[Adrian] Le feu et le corbeau

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le chroniqueur
PJ
Messages : 233
Profil : Invincible
Autres comptes : Lance, Rodolphe Rosenbaum & (Giovanni De Conti)
Localisation : Devant un livre, où j'écris l'Histoire...

[Adrian] Le feu et le corbeau

Message par [MJ] Le chroniqueur » 24 juil. 2011, 18:00

Rémas. La grande cité Tiléenne grouillante de pirates et de forbans venus des quatre coins du vieux monde et plus particulièrement de Sartrosa pour revendre le fruit de leurs pillages se tenait à quelques jours de marches. Mais déjà Adrian avait remarqué que le nombre de navire longeant les côtes avait considérablement augmenté au fur et à mesure qu'il se rapprochait vers la ville. Bien sûr, Luccini était également un grand port mais par bonheur pour les grands marchands qui y résidaient, la ville était doté d'une puissante flotte qui tenait à distance les flibustiers venus de Satrosa. Rémas la cité des pirates, de la débauche, de la misère et donc, de la mort. Étonnant que le culte n'y ait pas fait son siège!

Mais la ville était encore loin et Adrian se dépêchait d'atteindre le prochain village en vue d'y passer la nuit. Il nota que la route s'écartait du rivage et s'enfonçait un peu dans les collines pendant quelques kilomètres avant de déboucher sur une petite vallée entourée d'une forêt de pins dans laquelle se pavanait un petit village bien caractéristique de Tilée. Quelques petites tours, érigés par les plus puissants marchands de la ville pour montrer leur richesse, un petit fortin de pierre et des ruelles étroites pour préserver les passants de la chaleur en les abritant à l'ombre des toits voisins. Le tout trônait au milieu de vignes et de champs d'oliviers dont le parfum ennivrait le voyageur exténué. Pourquoi donc Marielle n'était-elle pas avec lui! Comble de malheur, aux douces odeur de la campagne Tiléenne venait s'ajouter l'odeur de la cendre. C'est alors qu'il remarqua qu'une partie de la forêt de la colline d'en face avait été entièrement ravagée par les flammes et ce, il n'y avait pas plus de trois jours au regards des fumées qui s'en échappait encore. Irrésistiblement, l'image de feu sa femme lui revint.

Notre homme se remémora les derniers moments passés avec elle, ce qui l'amena immanquablement à repenser à la voie qu'il était en train d'embrasser pour le restant de sa vie et donc, à sa mission actuelle. Car si notre futur chevalier se trouvait en ce lieu, à pied et sans arme, c'est bien parce qu' il y avait été envoyé. Le métier d'écuyer n'est pas fait que de servitude au près de ceux qui ont été fait chevaliers et d'entraînement à l'arme et à l'équitation, oh non! On est le plus souvent amené à faire ce que les autres ne veulent pas faire. Or ici, aucun prêtre ni garde noire n'était prêt à faire la route jusque Rémas pour y délivrer une lettre à la confrérie du Suaire dont le siège y est justement situé. Cette fameuse lettre, il l'avait choyé dans la plus grande poche de son manteau pour être certain de ne pas en casser le sceau à l'image d'une rose noire et ainsi, ne pas manquer au "service" qui lui était demandé. Adrian avait demandé à prendre le bateau mais on lui avait rétorqué que ce moyen de transport était trop chère et trop dangereux, d'autant plus qu'il serait fâcheux de voir la lettre tomber aux mains de gens malveillants.
Image

Le soleil brillait à l'horizon lorsqu'il entamait la descente de la colline sur le chemin caillouteux qui menait au village. Fatigué et affamé, il rêvait de pouvoir enfin se reposer sur un matelas de paille fraiche lorsque le son d'un instrument se fit entendre, provenant d'un peu plus bas sur la route. Après un petit moment, Adrian vit venir dans le sens opposé, un homme de petite taille aux cheveux sombre et habillé comme un ménestrel. Il marchait tout en chantant et jouant du luth.
Image
♫ Tireli, Tirelin! L'or n'est que vilain!
Brûlez vos richesses et adorez la déesse! ♫
"Les tyrans ont rarement besoin de prétextes"

"Oderint, dum metuant!"

