[Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

La Bretonnie, c'est aussi les villes de Parravon et Gisoreux, les cités portuaires de Bordeleaux et Brionne, Quenelles et ses nombreuses chapelles à la gloire de la Dame du Lac, mais aussi le Défilé de la Hache, le lieu de passage principal à travers les montagnes qui sépare l'Empire de la Bretonnie, les forêts de Chalons et d'Arden et, pour finir, les duchés de L'Anguille, la Lyonnesse, l'Artenois, la Bastogne, l'Aquilanie et la Gasconnie.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par [MJ] Kriegsherr » 01 août 2018, 17:48

Ainsi, le scythien avait opté en faveur de l’option la plus spectaculaire, pour le plus grand plaisir de la foule qui ne se fit pas prier pour manifester son contentement à grands renforts de cris et d’agitation ! En effet, tenter de jouer l’immobilisation aurait été moins photogénique et sans doute moins appréciée également qu’un bon combat au corps-à-corps, d’homme à homme. La position de supériorité de Raël lui offrait pour l’instant l’avantage sur son vis-à-vis. Mais cela ne durerait pas : dès qu’il se serait relevé, Jean d’Estamille serait de nouveau en mesure de se battre, et de surcroît échaudé par la manœuvre de son adversaire. Pour ne pas prendre le risque de revenir à un statu quo, il faudrait donc que notre héros profite de l’avantage qu’il avait et capitalise directement dessus. S’il n’y parvenait pas, les cartes seraient rebattues, et tout serait à refaire.

La tactique de Raël Khem allait-elle payer, ou au contraire paierait-il chèrement le risque pris ? En tous cas, leur avenir dans le tournoi allait se jouer à la pointe du kopesh ou à la masse du fléau.

Conformément à ce que j’avais indiqué, j’autorise sur un test d’INI réussi une attaque surprise imparable de ta part :

Test d’INI (avec modificateur pour dégainer rapidement) : 18. Raté. La configuration est donc normale.

Round 1 :
Raël porte son attaque : 13. Touché. Parade de Jean : 9. Réussie. Localisation : torse. Dégâts : 0 !
Jean riposte de son fléau d’armes : 19. Raté.
Raël ré-attaque : 9. Touché ! Localisation : jambe gauche. Dégâts : 17.
A Jean de nouveau : 17. Raté.
Raël attaque encore : 3 ! Touché. Localisation : bras droit. Dégâts : 21.
Jean re-riposte : 18. Décidément quand ça veut pas !

Round 2 :
Raël : 20 ! Echec critique. Pas de parade gratuite possible durant ce tour !
Jean attaque : 6. Touché. Raël ne peut rien faire ! Localisation : jambe droite. Dégâts : 20.
Raël réplique : 19. Raté. La chance aurait-elle tourné ?
Jean à son tour : 6. Touché encore. Localisation : torse. Dégâts : 21.
Raël pour sa troisième attaque : 1 ! Réussite critique => imparable. Localisation : jambe gauche. Dégâts : 25.
Jean attaque : 8. Touché ! Localisation : jambe droite. Dégâts : 23.

Il te reste donc 17 PVs virtuels à la fin de ce round ! Mais comme vous ne portez pas de réelles blessures votre potentiel est toujours intact, jusqu’à 0 PVs virtuels et parfois même moins vous pourriez vous battre à plein régime. Par un curieux hasard du destin, Jean d’Estamille a à ce stade exactement le même nombre de PVs virtuels que toi.

Le moindre coup non paré peut donc être décisif !

Round 3 :
Raël : 18. Raté !
Jean : 19. Raté !
Raël : 6. Tu touches ! Pare-t-il ? 17. Raté. Relance du bouclier : 6. Réussite ! Dégâts : 0.
Jean : 12. Touché ! Parade (modificateur négatif à cause du fléau, difficile à parer) : 7. Tu pares néanmoins le coup. Dégâts : 0.

Ni toi ni lui n’avez plus de parade dans ce tour ! Tout peut se jouer maintenant !

Raël pour sa 3ème attaque : 4 ! Touché ! Ca sent bon pour toi, néanmoins il peut encore survivre si tu tapes bas dans ta fourchette de dégâts et lui haut dans sa fourchette de résistance ! Localisation : torse. Dégâts : 18. Ouf ! Juste assez pour le mettre hors de combat !

