Puis vint la question : Pourquoi ? Pourquoi avoir incendié le village ? Et les récoltes. Alicia eut une seconde d'hésitation car ses souvenirs de l'évènement étaient encore assez flous et parfois peu cohérents aussi décida-t-elle d'adopter un raisonnement logique, qui serait sans doute le bon.

Eh bien... Même s'ils n'étaient pas tous de parfaits sigmarites, que je ne les connaissais pas, les patrouilleurs qui m'accompagnaient étaient néanmoins des hommes de l'empire. Des fils de Sigmar. Et ils dépendaient de moi. Les actions que je pouvais entreprendre décidaient du reste.... Et ma foy envers Sigmar n'a pas dut être assez forte pour les sauver lors de l'embuscade. Ils dépendaient de moi et ils sont pourtant morts. Cet échec, maintenant je le réalise, devait être un signe de l'Unificateur.... Sigmar aide ses servants, d'autant plus si ceux ci s'aident eux même. La foy est nécessaire mais ne doit pas être le seul outil de ses servants. Je le savais déjà, mais je le comprends aujourd'hui....

Le saint père Cregan se racla la gorge pour rappeler à l'ordre Alicia, car quand bien même cette introspection était la bienvenue de la part de l'initiée, elle était hors propos pour l'instant.

Pour en revenir à votre question mon père, après avoir occis les derniers hérétiques, je suis resté debout pendant un moment à fixer le vide, avant de prendre conscience que j'étais la seule survivante du groupe. Lorsque j'ai finalement repris mes esprits, j'ai voulu offrir une sépulture décente à mes compagnons d'arme, mais je n'avais pas de pelle et peu de temps avant que les corps se décomposent et deviennent alors des nids à maladies. Aussi ais-je préférée leur offrir, bien que ce ne soit pas dans nos traditions, un bûcher. Leurs corps ne reposeraient peut être pas en terre consacrée mais au moins leur âme irait au seigneur. J'ai réuni les corps dans une des bâtisses du lieu, au Sud, puis j'y ai mis le feu. Quand aux corps des impurs.... C'est avec une expression de pure haine qu'Alicia prononça ce dernier mot, avant de se détendre et continuer son récit. J'ai jeté ceux ci dans la porcherie du village et y ait également mis le feu car ces pêcheurs ne méritaient, de leur vivant comme de leur mort, aucune considération. L'hérésie prêchée par ces chiens a disparue avec eux. Au moins en partie.

Vous faites allusion... à cette cellule.... à Nuln, n'est ce pas ?

Oui saint père.

Continuez.

Pour ce qui est de la récolte, je suppose que l'incendie du village a du se propager aux champs. La récolte est entièrement perdue, mais ce n'est guère important pourvu que l'hérésie ne se propage pas. Le noble qui avait la charge de ce hameau n'appréciera sans doute pas sa destruction mais est ce vraiment important en comparaison du maintien de la pureté de l'Empire ?

La question était tout à fait rhétorique mais le lecteur hocha pensivement de la tête puis se contenta de fixer Alicia durant un long moment silencieux, uniquement troublé par le cahot des charrettes dans la rue et le brouhaha d'une foule qui s'amenuisait avec la fin du jour. Cela semblât être une éternité pour Alicia mais finalement le lecteur Cregan, quoiqu'il ait en tête, venait de prendre une décision.

Votre rapport est entendu initiée. Les derniers doutes que nous avions concernant votre affiliation sont désormais aux calendes tiléennes. La demande que vous.... Nous aviez soumis.... Il y a des jours..... Est accordée. Mais prenez garde... Nos... Frères, et l'on voyait bien à quel point prononcer ce mot lui coûtait, presque une injure pour lui, de Nuln, sont bien moins.... extravertis dans leur foy... que vous ne l'êtes. Leur piété... envers Le Très Saint... n'est pas assurée pour tous... Ils font peu de bûchers. Moins que nous...Nous sommes hésitants... Notre accord avec eux... Notre collaboration.... connaît une désagréable.... évolution. Les hauts membres... du clergé de Nuln... Ont oubliés leur mission.... première et se vautrent... dans la politique... négligents.... dans la foy de leurs ouailles... Soyez prudente... En étant trop... démonstrative dans la purge.... de l'hérésie... ils pourraient... prendre prétexte pour... mettre fin à nos accords... pour de fallacieux motifs.... ou d'autres actes.... regrettables. Notre piété et.... notre influence... au Sud.... emmerde ces chantouflards. Ils essaient... de nous nuire mais... l'idiote de Nuln... ne les écoute jamais... Heureusement pour nous. Méfiez vous ! En attendant.... Vous irez voir le frère Vincenti demain... Il vous donnera des détails sur.... votre prochaine mission.

''Le frère Vincenti ? Ce taré qui fabrique des machins instables qui explosent entre les mains des initiés !? C'est de la folie !... Ou bien... Il s'agit là d'une épreuve envoyée par Sigmar pour mes pêchés. Lui seul déterminera si je mourrais des inventions de ce fou.''

Lorsque le lecteur lui signifia enfin qu'elle pouvait disposer, Alicia effectua un salut sommaire puis s'en retourna vers la porte, observant au passage les deux tapisseries qui décoraient l'intérieur. Véritables pièges à poussières, ces deux pièces de tissus représentaient une vue d'artiste de la bataille du col du Feu Noir d'une part et, d'autre part, la soumission des Merogens par Sigmar. Même si la méthode utilisée pour tresser le textile était ancienne et maintenant jugée archaïque, il ne fallait pas méjuger le travail fourni par les tisserands qui était, ne serait ce que pour la durée dans le temps de l'ouvrage, excellente. Les couleurs étaient délavées par le temps et la poussière accumulée sur l'ouvrage, sans parler de la semi obscurité du lieu, mais les grandes lignes étaient encore visibles. Quelques siècles d'existence mais un travail fait par des humains toujours présent. Une parfaite analogie de l'empire. Amoché, délavé, mais toujours là pour répondre aux défis lancés par l'Ennemi...

''Que tu crois lui chuchota la voix.... Il est en réalité plus faible, fragile et en danger aujourd'hui.... Car Je suis là !''

''Silence ! ''

Franchissant le seuil du bureau du lecteur sans se retourner, Alicia resta un instant devant le porte fermée, afin d'acclimater ses yeux à l'obscurité ambiante qui avait envahie les patios environnants. Morslieb n'était pas encore haute dans le ciel mais l'astre solaire était, lui, définitivement mort. Les buissons au centre de la court trempaient dans une lumière légèrement malsaine, éclairés qu'ils étaient par l'astre maudit et plus personne n'était sur le potager. Elle irait voir le frère Demiscius plus tard dans la soirée. En attendant, il fallait manger. C'est d'ailleurs l'instant que choisit la cloche pour tinter, signe de les frères et sœurs du temple devaient rejoindre la cantine pour prier et se sustenter.

