[Heinrich Krieger] La meute en chasse

Cette province désolée au climat inhospitalier est en partie couverte par la forêt de Drakwald. Les soldats de la région vénèrent davantage Ulric que Sigmar. La capitale du Graf Tobringer n'est autre que Middenheim, la Cité du Loup Blanc.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Scipio
PJ
Messages : 50

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par [MJ] Scipio » 29 janv. 2014, 19:10

En leur fort intérieur, les défenseurs de la foi ulricande accueillirent d'une façon très mitigée le plan de leur chef. En effet, si les plus éduqués y virent une tactique aussi simple qu'efficace pour limiter les pertes tout en s'assurant que les hérétiques ne sauraient échapper à leur juste châtiment, les autres eurent tendance à estimer que la première partie de l'opération dénotait d'une façon d'opérer fort peu virile et atrocement alambiquée... l'animal fétiche de leur ordre était le loup, prédateur hivernal par excellence, et non le renard timoré ! Ils n'osèrent cependant faire part de leur sentiment, convaincus à juste titre que Krieger était le plus à même d'interpréter la volonté d'Ulric. Après tout, n'était-il pas leur chef et n'était-il pas le détenteur du livre saint ?
Toujours est-il que Schweigen ne chercha pas à discuter les ordres, et qu'à peine eut-il adressé le signe des crocs au groupe qu'il se retrouvait à grimper le long de l'éboulement, aussi agile qu'un lézard.
Cependant, si il est certain que l'ascension fut moins bruyante de cette façon, elle était également bien moins aisé, si bien qu'il se retrouvait pratiquement à ramper contre la paroi rocheuse tandis qu'il cherchait des prises pour ne pas glisser.

Jet caché
Le guerrier silencieux s'employa à cette gymnastique pendant une dizaine de mètres puis disparut des regards à cause de la pente, si bien que ses compagnons auraient dû rebrousser légèrement chemin pour pouvoir l'apercevoir sur les deux derniers mètres depuis le sentier, et ainsi se retrouver potentiellement à la vue de ceux qui les attendait soi-disant là-haut. Dire qu'ils ressentaient de l'angoisse serait sans doute exagéré, mais ils n'étaient pas moins tendus à l'extrême, à l’affût d'un cri d'alarme ou de guerre.
Ce qu'ils entendirent en premier fut une sorte de dérapage de cuir sur de la roche, suivis d'éclats de voix surexcités et enfin d'un crissement de métal s'abattant sur la pierre qui fit parut résonner longtemps dans l'air froid.
Les ulricans enragés n'avaient fait qu'un petit quart du chemin, manquant de glisser sur les pierres branlantes de l'éboulement lorsque trois silhouettes apparurent au sommet de la chute de rocs. Sans nul doute humanoïdes et même masculines pour ce qu'ils pouvaient en juger, le trio parut s'adresser à eux dans une langue gutturale accompagnée de gestes qui ne pouvaient qu'être moqueurs. Pour preuve l'un des inconnus s'empoigna les génitoires, une mimique dont la grossièreté dépassait allègrement la barrière des langues.
Enfin, l'individu du milieu parut empoigner quelque chose qu'il leur lança, une fois encore suivis d'une moquerie sardonique et d'une mimique d'accueil, les bras largement écart. L'objet roula, rebondit et roula de nouveau jusqu'à parvenir aux pieds de Krieger. La tête de l'éclaireur, figée dans une attitude de surprise totale, comme surpris d'avoir été battu à son propre jeu.
Morituri me salutant... enfin il paraît.

Prend ton gladius, le Colisée n'attend que toi :

Avatar du membre
Heinrich Krieger
PJ
Messages : 11

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par Heinrich Krieger » 29 janv. 2014, 22:00

HRP : Je demande au puissant MJ de jeter mon set de dés et de le remplacer par celui de 'tonio...
Krieger était dépassé par les événements. Il s'attendait effectivement à cette perspective, mais ne pensait pas que Schweigen se serait fait prendre. Il été persuadé que cet ahuri aurait couru comme un dératé une fois confronté à l'ennemi. Qu'il se soit fait avoir aussi facilement le désolait profondément. Après tout, Heinrich combattait à ses cotés depuis bientôt huit mois.

