[Karil Dasmof] Libéré, délivré

L’Empereur Karl Franz siège à Altdorf, capitale impériale depuis. Altdorf est un carrefour du savoir et son université est l’institution académique la plus respectée de tout l’Empire. Là, les seigneurs et les princes de nombreux pays viennent s’asseoir aux pieds des plus grands penseurs du Vieux Monde. Altdorf est aussi le centre du savoir magique et ses huit collèges de magie sont fort justement réputés bien au-delà du Vieux Monde. Altdorf est une ville affairée, avec un nombre important d’étrangers, de commerçants et d’aventuriers. La cour impériale elle-même engendre une activité économique florissante, qui attire toutes sortes de gens.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1530

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par [MJ] Le Grand Duc »

Image
Rédigé par Niklaus Hänshel, Assistant MJ



Test CHA Karyl : 1 Réussite critique
Test CHA Garneth : 7 Réussite
Les deux jeunes hommes s’affrontèrent du regard, Karyl avait choisi de ne pas répondre aux provocations de son camarade par l’agressivité mais en usant d'arguments distillés avec calme ce qui ne rentrait visiblement pas dans les plans de Garneth qui sembla un temps désarçonner par cet adversaire qui osait lui tenir tête.

"Je ...."
"Maintenant un bon crochet du droit !"
"Je venais justement renouveler mon emprunt et de quoi te mêles-tu ... !"

Mâchoire serrée, visage fermé, ce dernier fulminait, colère qui n'échappa à personne, Dirna osant même un léger gloussement alors qu'elle se trouvait à quelques mètres de là le nez plongé dans un ouvrage peu intéressé par la scène. Sur le point de commettre un acte qu'il aurait pu regretter, le jeune apprenti su pourtant se ressaisir, si la première escarmouche s'était soldée par un échec il ne comptait pas en rester là.

"Arrête de faire celui qui comprend pas, je n'ai pas parlé d'un coin "tranquille" mais d'un lieu pour s'entraîner.... VRAIMENT ... "

Un raclement de gorge se fit entendre, Peter venait de rappeler au groupe de ne pas hausser la voix en ce lieu d'étude, ce qui entraîna un nouvel agacement de Garneth qui repris plus bas.

"Sérieusement vous pensez pas que rester à s'entraîner dans les salles prévues à cet effet est une sorte de test ? Si ils attendaient de nous que l'on prenne l'initiative ?"

"Je ... doute que ça soit ..." Voulu intervenir Émeline avant qu'elle ne soit rapidement coupée.

"Vous voulez finir comme Peter à ranger les livres toute votre vie ? Et on risque quoi tous les quatre ?"
"Je te préviens que si on termine comme le blondinet je te les fais bouffer un par un les bouquins !"

"Et au pire si il se passe un truc on revient vite, c'est juste ... pour changer un peu rien de grave. Enfin bref faite comme vous voulez, nous on pars explorer les sous-sols et s'entraîner un peu."


"Hummm je sais pas trop finalement, c'est quatre ou rien pour ma part."
Dirna venait de s'exprimer à la surprise générale laissant Garneth béas de surprise et privé de son allié.

"Désolée Karyl je sais pas trop quoi penser. On nous interdit de nous rendre dans les lieux non autorisés c'est certain mais en même temps ils nous laissent constamment nous débrouiller. J'ai toujours respecté toutes les règles et pourtant Maître Eimheyr me délaisse de plus en plus souvent, je .... je me range à ta décision."
Ajouta Émeline.

Cette petite victoire assura la place de leader à Karyl sur le petit groupe qu'ils formaient, maintenant trois regards étaient braqués sur lui, trois regards qui attendaient une décision de sa part, prudence ou initiative il fallait choisir.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Karil Dasmof
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Cedrec (décédé) ; Azhogh

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par Karil Dasmof »

C'était tellement agréable de voir Garneth ne pas savoir que répondre, alors que ce dernier semblait si sûr de lui il y a à peine quelques minutes. Il se ressaisit rapidement mais le mal était déja fait, il n'avait pas réussi à convaincre Emelyne et Karil de le rejoindre.

Pis, même Dirna, qui l'accompagnait semblait réticente à aller explorer ces souterrains avec uniquement Garneth.

Karil comprenait bien les arguments de Garneth, ils étaient même cohérents. Leur autonomie était-elle un test pour qu'ils restent dans le droit chemin, qu'ils ne tentent jamais quelque chose, ou au contraire, pour qu'ils expérimentent, tâtonnent, au risque de se trouver au mauvais endroit.

Oui, bien que cela déplaise à Karil, il fallait reconnaître que Garneth avait un argumentaire convaincant et logique.

Encore plus lorsqu'il évoqua le fait de finir comme Peter. Aucun d'entre eux ne souhaitait échouer. Mais ils risquaient bien plus à se rendre dans un endroit non prévu pour l'entraînement que de suivre leur existence habituelle.

Et la remarque d'Emelyne n'arrangea en rien la situation dans laquelle se trouvait Karil. Lui qui cherchait à éviter de prendre une décision devait désormais décider pour le groupe. Quelque chose dans lequel il n'était pas à l'aise et qu'il souhaitait éviter à tout prix. Bon, sa tentative lui était revenue dans la tête et il n'avait plus le choix, il lui faudrait se mouiller cette fois.

Toi qui dois choisir pour le groupe de tes petits camarades. Vous êtes donc tant dans la merde que ça, dans vos études ? rigola franchement Arlin devant la situation.

"Arlin, je t'en prie, c'est pas le moment.

Il regarda les trois autres appprentis et leur répondit à voix basse.

"Bien que ça me contrarie, Garneth a des arguments logiques pour son initiative et même si cela ne me plait pas vraiment, il s'agit peut-être de la possibilité nécessaire pour continuer notre apprentissage.

Je vais simplement mettre des conditions pour que l'on te suive, Garneth. On comptait s'entraîner au lancer de sort et à la dissipation avec Emelyne donc on va rester sur cette décision.

Il est hors de question de s’entraîner avec des sorts susceptibles de nous blesser, comme avec une faux du moissonneur d'âme ou un buveur d'esprit, par exemple.

Et si le moindre problème se présente, on rentre."


C'était le moment de se lancer mais il ne pouvait s'empêcher de penser à la rumeur de l'ancien élève de sa Magister, hantant les coins les plus reculés du collège.

"Bah, c'est complètement inventé"
Karil Dasmof, Voie du Sorcier des Collèges de Magie
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 12/60 |

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karil_dasmof

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1530

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par [MJ] Le Grand Duc »

Image
Rédigé par Niklaus Hänshel, Assistant MJ




A la réponse de Karyl un léger sourire flotta un bref instant sur les lèvres de Garneth avant que celui-ci ne s'efface et que le jeune homme ne finisse par hausser les épaules concédant le point à vis-à-vis.

"Bien entendu, nous devrions nous mettre en route si tout le monde est prêt."


