[Malik] Une chance lui suffira

Le vaste pays désertique qu'est l'Arabie se trouve de l'autre côté de la mer en face de la Tilée et de l'Estahe. Il y a plusieurs cités habitées, certaines sur la côte et d'autres à l'intérieur des terres, ainsi que bien des ruines désertes remontant aux légendaires Guerres de la Mort. Les pirates d’Arabie sont des pilleurs invétérés, dont on peut parfois apercevoir les navires aux voiles sombres dans les ports d’Estalie ou de Tilée.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Messages : 1158
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par [MJ] Le Djinn »

-1 sou pour avoir acheté un repas pour la journée.
Après avoir dégusté une brochette de légumes accompagnée d'un peu d'agneau achetée à un marchand ambulant, il ne restait plus à Malik qu'à attendre jusqu'à l'heure du déjeuner, ce qu'il fit. Contrairement aux établissements du quartier des étrangers qui avaient l'habitude de rester ouvert jusque tard dans la nuit, les auberges ou tavernes de Dimashque faisaient la majorité de leur chiffre aux alentours du midi, le soir étant bien moins couru. Cela venait en partie des interdits du sultan sur la débauche mais également à la tradition arabéenne dont les principaux inspirateurs se méfiaient de la nuit à un niveau que les occidentaux peinaient à imaginer.
Les rues de la ville, en cette belle mâtinée, se troublaient sous les cris d'émeutiers. La mort d'Yassim Al'Dabel provoquait un mouvement de colère populaire énorme et dans toute la cité des groupes de pauvres gens courraient avec des bâtons ou des outils, frappaient ceux qui leur paraissaient trop riches et pillaient les rues marchandes. La garde, débordée, commença tout d'abord par se replier dans les petites kasbah et casernes urbaines où vivaient les soldats professionnels. Au bout de deux heures qui parurent aux habitants une éternité, les groupes policiers revinrent en force, le cimeterre au poing, prêts à hacher menu les factieux qui troublaient la prospérité de la belle Dimashque. Ils ne firent pas dans le délicat et sommèrent, blessèrent et achevèrent ceux qui leur résistaient. Vers midi le calme revint dans la ville, mais cette démonstration de force ne faisait sans doute que cacher des troubles plus importants: les quartiers Est se soulèveraient sans doute à nouveau dans les jours qui viendraient, mieux organisés cette fois. Qui savait, peut-être même qu'Anas serait à leur tête?

Toutes ces préoccupations politico-sociales dépassaient Malik, lequel n'en avait cure de toute façon. Son seul problème restait de pénétrer dans les Voiles du Désert sans se faire mettre à la porte ensuite. Le bâtiment, coincé dans le quartier marchand entre deux grandes maisons, se constituait d'une haute baraque blanche et jaune de trois étages aux murs décorés de mosaïques et aux fondations clairement solides, comme en témoignait l'absence de lézards sur les murs. Devant la devanture, deux gardes tenaient le rôle de videur, quoiqu'il n'y ait aucun besoin de montrer les muscles tant la population de la rue semblait, si pas aisée, à tout le monde bien dans ses sous. Au contraire ils saluaient poliment les clients et les invitaient à se rendre au centre de la salle pour être installé. Puis vint Malik, qui reconnut aussitôt Bilal dans ce grand gaillard aux habits trop propres pour un homme du rang mais trop pratiques pour un riche ou un intellectuel. De plus le poignard à longue lame à sa ceinture ne laissait pas de doute sur son côté militaire. L'autre videur dévisagea Malik quelques secondes avant de commencer:


-"Désolé mon ami mais seuls les habitués peuvent déjeuner ici. Je vais te demander de passer..."

Bilal le coupa derechef.

-"Je m'en occupe, c'est une connaissance. Viens avec moi."

Il fit ainsi rentrer l'hashashin à l'intérieur, mais plutôt que de le laisser s'installer il se décida plutôt à l'emmener à l'étage, dans une pièce dénudée qui devait servir de débarras et de lieu de repos au personnel de l'établissement. Pour cela il fallait néanmoins traverser la salle et découvrir les lieux.

Contrairement aux endroits bas de gamme où on servait de l'alcool de palme et du mauvais thé à foison dans une ambiance dure où celui qui parlait le plus fort était le plus écouté, ici un certain calme régnait. Pas de plaisirs décadents comme des danseuses presque nues se déhanchant sur les tables ou des vapeurs de substances hallucinogènes qui flottaient dans l'air, non. Les servantes que l'on pouvait louer servaient à faire la conversation sur divers sujets ou à jouer à des jeux, sans doute que chacune d'elle, toutes jolies comme des roses, avait sa spécialité. On consommait également des alcools très légers ou des jus de bonne qualité.

Il parut d'ailleurs à Malik reconnaître un visage parmi la foule des anonymes. Un visage très familier, qui datait de son entraînement... Pas le temps d'y penser cependant, Bilal refermait la porte derrière lui avant de tourner vers le tueur.


-"C'est bien toi Malik? Qu'est-ce que tu fais là? Je croyais que tu avais disparu après l'affaire avec... Avec elle, quoi, tu vois de quoi je parle."

Son ton n'avait rien d'hostile, au contraire. Il semblait pourtant soucieux et inquiet, sans doute tracassé à l'idée des implications que pouvaient avoir le retour de l'assassin professionnel.


Image
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Malik Sir'Hu
PJ
Messages : 23

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par Malik Sir'Hu »

Attendant l’heure d’affluence, la tranquillité matinal normalement habituel de la ville se retrouva perturbé par un mouvement populaire en provenance des quartiers Est de la ville, suite à la mort de Yassim Al’Dabel, bienfaiteur des miséreux et aujourd’hui vu comme un martyr alors que l’incendie du quartier des Orangers qui avait conduit à la disparition de leur messie, avait éveillé en eux un sentiment de révolte à l’encontre de cette bourgeoisie qui possédait tout alors qu’eux n’avaient rien.
Rapidement, des milices populaires se formèrent, arpentant les rues et s’en prenant à tout ceux qui avait ici l’impudence d’exposer d’un peu trop près leur richesse que ce soit à travers leur style vestimentaire ou encore les bijoux qu’ils pouvaient arborer. Devant ce mouvement violent et s’étant formé sans prévenir, la garde de la ville se retrouva bien vite dépassé, obligé de se retrancher dans les casernes servant d’avant-poste dans la cité, se devant d’attendre que le gros de la masse de citoyens mécontent, se divisent à travers les nombreuses artères de la ville, laissant ainsi le mouvement perdre peu à peu de son ampleur au fil des heures.

