[Raël Khem] La Nuit au Musée

L’Empereur Karl Franz siège à Altdorf, capitale impériale depuis. Altdorf est un carrefour du savoir et son université est l’institution académique la plus respectée de tout l’Empire. Là, les seigneurs et les princes de nombreux pays viennent s’asseoir aux pieds des plus grands penseurs du Vieux Monde. Altdorf est aussi le centre du savoir magique et ses huit collèges de magie sont fort justement réputés bien au-delà du Vieux Monde. Altdorf est une ville affairée, avec un nombre important d’étrangers, de commerçants et d’aventuriers. La cour impériale elle-même engendre une activité économique florissante, qui attire toutes sortes de gens.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 1040

[Raël Khem] La Nuit au Musée

Message par [MJ] Kriegsherr » 29 août 2019, 15:04

Curieusement, il n’avait pas été si difficile pour Raël Khem de convaincre Aducia Egwin de l’accompagner. Celle-ci dépendant directement d’Arenthil Celian, le seigneur elfe avait simplement ordonné à ses supérieurs de la laisser aller, parce qu’elle pourrait beaucoup apprendre aux côtés d’un combattant tel que le scythien. Egdwin elle-même était partagée. D’un côté, il était vrai que suivre quelqu’un comme Raël Khem, qui avait fait preuve d’une grande qualité, pouvait être très bénéfique sur le plan de l’enrichissement personnel, sans compter les liens qui se créeraient avec des humains. Mais, d’un autre côté, elle devait pour cela abandonner pour un temps le service « traditionnel » de sa nation, ce qui lui pesait. D’autant qu’elle n’était pas sûre des intentions de son nouveau mentor.

Le voyage jusqu’à Altdorf fut relativement rapide et se déroula sans incident notoire. A bord d’un vaisseau de la Confrérie du Phare, ils rejoignirent la capitale impériale en moins de deux semaines. A cette occasion, Aducia révéla une autre facette d’elle que Raël ne connaissait pas encore : elle s’avéra être un marin averti, discutant avec le capitaine ou l’équipage de tels ou tels sujets navals dont le combattant du Sud était peu au fait, et n’hésitant pas à mettre la main à la pâte pour aider lorsque cela était utile.

Dès le départ, notre héros put constater que sa nouvelle compagnonne de route était assez chargée. Aducia Egdwin avait pourtant peu d’effets personnels : une tenue de rechange, quelques accessoires et utilitaires divers, le tout tenant dans un simple sac à dos. Non, ce qui la chargeait tant, c’était son armement offensif et défensif. Elle apprit à Raël Khem qu’elle faisait partie des soldats professionnels de son pays, et non des conscrits, et qu’en tant que telle, elle avait appris à servir sur un navire, et à combattre en formation, en utilisant les armes emblématiques de son corps d’armée : la lance, l’épée, le bouclier et l’arc. Comme toutes les soldates avisées, elle avait également pris la précaution d’avoir sur elle une petite lame plus courte, au cas où.

Cela rendait un ensemble assez imposant lorsqu’elle le transportait intégralement sur elle. Vêtue d’une armure de mailles comportant quelques écailles et plaques légères par endroits, elle portait sa lance dans une main. A sa ceinture étaient visibles une épée longue et un petit couteau équilibré, ceint côté opposé. Sur son dos était accrochés successivement un arc et un carquois, puis son bouclier, puis son sac. L’ensemble était sans doute encombrant, mais, sans le sac, il constituait pourtant l’équipement standard de la garde maritime elfique en ordre de bataille. Même si elle paraissait frêle, Egwin était parfaitement capable des les porter et de les utiliser ensemble.

Comme tous ceux de sa fière race, l’uniforme d’Aducia était très voyant, aux couleurs de l’unité qu’elle servait, en l’occurrence bordeaux et nuances de gris clair. Il était par endroits brodés de glyphes dorés ou argentés, qui précisaient son allégeance exacte. Dans son sac, elle avait emmené sa cape et les habits matelassés que Raël lui avait déjà vu porter lorsqu’elle était venue le chercher dans sa tente, au cas où le besoin se ferait sentir d’être moins repérable.