Joli, ça s’est joué à rien.
Après avoir soudainement lâché son attrape-coquin, Khem ne parvint malheureusement pas à se saisir de ses armes suffisamment rapidement pour prendre de vitesse le bretonnien qui, malgré sa lourde armure, effectua une leste roulade en arrière afin de se remettre dans un premier temps sur un genou, bouclier en avant, puis de dégainer en se relevant. L’avantage de l’immobilisation s’était donc évaporé !

Mais il n’empêchait. Plus légèrement protégé, le guerrier du désert était plus vif, plus rapide que son adversaire, gêné par sa lourde armure et subissant sans doute encore le contrecoup de sa chute de cheval. Durant la première dizaine de secondes, les échanges de coups furent nettement en la faveur du scythien. Le fléau de Jean avait systématiquement un temps de retard sur le redoutable kopesh de Raël. L’arme, à mis chemin entre la hache et le sabre, était pourtant réputée pour être plutôt lourde, lente et facile à parer, en dépit de sa redoutable puissance. Mais si le premier coup atterrit effectivement dans l’écu du noble chevalier qui absorba totalement le choc sans broncher, les deux assauts suivants ne furent repoussés, au prix de blessures virtuelles, que par l’armure lourde du compétiteur local.

A cet instant, d’Estamille paraissait grandement en difficulté. L’avantage avait largement été pris par Raël, qui venait d’enchaîner les succès, tandis qu’il n’avait eu de son côté à déplorer aucun dommage depuis la première passe d’arme.

Sans doute poussé par l’euphorie, à moins qu’il n’ait sous-estimé son adversaire ou que ce dernier, professionnel des tournois et touché dans son orgueil par ce freluquet nouveau venu qui avait osé le mettre à terre avec cet arme si particulière puis le rouer de coups, « messire Khem » constata avec désarroi qu’il ne serait pas si simple d’achever la bête blessée. Usant des avantages de son arme avec l’aisance d’un maître d’armes renommé, Jean d’Estamille parvint à esquiver le coup suivant et à reprendre l’initiative.

Désormais, dans un curieux effet de miroir par rapport à la première partie du combat à pied, il semblait que c’était toujours Raël qui avait un temps de retard. Il encaissa un, non deux, non trois coups d’affilée ! La masse du fléau passait outre ses parades avec une facilité déconcertante pour lui asséner de puissants chocs. Enfin, des chocs qui l’auraient été si la boule métallique n’avait pas été pour le tournoi recouverte d’une gaine de cuir et de tissu afin de la neutraliser et d’éviter toute blessure grave.

Malgré tout, le brave serviteur des dieux de Nehekhara ne se laissa pas démonter et parvint même à placer une riposte parfaite entre plusieurs coups reçus. L’attaque était très rapide, très pure et tout simplement imparable. Elle fut saluée de sifflements appréciateurs dans le public.

A l’issue de cette deuxième phase de leur combat, les deux concurrents savaient qu’il ne leur restait que très peu de « vie virtuelle », décomptée par une assemblée de juges experts située au premier rang des gradins des roturiers.

D’ailleurs, malgré les précautions prises pour éviter qu’ils ne se blessent et leurs armures respectives, la fatigue et les contusions commençaient déjà à se faire sentir sérieusement. La moindre erreur pourrait être « fatale ». Cela joua sûrement dans l’inconscient des deux hommes. Trop timides, les premières tentatives, d’un côté comme de l’autre, se soldèrent par des échecs. Ils n’avaient sans doute pas voulu se mettre en danger en se découvrant trop dans une attaque franche. Prenant les devants, Raël se fendit et frappa dans une attaque qui aurait sûrement été victorieuse si elle n’avait pas rencontré le bouclier fixé au bras ferme de Jean. Ce dernier, voyant une occasion d’en finir, riposta immédiatement. Là encore, le coup aurait pu être gagnant, si le scythien n’avait pas réussi in-extrémis à le parer.

Puis enfin ce fut la délivrance. Dans un ultime assaut, le kopesh troua la solide défense bretonnienne et atteint le chevalier au niveau du flanc gauche. Les juges hésitèrent une seconde, se concertant même du regard pour se demander si en réalité le coup aurait été décisif, puis, unanimement ils décidèrent de déclarer Raël vainqueur.