Sous les yeux d’un Malik masqué par les ombres, il voyait ici les fruits de son œuvre alors que la colère grondait dans les quartiers défavorisés, ayant d’un simple coup de lame fait trembler les instances gouvernementales d’une ville… Là était l’œuvre des Haschischin, capable d’influencer par leurs actions le cours de l’histoire et de l’Arabie, le groupuscule ayant toujours agi pour le bien commun, peut être la mort de Yassim, aussi horrible et injuste était-elle, servirai en bien les pauvres gens dont le brave homme avait autrefois la responsabilité. Ou bien l’action de Malik ne servirai t’elle que les desseins d’un homme comme Anas, usant de la colère populaire pour faire pression sur les puissants, s’offrant de nouveaux privilèges gagnés grâce au sang de la petite armée qu’il avait désormais sous sa coupe.
Quoiqu’il en soit, ces affaires politiques n’étaient maintenant plus du fait du jeune Assassin, son bras avait frappé juste et sa lame avait parlé pour lui, seul « Celui qu’on ne voit pas » aurait pu dire quel saurait être l’avenir de Dimashque désormais. Quoiqu’il en soit, il ne fallu plus longtemps pour que les soldats chargés de sécuriser la ville et réorganisés maintenant, ne reprennent les choses en main, faisant taire dans la violence et le sang la gronde populaire, tandis que la cité retrouva peu à peu le calme dont elle aimait se draper.

Alors que l’auberge du voile du désert se remplissait maintenant peu à peu, constitué d’une clientèle habituée des lieux et aux atours riches, ce fut ici le bon moment pour Malik de sortir des ténèbres et ainsi se présenter devant les deux vigils à la carrure imposante. Si le premier ne se priva pas de congédier l’assassin, le deuxième qui n’était autre que Bilal, reconnu son camarade alors qu’une expression niaise se lisait sur son visage, comme s’il était en présence d’un fantôme.
Préférant quitter la rue et ces oreilles bien souvent trop indiscrètes, l’ami nomade du serviteur de « Celui qu’on ne voit pas », le fit entrer à l’intérieur du Voile du désert, les deux hommes se retrouvant désormais ensemble dans la pièce principale de l’auberge, où plaisir et calme se mélangèrent alors que les clients s’offraient quelques plaisirs bienvenue à base de fruits, d’alcool de qualité, et d’une compagnie appréciable alors que les serveuses étaient toutes ici des joyaux du désert, belles et sensuels, offrant leur conversation et leur agréable compagnie à ceux pouvant se les payer. L’établissement se voulant d’un standard bien supérieur au lieu de débauche habituel où drogue et sexe étaient monnaie courante et attirant plus souvent une clientèle occidentale plutôt qu’orientale.
Accompagné à l’étage à l’abri d’une pièce semblant servir de débarras, Malik ne put s’empêcher de noter la présence d’un visage masculin qui lui sembla sur l’instant familier… N’y prêtant pas plus d’attention, Bilal et lui se retrouvèrent donc à l’abri des vues, pouvant maintenant échanger alors que les deux amis ne s’étaient plus vu depuis des années maintenant.
Toujours sur le coup de l’étonnement d’avoir vu Malik revenir dans sa vie, Bilal fut le premier à parler, questionnant l’assassin sur la raison de sa présence ici non sans rappeler à celui-ci le douloureux souvenir de la perte de Yasmina… Car oui, le vigil de voile du désert avait en effet connu la jeune femme, du temps où lui aussi était un enfant du désert, appartenant à un clan ami de celui de Malik.


« Yasmina… » Il énonça le prénom de l’amour de sa vie avec toute la froideur dont il était capable. « Tu peux prononcer son nom tu sais… Tout ceci est de l’histoire ancienne désormais... »

Portant toujours le fruit de la culpabilité, l’assassin cherchait ici à masquer ses sentiments à l’encontre de cette ancienne vie dont il cherchait à oublier jusqu’au moindre souvenir.

« Je suis heureux de te voir mon ami. Tu n’as pas changé. »

Il l’observa de la tête au pied, ce grand gaillard le dépassant d’une tête et dont la carrure était bien plus imposante que la sienne, le jeune homme l’ayant toujours connu ainsi, aussi loin que pouvait le lui rappeler ses souvenirs.
Sortant de sous ses vêtements, le parchemin qu’il avait volé dans le campement en lien avec l’expédition des croisés, il répondit enfin aux raisons de sa venue ici.


« J’aurais aimé te dire que ma présence ici n’est que le fruit de notre vieille amitié mais … il n’en ai rien. Je suis ici pour affaire. J’aurais besoin de quelqu’un pouvant m’énoncer le contenant de ce parchemin. Quelqu’un de confiance, et qui ne pose pas trop de question… Le document que j’ai en main pourrait traiter disons… d’affaires sensibles. »

Il resta aussi évasif que possible, Bilal ignorant complétement que Malik était devenu un Haschischin au service de « Celui qu’on ne voit pas ».

« J’espérais que tu pourrais m’aider, et me présenter à quelqu’un…Nous connaissons tout deux les catégories de populations se mélangeant ici et ce dont elles aiment traiter dans cet endroit… J’ai besoin d’aide Bilal sur ce coup. Je ne te demande qu’une chose : Pas de question, ni d’explication. Vois ça comme un service d’ami à ami, nous qui étions des enfants du désert dans une autre vie. »

Malik apposa sa main droite sur son cœur et baissa légèrement la tête à ces mots en guise d’amitié et de respect envers Bilal, avant de conclure :

« Ensuite je disparaitrai aussi tranquillement que je suis venu, tu as ma parole. »
Malik Sir'Hu, Voie du meurtre
Profil: For 9 | End 8 | Hab 11 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... lik_sir_hu

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Messages : 1158
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par [MJ] Le Djinn »

Impressionné par la politesse avec laquelle Malik lui demandait un service entre vieux frères d'armes, Bilal recula d'un pas, comme si le poids de ce qui était demandé était trop lourd pour lui. Il se ressaisit pourtant, regardant le parchemin que tenait Malik comme un objet magique, maudit même. Dans son esprit quelque chose s'allumait, comme une méfiance instinctive dans cette situation ubuesque: pourquoi diable Malik, un nomade du désert parmi d'autres aurait besoin de déchiffrer un papier? Les questions se pressaient: à qui appartenait-il? Dans quel but voulait-il connaître son contenu? Pour qui Malik travaillait? Même un bandit des sables se contentait de prendre ce qu'il trouvait sans aller plus loin. La situation, des plus étranges, n'était pas spécialement engageante.
Jet d'intelligence de Bilal: 20, échec critique. Visiblement il a un grain de semoule à la place du cerveau.
Mais il balaya ses doutes d'un revers de la main! Pourquoi perdre son temps à penser en profondeur aux choses, à peser le pour et le contre ou même, comble du ridicule, à essayer de connaître les intentions de son interlocuteur avant de lui donner des informations? Tout cela passait bien au-dessus de la tête de Bilal qui ne voyait qu'une chose: un vieil ami ressorti du passé avait besoin de son aide et par l'Unique il ne serait pas dit qu'il le laisserait dans le besoin!