Evidemment, la timide asur n’était pas restée passive durant tout le temps du voyage, mis à part les coups de main qu’elle donnait occasionnellement aux marins. Après tout, on l’avait autorisé à accompagner Raël Khem pour qu’elle se forme à ses côtés, pas pour voyager et voir du pays sans rien faire. Ce dernier étant un grand combattant, il s’entraînait régulièrement pour se maintenir en forme, tout comme Aducia, d’ailleurs. Elle avait beau être en détachement, elle restait une soldate des hauts-elfes. Khem fut peut-être surpris de voir que, elfe ou pas, l’entraînement était la clef de la condition physique, technique et mentale du combat, il n’y avait pas de secret !

C’est donc assez naturellement que ce qui devait arriver arriva. Sans que l’elfe n’ose le demander, il y eut des affrontements entre les deux compagnons. Lors de leurs passes d’armes sur le pont du navire, Raël put constater que les dires d’Arenthil Celian étaient vrais. Malgré son entraînement et son âge, certes très jeune pour une elfe, mais tout de même bien supérieur à celui de notre héros, Khem était bien meilleur qu’Aducia l’arme au poing. Sa maîtrise, sa technique, son instinct, son endurance et sa force étaient supérieurs. Oh, Aducia n’était pas une mauvaise combattante pour autant, elle était même sans doute supérieure à la grande majorité des hommes du rang impériaux, bretonniens ou même scythiens. Mais comparée à un individu hors du commun, un héros comme Raël Khem ou Arenthil Celian, elle était loin d’être à leur niveau. Cependant, son agilité se révéla supérieure à celle de Raël, de même que son pied marin, qui lui permit parfois de toucher son adversaire dans leurs duels en profitant notamment, un jour, d’une houle particulièrement forte qui ne semblait pas la déranger le moins du monde, mais handicapait grandement l’humain. Au tir également, elle était bien plus précise que son mentor, mais ce n’était guère étonnant, étant donné la grande polyvalence de son entraînement militaire et les qualités innées de sa race en la matière.

Ils débarquèrent donc à Altdorf une bonne douzaine de jours après avoir quitté L’Anguille. Raël Khem y était déjà passé, une fois, mais très rapidement, lors d’une simple escale entre Carroburg et Nuln. La ville était immense, grouillante de vie, éclatante de puissance, mais avec tous les à côté que cela supposait : la pauvreté, la crasse, les malfrats... Il ne semblait pas possible qu’il y ait quelque part une grandeur sans qu’elle ait sa contrepartie de misère.

Décrire la ville de façon objective serait trop long et présenterait somme toute bien peu d’intérêt. Après tout, seule comptait la perception qu’en avait notre héros. D’ailleurs, celui-ci put assez facilement repérer sa cible. Quelques questions lui indiquèrent que le fameux musée impérial d’Altdorf se situait dans un quartier appelé « Universität District », ce qui signifiait tout simplement le quartier de l’université, une sorte de grand lieu de réunion et de partage des savoirs et des connaissances.

Le « Musée Royal de l’Empire » de son nom officiel, faisait d’ailleurs étalage public de sa grande exposition temporaire sur les trésors du désert, que l’on pouvait admirer dans les heures d’ouverture pour une somme modique. Malheureusement, comme Raël le constata vite, dans lesdites heures d’ouverture, la foule était telle qu’il serait difficile de dérober discrètement ou de récupérer par la force quoi que ce soit. Des gardiens par dizaines canalisaient des centaines de badauds qui se pressaient devant les vitrines derrière lesquelles étaient exposés des objets divers de toutes tailles, dont une partie étaient effectivement Nehekhariens (le reste étant soit des faux, des fac-similés ou encore des objets d’origine plus récente ou d’autres cultures, comme les objets arabéens ou nomades du désert par exemple).