Beau joueur, Jean d’Estamille ôta son heaume, révélant une tête marquée par le combat qui venait d’avoir lieu. Ses cheveux étaient ruisselants de sueur, son visage maculé de sang sûrement dû à la lourde chute subie. Ses yeux étaient flous, perdus dans le vague, sans doute ne réalisait-il pas encore très bien qu’il venait de perdre, ou sonné par les coups, la chaleur sous le soleil de plomb et dans armure ou une nouvelle fois la chute.

Jean d’Estamille, juste après son combat contre Raël Khem :

Image


Toutefois, en dépit de tout cela, l’homme se reprit vite, et en combattant professionnel qu’il était. Il salua le public, les juges, les autres seigneurs, les organisateurs et bien sûr son vainqueur du jour, qu’il félicita à voix basse, dans l’intimité qui régnait entre combattants dans l’arène, si l’on pouvait dire :


-Bravo, sire Khem, vous m’avez battu et je dois dire que je ne m’y attendais pas… Surtout au coup de l’attrape-coquin. Mais la prochaine fois, s’il y en a une, je serai prévenu et j’ai bon espoir que cette fois, le résultat sera différent.

Il était difficile de dire si le compliment était teinté d’étonnement, d’admiration ou d’une certaine amertume. Sans doute un peu des trois à la fois. Mais en tous cas, même s’il ne goûtait à l’évidence pas la défaite, l’homme serra les dents et sut préserver les apparences avec un sourire et un salut de la main au public avant de quitter le champ. Ce genre de comportement « fair-play » était à l’évidence très apprécié par la foule ici, et pour un homme dont le métier consistait à passer de tournoi en tournoi, avoir la ferveur du public pour soi n’était pas négligeable.

Quant à Raël Khem, il fut acclamé par une partie de la foule, notamment beaucoup de bourgeois et de roturiers. Avoir vaincu un chevalier était un exploit du genre de ceux pour lesquels la Confrérie du Phare l’avait engagé. Aussi aperçut-il Jeannot parmi les membres de la tribune officiel, qui le félicita d’un pouce vers le haut et d’un clin d’œil. Chez les nobles, bien sûr, cet enthousiasme n’était pas partagé, et la retenue était de mise.


***



Quoi qu’il en fût, une fois sorti du pré aux combats, Raël Khem apprit que son opposant pour les quarts de finale serait Yvon Bamorel, le candidat soutenu par les autres marchands de la ville. Chose étrange, il ne vit nulle part Ranya Labelle durant le reste de la journée, soirée comprise. Allait-il pour autant s’en inquiéter et enquêter, ou considérer cette absence comme normale ?
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Messages : 240

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par Raël Khem » 09 août 2018, 11:48

Comme le combat est assez épique je vais le raconter à ma sauce aussi!
Espérant créer la surprise, Raël lâcha l'attrape-coquin et se précipita sur son adversaire, dégainant son khopesh et le laissant filer droit vers la caboche du chevalier. Il sembla pourtant à notre héros qu'il avait sous-estimé son adversaire: le coup ne porta pas, l'ennemi s'étant reculé juste à temps! Qu'importe! Dans sa lancée il asséna à son adversaire du jour un coup terrible à la jambe, qui rebondit à la fois sur une parade parfaite au bouclier et sur les plaques métalliques de l'armure.

Le Scythien recula instinctivement, échappant ainsi au premier coup de l'opposant. Durant un souffle il pensa que l'armure de Jean d'Estamille serait peut-être un problème plus important que prévu. Jusque là il avait pensé passer à travers les jointures pour frapper mais en bon combattant habitué à cet exercice le bretonnien ne les laissait jamais apparaître plus d'une fraction de seconde à chaque mouvement, rendant l'exercice hasardeux. Pourtant, le professionnel des tournois pécha par orgueil et lança deux assauts violents à l'encontre de l'homme du désert, exposant totalement les failles de son armure imperméable. Avec un rictus le champion du Sud se baissa pour esquiver la masse d'arme et lança une tranche horizontale sur une jointure de la jambe gauche, la frappant violemment, avant de remonter dans une frappe ascendante sur le bras droit qui subit lui aussi un fameux coup. Le chevalier recula sous la surprise et la douleur, réajustement son armement. La foule applaudit et on put apercevoir des nobles qui se levaient dans le public, des expressions de surprise sur le visage. Pour les bourgeois et la roture, par contre, c'était l'explosion de joie! A la tribune de la Confrérie du Phare notamment certains serraient les dents et les poings d'excitation et les incitations à continuer comme ça fusaient de toute part.

