[Geralt] Sic transit gloria

Les gens du Hochland sont célébres pour leurs talents de chasseurs et les denses forêts de leur province. Une bonne partie de leurs armées est composée d'habiles arquebusiers. Le Comte Ludenhof tient sa cour à Hergig.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Geralt] Sic transit gloria

Message par [MJ] Kriegsherr » 27 oct. 2016, 17:20

L’ancien Comte Electeur autoproclamé n’avait pas demandé son reste. Pas vraiment effrayé par le discours de Geralt, l’homme qui avait déjà tout perdu ne tenta même pas de se défendre ni de montrer le moindre signe de rébellion. Il se contenta de hausser les épaules et eut un petit rire glacial lorsque le Loup Blanc le relâcha. Il s’éloigna en marchant d’un air perdu, non sans lui avoir répondu, auparavant, d’un ton las :
Image-Si tu crois que tes menaces me font peur... Je n’ai plus rien, la mort sera un soulagement pour moi lorsqu’elle viendra.
Lorsqu’il s’étendit pour se coucher aux côtés du nain blessé, il sut que le sommeil ne tarderait pas à venir. Il n’aurait même pas à le chercher, il venait de lui-même frapper à sa porte, le pressant de se reposer. Pourtant, alors qu’il fermait les yeux, il entendit un grognement sourd monter de la masse odorante de muscles, de chair et de poils qui dormait à poings fermés à côtés de lui. Tandis que les bras de Morphée se refermaient sur lui, il put saisir quelques mots mâchonnés par le nain dans son coma, ou bien n’était-ce là que le fruit de son inconscient qui commençait à prendre le dessus dans cette phase de pré-sommeil entre rêve et réalité ?
Image –Or… Méli… Or…
Mais même le Loup Blanc avait besoin de repos, et il sombra dans un monde onirique peuplé d’étranges rêves dont il ne souvint pour la plupart pas. Pendant ce temps, la magicienne était restée coite, debout et droite et le fixant toujours d’un regard inquisiteur. Elle veillait sur ceux qui étaient là, telle une ange protectrice, une mère.

Le lendemain matin, le soleil était déjà assez haut dans le ciel, lorsque Geralt émergea de sa nuit réparatrice, requinqué physiquement. Il était fin prêt à affronter de nouveau son destin, toujours plus loin, toujours en s’approchant lentement de son objectif. Y arriverait-il un jour ? Qui savait ? Mais les aventures qu’il vivait sur le chemin étaient dignes d’être racontées, étant le périple de toute une vie. D’une certaine manière, quelque chose avait changé depuis l’arrivée d’Agabius dans sa vie.

Un chapitre de son histoire s’était tourné depuis qu’il était parti, avec Tosot et les autres pour retrouver Buchwald, et un suivant s’écrirait sans doute lors de leur confrontation, si toutefois il survivait assez longtemps pour que celle-ci ait lieu. Jamais dans sa vie il n’avait autant progressé, jamais il n’avait autant gagné en force, physique comme mentale. Et pourtant, il trouvait toujours sur sa route des adversaires à sa mesure, ou même parfois plus forts encore, ainsi que des amis précieux. Tout cela avait-il un sens, ou n’était-ce que le fruit du hasard ?

Geralt n’eut pas vraiment le temps d’y réfléchir, puisqu’il grand temps de se préparer à se remettre en route. La région se reconstruirait, se remettrait de ses blessures… Ou pas… Ce n’était pas, ce n’était plus son combat, mais celui du nouveau Comte, Huldîn, et de ses compagnons.

Gertrud Teizer était elle déjà levée et prête depuis un moment. Elle semblait de bonne humeur, et avait semblait-il eut une discussion avec Calixyne juste avant le réveil de Geralt. Sans doute était-ce même ce bruit à quelques mètres de lui qui l’avait réveillé, car dans la mine, la lumière du soleil n’était pas, remplacée par les runes lumineuses artificielles qui luisaient depuis des millénaires toujours de la même intensité.

La combattante brune remarqua que son ami était réveillé, et le salua d’un signe de tête en le prévenant :

Image-Alors, on fait la marmotte ? Je ne te connaissais pas comme ça, Geralt, mais faut croire que dormir dans ce terrier sous terre te déboussole un peu. Pas comme l’autre, là, à côté. Il a ronflé comme un bucheron scierait du bois presque toute la nuit. Impossible de dormir près de lui, j’ai dû aller à l’autre bout de la salle pour trouver le sommeil. Et puis, il a pas mal parlé dans son sommeil. La mage dit que c’est bon signe.
Calixyne, qui était toute proche également, salua Geralt d’un grand sourire et lui confirma la bonne nouvelle :
Image –Bonjour. Votre amie dit vrai, Geralt, Sannri est passé d’une phase de coma à une phase de sommeil cette nuit. J’ai veillé à son chevet et je peux vous dire qu’il est maintenant en parfaite santé sur le plan physique et devrait se réveiller d’un moment à l’autre. C’est assez surprenant, d’ailleurs, quand on voit le coup qu’il a encaissé, n’importe quel humain serait mort à sa place. Et pour quelqu’un qui cherche la mort, la vie s’accroche drôlement à lui.