Il restait à définir une stratégie pour récupérer un maximum de trésors volés. Mais comment ? Seul ou avec l’aide d’Aducia uniquement, en admettant même qu’ils entrent et sortent sans se faire prendre, ils ne pourraient emporter qu’une toute petite fraction des trésors exposés. Par ailleurs, il n’était pas certain qu’Egdwin consente de bon cœur à commettre un acte illégal en plein cœur de l’Empire. De plus, certains trésors exposés avaient une grande valeur marchande, étant fait d’or, d’argent ou sertis de pierres précieuses. Cela attirerait sans doute les convoitises, mais impliquait aussi une sécurité renforcée, donc Raël Khem ne savait rien…

Comment allait-il s’y prendre ? Il avait encore du temps, plus de trois semaines avant la fin de l’exposition.

Je te laisse décrire ce que tu fais sur le bateau, où tu vas à Altdorf, ce que tu y fais, et éventuellement qui tu tentes de contacter dans Altdorf. Tu peux décrire les quartiers de la ville où tu vas vu par Raël si tu le souhaites. Par contre, j'aimerai savoir ce que tu dis à Aducia de ton projet.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2019 du Maudit de Ranald
Warfo Award 2019 du Maudit de Ranald
Messages : 275

Re: [Raël Khem] La Nuit au Musée

Message par Raël Khem » 01 sept. 2019, 19:41

Les salutations de l'Anguille furent déchirantes, du moins pour les marchands. Ceux-ci se félicitaient depuis la fin du tournoi de pouvoir pavaner ce champion, symbole de leur victoire, et de l'emmener à toutes les réceptions, le montrer comme un trophée à toute la noblesse qui ne le saluait qu'à reculons. Le départ du "poulain" comme certains l'appelaient se fit donc avec une certaine douleur, même s'il était inévitable et que chacun le savait. La Confrérie lui avait attribué une grande cabina privée de quatre places dans un navire direction Marienburg, de là il rentrerait dans une barque apte à naviguer sur les fleuves et atteindra Altdorf en deux temps, trois mouvements. Raël avait dit la veille à Aducia que si elle acceptait de venir elle devrait se présenter au bateau à huit heures du matin, peu avant le départ.

Et elle s'était présentée, en armes, vêtue de la tête aux pieds de son uniforme militaire et portant un lourd sac à dos. En la voyant monter sur le pont, Raël lui avait tendu la main.


-"Aducia, ça me fait plaisir que vous soyez venu!"

Droite comme un i, martiale dans son attitude, la jeune elfe commença un salut martial avec de se rattraper et de serrer la main tendue, un peu gênée.

-"C'est un honneur, messire Khem."

Son visage fin se voyait traversé par un très mince sourire, assez forcé d'ailleurs. C'est là que Raël constata l'épaisseur du barda elfique: des armes à n'en plus finir et de toutes les sortes, des vêtements supplémentaires, des provisions au-cas où, une armure complète aux couleurs rouges et grises. C'était très impressionnant à regarder et la dame faisait quelques envieuses parmi la foule en contrebas. Aucune autre réaction ne vint, forçant le Scythien à prendre les devants:

-"Je... Vais vous montrer notre chambre."

L'elfe haussa un sourcil.

-"Notre chambre?"

En effet la salle aménagée était une cale pour marins professionnels, contenant normalement quatre personnes, qui seraient relogées ailleurs pour ce trajet. Aducia et son nouveau supérieur partageraient donc une pièce de vie commune avec quatre lits cloués aux murs et des rangements bien suffisants pour deux personnes, même si la quantité d'affaires elfiques failli avoir raison de la place disponible. La représentante du Beau-Peuple était passée d'une gêne dissimulée à un masque d'impassibilité qu'elle conservait comme un pavois alors qu'elle prenait ses quartiers.
Il y avait peu à dire sur le bateau lui-même ou ses occupants. Un navire marchand avec des marins expérimentés qui faisaient régulièrement le trajet Anguille-Marienburg pour y livrer des cargaisons. De braves hommes prompts à suer au travail et à parler de tout et de rien avec leurs rares passagers. C'est auprès d'eux qu'Aducia passa la plupart de son temps durant les premiers jours, déjà parce que Raël était malade comme un chien et passait son temps par dessus le bastingage à vomir tout ce que son estomac pouvait contenir mais également car elle semblait simplement apprécier le fait d'être sur un bateau. Elle sautait de mât en mât, de cordage en cordage, glissant sur les lattes de bois comme sur un sol plat malgré le roulis. Les marins n'en croyaient pas leurs yeux. Et le pire étant qu'elle leur donnait des conseils, corrigeait leurs mouvements, faisait certaines tâches plus vite qu'eux et semblait connaître le bateau comme sa poche et dans les moindre recoins après une petite journée!