Un dernier regard fut échangé entre les membres du petit groupe. Après avoir finaliser le pourquoi de leur venue auprès de Peter, ils quittèrent la sécurité qu'offrait la bibliothèque et ses rayonnages pour gagner l'inconnu. Bravé l'interdit des Magisters couplé à la curiosité de l'exploration entraînait une certaine excitation que tous éprouvaient mais avaient-ils cependant pris la bonne décision ? Ces jeunes gens qui avaient tant à apprendre de leurs aînés qui les délaissaient la majorité de temps avaient-ils d'autres choix ? Oui bien entendu alors allaient-ils tous échouer à un test de plus ? Ce mélange d'excitation et doute trottait dans les esprits mais aucun ne pris l'option de le formuler à haute voix, cela ne reviendrait-il pas à passer pour le pleutre de service, l'occasion de le faire était maintenant passée alors autant profiter de l'aventure.

Garneth les conduisit à travers un dédale de couloirs, sans hésitation ou presque aux différentes intersections qu'ils croisèrent en chemin. Chaque pas les emmenaient un peu plus loin des zones qu'ils fréquentaient habituellement jusqu'à fouler des pièces totalement inconnues de tous, les murs du Collège n'avaient-ils dont aucune limite ? Difficile de raisonner de façon logique en ce lieu où la magie dictait ses propres lois après tout l'Aethyr ne franchissait-il pas les portails du chaos avant de se répandre sur le vieux monde ?

Le jeune homme à leur tête finit par s'arrêter au seuil d'une pièce ronde au plafond en coupole d'où filtrait une légère lumière, lumière qui provenait également de deux braseros dans lesquels des flammes dansaient. Celles-ci mettaient en valeur un vaste socle de pierre noire sur lequel trônait une statue de Morr, face aux visiteurs il semblait dévisager ceux qui venaient troubler le silence et garder la grille unique autre issue à la pièce.

Image
"Je ne suis jamais allé plus loin que cette chapelle."
Commenta Garneth à voix basse tout en s'avançant lentement.
"C'est ...."
Commença Dirna.
"Pas très rassurant ..."
Termina Émeline visiblement pas très à l'aise.

"Allons, allons, ça reste des vieilles pierres. D'ailleurs vous pourrez lire les mots à moitié effacés en passant, on dirait un genre d'avertissement ou je ne sais quoi."
Rajouta le jeune homme un peu bravache savourant l'inquiétude ou l'interrogation muette qu'il pu lire dans le regard de ses compagnons non sans allumer une lanterne pour la suite de leur exploration.

"Et moi si j'éternue un peu fort j'ai quatre mort sur les bras !!"
Déclara un Arlin fort amusé de la situation.
"Bon on se remet en route ?"

En écho au Tilléen, Garneth entrouvrit la grille qui émit un grincement sonore, lugubre avertissement, puis commença à descendre une longue volée de marches qui s'enfonçaient toujours plus profondément dans les ténèbres. Chacun pu lui emboîter le pas non sans jeter un regard sur les mots qui surplombaient l'entrée, mots gravés dans la pierre dont la majorité effacés par le temps.


"A toi dont le coeur bat et le sang circule,
A toi le vivant qui respire et marche,
Rejoint ceux qui sont tombés et pourtant veillent,
Rejoint ..... "


Aucun ne sembla insensible à l'énigmatique inscription, les pas résonnèrent sur les marches, la faible lumière peinaient à percer l'obscurité et les ombres ainsi diffusées causaient nombre de regards engendrés par une imagination fertile. Le groupe déboucha sur une vaste salle, les débris de pierres jonchaient le sol, le moindre bruit répercuté par les parois fissurées ou les colonnades effondrées. En son centre une large mosaïque recouverte d'une épaisse couche de poussière comme le reste la pièce, impossible d'en saisir la scène initiale au vu de l'état actuel. Le vent pourpre soufflait avec plus d'intensité, tous l'avait perçu.

Image
"Où sommes nous ?"
Demanda Dirna.

"Dans une partie plus ancienne. Cela doit dater d'avant la grande reconstruction, l'âge des trois Empereurs ou antérieur peut être ? L'époque de la peste, ce qui expliquerait que Shyish est particulièrement puissant."
Répondit Émeline avant de pousser un cri qui fit sursauter ses trois camarades. La lumière éclaira la cause de sa soudaine frayeur, une main squelettique qui venait de se briser sous son poids, aucune trace du reste du corps.

"Arrête de crier comme ça, bon sang !!"
"Je .... euh désolée Garneth . On devrait peut être ..."
"Non pas question, on va continuer jusqu'à .... jusqu'à trouver quelque chose de vraiment digne d'intérêt, autre que de la poussière et des vieux ossements."

Son pied expédia le reste de la main contre un mur avant que tous reprennent la route dans un direction prise au hasard de celui qui les guidait jusqu'à maintenant. De nombreuses salles furent traversées, dans chacune on avait creusé des niches accueillant un cercueil ce qui ne laissait guère de doute sur l'utilité des lieux, des catacombes qui s'étendaient sous Morrwies District, quartier qui pour les apprentis n'avait jamais aussi bien porté son nom. L’humidité devint de plus en plus en présente jusqu'à former des gouttelettes sur les murs de moins en moins maçonnés cédant la place à une pierre souvent brute, couverte de moisissures et autres champignons dont certains dégageaient une très légère lumière bleutée. Le bois des cercueils était de plus en plus pourris, rongés par le temps et les aléas ils laissaient parfois entrapercevoir leur occupant si ces derniers n'avaient pas complètement choient au sol déversant leur macabre contenu.

La progression se fit en silence ou presque, quelques mots échangés à voix basse, simple remarques dans lesquelles on pouvait percevoir une envie grandissante de faire demi-tour. Sur le point d'écouter la voix de la raison, le groupe déboucha dans une énième pièce qui différenciait totalement des autres. Faiblement éclairée par la lanterne deux statues encadraient une porte finement ouvragée qui ne portait aucune trace du passage du temps, temps qui paraissait étrangement suspendu. De nombreux ossements et autres objets jonchaient le sol, le calme régnait en maître si ce n'est un très léger murmure à la limite de l'audible.

Image
"Heee gamin.... je .... je le sens pas vraiment là ... Il suffit juste de courir plus vite que les autres si ça merde ... "
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Karil Dasmof
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Cedrec (décédé) ; Azhogh

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par Karil Dasmof »

Karil n'était absolument pas convaincu d'avoir pris la bonne décision, mais en voyant Garneth sourire, il s'insulta mentalement.

Il avait l'avantage mais sa curiosité l'avait poussé à accepter le plan de Garneth. Il aurait du écouter son expérience et ne pas pousser trop loin la curiosité mais il se rappela également qu'elle lui permit parfois de survivre, voire d'obtenir des avantages durant ses années d'errance. Non, il ne pouvait rejeter entièrement cette dernière Elle lui avait aussi bien pourrie la vie qu'elle l'avait aidée.

Il avait l'impression d'être dans une de ces situations trop habituelle à l'époque, poursuivi par des bandes avec certaines allées bloquées par des membres qui lui voulaient ses pièces ... au mieux.

Parfois, il ne fallait pas réfléchir et foncer dans la première rue qui s'offrait, il y avait des chances de se retrouver dans un cul de sac et là, c'était fini, ça finissait assez mal et c'était douloureux. Ou alors ... parfois, on parvenait à s'en sortir, à s'échapper et à tomber sur des détrousseurs qui laissaient passer le fuyard.

Il en était à ce chemin là dans leur apprentissage et sa décision se solderait par une impasse ou une bonne surprise, mais le souci, c'est que là, ça n'avait pas d'impact que sur lui.

S'il s'était planté, c'était foutu pour le groupe entier, dont Emelyne.

