[Garil Jottunsfind] Le jeune entrepreneur

Nuln est la seconde ville de l’Empire et du Reikland. Nuln centralise tout le commerce du sud, c’est là que convergent les voyageurs du Wissenland, du Stirland, d’Averland et des régions plus à l’est. Nuln est le siège de l’Ecole Impériale d’Artillerie, où les canons sont fondus et où les artilleurs apprennent la balistique. Ils y étudient les nombreux problèmes pratiques liés au déplacement et à la mise en œuvre des pièces d’artillerie. Grâce à leurs efforts, l’Empire bénéficie d’un vaste et efficace corps d’artillerie, de loin supérieur à tous ceux des pays frontaliers.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
Garil
PJ
Messages : 7
Profil : FOR 9 / END 10 / HAB 7 / CHAR 8 / INT 8 / INI 6 / ATT 10 / PAR 9/ TIR 8/ NA 1/ PV 70 (bonus inclus)
Localisation : Nuln, Wissenland

[Garil Jottunsfind] Le jeune entrepreneur

Message par Garil »

<< Es-tu sûr de vouloir aller de par le monde ? >>
Cette simple question raisonna sur les pavés comme dans la tête de Garil. C'est la dernière que lui avait posé son oncle. Tout ce qu'il avait toujours connu se trouvait réuni en un même point, à Nuln. Quitter cette cité revenait quelque part à se priver d'une partie de son identité pour en regagner une autre : Celle de ses ancêtres, de son clan. Pour l'instant, son lien avec ses aîeux se résumait à un nom : << Dokril >>. Un mot qui correspondait une adresse à laquelle il pourrait trouver tout le secours nécessaire selon son oncle Jotunn.
Pendant que le jeune Dawi organisait ses pensées, ses pieds le menèrent à la Reik Platz. Garil savait qu'il s'agissait là de sa meilleure chance de trouver des personnes en partance pour Karak Norn et peut-être un emploi. Comme il le prévoyait, la place était bondée par ceux qui cherchaient et ceux qui donnaient des emplois. Garil connaissait bien cet endroit : un grand orme tronaît au milieu de celle-ci, tel un seigneur régnant sur ses sujets. Tout autour grouillait un nombre impressionnant de pauvres hères cherchant à gagner leur pitance. Garil avait souvent été parmi eux, cherchant de menus travaux quand il n'était pas occupé à aider son oncle. Celui-ci l'avait toujours encouragé à ne pas rester cloitré dans son atelier : << Un Dawi qui ne travaille pas est un Dawi mort >>
Le jeune nain n'était donc pas étonné d'apercevoir des visages connus et quelques signes de mains.Totalement au point sur démarche à suivre, Garil se dirigea droit vers un chariot. Il s'adressa au conducteur qui donnait à manger à son cheval :
<<
Hé Cocher ! Est-ce que tu as des caisses vides aujourd'hui ?
L'autre, nullement surpris par la demande répondit : Oui, j'viens de décharger. Mais prends-en une au fond, dans celles qui ne valent plus grand chose. >>
En vieil habitué, Garil fit le tour du véhicule. D'un bond, il alla s'aggriper au montant. Ce transport n'était vraiment pas fait pour les nains. De plus, Garil était particulièrement petit, même comparé à ses semblables. Une caisse ne serait donc de trop pour être vu sur une place bondée. Une fois qu'il réussit à se caller, le jeune nain attrapa une caisse qui ne lui paraissait pas trop branlante.
Personne ne s'écarta pour laisser passer ce drôle de petit bonhomme qui portait une caisse à bout de bras. Garil ne se gêna donc pas pour décocher un coup de pied ou donner du coude : il aimait bien les Umgis mais ils étaient très empôtés.
S'écartant de la foule, le nain trouva enfin où poser son estrade improvisée. Le jeune nain s'étira et grommela un bon coup, comme pour se préparer à une performance sportive. Garil savait très bien que s'il voulait attirer l'attention, il devait compenser sa modeste taille par une voix puissante :
<<
Bien le bonjour messieurs ! Vous cherchez à vous rendre dans les montagnes grises et vous avez besoin d'un guide ? De quelqu'un de costaud sur qui compter ? Vous pouvez faire appel à moi ! >>
Garil ne connaissait pas vraiment les montagnes grises mais cela pouvait marcher sur un malentendu. Il serait toujours plus à même de s'orienter en montagne qu'un humain.
Garil Jottunsfind,
Apprenti mineur