"Lis ceci et pleure"

Avatar du membre
Adrian Lysbren
PJ
Messages : 15
Profil : For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA -| PV 50/50(bonus inclu
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... an_lysbren

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par Adrian Lysbren » 27 juil. 2011, 12:13

Après des jours et des jours d'entraînement interminable dans sa caserne, le jeune lysbren fut enfin choisi pour une mission. Même si c'était histoire d'acheminer une lettre d'un point A vers un point B, Adrian était finalement content de pouvoir sortir de son petit cagibi fourni basiquement à toute recrue d'un ordre. Avant de partir pour la ville de tous les dangers, ses supérieurs lui rappelèrent l'importance de la missive qui l'avait entre ses mains. Elle était destinée à la Confrérie du Suaire, un ordre agissant avec véhémence contre la nécromancie. Ce n'était pas la première fois qu'il entendit ce nom... Lors de ses études au temple de Tabalaheim, un érudit de Morr lui en avait parlé lorsque celui-ci avait abordé les différents cercles de croyance envers le maître de l'Au-delà.

Prenant son paquetage sur le dos, l'impérial partit de Lucinée sous le regard bienveillant de l'astre lunaire. N'ayant pas assez dans les poches, Adrian dut se résoudre à pratiquer la marche à pied en vue de rejoindre la ville criminellement prolifique. Ses bottes, encrassées de terre, suivirent la route qui bordait la majestueuse mer tiléenne. Des histoires de monstres marins, de navires naufragés et de terribles pillages côtiers faisaient sa légende dans les terres les plus profondes. Au loin des ombres de bateaux complétaient l'aurore naissante. La fraîcheur marine mordait chaque centimètre de peau, laissée à l'air libre, de l'humain. Une légère purée de poix entourait la voie pédestre, mais celle-ci n'empêcha pas l'avancée du messager.

Des kilomètres de rive trépassèrent sous les semelles de celui-ci avant de tomber sur un panneau indiquant Rémas. La route se transforma en un sentier boueux et caillouteux. Vallonnée de toutes parts, ses descentes et ses montées torturèrent les muscles des membres inférieurs de l'humain. Le paysage marin laissa place à des tas de conifères surplombée par des monticules de pierre et de bois qui semblaient former un village. Ce tableau naturel aurait plu certainement à ses chères défuntes si le spectacle n'avait pas été gâcher par un bout de forêt parti en cendres. Ce triste spectacle rappela de mauvais souvenirs à Adrian; il attrapa entre ses doigts, le bout de métal qui lui servait de collier et détacha le portrait de ses chéries pour le fixer tendrement. * Marielle, mon amour! Ma polissonne d'Enya, vous me manquez tant...* Leurs sourires glacés dans la peinture apporta une goutte de réconfort dans la mélancolie qui entachait l'esprit du serviteur de Morr.

Serrant fortement le portrait contre son cœur, Adrian descendit nonchalamment la dernière pente glissante de la vallée. Des bruits de pas et des notes de musique parvint à ses oreilles; elles provenaient d'un ménestrel marchant à l'opposée de sa direction. Perdu dans ses pensées, le jeune écuyer ne fit qu'un signe de tête en guise de salutation lorsque le musicien arriva à sa hauteur. Il ne s'arrêta pas et continua son chemin pour atteindre rapidement le village qui saurait certainement assouvir ses maux d'estomacs et sa fatigue de randonneur et peut-être sa peine.
Modifié en dernier par [MJ] Le chroniqueur le 27 juil. 2011, 12:13, modifié 1 fois.
Raison : 6 xps pour un total de 6xps.
Adrian Lysbren, Garde noire
For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA - | PV 50/50Image

Avatar du membre
[MJ] Le chroniqueur
PJ
Messages : 233
Profil : Invincible
Autres comptes : Lance, Rodolphe Rosenbaum & (Giovanni De Conti)
Localisation : Devant un livre, où j'écris l'Histoire...