Par contre, je ne vous garantis rien lorsqu’il se réveillera. Le coup qu’il a reçu a touché la tête et a pu causer des dommages internes. Le froid dégagé par cette maudite lame étant d’origine magique, je n’ai pas la capacité de réparer les dégâts qu’il a fait à son cerveau. Il pourrait très bien avoir changé, ou pas.

En se réveillant, ce qui ne saurait tarder, il pourrait tout à fait aussi se croire ailleurs, être amnésique, fou, enragé ou encore rien de tout cela. Dans le pire des cas, il pourrait n’être plus qu’une coquille vide. Heureusement, les mots qu’il a prononcés durant son sommeil, tendent plutôt vers le contraire. Je pense qu’il pourrait avoir des réminiscences de son passé, peut-être, ou simplement penser à des choses qu’il gardait cachées pour lui auparavant, ou non d’ailleurs, je ne le connais pas. Et je n’ai pas voulu non plus violer son intimité sans son consentement.

Pour cette raison, je crois qu’il serait préférable, si cela est possible lorsqu’il se réveillera, qu’il reste avec vous. Je l’ai dit, physiquement, il ne vous gênera pas, il sera exactement le même qu’avant. Mais pour contrôler sa stabilité mentale et vérifier qu’il est bien rétabli, il vaut mieux qu’il ait affaire à des gens qu’il connaisse et reste avec eux. Or, Gertrud m’a affirmé que vous étiez ici celui qui le connaît depuis le plus longtemps, et elle ensuite.

Tiens, en parlant du loup, je crois qu’il se réveille… Nous allons vite être fixés.
En effet, Sannri s’agitait un peu depuis quelques instants, et il finit par ouvrir les yeux en baillant largement et en s’étirant des quatre membres dans le même temps. Puis il repoussa sa couverture et se rhabilla rapidement, enfilant ses braies et reprenant sa hache, tout en grommelant :
Image –Par Grimnir ! Quel combat, cette fois j’ai bien cru que j’y étais arrivé, que je pourrais m’assoir à la table de mes ancêtres fièrement. Mais il faut croire que mon heure n’est pas encore arrivée. Ca fait plaisir de voir que vous êtes là, ça veut dire qu’on a réussi. Et je vois que tu portes la « Dent d’Alaric », comme l’appelait ce vieux fou.

C’est en réalité une épée à deux mains conçue pour nous les nains il y a des millénaires, probablement avant que ton peuple ne croise le mien, à une époque où nous maniions encore couramment ce genre d’armes qui sont maintenant associées à votre race. Il se peut qu’Alaric l’ait réellement forgé, mais j’en doute. Elle n’est frappée que d’une rune de pénétration, l’une des runes les plus simples, un passage obligé que l’on apprend à nos apprentis maîtres des runes, mais qui dénote quand même un talent certain de son créateur pour être encore parfaitement fonctionnelle de nos jours. Surtout que les armes magiques ne sont pas si fréquentes, même chez nous, et que les nains capables de forger de telles runes, même simples, sont rares.

Tu peux faire confiance à une telle arme, elle ne te trahira pas, pas comme les enchantements de ton peuple ou des oreilles pointues. C’est du solide et du fiable, bref, du nain, tu peux en être certain ! Porte là fièrement, tu en as gagné le droit contre cette Sophie, qui ma foi était une guerrière comme pas deux ! Une sacrée salope psychopathe, mais une vraie belle mort pour un tueur, pour sûr !!

Alors, racontez-moi ce que j’ai manqué pendant que je mange un morceau, je suis mort de faim. Et où est notre archère, d’ailleurs ?
On avait apporté de la nourriture pour que le groupe puisse se restaurer et refaire ses réserves avant de reprendre la route. Le tueur nain piocha dedans à pleine mains, sans vergogne, et commença à s’empiffrer exactement comme à son habitude. Calixyne jeta un regard amusé à ses compagnons humains. Elle n’avait pas eu le temps de beaucoup connaître Barbe Enflammée, mais était amusée par son sans-gêne, ses manières frustres et cette façon qu’il avait inconsciemment de toujours rabaisser les humains qu’il appréciait pourtant, ce dont il se serait sans doute défendu ! Pour Geralt, à priori, il n’y avait pas de doute, c’était bien resté le même, du moins de prime abord. Il faudrait sans doute rester un peu plus longtemps avec lui et le questionner pour en être sûr, cependant…
Tu peux parler avec Sannri/Geralt/Calixyne qui sont présents. Vous avez des provisions dans la pièce, donc vous pouvez manger, Sannri d’ailleurs ne se fait pas prier, il se sert et mange. Ensuite, j’ouvrirai un nouveau sujet et ton aventure se poursuivra.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Geralt
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - RP
Messages : 242
Profil : FOR :11/ END : 12/ HAB : 14/ CHAR : 8/ INT : 11/ INI 13/ ATT: 13/ PAR: 12/ TIR : 13/ NA : 3/ PV : 85
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_geralt