Le voyage jusqu'à Marienburg ne devait durer que sept jours. A quatrième l'état du Scythien commença à s'améliorer et il put à nouveau se balader sur le pont et prendre l'air sans y laisser la santé. Aducia ne tarda pas à venir lui demander avec une pointe de candeur s'il pouvait l'entrainer. Oui bien sûr elle était déjà formée aux bases, étant une soldate professionnelle, mais un guerrier de la trempe de son nouveau mentor avait forcément des choses à lui apprendre! Elle en prit pour son grade: sous-estimant son adversaire ou étant simplement surprise par leur différence de gabarit, à la première passe-d'armes elle en fût quitte pour une belle bosse sur le crâne. Passé la surprise, cependant, Egwin se montra bien plus pugnace et habile de ses armes, notamment à la lance. Elle était capable de mouvements fins et subtils, difficiles à parer et touchant souvent leur cible. Bien sûr pour un champion ces assauts étaient toujours prévisibles et mal préparés, cela dit un adversaire d'un niveau un peu plus faible y aurait laissé des plumes. Entre chaque combat le guerrier lui donnait des conseils:


-"Tout est une question de posture."

-"Tiens toi plus droite!"

-"Pied droit, pied gauche, on oublie pas les bases!."

-"Les jambes écartées, le poids du corps vers le bas."

-"Mets de l'engagement dans tes mouvements!"

Il faudrait du temps pour qu'elle s'améliore mais au bout d'une semaine quelques progrès étaient déjà visibles. La petite ne manquait ni de fougue, ni de détermination, deux valeurs indispensables pour un bon apprenti. Quand la houle était déchainée, en revanche, elle faisait montrer d'une capacité rare à tenir sur ses jambes là où même les hommes se tenaient où ils le pouvaient, espérant s'en tirer! Sans difficulté elle bondissait et frapper son opposant déstabilisé, mettant plusieurs fois Raël à terre sans véritable difficulté, preuve incontestable de son pied marin et de ses talents de guerrière. Elle ferait une fameuse garde maritime, c'était certain.
Si elle était une lionne lors des combats, Aducia gardait dans l'intimité un comportement très distant, presque froid. Elle ne se dévêtait jamais devant son compagnon ou lorsque celui-ci était dans les parages, préférant changer de vêtements là où elle ne serait pas vue. A vrai dire ce comportement, même si compréhensible, avait commencé par surprendre Khem: c'était une soldate, une professionnelle, sans doute avait-elle dû voir ses compagnons nus ou vice-versa, pourquoi donc tant de gêne? Et puis ce n'était pas pour son corps trop fin qu'il y avait de quoi se rincer l'œil!

Finalement après une semaine de voyage le port de Marienburg était enfin en vue! C'était tout juste si Raël n'avait pas embrassé la terre en descendant. Respirant enfin l'air (putride) du continent, il ne put s'empêcher de demander à son élève.


-"Comment fais-tu pour être aussi à l'aise en mer? Ca me dépasse!"

L'elfe tiqua sur le tutoiement auquel elle ne se faisait décidément pas mais répondit néanmoins.

-"J'ai passé plus de temps en mer que vous n'en avez vécu, messire Khem."

-"Oh."

Il y avait une petite journée à attendre avant d'embarquer pour Altdorf dans le second transport maritime, celui-ci levant l'ancre à la tombée de la nuit. Pour passer le temps les marins indiquèrent au duo une auberge qui accueillait le plus gros des voyageurs arabéens "Le Phare de Copher". Effectivement l'établissement était bâti dans un style du Sud, tout en arches colorées et en pierre blanche, à l'intérieur enfumé par les narguilés rapportés d'Arabie. En le voyant, d'ailleurs, entrer avec sa tenue noire et son khopesh, certains clients tournèrent le regard ou crachèrent à son passage. Le patron fût moins offensé par la présence d'un "rat du désert" dans sa boutique et leur demanda simplement ce qu'ils désiraient boire. Aducia, ne sachant pas ce qu'on buvait dans les terres du Sud, laissa Raël choisir pour deux.

