[Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Image
Depuis la Déchirure jusqu'à la création de l'Empire et de la Bretonnie, revivez ces âges passés de légendes.

Modérateur : Equipe MJ

Verrouillé
Avatar du membre
[MJ] Le Gob'
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 203
Profil : ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes : Vladek [Chroniques]
Localisation : Grenoble/Lyon

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par [MJ] Le Gob' » 13 janv. 2019, 16:33

Test de CHA (Ori) : 8, réussite.
En dépit de son hésitation première, Ori sut surmonter ses doutes afin de trouver les mots et l'attitude pour attendrir la belle Cyrielle Nagaril. Le visage de la fille de Dranduil fut traversé d'une ombre d'inquiétude lorsque le prince annonça ses premières intentions de se rendre à Tor Anroc en tant que négociateur de paix.
Image
« Seigneur Ori, vous n'avez pas à prendre ces risques.

D'autres peuvent s'acquitter d'une mission aussi risquée, pensez au chagrin de votre famille si vous étiez trahi... »


Pour la première fois peut-être depuis qu'ils s'étaient rencontrés, leur discussion portait sur des sujets politiques. Le visage grave, Cyrielle semblait sincèrement soucieuse à l'idée que le projet d'Ori tourne mal. Elle l'écouta cependant lui dévoiler sa flamme, manifestement émue par la déclaration du prince. Lorsque celui-ci évoqua ses visions de grandeur, souhaitant offrir l'Ouest à sa future reine, un timide sourire chassa les larmes d'inquiétude du visage de la fille de Dranduil. Séchant ses larmes d'un doigt d'albâtre, Cyrielle recula -lentement- de deux pas, retirant avec douceur ses sa main de l'étreinte des doigts du prince. S'approchant d'un meuble non loin, sur lequel était disposé un objet recouvert d'une pièce d'étoffe ornementée, la princesse dévoila bientôt une petite cage abritant un oiseau aux allures de colombe. Lorsque Cyrielle se retourna vers Ori, toujours à quelques pas de lui, elle semblait tout juste se remettre de son émotion, sa voix trahissant encore son saisissement :
Image
« Je ne sais, seigneur Ori, si Père m'autorisera à mon retour à demeurer un temps avec lui à Tor Æthil. Je crains qu'il ne me renvoie malgré moi à Athel Nagaril, où je ne pourrais dès lors que me languir et m'inquiéter.

Prenez avec vous ce messager. Il saura s'en retourner à Tor Æthil, si vous souhaitez joindre Père.

Il me l'avait confié pour mon propre usage, mais je sais qu'il ne m'en tiendra pas rigueur. »



***

Test de CHA (Ætinis) : 4, réussite. Yrin ne s'offusque pas de ta première remarque.
Test de CHA (Ætinis) : 19, échec marqué. En revanche, elle finit par se braquer au terme de ta diatribe.

Ci-dessous, tests d'HAB de chaque PJ ou PNJ pertinent, pour déterminer s'ils entendent ou non les éclats de voix qui commencent à fuser.
Valeth n'effectue pas de test, il sommeille, éreinté.
Test d'HAB (Ori) : 20, échec critique. Ne perçoit rien du tout.
Test d'HAB (Cyrielle) : 20, échec critique. Ne perçoit rien du tout.
Test d'HAB (Melhira) : 8, réussite. Elle entend les émois.
Test d'HAB (Godion) : 17, échec marqué. N'entend pas.
Test d'HAB (Urian) : 15, réussite. Il entend, mais la protection de Cyrielle passe avant son éventuelle curiosité.
Test d'HAB (Nalthaël) : 20, échec critique. Ne perçoit rien du tout.
La mauvaise humeur -voire l'agressivité latente- du discours tenu par Ætinis ne sembla pas faire réagir Yrin, qui garda contenance, haussant brièvement les sourcils en marque d'incrédulité. Sa réponse fut néanmoins teintée d'indulgence, eut égard à la provocation dont ces premiers propos étaient déjà porteurs.
Image
« Peut-être le juges-tu un peu rapidement.

Après tout, n'est-il pas naturel de prendre d'abord soin de ceux de son propre camp ? »

Comme Verteflèche ne semblait pas apaisée par ses paroles, et à mesure que l'archère commença à hausser le ton à son encontre, levant la voix, le visage d'Yrin adopta une expression plus sévère, ses discrets sourcils maintenant froncés. Elle conserva néanmoins le silence, laissant l'archère vider son sac, espérant peut-être que cette vindicte inattendue retomberait aussi vite qu'elle était apparue. Mais il n'en fut rien, et les elfes de la troupe -envoyés par Tyrosh en renfort à la demande d'Ori, sous les ordres d'Yrin et du défunt Vanir- faisaient mine de ne rien entendre en dépit de leur proximité avec cette bruyante conversation. La gêne était presque palpable lorsque Ætinis conclut sa diatribe par des ordres que d'aucuns auraient jugés déplacés, en ces lieux et situations.

Yrin s'était redressée, et toisait l'archère d'un regard dur. Lorsqu'elle répondit, sa voix était pleine de défiance, mais dépourvue d'animosité.

Image
« Nous ne sommes que de passage en ces lieux, et n'avons pas le loisir d'agir comme nous le ferions à A'vallach.

Nous faisons tous au mieux, au vu des circonstances.

J'ai la confiance du seigneur Ori, de même que toi, et que chacune et chacun ici. »
Hors champ

Melhira, alertée par le bruit, lance Objet éthéré afin de s'habiller d'une robe illusoire. Réussite (4).
Puis Messager de la mort sur elle-même. Réussite (3).

De la même façon que précédemment, je ne force pas la main de qui que ce soit, pour ne pas recourir à des tests opposés superflus. Il serait bon que tu tienne compte (comme les PNJs le feront) du bonus de +2 en commandement et intimidation dont Melhira bénéficie pour quelque temps. Mais tu reste libre de tes actions évidemment.
Alors que la tension atteignait son paroxysme, une nouvelle personne pénétra dans le hall, visiblement attirée par les éclats de voix naissants. La silhouette triomphante, drapée d'une robe d'un noir d'ébène du plus bel effet, n'était autre que celle de Melhira, la mage ayant récemment rejoint la petite compagnie. La pâleur de son visage contrastait grandement avec les tons de ses nouveaux vêtements, et une étonnante aura d'autorité émanait de sa personne alors qu'elle déclarait, forte de l'attention dont elle bénéficiait :
Image
« Allons, de quoi s'agit-il ? Je doute que le seigneur Ori approuve un tel tapage.

Notre honoré prince m'a fait l'insigne honneur de m'accorder sa confiance pleine et entière.

Au vu de la situation, peut-être devrais-je me charger d'interroger le prisonnier ? »
Image
Melhira
Un gobelin inspiré a écrit :Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...
A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image
Un gobelin douteux a écrit :

Avatar du membre
Ori Aen Elle
PJ
Messages : 58

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par Ori Aen Elle » 13 janv. 2019, 18:27

Se dévorant mutuellement, le jeune prince ne pouvant se détacher des iris bleus de celle qu'il aimait, les révélations auxquels il s'était livré, semblaient avoir fait mouches, démontrant que l'attachement de Ori à Cyrielle était belle et bien partagé. A l'énonciation de son futur projet concernant la région, Ori put lire sur le visage de la jeune femme, la tristesse ainsi que l'inquiétude.
Voulant lui faire entendre raison, la descendante des Nagaril tenta de faire comprendre au jeune prince qu'une telle mission ne nécéssitait pas nécessairement sa présence et que d'autres pourraient être mandatés pour faire face aux nombreux dangers qui pourraient se présenter à Tor Anroc. En réalité sans aucun doute ces propos n'étaient qu'une tentative pour garder Ori à ces cotés, car si c'était bien la première fois qu'ils échangeaient politique, Ori ne doutait aucunement du bon sens et de l'intelligence de la jeune femme dans ce domaine… De fait, elle savait au plus profond d'elle même que si Ori se déplaçait personnellement, l'impacte de son action n'en serait que plus puissante, contrairement à tout autre émissaire.


"Cyrielle... Vous savez bien qu'il n'y a pas d'autre solution... Je connais les risques liés à ma tâche. Quand à ma famille... Mon père et moi ne sommes plus en très bon terme, et j'ai toujours vécu dans l'ombre de mon frère ainé, quand à ma soeur..."