Trois secondes flottèrent.

Se lassant de l'attente Raël se précipita sur son ennemi avec une ferveur décuplée par les encouragements. Se faisant il tombait dans le piège préparé par le chevalier qui le terrassa d'une frappe bien placée sur le bouclier avant d'asséner un coup de masse sur la jambe du Scythien, qu'il sentit se dérober sous lui. Evidemment, le combattant expérimenté qu'était d'Estamille sut parfaitement se saisir de cette splendide occasion qui lui était présentée: flamboyant de prestance il martyrisa par deux fois le serviteur de Nehekhara avec des frappes violentes qui manquèrent de jeter notre héros à terre. Heureusement il parvint juste à temps à trouver une faille sur la jambe du chevalier, qui le força à reculer.
Une seule seconde s'écoula cette fois avant que les guerriers ne repartent à l'assaut. Au début, les participants semblèrent à égalité, aussi extenués l'un que l'autre et avec la rage de vaincre. Les coups pleuvaient mais sans jamais passer le bouclier de l'un ou l'armure de l'autre. Raël tenta bien une lame glissée sur le bras d'épée du chevalier mais sa rapidité ainsi que le métal protecteur ne laissèrent causer qu'une rayure. A contrario, Jean avait confiance en sa marche particulière pour outrepasser les parades de son ennemi, mais le Scythien était habile et observateur et jamais le fléau d'arme ne sut dépasser sa vigilance!
Puis vint la faille, l'erreur: dans un mouvement plein de rage et d'une volonté d'en finir, le chevalier se découvrit entre la plaque ventrale et les jambières. Saisissant sa chance, Raël profita de sa grande rapidité pour trancher au vif. Le coup porta peu et aurait difficilement été mortel en d'autres circonstances, mais au vu de tout ce que son adversaire avait déjà pris, le jury décida d'arrêter le combat sur la victoire de l'étranger!

Dans le public ce fût l'explosion! Les paysans, artisans et commerçants explosaient de joie et au sein de la Confrérie du Phare on y allait bon train entre la satisfaction, la pure joie du combat et ceux qui se frottaient les mains en songeant que de ce combat ils pourraient faire leur miel.
Il y eut quelques salutations avec un Jean d'Estamille fichtrement amoché, cela fit presque mal au cœur du Scythien qui ne pensait pas l'avoir autant blessé en une chute de cheval. Acceptant la répartie de son adversaire il lui serra franchement la main, ajoutant:


-"Et de mon côté je ramènerai de quoi percer votre armure, on réalise pas à quel point c'est solide avant de taper dessus..."

Mais dans les yeux du chevalier Raël aperçut de la rancoeur, c'était dommage mais il le comprenait. Et il n'avait pas tort dans le fond: sans l'attrape-coquin le résultat aurait pu être très différent.
Imitant son opposant, le guerrier du Sud leva son arme en signe de salut et de victoire, s'arrêtant pour observer les comportements de ses proches. A l'exception de la noblsse de l'Anguille tout le monde semblait partager la même joie.
En sortant des loges quelques dizaines de minutes plus tard l'épreuve du bain de foule commença à nouveau, chaque fois plus difficile. Cette fois des gardes de la ville durent le protéger pour qu'il puisse rejoindre ses quartiers en toute tranquillité! C'était somme toute peu surprenant, à chaque tour le nombre de participants était divisé par deux ce qui laissait d'autant moins de choix sur le champion à aduler. Avec un sourire, Raël songea qu'il serait sans doute à l'origine de grandes fortunes, de grandes ruines ainsi que d'une ribambelle d'enfants plus ou moins désirés...

Mais en parlant de l'acte charnel, il ne retrouva pas Rayna qui l'attendait comme à son habitude devant sa tente. Etonnant. Haussant les épaules et parce qu'il n'avait rien de plus à faire le guerrier s'en retourna vers les festivités. Il allait commencer par regarder le tableau des scores pour voir les participants restants en lice en quart de finale ainsi que demander à des gardes ou passant s'ils avaient vu sa prostitué préférée.
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 100/100
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Répondre

Retourner vers « Les autres régions »