Il confronta le regard des autres apprentis.

C'était trop tard, la décision était prise.

Ils suivirent Garneth qui prit la tête. Après tout, c'était lui qui savait l'endroit où il les emmenait, les menant dans des couloirs qu'ils avaient peu l'habitude de prendre.

Pendant ce temps, Karil ne pouvait s'empêcher de réfléchir à ce qu'avait dit Garneth : "Un endroit un peu plus bas dans les cryptes". Il n'y avait pas fait attention durant leur dispute mais maintenant, ça le frappait, complètement. Dans .... les cryptes. Il avait toujours évité d'y aller depuis son arrivée, il ne souhaitait pas se faire submerger de voix comme lors de son arrivée. Les morts pouvaient rester très longtemps proche de leurs corps et la raison en était inconnue. C'était l'un des mystères de Morr et quelque chose qu'il ne souhaitait pas savoir.

Il était tellement dans ses pensées qu'il s’aperçut une fois le groupe à l'arrêt qu'ils étaient dans une pièce étrange, avec une grille qui semblait fermée. Une pièce dans laquelle trônait une statue entourée de deux braseros. Une statue de Morr.

Déglutissant avec peine, il sentit la statue poser un regard extrêmement lourd sur lui. Un regard sévère. Il entendit alors Garneth expliquer qu'il n'était jamais allé plus loin que cette pièce et ne put se retenir de lancer d'un ton cassant et glacial.

"Tu te moques de nous Garneth ? Tu nous dis que tu as troué un endroit pour s'entraîner, un endroit tranquille dans les cryptes et maintenant, tu dis que tu n'as jamais foutu les pieds plus loin que cette chapelle ? J'espère que tu n'es pas sérieux."

Karil n'aurait jamais pensé lever la voix dans cet endroit. Mais ce qu'il avait entendu, en plus de la statue, ça lui faisait perdre ses nerfs. Et la compagnie de Garneth l'énervait plus qu'autre chose.

Et évidemment, il fallait qu'Arlin mette également sa petite touche d'humour.

"Arlin, tais-toi."

Il serait vexé de cette réplique mais je n'avais pas envie de supporter ses remarques moqueuses.

Alors que les autres commençaient à descendre les escaliers, il lut l'avertissement que Garneth leur avait montré. Une partie semblait illisible mais ce qu'il lisait semblait très préoccupant.
"A toi dont le coeur bat et le sang circule,
A toi le vivant qui respire et marche,
Rejoint ceux qui sont tombés et pourtant veillent,
Rejoint ..... "

Cela ressemblait fortement à un avertissement. Comme si certains adeptes de Morr surveillaient les dessous, comme s'il ne fallait pas déranger ceux qui reposaient dans les cryptes. Karil aurait bien voulu faire demi-tour, mais tous les autres avaient continués.

Alors qu'il s’apprêtait à descendre, il ne pouvait s'empêcher de sentir le regard de la statue, comme si elle montrait toute sa désapprobation envers le jeune mage d'Améthyste. Il pouvait presque sentir un "N'avances pas plus loin" émaner de ce regard. Et même son corps le trahissait, il sentait sa gorge devenir sèche, ses poils se dresser sur ses bras et même des gouttes se former au niveau de sa tempe. Il était terrifié. Le même genre de terreur qu'il avait ressenti quand il avait failli y passer entre les mains d'une bande de brutes alors qu'il n'avait que 5 ans. Une terreur contre quelque chose de plus puissant que lui, qu'il n'avait aucune chance de fuir.
Il avait l'impression de commettre quelque chose d'impardonnable.

Alors, il s'empressa de murmure une rapide prière au dieu qui le jugeait, autant pour le contenter, qu'il espérait se calmer en faisant cela.
Mais il ne savait même pas comment faire, il n'était pas religieux, il ne connaissait aucune prière toute faite. Autant essayer quelque chose de boiteux mais qui surtout, serait sincère.

"Puissant Morr, Gardien de l'autre Côté, Celui-qui-Nous-Accueille.

Je t'implore d'excuser notre intrusion chez ceux que Tu veilles. Aucune pensée allant à Ton encontre ne nous anime
(comment pouvait-il savoir cela, le fait d'aller dans ces cryptes étaient peut-être suffisant pour l'irriter). Nous ne souhaitons pas déranger le repos de ceux qui sont ici, sous Ta garde (Et ils allaient le faire comment l’entraînement, sans déranger les squelettes ?) ni causer du tort à Tes messagers (Si Morr était mécontent, c'était plus ses messagers qui risquaient de leur causer du tort)

Puisses-tu nous pardonner de notre présence en ces lieux, où Shyish nous mène et guide nos pas (Plus que Shyish, sa curiosité et son envie de devenir magister, oui).

J'en appelle à Ta clémence envers nous, simples mortels, Gardien (faut bien un peu d'espoir, on sait jamais, non ?)"

Une fois fini, Karil avait vraiment l'impression que c'était bancal et il ne sentait pas réellement rassuré, bien au contraire et l'intervention d'Arlin n'arrangea pas les choses.

"Eh ben, si j'étais le truc divin à qui était dédié cette prière, je t'avoue que je serais pas jouasse. C'était nul, mon vieux, mais nul d'une force. En plus, t'as l'air d'avoir les foies, c'est pas des vieux os qui vont faire peur à un grand gaillard comme toi, j'espère". dit-il joyeusement, avant de rire aux éclats.

Karil descendait les escaliers, toujours sur ses gardes, inquiet de savoir si sa prière avait été entendue et il ne savait ce qui serait le pire. Qu'elle n'arrive pas à son destinataire ou qu'elle y arrive. Bon sang, il avait essayé de toujours douter le moins possible mais là, il avait pas l'habitude de devoir gérer quelque chose comme cela. Trop de choses pouvaient mal se dérouler et en plus, il avait peut-être mêlé un dieu à ce foutoir. Non, il n'avait aucune raison d'être sûr de lui.

Il sort enfin des escaliers dans une grande salle où le temps avait déja fait son oeuvre. Poussière, débris. C'était peut-être ce qui pouvait le mieux représenter Shyish, le passage du temps et ses effets. C'était souvent de la mort dont on parlait en y pensant, mais les ruines étaient-elles même un symbole de ce vent. Alors qu'il se faisait ces pensées, il sentait en lui le frisson habituel d'un vent de Shyish plus puissant qu'à l'accoutumée. Il semblait que, chaque fois qu'il était plus puissant, les apprentis pouvaient ressentir un effet unique, propre à chacun d'entre eux. Karil sursauta donc au moment où il sentit une poigne froide sur son épaule directement sur sa peau, comme si quelqu'un de gelé venait de la lui saisir, tout en écoutant les ricanements d'Arlin. Il ne s'y ferait jamais décidément.

Ce fut à cet instant précis qu'Emelyne cria après avoir détruit une main squelettique sur laquelle elle avait visiblement marché par mégarde. Bon, visiblement, ne pas déranger ceux sur qui Morr veillait n'était pas une chose à dire dans sa prière.

"Bah dis donc, il va pas être joyeux le vioque"

Ils reprirent la marche, Garneth désirant absolument voir quelque chose "d'intéressant", après que Garneth ait envoyé voler le reste de la main contre un mur, contre lequel elle se brisa.

Il fallait vraiment que Morr n'ait pas entendu sa prière, sinon, ils seraient dans une merde noire à cause de cet abruti de Garneth.

