[Cedrec Wartz & Medenor] Il pleut toujours sur la ville.

Marienburg est le plus grand de tous les ports du Vieux Monde. Située à l’embouchure du fleuve, la ville est un énorme centre de commerce. Le Reik est ici un fleuve énorme, mesurant plus d’un kilomètre et demi d’une berge à l’autre. Marienburg est une cité indépendante (sans lien avec l’Empire), située au sein des Wastelands. c’est aussi le centre de l’activité religieuse du Culte de Manaan, le Dieu de la Mer.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Galrauch
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - Animation
Messages : 100
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.php?id=mj_galrauch

[Cedrec Wartz & Medenor] Il pleut toujours sur la ville.

Message par [MJ] Galrauch » 04 sept. 2018, 21:22

Musique d'ambiance
Image

La pluie froide de Brauzeit commençait à se faire sentir, ça vous glaçait les os. Dans une cité cosmopolite comme Marienburg, toute personne pouvait trouver un endroit pour se réchauffer. Que ce soit sous les genoux d’une femme de basse morale ou au bord du feu d’une auberge qui sentait le poisson. L’un n’empêchait pas souvent l’autre cela dit. Depuis les dernières semaines, la ville semblait plus terne, c’était fort probablement la cause du retour de l’hiver disait les plus érudits du lot. Mais pour le commun des mortels, ceux qui se brisent le dos à décharger bateau après bateau, pour eux c’était un mauvais signe. Un mauvais augure, quelque chose de terrible se rapprochait de la cité. Les quelques diseuses de bonne aventure faisaient attention à leurs prédictions afin de ne pas enflammer une populace déjà sur les nerfs.
La pluie tombait sur Marienburg et tout le monde ne rêvait que d’hiver.


Marchand depuis ce qui pouvait lui sembler une décennie, un homme, du moins sa forme nous rappelait un homme, mais pour ce qu’il en restait, un homme se dirigeait vers cette cité. Il avait en route eu mille rencontres plus tristes les unes que les autres. Des pieuvres des marais, des brigands, des incendies, et j’en passe. Depuis peu, il s’était entouré d’un groupe d’individu plus ténébreux les uns que les autres. Leur chef, Medenor, une carapace à l’allure humaine poussés par les murmures de la Ruine, prêchait la parole du Grand-Père pestiféré préféré de tous, Nurgh. Dans sa suite, des membres de la Loge occulte du Crachat Purulent, Rauschenbach, un magicien avec une soif de pouvoir que seul Nurgle pouvait étanchéifier. Suivi de près par le massif Furonculus, homme de main, pas le plus aiguisé du lot, mais tout de même dévoué. Fermant la marche, le bien malheureux Sigurd, leur guide malgré lui. Suivant un enlèvement de bandit de grand chemin, les dévots ont dû utiliser leurs bénédictions pour se libérer de leur joug. Témoin, le pauvre Sigurd ne put qu’observer la véritable nature de ces, jusqu’à maintenant ordinaire, clients. Depuis trois semaines, ils marchent tous ensemble à l’abri des regards indiscrets dans les Collines Déferlantes des Pays Perdus. Marienburg n’était pour eux qu’une halte, leur destination finale est encore loin. Suivant une vision de la Ruine, le seigneur Medenor et sa Loge effectuent un sombre pèlerinage vers le Moussillion, lieu de mille mystère et résident d’un artéfact putride de leur Dieu Abjecte. Pour l’instant, la simple vision de la cité indépendante était une bénédiction, un lieu de prolifération idéal pour infecter le monde entier.


D’un autre côté de la cité, dans les Suiddock, dans une petite auberge ne possédant qu’une seule chambre, un jeune homme, Cedrec Wartz, prenait son bain dans une minuscule bassine rouillée. L’eau froide lui rappelait le Reik se lequel il venait de passé la dernière semaine à vogué vers la ville. Dans son cas, ce n’était pas la cité qui l’intéressait, mais c’était plus la fuite qui le motivait. Pourchassé par des répurgateur de la capitale de l’empire, Altdorf. Il avait trouvé refuge à Marienburg. Depuis toujours, Cedrec s’était plus intéressé à la maladie qu’à la guérison des hommes. Pas dans un esprit mal intentionné, bien sûr, mais dans un esprit de contemplation. Chaque bubon qu’il rencontrait, il l’étudiait. Chaque furoncle, il le notait. L’amour du Grand-Père avait tranquillement commencé à se montrer sur lui, mais rien n’avait été concret. Jusqu’à…