D'un pas tranquille, Alicia traversa les couloirs plongés dans l'obscurité, se guidant parfois en collant une main sur un mur pour mieux se guider lorsque l'obscurité justifiait de se déplacer au jugé. Après quelques minutes elle parvint finalement à arriver au lieu de restauration et prit rapidement une place au bout d'une rangée, avec les autres initiés. Ce soir c'était soupe à l'oignon. Rien qu'en y pensant, Alicia salivait déjà d'envie de manger, avant néanmoins de se reprendre en se souvenant que Sigmar proscrivait la gourmandise. Elle se châtierait plus tard pour son acte. En attendant, elle était arrivée juste à temps pour se mettre à entonner les cantiques avec ses frères et sœurs, au rythme fixé par leurs supérieurs assis à une table au fond, juste à côté des cuisines, sur une estrade. Après une dizaine de minutes, les frères cuisiniers purent enfin déambuler entre les tables pour servir de leurs grosses marmites sur chariot le soupe. Celle ci était faite d'ingrédients simples mais à l'ensemble néanmoins délicieux. De l'oignon cuit dans le bain marie de la marmite, avec du pain puis du fromage dessus. Fondu sur le pain à la surface, le tout était inimitable et bien meilleur que l'infâme pâte servie le jour où le seigneur était tombé pour ne pouvoir veiller sur ses enfants que depuis les cieux. Mais un jour.....

''Un jour le bâtard tombera complètement pour finir....''

''Connaît ton rang misérable ! Tu parles de l'unificateur !''

''Eh ! Quoi !? Tu voudrais que je me mette à prier de ton dieu de pacotille ? Il n'est que poussière alors que le mien et amour ET vivant. Oublie ton vieillard dont les os ont été rongés par la vermine depuis longtemps pour contempler....''

'''L'hérésie ne parviendra jamais à me corrompre ! Abandonne tout espoir vile engeance pour mourir sous les coups de ma foy !''

''Ta foy est un mensonge....''

Alors qu'elle allait répondre au démon, elle se rendit compte qu'enfin celui ci était parti, sans doute dans quelques recoins obscurs de l'astral, et ne viendrait plus l'embêter avant un moment, effrayé par sa foy inébranlable en Sigmar. Quoiqu'il en soit, il fallait manger ! S'emparant d'une cuiller, Alicia se lança à l'assaut de la sacro sainte soupe
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 12 mars 2018, 15:34, modifié 1 fois.
Raison : +6 Xp | Total 24 Xp | Total disponible 24 Xp
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 11 mars 2018, 19:25

Cette soupe était un délice après les privations endurées les jours précédents. Les oignons découpés avaient été bouillis dans l'eau du bouillon et recouverts de tranches de pain qui avaient partiellement absorbées l'eau, et recouvertes de fromage fondu, liant le tout en surface..... Un mélange parfait, à l'image de l'union entre la foy et de la couronne impériale. Après que sa cuiller ait purgée le bol de soupe de son contenu, Alicia prit son mal en patience pour observer les autres membres de la congrégation à table. Rien n'avait changé depuis son départ une semaine plus tôt. Toujours ce silence ponctué du tintement des bols sur les tables, les cuillers de bois dans les bols et ce minuscule brouhaha entre initiés qui se faisaient tancer à la fin du repas par leurs professeurs ou supérieurs, à propos du silence à respecter à table en souvenir du terrible siège de Karak-Az Gorgnar, où les défenseurs nains et humains avaient été obligés de manger de l'eau et des rats pour survivre à la disette installée.... Du moins c'est ce qu'on disait, malgré le fait que personne n'ait été capable de placer le lieu sur une carte. En fait.... Il y avait cette rumeur disant que c'était une tradition initiée il y a de cela des siècles par l'un des lecteurs de l'abbaye pour s'épargner le mal de tête qui suivait ses prêches, celui ci ayant la main un peu trop lourde concernant le vin de messe.... Nul ne savait d'où sortait cette rumeur destinée à réduire la respectabilité du clergé de Meissen mais les rares personnes en faisant étalage se voyaient accorder une visite par ledit clergé. Visite parfois suivie d'une invitation dans les locaux de l'institution. Et prolongée de manière définitive dans certains cas. Quand aux initiés attrapés.... Une bonne nuit au cachot suffisait généralement à leur faire oublier ces boniments.

Toute à ses pensées, Alicia manqua de peu de ne pas voir la seconde distribution de soupe, la cuisinière voyant toujours trop large dans les portions, certains désignés volontaires, parfois heureux, parfois non, étaient chargés de finir les restes. Souvent des initiés. Et malgré son rang, Alicia en était une aux yeux de nombre de ses pairs, et c'était avec plaisir qu'en certaines occasions elle se pliait à ce rôle. Eh oui. Quoi de mieux qu'un rang d'initiée pour une répurgatrice ? Personne ne se méfie d'eux, tout à apprendre des ficelles du métier qu'ils ont, des subtilités théologiques et juridiques.... Mais on ne la lui faisait que parce qu'elle le voulait bien. Ça faisait partie de l'entraînement. Et chaque lecteur avait maintenu la tradition. Elle imaginait déjà la surprise du prochain lecteur, ou lectrice même, en découvrant qu'il avait à sa disposition tout un réseau d'informateurs, répurgateurs et agents doubles.... Et qu'il avait la main haute sur ceux là, du moins dans une certaine mesure. Le réseau avait dans le passé connu des hauts et des bas suite aux pressions de certains lecteurs pas toujours très bien intentionnés, de sorte qu'il avait appris à se montrer autonome ou même à ignorer des ordres en certaines occasions, très rares mais tout de même....