Ils passèrent de couloirs en couloirs, de salles en salles, chacun plus désireux de faire demi-tour. Parfois, des cercueils laissaient voir leurs occupants, vision macabre s'il en était avant d'arriver dans une salle totalement différente, dans laquelle une porte semblait gardée par deux statues. Mais encore plusé trange, alors que le temps s'était écoulé sur toutes les salles qu'ils venaient de traverser, y compris les cercueils, la porte en face semblait avoir résisté au passage du temps.
Mais pour Karil, il y avait autre chose. En plus de la sensation glaciale de la main sur son épaule, il avait l'impression d'entendre ... quelque chose ou quelqu'un. Et ça lui suffisait pour qu'il se sente mal à l'aise, enfin plus qu'il ne l'était déja.

C'est à ce moment qu'Arlin fit une intervention qui stupéfia le jeune mage : il ne se sentait pas à sa place, il estimait que tout ça putait de façon violente. Que ce soit ce ricaneur invétéré qui énonce cela était suffisamment inhabituel pour en prendre note.

Karil lui répondit alors assez sec:

"Toi, qui rigoles toujours, qui te moquais de nous il y a à peines quelques minutes, tu te sens mal à l'aise, c'est bien ce que j'ai entendu ? Crois-moi, je vais m'en souvenir de ce moment, mon vieux Arlin. Mais t'es pas suffisamment inquiet pour vouloir juste qu'on se casse, tu veux quand même regarder.
Je vais être clair avec toi. Ca pue, autant que les égouts dans lesquels je t'ai t'ai trouvé et la statue de Morr, que tu appelles le "Vioque", elle est pas là pour rien."


Il se reprit fixant la porte, sentant la fraîcheur sur son épaule et essayant d'oublier les murmures incessants et lui dit d'un ton plus calme.

"Pour être honnête, j'ai juste envie qu'on se tire. Shyish est très puissant ici et en plus, y'a des murmures bizarres. Alors si même TOI tu es mal à l'aise, je veux juste qu'on se tire. Mais tu disais toi-même ne pas vouloir finir avec les bouquins et continuer, ou se casser, y'a un des deux choix qui peut nous mener aux bouquins voire à pire. Donc tu veux jouer jusqu'au bout, mon vieux ?"

Bien évidemment, sa réponse ne se fait pas attendre, oser estimer qu'il sent que quelque chose ne va pas et c'est parti pour ses dénégations. M'enfin, le connaissant depuis suffisamment de temps pour savoir que même s'il montrait de la confiance, il ne la ressentait pas au fond de lui en ce moment, c'ela était étrange. Et évidemment, il veut continuer, cet abruti.

Après tout, c'est pas sa peau qu'il risque.

Je regarde le groupe qui semble en pleine interrogation et prend la parole, la voix un peu chancelante. A mon avis, on est allés trop loin pour reculer maintenant, mais putain, je voudrais bien me tirer et oublier ce que je vois ici. Alors que je cherche quoi dire, j'essaye de ne pas faire attention à ce qui nous entoure.

C'est une impression ou, en regardant la porte devant, la sensation sur l'épaule passe de froide à glaciale. Ca brûlerait presque ... Rester concentré.

"On va pas se mentir, je suis pas du tout rassuré et vu à quel point vous murmuriez sur le chemin, on a tous le même sentiment, même Garneth qui le cache. On ne sait pas si on a bien fait de venir jusqu'ici ... on sait pas si on devrait pas retourner sur nos pas, retourner dans l'enceinte du collège."

Y'avait pas à dire, les discours, ce n'était pas son fort.

"On est pas censés se trouver là, mais cette porte, elle m'attire autant qu'elle m'inquiète. et cette salle, j'ai l'impression que Shyish l'a maintenu dans cet état. Je pense que l'ouvrir ne serait pas une bonne idée."

Respirer calmement, reprendre, ne pas avoir la voix qui chevrote. C'est compliqué mais au moins Arlin n'étant pas disposé à se moquer, c'était plus simple.

"Ca ne me dérange pas de continuer, comme de rebrousser chemin, si on continue, on continue ensemble. Mais avant de décider, je dois dire une dernière chose pendant que j'y pense."

Les yeux du jeune mage devinrent brillants, le voile semblant se dissiper quelque peu, les rendant plus perçants et il fixa Garneth, sa voix devenant plus sèche tandis qu'il s'adressait à ce dernier.

"Garneth, crois moi que je m'en souviendrai de ton "je connais un coin pour s'entraîner". Tu nous dis que t'es jamais allé plus loin que cette chapelle, que tu voulais continuer à explorer jusqu'à ce que tu trouves quelque chose d'intéressant. Je crois que tu nous as assez pris pour des crétins comme ça.

Prochaine fois que tu veux nous emmener faire de l'exploration, dis le nous clairement."


Il ménagea un petit silence avant de reprendre.

"En tout cas, je pense que cette salle est suffisamment intéressante.

Je te laisse donc l'honneur de l'ouvrir, si le groupe désire avancer, après tout, c'est toi qui voulais continuer."
Karil Dasmof, Voie du Sorcier des Collèges de Magie
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 12/60 |

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karil_dasmof

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1530

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par [MJ] Le Grand Duc »

Image
Rédigé par Niklaus Hänshel, Assistant MJ



Test Cha + 2 (ascendant sur le groupe par réussite critique) : 8 réussite.
Les murmures continuaient à être susurrer à l'oreilles des jeunes gens, d'étranges paroles dont la plupart restaient inaudibles tout juste une plainte ou un pleure, des esprits prisonniers de ces lieux sans jamais pouvoir trouver de repos un bien terrible châtiment. Quelques uns paraissaient en colère cherchant des réponses là où ils n'en trouveraient pas aveuglés par une haine qui les consumaient. Une toute petite poignée s'amusaient, ils s'amusaient comme le ferai un spectateur qui goûte par avance le plaisir d'assister à une scène particulièrement savoureuse, confortablement assis sur son siège dans l'attente interminable des trois coups de bâton qui n'allait pas tarder à raisonner.

Toc... Toc ... Toc ....

Karil pris la décision de répondre au défi précédent de Garneth par le même procédé.

Pas question pour lui d'ouvrir la porte, elle semblait représenter un danger pour quiconque doté d'un peu de bon sens alors pourquoi ne pas envoyer son prétentieux camarade, la tentative fonctionna. Hors de question pour son adversaire de perdre une nouvelle fois la face, hors de question de se faire humilier par cet avorton tout droit de sorti de sa cave, il était maintenant temps d'équilibrer les comptes et de montrer à tous qui deviendrait le futur Magister !

"Bien entendu que l'on désire avancer, tu crois que j'ai la frousse ! TSSS ... Vous allez voir !"

Personne n'eut réellement le temps de réagir, tout juste une parole, une main tendue ...

"Il va le faire ce con .... !" ricana Arlin
"Je crois pas que ...." commença Émeline
"NOOOOOOOOON." Hurla Dirna avant de s'avancer trop tard.

