[Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 88
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

[Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par [MJ] Le Roi maudit » 27 août 2019, 12:30

Image

Les bêtes noires et cornues paissaient avec la torpeur propre aux ruminants. Les toros bravos n'étaient guère impressionnés par le spectacle qui défilait sous leurs yeux bovins. Après tout, les armées en marche étaient fréquentes en Estalie.
Les hommes piétinaient, claquant les semelles de leurs bottes dans le sol poussiéreux. Cette baguenaude durait depuis déjà quatre jours. On s'essuyait avec la manche quand la sueur perlait trop sur l'occiput. Ça parlait des filles, de l'or, de la Guerre...
Les gosses du village le plus proche, Ertonzo d'après une estafette, s'étaient massés pour observer la colonne d'hommes d'arme, les cavaliers ou les chariots chargés de vivres et de munitions.

Image

Dans un de ces chariots justement, confortablement blotti entre des ballots de toile de tente et le giron de la brune qu'il avait secouru, Daine passait sa convalescence. Quand Pedro et un des éclaireurs l'avaient retrouvé, il était assis contre une roue de caravane, une pauvre fille en haillons appuyant contre sa blessure. L'épuisement de la bataille, l’hémorragie, il s'en était fallu de peu qu'il ne finisse six pieds sous terre dans un pays étranger.
Heureusement, le jeune homme reçu les meilleurs soins du Chirurgien-Barbier du Camp. Quand les hommes de Don Emilio se mirent en marche pour Castillo Visconze, BlauesHerz et ses bandages fut chargé dans une carriole avec ses affaires proprement pliées dans un angle, une dague à la forme étrange et un pantalon de cuir en plus, présent de Don Emilio pour sa victoire ?

Quoi qu'il en soit, le voyage était paisible, et la jeune femme, un peu plus bavarde que lors du combat. Elle se nommait Magdalena, elle et ses pairs étaient des nomades, des voyageurs errants suivant le gré des routes du Sud. Les trois hommes les avaient attaqués alors que l'on avait établis le camp pour la nuit. Dans la cohue générale les autres s'étaient fait massacrés. Et les voici tous les deux, l'impérial en exil et la nomade sans biens, charriés par une armée estalienne entre Alquézaro et la guerre.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Daine
PJ
Messages : 58
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par Daine » 29 sept. 2019, 11:50

Était-ce le pire ou le meilleur moment de sa vie ? Dur à dire. Cela faisait maintenant quatre jours d'après les dire de Magdalena qu'avait eu lieu le combat contre les déserteurs, quatre jours que Daine avait passé allongé dans une charrette à se remettre de sa blessure. Enfin, c'est ce qu'on lui avait dit, puisque le jeune homme n'avait aucun souvenir de la fin du combat, ni de ce qu'il s'était passé les deux premiers jours. Il s'était réveillé en pleine après midi du troisième jour, en sueur et reposant dans une carriole à même le bois, n'ayant pour soulager la douleur que des ballots de tente, du tissu là où il était blessé ainsi que la jeune femme qu'il avait sauvé.

Il s'était alors brusquement redressé, cherchant du regard son adversaire, avant de sentir une douleur fulgurante au niveau du torse, qui le força à se rallonger, le souffle coupé. Ah oui, sa blessure... Elle avait été soigné par le chirurgien-barbier du camp, qui avait réussi l'exploit de nettoyer sa plaie et de la recoudre de façon à ce que le jeune homme ne meure pas dans l'heure. Une bonne chose que Daine ait été inconscient, car d'après ce que lui avaient raconté certains vétérans, les aiguilles du chirurgien avaient un potentiel douloureux tout aussi haut qu'une épée si aucun anesthésiant n'était utilisé, et revivre cette expérience douloureuse de sitôt ne faisait pas partie de ses projets. Il n'avait pas encore eut le temps de remercier l'homme, mais le spadassin se promettait de le faire si il en avait l'occasion.