Concernant sa soeur, le jeune prince s'enferma dans un long silence, comme se refusant à ouvrir une sombre parenthèse de sa vie.

"Mon petit frère est lui encore trop jeune pour souffrir des nombreux maux de la politique, un enfant innocent auquel je souhaite offrir un avenir de paix, loin de la guerre et de la honte de cette stupide guerre qui nous fais nous confronter à nos propres frères... Cette guerre... Pourrait mener à la fin de notre glorieuse civilisation..."

Sur ces derniers mots, l'expression qu'il afficha fut bien plus grave que d'ordinaire, comme sentant que l'avenir qui se dévoilait à l'horizon, serait aussi sombre que sanglant, sauf ci bien sûre... Certains Asurs parvenaient à se hisser au dessus de la mêlée, de telle sorte à vouloir influencer le destin... Ori aimait à croire qu'il ferait partie de ceux là.
C'est alors que le jeune prince vit des larmes couler le long des joues de la belle Asur aux cheveux d'or. Cette réaction troubla au plus au point le fils de Azurö, qui se retrouva alors honteux de faire pleurer la jeune femme, qu'il comptait un jour hisser au rang de reine. Se voulant rassurant et réconfortant, elle ne lui laissa pas le temps d'agir, se libérant des étreintes de ses mains, pour s'en retourner vers un meuble non loin, où elle dévoila le contenu d'un objet drapé, qui n'était autre qu'une petite cage avec à l'intérieur un oiseau semblant être une colombe.
Revenant vers lui, elle lui tendit ce présent des plus atypique tout en lui donnant les raisons de sa futur et potentiel utilité.

Ainsi donc, même si la jeune princesse ne pouvait que lui donner sa bénédiction quand à la décision de se porter volontaire comme ambassadeur dans les régions de l'Ouest. Elle ne pourrait garantir d'être en mesure d'agir en son nom à Tor Aethil, puisque tout portait à croire que son père, le Seigneur Dranduil, ne renvoi sa fille à Athel Nagaril, loin des soucis de la guerre qui menaçait. Quoiqu'il en soit... Le présent de la belle princesse saurait être utile le moment venu, si le jeune Ori devait contacter le patriarche Nagaril.

Se relevant face à face avec la jeune femme, il afficha un sourire à sa destination, se voulant aussi rassurant que possible, effleurant de sa main l'une des joues de la jeune femme, il tâcha alors de faire preuve de tendresse envers celle qu'il voulait chérir plus que tout.


"Alors... Qu'il en soit ainsi ma chère et douce princesse... Si la volonté du seigneur Dranduil est de vous faire reconduire chez vous, alors faîte donc. Livrer simplement les mots que je vous ai donné plus tôt à votre père une fois arrivé à Tor Aethil. Ne faîte confiance à personne omis votre père, car l'échiquier est en place, et désormais les pièces sont prêtes à se mouvoir, je ne serais que l'élément déclencheur du début de la partie.

Chaque famille fera ces choix et tous voudront leur part... Si j'ai le soutient de votre père, alors peut être arriverai je à accomplir ce que je désires. Avec votre appui, je pense qu'il se montrera compréhensif. En cas d'échec de ma part... Les Nagaril n'auront rien à perdre, puisque de toute façon, continuer dans l'immobilisme ne fera qu'amener les cendres de la guerre sur nos foyers à tous."


Le jeune prince toujours souriant malgré la gravité de ces mots, enchaina sur la suite de ses préoccupations :

"Attendez mon retour Cyrielle... Je reviendrai vers vous, en vous offrant tout ce qu'il me sera possible de vous donnez. L'Ouest... Un avenir glorieux... La paix... Et mon coeur... Pour peu que vous souhaitiez vous en emparer.

Je ne peux que vous remercier pour votre présent, et le moment venu, j'en ferai usage de telle sorte à pouvoir contacter votre père qui par son intermédaire, pourra m'offrir quelques nouvelles de vous j'en suis sûre."


C'est alors que prenant son courage à deux mains, il s'autorisa à déposer un baiser sur le front de la jeune femme, avant de faire un pas en arrière et d'effectuer une révérence à l'intention de la jeune femme.

"Si vous me le permettez ma princesse... J'aimerai me retirer. Un long voyage nous attends tous, et j'aimerai mieux vous savoir bien reposé pour être en mesure de rentrer à Tor Aethil. J'ai moi même encore quelques préparatifs à terminer."

Attendant de voir si Cyrielle avait encore quelques mots à lui offrir, la suite pour le prince serait de retrouver les autres membres de sa cours, de telle sorte à leur faire part au plus vite de la suite des évènements qui allaient les attendre.

La partie était lancée.
Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 13 janv. 2019, 18:57, modifié 1 fois.
Raison : +6 xp (total 45). Wikifié.
Ori Aen Elle, Voie de l'aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 14 | Int 11 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... i_aen_elle
Liste compétences :
• ACUITE VISUELLE (B)
• ALPHABETISATION
• CONNAISSANCE TACTIQUE (E)
• DIPLOMATIE (B)
• ELOQUENCE (E)
• ETIQUETTE (B)
• INTRIGUE DE COUR (B)
• SEDUCTION (B)
• VISION NOCTURNE (E)

Avatar du membre
Ætinis Verteflèche
PJ
Messages : 55

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par Ætinis Verteflèche » 15 janv. 2019, 18:47

La réponse d’Yrin au sujet de Valeth ne satisfit guère Ætinis, mais confirma ses impressions au sujet de la fratrie. Qu’Yrin soit la grande sœur paraîtrait logique et probable aux yeux de notre héroïne, puisqu’elle était souvent plus affirmée et très protectrice envers Valeth. Estimant peu opportun de continuer à discuter de cela, Verteflèche conclut à ce sujet :

–Je ne reproche pas à votre frère de m’avoir soigné la première, mais plutôt d’être allé se reposer au lieu de soigner ce blessé qui en a besoin. Mais ce n’est pas de sa faute s’il est faible après tout.

Puis les choses se tendirent. Les paroles blessantes d’Ætinis firent mouche au vu de la réaction d’Yrin, qui se redressa et la toisa, certainement vexée. Cependant, et heureusement pour notre héroïne, la main de Tyrosh sut garder la maîtrise d’elle-même. Sur le fond, en revanche, sa réponse était d’un vide abyssal et ne plût pas du tout à l’archère qui s’apprêta à en remettre une couche, les yeux brillants de fiel.

Alors qu’elle ouvrait la bouche pour railler sa collègue, une Melhira encore plus belle et plus intimidante qu’à l’accoutumée fit irruption dans la salle. Elle paraissait fière, hautaine, imbue de confiance en elle, et, pire que tout, elle exultait visiblement. La traînée magicienne s’était vêtue pour l’occasion d’une robe d’une beauté à couper le souffle, même si elle n’était pas du tout dans le style qu’appréciait Ætinis. Accaparant en un instant toute l’attention des occupants du hall, Melhira ne put s’empêcher de se pavaner en se vantant d’avoir obtenu la confiance pleine et entière d’Ori, et se paya le luxe de leur faire la leçon. Elle se permit même de se proposer pour l’interrogatoire.

Verteflèche resta quelques secondes interdite devant ce spectacle. Statue de marbre à l’extérieur, elle brûlait de jalousie et de rage à l’intérieur. Tant d’audace, tant d’impudence, tant d’assurance, tant de réussite et de puissance émanaient de cette catin aux mains rougies de sang !
*Ah, quelle salope ! Elle n’a donc aucune fierté, aucune honte à se rabaisser à utiliser son corps et sa magie pour manipuler les autres et en faire des caniches bavant à ses pieds ! Elle a beau être plus belle, plus terrifiante et plus puissante que je ne le serai jamais, quel déshonneur que de se comporter ainsi ! Que penseraient ses parents s’ils la voyaient ? * Mais dans le même temps, Ætinis savait que Melhira était sans doute réellement capable de les tuer tous ici en un mot de pouvoir. Son pouvoir magique était très prégnant dans l’air, presque palpable, et notre héroïne ressentait le même malaise en elle que lorsque Nahël Æthil avait jeté le sort qui avait immobilisé la pauvre Ælynn. Cela était étrange et effrayant à la fois. De plus, même si Verteflèche ne croyait pas un mot de ceux qui venaient de sortir de la bouche de la nouvelle arrivée, elle se rappelait que son seigneur avait défendu de lui faire du mal sauf si elle se montrait agressive. Bon gré mal gré, il faudrait donc obéir et se résigner à accepter qu’elle reste avec eux, pour l’instant du moins, car Ætinis espérait bien que son seigneur la ferait mettre aux fers pour le restant de ses jours quand il s’occuperait de son cas. Car elle n’oubliait que Melhira était une assassine, une fuyarde et une opportuniste, peut-être même de mèche avec l’assassin qu’elle se proposait « innocemment » d’interroger. Un éclair de crainte traversa les yeux de la soldate à l’idée que la magicienne pourrait vouloir faire taire son présumé complice au cours de son soi-disant interrogatoire si on la laissait faire. Il serait donc hors de question de la laisser ne serait-ce que s’approcher du blessé.