Image
La loge occulte du Crachat Purulent avait trouvé refuge dans les souterrains de la cité. Évitant ainsi les patrouilles des chapeaux noirs, ces miliciens terrestres responsables de garder l’ordre public sur la terre ferme. Un confluent d’égouts pluviaux, fermé par un éboulement, une grille prise dans la rouille et une porte massive en fer. Plus haut, à une vingtaine de pieds du sol, un puisard offrait une légère lumière à l’endroit. Par contre, lors des pluies, ce chemin devenait une chute de rebut et un vecteur de maladie. Au centre d’un labyrinthe humide et tortueux, les membres de la loge se demandaient toujours ce qu’il allait faire du pauvre Sigurd.


Herr Wartz avait commencé à faire quelque travail ici et là pour Garst, cet homme à l’allure louche qui semblait bien connaître le monde interlope de la cité indépendante. Jusque là, tout semblait réglo, suivre les hommes d’expérience, transporter des boîtes, ne pas poser de questions, ce genre de boulot. Un jour alors qu’il devait effectuer un déplacement de marchandise par les égouts, Cedrec se retrouva attiré par un murmure. Il n’était pas effrayé, c’était une voix chaude et visqueuse qui l’appelait par son nom.



"Cedrec... "

Image

La voix venait d’une canalisation secondaire d’où s’écoulait un liquide à l’allure peu ragoutante.


"Cedrec…Warrtz..."


La voix l’attirait à une trentaine de mètres hors du canal principal. Le chemin devenait de plus en plus petit et Cedrec dut s’accroupir dans l’eau pour continuer son chemin. Une faible lueur émanait dans un espace ouvert devant lui. Les épaules frottaient sur les parois alors que pieds et mains étaient plongés dans le mélange liquide non homogène qui coulait à travers ses vêtements. L’odeur de corruption était palpable, même avec un foulard, le goût vous roulait dans la bouche.


Dans l’espace ouvert, une lueur phosphorescente illuminait la place d’une couleur verdâtre. Au centre de la pièce, trois îlots, ronds, positionnés en triangle, étaient entourés de ce mouvement d’eau impure. Au centre du triangle, un monticule de boue.



"Ceeedrec….."


L’homme du Reikland plongea les mains dans la substance odorante. L’appel était plus fort que tout ce qu’il n’avait jamais entendu. Les bras jusqu’au coude à creuser et à chercher l’inconnue. Jusqu’à ce qu’il ne sente un objet plus solide que les autres. Il croyait que c’était un ossement. Acéré. Long. Dur. Agrippant fermement la chose, il tira de toutes ses forces pour s’extirper du monticule odorant. La tension fut trop forte et lorsqu’il retira l’objet, il tomba de tout son long dans le liquide visqueux et un léger tremblement fit résonner la caverne. Un des murs s’écroula derrière lui.


La Loge occulte du Crachat Purulent terminait une messe afin de sanctifier leurs prochaines actions quand l’entrée du tunnel bloqué par un éboulis s’ouvrit d’un coup. Cedrec se releva doucement de la mare, dégoulinant de sécrétion et de selle liquide dans la lumière verdâtre de l’endroit. Tenant à la main un divin message envoyé de leur Dieu commun. Une longue et dangereuse dague suintante fabriquée d’ossement non humain. La lame, une colonne vertébrale fusionnée, le pommeau, un amoncellement hétéroclite d’éclat et d’os.


Image


C’est à cet instant que les regards de Cedrec et Medenor se croisèrent pour la première fois. L'un devant son assemblé plus qu'hérétique, l'autre au centre d'un symbole impie.
Les dons des dieux de la ruine aux citoyens du monde entier ne sont pas la douleur, la luxure, la corruption et la maladie,
mais bien le courage, la découverte, l'ambition et la résilience.

Voyez par vous même!

Avatar du membre
Medenor
PJ
Messages : 330
Lien fiche wiki : http://www.warforum-jdr.com/wiki-v2/dok ... he_medenor
Autres comptes : Ludwigheid Kraemer (PJ) ; [MJ] Ombre de la Mort
Localisation : Belgique
Contact :

Re: [Cedrec Wartz & Medenor] Il pleut toujours sur la ville.