Il analysa rapidement la situation :

- Bon. Ils sont en infériorité numérique. Mais ils sont aussi en hauteur. Ni eux, ni nous n'utiliserons d'arme à distance. Donc soit nous montons les affronter et ils nous cueillent une fois arrivés, soient ils descendent et ils finissent en chair à pater. Mouais, mais ils viendront pas tous seul. Faut que je trouve un moyen de les forcer à descendre.

Il se doutait bien que la situation allait affecter le moral de ses frères.
- Il faut que je trouve quelque chose qui leur redonne confiance en eux. Bon je sais ce qui me reste à faire.

Heinrich savait effectivement que le dieu du sang obligeait ses adorateurs à accepter tous les duels à morts qui se présentait à eux : pour eux, refuser un duel à mort, c'est refuser un crane au trône de Khorne.

Heinrich accompagna donc son discours de grands gestes équivoques, afin que son discours traverse la barrière de la langue. iIl s'adressa à celui qui avait décapité son camarade :
- Ecoute moi bien fils de pute, je vais t'arracher la tête, te chier dans la bouche et me torcher avec ta langue ! Je te provoque en duel à mort. Descend avec tes petites copines et on règle ça tous les deux à l'ancienne.

Puis il se tourna vers ses camarades et leur intima d'abaisser leurs armes :
Mes frères, même si ces êtres ne mérite pas le respect, un duel reste un duel. Que je gagne ou que je perde, à la fin, ça se soldera par une bataille rangée. Mais n'intervenez pas au cours du duel. Et en attendant, ne les attaquez pas. La conclusion de ce combat repose entre les mains des dieux.

Puis Heinrich commença à psalmodier :

Ho puissant Ulric, je suis face à la mort. De nombreuses fois, je l'ai rencontrer. De nombreuses fois, tu m'as accompagner alors qu'elle m’attirait à elle et tu as fermé les portes de son royaume devant moi. Tu m'as fait entrevoir en rêve ton propre royaume, où la chasse et reine et où la tromperie n'est qu'un lointain souvenir. Aujourd'hui, je te demande humblement, non pas de me protéger, mais d'apporter sur cette terre, un peu de ton royaume.

Ho puissant Ulric, je suis face à l'inconnu. Ces êtres ont commit des actes innommables. Je ne sais pas ce qu'ils trafiquent au sommet de cette montagne. Mais tu m'as apprit à toujours poursuivre une proie, malgré les difficultés et les raisons d'abandonner. Aujourd'hui, e te demande humblement, si je viens à mourir, non pas de m’accueillir dans ton domaine, mais de continuer à veiller sur mes frères, afin qu'ils termine la chasse là où nous l'avons laisser.

Ho puissant Ulric, je suis face à l'ennemi. Je sais combien est grande ta haine de l'immonde dieu que vénèrent mes adversaires. Tu m'as fait voir toute la corruption qu'il apporte à ce monde. Ma seul volonté est d’éradiquer chaque parcelle du mal qui ronge cette terre. Aujourd'hui je te demande humblement, non pas de m'apporter une agréable victoire, mais d'accompagner ma hache dans mon combat contre l'hérésie.
Heinrich Krieger, initié d'Ulric
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 9 | NA 1 | PV 18/60
Lien Fiche personnage
Image

Avatar du membre
[MJ] Scipio
PJ
Messages : 50

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par [MJ] Scipio » 01 févr. 2014, 23:24

On avait jamais encore vu un disciple de Khorne refuser un duel, et ce jour-ci ne serait pas le premier. Au moment même où Krieger eut fini de gesticuler son défi, les paladins rendus presque enragés par la vue du reste de la dépouille de leur frère purent entendre un rire gouailleux provenir d'au-dessus de leurs têtes. Agile comme un bouquetin, l'individu qui occupait le milieu du trio s'était mis à dégringoler la pente à toute vitesse en sautant de pierre en pierre comme un gamin l'aurait fait pour traverser une rivière, suivis plus lentement par ses deux acolytes. Mais si le premier descendit la pente jusqu'à pouvoir toiser l'initié, les deux autres se contentèrent de descendre un quart de l'éboulis et de regarder le groupe de haut, la main négligemment posée sur des carquois de javelines qui leur barrait le dos.
Celui qui avait répondu au défi était un sacré gaillard de Norse dont le torse bardé de cuir et les bras nus laissaient entrevoir une peau bleuâtre rehaussée de tatouages aux entrelacs complexes. Il était vêtu en dessous de la ceinture d'un pagne brun piqueté d'os et de plumes, et sa tête était prise dans un solide casque de cuir dont n'émergeaient que deux yeux bleu froids comme la mort ainsi qu'une bouche aux dents taillées en pointe. Il tenait une frustre hache d'arme dans son poing droit, tandis que le gauche enserrait une targe de cuir gravée de symboles tribaux.
Hilare, il désigna son adversaire de sa hache pour se la passa sous la gorge en hurlant :


- KHOOOOOOOORNE !