C’est donc avec une hostilité manifeste, teintée de peur et d’un rejet certain que la forestière rompit le silence après une bonne quinzaine de secondes d’un silence religieux qui avait suivi les paroles de la mage.


-Arrière, sorcière !

Cette simple interjection avait résonné comme un avertissement, et c’en était bien un. Ætinis se sentait menacée, elle et le prisonnier, et elle y répondait en sortant les griffes et en hérissant le poil. Elle reprit, toujours sur la défensive :

–Ta langue fourchue et tes atouts de fille de joie bon marché t’ont je ne sais comment gagnés un sursis jusqu’ici, mais le seigneur Ori Aen Elle, MON seigneur, n’est pas aussi bête que tu ne le penses. Crois-moi, jamais il n’accordera sa confiance à une traînée dans ton genre, au contraire, quand il en aura fini avec toi, tu croupiras dans une geôle sombre pour des décennies !

Par peur de se retrouver avec une mage en furie sur le dos, elle se retint de rajouter, mais pensa très fort en lui jetant un regard noir et en espérant que ça, elle pourrait le lire dans ses pensées « où la seule chose que tu pourras soudoyer avec ton corps de pute c’est le gardien pour obtenir un supplément de sauce avec ton pain sec et ton eau croupie ».

Puis, toujours très en colère et à la limite de la rage, Ætinis continua, s’adressant cette fois-ci à ses deux rivales :


–Vous prétendez toutes deux avoir la confiance de MON maître. Mais la vérité est qu’entre nous toutes, MOI SEULE puis me targuer d’un tel honneur. Vous êtes vraiment assez stupides pour avoir cru me berner avec vos inepties ? Pourquoi ferait-il donc confiance à une espionne de son oncle, et à une sorcière assassine ? Il vous tolère parce qu’il a besoin de vous, mais ça ne vous donne droit à rien, et certainement pas à prétendre avoir sa confiance. Vous n’êtes que des objets prêtés par d’autres pour lui ou ramassés dans la fange, là où moi, je suis SA servante dévouée, SON esclave, SA chose.

Pour en revenir au prisonnier, hors de question que des gens peu fiables comme vous s’en chargent. Vous allez le tuer, c’est certain, et je ne vous laisserai pas lui faire de mal. Dans l’intérêt du seigneur Ori, il doit survivre ! … Pour parler.


Ajouta-t-elle en rosissant. En réalité, Ætinis voulait que le prisonnier survive en grande partie pour parler, c’était exact. Mais ce n’était qu’une partie de la vérité. Si elle tenait tant à sauver l’assassin à tout prix, c’était aussi parce qu’elle n’aurait pas supporté qu’on laisse mourir quelqu’un du fait de la blessure qu’elle lui avait infligée. Il n’empêchait que la situation était à deux doigts de déraper entre le trio de filles.
Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 15 janv. 2019, 19:02, modifié 1 fois.
Raison : +6 xp (total 70). Wikifié.
Ætinis Verteflèche, voie de l'archère elfe
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 9 | Int 9 | Ini 11 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ertefleche

Equipement et compétences de combat:
Equipement de combat:
-Lame en or marin : 14+1D8 dégâts, 15 parade
-Arc elfique : 30+1D8 dégâts Malus de -2 TIR tous les 36 mètres, précise : (quand vous utilisez une telle arme lors d'une attaque localisée, vous gagnez un bonus de +2 ATT/TIR. Vous pouvez combiner ce bonus avec celui qui est associé au talent Coups précis/Tir précis...)
-Coutelas : 12+1D6 dégâts, 6 parade.

Compétences de combat :
-Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR quand utilise un arc.
-Tir en mouvement : annule le malus pour les tirs en mouvement.
-Tir à déclenchement rapide : Sur un test d'HAB réussi, permet de tirer deux projectiles par round au lieu d'un seul (maximum 2), avec un malus de -1 à chaque tir dans ce cas.
Image

Avatar du membre
[MJ] Le Gob'
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 203
Profil : ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes : Vladek [Chroniques]
Localisation : Grenoble/Lyon

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par [MJ] Le Gob' » 15 janv. 2019, 19:47

Test d'intimidation (CHA) opposé d'Ætinis contre Melhira : 18 (9 degrés d'échec), contre 17 (4 degrés d'échec). Melhira n'est pas impressionnée.

Considérons qu'Ori peut arriver et agir à la fin de mon post, s'il le désire.
Si l'atmosphère dans le hall n'était pas électrique avant l'allocution d'Ætinis, elle l'était maintenant. Les mots virulents de l'archère à l'encontre de ses interlocutrices -notamment Melhira- avaient jeté un froid, et la pièce fut quelques secondes plongée dans un silence que nul n'osait briser. L'arrivée de Melhira avait néanmoins détourné l'attention d'Yrin de Verteflèche, la "Main" de Tyrosh jaugeant à présent la mage vêtue de noir, cherchant à déterminer la part de mensonges dans son discours. L'expression de son visage était aussi sévère que précédemment à l'encontre d'Ætinis, si ce n'est davantage.

Melhira avait été la cible de violentes injures de la part de l'archère au rude accent, suffisantes pour s'estimer gravement lésée. Cette même archère qui l'avait délibérément blessée au poignet en la libérant de ses fers, plus tôt dans la journée, l'insultait à présent devant de nombreux témoins. Mais en dépit de cette provocation manifeste, la mage nouvellement entrée au service d'Ori ne semblait pas perdre son sang froid. Bien au contraire, une lueur rieuse, amusée, flottait au fond de ses yeux sombres. Ou s'agissait-il plutôt de braises de froide colère ? Un rictus assassin déforma un instant les lèvres de la mage... puis s'estompa, vite remplacé par une moue ennuyée... elle-même effacée finalement par une expression de sollicitude, emprunte d'une irritante fausseté.


Image
« Quelle pitié, archère, que tu me juges si rapidement.

La fatigue et l'inquiétude obscurcissent ton jugement.

Mais tout est bien, à présent. Avec moi, le prisonnier est hors de danger.

Si tu me laisses approcher, j'ai les moyens de le faire parler. »

Less deux dernières phrases avaient été prononcées d'une voix forte, portant conviction et autorité dans le hall, et -peut-être à dessein- jusque dans les escaliers menant vers l'étage...
Un gobelin inspiré a écrit :Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...
A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image
Un gobelin douteux a écrit :

Avatar du membre
Ori Aen Elle
PJ
Messages : 58

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par Ori Aen Elle » 18 janv. 2019, 17:51