Profil : For 9 | End 10 | Hab 7 | Cha 8 | Int 8 | Ini 6 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 70/70

Avatar du membre
Garil
PJ
Messages : 7
Profil : FOR 9 / END 10 / HAB 7 / CHAR 8 / INT 8 / INI 6 / ATT 10 / PAR 9/ TIR 8/ NA 1/ PV 70 (bonus inclus)
Localisation : Nuln, Wissenland

Re: [Garil Jottunsfind] Le jeune entrepreneur

Message par Garil »

Le jeune nain avait toujours été doué pour attirer l'attention. Très concentré sur sa performance démargeage, il fut satisfait de voir que celle-ci portait ses fruits. Tout d'abord, seuls des enfants et quelques journaliers lui prêtèrent attention. L'oeil perçant de Garil remarqua cet homme qui venait de s'arrêter pour mieux écouter. Le Dawi ne parvint qu'à distinguer son dos dans la foule mais il en tira néanmoins quelques informations : Son visage était dissimulé par un chapeau. Le couvre-chef à larges bords était d'un bleu fatigué mais ceint d'une bande de tissus visiblement neuve. Celle-ci avait dû être changée récemment. Les cheveux roux et bouclés de l'étranger laissaient deviner sa grande tête, vissée sur un large cou. L'homme était grand et large d'épaules, ce qui ne l'empêchait pas d'être bien enveloppé dans une large cape en fourrure.
Garil y reconnu celle d'un ours, un mâle de grande taille. D'autres détails attirèrent son attention : les plumes de son chapeau ne semblaient pas appartenir à la parrure terne des oiseaux du Wissenland mais lui semblaient au contraire très colorées. Dans l'épaisse chevelure de l'homme, quelque chose brillait d'un bel éclat. De ce que Garil pouvait en voir, il s'agissait probablement d'un boucle d'oreille en bronze.
Lorsque l'homme se retourna, de grands yeux bleus assez expressifs dévisagèrent le nain. Garil avait ferré son poisson et ne comptait pas le lâcher. Il continua donc de vanter ses capacités. Ce n'est pas l'étranger qui vint lui parler mais un homme plus petit qui l'accompagnait :
<<
Vous avez bien dit Karak Norn ?
Garil s'interrompit brusquement pour lui répondre : C'est bien ce que j'ai dit.
- Nous cherchons quelqu'un parlant la langue des nains et capable de nous guider dans les montagnes.
- Je peux faire ça.
- Bien, bien. Je m'appelle Léonard Weichselbraun. Mon frère Matthias et moi-même, ainsi que notre compagnie, souhaitons nous rendre dans les montagnes pour y faire commerce de denrées alimentaires avec les nains.
Garil sauta de sa caisse et tendit la main à son nouvel employeur : Garil Jotunnsfind, je suis votre nain. >>

Garil rentra chez son oncle pour le souper. Il avait passé une partie de l'après-midi à discuter avec Léonard et Matthias Weichselbraun. Matthias n'avait pas déccroché un mot mais il écoutait attentivement. De ce qu'en avait compris Garil, il était le chef du groupe de marchands avec qui il ferait la route. C'était donc avec Léonard que Garil avait conclu son accord :
Le jeune nain fit passer une tranche de pain à son oncle Jotunn : << Et donc ces marchands veulent vendre des céréales au roi Brokk Picdefer ?
- C'est ce qu'ils ont dit.
- Et ils te payent combien pour ça ?
- 35 sous par jour jusqu'à ce que l'on arrive et un pièce d'argent pour la traduction à Karak Norn.
- Ca me paraît honnête.
- Nous partons demain matin, tôt. J'ai déjà préparé mes affaires. >>