Message par Medenor » 12 oct. 2018, 13:12

Tellement de possibilités dans cette cité. Mille voies de dissémination de Ses divins germes...

Medenor se déplaçait peu dans Marienburg depuis son arrivée. Quand il le fallait, c'était par les voies souterraines que lui et ses coreligionnaires déambulaient dans les divers quartiers de la ville. Parfois, leurs allées et venues requéraient de marcher à l'air libre, mais ils ne le faisaient qu'en dernier recours et toujours en prenant soin de cacher leur identité aux yeux indiscrets, qui lui semblaient pulluler dans cette métropole...
Image
Marienburg regorgeait de vie. Des gens d'horizons si divers et variés s'y côtoyaient, amenant avec eux tant de choses de leurs nations respectives. Medenor se délectait à l'idée de tous ces germes, toutes ces maladies dormantes qui pouvaient entrer et sortir d'une telle ville aux ramifications maritimes si développées. C'était d'ailleurs grâce à cette particularité que Medenor comptait entamer la prochaine étape de son pèlerinage sanctifié, vers Moussillon.
Le prêtre et ses fidèles n'avaient pas encore rencontrés d'autres cellules locales dédiées au Grand Père. Ils ne trouvèrent aucun indice, ne virent aucun signe dans les lieux qu'ils fréquentèrent ou visitèrent. Pour l'instant, il n'y avait qu'eux, ces trois servants du Père de toutes les Maladies et l'impérial Sigurd qui, bon gré malgré, n'avait pas d'autres choix que de suivre ceux qu'on pouvait désormais appeler ses ravisseurs.
Le prêtre officiait régulièrement des prières collectives et des petites messes destinées, pour l'instant, à son seul groupe. L'occasion pour ce dernier d'attiser l'ardeur de leur foi commune, d'attirer Son attention sur eux parmi la masse grouillante de la ville et, enfin, de discerner, lors de leurs états de transe, la marche à suivre pour la suite de leur périple religieux. Ce fut lors de l'une de ces liturgies impies que la rencontre se produisit. Que le mur s'écroula. Et que Cedrec fut "introduit" au culte de Nurgle dirigé par Medenor.
Medenor, Prêtre de Nurgle
Fiche: http://www.warforum-jdr.com/wiki-v2/dok ... he_medenor

FOR8 / END10 / HAB8 / CHAR11 -1(*) / INT11 / FOI8 / INI8 / ATT9 / PAR9 / TIR8 / NA1 / FOI10 / PV 65/65 (bonus inclus)

* Malus car mutation Plaines suitantes
Image
Image

Avatar du membre
Cedrec Wartz
PJ
Messages : 24

Re: [Cedrec Wartz & Medenor] Il pleut toujours sur la ville.

Message par Cedrec Wartz » 17 oct. 2018, 23:57

Cela faisait quelques semaines qu’il était arrivé et avait rencontré Garst, le lendemain de son arrivée. Ce dernier, selon ses dires, semblait avoir parlé de sa rencontre avec Cedrec à ses supérieurs, évoquant les atouts mis en avant lors de leur discussion qui lui avaient alors, sur le bateau, parus suffisamment pertinents pour éviter une petite baignade dans le Reik.

Ses supérieurs ne semblaient pas vraiment enthousiastes mais ils avaient décidés de lui laisser une chance, sous la responsabilité de Garst.

Lors de l’échange matinal, Garst lui indiqua ce qu’il attendait de Cedrec, à savoir les aider à faire transiter de la marchandise via les égouts. Cela nécessitait bien évidemment une discrétion absolue, tout manquement à ce principe laissant augurer des lendemains douloureux et sans doute définitifs.

Tout à sa joie, Cedrec avait accepté, il n’avait pas laissé Altdorf derrière lui et vive une nouvelle vie simplement pour refuser une offre qui, en plus de lui permettre de faire ses preuves, lui permettrait également de réaliser ses investigations. dans un but qu’il ne pourrait jamais avouer à Garst ou à quiconque.

Lors de ses premiers passages dans le monde du marché noir, il contemplait autour de lui, tentant d’apprendre les bonnes façons de faire, en toute discrétion et tout à fait géné par l’odeur nauséabonde qui les entourait. Selon Garst, des gardes étaient payés pour éviter de patrouiller dans les égouts lorsque Cedrec et ses collègues s’y trouvaient mais il pouvait toujours y avoir des perfectionnistes ou des personnes qui désiraient ignorer les ordres. Et c’était dans pour cela qu’il fallait à tout prix éviter de se faire remarquer notamment par des bruits incongrus.