Une fois la douleur du réveil passé, le jeune homme avait eu la joie de retrouver ses possessions en tas près de lui, dont son arbalète et son nécessaire d'alchimie en bon état ainsi qu’étonnamment, de l'équipement en plus. Il s'agissait d'un solide pantalon en cuir offrant une certaine protection sans gêner les mouvements ainsi que d'une dague à la forme étrange. De plus, en effleurant sa cape, Daine eut l'impression que quelque chose avait changé, même si il n'avait su dire quoi. Le jeune homme sourit en regardant ces présents, tout en se disant qu'il avait une personne de plus à remercier. Par contre, en regardant aux alentours, le convalescent remarqua qu'ils étaient actuellement en mouvement, et qu'au milieu de tous les hommes il n'apercevait son cheval nulle part. Était-il arrivé quelque chose à Aube ?! Le spadassin eut un mouvement de panique, puis se raisonna rapidement, en grande partie grâce à l'intervention de Magdalena. Oui, son cheval était sûrement en sécurité autre part dans le convoi.

Magdalena... La jeune femme, maintenant qu'il pouvait l'observer à loisir, n'ayant pas vraiment d'autres occupations, était vraiment d'une beauté saisissante, malgré les quelques bleus qu'elle gardait encore de la confrontation avec les déserteurs. Elle se mit alors à sourire en le regardant dans les yeux et ce n'est qu'alors que le jeune homme se rendit compte de sa propre observation sûrement insistante. Une peu gêné, il détourna la tête par réflexe, avant de faire apparaître un sourire sur ses lèvres afin de lui rendre son regard. Ce échange de regard était peut-être un détail, mais pour lui il signifiait beaucoup, c'était comme un remerciement complice entre deux personnes qui s'étaient mutuellement sauvé la vie. Elle aussi, il devait la remercier, et puisque qu'il l'avait sous la main, autant le faire maintenant, ils n'avaient pu que peu se parler le jour passé, car il était encore fiévreux :

Bonjour, tu t'es vraiment occupé de moi depuis ce... moment ? Tu as dû avoir du mal, merci beaucoup pour ça, et pour m'avoir sauvé la vie, je m'en souviendrai toujours.

Bon, il devait sûrement afficher un air un peu niais, mais tant pis, il avait besoin de dire ce qu'il avait sur le coeur. Par contre, la première phrase passée, le jeune homme ne trouva plus les mots, parler pour ne rien dire n'avait jamais été son fort, il n'y avait bien que la boisson qui le faisait discourir en continu. Daine redoubla alors d'efforts pour trouver un sujet de conversation, tout en essayant d'éviter de parler de ce qui s'était passé, car il avait eu l'impression que le jeune femme pleurait encore ses compagnons maintenant six pieds sous terre. Et puis, il avait besoin de savoir où se dirigeait le convoi, et de combien de temps il disposait pour guérir au mieux. Eh bien voilà, il n'avait qu'à lui demander tout ça :

Où est-ce qu'on est ? Tu sais si on arrivera bientôt à destination ? Et d'ailleurs c'est quoi cette destination ? J'aimerai guérir avant de me battre à nouveau, ça fait encore un mal de chien quand je bouge. Oh, désolé pour toutes ces questions, c'est juste que ça m'inquiète un peu, c'est dur de rester informé en dormant plusieurs jours.
Je suis l'ombre dans la lumière, et la lame éblouissante au travers des ténèbres.

Daine BlauesHerz, Voie du meurtre
Profil: For 10 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 25/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_daine_blauesherz

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 88
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par [MJ] Le Roi maudit » 02 oct. 2019, 22:50

La jeune femme inclina légèrement la tête en écoutant parler l'impérial. Ses longues tresses brunes tombaient sur ses épaules tandis que d'une main douce comme la soie d'une bannière militaire elle effleura l'ombre de barbe qui grignotait les joues du convalescent.
-D'après les Hombres nous sommes sur la route d'Azuara. Ton Señor parle du Castillo Visconze, dans les Irranas. Dépouis on avance tranquillement.
Elle eut un léger sourire qui dessina ses lèvres entachées par un coup.
-Les soldados parlent du Lobo del Norte, le Loup du Nord. Ils disent qué tou viens de l'Empire dé Karl Franz. Tu n'es pas lé premier extraño à partir té battre ici, mais tou sens moins lé vin.
Et elle pouvait continuer longtemps, avec son ton légèrement intimidé aux inflexions si exotiques. Berçant Daine alors que son rétablissement le laissait toujours entre deux états.
Pendant plusieurs autres journées, ce fut le même rituel, monotone était la vie des soldats en dehors du champs de bataille. On avançait, bon gré mal gré, les gens grognaient, les bêtes soufflaient, ici on recousait ses semelles de botte et là on donnait la pâtée et le fourrage aux hommes comme aux bêtes.
Les soldats chantaient aussi, des chants de guerre, des chants sur l'amour, qui souvent étaient les mêmes.
Et puis le soir, alors que le feu dévorait des buches en prodiguant chaleur et lumière aux hommes exténués, entre deux histoires de vétérans sur la beauté du combat, c'était des chants bien moins protocolaires qui fusaient des lèvres agaillardies par la gnôle.
Image