Et puis il y avait justement quelqu'un, quelqu'un qui pourrait se montrer intéressé...


-"Un type qui pourrait traduire ce parchemin pour toi? Je connais bien quelqu'un."

Il se gratta la tête, semblant se remémorer les détails d'une vieille discussion.

-"Ah, je le remets! C'est Bouchaïd Bel'Vaès, un ancien conseiller au palais du sultan. Son excellence s'est faite de nombreux, très nombreux ennemis depuis qu'il a pris le parti contre le sultan concernant l'accueil des étrangers et de leurs coutumes. Un soir qu'il repartait d'ici, c'est un habitué, il a échappé à une tentative d'assassinat et depuis il reste cloîtré chez lui et il veut quitter la cité. En plus de ça il n'a pas encore payé son ardoise."

Un rictus se dessina sur les lèvres épaisses de Bilal qui continua.

-"On l'a souvent vu dans le coin et on le connait bien: c'est un lettré. Je crois qu'il dirigé l'Oeil du Sultan, les informateurs du palais, pendant un moment. Il peut sans doute t'aider. Il vit dans le quartier noble, il a une petite maison couleur olive. Du plus mauvais goût je trouve. Par contre on te laissera pas entrer comme ça dans le quartier noble et en l'état je ne peux pas t'aider plus, mon frère."

Une piste des plus sérieuses s'offrait donc à Malik, mais bien des questions restaient à répondre et parmi les premières; comment entrer dans le quartier noble? Les options ne manquaient pas, pas plus que les risques et le danger... Une mission intéressante donc, pour un tueur affirmé comme lui.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Malik Sir'Hu
PJ
Messages : 23

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par Malik Sir'Hu »

Dans un premier temps méfiant et étonné du comportement de son ancien camarade, Bilal se montra rapidement peu enclin à la curiosité, ce grand gaillard à la force prodigieuse n’étant pas du genre à trop réfléchir et préférant régler les problèmes à la force de ces bras plutôt qu’avec des mots, une façon d’être que Malik avait souvent apprécié par le passé et qu’ici ne pouvait que l’arranger alors que l’assassin dont la discrétion était la clé de sa survie, n’appréciait guère les interlocuteurs trop curieux, qu’ils aient été des amis ou non.

L’amitié et le lien unissant les deux hommes, tout deux fières de leurs origines d’enfant du désert, Bilal accepta donc la requête de son camarade en l’honneur de leur amitié et de leur retrouvaille. Dévoilant quelques informations sur une potentiel personne susceptible d’aider l’Haschischin, un nom fut donc prononcé : Bouchaïd Bel'Vaès… Ancien conseiller auprès du Sultan, le lettré était le genre d’homme à s’être attiré de nombreux ennemis après s’être opposé à la politique d’accueil des étrangers du Vieux monde au sein de l’Arabie, une divergence d’opinion semblant aujourd’hui lui couter bien plus cher que la simple perte des faveurs du Sultan, celui-ci ayant il y a peu échappé à une tentative de meurtre alors qu’il quittait les Voiles du désert dont il semblait être un habitué.

A l’énonciation de ceci, Malik fut poussé dans une intense réflexion… Une tentative de meurtre… ici en ville… Le travail d’un amateur ? En tout cas sans aucun doute ce n’était pas ici l’œuvre d’un membre du culte de « Celui qu’on ne voit pas », la hiérarchie de l’ordre des assassins évitant de rassembler ces membres dans de trop nombreuses villes ou de les faire agir au même moment pour éviter de trop attirer l’attention ou pour éviter toute collision d’intérêt lorsque plusieurs binômes remplissaient plusieurs contrats… A moins que… Était ce peut être l’œuvre de la Crimashin ? Aucune information de leur présence à Dimashque n’avait été décelé depuis de nombreux mois déjà…
Ne pouvant ici que théoriser, Malik allait devoir en apprendre plus sur cette tentative de meurtre et sur ces circonstances, même si Bilal ne semblait pas pouvoir lui donner plus d’élément en cet instant. Autre information importante Bouchaïd Bel'Vaès semblait avoir dirigé autrefois l’œil du Sultan, un réseau d’informateur au palais, faisant de lui une mine d’or d’information et de connaissance, nul doute que la cible de Malik, Jaffar Abderamane n’était pas inconnu de celui-ci. Dès lors en plus de lui dévoiler le contenu du parchemin que l’assassin avait volé, qui pourrait dire ce qu’il pourrait lui apprendre sur l’homme qu’il devait tuer. Désormais ne manquait plus qu’à trouver et rencontrer cet homme dont l’habitation se trouvait dans les quartiers nobles, et sous la protection d’un service personnel qu’il devait bien payer surtout après avoir échappé à la mort de peu. Tout portait donc à croire que le serviteur de « Celui qu’on ne voit pas » allait devoir s’infiltrer dans ces quartiers pour rencontrer son contact…
Mais avant… Mieux valait en apprendre plus sur l’homme en question, ces habitudes et surtout ces secrets… Cela tombant à point nommé alors qu’ici dans les Voiles du désert, les hommes de pouvoir aimait à se livrer à quelques confidences surtout auprès d’une jolie femme payée à leur tenir compagnie.


« A nouveau mon ami, tes services me sont précieux. S’il est un habitué des lieux, je suppose qu’il demande bien souvent les services d’une des plus belles femmes de cet établissement… Je connais bien les habitudes de cet endroit comme tu le sais mon ami, et les hommes de pouvoir aime bien souvent s’offrir des services certes de qualité mais bien souvent routiniers… »

L’assassin montra alors sa bourse de cuir qui pendait à sa ceinture, il demanda de fait à Bilal :

« J’aimerais consommé ici… En souvenir du bon vieux temps. Loué les services d’une femme aussi, la conversation féminine me manque depuis la perte de… Tu sais de qui je parle…
J’aimerais notamment rencontrer la dernière femme dont Bouchaïd Bel'Vaès a loué les services avant que quelqu’un ne tente de lui ôter la vie. Décidément les rues de cette ville ne sont plus sûres… Et je remercie l’Unique que l’ancien conseiller du Sultan ait pu échapper au misérable qui a tenté de s’en prendre à lui. »


Voulant rencontrer la femme qui avait passé sa dernière soirée avec l’ancien chef de l’œil du Sultan, Malik espérait ici entendre quelques confidences de l’homme auprès de la gente féminine, car pour sûre, un homme dont les responsabilités avaient été importantes autrefois, n’avait pu se préparer à voir quelqu’un tenter de lui ôter la vie à un moment donné. Le soir avant la tentative de meurtre, s’était-il montré nerveux ? Agité ? Avait-il cité un nom ? Exposé un problème ? Ou même révélé un secret ? Un peu d’alcool et un joli minois pouvait bien souvent délier une langue plus aisément qu’une dague sous une gorge… Malik allait tenter de le découvrir.
Malik Sir'Hu, Voie du meurtre
Profil: For 9 | End 8 | Hab 11 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... lik_sir_hu

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Messages : 1158
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par [MJ] Le Djinn »

-"Hum, va t'installer dans le coin là-bas, que le patron te remarque pas trop. T'as pas... L'habit... des habitués, Malik. Et pour Assia, je pense que je peux te la trouver. Mais discret hein? Elle est là depuis longtemps et elle aime sa tranquillité. Je risque mon titre moi."