Mais, au fil des semaines, le rôle de passeur lui convenait de moins en moins et il se savait surveillé par Garst et ses collègues, l’un histoire de voir ce qu’il fallait en dessous de ses possibles fanfaronnades sur le bateau et les autres pour être simplement certains qu’il ne s’agissait pas d’une taupe. Dans cette ambiance, il commençait à se méfier de tous ceux qui l’entourait, sentiment exacerbé par ses envies de recherches interdites qu’il ne pouvait mener à bien.


C’est dans cet état psychologique qu’il commença une nouvelle journée de travail, semblable à toutes les autres.

Une fois qu’il eut rejoint les autres, ils se dirigèrent vers les égouts et, encore une fois, la puanteur arriva au nez de Cedrec qui sentait son estomac se révolter à l’idée de devoir encore passer des heures dans cette odeur nauséabonde.

Il prit un paquet dont il ne savait et ne saurait jamais rien et commença à suivre les autres. Malheureusement, au bout de quelques pas, il sentit des hauts le coeur le gagner. Connaissait parfaitement ce qui allait suivre, il posa en urgence son paquet et s’approcha du bord où stagnait une eau écoeurante.

Laissant sortir son déjeuner, à savoir un poisson imbibé d’eau, qui lui avait été servi à l’auberge, il ne put s’empêcher de penser que ce poisson finalement, avait retrouvé l’eau. Même si ce n’était pas forcément de la manière attendue.

Plus faible, se sentant fiévreux, il reprit son paquet et continua son chemin, ou pour être exact, tenta de se repérer dans ce dédale, ses collègues d’infortune ayant autre chose à faire que de l’attendre.

Tandis qu’il avançait, sans même savoir si cela le menait vers la bonne direction ou non, il crut entendre une voix murmurer son nom.

“Baste, je suis perdu dans les égouts, personne ne va venir me chercher ici. Ni Garst, ni les autres. Je suis censé montrer ma valeur au bout de quelques jours, je suis définitvement perdu dans cet endroit agréable et absolument pas odorant.”


L’ignorant, il tenta de trouver un espace dans lequel il était déja venu, afin de se repérer. Mais les murs se ressemblant sans cesse, il ne fit que s’enfoncer au fur et à mesure dans ce dédale. Sa migraine empirait, sa fièvre également etil entendit à nouveau les voix.

“Ca y est … ma fièvre s’empare de mon esprit et me fait entendre des voix qui n’existent pas S’enfuir d’Altdorf … Partir jusqu’à Marienburg en évitant la garde … Chercher les informations dont j’ai besoin, ceux qui me ressemblent. Tout ça pour finir ici, terrassé par la fièvre, au milieu de cette puanteur, loin de la surface, pour transporter des caisses qui vaudront, pour Garst et les autres, infiniment le prix de ma vie et avec, comme summum, des voix invisibles m’interpellant.”

Le désespoir commençait à l’envahir et soudain, il éclata, commençant à hurler avec une violence qu’il n’aurait pas imaginé, au sein de ce dédale où il savait pertinemment que nul ne l’entendrait,.


“QUITTE A MOURIR ICI, AUTANT ÉCOUTER CES VOIX !”

Il prit sa caisse, machinalement, et suivit la voix, qui visiblement, semblait changer d’intensité selon s’il s’approchait ou non de là où elle désirait l’emmener.

Il arriva enfin à un endroit qui lui semblait identique et où la voix l’appelait “Cedrec ...Wartz”. Sa migraine lui vrillait le crâne et il aperçut des monticules peu ragoûtants, en forme de triangle, dans lequel se trouvait une sorte de monticule de boue. En temps normal, il se serait demandé qui aurait eu la stupidité de faire des patés de boue … si ce n’était pire, en
plein milieu des égouts. Mais là, il s’en fichait, il voulait juste que cette voix disparaisse et, il plongea la main dans le monticule du centre, ne pensant plus mais agissant automatiquement, comme une marionnette qu’il voyait plus jeune, chez les marchands d’Altdorf.