Et ce soir là en particulier, Pedro et son imposante carcasse se ramenèrent près du feu où s'étaient assis le Norteño et Magdalena.
-Comé sé porte le Loup du Nord ? demanda le valet avec un sourire certains.
-On laisse cé gibier dé potence sans surveillance et il allonge trois loufiats...Gizman a du soucis à se faire quand vous serez aux pieds du castillo ! Vous auriez dû voir la tête du Don quand il a appris la nouvelle.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Daine
PJ
Messages : 58
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par Daine » 17 oct. 2019, 14:49

Le Loup du Nord hein... Sérieusement ? Voilà qui allait bien vite à son goût, tuer trois hommes lui accordait déjà un surnom ? Mais oui, il l'avait appris, dans ce monde on acclamait bien plus les guerriers qui choisissaient de vivre pour tuer (ou de tuer pour vivre) que les hommes qui se contentaient de faire vivre les autres, simples fermiers ou herboristes. En pensant à son père, cela faisait souffrir Daine intérieurement, mais tout ça était parfaitement logique, seul le fort pouvait se faire une place dans le Vieux Monde. Et pour l'instant il était en bonne voie pour devenir fort. Pensée qui fit sourire le jeune homme, mais d'un sourire narquois, d'autant plus car en vérité il était juste un idiot blessé allongé dans une charrette, qui ne méritait sûrement pas tout ça.

Enfin il était maintenant le meurtrier de quatre hommes, il allait devoir assumer les bons comme les mauvais côtés. Cela résumait d'ailleurs bien "l'aventure" telle qu'il avait pu la voir jusqu'à présent. Des bons et des mauvais côtés. Inutile de les énumérer, il les avaient encore bien en tête, mais il est vrai que la réalité frappait durement, et quand on s'y attendait le moins. Toutes ces histoires de monstres et de pays loin de son Middenland natal ne racontaient que ce qui plaisait dans une vie qui n'était pas celle d'un pauvre fermier au fin fond d'un village situé au milieu d'une forêt, c'est à dire essentiellement la découverte et le butin. Ils étaient présent si l'on survivait, certes, mais la contrepartie faisait mal, très mal.

Sa blessure lui arracha en effet une nouvelle grimace lorsqu'il changea de position pour se mettre de côté, ayant marre de scruter le ciel à la recherche de nuages bien trop rares dans ces contrées. Il eut à la place la chance de voir Magdalena qui regardait l'avant du convoi dans une position songeuse, mais avec quand même un petit sourire sur ses lèvres pulpeuses quoique marquées par un coup. Daine était heureux de la voir se remettre si rapidement de la mort de ses compagnons, même si il voyait bien qu'elle gardait une certaine tristesse au fond d'elle, qu'elle ne laissait ressortir que rarement, lorsqu'elle pensait qu'il dormait, comme si souvent ces derniers jours.

Mais actuellement, c'était la faim qui l'avait réveillé, ils arrivaient en effet au temps du souper, et le jeune homme retrouvait de plus en plus l'appétit. En voyant qu'il avait bougé, Magdalena s'arracha à sa contemplation silencieuse et l'informa qu'ils allaient bientôt faire halte pour la nuit, un sourire timide aux lèvres, que l'épéiste ne put s’empêcher de lui rendre. Il lui avait finalement peu parlé après l'autre jour, malgré leurs longues conversations, laissant à la jeune femme le loisir de lui décrire son ancienne vie, ses impressions ainsi que ses pensées, tandis qu'il restait silencieux avec un sourire admirateur qui se voulait bienveillant, se contentant de répondre par phrases courtes à chacune de ses questions, buvant ses paroles qui avec le sommeil lui permettaient de passer le temps durant ces longues journées de marche.