Re: [Geralt] Sic transit gloria

Message par Geralt » 28 oct. 2016, 13:36

Durant sa nuit, hantée par quelques rêves, il cru discerner certaines paroles de son camarade nain Sannri, celui ci toujours en convalescence devait tout simplement divaguer, prononçant des mots telle que "or", une matière qu'affectionnait le peuple nain, mais dans ces propos incohérents, un mot éveilla les sens du loup blanc : Méli... Dans la bouche du nain, il pouvait avoir milles significations : était ce un simple délire ? Une personne qu'il connaissait ? Où peut être rien de tout cela...
Geralt lui connaissait une personne qui lui était chère et qui portait ce nom... Une magister, une femme d'une grande beauté et en même temps possédant de puissants pouvoirs, sûrement le seul être humain à avoir été capable de posséder le cœur du chasseur de monstre sans pitié qu'il était... Mais désormais cette femme était devenu un souvenir pour lui, chaque jour qui le rapprochait de la fin de sa vie, faisait qu'il avait de plus en plus de mal de se souvenir des traits du visage de celle qu'il avait aimé. Une magicienne et un inquisiteur... Une histoire unique et peu banal, mais qui au final jamais n'aurait pu fonctionner, le membre de l'Ordre en avait décidé ainsi, désireux de protéger celle qui lui importait plus que sa propre vie, il avait choisit de fuir, et de ne plus jamais revenir auprès de cette femme, car cette avenir qu'il aurait pu partager, cette simple idée de bonheur ... Aurait été détruit par le prix du sang, car au final la seule compagne que jamais Geralt ne pourrait quitter : était la mort... Combien de temps aurait il fallu à ces ennemis pour qu'ils utilisent l'amour pour le détruire ?!

Son voyage depuis Bielen lui paraissait si loin désormais, et même dans son sommeil, il commençait à se rendre compte du chemin parcouru, car même si se n'était en rien la fin de son voyage, il pouvait dès maintenant faire un bilan de sa situation... Plus fort et plus endurcie, le loup blanc était plus dangereux qu'il ne l'avait jamais été, sa légende commençant à se développer, ses aventures auraient sûrement le mérite d'être conter un jour, dans la vie, ou la mort.
Mais où son chemin allait il le mener ? Vers un ultime affrontement contre Agabius ? Ou bien allait il rejoindre les forces du mal ? Personne n'aurait pu le dire. Mais depuis le début de cette mission, il commençait à croire que chaque combats, chaque rencontres... Étaient des épreuves que les Dieux eux même avaient décidé de poser sur sa route, dans le but de le tester.
Mais dans cette quête, il ne pouvait oublier les visage de ceux qu'il avait perdu : Tosot, Mendelev, Nathalie... Mort à cause ou pour lui... Et bien sûre, il n'oubliait pas la soeur de son ami Buchwald, dont il avait vendu l'existence aux sbires d'Agabius, même si à l'heure actuel, rien ne pouvait dire si elle avait été tué à Altdorf ou non... Mais si la chose était avéré, le moment où Buchwald l'apprendrai... Alors peut être que le loup blanc et le chasseur de vampire devraient se jeter dans une lutte où vengeance et regret seraient confronté... Un combat sans doute violent et prodigieux quand on connaissait les capacités des deux hommes... L'avenir seul saurait dire ce qui arriverait ce jour là...

Quand il sortie de son lourd sommeil, il vit Gertrud et Calixyne, non loin, plongée dans une discussion dont le sujet lui échappait. La jeune femme brune ironisa avec Geralt, car celui ci semblait avoir dormi bien plus qu'il ne l'aurait souhaité, étant désireux de partir aux aurores, il semblait avoir loupé le rendez vous, sûrement que dormir dans une mine où la seul lumière était celle fourni par les runes naines, avait totalement déréglé son horloge interne.
Saluant tout le monde, Calixyne expliqua la situation du nain, car il semblait en effet que d'un moment un autre, le solide guerrier allait refaire surface, il était déjà prodigieux qu'il ai été capable de résister à l'attaque de Sophie, la composition de son corps étant bien supérieur à celle des humains, mais pour l'heure il était impossible de savoir les effets secondaires que pouvait avoir la causée la blessure de Sannri. Selon la mage du domaine de la vie, le fait de pouvoir voir des visages familiers au réveil ne pouvait que faciliter la guérison du nain, une chose que même Geralt pouvait comprendre.
Comme si les Dieux avaient entendu les mots de Calixyne, le tueur se réveilla des limbes dans lesquels il s'était enfermé, et là... Geralt fut surpris de retrouver le même nain qu'il avait côtoyer avant le combat contre la vampire, celui ci en effet s'habilla comme si de rien était, et retrouva bien vite son caractère de cochon, grommelant que ce combat fut l'un des plus terrible de sa vie, mais qu'une fois de plus, la mort avait refusé de le prendre, il se lança dans une explication concernant la nouvelle épée "Dent d'Alaric" que Geralt possédait toujours accroché dans son dos. Il l'écouta d'une oreille peu attentive, fixant le nain avec attention, dans le but de déceler des séquelles de sa blessure... Mais rien, ces propos étaient totalement censés, sa mémoire bonne, et ses mouvements et déplacements totalement normaux... Ce nain était il donc tout simplement aussi solide qu'un roc ?!