Et soudain, il sentit une surface dure, en plein milieu de la bouillasse qu’il remuait et qui faisait remonter des remugles écoeurants.
“On dirait un os. Suis-je devenu à ce point fou ? Tentant d’extriper un vieil os d’un monticule de boue et de matière fécale alors que je devrais essayer de sortir d’ici ? Ais-je à ce point perdu tout espoir de survivre après les risques que j’ai pris ?

Il se retint de vomir et réussit à faire le tour de la surface avec sa main puis parvint à la sortir, petit à petit, malgré une sorte de résistance farouche que lui imposait l’objet, visiblement peu désireux de sortir d’ici.

Cela accentua sa migraine et lorsqu’il parvint à la sortir, après y avoir mis tous ses efforts, son élan l’entraîna et il atterrit dans le liquide croupi qui entourait la pièce. Et son imagination lui avait fait entendre une sorte de tremblement.

Enfin, c’est ce qu’il croyait … jusqu’à ce qu’il vit le mur derrière lui s’écrouler, lui révélant … une chose qu’il n’aurait jamais cru voir.

“Je suis fou … je suis fou. C’est impossible ! IMPOSSIBLE !! Je ne peux pas trouver des cultistes aussi facilement, tomber sur un lieu secret … Comment ? Pourquoi ? “


Il contempla alors ce qu’il avait en main, une sorte de dague, taillée dans des ossements.

“Je trouve une sorte de lieu de culte.… et avec une arme à la main. Ils vont me tuer ou pire. C’est certain. Ils ne m’écouteront pas. Ile se moquent que je sois comme eux, que je souhaite les rejoindre. Mais qui me dit qu’ils prient celui que je veux servir.
Pas que cela change grand chose. Je savais que je mourrais ici, dans ces égouts. Seule la manière va changer. Et je suis prêt à défendre ma peau s’ils la veulent.”

Il se releva lentement, la dague en main et croisa alors le regard de celui qui les surplombait, attendant que ce dernier donne l’ordre de son exécution.
Cedrec Wartz, Voie du Serviteur de Nurgle
Profil: For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 10 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV /
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... drec_wartz


"Il n'y a qu'une seule chose qui me fait avancer sur cette voie :l'étude de Ses bienfaits."

Avatar du membre
[MJ] Galrauch
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - Animation
Messages : 100
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.php?id=mj_galrauch

Re: [Cedrec Wartz & Medenor] Il pleut toujours sur la ville.

Message par [MJ] Galrauch » 03 nov. 2018, 02:21

Musique d'ambiance

Les trois hommes, ou ce qu’il restait de leur humanité, scrutait chaque pouces carrées de cet individu qui semblait s'élever de ce monticule odorifique. Tout autour de lui, une lumière phosphorescente illuminait l’endroit. La lumière du soleil était filtré par de vieux vitraux en hauteur qui était depuis longtemps assaillit par maints microbes et algues cherchant le quelque peu de chaleur que leur offrait ce piédestal surplombant la pièces. L’odeur de renfermé était un doux parfum pour les membres de la loge du crachat purulent. Cette endroit était vivant et prospérait malgré tout espoir des gens qui demeurait au dessus.


Furonculus fut le premier du lot à se relever. D’un format impressionnant, il n’était pas le plus grand ni plus gros des hommes que Cedrec avait vue dans sa vie, mais dans la situation actuel il était le plus menaçant. Avec un mains sur le pommeau d’un gourdin à sa ceinture, l’autre pointait l’inconnue en lui faisant signe des doigts de venir vers lui. Il avançait tranquillement dans sa direction tout en lui disant des mots qu’il mâchait à moitié, montrant rapidement sont peu d’éducation.


Image“Allez peti’ viens-ici, ai pas peur, lâche ton arme et’chte frais pod’mal.” Voyons le peu de réaction de sa part, il sur encherit mais cette fois avec un ton plus nerveux. “Ch’t’ai dit d’laché ton arme!!” Furconculus se glissait dans l’embrasure de porte de fortune qui menait au nouveau sanctuaire.

En second, ce fut au tour de l’homme vêtu d’une longue toge verte n’ayant pas eux de lavage depuis surement plusieurs mois, si ce n’est pas quelques années. Il était un peu plus petit, mais non pas moins large d’épaule. Il cachait ses bras dans ses longues manches. Les mains surement en position de prière sous cet amas de tissu. Raushenbach lança un regard accusateur à Medenor, le troisième homme dans la pièce. Il dit d’une voix rauque mais précise le message suivant qui s’adressait à la fois à l'autre cultiste et à l’inconnue.