-"Deux alcools de palme, forts."

Et ils furent apportés dans de petits verres, dans une poterie fine. Le Scythien se l'envoya cul-sec derrière la cravate, se remettant par la même occasion les idées en place. Egwin fixa cette boisson qu'elle ne connaissait pas avec un visage inexpressif puis se décida à imiter son mentor et à boire d'un trait. Son visage se décomposa immédiatement et elle se mit à tousser fort, très fort.

-"Aducia tu… Tu vas bien?"

-"Keuf... Oui.. J'ai été... Surprise..."

Raël éclata d'un rire franc auquel l'elfe au visage rougie opposa une moue. La journée se déroulerait bien.

Et rien de particulier ne fût à signaler durant le reste du trajet vers Altdorf. Le Reik était calme, les monstres absents ou suffisamment loin pour ne pas s'en prendre au navire. A vrai dire le voyage fût presque barbant, entre deux duels humain-elfe qui tournaient toujours à l'avantage du premier, la houle étant beaucoup plus faible sur une barque fluviale que sur une caravelle océanique.
Puis enfin après une autre petite semaine, après des arrêts à chaque village, la capitale de l'Empire était en vue!

Clairement la ville était immense, mais les deux associés la virent différemment. Aducia fronçait les sourcils en subissant les odeurs infectes des fosses et égouts humains. Des enfants jouaient dans la rivière et des pécheurs de poisson d'eau douce saluèrent la barque à son passage, les plus jeunes s'excitant en voyant une elfe! Comme à Marienburg les marins conseillèrent au duo une auberge des plus correctes, Le Chevalier-Troubadour, où ils pourraient poser leurs affaires et se délasser. L'objectif était clair aux yeux du Scythien: trouver le musée, visiter l'exposition et trouver un moyen de récupérer le maximum d'objets.
Et que cette collection était splendide ! Une foule énorme s’était déplacée pour admirer des sarcophages, des bijoux sacrés, des canopes sacrées contenant les restes d'animaux bénis ou de grands hommes du passé, armes, armures et nécessaire de vie des Nehekhariens de jadis. C'était comme à la maison quelque part, enfin chez soi!

Aducia elle-même se laissait prendre au jeu bien qu'elle prenait un peu de haut ces objets fabriqués avec des outils plus rudimentaires que ceux utilisés par son propre peuple. Comment de toute façon ne pas se laisser séduire par ces blocs d'or, ces rivières de nacre, de perles, de joyaux et d'argent? Même la noblesse alentours semblait envier leurs congénères de jadis pour pouvoir porter telles merveilles et vivre dans un tel confort. Pour autant Raël était plus qu'outré en sortant du musée. Pour chacun de ces artefacts des tombes avaient été pillées, du sang versé, parfois celui du peuple Scythien qui tentait de les défendre. Combien de morts injustes pour que ces gros hommes puissent admirer ces vestiges?


-"Il faudra revenir ce soir quand il y aura moins de monde, Aducia. Heureusement nous avons du temps, nous allons en avoir besoin..."

En priorité il faudrait récupérer les bijoux et artefacts de faible taille, par souci de practicité. Malheureusement les sarcorphages et les meubles seraient forcés de rester là quelques temps encore.
Avatar complet:
Image
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 14 | End 14 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 105/105
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 1040

Re: [Raël Khem] La Nuit au Musée

Message par [MJ] Kriegsherr » 05 sept. 2019, 18:49

Jusqu’ici, les explications fournies par Raël Khem sur son objectif n’étaient pas très claires pour Aducia Egdwin. Celle-ci était pourtant habituée à exécuter les ordres qu’on lui donnait sans discuter. A ce titre, elle suivait son mentor sans insister sur la question, mais tout de même, elle ne pouvait s’empêcher un froncement de sourcils et un pincement de lèvre gêné à chaque fois que le scythien mentionnait le sujet. Il fallait dire que notre héros n’avait guère été loquace, et s’était cantonné à une description vague laissant place à l’interprétation : « récupérer des objets volés à son peuple » en utilisant pour cela « des voies obscures ».