Mais alors qu'il se montra sans gène et se mit à dévorer la nourriture qui avait été apporté pour le groupe, il posa la question tant redouté : Où était passé Nathalie... A cet instant, un silence s'installa, et il sentit le regard de Gertrud et Calixyne se poser sur lui, comme voulant voir si il serait capable ou non d'expliquer la vérité au nain.


"Elle... Elle est mort Sannri... J'ai échoué contre Sophie, elle me tenait, et tout était terminé, mais Nathalie... Elle à donné sa vie pour moi, pour me donner l'occasion de porter le coup fatal à la vampire... Je suis désolé..."

Geralt ne voulait en dire plus, la situation étant déjà assez pesante pour lui, il préféra ne pas parler des funérailles, Gertrud prendrai sûrement le temps de lui en dire plus quand le moment serait venu. Il apposa une tape sur l'épaule du nain, et s'efforçant de sourire, il exprima sa joie de le voir de retour parmi les vivants.

"C'est bon de te revoir l'ami... Si tu veux toujours me suivre, alors rassemble tes affaires, nous partons aujourd'hui..."

Il se leva et s'éloigna, laissant le nain en compagnie des deux jeunes femmes.

Une fois son paquetage rassemblé, et des provisions obtenus, sa lame fixé dans le dos, ainsi que celle de Sophie enveloppé dans un drap. Il se dirigea vers Calixyne, car le chasseur et la mage devaient se parler, une chose obligatoire avant que leur route ne viennent à se séparer. Prenant à part la jeune femme, il joua franc jeu avec elle.


"Sannri semble aller pour le mieux, mais nous surveillerons quand même son cas. Calixyne... Merci... Vous m'avez ramené à la raison quand le désespoir s'était emparé de moi.

D'abord Myrianna, ensuite vous... Je commence à accumuler les dettes envers votre Ordre de mage... Le destin à peut être décidé de me lier à vous finalement..."


En effet, les deux mages avaient été de sages conseils, telle des anges gardiens dont les Dieux avaient confié la mission de veiller et de guider le loup blanc dans sa longue route, dans le but que celui ci ne puisse s'égarer dans les ténèbres...

"Avec la mort de Sophie, j'ai bon espoir que cette région sera devenu rayonnante si mes pas me guide à nouveau ici. Le jeune Huldîn est devenu comte, mais même si il est un homme bon et courageux, il n'a pas encore l'expérience des années que son père avait pu avoir, et sans nul doute aura il besoin de vous prêt de lui dans le but de le conseiller... Mais je suppose que cela fait partie de vos projets ?"

Dans sa question, le loup blanc sous entendait bien évidement que la jeune femme allait sans doute rester ici, et que dès lors leur route allait se séparer pour de bon. Mais avant de quitter la mine, dans le but de reprendre son voyage en direction du QG de l'Ordre de la couvée du corbeau, il voulait connaître une chose qui lui échappait totalement : Son avenir...

"Quand nous nous sommes rencontrés... Vous sembliez tout savoir de l'avenir, et selon vous, ma victoire elle même contre Sophie vous avait été prédite... J'ignore comment et pourquoi... Mais... Savez vous si dans l'avenir qui est le mien, suis je condamner à laisser les autres mourir pour moi ? Est ce cela le prix de mon combat ?

Je n'ai pas peur de la mort... Mais chaque fois que je regarde au plus profond de mon être... Je ne vois que l'obscurité, là où vous voyez la lumière..."
Geralt, Chevalier renégat de l'Ordre du corbeau
Profil: For 11 | End 12 | Hab 14 | Cha 8 | Int 11 | Ini 13 | Att 13 | Par 12 | Tir 13 | NA 3 | PV 85/85
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_geralt

Compétences :
• IDENTIFICATION DES MORT-VIVANTS (E)

• ADRESSE AU TIR (B): Arme à feu

•ARME DE PREDILECTION (B): Epée

•ALPHABETISATION (E)

• COUPS PUISSANTS (B)

• ACROBATIE DE COMBAT (A) : .

• SANG FROID (B) :

• RESISTANCE ACCRUE (B) : Votre personnage est particulièrement résistant et robuste. Il peut ajouter un bonus de +1 sur tous ses tests d'endurance. Cette compétence peut faire l’objet d’une ou plusieurs spécialisations parmi les suivantes : à la chaleur, à l’alcool, à la fatigue, au froid, aux drogues, à la torture

• REFLEXES ECLAIRS (B) : Votre personnage est très réactif, il possède des réflexes développés. Il bénéficie d'un bonus de +1 à ses tests d'INI en réaction aux situations de surprise.