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par [MJ] Le chroniqueur » 27 juil. 2011, 12:36

Tout en descendant le chemin sinueux, Adrian remarqua un paysan dans son champs observant tour à tour le ménestrel qui s'en allait et le nouvel arrivant qu'il était. Les sourcils froncés, il finit par faire une moue et se remit hardiment à son travail qu'il cherchait certainement à terminer avant la nuit.

Le village devenait bien sombre lorsqu'il arriva enfin à l'entrée de ce qui devait être la rue principale. Un petit panneau de bois lui indiqua qu'il se trouvait à La Costa. S'avançant dans le petit bourg, il y remarqua que l'activité du soir n'était pas grande. Un marchand de vin terminait de ranger son échoppe tandis qu'une femme s'empressait de revenir du puits, un sceau rempli d'eau pour la soupe du soir.

L'auberge "Il viaggiatore" se tenait à l'angle d'une ruelle perpendiculaire à la principale. Les décorations de sa façade jonché de lichens et au portique finement sculpté trahissaient la richesse de l'établissement. La route n'était pas beaucoup emprunté à l'inverse de la voie maritime mais cette auberge ne devait pas avoir de concurrente à moins de quinze kilomètres à la ronde, ce qui en faisait un lieu incontournable pour tout voyageur.

Enfin, Adrian nota que dans l'ensemble, les bâtiments était finement décorés. Fleurs, statuettes dont certaines d'ailleurs, avaient la tête coupés, motifs taillés dans les pierres... C'est sûr, on était riche dans le coin. Et pourtant, même si le parfum des fleurs avait replacé celui des oliviers, une odeur de pourriture régnait dans l'atmosphère.
"Les tyrans ont rarement besoin de prétextes"

"Oderint, dum metuant!"

"Lis ceci et pleure"

Avatar du membre
Adrian Lysbren
PJ
Messages : 15
Profil : For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA -| PV 50/50(bonus inclu
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... an_lysbren

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par Adrian Lysbren » 04 août 2011, 16:32

Sous les timides rayons du soleil, le jeune homme dévala la pente doucement pour ne pas déraper sur sa surface rocheuse et finir comme une pauvre tâche au fin fond de la vallée. Si c'était arriver, la lettre cacheté aurait certainement salie pa la poussière qui régnait sur les routes de cette contrée. Pas besoin de posséder de grande imagination pour savoir que la mission serait amplement commise à travers cette action. Il gardait ce précieux document dans la poche intérieure de son large manteau qui lui servait de protection contre la moindre brise d'air froide mais pas contre la sournoise gouttelette d'eau. Je veux bien parler de celle qui profite de n'importe quel trou dans le tissu pour se faufiler et refroidir les ardeurs d'un quelconque être humain. Heureusement, qu'il ne plut pas lors du périple pédestre de l'écuyer...

Durant sa descente, les yeux moroses du Lysbren croisèrent un autre individu dont l'apparence et l'odeur permettait de ne pas se tromper sur sa provenance. Il appartenait à la classe de ces campagnards mal perçue par les nobles et stéréotypait par les citadins. Entourée de la terre qui était son gagne-pain, le péquenot dévisagea Adrian avant de graver sur son pauvre visage fatigué, un dédain moqueur. Le serviteur de Morr ne prit pas la mouche; il continua sa route et arriva finalement en entier à l'amas de pierre qui servait de village pour l'ensemble de la vallée.