Le convoi finit par s’arrêter et Daine, épaulé par la nomade, put descendre de son chariot de convalescent attitré afin de rejoindre un des nombreux feux de camps où cuisait un ragoût d'on ne savait quoi qui sentait pourtant divinement bon aux narines du jeune homme affamé, autour duquel étaient déjà assis deux mercenaires en pleine discussions qui adressèrent un salut et un sourire à l'épéiste et la jeune femme avant de reprendre leur conversation, voyant bien que les jeunes gens désiraient manger avant tout. Daine s'assit sur un rondin d'un air qui se voulait décontracté, mais avec une énième grimace et toujours Magdalena qui le soutenait en se blottissant contre lui, car malgré le fait que sa convalescence se passait bien et qu'il pouvait se tenir debout, la douleur restait omniprésente à chaque mouvement un peu brusque.

Alors que le jeune homme venait de finir son repas, maudissant les déserteurs qui l'avaient interrompu dans sa recherche de plantes, dont certaines auraient étés utiles pour assaisonner un peu la tambouille, sans oublier celles servaient aux poisons qu'il n'avait pas pu confectionner, une ombre imposante s'approcha du feu dans la nuit, ombre qui se révéla être Pedro, un grand sourire aux lèvres. Celui-ci flatta les talents de l'épéiste qui ne put s’empêcher d'arborer un sourire timide plutôt ridicule, qui finit par devenir aussi large que celui de l'estalien à la mention de Don Emilio "como un pollo sans cabeza", ce qui devait signifier abasourdi si le jeune homme comprenait bien. Ce dernier aurait d'ailleurs bien aimé laisser parler son interlocuteur, mais il semblait attendre une réponse, alors Daine se lança :

C'est eux qui ont failli m'allonger oui ! Je garderai sûrement cette cicatrice toute ma vie. Mais je suis content d'avoir pu faire quelque chose pour la cause, et surtout d'avoir sauvé Magdelena, avant de me rendre plus utile que le convalescent que je suis en ce moment. D'ailleurs où est Don Emilio en ce moment, j'aimerai le remercier pour les soins et le matériel ? En tout cas ça fait du bien de pouvoir tenir à nouveau debout, même avec de l'aide.
Je suis l'ombre dans la lumière, et la lame éblouissante au travers des ténèbres.

Daine BlauesHerz, Voie du meurtre
Profil: For 10 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 25/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_daine_blauesherz

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 88
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par [MJ] Le Roi maudit » 21 oct. 2019, 20:11

-Don Emilio discoute avec ses officiers, vous aurez tout le temps de le voir durant le voyage. Maintenant laissez moi oune place près dou feu les ieunes !
Et le briscard se mit à raconter à la nomade, au spadassin et aux quelques soldats amassés près du foyer réconfortant les déboires de son Maitre et de lui même sur la route de la Soie, la piste dangereuse menant aux confins de l'Orient. Yaks taciturnes, ogres gourmands et nomades des terres sombres étaient de la partie bien entendu.
Quand au milieu de la nuit l'alcool et la fatigue prenaient le pas sur l'entrain des hommes on repartait dormir dans le confort sommaire de sa tente ou de sa couverture. Et certains déjà dépensaient plus que leur solde future en compagnie d'un soir.

Deux jours plus tard

On s'usait les bottes sur les routes d'Estalie, son barda sur le dos et sa pique contre l'épaule. On replaçait son chapeau ou essuyait la sueur qui dégoulinait sous son cabasset. Du moins ça c'était pour la piétaille.
Magdalena, fille des vents, nomade cavalière, chevauchait Aube, les cheveux détachés, riant en direction de Daine, juché à coté du cocher du chariot de matériel.
Cependant le ciel se teintait de noir à mesure qu'on se dirigeait vers le Sud.
► Afficher le texte
Alors que le jeune middenlander n'avait d'yeux que pour la cavalière, il n'observait pas les légers détails qui se dessinaient à l'horizon. La colonne chantait, donnant le rythme de la procession militaire.

-Oh Myrmidia écoute notre prière
Nous les enfants de la guerre
Oh notre grande et noble déesse
Le champs de bataille sera ton grand-messe.


Le paysage prenait une apparence plus torturée, la terre était retournée, des corneilles noires et luisantes se perchaient sur les branches des arbustes calcinés.

-Nous nous battons nous les hommes
Nos lances se brisent et les canons grondent
Nous mourrons en chantant nous les hommes
Et nos femmes pleureront sur nos tombes

Oh notre Estalie bien aimée,
En bien des royaumes tu es déchirée
Et notre déesse pleure de voir ses fils
Et notre déesse pleure de voir ses fils s’entre-tuer


Une odeur piquait le nez, une odeur de poudre, une odeur de sang.