• PISTAGE (A) : Votre personnage a cette faculté de pouvoir suivre les traces laissées par des animaux ou des voyageurs. Il ajoute un bonus de +1 lors des tests visant à déterminer s'il arrive à suivre une trace (selon les circonstances et la précaution de ceux qui sont suivis, le MJ peut décider de modifier le test par des modificateurs). Toujours sur un test réussi, d'après des traces de pas, les cendres d'un feu et d'autres indices, il peut arriver à estimer le nombre, la race la distance entre lui et ses proies (en temps et en distance).

• SURVIE EN MILIEU HOSTILE (B) : Votre personnage, habitué à évoluer dans des milieux hostiles, a appris à connaître les principaux dangers susceptibles d'être rencontrés dans une région concernée. Il n’ignore pas les effets du climat mais sait ce qu’il convient de faire pour les minimiser. Il est également capable de trouver de la nourriture (de base, pas forcément appétissante) alors que rien ne semble disponible, ce qui lui permet d’échapper à la faim. Il sait éviter les dangers etc., Il peut ajouter un bonus de +1 sur tous ses tests lorsqu'il se retrouve dans un tel environnement.

• ANTICIPATION (B) : Votre personnage, lorsqu'il est en situation de combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi (Autant ses attaques que ses parades). Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• COUPS PRECIS (3) (B) : Votre personnage peut localiser avec précision la partie du corps qu'il désire frapper et se voit attribuer un bonus lors de son attaque précise. Le malus pour viser une partie précise du corps est diminué de 1 si on prend une fois cette compétence. Si on la paye une seconde fois, « coup précis » devient « coup précis (2) » et diminue le malus de 2. Si on la paye une troisième fois, « coup précis (2) » devient « coup précis (3) » et diminue le malus de 4. Dans tous les cas, cette compétence ne permet pas d’augmenter l’ATT du personnage au-delà de celle qu’elle aurait été sans viser une partie particulière du corps.

• ESQUIVE (A): Votre personnage, particulièrement vif et agile, est spécialement entraîné à éviter les coups en combat au corps à corps. Pour faire une esquive, vous devez spécifier, avant la résolution du round, que votre personnage va tenter une esquive. Référez-vous aux règles d’esquive pour connaitre les effets de cette compétence (voir Wiki règles, section Règles concernant le combat au corps à corps).

.CORIACE (B) : Votre personnage fait preuve d'un résistance aux coups bien supérieure à la moyenne. Il peut retrancher 1D3 points de dégâts lors d'un coup pouvant occasionner une blessure. (Cependant, ce dernier bonus ne peut pas annuler une perte de points de vie. Les points de dégâts minimums seront au moins de 1.)
"Le mal est le mal... Petit, Grand, moyen... Cela ne fait aucune différence. La notion est subjective. La définition est flou. Si je dois choisir entre un mal et un autre... Je préfère ne choisir aucun des deux."

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Geralt] Sic transit gloria

Message par [MJ] Kriegsherr » 29 oct. 2016, 16:06

A l’annonce de la mort de Nathalie, le sourire de Sannri disparut un instant, et sa figure se fit grave alors qu’il hochait la tête en signe de compréhension. Sous son air bourru, le nain avait du apprécier la compagnie et la fraîcheur de la jeune fille blonde. Aussi se contenta-t-il de grommeler quelques mots en langage nain dans sa barbe, dont la signification était totalement inconnue à Geralt.

Mais Barbe-Enflammée ne resta pas longtemps focalisé sur cette triste nouvelle. Sans doute était-il touché, mais un tueur de dragons tel que lui avait dû connaître au cours de sa longue existence plus d’une situation similaire, perdre plus d’un ami au combat. Ce n’était jamais agréable d’apprendre que quelqu’un envers qui on s’était attaché était mort, mais avec l’expérience, on arrivait à surmonter cela et à avancer malgré ses émotions. Aussi n’eut-il aucun mal à reprendre une mine réjouie lorsque le Loup Blanc lui proposa de continuer à les accompagner, et lui répondit avec entrain :

Image –Et comment que je reste avec vous ! Après l’affrontement que tu viens de m’offrir, je me dis qu’avec toi je trouverai peut-être enfin la délivrance ! Entre les minotaures, les skavens et les vampires, on peut dire qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer à tes côtés, Umgi !
Puis le Loup Blanc se tourna vers Calixyne et lui parla seul à seule. La druidesse aux cheveux noirs sourit en entendant les paroles flatteuses du chasseur de vampires à son égard. Ses yeux étaient fixés dans ceux de Geralt, et elle répondit d’abord à la première question avant que le Loup Blanc ne continue :
Image –Vous avez deviné juste, Geralt, j’aimerai aider cette terre et ces gens qui m’ont accueillie parmi les leurs. La mort de Sophie était nécessaire, mais elle n’a pas mis cette province à l’abri du mal, mais j’ai bon espoir qu’Huldîn Aldrech sera un bon dirigeant. Toutefois, je ne suis qu’une modeste sorcière de mon ordre, et je devrai d’abord rendre compte à mes supérieurs avant de revenir ici si l’on m’y autorise…