Garneth Test Mag : 20 échec critique
Fiasco Majeur (importance de la protection) : 1 Effets sauvages (2d10 pts de vie à tous)
Garneth : 14 pvs
Émeline : 12 pvs
Dirna : 14 pvs
Karil : 16 pvs

Nul poignée sur la porte finement ouvragée dans un métal recouvert de dorure, nul présence de serrure, nul mécanisme, les deux battants étaient parfaitement joint, mettant au défi quiconque de l’ouvrir. Garneth leva un peu plus la lampe jusqu'à hauteur de son visage, ses doigts vinrent effleurer la surface étrangement froide bien qu'il n'eut guère le loisir de s'interroger sur ce ressenti. A peine la peau de ce jeune homme dont chaque cellule abritait la vie entra en contact avec la métal qu'un cri propagé par un millier de gorges déchira le silence, venant vriller le tympan des jeunes gens. Shyish se leva avec fureur, si le vent pourpre soufflait jusqu'alors avec vigueur il devint tempête balayant les importuns de toute sa puissance, lacérant leurs habits et leurs chaires qui furent rapidement marquées par d'innombrables coupures. Le hurlement des vivants se mêla à celui des morts, personne ne les avait préparé à une telle expérience qui pourrait bien s'avérer être la seule et dernière.

Le souffle glacial passa sur les nombreux ossements qui jonchaient le sol, ils s'agitèrent, ressemblant ainsi à des marionnettes abîmées encore suspendues à des fils invisibles, devant des apprentis dont les regard reflétaient la douleur causée par les blessures et la peur grandissante de rejoindre ceux qui "veillaient". Telles les pièces d'un puzzle animées par la magie les squelettes s'assemblèrent devenant des silhouettes osseuses revêtues encore ici et là d'un morceau de haillons vestiges d'habits, d'une vielle pièce d'armure épargnée par le temps ou armée d'acier rongé par la rouille. Nul doute qu'ils étaient lents et malhabiles d'autant qu'ils se relevaient de leur profond sommeil mais si on pouvait n'en dénombrer qu'une poignée pour l'instant combien allait se lever dans l'immense catacombe.

Image

Garneth secoué par la décharge magique lâcha la lampe, l'objet roula sur les dalles de pierre dans un léger cliquetis métallique et la flamme ne résista pas à ce mauvais traitement, un dernier vacillement avant qu'elle ne s'éteigne plongeant les lieux dans une obscurité presque totale.

"Vite .... courez !!"


Émeline fut la première à réagir, personne n'eu l'idée d'émettre une autre solution qu'une fuite dans le plus complet chaos, une fuite dans un labyrinthe de ténèbres où le danger pouvait survenir à chaque pas. Une exploration sans matériel et sans expérience, de jeunes gens bien naïfs qui pourraient bien payer de leur vie des choix discutables.

Karil perçut les premiers bruits de bas qui s'éloignaient dans une retraite précipitée par la seule sortie possible, sur ses flancs de légers raclements qui se rapprochaient, nul besoin d'être un devin pour en connaître l'origine. Autre sujet de pré-occupation une atroce migraine lui vrillait le cerveau, son affinité particulière semblait avoir décupler les effets de cette tempête comme si chaque esprit était venu tambouriner à la porte de sa conscience, devait-il sa survie mentale au sceau dont on l'avait marqué ? Et où était donc passé Arlin ? Nul trace de son compagnon, nul mot, jérémiade, sarcasme, moquerie, insulte, juste un vide, un vide aussi soudain qu'immense. Baume bienvenu ou grande perte ? Temporaire ou définitive ?

Pas le temps, pas le temps de l'analyse, sa vie ne tenait qu'à un fil qu'il allait falloir préserver.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Karil Dasmof
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Cedrec (décédé) ; Azhogh

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par Karil Dasmof »

Qui aurait pu croire qu'une simple phrase lancée combinée à la rivalité entre deux apprentis auraient ces conséquences ?

Pas Karil en tout cas. Ce qu'il espérait en invitant Garneth à pousser la porte, c'était simplement afin qu'il se rend compte qu'ils étaient à un endroit dangereux et qu'ils feraient mieux de repartir.

Mais cela eut l'effet inverse, Garneth sauta sur l'occasion et s'approcha de la porte alors que tous commencèrent à s'exclamer. Karil commença essaya d'avertir son camarade

"Garneth, ne fais pas ça, c'est dangereux pour nous tous, on ne sait pas ce que cette porte cache ! Il vaut mieux rentrer !"

C'était cela qu'il souhait lui dire, mais il n'eut que le temps de prononcer quelques mots.

"Garneth, ne fais ... !"


Trop tard.

Il était trop tard, à peine les doigts de Garneth effleurèrent la porte que Shyish sembla prendre conscience de la présence des intrus en ces lieux reculés. Comme s''ils s'apprêtaient à commettre une monumentale erreur ou un blasphème et qu'il lui fallait réagir.

Alors le vent se gonfla, et se tordit, devenant plus puissant, plus assourdissant et lâcha enfin sa fureur sur les quatre apprentis. Les murmures entendus devinrent plus forts tout en se mêlant aux hurlements des apprentis.

Des hurlements de peur ? de douleur ? Un peu de tout cela mélangé ?

Karil hurlait lui aussi, essayant de comprendre pourquoi ils en étaient là. Tout cela à cause de Garneth qui avait décidé d'ouvrir la porte, de les emmener.

Mais il lui fallait être honnête, Garneth n'était pas le seul responsable de leur situation, il avait une importante responsabilité là dedans. Il avait voulu explorer les catacombes et avait lancé un défi stupide à Garneth, plutôt que de décider de simplement repartir.
Il avait plusieurs moment où il aurait pu cesser tout cela, où il aurait dû.
Mais il e l'avait pas fait et il ne savait même pas pourquoi ?

Curiosité, fierté, orgueil, simple désir de transgresser les règles ?

Mais le pire, c'est qu'il avait emmené Dirna et Emelyne avec eux, elles les avaient suivis et se retrouvées désormais piégées elles aussi.

Karil sentit le vent l'entourer et devenir d'un coup plus mordant. Et soudain, il sentit comme un choc sur sa joue droite suivie d'une sensation de douleur, qui lui fit porter sa main à la joue. Il la porta devant ses yeux et vit le sang qui tachait le bout de ses doigts.
La retournant stupéfait, il constata que sa main aussi était entaillée, de plusieurs coupures, douloureuses, fines et qui saignaient. Mais aucune blessure réellement grave, du moins il l'espérait. Il remarqua alors que ses manches étaient également tailladées par la fureur de Shyish. Il ferma alors les yeux, attendant que le vent se calme, espérant qu'aucun de ses yeux ne soit blessé dans le processus.

Puis il sentit le vent s'affaiblir peu à peu et il remarqua plusieurs choses.

Certains squelettes semblaient ... bouger.

Un bras qui allait se recoller à une épaule, une tête qui s'envola afin de se repositionner sur son cou. Et ainsi de suite.

La deuxième chose était que la lanterne que tenait Garneth était au sol et que la flamme vacillante allait bientôt s'éteindre, c'est comme cela qu'il s’aperçut que les squelettes se reconstituaaient. Il jeta un rapide coup d'oeil à ses camarades qui semblaient eux aussi avoir reçu des coupures, comme les siennes, mais rien de plus grave à première vue.

Il avait également un mal de crâne assez impressionnant, la proximité et la violence du vent avait visiblement fait pression sur son être, et notamment sur son sceau, comme si on avait essayé de passer à travers. Mais le plus inquiétant était le silence d'Arlin. Enfin, pas son silence mais une ... absence ?
Comme s'il avait disparu ? Karil ne ressentait aucunement la présence familière de son compagnon esprit dans son crâne, il n'y avait rien, à l'endroit om aurait du se trouver Arlin. C'était déstabilisant, voire tout autant terrifiant que les morts qui se relevaient.