-Pardonnez nous nos mères
Vos fils sont devenus des soldats
Pardonnez nous nos pères
De mourir en suivant vos pas

Et au loin s'approchent les ténèbres
Les hommes d'Estalie se battront
Et pour leur oraison funèbre
Les enfants d'Estalie chanteront.


Les derniers mots s'étranglèrent dans leur gorge en voyant à leur rencontre arriver une autre armée en marche. Mais non pas une armée vaillante, une colonne de soldats hâtifs de toucheur leur solde, c'était une armée brisée. Des hommes claudiquant au regard éteint, aux atours déchirés et aux bandages sales.
Image
L'armée du Don se sépara en son milieu pour laisser passer les infortunés. Les bottes s'enfonçant dans la boue dégageaient un ignoble bruit de succion. Des gaillards mal en point se soutenaient pour continuer à avancer. D'autres tressaillaient dans leurs brancards de fortune. Un prêtre sec portait l'aigle myrmidéen, suivi de l'effigie de Shallya la miséricordieuse, mais pour ceux qui gisaient le long de la tranchée tracée dans la glaise, il n'y avait plus de Dieux.
Le cocher tendit son outre de vin à ce qui semblait être une triste imitation de diestro, le sourire et le bras droit en moins.
Des cavaliers épuisés sur des montures crottées et fourbues manquaient de glisser de leurs étriers à chaque instant.
Magdalena était impassible sur Aube, collant au flanc de la calèche.
-La voilà leur guerre, ils chantent moins désormais...
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Daine
PJ
Messages : 58
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par Daine » 30 oct. 2019, 18:13

Après cette soirée bien sympathique, passée encore une fois à écouter des histoires de contrés lointaines et d'aventures alléchantes, Magdalena dans les bras, le jeune homme alla se coucher, l'alcool dans son sang l'aidant à supporter la douleur, regrettant toujours de ne pas aller mieux pour profiter comme il se doit de ces derniers jours de "paix". Il se mit d'ailleurs à rêver d'un donjon froid et effrayant cette nuit là, bien qu'au réveil il n'en eut aucun souvenir. Encore une journée de plus dans son chariot attitré. Le chariot du loup du nord, à cette idée Daine eut un petit ricanement, qui fit lever un sourcil interrogateur à Magdalena.

Cette journée passa aussi sans rien de particulier, la petite armée marchant sur la route en chantant, comme à son habitude, chants que le spadassin avait d'abord apprécié, avant de les détester, puis de les reléguer à ce qu'ils étaient réellement, un fond sonore anecdotique auquel il ne faisait plus du tout attention, bien qu'il lui serve de berceuse lorsque le temps se faisait long, c'est à dire à chaque fois qu'il n'était pas en train d’affûter ses armes ou de regarder Magdalena monter Aube. C'est d'ailleurs en une telle occurrence le lendemain que se passa le premier événement marquant du voyage, l'apparition d'une autre troupe de soldats.

Daine, occupé à regarder le ballet hypnotisant de la nomade sur son cheval, ne s'en rendit vraiment compte que lorsque les hommes du convoi s’arrêtèrent de chanter, laissant la place à un silence gêné, presque malaisant. Se redressant un peu plus pour voir la source de cette perturbation, le jeune homme comprit bien vite ce qui n'allait pas. Des victimes de la Guerre, devant, cadavres sur le bas-côté, malades, estropiés, âmes déchus qui peinaient à avancer sur la route qui était dans un état bien moins bon qu'auparavant, loin d'être épargnée par les ravages des combats. Le Vieux Monde était une terre de conflits, et dans cette plaine estalienne marqué par des guerres incessantes cela apparaissait au grand jour.

C'était ça le vrai visage de la mort. Et malgré la vie dure qu'avaient dû mener les mercenaires, ils semblaient clairement moins sûr d'eux qu'il y a quelques minutes à peine. Il était vrai que ce qu'ils voyaient étaient peut-être leur destin, un miroir montrant le futur. Et ce n'était clairement pas ce pauvre prêtre de Myrmidia, la déesse de la stratégie locale, qui allait réchauffer leurs cœurs de sitôt. La foi était souvent un bon bouclier contre l'atrocité, mais une fois que celle-ci avait trouvé une prise dans le coeur d'un homme, elle avait l'effet inverse. Comment croire en un dieu quand on avait tout perdu ? Autre qu'un de ces atroces dieux du grand nord, bien sûr.