Accorder cette faveur, même à son vieil ami, semblait lui coûter au niveau de sa dignité. Il y a longtemps, Bilal était aussi bagarreur qu'un autre nomade, aussi indomptable que le désert et brutal comme la tempête hivernale. Les années, sans doute l'avaient assagi et son emploi lui demandait une fidélité et une probité à laquelle il paraissait tenir. L'acquérir avait dû être long et difficile et on comprenait d'autant plus aisément qu'il ne souhaitât pas s'en départir.

Le bout de la salle où l'hashashin fût placé se trouvait loin des comptoirs où évoluaient les serveurs et le patron, il y jouirait ainsi d'une certaine tranquillité, même s'il faudrait donner de la voix pour demander à boire ou à fumer. Il dût d'ailleurs attendre un long moment avant que la dame promise ne vienne à sa rencontre, sans doute un peu agacée d'être dérangée hors de ses heures régulières. A la surprise de Malik, elle n'était pas à moitié nue comme il était de coutume pour les danseuses ou les artistes qui pratiquaient des mouvements exotiques avec leurs hanches. Celle-ci, habillée de pieds en cap de couches de voiles verts et bleus, faisait presque prude comparée à une collègue qui passait plus loin au fond, trois bouts de cordons cachant tout ce qu'il y avait à voir de son corps. A ses côtés pendant un grand narguilé à deux tubes et à bas rond de verre décoré d'éclats rouges et verts. Une véritable beauté qu'elle posa déjà brûlante sur la table devant Malik, qui n'avait plus qu'à profiter des coussins moelleux qu'on lui proposait. Elle lui sourit et ses grands yeux noirs reflétèrent un charisme savamment travaillé. Elle cachait sa bouche et le bas de son nez sous un voile à demi-transparent. Experte, la belle passa une main et détacha son chignon qui s'écroula en une cascade de cheveux sur ses épaules. Ce n'était pas tant sa taille fine que ses vêtements ou le soin apporté à sa peau et ses parures, c'était... Autre chose, comme une aura.

Un homme moins déterminé que Malik serait sans doute tombé amoureux d'elle au premier regard.


-"Salutations, homme des sables. Bilal m'a dit que tu souhaitais me parler? J'ai apporté ce narguilé pour te distraire et éclaircir tes intentions, mais tu n'as pas l'air là pour le plaisir, je le vois dans tes yeux. En quoi Assia peut-elle t'aider?"

Sa voix, tranchante mais douce, allait de pair avec sa sagacité: précise et glacée. A bien y regarder, elle portait le vert des aspics venimeux. Malik lui exposa alors ses demandes à propos de Bouchaïd Bel'Vaès et elle l'écouta en fumant doucement les herbes aromatiques et le tabac qui brûlait dans la pipe à eau. De temps à autre, son souffle laissait s'échapper de la fumée aux senteurs âcres mais agréables.

-"Oui, Bouchaïd avait l'air inquiet dernièrement, il venait nous voir plus souvent que d'habitude pour trouver du réconfort. A vrai dire il n'a jamais détaillé ce qu'il craignait, mais avec les autres filles nous avons recollé les morceaux. Je crois qu'il y a eu des problèmes au palais depuis que de nouveaux nobles sont arrivés? Quelque chose comme ça? Enfin il craint pour sa vie maintenant, il ne vient même plus nous voir et on dit qu'il reste coincé chez lui... Pour tout te dire, je pense que bientôt on va le retrouver au fond du port."

Un haussement d'épaules signifia qu'elle le prenait avec une lassitude. Les intrigues des marchands et du palais devaient souvent couler dans des lieux comme celui-ci, créant une forme d'habitude chez les employés et surtout les employées.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Malik Sir'Hu
PJ
Messages : 23

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par Malik Sir'Hu »

Acceptant non sans une certaine réticence la requête de son ami, Bilal ramena donc Malik dans la salle principale du Voile du désert, où l’ambiance battait son plein alors que l’assassin fut attablé dans un coin de la pièce, à l’écart du comptoir principal où l’activité était la plus importante.
Encapuchonné et habillé d’une façon moins conventionnel que celle des clients usant d’ordinaire des services de l’établissement, il resta un long moment confronté à sa propre personne, observant en silence et minutieusement les vas et viens de la clientèle alors que son regard se confronta de temps à autres, avec les créatures à moitié nu se baladant dans la pièce, et usant de leur regard empli de tentation et de séduction pour qu’il se décide comme tout client normal à appeler l’une d’elle pour user de ces services moyennant finance.
Mais le temps et la bourse de l’Haschischin étaient déjà réservés, une créature à la beauté envoutante, véritable fantasme des plaisirs d’Arabie venant à lui. Elle était belle, rose des sables vêtus de voiles verts et bleus dont le regard trahissait un talent pour la manipulation et la séduction. Amenant avec elle un grand narguilé finement décoré et dont émergeait des émanations de fumée composées d’herbes et d’épices. A travers un numéro parfaitement maitrisé, elle se posa aux cotés de l’assassin, jouant de ces courbes félines à peine perceptible alors qu’elle détacha d’un mouvement aussi simple que gracieux le chignon maintenant sa chevelure, pour laisser couler le long de ces épaules, une cascade de cheveux.
Se présentant sous le nom de Assia, son comportement et sa tenue était caractéristique d’une femme habituée des lieux, aux privilèges certains alors qu’elle n’était plus de celles usant des plaisirs charnels qu’elles pouvaient offrir pour arriver à leur fins… Non cette femme était bien au-dessus de cela, préférant user du charisme et de l’aura qu’elle dégageait pour s’emparer du cœur des hommes, laissant les malheureux amoureux d’un simple regard, espérer obtenir tout de celle-ci sans même imaginer qu’ils ne sauraient quitter le Voile du Désert qu’avec une bourse vide et des étoiles plein les yeux.
L’assassin ne se laissant pas divertir par la poudre aux yeux qu’elle cherchait à lui lancer, il se montra tout de même souriant et mimant le bonheur qu’il y avait d’avoir pareille compagnie à ses cotés. Un subterfuge qui ne sembla pas prendre, car Assia vit dans le regard du jeune homme que sa présence ici n’était en rien lié au plaisir qu’elle pouvait lui apporter.
Usant du temps que la jeune femme acceptait de lui offrir alors qu’elle savoura avec toute la sensualité qui lui était permise la narguilé qu’elle avait fait poser sur la table, continuant son jeu de séductrice en dévorant le serviteur de « Celui qu’on ne voit pas » du regard, elle accepta de répondre à ces interrogations concernant Bouchaïd, expliquant que ces derniers temps, sa présence s’était faite plus régulière alors qu’elle et d’autres filles étaient devenu des sources de réconforts pour cette ancienne personnalité au service du Sultan, maintenant soucieuse des ennemis qu’il s’était fait, nouvelle noblesse ayant obtenu les faveurs du Sultan et dont l’identité, si elle fit réfléchir Malik quelques instants, semblait inconnu de Assia, celle-ci semblant éprouver une complète lassitude envers cette affaire où même le sort qu’attendrai Bouchaïd à l’avenir.