Ainsi, lorsqu’ils quittèrent le musée, l’elfe ne put réprimer une remarque, le visage interrogateur, sourcil levé, pointant du doigt un petit écriteau à l’entrée du bâtiment :


-Hum… Le musée risque d’être fermé ce soir, messire Khem.

Bien entendu, Khem ne savait pas lire ni écrire, et encore moins le reikspiel, il ne pouvait donc pas déchiffrer le panneau. Mais le sous-entendu d’Aducia était clair : les horaires d’ouverture de l’édifice n’incluaient pas la nuit. Peut-être la garde voulait-elle par là le mettre en garde ou vérifier s’il était alphabétisé.

Le bâtiment abritant le musée royal de l’Empire était dans le plus pur style impérial. C’était un grand édifice à base rectangulaire, qui s’élevait sur plusieurs étages, quatre en tout. Situé dans le quartier de l’Université, il était entouré de bordures composées de petits espaces verts, séparant ses murs des allées. Lesdits murs étaient hauts et épais, mais percés de nombreuses fenêtres plutôt grandes qui permettaient au soleil d’éclairer largement les salles. Malheureusement, ces vues étaient munies de solides barreaux d’acier empêchant quiconque de passer.

L’exposition avait lieu entre le rez-de-chaussée et le troisième étage uniquement. Le quatrième était composé principalement de greniers, de combles et de rares pièces administratives ou chambres de concierges, situées dans les quatre tours qui étaient situées aux quatre coins du bâtiment, et où se situaient les escaliers en colimaçon permettant de circuler d’un étage à un autre. Raël avait également pu constater durant sa visite que ces escaliers ne donnaient pas que vers le haut, mais qu’ils semblaient continuer aussi vers des sous-sols. Il n’avait cependant pas pu en apprendre plus, le passage étant barré par un ruban devant une porte fermée. Sur deux de ces portes du rez-de-chaussée, une inscription figurait, qu’Aducia voulut bien lui lire. Elle indiquait : « réserve ». Les deux autres donnaient sur un bureau de gardien responsable d’étage et sur un placard d’entretien.

Quant au Chevalier-Troubadour, où le duo avait élu résidence, c’était une auberge tout à fait respectable. Aducia Egdwin y avait sa propre chambre. C’était un lieu agréable et à priori sans histoires, où Raël pourrait se reposer et préparer ses plans en toute tranquillité.

***


Lorsqu’ils revinrent à la tombée de la nuit, Khem put constater que sa compagnonne disait vrai. L’entrée du musée, une impressionnante porte de bois massif située derrière un porche à colonnades, était close. Un duo de gardes en armes, équipés de hallebardes, de dagues, protégés par des casques et des plastrons de fer et portant la livrée des troupes d’Altdorf, discutaient sur le parvis, dans une sorte de petite guérite en bois qui leur était réservée. Ils discutaient de temps en temps avec une patrouille de deux hommes à l’équipement semblable, dont le rôle semblait être de faire régulièrement le tour de l’édifice. A l’intérieur du bâtiment, les derniers employés semblaient quitter les lieux, à intervalles irréguliers, passant par une petite porte intégrée dans l’un des deux grands vantaux, et saluant les gardes au passage. Il était aux alentours de dix-neuf heures à dix-neuf heures trente, soit plus d’une bonne heure et demie après la fermeture des lieux au public, à dix-sept heures trente. Vers vingt-heures, une équipe de gardiens de nuit sortit à son tour, discuta une bonne demi-heure avec les gardes, puis rentra dans le bâtiment et s’y enferma définitivement, du moins jusqu’au lendemain.