Lorsqu'il quitta la chambre de la douce et belle Cyrielle, pour se diriger vers le grand hall dans le but de retrouver sa cour et ses hommes, il ne put s'empêcher de s'enfoncer dans une intense réflexion, en observant l'oiseau toujours dans sa cage que désormais le jeune prince portait en main. Le volatile, très calme, observa aussi son nouveau maître, inclinant de temps à autre la tête machinalement. Le cadeau de la descendante des Nagaril, était le premier présent offert par la jeune femme à son égard, aussi y attacha il une valeur particulière… Surtout, il représenterait un atout majeur pour son voyage vers Tor Anroc, car il donnerait l'opportunité au jeune prince de pouvoir envoyer un message au prince Dranduil, selon l'urgence d'une situation. Pensant le prince Daruil sincère dans le projet de paix commun qu'ils s'étaient fixés, le fils de Azurö garda tout de même une part de méfiance vit à vit de ce protagoniste qu'il ne connaissait au final que très peu. De fait… Ori se devait d'envisager toutes les possibilités, et si Tor Anroc se décidait à manœuvrer dans l'ombre contre Tor Aethil et les autres grandes cités… Le présent de Cyrielle saurait être la clé pour les prévenir en cas de terribles nouvelles…
Sa prise de décision pour se porter volontaire comme ambassadeur et négociateur de paix, était elle une bonne idée ? Ou bien cet acte qui pouvait sembler inconscient pour certains en ces temps de guerre, serait il celui qui mettrait fin à toutes les ambitions du jeune Aen Elle… L'avenir aussi flou qu'il était, saurait fournir ces réponses en temps et en heure.
C'est alors que quittant les étages destinés aux invités d'honneurs, pour arriver vers le rez-de-chaussée, il entendit de nombreux échos de voix, signe que quelques disputes semblaient avoir éclaté. Pressant le pas, car craignant de trouver à nouveau les siens en proie à quelques querelles avec les troupes du prince Daruil, en particulier la dénommé Mirai, instigatrice de la mort d'œil de faucon.
Le poison de la vengeance avait il encore frappé ? Risquant de réduire à néant tous les plans de Ori ?
Arrivant non loin de l'escalier qui le mènerait enfin au hall où stationnait Yrin et les autres, il entendit émaner d'un peu plus bas, la voix de sa protectrice : Aetinis Verteflèche, qui se lança dans un argumentaire plein de rage, à l'encontre des autres… Et au vu des descriptions énoncées, il semblait que Melhira et Yrin étaient les victimes de la fureur de l'archère. Le sujet de dispute… Semblait être quelque désaccord concernant le rôle que chacun pouvait jouer dans cette histoire… Une histoire d'attention et de reconnaissance… Ainsi donc non loin du jeune prince, en ces temps troublés et difficiles, il allait devoir face à une querelle interne… Dont les raisons n'étaient que quelques enfantillages, à savoir qui obtiendrait le plus d'attention de son prince.

Ce fut dans le calme que le jeune prince descendit l'escalier, entendant Melhira répondre aux provocations de l'archère, avec calme et sérénité. Se portant à hauteur de la mage, il posa sa main sur l'épaule de la jeune femme, dont l'allure était sombre et gracieuse, grâce à ce qui semblait être quelques illusions vestimentaires...


"Merci de ton intervention Melhira… Je vais m'occuper du reste."

Passant devant la jeune femme, il continua sa descente, pour se diriger vers Yrin et Aetinis, tandis qu'un silence pesant s'était installé parmi les sentinelles dont il avait la charge. La simple arrivée du prince avait semble il calmé les esprits, et pourtant l'inquiétude semblait avoir dans le même temps montée d'un cran, tant le regard que portait le jeune Aen Elle en direction de sa protectrice était terriblement sévère et froid…
Arrivant à hauteur de Yrin et Aetinis, il les regarda une à une, avant de faire de même avec chaque protagoniste présent dans le hall.


"Honte sur vous… Honte sur vous tandis que nous sommes ici en temps qu'émissaire, tandis que je me présente à Tor Velanor, avec l'espoir d'un message de paix, pouvant peut être stopper la folie de quelques seigneurs alimentant la guerre rongeant notre peuple… Et voila que… Vous vous affichez dans une dispute, digne de quelques enfants en quête de reconnaissance ?! En plus de vous ridiculisez ! Vous portez la honte sur ma personne mais aussi sur ma famille ! Le prince Ori Aen Elle… Qui désireux d'éviter l'escalade de la violence entre les fidèles de notre Roi et du Roi Phoenix… N'est en réalité même pas capable de tenir ses propres troupes !"

Le jeune Aen Elle vit alors Yrin s'avancer dans le but de s'expliquer, mais le jeune prince fit exploser sa rage, sentiment émanant de lui et que beaucoup voyait pour la première fois.

"SILENCE !!!! Je ne veux plus entendre personne ! Il n'y a ni explication, ni excuse à me fournir. Face à moi… Vous qui êtes les plus proches membres de ma cour… Vous n'êtes en réalité que des enfants !"

Puis ce fut vers Aetinis qu'il se tourna, car elle semblait être l'instigatrice de tout le remue ménage qui s'était emparé de la salle. Ayant entendu les propos qu'elle avait tenté de défendre, le prince comptait bien remettre sa protectrice dans le droit chemin, et pour la première fois, l'idée d'une éventuel punition lui traversa à plusieurs reprise l'esprit.

"Quand à toi... MON esclave... MA chose... Stupide petite fillette en quête de reconnaissance... Voila donc ce que tu es, ce que tu désires être ?! Celle qui sera capable d'obtenir mon attention, pour l'exposer aux yeux des autres ? Les enjeux de notre voyage ici se limiteraient donc... A une stupide compétition ?!
Tu es celle qui m'accompagne depuis le début... Et de fait, cela te donnerai le privilège d'avoir une importance supérieur aux autres ?! C'est que tu connais bien mal le prince que tu dis vouloir servir archère !

Vous tous ici présent... Chacun et chacune de vous... Avez un rôle à jouer, chacune de vos vies m'est précieuses ! Et si nous sommes ici... Ce n'est nullement pour mes ambitions, ni encore parce qu'on vous a ordonné de me servir aveuglement... Non ! Nous sommes ici pour offrir un autre avenir à notre peuple, pour éviter la chute et la décadence de notre civilisation ! Notre mission, dépasse toutes les ambitions ou les caprices de chacun !

Je pensais que tu l'avais compris Aetinis..."


Puis le jeune prince, porta son regard en direction du prisonnier blessé. Observant l'assassin d'un regard des plus froid. Il poussa alors un long soupir de lassitude, avant de se plonger dans une longue réflexion. C'est alors qu'il tandis sa main en direction de Melhira, pour que celle ci s'en empare.

"Bien... Puisqu'il faut officialiser la chose, j'aurais aimer le faire dans un autre contexte... Melhira dit vrai... Malgré que je ne la connaisse que depuis peu, et malgré les réticences de tous ici présent la concernant... Elle est parvenu à me démontrer l'atout de taille qu'elle pourrait être à mes cotés. Aussi en temps que jeune prince, j'ai besoin de m'entourer de gens puissants, et capable de me conseiller et de me comprendre. Aussi... J'ai pris la décision... De nommer Melhira comme étant ma mage personnel... De fait, je demande à tous, et surtout à toi Aetinis... De t'adresser à elle avec le respect dû à son nouveau rang !"

Au vu du regard affiché par le prince, on pouvait tout de suite comprendre que toute opposition à cette révélation n'était aucunement envisageable. Mais tandis que tous pensaient que la remontrance engagée, se terminerait là dessus... Il semblait que le frère de Eredin, n'en avait pas totalement terminé avec sa protectrice.

"J'avais de nombreuses choses à vous dire... Mais cela pourra encore attendre quelques minutes... Ton comportement Aetinis, est aussi de ma responsabilité, sans aucun doute me suis je montré trop bienveillant à ton égard... Et c'est d'une femme forte et non pas d'une enfant dont j'ai besoin à mes cotés, pour assurer ma protection... Aussi... Vas tu me prouver ta fidélité..."

C'est alors que le jeune prince, dégaina sa lame, qu'il donna à Aetinis, et il ne fallu que quelques secondes pour que tous les gens présents dans la salle, ne comprennent où il voulait en venir. Yrin voulu alors s'interposer à nouveau, dans le but de raisonner le jeune Aen Elle, mais celui ci la congédia d'un geste de la main.

"Je t'ai donné quelques heures pour lui arracher des informations... Si ce délai n'a rien donné, alors il ne m'est d'aucune utilité. Pour une fois, je vais agir non pas par raisonnement mais par pur instinct..."

Sa lame toujours tendu vers Aetinis, il énonça alors avec autorité et charisme l'ordre qu'il demandait à son archère d'accomplir.

"Aetinis Vertflèche... Moi Ori Aen Elle, ton prince à qui tu as juré fidélité et total dévouement... Je te donne l'ordre d'exécuter cet homme ! Dont les crimes sont : tentatives de meurtres et haute trahison... Que tous prennent acte de mon jugement, et que justice soit rendu !"