Laissant planer un silence dans sa discussion avec la belle créature, Malik fit alors tomber la capuche le masquant, dévoilant l’entièreté de son visage, ces yeux azurs fixant ceux de Assia alors qu’il dit souriant :


« Son sort ne semble que peu t’importer… Après tout un client est un client certes… Mais Bouchaïd devait être avare de cadeau, surtout à ton égard non ? Tu es d’une beauté à faire ruiner les plus riches des princes…
Etrange même que de voir à quel point ton rôle semble bien différent des autres employées ici. Tes services ne devant pas être donné. Le simple fait que tu es accepté de me parler n’est que le fruit d’une faveur de mon ami Bilal… Ce regard, ce sourire, cette sensualité et cette lueur d’intelligence dans le regard… Traduisent que ton rythme de vie est le fruit des prétendants dont tu as su capturer le cœur. Des gens importants… Comme Bouchaïd… Au vue de sa position, puis je supposer qu’il aimait à louer tes services à presque chacune de ces visites ici ? »


Il se força à rire, un rire destiné à attirer quelques regards vers lui mais dont le ton sonnait faux, la jeune femme devant lui devant s’en rendre compte. Il se gratta la tête l’air niais, laissant penser que la magie de Assia semblait opérer, et qu’il n’était dès lors qu’un pigeon comme un autre dont la bourse saurait faire les frais quand on louait la plus belle des femmes du Voile du Désert.

« Pardonne moi ! Voila que je divague à dire tout et n’importe quoi alors que l’Unique me fait rencontrer la route d’une de ces plus majestueuse création. »

A nouveau il rigola, mais s’approcha cette fois de Assia, laissant sa main glisser le long de sa taille alors qu’il glissa son visage au bord du cou de la jeune femme, juste en dessous de son oreille. Le timbre de voix de l’assassin changea soudainement, devenant plus sérieux et plus froid tandis qu’il faisait maintenant dos à l’ensemble de la salle, la jeune femme étant la seule à toujours avoir visuel sur le reste de la pièce et de sa clientèle

« Surtout ne me repousse pas… Comporte toi comme tu saurais le faire avec un client que tu voudrais dépouiller de son or. Fait mine que je te susurre quelques mots doux, comme les idiots voulant te faire la cour en espérant pouvoir t’avoir dans leur lit.
Affiche un sourire, rigole de manière amusé alors que tu fais croire que je te comble de tous les adjectifs dont savent t’affubler ceux à qui tu tiens compagnie. Les prochaines minutes vont être importantes… »


Continuant la mise en scène que l’assassin avait décidé de mettre en place, il laissa alors glisser sa main délicatement le long de l’épaule de Assia, restant toujours dos au reste de la pièce.

« Je dois rencontrer Bouchaïd, et je suis persuadé que tu peux m’y aider… Mais avant… Je dois vérifier une théorie. On a dû dépenser une fortune pour tuer quelqu’un d’aussi important que notre ami commun. De fait, l’homme qui a été engagé est forcément venu à de nombreuses reprises quand Bouchaïd y venait encore. Et étant donné qu’il est désormais terré chez lui, nul doute que notre assassin est en quête d’une potentiel solution pour le faire sortir de son trou. Les vieilles habitudes ont la vie dures et traduisent bien souvent le type de personne que nous sommes. Je pense donc que celui qui a attenté à sa vie est ici et qu’il nous observe longuement. »

Malik fit mine de rire encore, gloussant comme un idiot alors qu’il apposa un baiser sur l’épaule de Assia, sans jamais quitter le creux de celle-ci.

« Observe avec attention Assia… Une personne qui ne venait ici seulement quand Bouchaïd y était. Ce n’est pas un habitué des lieux de base, consommant de manière régulière pour se masser dans la foule certes mais ne prêtant que peu d’attention aux choix de fille qui lui sont offertes.
Et puis après la tentative de meurtre échoué contre Bouchaïd… Cette personne a continué à venir ici, cherchant à se faire plus discrète encore, alors qu’il est sans aucun doute en quête d’une solution pour atteindre à nouveau sa cible.
Une solution qui semblerai assez logique, tout du moins je le pense… »


Il se détacha enfin d’elle, croisant son regard dans le sien alors qu’il enveloppa de ses mains celles de la jeune femme, comme l’aurait fait un amant avant une déclaration.

« Par exemple user de la fille qu’il venait à fréquenter le plus souvent ici pour l’intimer sous la contrainte de le faire venir dans un lieu précis …
Maintenant ô belle Assia… Observe bien. Si cette personne nous regarde tu sauras la voir. Si tel est le cas, appose simplement ta main sur ma joue gauche et laisse-la glisser lentement jusqu’à mon cœur.
Si personne ne correspond à mes propos alors… Désigne simplement du doigt la Narguilé en prétextant devoir la remplir à nouveau. Tu n’auras dès lors plus à souffrir de ma présence. »


L’intuition et les hypothèses de l’assassin sauraient être bonnes ? Ou bien n’étaient elles que le fruit de la paranoïa lié à son activité ? Assia allait le lui dire.
Malik Sir'Hu, Voie du meurtre
Profil: For 9 | End 8 | Hab 11 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... lik_sir_hu

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Messages : 1158
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par [MJ] Le Djinn »

Les propos plus qu'élogieux de Malik envers la belle Assia ne furent pas réellement couronnés de succès. Sans doute habituée des avances et des compliments, et formulés d'une manière bien plus poétique que l'hashashin n'en était capable, elle resta de marbre, se contentant d'une sourire poli. Cela étant, les différentes remarques, sous-entendus et autres menaces à peine voilées du tueur envers sa personne la mirent très mal à l'aise. Elle recula d'un pas quand il découvrit son visage dans lequel elle lit quelque chose qui l'effraya. Dans un geste paniqué, Assia essaya de s'éloigner encore davantage avant qu'il ne l'attrape et ne la plaque contre lui.