Le quartier en lui-même était bien éclairé. Plusieurs torches et lampadaires éclairaient les environs. De nombreux universitaires et étudiants profitaient des jardins de l’université ou flânaient dans les allées. Bien évidemment, à partir d’une certaine heure plus la nuit avançait, moins ils se faisaient fréquents. Il serait sans doute difficile, mais pas nécessairement impossible, d’approcher subrepticement du lieu. En revanche, rester assez longtemps près des fenêtres pour desceller les barreaux sans être vu relevait de l’impossible.

Telles étaient les premières observations que Raël put faire. Mais tenterait-il d’aller plus loin ? Il avait tout loisir, s’il le souhaitait, d’interagir avec les gardes, les gardiens de nuit ou les employés au moment de leur sortie ou après.

Pour un premier passage, je ne te donne pas de plan de l'édifice. Mais sache que si Raël revient beaucoup et veut "cartographier" le musée, je pourrai fournir un schéma des 3 étages visitables.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2019 du Maudit de Ranald
Warfo Award 2019 du Maudit de Ranald
Messages : 275

Re: [Raël Khem] La Nuit au Musée

Message par Raël Khem » 15 sept. 2019, 23:07

Encore et encore les questions s'enchainaient à l'infini dans le crâne obtus du Scythien, lui collant quasiment la migraine. Comment pouvait-il piller un musée fortement garder et ficher le camp ensuite sans se mettre toute la ville à dos? Et puis surtout quoi voler, quoi prendre? Des choix devraient être fait, des sacrifices également. D'un geste rageur il ouvrit les volets de sa chambre pour prendre l'air. Un relent putride lui frappa le nez, en effet un clochard venait de chier sous sa fenêtre.

Après lui avoir balancé un tabouret sur la tête, déclenchant l'hilarité des passants, Raël s'assit sur son lit pour réfléchir. Oui, des choix devraient être fait, un tri obligatoire. Déjà hors de question de ramener le mobilier et les sarcophages, bien trop lourds et encombrants. Laisser les conseillers et les nobles de Nehekhara dormir à la vue de tous était sans doute inconvenant et immoral, mais en l'état il n'y avait aucun moyen de les sauver. Ensuite il faudrait choisir: les objets de valeur ou les objets sacrés. A trancher autant choisir le divin. La bénédiction des dieux n'était pas à sous-estimer, il l'avait déjà vérifié plus d'une fois, et l'or n'était pas ce qui manquait à Numas.
Partant de ce constat, que prendre? En priorité il faudrait récupérer les vases canopes et les momies d'animaux, elles étaient selon les légendes des réceptacles possédant de puissants pouvoirs. Et même sans ça les rois tendaient à apprécier de retrouver leurs anciens animaux de compagnie, protecteurs et amis. Oui, c'était sur eux qu'il fallait se concentrer. De plus, même si c'était secondaire, les impériaux seraient moins déterminés après le vol de reliques peu précieuses plutôt que de cet or qu'ils semblaient vénérer.

Cette décision prise, Raël s'engagea dans les jardins de l'université. Aducia… Il avait préféré de ne pas la réveiller, il était encore tôt et elle avait bien besoin de dormir après les crapahutages des derniers jours. La garde avait toujours le même comportement: des hommes s'échangeaient la relève le matin avant l'ouverture et sans doute se relevaient-ils la nuit à la fermeture. N'étant pas particulièrement discret, et Aducia peu consentante, le guerrier du Sud ne pouvait donc pas espérer un cambriolage parfait en se laissant enfermer la nuit dans le musée. Cette option restait cependant la plus simple: il se cacherait dans la réserve avec l'elfe, attendrait la nuit, sortirait et déroberait tout ce qu'il y aurait à dérober avant de sortir au petit matin en se glissant dans la foule. Voire simplement en sortant par une fenêtre pendant ladite nuit…

Après avoir tergiversé quelques minutes, Raël se décida à retourner au musée pour commencer son inspection. Il dresserait autant que possible un plan des lieux pour reconnaître non seulement les ailes mais aussi les objets à piller. Quand tout serait suffisamment cartographié il serait le temps de penser à un plan d'intervention.

Désolé du peu de qualité du post, j'étais pas du tout inspiré. :(
Avatar complet:
Image
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 14 | End 14 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 105/105
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Répondre

Retourner vers « Altdorf, Capitale de l'Empire »