Le message était on ne peut plus clair, et le sauvage sauta directement à la gorge de l'ulrican.
Round 1
Ini de Krieger : 8
Ini du maraudeur : 11. Le maraudeur commence.

Jet d'Att du maraudeur : 15. Échec !
Jet d'Att de Krieger : 5. Touché !
Jet de Par du maraudeur : 5. Réussi !
dégâts : 21 pv en moins, reste 49 pv
Le chasseur norse avait semble-t-il mis tant d'ardeur à partir à l'assaut de son adversaire qu'il avait sous-estimé sa propre détente, si bien que le fanatique n'eut qu'à se décaler un peu pour voir la hache de son agresseur siffler à côté de lui, inoffensive. En revanche, Heinrich se trouva parfaitement placé pour exécuter une contre-attaque mortelle, mais qui ne le fut pas tant que ça, vu que sa hache de bataille s'en fut d'abord mordre le bouclier, puis la cuirasse de son adversaire avant de péniblement atteindre les chairs du ventre. Le chaotique glapit tandis que son sang commençait à couler par la déchirure de son armure, mais cela ne l'empêcha pas de bondir de plus belle en beuglant une insulte incompréhensible.
HRP : Je te laisse me décrire comment tu mènes le prochain assaut.
Au passage, je t'ai envoyé un mp. Ta compétence charisme n'existe plus, il serait donc bon de la remplacer par autre chose, à moins que tu ne préfères des points d'expérience.
Morituri me salutant... enfin il paraît.

Prend ton gladius, le Colisée n'attend que toi :

Avatar du membre
Heinrich Krieger
PJ
Messages : 11

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par Heinrich Krieger » 02 févr. 2014, 22:09

Et c'est partie, on va casser de l'impur... Viens là saloperie hérétique. Hé mais cet abruti ne sait pas courir ! Il arrive bien trop vite ! Si encore il chargeait avec une lance... Pensa-l'initié.

Quand le sombre cultiste chargea, Heinrich fit un léger pas de coté, esquiva l'arme de son adversaire, puis frappa. La lame de sa hache ripa sur la targe de son ennemi, traversa l'armure, avant de s'enfoncer profondément entre les cotes du disciple au casque à corne. Dans un autre contexte, en Tilée, l'assemblée se serait écrié "Olé !", Mais la culture locale ne semblait pas propice à la tauromachie...

Ses frères d'armes avaient formé un demi-cercle collé autour des deux combattants. L'autre moitié du cercle était constitué des deux adorateurs du chaos, qui se tenait sur les gravats. Les deux équipes beuglant des encouragements à l'intention du combattant arborant leur couleur. On aurait un combat organisé de sous-sol de taverne, bien loin de la garde, afin que les nobliaux du coin puissent rendre à la population l’impôt qu'ils avaient prélevés quelques jours plus tôt.

Le contenu des hurlements juraient malgré tout avec le tableau. Le nombre aidant, on entendaient bien plus les encouragements des frères loups que ceux des hérétiques, qui se contentaient de beugler à plein poumons "Khorne, Khorne, Khorne" selon un rythme régulier, montant progressivement en crescendo. A l'inverse, les adorateurs d'Ulric faisaient preuve d'une grande inventivité dans les jurons prononcés à l'encontre du camp adverse, agrémentés de "Vas-y prend le aux tripes" et autres "Plus fort et vise la gorge !" de circonstances.


Il continua, de sa voix gutturale à psalmodier des prières, en sentant bien que son Dieu l'observait dans son combat : Ulric raffolait des duels et considérait en effet le guerre comme une grande prière. Le champ de bataille était pour lui le meilleur des autels. Krieger poursuivit donc son "acte de foi", tout en accompagnant ses coups des saintes phrases du Lupum Canticum, que ses compagnons ne tardèrent pas à hurler en écho :

Ulric est mon père : je ne manquerai de rien.
Il me fait guerroyer dans de verts pâturages, il me dirige vers ses divines horizons.
Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, a cause de son nom.
Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : tes crocs et tes griffes me protègent de la faiblesse .
tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; tu aiguises ma hache, et ma coupe déborde de leur sang.
Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie, et je chasserais dans les plaines de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours.