Faisant signe au frère serviteur qui poussait le chariot, Alicia se vit servir une énième et généreuse bolée de la sacro sainte soupe, tout à son plaisir, et rattraper ainsi le retard pris dans ses repas. Le temps qu'elle finisse celle ci, une partie des frères et sœurs étaient sortis de table pour retourner à leurs occupations sacerdotales. D'autres iraient juste prendre un bain et dormir. Alors oui diront les plus extrémistes, ils étaient sensés rester jusqu'au soir pour entonner un champ en l'honneur de Sigmar mais.... Non. On ne faisait ce genre de choses que pour certains jours, ou soirs. Le Geheimnisnacht, l'élévation de Sigmar, la mort d'un empereur ou le couronnement d'un nouveau.
À la lueur des bougies se consumant, Alicia jeta un dernier coup d’œil aux fresques décorant la salle, des vieilles, maintenant à moitié effacées, les pigments délavés par le temps ou les fumées et le condensation de la vapeur, et d'autres, nouvelles, chevauchant les anciennes, pleines de vies, dans des styles parfois caricaturalement opposés. Des scènes peintes de manières classique, côtoyant d'autre fresques réalisées selon ce nouveau style en vogue à Verezzo, qui était volontariste, tiré vers le mouvement, l'action dans le moment...


En sortant de la salle avec son bol et sa cuiller à la main, Alicia se dirigea vers les cuisines pour y déposer son chargement et participer un moment à son nettoyage. Sigmar devait vous enseigner l'humilité disait on. Et quoi de mieux que de participer à ces petites tâches de tous les jours, invisibles au yeux du plus grand nombre, mais qui étaient nécessaires ? Peu les accomplissent, toujours ignorés des autres, mais néanmoins faites. Un peu comme le travail de répurgateur au quotidien.... L'esprit occupé par ses pensées, Alicia se mit à nettoyer d'autres bols que le sien, à la joie de certains initiés pas encore tout à fait aux faits de la vie dans l'abbaye, et ne se rendit compte de son étourderie que plus tard. Tant pis. Ça l'avait occupée et permis de penser à autre chose que... Et voilà qu'elle se remettait à penser à ça. Ceci... N'était pas elle. Rien d'autre qu'un cauchemar. Une illusion. Un faux. Elle n'avait pas fait ça. Il fallait qu'elle cesse d'y penser ou bien....


''Ou bien quoi mon petit oiseau ?''


Alicia essaya un moment de faire comme si cette voix n'existait pas, récitant, d'abord dans sa tête, puis en murmure quelques cantiques à la gloire de l'Unificateur, mais cela ne suffisait pas pour faire partir le démon qui s'enhardissait.


''Tu ne peux pas te débarrasser de moi te dis je....'' chantonnait la voix avec amusement.


Faisant de son mieux pour ne pas trahir son trouble, Alicia salua d'un signe de tête la cuisinière occupée à ranger la vaisselle puis se dirigea vers sa cellule. Arpentant les couloirs plongés dans l'obscurité, Alicia buta par moments sur des bancs en bois de chêne mais parvint à se rattraper à chaque fois et finit enfin par arriver, en passant par la bibliothèque, à son lieu de repos. Face à l'autel de Sigmar, à genoux, elle commença à prier l'Unificateur au grand mécontentement de la voix, avant de se saisir de rage du fouet et de se mortifier le dos à grands coups.


Sigmar je le reconnais. Pardonne à ton humble servante ! Ses pêchés ne sont qu'une impureté secondaire ! Le creuset qui l'a forgée est digne de tes louanges ! A chaque phrases Alicia se donnait un nouveau coup dans le dos. Si dans les premiers temps la voix semblait apprécier cet acte, elle se taisait cependant à mesure que le traitement se poursuivait.

Ma foy est inébranlable ! Le démon n'a aucun pouvoir en mon corps ! Ma chair est une forteresse ! Ma foy mes gardes ! Tes commandements ses portes ! Et les.... Et les.... les....Garglll... Que....


Quelque chose n'allait pas. Alicia semblait avoir le souffle court, sa voix n'était plus qu'un filet, ses pensées un chaos indescriptible.... Son être était en plein combat, sa volonté livrait bataille contre un ennemi invisible, son esprit percé de mille parts... Puis son corps lui obéit enfin. C'est du moins ce qu'elle pensa lorsque sa vue s'éclaircit de nouveau, avant de comprendre que ses gestes n'étaient plus les siens.
C'est en se démenant dans le vide qu'elle essaya de se sortir de cette prison invisible, sans rien parvenir.


Que...Se passe-t-il ?


Cette voix qui avait terminée cette phrase sur un ton légèrement âpre n'était pas celle qu'Alicia avait dans ses jours habituels. Elle était.... lourde. Aguichante. Ronronnait presque.


"[color=#BF0040]J'inverse les rôles ma petite. Merci.[/color]"

Tu " n'en feras....''

Rien ? Mais je te réduis déjà au silence misérable débris ! Ton existence est un mensonge. Je Suis La Vraie. Tu n'es qu'une pâle copie. Rendors toi à jamais.


Ces derniers mots avaient été prononcés presque à regret, comme une fausse excuse, un ''désolé de t'avoir poignardé dans le dos''. Mais les faits étaient là. Alicia avait perdue le contrôle. Et Alicia avait le contrôle. L'une se tenait aux commandes pendant que l'autre était relayée dans un coin froid et obscur de son être, visité par les pensées les plus incongrues et les plus illogiques du cerveau humain. Ces pensées secondaires auxquelles nul ne pense hors des occasions où sa colère éclate, où notre être stocke ces émotions si explosives.... Et où des créatures de toutes sortes apparaissent et disparaissent.
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 12 mars 2018, 15:42, modifié 1 fois.
Raison : +6 Xp | Total 30 Xp | Total disponible 30 Xp (fiche mise à jour)
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 13 mars 2018, 00:05

Alors que l'une des deux Alicia se dirigeait vers les bains pour s'y laver et enlever le sang qui était sur ses épaules suite aux coups de fouets qu'elle s'était infligée, puis, une serviette lui seyant la taille, se diriger vers le bain où les autres membres du clergé trempaient, l'autre cherchait des repères dans ce recoin d'esprit, quelque chose de familier, sans jamais y parvenir.


''Où suis je ? Des jungles, des poissons sur pattes, des oiseaux rouges et jaunes à la voix humaine, remplacés par des serpents pourpres, des déserts étouffants.... Par Sigmar... Quel est ce endroit !?''


C'est dans ces décors inconnus qu'évoluait la fidèle de Sigmar, sans parvenir à déterminer le haut du bas, le vrai du mensonge. Le désir du besoin. Ses cinq sens ne lui étaient d'aucune utilité dans l'endroit car ceux ci la trompaient à chaque instant. Un coup elle était certaine de voir des pyramides d'or à l'horizon, des chars tirés par des rennes dans le ciel, elle sentait des odeurs d'épices inconnues, qui tuaient presque son odorat. L'air était moite par moment, sec par d'autres. Les bruits produits par l'environnement lui étaient inconnue, des hurlements à froisser le sang, des caquètements.... Elle décida finalement de se fier à la seule chose en laquelle elle pouvait avoir confiance : sa foy. Fermant ses yeux immatériels, elle décida de marcher dans une direction au hasard et progressa un moment, avant de tomber dans une zone remplie d'un liquide. En rouvrant les yeux, elle découvrit qu'elle se trouvait dans de l'eau. Et elle était en train de se noyer.