Et ce fut sur la fin de ces mots, qu'un froid glacial tomba sur l'assemblée présente.
Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 18 janv. 2019, 19:15, modifié 2 fois.
Raison : +6 xp (total 51).
Ori Aen Elle, Voie de l'aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 14 | Int 11 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... i_aen_elle
Liste compétences :
• ACUITE VISUELLE (B)
• ALPHABETISATION
• CONNAISSANCE TACTIQUE (E)
• DIPLOMATIE (B)
• ELOQUENCE (E)
• ETIQUETTE (B)
• INTRIGUE DE COUR (B)
• SEDUCTION (B)
• VISION NOCTURNE (E)

Avatar du membre
Ætinis Verteflèche
PJ
Messages : 55

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par Ætinis Verteflèche » 22 janv. 2019, 20:44

La réaction hautaine de Melhira était tout bonnement insupportable. Tant de suffisance. Tant de fausseté. Il était clair aux yeux de notre héroïne que tout cela n’était qu’artifices, que poudre aux yeux, surtout après qu’elle ait entraperçu la réaction initiale, bien plus violente, de la magicienne. Quant à la question du pourquoi une telle mascarade, elle trouva bien vite une réponse évidente.

Comme par hasard, pile à cet instant, le seigneur Ori Aen Elle débarqua par même escaliers d’où elle était descendue un peu plus tôt. Son apparition fit ravaler à Ætinis sa réplique acerbe. Elle avait beau être persuadée d’être dans le vrai, elle savait que son maître ne l’aurait pas toléré. Mais elle n’en restait pas moins bouillante de colère et prête à exploser, comme une casserole fermée laissée trop longtemps sur le feu. Melhira s’était montrée habile, très habile même sur ce coup. Verteflèche s’était laissée emporter et la sorcière avait fait en sorte qu’Ori soit témoin de ce spectacle dont elle savait qu’il ne lui plairait pas, tout en se gardant elle-même le rôle de la femme sage et posée, capable de prendre sur elle et de faire preuve de hauteur de vue.

En bref, elle avait créé cette mise en scène pour se présenter aux yeux de leur supérieur comme une adulte restant douce mais ferme face à la grossièreté et au caprice d’une enfant. Maintenant qu’elle se rendait compte de cela, Ætinis grimaça, mécontente d’avoir involontairement joué son jeu jusqu’au bout sans se rendre compte de rien. Elle avait été menée par le bout du nez exactement là où Melhira voulait qu’elle aille, et il en résultait une perte totale de crédibilité pour elle et par corollaire un renforcement de la position de la mage. Consciente de son erreur et de l’impossibilité de la rattraper dans l’immédiat, Verteflèche n’eut d’autre choix que de se taire et d’accepter la défaite, déconfite, amère. Elle concéda mentalement le point, sans pour autant s’avouer vaincue.

*Très, très bien joué, tu gagnes cette manche, sorcière... Mais pas la guerre ! Foi d’Ætinis, je n’ai pas dit mon dernier mot.*
Oui, une guerre, le mot n’était pas trop fort dans l’esprit de notre archère. Melhira serait désormais une ennemie pour elle, en dépit de tout ce que les autres diraient, et elle se jura qu’elle ferait tout pour la contrarier à l’avenir, mais en restant plus subtile, plus prudente. Il était hors de question de se refaire manipuler.

*Quoi qu’il en soit, pensa-t-elle naïvement avant que le nouvel arrivant ne soit arrivé à leur hauteur et donc n’ait pu parler ou agir, au moins le seigneur Ori va-t-il me donner raison et remettre cette étrangère à sa place, dans les cachots ou au moins dans sa chambre ! Quelle impudence elle a eu d’oser se prétendre sa femme de confiance. Vengeance ! *
A cette pensée, qui la traversa comme un éclair, elle afficha un petit rictus satisfait.

L’étonnement que ressentit Ætinis Verteflèche en voyant son seigneur poser la main sur l’épaule de Melhira, puis écouta les paroles qu’il prononça, n’eut d’égal que sa déception quand elle les digéra. Tout d’abord, ce fut comme prendre une douche glacée imprévue, ou une pierre sur la tête. Son sourire s’effaça aussi vite qu’il était venu, remplacé par une expression de surprise totale, bouche bée, incapable de réagir immédiatement à ce qui se disait et se passait sous ses yeux.

Comment son prince pouvait-il remercier Melhira, la traiter en alliée ? Et la regarder, elle, Ætinis, avec autant de froideur ? C’était injuste ! C’était le monde à l’envers ! C’était Melhira qu’il fallait punir, et elle qu’il fallait remercier, pas l’inverse ! Puis il commença à leur faire la leçon, à tous, tous sauf ELLE ! Expliquant en quoi ils lui avaient fait honte, en quoi ils se comportaient comme des gamins, en quoi ils le ridiculisaient, et surtout en quoi le décrédibilisaient aux yeux de ses pairs, ce qui était sans doute le pire.

Il était probable que la dispute ne reste pas cloisonnée à ces quatre murs, en effet. Ils n’étaient pas à A’vallach, la ville des Aen Elle. Il y avait des étrangers à Tor Velanor, des espions potentiels. Sans parler des troupes de l’oncle Tyrosh, Yrin la première, qui ne manqueraient pas de rapporter l’incident à leur maître une fois rentrées.

D’ailleurs, en pensant à Yrin, notre héroïne eut la satisfaction de voir cette dernière se faire rabrouer alors qu’elle tentait d’intervenir, sans doute pour se défendre et se mettre en avant comme à son habitude. Satisfaction bien éphémère, car une fraction de secondes plus tard, c’était Verteflèche elle-même qui se retrouvait sous le feu des critiques. Le sermon qu’elle reçu lui fit l’effet de coups de marteau successifs sur le crâne. A chaque mot, elle perdait un peu plus ses moyens. Même si elle l’avait voulu, elle n’aurait pas pu se défendre. Tout ce qu’elle put faire, consciente que les regards de tous étaient tournés vers elle, fut de baisser la tête honteusement en rougissant. Si elle avait pu disparaître en ce moment précis, elle l’aurait fait.

Enfin, après un temps interminablement long, les réprimandes cessèrent, mais la forestière garda ses yeux rivés sur ses bottes, trop humiliée pour oser relever les yeux et supporter les regards des autres. Elle était toujours toute rouge et sentait le bout de ses oreilles, anormalement chaud, la démanger, chose courante lorsqu’elle se sentait horriblement gênée et que le pourpre lui montait au visage, et plus particulièrement aux joues et aux oreilles. Dans un réflexe machinal qu’elle avait fait sien depuis longtemps quand elle était anxieuse ou pensive, elle se mordit la lèvre inférieure, en l’occurrence par pure anxiété.

A cet instant, on aurait vraiment dit une gamine prise sur le fait en train de faire quelque chose d’interdit, sermonnée en public par son père ou son grand frère. Ætinis était excessivement jeune pour une elfe, à peine sortie de l’adolescence, et cela était visible à ce moment. Elle-même se fit penser aux fois où son père l’avait attrapée quand elle faisait des bêtises, et elle détesta ce parallèle. Elle ne voulait plus qu’on la prenne une enfant ridicule, or, elle venait d’être affichée comme telle devant tout le monde !

La suite ne lui plut guère plus. Au contraire, lorsqu’elle entendit les paroles de son seigneur au sujet de Melhira, elle eut envie de pleurer et de lui crier que ce n’était pas possible, qu’il devait voir la voir la vipère qu’il faisait entrer à sa droite, qu’elle refusait. Mais elle était encore trop honteuse pour oser faire quoi que ce soit.

Elle se contenta de jeter un regard incrédule et défait, au bord des larmes à une Melhira probablement triomphante. Le pire vint avec les derniers mots d’Ori à leur sujet, le fait qu’il lui notifie personnellement l’obligation de « la traiter avec le respect dû à son nouveau rang ». Autrement dit, le message était clair : elle avait une nouvelle supérieure : sa pire ennemie.

Le choc était fort, c’était comme si on l’avait giflée. Les larmes aux yeux, la jeune elfe se contenta d’une petite révérence pour saluer cette annonce et signifier aux deux qu’elle s’inclinait. Comme si elle avait le choix. Puis elle se redressa, droite comme un i, le regard plein d’amertume, s’efforçant au moins de ne pas pleurer pour ne pas perdre définitivement la face. Elle serait les poings si fort que ses jointures étaient blanches et que ses ongles lui rentraient dans les paumes. De même, sa mâchoire était fermée, dents serrés. Elle encaissait humiliation sur humiliation, désaveu sur désaveu.