- Ok Scipio. Je choisis les 25 XP's. Je les dépense pour gagner 1 pts en CHA. Ainsi, ça revient au même ;)

- Pourrais-tu, pour ce duel, jeter les dés jusqu'à décès d'un des 2 participants s'il te plait ? Le personnage ne fait que des attaques standards jusqu'au dernier coup. Je ferais un RP globale.

Pour ton écriture :
http://www.youtube.com/watch?v=7h2a2T9D7XQ
http://www.youtube.com/watch?v=PhiSgXz_l20
Heinrich Krieger, initié d'Ulric
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 9 | NA 1 | PV 18/60
Lien Fiche personnage
Image

Avatar du membre
[MJ] Scipio
PJ
Messages : 50

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par [MJ] Scipio » 03 févr. 2014, 10:34

Round 3

Jet d'Att du maraudeur : 3. Réussite.
Jet de Par d'Heinrich : 17 (meilleur des deux jets). Échec.
Dégâts : 28 pv en moins, reste 32 pv

Jet d'Att d'Heinrich : 8. Réussite.
Jet de Par du maraudeur : 4. Réussite.
Dégâts : 15 pv en moins, reste 34 pv
Jouant de son agilité supérieure et semblant faire fi de la stabilité précaire du terrain, l'adepte du chaos bondit à nouveau dans les airs et parvint à prendre l'ulrican par surprise : écartant la hache bénie d'un solide coups de bouclier, il abattit sa propre arme en une oblique mortelle. Le fer rustre mais valant n'importe quelle pièce de bon acier, ripa contre le haut du bouclier de Krieger (ce qui lui sauva probablement la vie), s'enfonça dans la tendre chair du cou et traça un sillon sanglant jusqu'à sa hanche gauche en semblant faire fi de la maille.
A son atterrissage, le barbare fut néanmoins déséquilibré, ce qui permis à son adversaire qui crachait le sang de le gratifier d'une estafilade à l'aine, qui n'avait cependant rien à voir avec la blessure qu'il lui avait infligé il y a quelques instants au ventre.

Heinrich vacilla sous le contrecoups de l'attaque, ce qui laissa à maraudeur tout le temps souhaitable pour grimacer un sourire de victoire et lancer une nouvelle insulte :


- Rhadod eich mam mwy o draffirth i mi pon fyddarf yn cusanu ei ffaurm, y mynach!

Ce qui en reikspeil donnait quelque chose comme : ton auguste génitrice m'a opposé davantage de résistance lorsque je lui ai fait découvrir les joies de la copulation non-consentie dans les vestiges de son exploitation agricole, ô professeur d'une foi inepte !
Après quoi, l'homme aux muscles bleutés cracha par terre un glaviot sanglant, martela son bouclier en signe de défi et reparti à l'assaut.

Round 4

Jet d'Att du maraudeur : 19. Echec !
Jet d'Att d'Heinrich : 16. Echec !
L'assaut suivant fut un échec, le fer de l'un mordant dans le bouclier de l'autre tandis que les deux continuaient à saigner d'importance, éclaboussant de carmin les rochers sous eux. On pouvait néanmoins remarquer que l'ulrican reculait peu à peu vers ses camarades, comme si le bouclier de sa foi commençait à peiner à endiguer le déluge de coups du nordique et qu'il cherchait instinctivement le soutien de sa meute.
Round 5

Jet d'Att du maraudeur : 11. Réussite !
Jet de Par d'Heinrich : 20. Echec !
Dégâts : 24 pv en moins, reste 10 pv
Malgré la solide constitution et sa connaissance du champs de bataille, le coups suivant prit la garde de Krieger complètement à défaut, et la hache de son adversaire alla cette fois se ficher droit dans son flanc qui n'était pas protégé par un bouclier avec une force capable de fendre un chêne en deux. Hoquetant de surprise, il n'eut cette fois pas le temps de riposter et s'écroula comme une masse à quatre pattes. Son bouclier dégringola jusqu'à ses frères interdits, tandis que son bourreau ensanglanté se plaçait au-dessus de lui pour lui administrer le coups de grâce. Sa vision se brouilla tandis que des cris éclataient de part et d'autre, puis tout sombra dans le néant.