Jotunn ne répondit pas. Il fronça presque imperceptiblement les sourcils, expression que Garil connaissait bien. Même s'il l'acceptait, Garil savait qu'évoquer son départ crispait toujours son oncle. Le jeune nain se coucha de bonne heure : demain, un longue route l'attendait.
Garil Jottunsfind,
Apprenti mineur

Profil : For 9 | End 10 | Hab 7 | Cha 8 | Int 8 | Ini 6 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 70/70

Avatar du membre
Garil
PJ
Messages : 7
Profil : FOR 9 / END 10 / HAB 7 / CHAR 8 / INT 8 / INI 6 / ATT 10 / PAR 9/ TIR 8/ NA 1/ PV 70 (bonus inclus)
Localisation : Nuln, Wissenland

Re: [Garil Jottunsfind] Le jeune entrepreneur

Message par Garil »

Il était si tôt que la brume matinale ne s'était pas encore totalement dissipée. Garil allait d'un bon pas vers la porte sud où l'attendaient le groupe de ses nouveaux employeurs. Il n'avait pris sur lui que le strict nécessaire : un sac de couchage, une boîte d'amadou, une longue corde, des rations de survie. A son sac, il avait réussi à attacher la lourde pioche donnée par son oncle. Ce lourd instrument tout en acier avait appartenu à son père avant lui. Selon les dires de son oncle, elle avait surement voyagé dans tout le Karaz Ankor. Garil aimait bien cette pioche : elle trônait auparavant dans la salle à manger, suspendue en haut de la cheminée. Le jeune nain l'avait longtemps observé en se disant qu'elle lui appartiendrait un jour.
Passer par le Faulestadt de Nuln ne réjouissait guère le jeune nain : l'endroit tenait plus du dépotoir par l'odeur et tout y était dégradé. Le progrès industriel des Umgis s'accompagnait par l'établissement de ces lieux mal-famés. Garil savait très bien que les ouvriers du métal l'avait remarqué. Il préféra s'amuser de leurs regards menaçants. On en disait assez sur les nains pour savoir que malgré leur taille, ils étaient de sacrés bagarreurs.
Le Dawi avalait les pavés car il avait hâte de partir et de découvrir le monde : Nuln et les quelques amis qu'il s'y était fait allaient lui manquer mais il savait que sa place n'était pas ici. Garil pensa aussi à Grungni, le père des nains. Il était sûr que le dieu le guidait vers le bon chemin, ce qui ne l'empêcha de lui adresser une courte prière silencieuse. Malgré l'éloignement des montagnes, les nains de l'empire n'avaient pas oublié les grands ancêtres et les divinités tutélaires. Lorsqu'il arriverait à Karak Norn, Garil se promit de chercher le temple.
Lorsqu'il redressa un peu la tête, le jeune nain aperçut enfin les portes de Nuln. Cela lui donna du courage et il redoubla dans pas. Le souvenir tout frais de ses adieux à son oncle et à sa famille adoptives lui revenait déjà. Il ne préférait pas trop y penser : Jotunn lui avait tout donné si ce n'est tout et lui aurait même appris son métier. Mais Garil savait que seuls ses fils naturels auraient hérité. Lui, n'était qu'un lointain neveu. Le vieux nain lui avait tout de même donné quelques économies pour sa nouvelle vie : 6 couronnes dorées soigneusement dissimulées dans la doublure de sa cape. C'était un bon départ et une fois qu'il aurait appris le métier, il serait à l'abri du besoin.
Une voix le tira de ses pensées : <<
Bien le bonjour Monsieur Garil ! Nous sommes ici ! Vous partagerez bien notre pain ! >>
C'était Léonard : Garil ne s'était même pas rendu compte qu'il avait dépassé la porte de quelques mètres, tout à ses pensées. Il se tourna pour mieux considérer le marchand : Léonard était tout aussi roux et tout aussi bouclé que son frère mais c'était bien là leur seuls traits communs. Plus petit et moins trapu, il était aussi plus jeune. Léonard était d'un naturel joyeux, très bavard. Néanmoins, il donnait l'impression à Garil de mener la barque là où il le voulait :
<<