Enfin, il entendit Emelyne prononcer quelques mots suivis de bruits de pas précipités, qui s'éloignaient.

Fuir. C'était la seule chose à faire.
L'unique possibilité qu'il leur restaient à tous.

Dans l'obscurité totale, le silence complet, Karil se dirigea à toute allure vers le couloir qu'ils avaient franchi, ne souhaitant que courir vers le Collège, vers la sécurité, espérant tomber sur ses compagnons durant sa fuite et ne désirant en laisser aucun en arrière.
► Afficher le texte
Karil Dasmof, Voie du Sorcier des Collèges de Magie
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 12/60 |

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karil_dasmof

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1530

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par [MJ] Le Grand Duc »

Image
Rédigé par Niklaus Hänshel, Assistant MJ




Jet Magie : 19 Échec

Karil s'élança à la suite de ses compagnons d'infortune, tous privés maintenant de la vue une course folle débuta pour la survie de chacun. Les pieds butaient ici et là contre les dalles disjointes, les bras tendus vers l'avant afin d'anticiper le moindre danger qui pourrait survenir, les oreilles à la recherche plus petit bruit qui pouvait aider à prendre une décision salvatrice. Un cri, un juron, une chute, sur la gauche, vers l'avant, malgré les efforts du jeune apprenti il était évident qu'au deuxième croisement le petit groupe s'était déjà divisé comme autant de feuilles au grès du vent. Impossible de garder la raison, la peur dominait pour la plupart, la peur des monstres et des horreurs tapis dans les ténèbres, la peur de mourir dans les catacombes oubliés de tous.

Alors pourquoi courir ? Pourquoi lutter dans de vaines tentatives ?
La mort ne faisait-elle pas partie d'un cycle, n'enseignait-on pas son acceptation aux apprentis du Collège Améthyste, l'un des fondement de même du collège pourpre. Oui la mort était inéluctable, une simple conclusion d'une vie éphémère, quelque soit le temps que brûlerait la flamme elle finirait tôt ou tard par s'éteindre pour tous, le moment était-il venu ?

La course du jeune mage devint un léger trot, une petite foulée, le vent qui soufflait en bourrasques tempétueuses susurrait maintenant à son oreille, ses doigts jusqu'ici acérés devinrent aussi doux que ceux d'une amante, une caresse langoureuse poussant l'homme au repos, à l'abandon bienfaiteur dans les bras de son aimée. La foulée devint marche, encore quelques pas alors qu'au loin résonnait les bruits d'un combat perdu d'avance, le bruit de ceux qui résistaient encore, de ceux qui se débattaient inutilement contre la fin d'un livre déjà écrit, les idiots.

Karil, lui avait compris, il avait accepté, assis sur un décombres il attendait que Morr vienne le chercher afin de gagner son jardin, de prendre un repos mérité après une vie qui finalement l'avait conduit de la rue aux salles d'un collège de Magie. Certes il pouvait regretter qu'on ne lui ait pas accordé un peu plus de temps tant d'expériences encore à vivre, tant de choses à découvrir après tout il n'avait qu'une vingtaine de printemps, un bien maigre délai qu'on lui accordait. N'était-ce pas injuste ?!

Son esprit s'agita, se rebella, la paix encore sienne quelques secondes auparavant se fragmenta peu à peu, le voile de Shyish se déchira en lambeau pour céder la place à la réalité du moment. Des doigts froids et squelettiques s'abattaient sur lui, point de caresses mais une griffure cuisante et douloureuse lacérait sa joue, une blessure bien réelle qui l'avait ramené à des sentiments tout autres concernant une fin prématurée.

Round 1 :
Karil sous l'emprise de Shyish, attaque gratuite squelette : 6 PVS

Round 2 :
Karil désengagement : 19 Échec
Attaque gratuite Squelette : 6 Réussite, pas de parade / 6PVS
Attaque Squelette : 16 Échec

Round 3 :
Karil Désengagement : 11 Échec
Attaque gratuite Squelette : 1 Réussite critique, pas de parade / 20Pvs
Attaque Squelette : 9 Échec

Quelques secondes s'écoulèrent, certainement les plus longues de sa jeune vie, peu habitué à se battre le jeune mage tenta de fuir le combat sans succès. Les mains osseuses l'attrapèrent avec une force que leur état ne laissait pas imaginer pour le frapper à de multiples reprises. Ses chaires furent meurtries, la douleur de plus en plus présente et malgré toute envie d'abandonner maintenant derrière lui Karyl ne pu prendre le dessus sur son funeste adversaire. L'attaque suivante fut portée au tronc, quelque chose se brisa une côte très certainement, sous l'impact le jeune mage trébucha en arrière en même temps d'un hurlement franchissait ses lèvres, un atroce élancement irradiait dans ses poumons à chaque respiration. Au bord de l'évanouissement, le souffle coupée, la vue brouillée il leva son bras dans une dernière tentative futile pour se protéger contre l'assaut final, finalement il mourrait bien ici sans avoir revu une dernière fois la lumière du jour.

Un crâne se dessina dans son champ de vision, le bras squelettique se leva pour armer un coup qui ne viendrait jamais. Le geste suspendu le temps d'un battement de cœur avant que son bourreau ne retombe subitement à l'état de relique qu'il n'aurait jamais dû quitter dans un léger bruit à chaque morceau touchant la dalle froide. Le vent s'était calmé imprégnant le lieu de sa magie, le silence si ce n'était le bourdonnement aux oreilles de Karyl et sa respiration sifflante, ainsi qu'un léger .... très léger ... déplacement non loin, voir tout proche. En effet dans l'obscurité se discernait une silhouette qui fut bientôt éclairée par une faible lumière verdâtre provenant d'un bâton de bois noueux qu'elle tenait d'une main. Une femme ou du moins un genre féminin, à moitié arc boutée, elle observait de ses yeux mordorés le jeune femme en souriant et ricanant à moitié comme une simple d'esprit pourrait le faire, une longue chevelure brune et filasse, des traits de visages déformés, l'un de ces bras ressemblait à la patte d'un reptile terminé par des doigts aux griffes acérées. Une robe élimée pour toute vêture dont le tissu aux teintes de rouge avait résisté aux passage du temps au vu des conditions du lieu, quelques vestiges de bijoux au poignets et au cou.

Image

"Ho.... Haaaa.... voilà .... que ..... Hi hi..... qui est-il ... ??? Qui .... Qui .... Qui .... étrange .... oui.... très .... beaucoup .... petit oisillon perdu dans les méandres ...."

Elle se rapprocha moitié en sautillant, moitié en rampant d'une jambe pour se porter à la hauteur de Karyl rester à terre, avant de lui porter un coup vif du bout de son bâton comme on le fait sur un animal pour s'assurer de sa mort.

"Hoooo ... il bouge .... oui.... parfait .... très ... très bien ... il bouge !! IL BOUGE !!"

Visiblement la chose lui plut, elle ricana pour finir par s'étrangler ou presque.