Lorsqu'il reprit conscience, ce fut pour s'apercevoir qu'il était toujours vivant (quoique aussi faible qu'un nourrisson et perclus de douleurs), qu'il se trouvait emmailloté dans sa cape à côté d'un feu et qu'au moins trois de ses frères se trouvaient dans son champs. Torse nu, il eut néanmoins vaguement l'impression que son torse déchiré avait été badigeonné d'un produit puant. Hurst, comme toujours penché au-dessus d'une marmite, fut le premier à l'entendre remuer, et Heinrich eut alors l'honneur de voir la trogne du cuistot se plisser d'un sourire de soulagement.


- Il semblerait que ton destin ne soit pas encore de rejoindre le Père de l'Hiver, mon frère...
Morituri me salutant... enfin il paraît.

Prend ton gladius, le Colisée n'attend que toi :

Avatar du membre
Heinrich Krieger
PJ
Messages : 11

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par Heinrich Krieger » 03 févr. 2014, 19:58

- Que... Quoi ? Mais... Mais que...

L'esprit d'Heinrich était embrumé. Il n'était pas totalement sorti du coma. Son cerveau divaguait, mélangeant des vieux souvenirs à des prières qu'ils ne récitaient plus depuis bien longtemps. Il ne parvenait pas à fixer sa pensée, comme s'il luttait pour saisir un poisson dans l'eau à main nue. Il sentait ses souvenirs glisser entre ses doigts. Puis soudain, ce fut le flash. Il beugla comme un possédé :

- BANDE DE FILS DE PUTE ! UN DUEL EST SACRE ! QU'EST CE QUE VOUS AVEZ BRANL...
Mais fut bien vite interrompue par une quinte de toux. L'initié sentit un gout cuivré dans sa bouche et un liquide chaud couler au coin de ses lèvres. Il cracha ses poumons et sentit une douleur intense monter dans sa gorge. Il regarda sa poitrine nue et vie une grande tache ensanglantée sur sa cage thoracique.

Krieger se rappela avec horreur les récents événements. Il se sentait sale. Il n'avait pas été à la hauteur. Pour lui, la mort était préférable à la défaite. Il parvint malgré tout à articuler d'une voix sourde et suffocante :

- J'ai été faible. Laissez moi mourir et priez pour votre repentir...
Puis il sombra à nouveau dans l'inconscience.

Et il se réveilla encore... Surpris d'être encore en vie. Ses frères était donc si loyaux ? Ce fameux esprit de meute... Il pensa :

J'ai décu Ulric. D'une manière ou d'une autre. S'il avait été satisfait de mes actes, j'aurai vaincu l'hérétique. Comment réparer mes erreurs ? Quelles sont t'elles ? Je vais purger mes échecs avec leur sang, même si je dois les pourchasser jusqu'au bout du monde.
Puis sont regard s'attarda sur son torse. Il remarqua avec reconnaissance que ses frères d'armes avaient nettoyé le sang qu'il avait craché à son précédent réveil. Néanmoins, il sentait toujours la même odeur désagréable de l’onguent qui avait été passé sur ses blessures.
Mouais. Mais pas dans cet état là. Il faut que je récupère et que je devienne plus fort. Et au plus vite.

Heinrich sentait qu'il avait dormit pas mal de temps. Ses blessures le faisait moins souffrir qu'à son dernier réveil et sa voix ne semblait plus être voilée par d'étranges caillots : il dit alors à ses frères :

- Bon, qu'est ce qui c'est passé ? Et quelle est la situation ?
Au niveau du bilan vital, le personnage en est où ? (Pv, blessure...A-t'il récupéré depuis le combat ?)
Heinrich Krieger, initié d'Ulric
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 9 | NA 1 | PV 18/60
Lien Fiche personnage
Image

Avatar du membre
[MJ] Scipio
PJ
Messages : 50

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par [MJ] Scipio » 04 févr. 2014, 22:10

Application de traumatologie : gain de 2 + 1d6 (3) pv.
A son réveil, Heinrich se sentit aussi faible qu'un chaton qui venait de naître, bien qu'il eut l'impression que son torse n'était qu'une seule plaie à vif, ce qui au demeurant n'était pas loin d'être le cas. Au moins parvenait-il à respirer sans avoir l'impression d'inhaler des graviers et à se soulever sur sa couche de fougères. La fourrure qui le couvrait bascula d'ailleurs légèrement, et il put voir les profondes plaies qui zébraient son torse; celles-ci présentaient un aspect violacé et étaient couvertes d'une sorte d'épaisses croûtes brunâtres. A les voir, il paraissait aberrant qu'il soit encore en vie, et il fallait être l'un de ses frères pour considérer sa survie comme allant de soi.