Oui, la guerre contre Melhira n’était pas perdue, mais la première bataille se soldait par un échec total, une défaite écrasante, et même une vassalisation. Mais Ætinis n’avait pas dit son dernier mot, et tôt ou tard, l’heure de la revanche sonnerait !

C’est alors que le coup de grâce lui fut porté. Verteflèche, qui encore quelques minutes plus tôt avait interdit qu’on touche au prisonnier dans l’intérêt du seigneur Ori, se voyait ordonner de l’exécuter par ce même seigneur, comble de l’ironie. Mais le maître Aen Elle avait été clair, il s’agissait de soi-disant lui prouver sa loyauté et son utilité en exécutant le prisonnier. Rien que cela.

Ætinis pensa que cela était injuste. N’était-ce pas elle qui déjà, avait arrêté cet homme au péril de sa vie ? N’avait-elle pas déjà prouvé son utilité, sa loyauté ? En quoi tuer un elfe blessé et inconscient serait-il une preuve de quoi que ce soit ?

Mais elle n’avait pas le choix. Avec une grimace mécontente, elle accepta la sentence. Symboliquement, Ori lui avait remis son arme. Une glaith seigneuriale, une arme rituelle, peu propice à ce genre de parodie de travail de bourreau. Elle-même ne connaissait pas grand-chose au maniement des armes blanches, alors pour ce qui était d’une arme aussi particulière que celle-ci…

Une autre chose la gênait. Jusqu’ici, jamais Ætinis Verteflèche n’avait tué. Jamais elle n’avait pris une vie. Pour une elfe traditionnaliste et conservatrice comme elle, très attachée à une société rigide et juste, froide et dure, où chacun jouait son rôle en restant à sa place, elle était bien évidemment favorable à la peine de mort pour ce genre d’assassins et de traîtres rebuts de la société. Mais l’histoire d’Ælynn et de son amoureux la troublait. Se pouvait-il qu’il s’agisse là-aussi d’un elfe naïf trompé par des mensonges ou ayant de bonnes raisons de faire ce qu’il avait fait ? Cela posait question. Et on ne le saurait jamais si on exécutait cet elfe.

De plus, il y avait une foule d’éléments qui plaidaient pour le laisser en vie, ou au moins en sursis, le temps de lui tirer les vers du nez. Le tuer avant qu’il ne parle était la mauvaise décision, Verteflèche en était certaine. Après avoir parlé, s’il s’avérait que cet elfe était bien l’ordure qu’il semblait être, il mériterait son sort. Mais même ainsi, il ne lui plaisait guère d’être utilisée comme bourreau.

Jusqu’à présent, malgré l’épisode Ælynn, Ætinis, la fille d’une menuisière et d’un bûcheron du hameau d’Ilmatir, s’était toujours arrangée pour garder ses mains propres. Même s’il lui paraissait juste d’accepter une décision de son seigneur, d’exécuter un ordre et une décision de justice parfaitement adaptée qui plus était… Quelque chose était difficile. Si le bourreau avait été autre, ça ne lui aurait pas posé problème, elle aurait presque applaudi la sentence s’il n’y avait pas eu le problème de l’interrogatoire. Mais même si elle essayait de se persuader que cet elfe sans défense allongé au sol le méritait… Elle avait une certaine réticence à agir elle-même, à être la main de son seigneur. Car au final, Ori lui donnait le sale boulot, mais c’était lui qui avait pris la décision. Ce serait lui qui serait responsable de la mort du prisonnier, pas elle.

Mais si elle refusait… Elle perdrait immédiatement toute la confiance que son seigneur plaçait encore en elle. Pire, elle se rendrait coupable d’insubordination, pour avoir refusé un ordre. Et si Ori se montrait impitoyable, cela pourrait la conduire, elle, au poteau pour servir de cible aux archers de son propre camp, ou croupir en prison, ou à se faire fouetter, ce qui n’était guère mieux.

Ætinis se rendit compte qu’elle était restée à réfléchir, immobile et sans parler pendant un long moment, la glaith dans les mains. Son cerveau fonctionnait à plein régime, pour tenter de trouver une échappatoire. En vain. Ori l’avait acculée, et il ne tolérerait pas qu’elle discute ses ordres ou tente de le raisonner, tant il semblait déterminer. Elle n’avait donc que deux choix. Tuer le prisonnier, ou ne pas le faire. Avec un soupir résigné, elle leva les yeux au ciel et adressant une prière silencieuse à Lileath, une déesse qu’elle n’invoquait que très rarement, elle répondit sans grande conviction :


–A vos ordres, mon seigneur.

Puis elle s’agenouilla à côté du corps inerte, leva le long poignard à la lame si particulière, créée plus pour blesser que pour tuer. Avec une grimace, elle pensa que ce serait plus du travail de charcutier bâclé qu’une exécution bien propre. Elle tourna sa tête vers Ori, espérant jusqu’au dernier moment qu’il arrêterait son geste. Elle avait beau penser que cet assassin, à priori, de ce qu’elle en savait, méritait la mort, elle ne voulait pas devenir une tueuse. Elle se sentait fiévreuse rien qu’à l’idée que dans quelques secondes, elle aurait pris sa première vie, elle ne serait plus jamais la gamine innocente rêvant d’une vie tranquille dans les bois qu’elle avait été, elle aurait du sang sur les mains, du sang que rien ne pourrait laver. Le fait qu’elle y soit forcée, que ce soit juste et qu’Ori soit mille fois plus responsable qu’elle de cette exécution ne la rassurait qu’un peu : de fait, c’était elle qui tiendrait l’arme, elle qui ôterait le souffle de vie à l’elfe qui gisait devant elle.

Elle y perdrait son innocence.

C’était d’ailleurs la raison pour laquelle elle fredonnait dans un murmure une prière à Lileath, déesse de l’innocence et du pardon sur l'air d’une comptine que sa mère lui chantait quand elle n’était qu’une enfant et qu’elle avait du mal à s’endormir, effrayée par des ombres.


–Vierge Lileath, protège-nous. Vierge Lileath, pardonne-nous. Quand je m’égare, quand je me perds, si j’agis mal. Vierge Lileath, protège-moi. Vierge Lileath, pardonne-moi… Pardonne-moi…

Sur ces derniers mots, elle frappa, essayant de planter la lame directement dans le cœur de sa victime. Puis, les yeux dans le vague, elle essuya l’unique larme qu’elle avait laissé couler par faiblesse d’un revers de sa manche et rendit son arme à son seigneur, agenouillée devant lui, le regard dur.
Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 23 janv. 2019, 15:04, modifié 1 fois.
Raison : +6 xp (total 76).
Ætinis Verteflèche, voie de l'archère elfe
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 9 | Int 9 | Ini 11 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ertefleche

Equipement et compétences de combat:
Equipement de combat:
-Lame en or marin : 14+1D8 dégâts, 15 parade
-Arc elfique : 30+1D8 dégâts Malus de -2 TIR tous les 36 mètres, précise : (quand vous utilisez une telle arme lors d'une attaque localisée, vous gagnez un bonus de +2 ATT/TIR. Vous pouvez combiner ce bonus avec celui qui est associé au talent Coups précis/Tir précis...)
-Coutelas : 12+1D6 dégâts, 6 parade.

