Là où les ténèbres naissent.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
Le Voyageur
Warfo Award 2018 du plus beau Voyage
Warfo Award 2018 du plus beau Voyage
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Là où les ténèbres naissent.

Message par Le Voyageur » 29 juin 2018, 21:33

Si l'ancien Suddenland est connu pour être de mauvaise réputation, il est de notoriété publique qu'un grand nombre de hameaux y survivent encore, défendus durement par des soldats lourdement armés. Ce qui est moins connu, en revanche, c'est le peu de préoccupation de la duchesse de Nuln pour la chose militaire. En conséquence, depuis le début de son règne, et même un peu avant, les choses ont commencées à se déliter aux frontières, les gardes étaient moins nombreux, avec un matériel plus vétuste, les patrouilles se faisaient rares…

Habitant à Nintark, un village d'à peine soixante âmes, Luther était le prodige de sa génération. S'il ne brillait pas par un charisme exceptionnel ou par le physique d'un prêtre guerrier de Sigmar, ses facultés mentales étaient proprement stupéfiantes, ainsi que ses instincts. C'était bien simple: il semblait capable de tout apprendre et de tout prédire, tout savoir et tout sentir. Ces dons lui valurent durant sa petite enfance une attention particulière de la part des villageois, qui se mua en une crainte indistincte alors qu'il grandissait. Un tel enfant, disait-on, n'est pas normal!
Mais la tranquillité de ce quotidien devait être brouillé. Alors qu'il était engagé comme aide par le père spirituel du village, un groupe de gobelins s'abattit comme une nuée de rats sur la bourgade. Il n'y eut que quelques blessés et un vieillard qui décéda d'un mauvais coup de lance mais la frappe eut un retentissement considérable dans l'opinion publique.
Luther en développa un stress important. Sa tranquillité se mutait en lunatisme et on le surprenait parfois seul, fixant un mur, tournant dans sa tête un problème dont il ne trouvait pas la solution.
A ses treize ans, alors qu'il avait maîtrisait le Sacrifice à Sigmar, la lecture, l'écriture et une bonne part des Ecritures, un nouveau groupe de peaux-vertes revint, plus important cette fois. Ils saccagèrent le temple et les réserves, volèrent les cochons et les poules puis s'en retournèrent en laissant quelques cadavres, dont celui du prêtre, abattu d'un coup de kikoup en pleine tête alors qu'il défendait une femme prise par surprise.

Luther prit sa place. Mais il avait changé. On murmurait qu'il lisait un livre noir aux pages jaunies par le temps, trouvé dans le bureau d'un ancien clerc de l'église, chassé des années plus tôt mais qui avait su cacher ses possessions. Son teint rose avait pâli et d'étranges événements se déroulaient quand il s'énervait. Là une chaise bougeait seule, des objets changeaient de place, d'étranges lumières verdâtres se déclenchaient dans le feu. Le soir, on le surprenait, partant dans les bois vers les anciennes ruines du Suddenland, s'arrangeant pour que d'éventuels suiveurs perdent sa trace. Un autre jour, une ouaille avait remarqué des brûlures étranges sur ses mains, que Luther avait renoncé à commenter. On le croyait excentrique, original, un peu bizarre. Mais ses parents, toujours là, s'arrangeaient pour le faire accepter des autres.
Alors une nouvelle bande de bandits orcs arriva et, rageant de ne pas découvrir de viande dans le village, estropièrent trois fermiers et prirent tout ce qui était comestible. L'hiver ne tarda pas à arriver, trop tôt, comme toujours, laissant un peuple en famine. Les demandes d'aides à Nuln n'y changèrent rien, les messagers revenaient après qu'on leur ait claqué la porte au nez, les lettres restaient sans réponse. Attachés à leur terre natale, les habitants refusaient de partir vers ce qui aurait pu être vu comme un exil, même quand les parents de Luther moururent de famine et que ce dernier n'en réchappa que de justesse.

Alors les phénomènes étranges augmentèrent en fréquence et en intensité. On voyait des ombres se déplacer dans les champs et les bosquets à la nuit tombée, on entendait des cris de douleur au loin, des hurlements stridents. Une nuit de Morsslieb pleine d'étranges faisceaux de lumières brillèrent sur des lieux à la ronde, émanant d'une forteresse détruite par les peaux-vertes des siècles auparavant et abandonnée depuis.

Las, les habitants décidèrent que s'ils pouvaient endurer les orcs, la sorcellerie était de trop. On commença à organiser un convoi pour déménager le village vers l'intérieur des terres, en des lieux mieux défendus. Le prêtre avait disparu, happé par les ténèbres des bois la veille du départ. Sentant leurs proies tenter de leur échapper, un groupe de peaux-vertes s'élança à la poursuite des civils, les rattrapant sans mal. Mais alors qu'ils fondaient sur les innocents, une horde de squelettes et de zombis leur barra le passage alors que des spectres aux traits terrifiants volaient boire les âmes des monstres. Luther sortit à la suite des morts-vivants, un livre à la main, le teint plus cireux, le regard plus sombre que jamais.

Il venait accomplir ce qui avait toujours été son moteur et son ultime motivation: protéger le peuple de Nintark.


Image
Je ne suis qu'un voyageur
Sous le soleil et la pluie
Je ne suis qu'un voyageur
Et je retourne au pays

Je n'ai plus que mon cheval
Mon cheval et mes habits
Des habits qui me vont mal
Et je retourne au pays

J'ai couru le monde, mais ma raison
M'a dit que le monde, c'était ma maison

Je ne suis qu'un voyageur
Qui chemine dans la nuit
Et je sens battre mon coeur
Car je retourne au pays

J'ai quitté ma blonde, qui m'avait dit
Va courir le monde si c'est ça ta vie

Je ne suis qu'un voyageur
Elle ne m'a jamais écrit
Et maintenant ah j'ai peur
De retourner au pays

Répondre

Retourner vers « Régions de l'ancien Suddenland »