La nuit était tombée depuis un moment, et seulement trois silhouettes se trouvaient dans le champs de vision de l'ulrican, leur silence témoignant de la vigilance et de la tranquillité de leur veille. Mais au moment de répondre, la mimique de Durst vira à la soupe à la grimace.


- La situation ? Ben, j'ai connu meilleur...
Pour commencer, Schutz est mort. Je sais que tu nous avais ordonné de ne pas intervenir, mais lorsqu'il a vu que tu étais à deux doigts de te faire raccourcir, il a lancé son épée de telle façon qu'elle s'est fichée en plein dans le torse de cette parodie d'homme. Ses potes ont moyennement apprécié le geste et lui ont perforé la gorge avec leurs foutus javelines avant qu'il ait eu le temps de lever son bouclier. On les a chargé juste à ce moment, et on les aurait réduit en charpie si l'autre joueur de crincrin n'avait pas eu la bonne idée d'en assommer un pour l'interroger. Cela lui a valu d'avoir le bras labouré, remarque.

On en a rien tiré pour l'instant, on s'est contenté de l'attendrir. On se disait que tu préférerais faire ça toi-même, une fois remis. Au passage, c'est moi qui t'ai rafistolé une fois qu'on t'a porté en haut de la colline, même si Heiger m'a quand même filé un coups de main.
Sinon... bah, ils n'étaient que trois, mais les jumeaux disent qu'il y en aurait une demie-douzaine qui auraient décarré un moment avant qu'on commence à se castagner avec eux, donc un peu avant hier. Et toi, tu te sens comment ?
Morituri me salutant... enfin il paraît.

Prend ton gladius, le Colisée n'attend que toi :

Avatar du membre
Heinrich Krieger
PJ
Messages : 11

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par Heinrich Krieger » 05 févr. 2014, 20:49

J'ai trouvé le moyen RP de récupérer ces 4 PdC's afin de reprendre le scénar' au plus vite : tu vas voir c'est très... Ulricain :lol:
Heinrich prit une mine grave à l'annonce de la mort de Schutz. Il connaissait le jeune soldat depuis peu, mais il savait combien sa foi était grande. Schutz avait fait tant d'efforts pour oublier ses erreurs au service de Sigmar. Il avait tout sacrifié pour rejoindre les frères loups. L'initié jugeait qu'il avait été choisit par Ulric lui-même ! Comment expliquer sinon sa survie au massacre de toute sa garnison, protégé par une immense peau de loup qui n'aurait pas dut se trouver à cet endroit là ? Ca n'avait pas de sens. Krieger était persuadé qu'il avait une grande destiné. Pourquoi serais t'il mort ainsi, en péchant contre son dieu bien aimé ? Il avait répandu la honte sur lui même et sur Heinrich.

- Je suis sur qu'il aurait fait un excellent croc de l'hiver, pensa-t'il, bon effectivement, il n'y connaissait rien en survie, mais il avait l'amour du combat et c'est ce qui compte vraiment au final. Pourquoi mourir ainsi ? Pour me sauver ? Est-ce que Ulric l'aurait sciemment mit sur ma route dans cet unique but ? Non. Si Ulric avait vraimment voulut cela, il m'aurait fait vaincre. Qu'est ce que mon Dieu cherche à me dire ?

Et il poursuivit son résonnement :
- Je ne sais pas ce qu'il me signifie, mais je sais une chose : Je dois me racheter. Et pour cela, il n'y a qu'un seul moyen.

D'un pas lent et mal-assuré, il se dirigea vers le feu de camp et prit une pince qui traînait dans le campement. Il retira l'amulette de l'ordre qui pendait à son cou. Ce talisman était d'un acier extrêmement pur et représentait un loup hurlant dans un cercle. Il en enleva le cordon délicatement et la saisit avec la pince, puis la plaça dans le feu, sous l’œil intéressé de Durst.

- Bien. Pour l'interrogatoire, je ne penses pas que l'hérétique parle le reikspiel. Vassili peut'il servir d’interprète ? J'ai entendu dire que les nordiques et les kislevites parlaient la même langue... Mais avant tous, qu'est-t'il advenu des dépouilles de nos deux frères ? Et combien de temps ai-je dormi ?