Compétences de combat :
-Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR quand utilise un arc.
-Tir en mouvement : annule le malus pour les tirs en mouvement.
-Tir à déclenchement rapide : Sur un test d'HAB réussi, permet de tirer deux projectiles par round au lieu d'un seul (maximum 2), avec un malus de -1 à chaque tir dans ce cas.
Image

Avatar du membre
Ori Aen Elle
PJ
Messages : 58

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par Ori Aen Elle » 01 févr. 2019, 14:45

La tension était palpable, tandis que les yeux de tous étaient rivés sur la jeune archère, sans doute chacun se demandant si oui ou non elle aurait le cran nécessaire pour obéir à l'ordre impitoyable de son maître. De son coté, le jeune Ori jaugeait sa protectrice, son regard la transperçant, tout en arborant une expression des plus froide.
Pour autant, des remords vinrent empoisonner le cœur du jeune prince, qui au fur et à mesure des secondes qui s'écoulaient tandis qu'il attendait la mise à mort du prisonnier… semblait réaliser la folie qui s'était emparé de lui sous le coup de l'émotion… En temps que prince, s'était ici la première fois qu'il mettait officiellement à mort un autre Asur. Pourtant… Il l'avait fais avec une telle facilité, qu'il avait l'impression que ce "don" de vie ou de mort sur autrui… Était quelque chose de commun et de normal lié à son rang… Se présentant comme un homme de paix, voila qu'il venait de demander à Aetinis de faire couler le sang, non pas pour sauver des vies, ou encore pour la cause des Asurs… Non… simplement pour tester la fidélité de celle qui accompagnait ses pas depuis qu'il avait quitté la capital des Aen Elle…

L'archère fixa dans un mutisme total la lame que le jeune prince lui avait tendu, Ori pouvant presque entendre le conflit moral qui opérait au plus profond de l'âme de la jeune femme, puis résigné à accomplir les moindres volontés de son prince, releva la tête vers sa cible, avant de citer quelques prières à la déesses Lileath, comme voulant d'avance chercher le pardon des Dieux pour se meurtre de sang froid qu'elle allait commettre.
Le fils de Azurö, dont le rythme cardiaque avait soudainement augmenté, observa la suite des évènements sans broncher, tandis que dans son esprit, il n'arrêtait pas de se dire :


*Qu'est ce que je suis en train de faire ?... Je peux encore tout arrêter… Même si c'est un ennemi, il reste un prisonnier désarmé… Et je veux qu'il soit tué… Simplement pour tester Aetinis ?! Qui depuis le début ne m'a jamais fais défaut ?! Je dois stopper ceci… Allez Ori ! Fais le ! Donne l'ordre… Donn...*

Mais il était trop tard… D'un geste aussi vif que précis, son archère planta la lame d'un coup sec en plein cœur de sa victime, qui s'écroula alors au sol, les yeux grands ouverts, tandis que déjà, une masse de sang se forma tout autour de lui… Ori observa le corps sans un mot, ne parvenant pas à s'en détacher durant une bonne minute, comme semblant réaliser l'ordre idiot qu'il avait imposé, et cela aux yeux de tous…
Aetinis redonna son arme à Ori, avant de s'agenouiller devant lui, en guise de soumission, tel un pantin prêt à nouveau à accomplir ce qu'il lui dicterait de faire. Il sentit la colère, la rage et la tristesse de sa jeune archère, et l'espace d'un instant, le jeune prince voulu tendre la main dans sa direction pour l'aider à se relever, et s'excuser pour cette folie, dont il était seul responsable...
Mais il se ravisa, sentant peser sur lui les regards des autres protagonistes présents, attendant de savoir quels autres consignes le jeune prince allait donner ensuite. Voulant restez forts face à ses sujets, il tenta de rester le plus crédible possible, dans ce rôle de prince juste mais impitoyable qu'il venait de se donner.


"Bien... Que le corps soit enterré, et le sang nettoyé… Yrin, Melhira, Aetinis et Godion… Ainsi que Valeth… J'ai a vous parler…"

Comme si la mise à mort n'avait jamais eut lieu, il s'éloigna, ne portant même pas un regard ou le moindre mot à sa protectrice quand à l'exécution de son geste. Si le prince resta dans le hall principal, il s'était éloigné à une distance assez élevé pour que la conversation qui allait s'engager avec sa cours, ne soit pas suivi par les sentinelles de son oncle. Ceux cités plus tôt, vinrent donc à lui sans un mot, et sans perdre plus de temps, le jeune prince expliqua la situation qu'il avait déjà exposé plus tôt dans la soirée à Melhira.

"J'ai rencontré Dame Vanora... Ainsi que le prince Daruil de Tor Anroc... La haine entre les Asurs ne cessent de grandir, c'est un fait, et l'avenir est sombre pour nous tous, qu'importe le roi que nous pouvons servir, continuer dans cette direction... Pourrai bien mener à la fin de notre civilisation...

Mais même dans l'obscurité et malgré le poison de la haine se répendant dans nos cœurs à tous, l'espoir demeure... Le prince Daruil et moi même nous sommes entendu... Et avons pour ambition de monter un projet commun de paix dans l'ouest, dont la mise en place doit commencer par un geste fort : Un ambassadeur, lui ou moi... Si les deux choix sont possibles, j'ai du trancher, et j'ai finalement décidé... que je serais cet émissaire en route pour Tor Anroc..."


Il marqua un temps d'arrêt, laissant le soin à tous de comprendre la situation et le plan qui s'annonçait à l'horizon. Sans aucun doute des réticences allaient naître chez certains, et pour cela, il continua son argumentaire :

"Pur folie ? Foncer dans la gueule du loup ? J'entends déjà de nombreuses pensées traverser vos esprits... Et votre méfiance est tout à fait légitime... Je ne connais que trop peu le prince Daruil, et pourtant, mon instinct me dit que je peux lui offrir ma confiance. L'heure n'est plus à l'immobilisme mais à l'action, et pour faire avancer les choses, il faut prendre des risques, et je suis prêt à les prendre pour notre peuple...

Mais dans ce voyage... J'ai besoin de vous avoir à mes cotés, mais cela doit se faire par choix, et non pas sous la contraite d'un ordre... Melhira, Yrin, Godion et..."
Il sembla hésité l'espace d'un instant en portant son regard sur sa protectrice. "Aetinis... Vous avez été choisi pour me suivre."

Il tourna alors la tête en direction du dernier protagoniste non cité, à savoir le frère de Yrin : le mage Valeth.

"Quand à vous... Je vous demande de retourner à Tor Aethil, en compagnie des hommes de mon oncle, et d'assurer dans le même temps la sécurité de la princesse Cyrielle Nagaril... Je me suis déjà entretenu avec elle plus tôt, et si l'idée de me voir partir pour Tor Anroc ne l'enchante guère... Elle comprend le sens de mon action. Je ferais demander dès ce soir au prince Daruil ainsi que à Dame Vanora, une missive signé de leurs sceaus stipulant votre statut de missionnaire politique, au cas où vous deviez tomber sur une armée lié au roi Phoenix sur le retour..."

Jaugeant chacun des protagonistes devant lui, comme cherchant à deviner leur pensées, il termina sur ces mots :

"En temps que ma mage, j'attends beaucoup des capacités et des conseils de Melhira... Yrin, tu es la main droite de mon oncle, et la confiance qu'il te donne... Est égal à la mienne. J'aimerai de plus que tu t'occupe de la formation de Aetinis... Oeil de faucon n'étant plus... Ma protectrice doit apprendre bien des choses... A savoir que son rôle ne se limite pas qu'a ma simple sécurité... Bien d'autres devoirs attendent une femme de l'ombre. Et si Aetinis n'arrive pas à le concevoir encore... Le jour viendra où elle prendra pleinement concience de l'importance de son rôle à mes cotés.
Et toi Godion... Je n'ai pas oublié les promesses que j'ai pu te faire, et crois moi... Si j'arrive à mes fins... Je compte bien les tenirs. J'ai beaucoup de projets pour toi..."


L'échiquier était désormais en place... Et les pièces se mettaient en mouvement... L'avenir de la région se déciderait donc à travers les jours et semaines à venir...
Modifié en dernier par [MJ] Le Gob' le 01 févr. 2019, 15:09, modifié 1 fois.
Raison : +6 xp (total 57).
Ori Aen Elle, Voie de l'aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 14 | Int 11 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... i_aen_elle
Liste compétences :
• ACUITE VISUELLE (B)
• ALPHABETISATION
• CONNAISSANCE TACTIQUE (E)
• DIPLOMATIE (B)
• ELOQUENCE (E)
• ETIQUETTE (B)
• INTRIGUE DE COUR (B)
• SEDUCTION (B)
• VISION NOCTURNE (E)

Avatar du membre
Ætinis Verteflèche
PJ
Messages : 55

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par Ætinis Verteflèche » 04 févr. 2019, 00:46

L’amertume. Cette sensation décrivait très exactement ce que vivait Ætinis depuis que son seigneur était arrivé dans la pièce. Ori n’avait eu aucune réaction concernant l’exécution qu’elle venait de commettre pour lui. Il devait considérer cela comme normal. Verteflèche se dit d’ailleurs que ce devait sans doute être le cas. Qu’à part elle, personne n’aurait hésité à tuer cet assassin sur l’ordre de son seigneur. Que même elle n’en aurait pas plus été impactée que cela si ça avait été à un autre de l’abattre. En réalité, Aen Elle se fichait sans doute doute qu’elle l’ait fait pour lui. Il voulait juste s’assurer qu’elle lui obéissait, ça avait été un test pour lui, rien de plus. Un test où l’échec aurait signifié sa mort ou son emprisonnement pour trahison, et où la réussite ne lui accordait aucun crédit si ce n’était celui d’être au moins capable d’obéir à un ordre somme toute simple.