Image“Mon frère, mon frère, laisse cet homme en paix, tu vois bien qu’il semble perdu. Il est sûrement effrayé. Allez il ne nous fera aucun mal et lui non plus d’ailleurs, n’est-ce pas…. N’est-ce pas!?” Lança-t-il une deuxième fois, un peu plus fort en levant les sourcils en directions de ce jeune homme, l’invitant à la paix.

Furonculus s’était arrêté net sur son chemin et était maintenant pris entre les deux hommes. Il se déplaça pour libérer la porte mais resta dans ce nouvel endroit qui était malgré tout immensément paisible, si on était capable d'oublier les divers mares d’eau croupis, de monticules d’excrément encore humide et suintant et la moisissures qui se répandant sur les murs comme sur une vieille miche que l’on aurait oublié 3 semaines de trop derrière la boite à pain.


De son côté, Medenor, le diacre de la pestilence, observait la scène, mais observait aussi l’homme. Cet individu ne semblait pas dégouté par rien de ce qui se déroulait autour de lui, la chaleur d’un homme en quête d’amour et de connaissance. Un candidat presque idéal dans cette ville qui n’attend plus que leur venu.


Cedrec tenait l’arme dans ses mains à s’en rompre la peau, une douce chaleur émanait de ce ramassis d’ossement. La vision de cet homme dangereux presque contrôlé par le plus mystérieux des trois était terrifiante. Est-ce que c’était cet endroit si envoûtant qui avait attiré tous ces gens ici? Sur le sol, trois cercle en pierre formait un triangle équidistant, le signe du Grand-Père, et si c’était lui? Et si c’était lui qui avait attirer tout ces gens ensemble pour on ne sais quel raison?


Image
Les dons des dieux de la ruine aux citoyens du monde entier ne sont pas la douleur, la luxure, la corruption et la maladie,
mais bien le courage, la découverte, l'ambition et la résilience.

Voyez par vous même!

Avatar du membre
Cedrec Wartz
PJ
Messages : 24

Re: [Cedrec Wartz & Medenor] Il pleut toujours sur la ville.

Message par Cedrec Wartz » 12 nov. 2018, 20:50

L’irruption dans la salle n’était certainement pas prévue. Mais Cedrec émettait quelques doutes sur le fait que leur expliquer qu’il ne souhaitait pas les déranger ne serait pas très bien accueilli par les personnes présentes.

Il examina rapidement la pièce qui semblait … ancienne, suffisamment en tout cas pour sentir une odeur gênante de renfermé. Il remarqua également, avec une certaine surprise, la présence de lumière dont il ne connaissait pas la provenance, de certains vitraux et surtout, un peu plus éloigné, une sorte de triangle constitué de quelques pierres. Cela avait peut-être une signification mais pour le moment, c’était le cadet des soucis de Cedrec, contrairement aux personnes présentes et qu’il semblait avoir dérangé.

Alors qu’il observait ceux qui lui faisait face, l’un d’eux se releva, présentant ainsi sa stature particulièrement respectable. Dans d’autres circonstances, à la surface, Cedrec l’aurait pris sans aucun problème pour un docker ou peut-être l’un de ces gros bras dont on avait besoin pour les travaux salissants.

L’imposant personnage, une fois debout, pointa alors l’intrus du doigt p tout en approchant son autre main de sa ceinture, sans doute pour prendre une quelconque arme. Il fit alors des gestes que Cedrec mit un moment avant de reconnaître comme un signal pour s’approcher Le géant tenta de s’exprimer mais les mots n’étant que partiellement prononcés. Tentant de comprendre la phrase, Cedrec ne bougea pas.
Son absence de réaction ne semblait pas être adéquate vu que son vis-à vis s’emporta, lui répétant encore une fois des mots mâchés, dans lesquels il comprit le terme arme distinctement et une sorte de « lâcher », ou « lécher », à moins qu’il ne s’agisse d’un « laisser ». Il ne put réprimer un sursaut quand celui ayant tenté de lui parler avait brusquement haussé le ton.

Une arme … Mais quelle arme ? Dans sa surprise, Cedrec avait complètement oublié sa trouvaille, pourtant récente et qu’il tenait toujours à la main, si fort que ses jointures en étaient blanches. Il commença alors à réfléchir à la situation.