Il marqua une pause, puis regarda le cuisinier droit dans les yeux. Il attendit de voir une pleine attention dans son regard. Enfin il dit d'une voix forte :
- Merci.

Le cuisinier savait combien ce mot était rare dans la bouche de l'initié. Heinrich vit que la sainte amulette commençait à rougir.

- Comment je me sens ? L'initié eut un petit rire, Comme une putain de Nuln après une nuit de passe : Je tiens plus debout, mais j'en ai tellement prit que j'en redemande !

Il ferma les yeux et se mit à prier à voix haute.

- Ho puissant Ulric, je ne mérite pas d'être en vie. Un duel à été brisé, ce qui en soit, est un péché contre toi. Même si je ne comprend pas pourquoi tu m'as permis de survivre, je te recommande l'âme de celui qui m'a protégé du coup fatal. Dans ton grand jugement, s'il te plait, ne regarde pas que son dernier acte, mais aussi toutes les grandes batailles qu'il a remporté et les nombreuses preuves de sa foi débordante, qu'il n'a pas manqué de prouver depuis qu'il a rejoint notre groupe.

Heinrich saisit avec la pince, l'amulette devenue blanche à cause des flammes.

- Quand à moi, je sais que mon rachat ne sera vraiment conséquent, que quand nous aurons vaincu le groupe d'hérétique que nous pourchassons depuis bien trop longtemps. C'est pourquoi, pour le rachat de mon âme et celui de Schutz, je te jure de les anéantir jusqu'au dernier. J'en fait le...

L'initié plaqua alors l'amulette brulante contre sa poitrine nue, au niveau de son coeur. Sous le coup de la douleur, il hurla son dernier mot :

- SERMENT !

Puis il sera les dents en grognant sous le regard sidéré de Durst. Au bout de plusieurs longues secondes, il lâcha la pince et se traîna jusqu'à sa couche, alors qu'une odeur de viande grillée envahissait le campement. Il recouvrit la brûlure symbolique de neige et s’emmitoufla dans sa cape.
Il dit enfin à Durst d'une voix haletante, mais ferme :


- L'amulette... quand... refroidit... place là... à... endroit digne. Sa place... pas par terre.

Et il ferma les yeux, en essayant d'oublier la douleur.
Heinrich Krieger, initié d'Ulric
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 9 | NA 1 | PV 18/60
Lien Fiche personnage
Image

Avatar du membre
[MJ] Scipio
PJ
Messages : 50

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par [MJ] Scipio » 09 févr. 2014, 17:20

Pensant que son frère supérieur était en proie à une crise mystique, Durst le laissa se mutiler davantage et baissa révérencieusement la tête, formant le signe des crocs alors même qu'il tenait toujours sa spatule à soupe. Même si il ne l'avouerait jamais, la mort du benjamin de la troupe lui avait porté un coups au cœur : même si il savait que chacun d'entre eux allait mourir un jour ou l'autre et que le jeune homme avait suivis ses tripes en suivant celui qu'ils considéraient comme leur aîné spirituel, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il aurait mérité de mourir les armes à la main comme un paladin du Père de l'Hiver.
Il n'y avait cependant pas de place pour les larmes, et le feu de sa juste rage les avait déjà séché, tout comme celles de ses compagnons. Il attendit... quelque chose, un signe, un bruissement de vent, un hurlement de loup peut-être qui montrerait que le serment prêté par Heinrich sur sa chair brûlée serait entendu.

Perte de 5 pv, reste 10 pv
Rien. La montagne semblait avoir été oubliée des dieux, des hommes de bien, et même de la fureur de l'hiver. Ne restaient que les guerriers et les abominations, les chasseurs et les proies.
Durst soupira et alla chercher l'onguent à base de graisse d'ours dont il avait déjà copieusement badigeonné les plaies de Krieger, en essayant de ne pas mettre en corrélation l'absence de réaction divine au serment prêté et l'échec cuisant rencontré aux abords de la cabane des bûcherons. Ulric voulait éprouver leur valeur, voilà tout. Autrement il n'aurait pas permis à son serviteur de survivre à ses blessures, non ?

traumatologie : gain de 2 + 1d6 (6) pv
L'ulrican se réveilla donc vivant, marqué, mais au demeurant inchangé alors qu'un soleil sans chaleur avait effectué déjà le quart de sa course dans le ciel. Au loin, un cortège de nuages gris laissait présager que la suite de la journée serait sans doute plus glaciale encore.
Le feu était éteint, et le cuistot avait remballé son attirail depuis un moment en attendant de connaitre la suite des événements. Personne ne semblait faire attention au grand blessé, et les seuls bruits que l'on pouvait entendre à part le bruissement du vent étaient ceux d'un poing martelant régulièrement de la chair, auquel répondait tour à tour des borborygmes amusés et des exclamations rageuses. Seules les exclamations sonnaient en riekspeil.