-"Lâchez-moi! Lâchez-moi vous me faites mal!"

Un petit cri s'échappa de ses lèvres quand la bouche de Malik toucha sa peau. Ses coups et ses protestations n'y firent rien, d'autant plus que le comportement erratique de Malik n'était pas pour la rassurer. Elle se tût néanmoins, muette de stupeur devant la requête de cet étrange client. Un homme bizarre, pas un habitué?

-"Si je vous le dis, vous me laisserez tranquille?"

A coups d'oeillades paniquées, elle cherchait le regard d'un garde de l'établissement. C'était là un risque important que Malik avait pris: si elle se plaignait un peu trop, il serait mis dehors avec perte et fracas. Rassemblant tout son courage et l'expérience acquise au cours d'années de service à côtoyer les puissants, Assia écouta ce qu'il avait à lui dire. Peut-être bien que si elle lui répondait, il partirait sans faire d'histoire. Une phrase pourtant la fit particulièrement frémir: "Les vieilles habitudes ont la vie dures et traduisent bien souvent le type de personne que nous sommes". Tout prenait sens. Où il voulait en venir, elle ne le comprenait que trop bien. Assia posa sa main sur la joue gauche de Malik et la laisse glisser vers son torse. Le souffle court de crainte, elle hasarda son explication.

-"Je... Je suis géographe de formation... Bouchaïd venait me voir pour que je lui parle du monde. Je crois... Je crois qu'il voulait savoir où s'enfuir. Il ne le disait pas, mais je le voyais dans ses yeux, il était terrorisé."

Elle déglutit mais osa continuer, comme si elle craignait qu'un poignard apparaisse entre ses côtes.

-"Un peu après qu'il ait cessé de venir, un autre homme est venu. Un homme bizarre. Il posait plein de questions sur Bouchaïd, jamais directement, toujours en sous-entendu. Je n'ai rien dit... Il était encore là tout à l'heure mais je ne le vois plus. Il me fait peur..."

D'un bond elle recula hors de l'étreinte de Malik et plaça son bras entre elle et lui, la crainte dans les yeux.

-"Je vous ai dit tout ce que je savais, partez s'il-vous-plait."

La crainte ne la rendait que plus belle encore, mais vexait son visage d'un pli de panique qui gâchait tant ses traits qu'il en devenait vexant. En choisissant la manière forte, Malik avait obtenu quelques informations, mais à quel prix? Il ne serait plus le bienvenue en ces lieux et sans doute qu'Assia ne voudrait plus jamais lui adresser la parole.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Malik Sir'Hu
PJ
Messages : 23

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par Malik Sir'Hu »

Bien que se ne fut pas le but premier, le comportement et la stratégie de Malik mélangeant les charmes et la crainte que savait inspirer l'assassin suffirent à faire naître la peur dans le cœur de Assia, éveillant chez cette femme à la grande intelligence et côtoyant les puissants un instinct de survie qui l'a poussa tout d'abord au mutisme concernant d'éventuels appels à l'aide à l'égard des gardes gérant la sécurité du Voile du désert.
La peur se lisant sur le visage de la jeune femme, ne réduisant pour autant en rien la beauté dont elle était affublée, la préférée de Bouchaïd délia aisément sa langue, expliquant que le noble déchu aimait lors de ces dernières visites à son égard, discuter avec elle de ces connaissances dans le domaine géographique, dévoilant ainsi un profond désir de l'ancien conseillé du Sultan de fuir la ville dans des délais qu'il fallait encore préciser. L'hashashin y voyait ici une nouvelle fenêtre parfaite de tir pour l'homme qui avait tenté de le tuer... Tout du moins si on ne tentait pas de s'en prendre directement à lui dans le domicile dans lequel il s'était pour l'heure barricadé.

Le nez aussi fin que celui d'un limier, Malik put aussi apprendre de Assia que, après la tentative d'assassinat manqué contre Bouchaïd, un homme s'était montré plus que curieux à son égard, alternant les vas et viens dans ce lieu de raffinement, en quête d'informations sur l'ancien conseiller, non sans jamais le nommer pour autant. Un homme dont la posture et l'attitude semblait terrifier bien plus Assia que le moment présent qu'elle vivait en compagnie du serviteur de "Celui qu'on ne voit pas", son visage se fermant plus encore lorsqu'elle vérifia la présence en vain de l'homme dont elle parlait... Ainsi il n'était plus là... Coïncidence du moment ? Ou bien cette disparition soudaine était lié à l'arrivée de Malik sur les lieux ? Il croyait plutôt dans le hasard ici, nul ne connaissant son visage où son appartenance au culte hormis d'autres membres servant la cause.
Gêné et apeuré, Assia fut enfin assez téméraire pour se dégager de l'emprise du client qui avait loué ces services, plaçant sa main comme une arme entre l'hashashin et sa personne, elle supplia celui ci de quitter les lieux maintenant qu'elle avait répondu à ces interrogations. L'assassin l'observa un instant, son regard froid pénétrant les yeux de biche de la jeune femme, jusqu'à ce que sur le visage du jeune homme se dessine un sourire, celui ci sincère contrairement à tout ceux qu'il avait pu offrir jusqu'ici. Se revêtant ainsi de sa capuche, les derniers mots qu'il offrit à Assia furent ceci :


"Pareil beauté et doté d'un tel esprit... Que tes pas soit guidé dans la lumière de L'Unique Rose du désert."
A peine eut il terminé que d'un mouvement puissant et vif, il empoigna de sa main le bras de la jeune femme et obligea celle ci à le gifler en plein visage, le coup raisonnant presque dans la salle, tandis que les ongles de la belle créature égratignèrent la joue de l'hashashin qui comme il l'avait désiré se joua de la situation et expliqua un mécontentement soudain après coup.

"Décidément cet endroit est bien éloigné des éloges dont on l'affuble ! Petite idiote !... Pour tes "services" aussi mauvais soient ils !"
Jetant alors une pièce d'or sur la table qu'il avait partagé avec Assia, la jeune femme semblant médusé et plongé dans un profond mutisme devant la comédie que jouait ici son client qui était allé jusqu'à la forcer à le gifler, tourna ainsi les talons, croisant le chemin d'un garde alors qu'il leva les mains en guise de bonne foi à son encontre tout en marmonnant d'un ton colérique.
"C'est bon ! Je connais le chemin de la sortie ! On m'y reverra plus y foutre les pieds par l'Unique !"