Quel soldat, quel civil aurait hésité ? N’importe qui aurait été capable de faire la même chose qu’elle. N’importe qui l’aurait fait. Ætinis en était consciente. C’était une dure leçon d’humilité qu’elle recevait là, mais juste à ses yeux. Après tout, qui était-elle ? Une fille de bûcheron et de menuisière pauvres ? Une archère engagée volontaire parmi tant d’autres, anonyme et au palmarès médiocre ? Elle qui militait pour que chacun reste à son rang, elle n’aurait pas dû oublier qu’elle n’était qu’une moins que rien. Qu’elle valait sans doute moins que Melhira, moins qu’Yrin, moins que Godion même, et cela en dépit de la loyauté douteuse de ces personnages. En un sens, elle était bien l’esclave, la chose de la famille Aen Elle. Mais ce fait ne faisait pas d’elle quelqu’un. Cela faisait d’elle un outil, un instrument entre leurs mains. Et elle se maudit d’avoir pu penser, et encore pire, d’avoir exprimé à haute voix devant son prince, qu’elle représentait plus à ses yeux.


*Que cela me serve de leçon. A l’avenir, n’oublie plus ce que tu es, Ætinis Verteflèche, fille d’Oflirïn et d’Antarielle.*

Se répéta-t-elle mentalement. Blessée dans son orgueil naissant, Ætinis se releva après que son seigneur eut reprit l’arme et se fut éloigné comme si de rien n’était. Elle écouta attentivement ce qu’il avait à dire, mais ne s’y intéressa guère. Bien qu’elle fût globalement d’accord avec les opinions que ce dernier exprima, elle avait compris la leçon et resterait à sa place. En tant que servante, elle obéirait, c’était tout. On attendait d’elle rien d’autre qu’un « oui, maître », et une exécution propre et rapide de ses ordres. Sa seule autre mission prioritaire, la seule pour laquelle elle devrait désobéir à Ori, c’était celle que lui avait confié indirectement le patriarche Aen Elle. Protéger et surveiller son fils.

L’archère était morose. Déprimée. Honteuse, désavouée, elle broyait du noir et cela se voyait. Son regard était perdu dans le vague, hagard. Elle se sentait coupable de plein de choses à la fois et était traversée de pensées contraires. D’avoir tué un prisonnier blessé, désarmé et inconscient par exemple, et en même temps d’avoir hésité à le faire. De s’être vantée devant des supérieurs, mais de n’avoir rien fait contre eux alors qu’elle les voyait comme de dangereuses menaces pour Ori, aussi. D’avoir osé se rêver capitaine, glorieuse et puissante alors qu’elle n’était qu’une moins que rien, et deviendrait au mieux une assassine, une espionne, une de ces filles détestables et détestées de tous qu’elle haïssait tant, comme Yrin, capable de tuer sans la moindre émotion, d’agir sans le moindre honneur, et sans pouvoir espérer la moindre rédemption et encore moins la reconnaissance. C’était son avenir le meilleur, celui qu’on lui traçait au mieux. Etre la main noire, couverte de sang, de son seigneur et maître, son pantin, celle qui ferait ses basses besognes jusqu’à ce qu’elle échoue et meure misérablement dans la boue et la merde, ou sur l’échafaud, couvertes d’ordures et d’insultes par une foule haineuse, traitée comme elle le mériterait, comme la tueuse sans principes qu’elle serait devenue.
C’était ça ou trahir ses idéaux, trahir sa cause, trahir tout ce en quoi elle croyait, et se retrouver dans une geôle ou sur un poteau d’exécution, jetant par là même l’opprobre sur elle et sur toute sa famille. Ætinis la traîtresse. Reniée par tous, y compris ses parents et son frère, et elle ne l’aurait pas méritée. Elle-même ne se serait jamais pardonnée si elle avait agi de la sorte.

Ætinis écouta Ori décliner les noms de ceux qui l’accompagneraient, sans mot dire. Elle était debout près d’eux, en retrait, là sans être là, perdu dans ses pensées noires, imaginant et haïssant par avance ce à quoi elle pensait qu’on la destinait. Ce qu’elle deviendrait peut-être par devoir. Elle avait toujours rêvé d’être une héroïne aimée, une championne du bien reconnue, rayonnante et terrifiante par la force qu’elle dégagerait, et auréolée ses exploits accomplis. Enviée de tous, un modèle pour toutes les petites filles et les petits garçons. Mais cet avenir semblait s’éloigner à grands pas, il était presque révolu. On voulait qu’elle devienne tout l’inverse, une créature de l’ombre dans tous les sens du terme, crainte mais pas dans le bon sens, haïe et non aimée, détestable et non respectable.

Elle ne réagit pas au nom de Melhira, car elle s’y était attendue. Il avait été certain pour Verteflèche que cette vile sorcière, ce si joli serpent au noir venir de miel que son maître appréciait tant, allait les accompagner. De par sa position, elle était son bras droit, celle qui serait la plus proche de lui à l’avenir. En revanche, elle grimaça en entendant qu’Yrin viendrait avec eux : que venait-elle faire là celle-là, ne comprenait-il pas que c’était une espionne à la solde de son oncle ? Sa grimace se fit encore plus visible quand elle entendit Ori hésiter avant de prononcer son propre nom, en dernier.

Voilà qui était clair, au moins, se dît-elle. Plus bas qu’elle, ça n’existait pas. La fille d’Ilmaltir fut encore plus désappointée en entendant qu’Yrin serait sa supérieure, sa formatrice. Elle n’avait aucune envie de lui ressembler, de lui obéir ni même de l’écouter. Mais la désillusion se transforma en résignation sombre. Elle n’était pas maîtresse de son destin. Elle ne l’avait jamais été d’ailleurs, et ne le voulait pas. Seuls les perturbateurs se rebellaient contre l’ordre naturel des choses, contre la hiérarchie, et aspiraient à s’élever plus haut que la place qui était la leur et c’était d’ailleurs ce qui était à l’origine des troubles que les elfes traversaient actuellement. La seule chose qui importait, c’était qu’elle avait fait ce qu’elle devait faire. Elle avait choisi de rester à sa place, d’accepter que son chemin soit tracé par d’autres qu’elles, plus aptes, plus puissants, plus sages, de s’engager pour conserver l’ordre et le rétablir, pour punir ceux qui dans leur arrogance avaient osé se dresser contre leur Destin. Celle seule certitude, à ses yeux, justifiait tout le reste. Ou du moins essayait-elle de s’en persuader.
Ætinis Verteflèche, voie de l'archère elfe
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 9 | Int 9 | Ini 11 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ertefleche

Equipement et compétences de combat:
Equipement de combat:
-Lame en or marin : 14+1D8 dégâts, 15 parade
-Arc elfique : 30+1D8 dégâts Malus de -2 TIR tous les 36 mètres, précise : (quand vous utilisez une telle arme lors d'une attaque localisée, vous gagnez un bonus de +2 ATT/TIR. Vous pouvez combiner ce bonus avec celui qui est associé au talent Coups précis/Tir précis...)
-Coutelas : 12+1D6 dégâts, 6 parade.

Compétences de combat :
-Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR quand utilise un arc.
-Tir en mouvement : annule le malus pour les tirs en mouvement.
-Tir à déclenchement rapide : Sur un test d'HAB réussi, permet de tirer deux projectiles par round au lieu d'un seul (maximum 2), avec un malus de -1 à chaque tir dans ce cas.
Image

Avatar du membre
[MJ] Le Gob'
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 203
Profil : ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes : Vladek [Chroniques]
Localisation : Grenoble/Lyon

Re: [Déchirure][Ori & Ætinis] Voyage diplomatique

Message par [MJ] Le Gob' » 04 févr. 2019, 05:44

Voilà pour le deuxième acte de l’aventure.

Vous gagnez +15 xp chacun. Vous pouvez dès maintenant aller les dépenser dans la Caverne aux Champignons.
Un gobelin inspiré a écrit :Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...
A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image
Un gobelin douteux a écrit :

Verrouillé

Retourner vers « Chroniques Passées de Warhammer »