Panique. Elle ouvre la bouche pour appeler à l'aide. Avale de l'eau. Se débat. Perd de l'énergie. Atteint le fond. Et a accès à de l'air. Elle est remontée naturellement sans le savoir. Elle est vivante. Si tant est qu'une pensée puisse l'être. Crache de l'eau dans le bassin. Respire à grands coups. Observe finalement les lieux, couchée qu'elle est sur le sable. Elle est dans une grotte. La lumière provient de l'eau. Une lumière éclatante. En se penchant sur le bassin, elle voit des bougies. Une atmosphère sombre. Des nuages de vapeur. Des tâches blanches. Des.... Serviettes ? Elle voit enfin.


''Les bains ? Mais qu'est ce que.... Ce sont mes mains ça ! Et pourquoi est ce que je ne.....''

''Encore vivante toi ? Crève !''


Cette voix sortie de nul partvrésonnait sur les parois de la caverne, dans un échos inhumain. Les oreilles d'Alicia saignèrent tant le bruit était fort et elle s'écroula sur le sol, assommée par la douleur.


Enfin débarrassée de cette gêneuse, son alter ego profita enfin du calme qui régnait dans son esprit, pour se plaire dans la contemplation des corps à presque nus qui étaient sous ses yeux. Certes, elle se devait de faire profil bas, entourée de sigmarites qu'elle était, mais elle n'en perdait pas une miette, tout en bénéficiant de la chaleur de l'eau jusqu'à sa taille et de l'air moite qui lui donnait de nombreuses idées scabreuses vis à vis de ses voisines de bain....
Mais non. Elle se devait de se terrer, de rester dans l'ombre, ou bien elle serait immédiatement repérée et périrai dans les flammes d'un bûcher, certes improvisé, mais néanmoins mortel. Il lui fallait prendre son mal en patience, attendre, comploter, intriguer, acquérir de l'influence..... et enfin frapper ! Frapper fort ! Vite ! Plusieurs fois ! En plusieurs endroits ! Simultanément ! Pour qu'une fois surinée à mort la bête ne puisse que mourir vidée de son sang en geignant de douleur avec, devant ses yeux, son ennemi mortel dansant sur son presque cadavre.... Oui. C'était un bon plan. Mais il mettrait des années à être mis au point. Imprévus, accidents, tout pouvait arriver et y mettre un terme alors... Et il y avait cet homme qui lui avait proposé de rejoindre sa secte... Si elle avait acceptée, l'esprit encore engourdi par les plaisirs de ses actes du moment, elle n'en était pas moins rétive. Rejoindre la secte c'était prendre le risque de tomber avec elle, surtout son existence rapportée. Mais il y avait les moyens qu'elle pouvait se mettre à disposition en utilisant les ressources de celle ci à son propre intérêt.... Ou la rejoindre pleinement en simulant sa mort pour ne pas être pourchassée. Ou alors..... Oui. Ce dernier plan était l'idéal. Les risques et bénéfices s’égalisant de manière gérable....
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 13 mars 2018, 23:54

Puis elle eut la tête mise sous l'eau. Littéralement. Elle paniqua un instant, cherchant à saisir les bras ou la tête de celle qui qui l’enfonçait dans les bras de Manann et parvint à se soutirer de cette poigne assassine en quelques instants, plaquant sa main sur les cheveux de son agresseuse et tirant ceux ci vers elle.
En sortant de l'eau elle fut surprise de voir que son agresseuse n'était en fait qu'une gamine. La quinzaine d'étés, cheveux blonds, yeux verts.... En fouillant quelque peu dans les souvenirs de la misérable avec qui elle partageait cet être, elle trouva un nom : Mathilda. Une gamine avec qui l'''autre'' avait sympathisé. Celle ci se permettait de lui jouer des tours parfois pendables, comme celui ci, se faisait vertement tancer après mais rien ne calmait sa nature curieuse et farceuse. La gamine était vraiment extravertie, au point que l'on pouvait se demander ce qu'elle fichait encore dans l'abbaye. Mais c'était sans compter sa mémoire phénoménale et sa répartie. Un vrai génie au point même de parfois impressionner le frère Vincentti. Seul son âge l'empêchait d'accéder à un rang supérieur à celui d'initiée.

ImageJe t'ai bien eut là, pas vrai !?


Tu.... Hum hum....


Elle avait oubliée que sa voix n'était plus la même et manqua de payer cette erreur au prix fort, la gamine étant particulièrement perspicace aurait pu trouver là quelque chose à creuser. Prétextant un rhum, elle réussit cependant à donner le change le temps d'accorder sa voix autant que possible à celle de l'''autre''.


Tu es folle ou quoi ? Et puis qu'est ce qui te....

ImageAllez. Fait pas semblant. Et puis y'a presque plus personne dans les bains, les autres sont en train de prier à la chapelle ou dormir. Et j'ai laissée à Sigmund un petit truc qui devrait me laisser le temps de discuter un brin avec toi. Ce vieux grincheux m'avait tapée sur les doigts quand j'ai soulignée une erreur dans l'une de ses traductions. Alors je lui ait laissé une boule puante dans le scriptorium. Le temps que l'odeur parte, j'étais tranquille toute la journée, la soirée et même demain potentiellement. Puis il va en avoir pour un moment avec les plans des canalisations puisque j'ai retouché certains schémas et cartes. Et non, il ne peut rien prouver. La faute au chat qui a renversé le mauvais liquide au mauvais endroit. Mais raconte ! Qu'est ce que t'es allée faire chez le lecteur ? Et ta tournée avec le frère Mathias dans les campagnes ? T'en as mise du temps. Y s'est passé un truc ?



Ceci expliquait la présence du frère au termes dans l'après midi. Ne pouvant plus travailler dans son atelier à cause de l'odeur, il avait décidé de régler les problèmes du réseau d'eau des bains, ayant du temps disponible vu que l'atmosphère de son atelier était tout à fait impropre au travail au vu de l'odeur qui l’empêchait sans nul doute de se concentrer suffisamment pour travailler. Puis Mathilda serait occupée à des taches avec un autre frère, lui permettant ainsi d'échapper pour un moment aux remarques acidulées de Sigmund. Cet individu acariâtre était relativement peu apprécié par les plus jeunes membres de l'abbaye.