Suivi du garde, il quitta donc le voile du désert, la porte se refermant derrière lui, alors qu'il s'éloigna de l'établissement pour trouver le calme d'une ruelle à l'ombre.
Se frottant la joue où s'y était incrusté la marque de la main de Assia, il en essuya le sang qui s'y était logé, se laissant aller à une profonde réflexion quand à la suite de ses recherches... Tout portait à croire que Bouchaïd allait d'ici peu de temps quitter la ville d'une manière où d'une autre, et qu'un mystérieux assassin dont l'employeur était inconnu, cherchait à l'abattre. De fait, tout laissait penser qu'une nouvelle tentative d'assassinat allait d'ici peu avoir lieu. Si s'en prendre au noble à l'intérieur même de son habitation était quelque chose de possible mais de dangereux, l'idée d'attendre le moment opportun où l'ancien conseiller chercherai à quitter la ville pouvait aussi être une bonne alternative bien qu'hasardeuse... Fallait il encore savoir le jour et le lieu où il tenterai de disparaître et surtout à l'aide de quel escorte... Non... L'assassin qui avait échoué la première fois allait se montrer plus téméraire pour sûre, commettre des erreurs car cherchant à réparer au plus vite son premier échec, le simple fait qu'il soit venu plusieurs fois au Voile du désert en quête d'information traduisait un manque d'élément et un certain amateurisme. De fait... Assia de part sa proximité avec Bouchaïd devenait de fait un vecteur possible pour capter de nouveaux éléments mais aussi et surtout un moyen d'approcher ou de faire sortir de son trou le noble qui était pour sûre épris d'elle...

Malik soupira face à l'idée qui lui venait en tête... Faire de la jeune femme un appât... Sa vie n'avait que peu d'importance à ses yeux en réalité et pourtant... Protéger les innocents n'étaient ils pas une mission que s'imposait le culte de "Celui qu'on ne voit pas" de part ces actions ? Le jeune homme qui avait perdu Yasmina par sa faiblesse, n'avait il pas une chance ici de sauver la vie de Assia si on venait à s'en prendre à elle pour approcher Bouchaïd ?
Il n'était pas un héros, ni même une bonne personne... Sa vie était dicté par le crédo, le bien et le mal étant des notions abstraites pour lui qui connaissait le prix de la vie... Un sacrifié pour en sauver dix... Un maigre prix à payer quand on servait le culte.


*J'ai encore du temps avant le potentiel départ de l'expédition vers les ruines... Surveillons Assia cette nuit jusqu'à son domicile juste au cas où... Si rien ne se passe... Alors il sera temps de tenter une approche plus direct à l'encontre de Bouchaïd. Je pourrais être une solution face à la personne qui cherche à le tuer. De plus avec ces relations et ces connaissances, Bouchaïd pourrait se montrer bien plus utile que la simple lecture d'un parchemin dans ma recherche de l'immonde Jaffar.*

Ainsi l'assassin avait fait le choix de patienter dans les horizons, attendant le couvert de la nuit pour s'installer sur les toits jonchant les rues autour du Voile du désert, en attendant la fin de service de Assia qui comme toutes les femmes travaillant ici, useraient sans doute d'une autre sortie par souci de sécurité que celle utilisé par les clients. Les femmes savaient éveiller chez les hommes les pires instincts qui pouvaient sommeiller en eux parfois...
Suivre Assia dans le but d'assurer sa sécurité à l'encontre d'une potentiel attaque de l'assassin de Bouchaïd était une idée hasardeuse mais qui pouvait porter ces fruits si il venait à sauver la vie de la jeune femme où un interroger son potentiel agresseur.
Cette nuit allait le dire...
Malik Sir'Hu, Voie du meurtre
Profil: For 9 | End 8 | Hab 11 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... lik_sir_hu

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - RP
Messages : 1158
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par [MJ] Le Djinn »

Trouver un coin tranquille pour attendre la tombée de la nuit ne fût pas la tâche la plus difficile de la journée. La construction de la ville, souvent anarchique, donnait de nombreux lieux dans lesquels se reposer en attendant que le regard de l'Unique se tourne de l'autre côté du monde. Les lampes à huile s'allumaient un peu partout dans les maisons riches des quartiers des marchands et le flot des travailleurs s'apaisait dans la cité à mesure que les classes besogneuses retournaient trouver la chaleur de leur foyer.
C'est donc au début de la nuit qui s'annonçait fraîche au bord de l'océan. Une brise marine caressait Dimashque et chassait l'écrasante chaleur de la journée. Les deux lunes ne tardèrent pas à faire leur apparition sur la voûte céleste, la lumière verdâtre de Morsslied, ou la Lune des Ténèbres, couvrant la ville d'une enveloppe maladive, inquiétante et propice au crime. Dans les différentes maisons de thé et autre établissement de divertissement, la soirée battait son plein avec ces riches hommes qui venaient dépenser leur or pour quelques secondes sur le même coussin qu'une beauté du désert. Il faudrait encore attendre un peu, une heure du matin sans doute, pour que l'établissement ferme ses portes et que les filles commencent à rentrer chez elle. Maintenant, Assia n'était pas de celles qui s'en allaient, sans doute parce qu'elle logeait dans l'établissement lui-même, comme les ombres qui se mouvaient à présent aux fenêtres des étages tendaient à le montrer. C'était sans doute plus pratique pour elle de vivre sur place, moins cher et plus sûr également. Cela faciliterait la tâche de Malik qui n'aurait pas à la suivre.

Le milieu de nuit ne devait pas s'avérer très palpitant. Un chien aboya dans le lointain, effrayant quelques dromadaires, sans plus. Un bourdonnement sourd naissait depuis les quartiers d'habitations, ce qui signifiait sans doute une petite échauffourée entre voisins, mais rien qui ne puisse troubler la quiétude de la ville plus de quelques minutes.
Non en réalité, cette soirée ne promettait rien de particulier. A part cette silhouette étrange, qui évoluait dans les ombres en contrebas du perchoir où Malik avait trouvé refuge.

Test secret.
Difficile d'identifier le sexe de l'individu ou ses habits exacts. Seule une silhouette noire se mouvait dans la rue, cachée par la noirceur de l'obscurité et esquivant les lumières rougeoyantes des dernières torches ardentes. Ce qui apparut bientôt, en revanche, c'était l'agilité de l'inconnu. Après être resté quelques secondes devant la maison de thé, il se lança sur une poutre apparente et se hissa à la force de ses deux bras dessus avant de se mettre contre le mur puis de sauter contre un rebord de fenêtre pour s'y hisser. Un tel exercice était très difficile pour quelqu'un d'inexpérimenté ou peu habitué aux entrainements physiques: cela n'avait rien d'habituel.