Daine gardait un air morose devant ce triste spectacle, essayant de se boucher le nez, tout en les regardant passer, le seul contact qu'il s'autorisa avec un de ces malheureux étant un partage de regard résolu avec l'homme qui s'était approché du cocher. Triste parodie d'homme qu'était ce pauvre hère au regard brisé, auquel le spadassin se promit de ne jamais ressembler. Il mourrait ou bien garderait l'envie de vivre, mais cet entre-deux était juste insupportable. Son regard vint ensuite se porter sur Magdalena, juste à côté, qui restait bien droite sur la selle, avec un faciès qui se voulait impassible mais qui était en réalité un mélange entre mépris et résignation.

Mépris pour ceux qui chantaient la guerre, résignation face à cette dernière, qui lui avait déjà pris des êtres chers, comme alla le confirmer la phrase qu'elle prononça, telle la sentence attendue d'un jugement intérieur. Le jeune homme, lui, garda son regard morne, se contentant de répondre laconiquement :

Oui, ils savent ce qui les attend au bout du chemin. Les morts ne chantent pas.

Étrangement, il avait encore plus hâte d'arriver, afin de prendre part lui aussi à ces combats morbides, et de mettre cette rencontre au passé.
Je suis l'ombre dans la lumière, et la lame éblouissante au travers des ténèbres.

Daine BlauesHerz, Voie du meurtre
Profil: For 10 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 25/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_daine_blauesherz

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 88
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par [MJ] Le Roi maudit » 08 nov. 2019, 21:51

L'armée continuait son interminable marche au milieu des soldats, des mourants et des morts. Le ciel était obscurci par la fumée, l'odeur de mort, de poudre et de merde vous prenait les tripes. Le chemin s'était complètement estompé dans la boue du champs de bataille. Dans la fange gisait pêle-mêle étendards déchirés, chapeaux piétinées et cadavres défigurés. Le paysage lunaire avait autrefois dû être un champs, des bosquets, quelques collines basses. Tout avait été écorché par la guerre, et cette dernière se ruait sur eux à la vitesse des caballeros.
Quand ils entendirent les premières détonations, les cris, le son du clairon, tous ou presque comprirent l'immédiat problème : Ils allaient se retrouver entre le feu de deux armées.
"A LAS ARMAS !" Cria un sergent tandis que des centaines d'hommes se préparaient. Des piquiers se ruaient vers la tête du convoi.
Les cavaliers dégainèrent leurs pistolets, prêts pour l'infernale cavalcade.
Magdalena tourna la tête vers son justicier, essayant tant bien que mal de calmer Aube.
Et dans une explosion, il n'y eut plus rien si ce n'est la froideur de la glaise contre sa joue et le sifflement de ses tympans martyrisés.

Et son retour à la vie fut une étreinte avec la mort. Dans les décombres fumants d'un chariot oblitéré par les mortiers, alors qu'un des lourds chevaux de trait hennissait de douleur, sa panse percée par les éclats de bois, l'impérial totalement sonné venait d'être plongé au cœur des fourneaux ardents de la guerre.
Des pistoliers battaient les flancs de leurs montures, tirant sur le premier troufion à découvert. Des rodeleros passèrent en trombe à quelques pas du Loup du nord effondré.
De tous les côtés fusaient les cris des sergents donnant des marches à suivre, les canons et les tambours de guerre.
Sous le regard du Chien d'Airain, il allait devoir...Survivre.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Daine
PJ
Messages : 58
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par Daine » 08 nov. 2019, 23:33

Le convoi progressait, tant bien que mal, au milieu de ce paysage décharné par la guerre qui durait ici depuis bien longtemps à ce qu'il semblait. Et comment mettre fin à une guerre ? En en déclenchant une nouvelle, dont la motivation initiale finira par se perdre au fil des amis perdus et des ennemis massacrés. Telle allait la vie en ces contrés sous le soleil, dont Daine pouvait maintenant voir les mauvais côtés du haut de sa carriole. Et il commençait à avoir marre de ce paysage.

Le jeune homme se recoucha donc dans le chariot, non sans avoir salué le cocher au paysage, un gars bien quoique peu bavard qui le transportait depuis sa blessure. S'emparant de sa nouvelle dague, il se mit à la faire tourner entre ses doigts, heureux de ne pas avoir perdu de sa dextérité. Tout allait bien, d'autant que ce petit jeu lui permettait de mieux résister au stress des derniers événements, quand quelque chose le tira de sa rêverie. Un tir d'arquebuse ? Bientôt suivi par de nombreux autres, ainsi que d'autres sons tout aussi reconnaissable qu'il aurait préféré ne pas entendre de sitôt.