La pénombre commençait lorsque Adrian s'engouffra en toute quiétude dans le hameau. Les semelles de ses bottes laissèrent de belles traces de terre sur les dalles de la grande rue. Mis à part que quelques badauds s'affairaient d'urgence à leur tâche; l'ambiance du faubourg était au ras de pâquerette. S'il n'y avait que ça, tout irait pour le bien du monde.... A chaque avancée dans le village, l'humain se sentit mal à l'aise. Il ne savait pas pourquoi, mais la beauté du bourg lui semblait trop magnifique pour être vrai... elle devait cacher quelque chose d'affreux.

La sueur froide sur la nuque, Adrian se hâta pour parvenir à l'auberge en suivant les panneaux marbrés de la rue principale. Il passa en dessous de l'enseigne en fer forgé de l'établissement, ouvra le portail ouvragé et rentra dans le havre de paix pour voyageur. Il lui tardait de rejoindre le monde de rêves pour y retrouver sa femme et sa petite fille. * Par Morr ! ma Marielle, ma petite Enya, j'arrive bientôt ...*
Modifié en dernier par [MJ] Le chroniqueur le 04 août 2011, 16:32, modifié 1 fois.
Raison : 6 xps pour un total de 12 xps.
Adrian Lysbren, Garde noire
For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA - | PV 50/50Image

Avatar du membre
[MJ] Le chroniqueur
PJ
Messages : 233
Profil : Invincible
Autres comptes : Lance, Rodolphe Rosenbaum & (Giovanni De Conti)
Localisation : Devant un livre, où j'écris l'Histoire...

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par [MJ] Le chroniqueur » 04 août 2011, 16:53

L'intérieur de la demeure valait bien l'extérieur en richesse tant la décoration abondait. Les murs étaient recouverts de tableaux de paysages Tiléens ou de personnage posant fièrement, de tapisseries ou encore de pots de fleurs. Les tables quant à elles, étaient au nombre d'une dizaine et pouvaient accueillir chacune une demie douzaine de soulard faisant bonne chaire.

Seulement, quand notre homme entra, il était seul. La cheminée n'était même pas allumée (bien qu'en cette saison, il n'était pas nécessaire de le faire) et seule derrière un comptoir à droite de l'entrée, une servante nettoyait un bol de terre cuite.
Image
- Buena sera Signore! Désirez-vous le gîte et le couvert? Le plat du soir est un filet d'agneau cuit à l'huile d'olive.

Bien que charmante, la petite Tiléenne semblait timide. Pas de trace de l'aubergiste ni de personne d'autre dans ce village étrange visiblement dépourvu d'étrangers.

hum... comme je disais, je fais rarement de long RP. Mais en même temps, je met ce qu'il faut pour avancer. :happy:
"Les tyrans ont rarement besoin de prétextes"

"Oderint, dum metuant!"

"Lis ceci et pleure"

Avatar du membre
Adrian Lysbren
PJ
Messages : 15
Profil : For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA -| PV 50/50(bonus inclu
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... an_lysbren

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par Adrian Lysbren » 06 août 2011, 19:03

Adrian ouvra la porte de chêne du «Il Viaggiatore ». Les fins grincements de ses gonds agacèrent légèrement les oreilles de l'humain. D'un pas lent, il entra dans ce qui donnait l'impression d'être un vestibule et essuya ses bottes boueuses sur un tapis qui avait fait son temps. Le Lysbren ne voulait pas saloper le sol de l'établissement; celui-ci était bien briqué pour une auberge. les clients pouvaient voir leur propre reflet sur le damier en céramique et qu'ils pourraient même manger par terre. Le ou la propriétaire devait être un maniaque du nettoyage !