Ce fut finalement l'imposant Vassili qui s'approcha de Heinrich tout en massant ses phalanges maculées de sang.


- Initié, je ne sais pas m'y prendre avec celui-ci, gronda le kislevite. Tout ce qu'il dégoise sont des insultes, mais je lis dans son regard qu'il nous cache quelque chose. Ce foutu sauvage n'a pas l'air de craindre la mort ou la douleur. Qu'est-ce que je suis sensé faire ?
Morituri me salutant... enfin il paraît.

Prend ton gladius, le Colisée n'attend que toi :

Avatar du membre
Heinrich Krieger
PJ
Messages : 11

Re: [Heinrich Krieger] La meute en chasse

Message par Heinrich Krieger » 09 févr. 2014, 21:12

HRP : Durst n'a pas répondu à la question d'Heinrich concernant les dépouilles : tu pourrais éditer ton message ou l'inclure dans le prochain post stp ?
Heinrich prit le silence de son Dieu à l'image d'un enfant abandonné par son père un jour de marché : il avait commit une erreur, il aurait dut mourir et sa faute n'était lavable qu'avec du sang. Ce n'était pas un tatouage stylisé qui allait le racheter auprès de son père... Aussi il se leva, et se rapprocha d'un pas mal assuré, vers le kislevite et lui dit :

-C'est normal mon frère : toi, si tu étais capturé par des hérétiques, est-ce que tu parlerais sous la torture ? Viens avec moi et traduis mes paroles.

Krieger se rapprocha du cultiste de Khorne en se remémorant bien tout se qu'il avait apprit sur l'immonde dieu : sa vision détraquée de la mort, sorte d'honneur à laquelle tout homme doit aspirer... Tuer quelqu'un, c'est un acte de foi. Mourir est un acte de foi... Heinrich comprenait bien pourquoi l'hérétique ne parlait pas : en plus de n'avoir plus rien à perdre, il était en accord avec ses croyances ! Mais il savait également que les dévots du chaos craignaient leurs abominables divinités par dessus tout. Aussi, Heinrich se planta devant le captif et dit d'une voix forte et autoritaire :

Bon, j'ai pas toute la journée, alors je vais te la faire courte. On sait que tu nous caches quelque chose. Tu sais également que tu es condamner à mourir et que tu n'attends que ça. Alors maintenant, il te reste 2 options : soit tu te tais et je te colle au fer rouge et en plein milieu du front la même rune que celle ci, il posa un doigt sur sa brûlure encore rougeoyante, Je te couvre le corps de tatouages, de peintures, cicatrices et marques rituelles à l'honneur de mon dieu. On te gravera les versets de nos prières dans ta chair, jusqu'à transformer ton torse et ton dos en missel vivant.
Ensuite, tous mes hommes et moi, on va pisser et chier dans un seau jusqu'à ce qu'il soit remplit à ra-bord et on va te noyer dedans. Et enfin, on recouvrira ton cadavre avec le contenu du seau. Et quand tu te présenteras ainsi au porte du palais de ton dieu, on verra bien si il t'accepte dans son paradis, recouvert de merde et des symboles de ses ennemis.


Puis il prit un temps de repos, en fixant le cultiste droit dans les yeux. Il attendit que Vassili termine la traduction. Quelque respirations plus tard, il reprit :

Ou sinon, tu nous dis ce que tu nous caches et que tu le jure sur ton dieu, moi, je te jurerais sur mon bréviaire que tu auras une mort rapide, digne et honorable. Tu seras incinéré avec tes armes comme tout guerrier qui se respect.

Il marqua une nouvelle pause, puis conclue finalement :

Alors ?
désolé pour le RP légèrement... cru. Le personnage appliquera ce qu'il a décrit peu importe la réponse.
Heinrich Krieger, initié d'Ulric
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 9 | NA 1 | PV 18/60
Lien Fiche personnage
Image

Répondre

Retourner vers « Middenland »