Et merde... Le jeune homme se releva, jetant un coup d’œil autour de lui. A quelques mètres, c'étaient la panique, les hommes de Don Emilio se rassemblant en criant et en ramassant leurs armes, afin d'affronter une troupe de piquiers à l'avant du convoi. Daine détourna le regard pour le poser sur Magdalena, toujours sur Aube, qui le regardait avec un air inquiet. Il lui sourit. Après tout, autant paraître confiant, il ne fallait pas la faire paniquer. Bon, un dernier regard pour juger de la situation, puis il prendrait son arbalète pour protéger la jeune femme et son cheval.

Le spadassin tourna la tête. Qu'est-ce que ..? Une explosion. Une douleur sourde, le chariot volant en éclat en même temps que son conducteur, puis le vide, mais un vide désagréable, douloureux. Magdalena... Le jeune homme perdit connaissance, la confusion prenant le pas sur la raison. Il se réveilla un temps indéterminé plus tard, les muscles courbaturés, les oreilles en sang et la peau pleine d'échardes, un air hébété sur le visage. Qu'est-ce qui s'était passé ? Il avait à peine tourné la tête une seconde et... Oh merde, le cocher... n'était plus qu'un tas de viande sanguinolent lardé d'échardes. Super.

Un sourire narquois et désabusé apparut sur son visage d'une seconde. A quoi bon s'attacher si tout le monde mourait en un tour de main ? D'ailleurs cela serait bientôt son tour si il ne se bougeait pas rapidement. Daine se releva difficilement en crachant du sang mêlé à de la cendre, pour jeter un regard sur le champ de bataille. Partout des hommes du sud se battaient, dans la sueur et les cris, pour un royaume ou une femme. Le jeune homme aussi avait besoin de ses armes pour se battre pour ce en quoi il croyait. Il se mit donc à chercher ces dernières au milieu des débris du chariot, espérant avant tout retrouver son arbalète.

Vite... Vite... Vite... Il allait sûrement en avoir besoin très rapidement, avec le fourbi tout autour. Une fois armé, il pourrait chercher Magdalena afin de la garder en vie, elle, et Aube bien sûr. Ensuite il trouverait Don Emilio pour se renseigner sur la marche à suivre? Cette fois, il allait de nouveau manipuler la mort, et il était hors de question qu'elle tombe là où il ne voulait pas. Là où il ne fallait pas. Il avait du mal à se concentrer dans le brouhaha ambiant. Mais où étaient donc ces armes ?!
Je suis l'ombre dans la lumière, et la lame éblouissante au travers des ténèbres.

Daine BlauesHerz, Voie du meurtre
Profil: For 10 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 25/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_daine_blauesherz

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 88
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par [MJ] Le Roi maudit » 17 nov. 2019, 18:00

► Afficher le texte
Dans les planches brisées, les plaques de métal tordues comme du caramel mou et le matériel détruit, le middenlander réussi à dénicher son épée, la dague qu'on lui avait offerte et surtout l'arbalète.
► Afficher le texte
Une balle de pistolet se ficha à quelques pouces de la tête de Daine. Le cavalier était déjà loin. Ce n'était pas une bataille, c'était une cohue générale. Des épéistes s'affrontaient dans les ruines du convoi, des canonnades soulevaient des monceaux de boue là où s'abattaient des boulets de douze livres.
Des corps encore chaud jonchaient son chemin, des blessés rampaient péniblement dans la fange. Tout se passait très vite, et en même temps une éternité s'était déjà écoulé dans l'enfer du combat.

"TERCIO ! En posición ! Cuadro de Terreno !"

Plus loin résonnaient les ordres des sergents. Au cœur de la bataille, ça allait être une hécatombe certaine. Mais devant le spadassin, un diestro s'effondra, transpercé par l'épée d'un soldat ennemi. Ce dernier s'avança alors vers Daine, il était hirsute, couvert de sang et de boue. Qui était-il avant tout ça ? Un paysan d'Azuara parti défendre son royaume ? Un Galicéen à la recherche d'un peu de fortune ? Un enfant porté par sa mère, élevé, nourri, jusqu'à devenir un homme et maintenant il n'était qu'un adversaire sur sa route, une lame pointée dans sa direction, une lame prête à tuer.