Passant l'encadrement du hall d'entrée, le jeune homme atterrit dans la salle commune. Adrian fut surpris par l'énorme décor qui composait la pièce. De larges draperies en velours, enveloppant avec amour les murs en pierre, étaient accompagnées par une ribambelle de tableaux plus au moins pittoresque. Sur l'un deux, L'humain reconnut la vallée environnante avec sa forêt verdoyante à la pleine lune... Avec tout cet apparat, l'établissement devait s'attirer une clientèle aisée. Tiens, en parlant de client, Adrian n'en aperçut aucun dans l'auberge; la salle était aussi vide que l'extérieur du faubourg. * C'est étrange que cet endroit soit si désert à cette heure-ci! Qu'est-ce qui se trimballe, ici?*

Son angoisse s'accrut par l'intermédiaire d'une chair de poule envahissante toutes les fibres de son corps; tous ses sens s'éveillèrent un par un; les doigts d'une de ses mains se refermèrent sur la poignée de son couteau. Il se préparait à sortir la petite lame en cas de problème. Valait mieux être sur ses gardes en cas de danger... Logique, n'est-ce pas ?

La seule présence humaine en ce lieu fut une séduisante serveuse aux cheveux de paille et au regard azuré; ces traits physiques étaient assez étonnant pour une tiléenne. Elle devait être aussi étrangère en ces terres que l'écuyer de la Garde Noire. Nettoyant de la vaisselle, le froissement de son chiffon cassait la monotonie de l'auberge. Une main sur son couteau, il avança lentement vers le comptoir. La pseudo-tiléene lui demanda ce qu'il voulait.

« Bonsoir, mademoiselle! Je vous saurai gré de me louer une de vos chambres pour cette nuit. Pour votre viande, j'en prends commande... » répondit-il en souriant légèrement.

Adrian prit un profond soupir et continua sur un ton plus morne.

« Pardonnez-moi pour mon indiscrétion, mais je souhaiterais savoir pourquoi cette joli auberge est si déserte que le village qui nous entoure? »
Mon personnage est prêt à dégainer son arme pour ne pas être pris par surprise en cas d'attaque et j'utilise sa compétence: Empathie (niv 1) sur la serveuse pour savoir si sa réponse sera fausse ou pas.
Modifié en dernier par [MJ] Le chroniqueur le 06 août 2011, 19:03, modifié 2 fois.
Raison : 6 xps pour un total de 18 xps.
Adrian Lysbren, Garde noire
For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA - | PV 50/50Image

Avatar du membre
[MJ] Le chroniqueur
PJ
Messages : 233
Profil : Invincible
Autres comptes : Lance, Rodolphe Rosenbaum & (Giovanni De Conti)
Localisation : Devant un livre, où j'écris l'Histoire...

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par [MJ] Le chroniqueur » 06 août 2011, 19:33

La main tenant le manche de son arme, notre homme tenta de discerner le vrai du faux dans la réponse de la Tiléenne.
jet caché :sadique:
- C'est que... nous sommes Konistag dans le calendrier impérial. Or, le jour du Roi est également le jour du seigneur de la lumière et du feu, Balder, en qui nous croyons. C'est pourquoi nous sommes appelé à nous reposé et à médité aujourd'hui.

Adrien ne discernait aucun mensonge dans les propos de la jeune serveuse. Mais peut-être était-elle plus maline qu'il ne le pensait? Il ne connaissait aucun dieu du nom de Balder, mais peut-être était-ce une divinité locale? Le panthéon des dieux est tellement grand dans le vieux Monde! Cependant, après avoir reposé son bol, la jeune femme continua avec un sourire:

- C'est trois pistoles pour le repas et la nuit. Votre chambre est la première sur la droite en montant. Je vais prévenir Père qu'un client est arrivé.


Et de partir en direction de la cuisine dont l'entrée était situé au fond de la salle, côté jardin.
"Les tyrans ont rarement besoin de prétextes"

"Oderint, dum metuant!"