Je.... Tu es certaine qu'il ne va pas te tomber dessus ?
Image
Mais puisque je te dis que oui !


Bon, évite de me refaire ce coup là aux bains d’accord ? Je pourrais être tentée de te faire le même tu sais ? Ajouta-t-elle avec un sourire mutin.
ImageTu pourrais essayer oui. Mais tu me connais. J'aurais toujours un truc d'avance sur toi.


La plupart du temps.... C'est vrai. Mais je pense avoir de quoi te surprendre cette fois.
ImageEt c'est quoi ?]


Devine.
ImageTu es restée pas mal de temps dans ta cellule, certains jours ne mangeant même pas ce que j'avais glissée dans ta chambre. Non, j'y suis pas entrée. Je sais que tu es trop susceptible avec ça. Puis un soir tu vas chez le lecteur. Et voilà. J'en conclus donc que ta tournée s'est bien passée. Et le lecteur voudrait te donner une autre mission, impressionné qu'il est par tes résultats. Ou alors c'est une punition qui t'attends. ]


Je vais être envoyée loin d'ici et.... Oui, c'est un genre de punition que l'on me fait puisque je ne pourrais pas te voir pendant un moment, sucre d'orge. Mais viens par ici toi.... Tes cheveux sont assez sales.


Elle avait visiblement envie de jouer avec la petite Mathilde qui ne semblait se douter de rien. Attrapant la génie qui ne se méfia pas une seconde, elle pris un seau à proximité pour lui rincer les cheveux et ensuite inspecter ceux ci grappe par grappe, précautionneusement, en n'hésitant pas à frotter avec le savon, lui attirant quelques pincement de représailles de la part de la petite. Une fois le lavement fait, Alicia envisagea d'aller plus loin.... Il fallait dire qu'en plus de l'intelligence, la petite commençait à avoir ses formes... Il aurait été si tentant d'aller plus loin avec elle mais.... Non. Un jour. Pas aujourd'hui. Elle se contenta de lui faire un câlin platonique, pressant sa poitrine naissante par ses bras et calant sa tête au dessus de l'épaule gauche de l’adolescente.


Tu vas me manquer. J'ai vraiment hâte de rentrer.
ImageBah. Tu t'en sortiras. Puis... Dis toi que si tu mets trop de temps à rentrer, je m'arrangerais pour devenir le bras droit du lecteur, ou même prendre sa place, et te ficher une rouste dont tu te souviendrais. Hihihi !


L'enthousiasme de la gamine faisait plaisir à voir, surtout que talentueuse comme elle l'était, elle pourrait sans doute mettre sa menace à exécution....

Toi.... Alicia hésitait entre l'idée de faire souffrir l'insolente ou rire avec elle. Puis elle choisit les deux.
Tenant fermement une épaule de Mathilda, elle frotta avec énergie ses cheveux au savon.

Le pire dans tout ça, c'est que tu serais bien capable de me faire un tour pareil. Ce qui vaudrait presque le coup de te faire attendre longtemps pour voir ça. Mais en attendant, contente toi de ne pas te faire attraper par le frère Sigmund et de passer au rang d'abbesse avant de devenir lectrice.
ImageTu es sérieuse ?


Je te l'ai dit. Tu en es capable.


Encourager la petite dans sa lancée était sans doute une bonne idée. Elle pourrait la gagner à sa cause plus tard et ainsi bénéficier de l'amitié d'un ponte de l’Église dans ses activités, ou même plus car affinités. Et elle avait vraiment les capacités de faire un coup pareil. Certes la nomination au rang d'abbesse était ardue du fait des rivalités entre les candidates au poste mais ça ne risquait pas d'être un problème pour elle si elle continuait sur la lancée qui était la sienne. Initiée en raison de son jeune âge uniquement, à son prochain anniversaire elle serait suffisamment âgée selon la tradition locale pour que l'on envisage de lui faire accéder au rang supérieur, ce qui se ferait sans nul doute. Quand au rang de lectrice.... Celle ci n'était pas à la disposition de tout le monde. La meilleure solution restait d'avoir donné une bonne impression au précédant occupant du poste, des relais auprès du grand théogoniste et potentiellement une forte influence sur l’Église régionale. Possible mais pas gagné. Sinon eh bien.... restait toujours la voie théorique. Une très bonne gestion de l'évêché, des affaires religieuses et faire parler de soit, sans forcement se créer soit même une publicité, et que l'on entende parler de nous jusqu'à Altdorf pour être remarqué par le grand théogoniste. Long, ardu, mais aussi la voie la plus simple.
Mais il était tard et l'eau commençait à refroidir. Faisant une bise sur le front de sa future proie qui ne se doutait de rien, Alicia se sécha pour ensuite remettre sa robe de nonne et aller à sa cellule pour se coucher.
Modifié en dernier par Alicia le 23 mars 2018, 12:29, modifié 2 fois.
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 15 mars 2018, 00:52

L'initiée sigmarite s'était réveillée. Elle était toujours dans la caverne. Sa tête était encore lourde. Elle saignait du nez, des yeux et des oreilles, ses pas étaient hésitants et elle sentait que des créatures qu'elle n'avait pas envie de rencontrer rodaient dans le recoin d'esprit où elle se trouvait. Elle avait entraperçue l'une d'entre elles de loin.... Humanoïde, les bras faits de pinces, des cornes à la tête et une queue de scorpion.... Ces créatures étaient surement de terribles adversaires mais elles ne semblaient pas se soucier d'elle. En fait, elles semblaient garder des étangs. Si l'eau qu'elle avait fixée permettait d'observer le monde extérieur, peut être que ces lacs étaient sa clé de sortie, ou bien une porte vers certains de ses souvenirs ? Mais elle se devait malgré tout de sortir d'ici et reprendre le contrôle de son esprit et de son corps. Déjà certains signes étaient inquiétants, des serpents et scorpions se peignaient sur les parois de certains murs de son esprit, rongeant des marteaux de guerre ou les crânes. Au détour d'un chemin elle croisa à un groupe de prêtre guerriers qui luttaient contre certaines créatures de cauchemar. Ceux ci, moins nombreux, étaient en train de se faire acculer contre un mur et comptaient déjà des morts dans leur groupe. Sa raison lui intimait de fuir, mais sa foy d'aller aider ses frères au combat. Avisant une pierre sur le chemin, elle se saisit de celle ci à deux mains et attaqua les créatures par derrière, les frappant à la tête. Après quelques minutes, les démons étaient enfin tous purgés mais il ne restait plus que 6 prêtres sur le groupe, et tous étaient gravement blessés. L'un d'entre eux, blessé au cous, s'adressa alors à Alicia.