Il n'était pas encore entré dans le bâtiment mais ne tarderait pas à le faire par une fenêtre: les volets n'étaient pas fermés au deuxième étage et au rythme où il allait, il y serait dans moins d'une minute. Malik, situé sur le bâtiment d'en face, ne pourrait pas le rattraper sans y risquer quelques plumes. Il choisit donc une méthode plus sûre, quoique plus longue. L'assassin remonta la rue jusqu'à trouver là une échelle repérée un peu plus tôt, oubliée sans doute par un ouvrier distrait, qui donnait sur les toits du côté opposé au sien. Y grimper ne fût rien de difficile et une fois arrivée au sommet, les habitations étant quasiment reliées entre elles il devenait aisé de les traverser jusqu'à la maison de thé. Le bâtiment n'ayant que deux étages, sans compter le rez-de-chaussée, il ne restait qu'à ouvrir la trappe qui se trouvait sur le toit pour arriver au même endroit que l'inconnu vu plus tôt.

Souple comme un chat, Malik pénétra dans le bâtiment plongé dans une obscurité totale. Il ne pouvait plus se fier à sa vue pour se diriger à présent, il faudrait faire sans. Il tendit ainsi l'oreille...

Test de perception: 20, échec critique.
Il n'entendait rien. Juste le silence nocturne et le craquement du bois qui travaillait durant la nuit. Une douce lueur lunaire finit par s'échapper depuis la trappe entrouverte, mais rien qui pouvait l'aider. Il se trouvait dans un couloir, entouré de nombreuses portes qui menaient pour la plupart, sans doute, à des chambres. Impossible pourtant de dire où sa cible était passée. Il devait trouver une solution.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Malik Sir'Hu
PJ
Messages : 23

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par Malik Sir'Hu »

Depuis son perchoir, l'assassin resta concentré, laissant son esprit vaguer aux diverses activités de la ville qui venait divertir sa longue mais tranquille surveillance. Le visage encapuchonné, observant les allers et venues au sein du Voile du Désert, l'ambiance des lieux était calme et festive, les clients les bourses pleine d'or allant et venant dans le but de passer quelques instants gracieux avec les roses du désert y travaillant.
Sous le couvert des ombres, les lunes et les étoiles décorant la voute céleste d'Arabie, l'activité et la population au sein des rues de la cité savante se fit plus calme et plus rare, laissant pour seul compagnon à l'assassin la caresse du vent, son ouïe simplement perturbé par les aboiements de chiens errants ou encore de quelques disputes de voisinage sans importance. Le membre du culte de "Celui qu'on ne voit pas" avait ainsi misé de son précieux temps sur la possibilité que la gracieuse Assia pouvait courir un risque quand à l'étroite relation de confiance qu'elle pouvait avoir avec Bouchaïde. Servant ici de potentiel appât, l'Hashashin avait espéré que l'assassin qui avait tenté de s'en prendre au noble aux nombreux ennemis ne cherche à approcher à nouveau sa cible cette fois ci par le biais d'une connaissance comme Assia qui, de part ces activités, son intelligence et les secrets qu'elle savait obtenir avec ces charmes, sauraient être un atout important pour faire sortir Bouchaïd de sa cachette.

Si les minutes et les heures se laissèrent à défiler sans le moindre incident et ce jusqu'à la fermeture du Voile du Désert sans qu'il ne puisse apercevoir Assia signe qu'elle avait sa propre chambre dans l'édifice, ce fut au milieu de la nuit, sous la fraicheur amené par la brise marine qu'une ombre se mouva dans les ténèbres. Silhouette encapuchonné dont la taille et le gabarie ne permettait pas d'en connaître le sexe, se faufilant aux abords de la maison de thé, en observant la structure, avant de s'élancer avec grâce et force sur celui ci à l'aide d'une poutre en bois et ainsi pouvoir commencer l'ascension du bâtiment dont une fenêtre du deuxième étage pouvait servir de point d'entrée.

Si Malik avait visé juste en s'assurant de surveiller les lieux pour retrouver la trace de l'assassin qui s'en était prit à Bouchaïd, il fut troublé par la dextérité de la silhouette qu'il continuait à observer au loin... Ces mouvements... Semblait presque similaire à ceux de l'Hashashin... Malik qui avait pensé pouvoir tomber sur un amateur semblait être en présence d'un assassin peut être plus minutieux et plus talentueux qu'on aurait pu le croire.
Se levant, déployant ses bras sur les cotés, il se laissa alors à basculer en avant dans le vide, chutant jusqu'à atterrir dans une charrette pleine de paille l'aidant à amortir sa chute. Remontant la rue, il garda ses distances avec la maison de thé, cherchant un point d'accès plus simple que celui emprunté par l'homme ou la femme en noir.
Usant d'une échelle utilisé par quelques artisans ayant sans doute passé la journée à retaper la façade d'un bâtiment, il se retrouva à nouveau sur les hauteurs de la ville, inspirant un grand coup avant de s'élancer de toit en toit, sautillant entre les différents espaces faisant la jonction entre les habitations, jusqu'à finalement se retrouver sur le toit du Voile du Désert, une trappe d'accès donnant sur l'intérieur du bâtiment que Malik emprunta pour y plonger et se retrouver au cœur de l'obscurité.

Au milieu d'un couloir jonché ici et là de portes devant donner sur différentes chambrés, l'assassin se retrouva alors privé de la vue, sans plus aucun visuel de la silhouette qu'il avait cherché à suivre. Plongé dans un silence aussi inquiétant que morbide alors qu'une lame pouvait sortir à tout instant des ténèbres, il enfila le masque qu'il avait de fixé sous sa tunique, celui ci permettant de cacher son identité au cas où il venait à être découvert ici. La discrétion était la clé de la survie de tout bon assassin. S'armant également d'une dague de jet, il ferma alors les yeux, concentrant son sens de l’ouïe, ici son plus fidèle allié alors qu'il allait pouvoir vérifier si les enseignements de Al Mualim son maître allait porter leurs fruits.
Ignorant où était la chambre de Assia, Malik n'eut d'autre choix de coller son oreille porte après porte dans le but d'écouter un potentiel interrogatoire ou autre bruit étrange pouvant lui permettre de retrouver la trace de la personne qui avait pénétré avec tant d'aisance dans le bâtiment et qui sans l'ombre d'un doute était également en quête de la belle rose géographe.

► Afficher le texte
Malik Sir'Hu, Voie du meurtre
Profil: For 9 | End 8 | Hab 11 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... lik_sir_hu

Répondre

Retourner vers « Arabie »