"Lis ceci et pleure"

Avatar du membre
Adrian Lysbren
PJ
Messages : 15
Profil : For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA -| PV 50/50(bonus inclu
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... an_lysbren

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par Adrian Lysbren » 09 août 2011, 17:16

Le jeune homme ne savait pas quoi en penser de la réponse de la servante. Elle lui parla d'une divinité dont le nom ne lui était pas familier. * Par Morr, c'est qui ce Balder? J'espère que ce n'est pas une entité démoniaque.* A vrai dire, Adrian ne connaissait que les Dieux et les Déesses du panthéon impérial et leur trois principaux ennemis venant du Chaos. Durant son séjour d'étude au temple de Morr, il en avait baver pour retenir les noms et le rôle de chacun. Le bas de son dos porte encore les traces des coups de bâtons que l'acariâtre prêtre lui donnait sans aucune gêne. Ah ! La nostalgie du bon vieux temps...

Il recula d'un pas méfiant lors qu'il vit la demoiselle quittait son poste pour aller prévenir le dénommé « Père ». De sa main libre et leste, l'écuyer chopa les trois pistoles de sa bourse et les déposa dans une misérable coupelle de terre cuite. Jetant un dernier coup d'oeil sur les alentours, le Lysbren se retourna et profita de l'absence de la servante pour aller voir sa chambre. Il gravit par deux l'escalier en colimaçon qui menait au premier étage et ouvra la porte de sa chambre.

Son intérieur rustique correspondait au prix de ses pistoles dépensés. Un simple lit et une table basse, où se reposait en toute tranquillité une bassine d'eau, composait la chambre. Adrian en profita pour se passer un coup d'eau sur la figure et se décrotter ses vêtements. Il s'assit sur le lit aux ressorts bien inexistant. Puis, durant une quinzaine de minutes, l'humain se reposa les yeux en tenant tout près de son cœur, le portrait de sa défunte famille.

Dans la noirceur de son esprit, il vit de faibles images du visage de sa femme et de sa fille gravement brûlées. Ce cauchemar le réveilla soudainement. La sueur froide coula le long de sa nuque; ses yeux furent écarquiller à l’extrême. Trempé de sueur, le Lysbren se leva et se plongea à nouveau la tête dans la bassine pour se rafraîchir les idées. Son ventre se mit à gargouiller, l'heure de se restaurer était arrivé. Il laissa son ample manteau sous la table basse sans oublier de prendre la lettre à la rose noire. Il la cacha au fond d'une de ses bottes avant de descendre dans la salle pour manger. Ses yeux trouvèrent une table vide près de la cheminée éteinte. Il s'assit, tout en gardant sa main sur son poignard, et attendit que la servante revienne avec le dîner.

Moins 3 pistoles dans la bourse... Adrian est toujours prêt à dégainer et la lettre se trouve dans sa botte.
Modifié en dernier par [MJ] Le chroniqueur le 09 août 2011, 17:16, modifié 2 fois.
Raison : 5 xps pour un total de 23 xps.
Adrian Lysbren, Garde noire
For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA - | PV 50/50Image

Avatar du membre
[MJ] Le chroniqueur
PJ
Messages : 233
Profil : Invincible
Autres comptes : Lance, Rodolphe Rosenbaum & (Giovanni De Conti)
Localisation : Devant un livre, où j'écris l'Histoire...

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par [MJ] Le chroniqueur » 09 août 2011, 17:28

Après un instant, la servante revint un plat fumant en main. L'odeur de l'agneau rôti dans le l'huile lui fit passé l'espace d'un moment son anxiété. Elle apporta également un petit pichet de vin qu'elle dit être un "cadeau de la part de l'auberge. Il ne passe personne ces derniers temps!".

Adrian ne vit pas de traces de l'aubergiste mais la jeune fille, certainement gênée de voir un si beau jeune homme manger seul, essaya de lui tenir la conversation.

- Vous voyagez seul Messire?

Elle était retourné à son comptoir où elle finissait de nettoyer sa vaisselle. Que pouvait-on reprocher à ce joli brun de fille qui cherchait à s'occuper dans cet endroit désert? Peut-être rêvait-elle qu'un jour, un voyageur l'emmènerait avec lui, mais pour le moment, ce n'était pas le cas et au vu de la population de l'auberge... elle risquait d'attendre.