Mais dans tous les cas, nos chemins devront se séparer, oui. Pour nous retrouver plus tard ou à jamais, cela je l’ignore, mais j’espère un jour vous revoir heureux, Geralt.
Le sourire malicieux de la magicienne se transforma en un petit rire franc en entendant la suite des paroles de son interlocuteur. Un air de douceur et de gentillesse profonde sur ses traits, elle expliqua :
Image –Parfois, il faut savoir bluffer. Je n’ai jamais su lire l’avenir, et je ne le saurais d’ailleurs jamais, comme la plupart de mes confères mages. Si cela peut vous rassurer, même les meilleurs astromanciens disent qu’il n’est pas fixé. Il n’y a que des multitudes de possibilités, plus ou moins probables.

La destinée n’existe pas, Geralt. La seule chose qui détermine votre avenir, ce sont vos choix. Quant à moi, je n’ai fait que dire ce que vous deviez entendre. Je n’avais aucune idée de ce que vous ferriez ou non, mais j’ai estimé que c’était la meilleure solution pour mettre toutes les chances de notre côté. Alors j’ai fait un choix, et vous m’avez donné raison… Comme vous auriez pu me donner tort.

L’avenir, la mort, les questions que vous vous posez… Nos plus grands magiciens se les posent encore. Je doute même que l’archimage elfe Teclis lui-même, le plus grand sorcier de notre monde, ait les réponses que vous cherchez. Alors comment le pourrais-je, moi, simple druidesse humaine et pas très douée ?

Mais face à toutes ces incertitudes, vous savez ce qui nous fait tous tenir, tous avancer, depuis Teclis jusqu’à la plus humble des paysannes de la Drakwald, comme cette pauvre orpheline de Mathilda ? L’espoir. Tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie, et croyez-moi, je m’y connais en vie !

Et ne vous tracassez pas trop sur la mort, la votre ou celle des autres. Un jour où l’autre, nous devons tous mourir, c’est la vie. En tant que magicienne de ce domaine, j’aime la vie plus que tout, et pourtant, il serait vain et affreux de la dénaturer en tentant de la prolonger comme l’ont fait les gens tels cette pauvre Sophie. La mort est un élément naturel de la vie, disait l’un de mes plus sages professeurs. Notre vrai ennemi commun, ce n’est pas la mort, c’est la non-vie, ce qui explique notre lien, Geralt. Tant que vous combattrez ces abominations, vous nous trouverez toujours à vos côtés. Notre magie est l’une des seules qu’ils ne peuvent pervertir, trop antithétique avec leur essence même.

Et pour répondre à votre dernière question...

Non, je ne sais pas ce que vous ferrez. Je ne sais même pas si un jour vous ne sombrerez pas, tout comme je ne savais pas que vous m’aideriez. Mais j’ai cru en vous, j’ai eu l’espoir que vous le ferriez. Et regardez où nous en sommes, maintenant ? Nous avons accompli ce qui semblait impossible, nous avons sauvé l’Empire et des milliers de vies.

Au plus profond de vous, vous savez ce qui est bon. Chaque seconde, chaque instant, vous devez faire un choix entre la lumière et l’obscurité. J’ignore celui que vous ferrez, mais personnellement, je préfère espérer le bien, c’est pourquoi je crois que vous saurez faire le bon choix. Votre destin vous appartient, Geralt, faites-en ce que vous souhaitez.
Sur ces mots, la magicienne salua notre héros qui s’apprêtait à partir. Puis ce fût Huldîn Aldrech, le fils de Tarnos et le nouveau Comte, qui vint le saluer. Les deux hommes n’avaient pas vraiment eu le temps d’apprendre à se connaître, mais le jeune noble avait une mine reconnaissante autant que compréhensive avec le Loup Blanc. Lui qui avait perdu son père comprenait mieux que quiconque en cet instant ce que devait ressentir Geralt. Aussi fut-il bref, d’un ton gêné mais sincère, il lui dit :
Image –Je ne sais pas trop quoi vous dire, étranger, sinon merci et bonne chance. Comme vous j’aurais préféré que rien de tout cela n’arrive, mais c’est arrivé. Je n’oublierai pas, et mon peuple non plus, ce que nous vous devons. Tous ceux qui sont tombés ici sont des héros. Leurs noms seront gravés dans le marbre afin que leurs exploits perdurent à jamais. Quant à vous, vous serez toujours le bienvenu dans notre région si toutefois vous décidez un jour d’y revenir. Faites-moi signe en ce cas. Adieu ou au revoir, étranger.
Gertrud Teizer et Sannri Barbe-Enflammée étaient déjà prêts, à la sortie de la mine. Ils devaient maintenant rejoindre la route de la vieille forêt et continuer toujours plus loin au cœur des terres de l’Empire, en direction de l’Abbaye de St Æthelbert le vigilant, ce lieu à la frontière du Stirland et de la Sylvanie qui semblait si inaccessible, toujours si lointain, comme s’il reculait à mesure que Geralt s’en approchait. Arriverait-il un jour à sa destination, ou son histoire serait-elle celle d’une quête sans fin sur le chemin d’un mirage ? Seul l’avenir le dirait.
Tu peux juste répondre à Huldîn (ou pas), puis je clôturerai le sujet, en ouvrirait et mettrai à jour ton profil. N’engage pas la conversation avec personne d’autre [ou alors demande moi par MP ou CB], tu auras l’occasion de le faire lors du début du prochain scénario, qui se déroulera sur la route de la vieille forêt, mais beaucoup plus loin au Sud-Est que lorsque vous l’avez quitté.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Geralt
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - RP
Messages : 242
Profil : FOR :11/ END : 12/ HAB : 14/ CHAR : 8/ INT : 11/ INI 13/ ATT: 13/ PAR: 12/ TIR : 13/ NA : 3/ PV : 85
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_geralt