"L'oisillon n'est pas mort... non pas mort .... mais est-il vivant ? Il .... hummmm que faire .... le tuer ? Oui ... non .... hummmmm ... pas sûr .... "

Difficile de suivre à travers les affres de la souffrance le monologue complètement confus de celle qui l'avait très certainement sauvé pour peut être le tuer si la conclusion s'avérait être en défaveur de Karyl.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Karil Dasmof
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Cedrec (décédé) ; Azhogh

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par Karil Dasmof »

Au bout de quelques minutes, il sut que c'était impossible de faire en sorte que leur groupe reste ensemble. Leur fuite, leur peur, leur instinct de survie peut-être, les fit se séparer au fur et à mesure que divers chemins s'offraient à eux.

Karil avait vécu ce genre de scènes bien trop souvent à l'époque, devoir courir vite; s'échapper. Mais il tentait toujours de devoir faire ça à un endroit où il connaissait un minimum le terrain. Sauf quand il dut s'échapper en pénétrant dans le Collège. Et il n'avait pas non plus l'habitude de ne strictement rien voir dans sa fuite.

Avancer, fuir, c'était la seule chose qui importait en ce moment. La seule chose que le jeune homme savait réellement faire après toutes ces années

Sans réellement en prendre conscience, il ralentit quelque peu l'allure, passant de la course effrénée au léger trot, puis à la marche.

Il avait passé des années à essayer de s'en sortir, par différents moyens, toujours prêt à fuir, à éviter les corrections de ses victimes ou plus simplement, de ses bourreaux, des années à essayer de survivre, de trouver sa voie.
Il s'en était sorti lorsqu'il avait été passé à tabac par la bande de jeunes qui l'avait vu dans son quartier, lorsqu'il souhaitait simplement trouver un abri. Il s'en était sorti lorsqu'il avait réussi à échapper aux ombres inquiétantes des égouts lorsqu'il avait désiré exploré ces derniers afin de trouver de la nourriture non avarié et un toit.

Il s'en était toujours sorti.

Et tout ça pour quoi ? Il s'était toujours débattu, trouvé des solutions pour continuer. Il pensait que rejoindre le collège serait le début d'une nouvelle vie et qu'y faisait-il ?

Il fuyait. Encore et toujours. Peu importait la situation dans laquelle il se trouvait, il avait toujours le même réflexe, la même solution. S'éloigner.

La vie du jeune mage semblait n'être qu'un cycle infini de fuites, cela l'illumina totalement.

Il s'arrêta et s'installa, regardant autour de lui entendant, sans réellement faire attention aux sons des affrontements qui parvenaient jusqu'à lui.

Il y avait encore quelques minutes, Karil était prêt à tout pour aider ses collègues, les faire sortir d'ici en vie et éviter les abominations qui en voulaient à leur vie. Désormais, il avait réfléchi.

Ce cycle infernal devait prendre fin et Shyish, ainsi que Morr semblaient lui offrir enfin un échappatoire.

Peu importait l'endroit où l'on tombait, il fallait simplement se laisser emporter. C'était ce que ce conte lui avait raconté, ce que sa Magister lui avait appris. Ce qu'il fallait faire quand l'heure était venue, c'était de ne pas se débattre, simplement d'accepter son sort et partir, en toute quiétude, en silence

Et désormais, il était prêt.

Il entendit une petite voix, au loin qui refusait de finir comme ça, qui s'acharnait, qui lui hurlait de se bouger son gros cul, tentant de percer ses pensées afin de lui faire entendre raison. Une voix qu'il pensait disparue. Celle d'Arlin ? A moins qu'il ne s'agisse que d'une simple réflexion de sa survie qui refusait d'être tuée comme un bétail emmené à l'abattoir ?

Les yeux du jeune homme s'écarquillèrent et il se releva d'un coup, en sueur, la respiration sifflante.

Il ne voulait pas mourir.

Il en était hors de question.

Il hurla pour se sortir de cette quiétude plus qu'étrange, pour se prouver qu'il avait repris le contrôle de son être et de son corps au moment même où il sentit un choc sur sa joue, un coup venu de nulle part qui lui laissa un sillon sanglant sur cette dernière.

Il tenta de voir où était son assaillant mais il était impossible de l’apercevoir dans l'obscurité.

Il tenta de s'enfuir mais, comme si Shyish lui reprochait de ne plus vouloir respecter son mantra, son adversaire lui rappela de façon très douloureuse qu'il ne s'échapperait pas, le martelant de coup, semblant sans cesse bouger pour lui faire face.

Puis survint un craquement sinistre et l'apprenti chuta, le coup que venait de lui porter son adversaire, un squelette, avait réussi a le toucher au niveau du torse.

Le souffle coupé, la respiration difficile et la douleur l'envahissant totalement, il ne put que regarder, à terre l'abomination qui allait le tuer, les yeux remplis de larme, n'attendant plus que la fin et le coup qui en finirait.

Le squelette arma son bras et se désagrégea sous les yeux de Karil, redevenant le simple tas d'os qu'il n'aurait jamais du cesser d'être.

Il ne comprenait pas ce qu'il s'était passé. Pourquoi le squelette venait-il de tomber ? Que se passait-il dans ces putains de cryptes. Il tata légèrement ses côtes, afin de voir s'il saignait. La douleur explosa quand il tâta l'une de ses côtes, mais par chance, aucune entaille n'était à déplorer. Enfin, aucune entaille supplémentaire à celles qui s'étaient déjà ajoutées lors de l'ouverture de la porte et du déchaînement de Shyish. Il tentait de reprendre ses esprits quand il entendit soudain un bruit. Un bruit de déplacement qui venait ... vers lui ?

Et était-ce une illusion due à la douleur ou voyait-il réellement une sorte de minuscule lueur venant vers lui. Qui semblait grossir, en même temps que les bruits de pas ?

Karil fut pris d'un espoir grandissant, presque rempli de joie. Ses camarades avaient pu survivre et l'un d'eux, voire tous exploraient les souterrains pour le chercher. C'était le genre de chose qui lui donnait envie de pleurer de joie à ce que cette torture se termine enfin, enfin, s'il ne pleurait pas déja de douleur. Bordel, il était même prêt à pardonner à Garneth ses piques minables.
Mais un espoir mal placé peut-être aussi douloureux qu'un coup de surin.

Il se rendit compte, lorsque la forme s'approcha qu'il ne s'agissait pas d'un de ses camarades. Pas d'un membre du Collège. La seule chose qui était rassurante, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un squelette. Mais c'était bien la seule.

Se tenait devant lui une femme, qui ricanait et lui donna un coup de bâton au torse, au niveau de ses côtes auquel il réagit par un réflexe, tentant de s'éloigner de son bourreau.

Elle commença à parler de choses que Karil, à cause de la douleur ne parvenait pas réellement à comprendre. L'oisillon ? Elle devait parler de lui, à terre et terrassé par la douleur. Il tenta de l'observer mais rien en elle ne lui inspirait confiance, que ce soit sa silhouette voûtée, sa jambe qui semblait morte et qu'elle traînait derrière elle et surtout sa main.

Il n'était pas parvenu à la voir auparavant, la luminosité du bâton étant trop faible mais elle se révéla à lui, infâme, horrible.

Une patte de lézard, des griffes à la place des ongles, de l'écaille à la place de la peau. Une chose qui n'avait rien à faire sur un homme ou une femme, quelque soit son rang. Il comprenait certaines de ses phrases. Elle hésitait.