Merci Monsieur Léonard. Quand partons nous ?
- D'ici peu, une longue route nous attend. Nous espérons bien être assez rapides pour dormir dans les murs d'une bourgade cette nuit. >>
Mathias, assis sur un banc de fortune, attendait qu'un petit bout de femme lui serve une espèce de bouillon. L'adolescente aux cheveux noirs semblait en charge d'une marmite bien plus grande qu'elle. Les autres hommes de la caravane portaient des vêtements simples et le nain supposa qu'il s'agissait de sous-fifres. Un homme assis de l'autre côté du feu attira néanmoins son attention : il s'agissait d'un estalien équipé d'une armure légère. L'homme avait apporté un certain soin à son apparence. Un mercenaire, probablement. Lorsqu'il vit le nain, celui-ci lui sourit mais ne dit rien. Mathias grogna en voyant Garil, ce que celui-ci interpréta comme une politesse matinale. Léonard continua de monologuer :
<<
Voilà donc le dernier membre de notre fine équipe ! Je vous présente Garil Jotunnsfind qui sera, en quelques sortes, notre clé d'entrée chez nos amis des montagnes. Garil, vous connaissez déjà notre chef, mon cher frère Matthias. Le farouche guerrier que voilà se nomme Emilio. C'est lui qui s'occupe d'éloigner les menaces à la force de son épée. Mila est notre aide de camp... Mila ? Dépêche toi de donner du gruau à notre ami avant qu'il ne meurt de faim !
- Je fais ce que je peux, c'est chaud. Fit l'adolescente d'une voix monotone. Tenez Monsieur Garil, faites attention de ne pas vous brûler.
- Toujours aussi impertinente à ce que je vois. Poursuivit Léonard. Nous sommes aussi accompagné de ... >>
Garil vit la jeune fille contrariée mais elle ne broncha pas. Même si les affaires de ces Umgis entre eux ne le regardait pas, le jeune nain aller devoir vivre avec eux pendant quelques temps. Mieux vallait apprendre à connaître ses nouveaux compagnons de route.
Une fois le repas terminé, le convoi s'organisa rapidement. L'Estalien menait le convoi, monté sur un robuste destrier. Trois grands chariots le suivaient dont deux remplis de grains. Le troisième servait à stocker le matériel utile au voyage. La plupart des serviteurs étaient armés de manière assez rudimentaire avec des haches et des piques à l’exception du cuisine, un ancien soldat qui disposait d'une lourde et vieille arbalète. Le nain choisit de voyager dans le dernier chariot. Il ne voyait pas où ils allaient mais cela lui permit de voir une dernière fois Nuln et sa fumée.
Le premier objectif de la caravane était d'atteindre Pfeirdorf pour ensuite continuer à descendre vers Kazid Grimmaz, puis vers Karak Norn. Garil avait également compris que Matthias souhaitait également pousser jusqu'à Karak Zifflin, afin de conclure autant de autant d'accords que possible. Les Weichselbraun étaient une famille de riches paysans du Reikland : le frère aîné de Matthias et Léonard gérait les terres familiales. Celui-ci souhaitait diversifier les activités de la famille et se lancer dans le négoce. Il envoyait ses frères en quête de nouvelles opportunités commerciales.
Matthias et Léonard avaient donc beaucoup voyagé dans l'empire et dans les autres nations humaines et semblaient parfaitement savoir où ils allaient. Garil tira toutes ses informations en écoutant attentivement Léonard, tandis que Mila et le cuisinier finissaient de ranger les provisions achetées à Nuln.

Le convoi suivait scrupuleusement les affluents du Reik et le voyage en était bien monotone. Il fallut un moment avant que Nuln ne disparaisse à l'horizon.


(La suite de l'aventure dans le Wissenland par ici)
Garil Jottunsfind,
Apprenti mineur

Profil : For 9 | End 10 | Hab 7 | Cha 8 | Int 8 | Ini 6 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 70/70

Répondre

Retourner vers « Nuln »