Toujours est-il que la faim fit oublié quelques temps à Adrian sa vigilance et il ne put s'empêcher de mordre à pleine dents dans son morceau d'agneau et force était de constater qu'on avait pas essayer de l'empoisonner. Au contraire même!
"Les tyrans ont rarement besoin de prétextes"

"Oderint, dum metuant!"

"Lis ceci et pleure"

Avatar du membre
Adrian Lysbren
PJ
Messages : 15
Profil : For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA -| PV 50/50(bonus inclu
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... an_lysbren

Re: [Adrian] Le feu et le corbeau

Message par Adrian Lysbren » 12 août 2011, 13:21

La faim tenaillait l'estomac de l'homme au regard d'émeraude. Il l'avait la sensation qu'une main géante lui pressait les boyaux. Son pied frappa nerveusement contre le sol de l'auberge en signe d'impatience. Essayant de l'oublier, Adrian pensa au reste de son voyage pour atteindre son objectif qu'était Rémas: quel était le chemin le plus court pour l'atteindre?... y aurait-il un danger qui le guettait dans l'ombre?... Comment trouverait-il le siège de la Confrérie et à qui devait-il transmettre la lettre?... Toutes ces questions tournaient en boucle dans le néant de ses pensées. Mais, celle qui la tourmentait le plus était de savoir ce que contenait cette lettre. Valait-elle le prix de son sang, de sa sueur et même de sa vie? Seul Morr devait le savoir...

Songeant à tout ce qui pouvait lui arriver, l'humain s'embrouilla les idées. Il perdit peu à peu le fil de la réalité. Les pas de la servante le tira de sa torpeur. Le fumet du plat, qu'elle tenait entre ses délicats doigts, s'infiltra généreusement dans ses narines et calma ses ardeurs. La douce odeur de viande animait ses papilles et lui mettait l'eau à la bouche. Par une certaine chance, Adrian eût droit à du bon vin; il devait sans doute venir de ces vignes aux grains gorgés de soleil et d'eau. Le Lysbren remercia la gentillesse de la demoiselle en attendant de s'attaquer avec fugacité à son repas.

Dès la première bouchée, le jeune homme sentit la chaleur inondait tout son corps. Les muscles de l'impérial se détendirent au maximum, son esprit s'apaisa tel un ours en hibernation. Avalant une gorgée du breuvage, il observa sous un nouveau regard le décor de l'établissement. Son ouïe attrapa au vol le questionnement de la blonde avant qu'elle ne retourne à sa première tâche. Malgré ses voeux envers sa femme, il jeta un coup d'œil au joli déhanché de la serveuse. Ce n'était pas de sa faute, Adrian répondait tout simplement à l'appel de la nature humaine.

« Oui, d'une certaine façon, on peut dire! Je suis physiquement seul; mais mon esprit est à jamais accompagner par mon passé. »
L'écuyer finit son assiette et la carafe de vin. Il médita sur ce qu'il avait dit en regardant le médaillon familiale; il le glissa plusieurs fois entre ses doigts pour finalement le raccrocher à son cou. Adrian se leva de table avec le ventre bien rempli et se dirigea vers le comptoir.

«Merci pour le bon repas et de votre hospitalité! » dit-il d'une voix aussi douce que la soie. Il se retourna et partit en direction de sa chambre. Sur le chemin, il se rappela d'une chose et revint vers la serveuse.

« Hum, je voudrais savoir avant d'aller me coucher s'il n'y aurait pas dans cette bourgade, un relais d'attelage qui me permettrait de rejoindre la ville de Rémas? » exclama-t-il en plongeant ses yeux dans ceux de la femme.
Modifié en dernier par [MJ] Le chroniqueur le 12 août 2011, 13:21, modifié 1 fois.
Raison : 6 xps pour un total de 30 xps.
Adrian Lysbren, Garde noire
For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 9 | Tir 8 | NA - | PV 50/50Image

Répondre

Retourner vers « Tilée »