Ma sœur... Vous devez presser le pas.

Que se passe-t-il mon frère ? Et... Qui êtes vous ?

Le malin s'empare de votre esprit. Nous ne sommes que les réminiscences de votre esprit. Nous nous battons pour retarder l'inéluctable. Et nous perdons.

Sigmar nous aide.....

Sigmar ne peut rien pour nous ici. Sa grâce n'a aucune influence en ce lieu. Seule votre foy peut vous aider à avancer. C'est la seule arme qui ne vous trahira pas.

Ma foy ?

Vous êtes dans votre esprit. Votre imagination est votre seule limite.

A ces mots, Alicia vit se transformer la pierre qu'elle avait à la main en pistolet. L'arme était changeante, le canon se raccourcissant, la crosse voyant son bois changer de couleurs... Pendant plusieurs secondes l'objet était d'apparence instable avant de cesser de changer une fois qu'Alicia se décida pour ce qui était de l'apparence de son équipement. Un pistolet noir frappé du sceau de l'inquisition sur les deux côtés de la crosse, au canon court et au chien argenté.

Je... Sigmar nous a enseigné que pour vaincre un ennemi plus nombreux, nous devons couper le serpent à la tête. Le corps suivra ensuite.

Nous entendons votre voix et suivons vos commandements. Nous réunirons nos frères et attaquerons de toutes nos forces en un point pour prendre la bête au dépourvu. Et si nous échouons, notre sacrifice l'aura détournée assez longtemps pour que vous puissiez la surprendre. Que votre marteau sonne clair dit il sur un ton neutre, sachant qu'il risquait d'y passer.

Et que votre enclume résonne mon frère.


Le groupe de prêtres guerrier se dispersa aux quatre vents pour avertir leurs frères de leurs ordres et Alicia se retrouva seule dans les souterrains et décida de continuer sa route pour trouver la sortie de ce lieu sombre, froid et oppressant.

Pendant ce temps, l'inconscient de son alter ego qui était aux commandes peinait à détruire la dernière poche de conscience d'Alicia. La fausse... elle était faible, mais les restes de son esprit n'étaient pas aisés à détruire. Et puis elle devait se reposer pour reprendre ses forces. Réduire au silence cette salop* de sigmarite lui avait coûté de l'énergie, et pire que tout, elle était endurante. En fait, elle craignait de perdre le combat sur la durée. Il lui fallait une aide extérieure pour vaincre, et elle n'en avait guère pour l'instant. Il fallait vraiment qu'elle joigne ce culte. Même temporairement. Puis le rêve se prêtait peu à une lutte contre une entité issue de l'inconscient, mais elle devait néanmoins se reposer. Elle n'avait pas le choix, sinon elle serait trop faible pour se maintenir. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas eu le plein contrôle et elle peinait à retrouver ses marques. Les racines des arbres mettent du temps avant de s'enfoncer assez sous terre et s'établir fermement. Il en allait de même pour sa conscience. Celle ci était une lame aiguisée, mais peu efficace pour creuser dans cette terre meuble et fertile....
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 16 mars 2018, 16:36

Dans l'inconscient qui était le sien, Alicia affrontait un temps horrible. Sans trop savoir comment, ses pas l'avaient guidée vers l'extérieur de la grotte pour déboucher sur une étendue verte, avec au loin les cimes de montagnes inconnues bordées de forêts sur leur pentes. Elle se trouvait dans une nasse. En contrebas de celle ci, elle pouvait voir des horreurs non identifiables en provenance des bois se rassemblant peu à peu autour d'une légère butte. Et elle identifia sur celle ci.... La maudite..... Elle paierait pour lui avoir volé son corps et essayé de pervertir son esprit. Son âme n'appartenait qu'à Sigmar seul et nul autre !
Plusieurs groupes de prêtres guerriers étaient d'ailleurs à la poursuite des démons, les rattrapant un à un et les mettant à mort en profitant de leur surnombre temporaire par rapport à l'ennemi. L’offensive avait semblé marcher mieux que prévu. En fait, lorsque les immondices créés par l'esprit malade et enfiévré de cette parodie d'elle même formèrent un carré autour de leur créatrice, les deux forces en présence semblèrent s'équilibrer en nombre.
Tout ceci marchait mieux que prévu. Puis les fervents guerriers de Sigmar se lancèrent à l'assaut de la formation ennemie. L'assaut furieux était contré par la frénésie des monstres adverses. A chaque coin du carré enfoncé, des abominations se jetaient sur les prêtres guerriers pour les noyer sous le nombre. A chaque coin enfoncé, les zélotes se jetaient sur les pinces ennemies pour occuper assez longtemps afin que leur camarades puissent abattre les choses qu'ils combattaient. Ce combat tourna rapidement au bain de sang et plus aucun semblant d'organisation ne subsista dans les deux groupes, la bataille se remplaçant entre de multiples combats de groupes. Voulant prêter main forte au combat et surtout mettre de l'ordre dans tout cela, Alicia se mit à dévaler les pentes de la nasse au plus vite, mais cependant...
Alors que le soleil était haut dans le ciel, dégagé de tous nuages, celui ci fut soudain purgé de sa clarté par des volutes noires qui firent s'abattre le vent et l'eau dans la plaine. La terre se transforma en boue, ralentissant la progression d'Alicia et lui masquant peu à peu la progression des combats, et le vent entrait dans ses vêtements, la faisant grelotter comme jamais. Puis aussi vite que le temps s'était dégradé, le vent cessa mais la température atteint un niveau dramatiquement bas, et transformant la pluie en neige et les flaques d'eau en glace.
Même si Alicia se savait dans son esprit, elle ne pouvait s'empêcher de trouver cette neige et le froid qui lui mordait le corps réels. Dangereusement réels. En essayant de se dépêcher, elle tomba dans la neige et senti ses forces l'abandonner. Le froid était si accueillant.... Il suffirait de fermer les yeux.... C'est ce qu'elle se dit, avant de se reprendre et de se relever péniblement. Elle était vidée de toute ses forces, ne sentait plus les extrémités de ses membres, mais son cœur battait encore. Au loin, les combats faisaient toujours rage mais les protagonistes étaient bien moins nombreux, à peine une vingtaine...
Le temps qu'elle parvienne enfin au bas de la vallée, elle vit le dernier prêtre être mis en difficulté par la dernière créature maléfique. Un coup de pistolet tua celle ci mais le prêtre guerrier ce fit alors embrocher par derrière par son double maléfique, qui néanmoins manqua de se faire étrangler par le prêtre mourant avant que les forces de ce dernier de l'abandonnent et que ses mains relâchent le cous de cette démone qui prétendait être elle, bien que cela ne soit guère très simple....