« Ils sont surpris. Et visiblement,celui qui m'interpelle semble effrayé. Ceci explique peut-être son comportement. Mais il est hors de question que je lâche mon arme car sinon … »

Son raisonnement fut interrompu par l’intervention d’un deuxième homme, vêtu d’une robe et qui semblait vouloir calmer la brute. Il était bien plus compréhensible que son comparse. Et lorsqu’il prit la parole, Cedrec comprit qu’il voulait apaiser la situation et lui laisser une chance de s’expliquer.

Faisant rapidement le tour des options qui s’offraient à lui, il sut parfaitement que le plus sage était de discuter. Tenter de fuir ne lui serait d’aucune aide, ces individus devant connaître mieux que lui ces égouts et dans le cas où il se faisait rattraper durant sa fuite, il risquait de faire connaissance avec le gourdin de la brute.

Il toussa un peu afin de s’éclaircir la voix, avant de commencer à répondre à celui qui l’avait interrogé, tout en maintenant un regard intrigué vers le troisième homme, qui n’avait pour le moment, esquissé aucun geste et prononcé aucune parole.


« Je vous remercie de me laisser m’exprimer et tenait avant tout à m’excuser pour vous avoir dérangé. Ceci, comme vous vous en doutez n’était nullement dans mes intentions.

Vous trouverez sans doute cela difficile à croire mais je viens à peine de trouver cette dague, et, au moment où elle fut saisie, le mur laissa place à votre salle. Si je n’avais pas peur de paraître fou, je dirais que l’ouverture et cette dague étaient liées, même si cela me paraît absurde et encore plus le fait que cette dague m’ait convoqué, comme si elle désirait que je la retrouve.
En parlant de cette dague, pardonnez-moi de la garder en main mais je n’ai malheureusement pas encore de fourreau pour cette dernière. »


Sur ces mots, il s’installa à terre et en tailleur, afin de montrer qu’il n’était pas une menace et ne tenterait pas de fuir, avant de reprendre, sur un ton un peu plus grave.

« Je me doute que j’ai découvert quelque chose que je n’aurais pas dû remarquer … Et soyons honnêtes, il n’y a aucune possibilité pour que je reparte avec un grand sourire simplement en m’excusant, j’en ai trop vu.
Suite à ça, il y a plusieurs solutions …

M’enfuir ? Quelle idée, vous connaissez sans aucun doute mieux ces lieux que moi et je serais soit perdu, soit mort. Dans l’hypothèse où je m’en sortirais, que pourrais-je dire à la garde, qu’il y a des personnes étranges dans les égouts ? Cela me porterait préjudice, voire m’enverrait dans les geôles de l’Inquisition. Et, aucun de ces destins ne m’enchante réellement.

Mourir pour en savoir trop ? Je ne suis pas un grand religieux de Sigmar et ses consorts mais, en général, ceux qui le prient le font dans les espaces consacrés, les rutilants temples de Marienburg à la surface. Peu de personnes se rencontreraient en secret dans les égouts, encore moins des personnes avec des bures de prêtre. Cela laisse donc la place à des religions moins … avouables. Alors qu’il n’y a rien de plus beau que l’amour d’un Père envers ses enfants. »


Sur ces mots il pose lentement la dague trouvée plus tôt à ses côtés et écartant ses mains vides devant les trois individus.

« Avec cette réflexion, mon corps devrait flotter dans les égouts. Mais il existe une troisième solution.
Celle qui conviendrait à tous, du moins dans mon esprit.
Vous rejoindre. Tout enfant devrait rejoindre et obéir à son Père, lui rendre honneur. Et le fait que cette dague, comme évoqué auparavant m’ait appelé, est plus qu’un simple hasard. Il s’agit d’un appel d’un Père souhaitant que l’un de ses fils le rejoigne et le serve. Mais comment lui rendre honneur correctement si je n’ai aucune information à ce sujet ?

Je souhaiterais vous rejoindre, mais c’est à vous d’accepter ou non cette décision. »


Sa tirade finie, son épée toujours dans son fourreau, la dague à ses côtés, il attendit la décision. Celle de sa rédemption … ou de son exécution.
Cedrec Wartz, Voie du Serviteur de Nurgle
Profil: For 9 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 10 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV /
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... drec_wartz


"Il n'y a qu'une seule chose qui me fait avancer sur cette voie :l'étude de Ses bienfaits."

Répondre

Retourner vers « Marienburg »