Re: [Geralt] Sic transit gloria

Message par Geralt » 31 oct. 2016, 20:55

L'annonce de la mort de Nathalie avait provoqué une profonde tristesse à n'en pas douter, mais le peuple nain toujours très fière, montrait ces émotions d'une tout autre façon que les humains. Tout sourire avait quitté le visage du combattant, et il prononça quelques mots dans sa langue natal, dont la signification échappèrent totalement au loup blanc.
Mais le nain préféra ne pas rester sur cette terrible nouvelle, la mort était une chose qu'il connaissait encore mieux que Geralt, tant les années de vie qu'il avait en plus jouait en son sens niveau expérience.
Sans tout les cas, il fut heureux de pouvoir continuer à faire route avec le groupe, car les ennemis de Geralt étaient aussi les siens maintenant, et auprès de l'un d'eux, il pourrait sûrement trouver enfin la mort glorieuse qu'il désirai tant pour laver son honneur... Décidément ces tueurs nains étaient bien étranges.

Comme le loup blanc l'avait deviné, la mage du domaine de la vie comptait bien rester ici dans la Drakwald, dans le but d'aider cette patrie à se reconstruire, et à conseiller son nouveau chef : Huldîn. Mais bien sûre, une telle décision n'était pas seulement de son ressort, et tout comme Geralt dans l'Ordre du corbeau, la mage avait aussi des supérieurs, le loup blanc se demanda à cet instant qui pouvait bien être ces fameux chefs... Des gens puissants et influant sans aucun doute.
Parlant toujours avec une gentillesse des plus touchante, elle accepta de répondre à ses questions et à ses doutes, en réalité, toute cette histoire de destin et d'avenir tracé n'avait été qu'une simple fable, dans le but de raisonner Geralt pour qu'il puisse entrevoir un peu de lumière dans le voile d'obscurité dans lequel il s'était plongé... Sophie... Le rituel... Calixyne avait fait le parie de miser sur l'aide de Geralt pour vaincre la vampire, un pari payant, mais qui aurait pu tourner en réalité au drame et condamner l'empire...

Au final, la vie n'était pas un long chemin que les Dieux traçaient pour chaque être humains sur cette terre, en réalité, les choix de chacun pouvaient influencer sur l'histoire d'une vie, le plus dur était de faire le bon choix, voila tout... Voir l'avenir était une chose en réalité impossible, car rien n'était écrit à l'avance. Mais dans cette incertitude qu'était la vie, il fallait toujours garder espoir, croire en la vie, et la lumière... Geralt était un homme troublé, elle le voyait, mais elle semblait croire en lui, croire qu'il serait faire ce qui devait être fait le moment venu...

L'avenir pourrait répondre à tout cela.

Geralt afficha un sourire à la jeune femme, et l'heure des adieux arriva. Puis ce fut au tour du fils du défunt Tarnos de faire ces adieux. Il remercia ceux qu'il avait toujours qualifié d' étrangers et qu'il voyait désormais comme des amis de son peuple, héros dont lui et les siens continueraient de prolonger la légende, pour que jamais les morts ne soient oubliés.
Dans tout les cas, désormais, la Drakwald serait à jamais une terre ou le membre de l'Ordre déchu serait toujours le bienvenue, et peut être, un jour, ses pas le conduiraient de nouveau ici... Ou peut être pas... Qui pouvait savoir ce que serait demain ?


"Vous êtes un homme bon comme l'était votre père... Je suis désolé que vous ayez dû le perdre, mais je sais que vous saurez honorez son sacrifice, en redonnant sa gloire d'antan à la Drakwald. Au revoir comte..."

Et ainsi, la suite du voyage allait débuter, arrivé à quatre, ils n'étaient désormais plus que trois, l'ambiance serait sûrement moins joyeuse sans les éclats de rire de la belle Nathalie, mais celle ci avait fait le choix de croire dans la mission du loup blanc, et même lorsqu'il avait plongé son regard dans les ténèbres, elle avait pu y voir encore une source du lumière, une source d'espoir... Et elle lui avait sauvé la vie.