La créature avait un genoux à terre et essayait de se relever péniblement en prenant appui sur son épée sans pour autant y parvenir, tout en gardant un oeil sur la silhouette trébuchante et transie par le froid, essayant de recharger péniblement son arme sans pour autant y parvenir, ses mains étant gelées et manquant, à chaque pas, de tomber dans ce qui était un mélange de sang, de neige et de boue, piège mortel dont elle ne pourrait certainement pas s'échapper si elle venait à tomber une dernière fois dedans.

Néanmoins, dans un dernier effort, à coups de dents, Alicia parvint à recharger l'arme et à la pointer tant bien que mal vers son ennemie. Il n'était pas certain qu'elle la touche, même à quelques pas vu la façon dont elle tenait le pistolet, mais ce dernier acte sembla entériner la victoire à l'initiée.


Ainsi donc... Te voilà à ma merci.

La réaction de la démone fut pour le moins surprenante.

Tues moi ! Tues moi et ton esprit sera détruit à jamais ! Tues moi et tu ne seras même plus utile à ton dieu de pacotille ! Tues moi et tu ne pourras plus jamais purger ce monde de cette.... ''hérésie'' !

Tu insinues ….glglgl.... que je ne peux pas te combattre ? C'est pourtant ce que je viens de faire.

Oh.... Mais si. C'est juste que tu ne peux me tuer à jamais pauvre conne ! Ou si tu le fais, cela t'offrirais un sort pire que la mort, semblable à la folie, et tu serais à la merci d'autres que moi ! La mort ne m'effraie pas, pas plus que toi ! Mais ça ? Avoue le !

Quoi donc ? demanda-t-elle le regard légèrement inquiet.

Toi aussi tu as peur ! Mourir pour ton idole ne t'effraie pas. Mais la folie ? A jamais ? Être un poids pour les tiens, malgré toi ? cracha la créature.

Je...

Alicia semblait hésitante et ne pu répondre tant le froid était fort, au point que la peau de son visage devenait grise à cause du sang qui gelait à l'intérieur de son corps. A moins que cette... “chose”, ait frappée juste.

Ah ! Tu ne l’avoueras jamais, mais tu sais que j'ai raison !

Qu'es tu ?Demanda-t-elle finalement. Sigmar protège mon esprit du chaos et ma foy empêche ceux ci de voir en moi.
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 32

Re: Alicia, le grand départ (pour de bon ?)

Message par Alicia » 17 mars 2018, 03:28

Un démon. Ou je le serais peut être un jour mais en attendant.... Je te l'ai dit. Je suis toi. Et tu es moi. Deux faces d'une pièce. Je suis l'originale et tu n'es qu'une copie. Ton existence est une aberration. Ta force une illusion. Ta victoire un faux..... Ces derniers mots avaient été prononcés dans un souffle rauque teinté d'une large tristesse.

Une même pièce.... Et si je décide de faire rouler celle ci plutôt que de choisir un côté ?

Tu es folle. Complètement folle ! Qu'est ce qui te fait croire que ça marcherait !? Je suis destinée à prendre ta place, reprendre ce qui est miens de droit ! Et toi...à disparaître. Une pâle imitation ne pourra jamais me remplacer. Je suis la vraie et tu n'es qu'un verre de piètre qualité me reflétant. Mon reflet dans une flaque d'eau bouese. Rien de plus.

Sigmar nous enseigne la force, l'abnégation, mais aussi la protection de ce qui nous est cher. Mon existence m'est chère. La tienne l'est également pour toi. Aucune de nous ne reviendra là dessus. Ce combat..... Dit elle en désignant l'ensemble des corps aux alentours.... Nous détruirai toutes deux. La victoire de l'une signifie la défaite de celle ci. Tu ne peux me vaincre et c'est réciproque. Je ne te fais pas confiance et il en va de même pour toi.

Ou veux tu en venir ? Nous sommes obligées d'être en conflit pour la domination de ce corps, c'est dans notre nature. Et il semble que nous mourrons si l'une de nous gagne.

Le comportement de tout zélote aurait théoriquement de se mettre à se réfugier dans la prière, citant des passages de la bible de Sigmar, mais même si Alicia était une fervente croyante, ses années de travail dans l'inquisition lui avaient appries qu'il fallait parfois faire des compromis malgré soit, et que s'enfermer dans un cadre risquait de vous limiter plus qu'autre chose. Un rouage s'activa dans son esprit, et un raisonnement étrange, dont elle ne connaîtrai sans doute jamais la fin, se mit en route.

L'Unificateur est tout puissant, il est dominant. En..... théorie.

L'“originale” sembla surprie par la réponse de la “copie”, mais chercha néanmoins où elle voulait en venir car, après tout, si la discussion ne tournait pas au dialogue de sourd, cela ferait ses affaires. Et qu'est ce que cette fausseté, cette imperfection à elle même pouvait bien avoir à l'esprit qu'elle même n'ait pas pensée ? Puis elle nota le “théorie”.

Mais son clergé doit supporter l’existence d'autres cultes....

Oui. Une guerre de religion verrait inévitablement triompher les sigmarites, mais à un prix si fort que la victoire n'aurait aucun sens et signerait leur perte, puisque l'empire ne serait alors plus le même, et c'est l'empire que je sert. L'Eglise de Sigmar a prêtée serment à l'empire, tout comme je l'ai fait et ne reviendrais pas sur ce serment. Les faits... Font que je peux néanmoins tolérer ton existence. Tant qu'elle reste tolérable. Et si tu n'es pas le chaos..... Tu es partie intégrante de moi. Et réciproquement. Il est possible de parvenir.... à un.... Le mot lui était vraiment difficile à prononcer, car il allait à l'encontre même de son apprentissage, malgré l'expérience accumulée. Le penser était une chose, l'exposer clairement, sans sophisme ou autres rubans, à l'oral en était un autre. Ceci lui était contre nature et il semblait qu'elle ne finirait pas par le prononcer.

Compromis ? demanda-t-elle du bout des lèvres.

….. Oui.

Lequel ? Je possède ton corps une semaine et toi la semaine suivante ? Laisse moi rire ! Elle n'y croyait visiblement pas une seule seconde. A raison d'ailleurs.