Seulement même les soldats les plus adroits ne peuvent éviter une pique dans le dos. Le cheval à la robe aussi noir que son crin était clair avait les lèvres écumantes, sa cavalière elle, brisa la hampe de son arme dont la moitié supérieur resta fichée dans le corps du fantassin.

-Daine ! Par tous les Dieux ! Nous sommes entre deux fuegos ! On né sait même plous qui sé bat pour qui !
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Daine
PJ
Messages : 58
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Daine] Seuls les morts voient la fin de la guerre

Message par Daine » 13 déc. 2019, 16:03

Trouvé ! Son épée était là, la lame dépassant de la bâche qui s'était aplati sur les restes du chariot, et Daine n'eut aucun mal à retrouver la dague et son arbalète situées juste à côté. Il lui manquait aussi sa trousse d’apothicaire, mais elle n'était clairement pas une priorité pour l'instant, d'autant plus qu'elle le gênerait pour se battre. Le jeune homme se promit de retourner la chercher quand le bordel ambiant se serait calmé, si il se calmait, et mit cette promesse dans un coin de sa tête. Son arbalète dans son poing gauche et son épée dans le droit, le spadassin se retourna alors, afin de décider de ce qu'il allait faire maintenant.

"TCHAK" fit la balle en explosant dans le bois à quelques pouces de sa tête, projetant quelques échardes qui heureusement allèrent se perdre sans dommage dans la boue. Daine se figea quelques secondes le temps que son cerveau réalise puis son corps se remit en marche, et le jeune homme se jeta à terre, afin d'éviter un hypothétique deuxième coup de feu qui ne vint jamais. En effet en relevant il put voir le cavalier s'éloigner afin sûrement de chercher une cible plus facile. Le spadassin avait donc un (très) léger temps de répit afin de choisir quoi faire, et réfléchir très vite à une solution au milieu du bordel ambiant.

Il devait d'abord et avant tout retrouver Magda... Et merde, encore un. Devant lui se tenait un soudard armé d'une épée qui venait de transpercer un diestro allié, et qui se tournait vers lui sa sale gueule de guerrier. Qui était-il avant tout ça ? Daine n'en avait rien à faire pour le moment. Il devait retrouver son cheval, son ami et sa nomade. Le jeune homme leva son arbalète devant cet adversaire anonyme, qui avait ses propres problèmes... dont le plus urgent était sûrement la pique qui traversait son dos. Le spadassin recula d'un pas, surpris, et baissa son arbalète de poing avec un sourire en voyant la cavalière et sa monture adorée en dessous.

Bon, il avait retrouvé ce à quoi il tenait le plus. Deux choix s'offraient maintenant à lui : fuir avec Aube et Magdalena loin de cette contré en guerre perpétuelle et peut-être essayer de vivre en paix, ou plonger dans la bataille pour retrouver Don Emilio au risque que sa vie se termine ici dans le sang et la boue. Rah, malgré le rêve chimérique qui se présentait à lui, Daine ne pouvait pas laisser tomber l'Estalien qui lui avait fait confiance, c'était trop pour lui, il semblerait qu'il lui reste encore de l'honneur malgré tout. Se tournant vers Magdalena, Daine lui lança en commençant à remonter le convoi dans la direction de son mentor :

C'est le bordel, et ça le restera si on ne retrouve pas vite Don Emilio très vite ! En tout cas heureux que tu sois saine et sauve ! Je vais essayer de le retrouver, restes sur Aube et couvrons-nous mutuellement, c'est la seule façon de s'en sortir avec ces hommes partout !

Maintenant allait commencer une course contre la montre, en effet retrouver Don Emilio avant qu'il ne lui arrive quoi que ce soit était la seule manière de faire en sorte que leur armée garde ce nom. La vie d'un seul homme, dans ce genre de situation, valait infiniment plus que celles de toutes les personnes autour, c'était ce qu'on lui avait appris lors de sa formation d'assassin. Éliminer juste la bonne personne, et le tour était joué. En sauver une une seule avait le même effet. Quoique essoufflé et souffrant toujours, le jeune homme continuait de courir aussi vite qu'il le pouvait. Être fait pour tuer ne l'empêcherait pas de sauver.
Je suis l'ombre dans la lumière, et la lame éblouissante au travers des ténèbres.

Daine BlauesHerz, Voie du meurtre
Profil: For 10 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 25/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_daine_blauesherz

Répondre

Retourner vers « Estalie »