Le loup blanc était en marche, répondant à l'appel de l'aventure, dans l'espoir de pouvoir enfin arriver dans l'abbaye de St Æthelbert le vigilant, où la guerre contre Agabius pourrait ou non se décider...

Petit poste, mais bon je pense qu'il n'est plus nécessaire de m'attarder ici.
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 31 oct. 2016, 20:55, modifié 2 fois.
Raison : PROFIL MIS A JOUR, y compris bonus fin scénario
Geralt, Chevalier renégat de l'Ordre du corbeau
Profil: For 11 | End 12 | Hab 14 | Cha 8 | Int 11 | Ini 13 | Att 13 | Par 12 | Tir 13 | NA 3 | PV 85/85
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_geralt

Compétences :
• IDENTIFICATION DES MORT-VIVANTS (E)

• ADRESSE AU TIR (B): Arme à feu

•ARME DE PREDILECTION (B): Epée

•ALPHABETISATION (E)

• COUPS PUISSANTS (B)

• ACROBATIE DE COMBAT (A) : .

• SANG FROID (B) :

• RESISTANCE ACCRUE (B) : Votre personnage est particulièrement résistant et robuste. Il peut ajouter un bonus de +1 sur tous ses tests d'endurance. Cette compétence peut faire l’objet d’une ou plusieurs spécialisations parmi les suivantes : à la chaleur, à l’alcool, à la fatigue, au froid, aux drogues, à la torture

• REFLEXES ECLAIRS (B) : Votre personnage est très réactif, il possède des réflexes développés. Il bénéficie d'un bonus de +1 à ses tests d'INI en réaction aux situations de surprise.

• PISTAGE (A) : Votre personnage a cette faculté de pouvoir suivre les traces laissées par des animaux ou des voyageurs. Il ajoute un bonus de +1 lors des tests visant à déterminer s'il arrive à suivre une trace (selon les circonstances et la précaution de ceux qui sont suivis, le MJ peut décider de modifier le test par des modificateurs). Toujours sur un test réussi, d'après des traces de pas, les cendres d'un feu et d'autres indices, il peut arriver à estimer le nombre, la race la distance entre lui et ses proies (en temps et en distance).

• SURVIE EN MILIEU HOSTILE (B) : Votre personnage, habitué à évoluer dans des milieux hostiles, a appris à connaître les principaux dangers susceptibles d'être rencontrés dans une région concernée. Il n’ignore pas les effets du climat mais sait ce qu’il convient de faire pour les minimiser. Il est également capable de trouver de la nourriture (de base, pas forcément appétissante) alors que rien ne semble disponible, ce qui lui permet d’échapper à la faim. Il sait éviter les dangers etc., Il peut ajouter un bonus de +1 sur tous ses tests lorsqu'il se retrouve dans un tel environnement.

• ANTICIPATION (B) : Votre personnage, lorsqu'il est en situation de combat, arrive à prévoir les réactions d'un ennemi (Autant ses attaques que ses parades). Pour analyser le style de combat de son adversaire direct, il lui faudra 2 rounds entiers. A partir du 3ème round, cette compétence lui permet d'avoir un bonus de +1 en ATT et en PAR contre ce seul adversaire. (Pour bénéficier de ce bonus contre un autre adversaire, il lui faudra l'avoir combattu pendant au moins 2 rounds)

• COUPS PRECIS (3) (B) : Votre personnage peut localiser avec précision la partie du corps qu'il désire frapper et se voit attribuer un bonus lors de son attaque précise. Le malus pour viser une partie précise du corps est diminué de 1 si on prend une fois cette compétence. Si on la paye une seconde fois, « coup précis » devient « coup précis (2) » et diminue le malus de 2. Si on la paye une troisième fois, « coup précis (2) » devient « coup précis (3) » et diminue le malus de 4. Dans tous les cas, cette compétence ne permet pas d’augmenter l’ATT du personnage au-delà de celle qu’elle aurait été sans viser une partie particulière du corps.

• ESQUIVE (A): Votre personnage, particulièrement vif et agile, est spécialement entraîné à éviter les coups en combat au corps à corps. Pour faire une esquive, vous devez spécifier, avant la résolution du round, que votre personnage va tenter une esquive. Référez-vous aux règles d’esquive pour connaitre les effets de cette compétence (voir Wiki règles, section Règles concernant le combat au corps à corps).

.CORIACE (B) : Votre personnage fait preuve d'un résistance aux coups bien supérieure à la moyenne. Il peut retrancher 1D3 points de dégâts lors d'un coup pouvant occasionner une blessure. (Cependant, ce dernier bonus ne peut pas annuler une perte de points de vie. Les points de dégâts minimums seront au moins de 1.)
"Le mal est le mal... Petit, Grand, moyen... Cela ne fait aucune différence. La notion est subjective. La définition est flou. Si je dois choisir entre un mal et un autre... Je préfère ne choisir aucun des deux."

Répondre

Retourner vers « Hochland »