Non. Je... Tu détiens des souvenirs auxquels je n'ai pas accès. C'est évident. Or, j'en ai besoin pour accomplir ma mission. Purger l'hérésie qui gangrènne l'empire. Le clientélisme, népotisme et la corruption sont des faiblesses de l'empire mais l'hérésie est la priorité de l'inquisition car elle sape le fondement même de l'empire, sa structure sociale, ses lois. L'ordre. Je veux que l'empire perdure et devienne plus fort, sans perdre ce qui le caractérise. Sans qu'il ne perde ce qu'il a de meilleur. Et toi ?

Ce que je veux ? Ah ! Rien de bien compliqué. La jouissance éternelle. Vivre une vie de plaisir consommée par les deux bouts sans interruption. Le luxe, le plaisir... Je veux tout. Dans l'idéal. Mais il faut parfois se montrer réaliste dit elle en se regardant les doigts. Pour y parvenir, il faut que j’atteigne une position de pouvoir où nul ne pourra me nuire. Lectrice ou cheffe de l'inquisition semble une bonne position. A partir de là, je pourrais laisser libre cours à mes désirs, attirer Son attention sur moi et acquérir, à cette fin, Ses cadeaux et... Ce serait un bon début.

L'Empire, oeuvre de l'unificateur. L'épurer de ce qui l'alourdit inutilement. Le rendre meilleur en gardant ses bons côtés. Pour cela, il faut purger l'hérésie. Peu importe le coût, je ne reculerais pas devant cet objectif. Et le serpent est une partie de l'hérésie.

Tu veux absolument détruire cette cellule à Nuln pas vrai ?

Oui.

Alors il y a moyen de s'entendre au moins à court terme. Je te propose un marché. Je tiens à entrer en contact avec eux pour mon propre intérêt personnel. Le plan est de profiter de leurs ressources pour ma propre personne, puis une fois un certain niveau atteint, me débarrasser d'eux et ainsi gagner des points dans l'estime de nos supérieurs, afin d'accroitre leur confiance en... nous. Ce qui conrderait avec tes plans je pense. Je profite d'eux et tu les purges une fois qu'ils ne me servent plus à rien ou deviennent trop dangereux et voyants.. Cela te convient il ?

Être exposée à l'hérésie ? Volontairement ? Pour mieux la détruire ensuite ?

Je prendrais les risques. L'hérésie me touchera moi et moi seule. Toi, tu seras dans le cocon de ton esprit, tant que j'aurais le contrôle aux moments cruciaux. Et j'ai aussi des besoins tu sais.

Je vois. L’Église de Sigmar encourage le célibat mais n'interdit pas les relations. Je pense que nous pouvons avoir un accord. Au moins un temps.Tu commettras certainement des actions que je désapprouverais en cours de route, et vice versa, mais tant qu'elles resteront tolérables, je ne tenterais rien contre toi...


Suivit alors un cours silence où Alicia cacha ses pensées à son alter ego slaaneshite, cette... l'“originale”


Je te propose quelque chose qui nous assurera que ni l'une ni l'autre n'empiète de trop au point de causer la disparition des deux.

Je t'écoute.

Ce lieu... Mon... Notre esprit. Notre seule limite est notre imagination n'est ce pas ?

Tout à fait. Pourquoi ?

Vois tu les fissures qui le détruisent ?


En effet, des lézardes commençaient à apparaître un peu partout, certains blocs de pierre tombaient même du ciel et la terre commençait à s'ouvrir, créant des gouffres sans fonds dans lesquels étaient engloutis les corps des prêtres et des monstres.


Oui. Il faut faire quelque chose contre ça. Mais je ne suis pas certaine d'y pouvoir y remédier dans l'immédiat. Ou même à terme.

Non. Tu ne peux rien y faire. Mais Nous pouvons y faire quelque chose.


Tendant le bras droit, Alicia créa par son imagination une table en arc de cercle. La moitié d'un cercle. Elle était faite d'une pierre blanche, sans aucune impureté, gravée de runes khazalides à l'image de celles qui ornaient certaines enluminures sigmarites. Des statues de prêtres guerriers soutenaient la pierre, sentinelles vigilantes et incorruptibles. Pureté, abnégation, courage et perspicacité. Tels auraient pu être appelés ces prêtres.

Je viens de mettre toute la puissance que j'ai. Le contrôle.... de notre corps, Ma part de puissance est concentrée dedans. A ton tour de créer l'autre moitié. Tant que celles ci resteront cimentées, nous garderons notre esprit. Chacune existera, chacune gardera son libre arbitre. Et tant que le compromis, le statut quo sera maintenu par les deux parties, alors nous existerons toutes deux. C'est l'outil de notre stabilité. La clé de notre existence. A ton tour.

Tu es une vraie salop* à me pousser comme ça au bout du mur. Tu le sais ça ? Mais soit.

Tendant le bras gauche, elle fit apparaître l'autre moitié de la table qui se souda parfaitement avec la première. Celle ci était faite d'un mélange de chaires et de bois laqué rouge, représentant des scènes d'une perversité innommable, gravée d'innombrables inscriptions et symboles slaaneshis que l'éducation de répurgatrice d'Alicia n'avait pas préparée à voir de son vivant, ou à son rang. Cette seconde moitié était soutenue par des statuettes représentant des corps diverses entassés les uns sur les autres, monceaux de cadavres formant des ensembles répugnants dont se dégageaient des impressions de luxure, d'orgueil, de goinfrerie et d'avarice. Ces quatre péchés qui ont toujours existé et existeront toujours, ne pouvant être détruits.


Tant que notre accord durera, la clé étant la destruction de cette cellule à Nuln,


alors l'ac cord tiendra


À ces mots, ce qui allait être la destruction de l'esprit des deux stoppa, les morceaux du ciel de leur esprit cessèrent de tomber pour remonter peu à peu, se remboitant parfaitement, les failles dans le sol se rebouchèrent et les corps aux pieds des deux femmes s'effacèrent.


Voici donc notreaccord scellé.


Il faut que l'on dorme.

C'est vrai. Faisons ça. Je te laisse le contrôle pour demain. Et ne fouille pas dans tes souvenirs tout de suite. Ce que tu y trouveras ébranlera la stabilité que nous venons de batir. Il lui faut du temps. Laisse toi du temps.

Soit.
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 11 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 60/60

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : https://warforum-jdr.com/viewtopic.php? ... 31#p108831

Répondre

Retourner vers « Régions de l'ancien Suddenland »