Le tuer ? L'utiliser ? Elle était en plein dilemme. Mais peu importe sa décision, Karil ne voulait aucunement le savoir.

Peut-être serait-ce la volonté de Shyish s'il devait mourir en ce lieu après avoir tenté de fuir. Mais il ne voulait pas détruire ce cercle, le seul qui avait du sens dans sa vie.

Le jeune mage tenta alors de se relever et de fuir, loin de cette folle, peut-être même dans les mains de squelette ? Il ne savait pas. Il voulait juste s'en aller.
Karil Dasmof, Voie du Sorcier des Collèges de Magie
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 12/60 |

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karil_dasmof

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1530

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par [MJ] Le Grand Duc »

Image
Rédigé par Niklaus Hänshel, Assistant MJ



Fuite Karyl : 12 Échec
Poursuite de l'inconnue : 4 Réussite
De nouveau le jeune magister entreprit de prendre la fuite, réflexe de survie ? Futile tentative ? Luttant contre le douleur qui irradiât dans tout son corps à chaque respiration il banda sa volonté pour s'élancer dans une direction hasardeuse seule planche de salue qu'il pouvait envisager dans sa situation. Un rire sa répercuta contre les parois de pierre, le rire d'une petite fille à qui on offre un jouet tant attendu ponctué d'un applaudissement de ravissement puis d'un gloussement.

"Hooooo ... vole .... vole .... VOOOOOOOOOLLLLLLE .... petit oisillon .... regardons .... regardons le sortir du nid .... le pauvre petit !!"


L'inconnue s'élança à sa suite un léger fredonnement s'échappa de ses lèvres. Nullement gênée par l'obscurité des lieux elle évoluait dans les catacombes avec aisance, la peur au ventre Karyl tenta de semer sa poursuivante qui maintenait une distance de quelques mètres sans se laisser distancer jamais elle ne se rapprocha, tel un chat goûtant le plaisir du jeu avec une bien faibles souris.

"Ooooouiiiiii ..... Ouiiiiiiii ..... "
*Clap ... clap ...*

Fuite Karyl : 14 Échec
Magie Inconnue : 6 Réussite
Nouvelle démonstration de joie avant que la prédatrice ne finisse par se lasser de ce manège qui n'avait que peut être trop durer selon ses propres critères. Le souffle court, épuisé aussi bien physiquement que psychiquement, il s'effondra subitement face contre terre heurtant la pierre avec rudesse conséquence d'une soudaine douleur à la jambe droite qui venait tout simplement de refuser de le porter. Le membre touché par Shyish se retrouvait complètement paralysé et inutilisable sous l'effet du vent pourpre que son bourreau semblait maîtriser à la perfection.

"Hiiiii .... les ailes brisées ..... les ailes brisées ..... avons-nous tué l'oisillon ?"

L'inconnue se rapprocha portée par son étrange démarche.
"Nonnn .... non juste la patte ... oufff... on a eu peur !!"

Elle se baissa sur ses jambes, les genoux pliés, son regard croisé celui de Karyl, sa main se posa sur la joue du jeune homme, son ongle acéré découpa l'épiderme pour laisser une griffure de quelques centimètres de long d'où une goutte de sang perla.

"ROUGE !! Rouge comme la vie .... Montrons lui... oui montrons le lui ... le mérite t-il ? Que dit le vent ? Ecoute ... oui écoute son message ... toi le porteur de mort."

Un large sourire se dessina sur son visage avant qu'il ne s'efface et que ses traits ne deviennent soudainement très sérieux, toute folie envolée.

"Meurt l’oisillon ...MEURT !"

L'apprenti ne put que lever son bras,les yeux agrandis par l’effroi conséquence du regard meurtrier qu'il pu lire dans le regard de son adversaire avec qu'il ne le tue, son cœur cessa de battre, ses poumons de respirer, son cerveau de fonctionner, les ténèbres, seulement l'étreinte glacé des ténèbres, une mort rapide et sans douleur.

Une âme à la dérive, une âme prisonnière des fils de la destinée, une âme coupée du monde connu, point de repos réconfortant afin de panser les plaies d'une courte vie, une éternité d'errance face à lui même pour une conséquence inéluctable .... la folie.
Secondes, minutes, heures, semaines, mois, années .... combien de temps l'homme peut-il supporter cette torture avant de sombrer ?

" كاريل ....؟ كاريل ....؟ "

Était-ce bien une voix ? Masculine elle semblait émaner de son propre esprit, une partie de lui même jusqu'alors enfouie qui s’éveillait lentement après un long, très long sommeil.

" اسمك كاريل ؟ "
Faible, interrogative, douce mais gutturale, les mots échappaient totalement à la compréhension de celui qu'on nommait Karyl avant qu'il ne meurt, avant que ces rares proches ne le pleure avant de l'oublier.

La présence s'endormit, le laissant de nouveau seul.
Tic ... Tac .... tic ... tac ....
La main reprit son oeuvre, le geste suspendu sur sa tapisserie elle continua son ouvrage, le guidant ainsi vers la lumière.

Une lumière si faible au début qu'il cru avoir rêvé, un mirage dans son océan d'espoir. De nouveau il l'aperçu un peu plus nette et brillante, puis encore un peu plus, jusqu'à dissiper toute trace de doute, son voyage prenait fin. Tel un nouveau né Karyl vint au monde ....

Image

Juché au deux tiers d'un édifice de forme pyramidale construit avec d'énormes pierres dorées un vent chaud l’accueilli soulevant sa tignasse, ses paupières clignèrent sous l'effet de la vive et brûlante lumière diffusée par un soleil qui dardait ses rayons sur un paysage désertique et sablonneux alors qu'un oiseau de grande envergure décrivit quelques cercles au-dessus de l'intrus.

Un rira raisonna, un rire d’exaltation et la voix cette fois impérieuse se fit de nouveau entendre.

" أرضي ... بلدي ... أنا في الوطن !! "
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Karil Dasmof
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Cedrec (décédé) ; Azhogh

Re: [Karil Dasmof] Libéré, délivré

Message par Karil Dasmof »

Etait-ce la manière pour le vent de la Mort de lui dire que la fuite n'était pas la solution ? Qu'il devait à présent contempler sa destinée inévitable ?

Le jeune homme tenta encore de s'échapper mais ... il ne savait même pas ce que c'était, ne voulait même pas le savoir, semblait trouver cela amusant. Gloussant, rigolant, tout en le poursuivant, sans jamais être gênée par l'obscurité présente. Elle le suivait à la trace, ses ricanements semblant une réponse au souffle qui manquait à Karil.

Le souffle court, il tentait d'avancer mais les ricanements qui le poursuivaient se transformèrent peu à peu en grognements puis en silence. A peine quelques instants plus tard, le jeune homme chuta lourdement, non pas en trébuchant contre quelque chose, mais comme si ses jambes refusaient de le porter plus longtemps. Tentant de ramper, il se rendit compte que sa jambe n'était plus qu'un poids mort, incapable d'être bougé.

Karil entendit la chose bouger, des pas résonner à ses cotés avant de passer devant lui, elle semblait murmurer des choses incompréhensibles avant de s'agenouiller et de lui entailler sa joue, suffisamment profondément pour que le sang perle.

Il ne parvenait pas à comprendre ce que cette chose lui disait ... Cette folle semblait même lui dire que c'était le vent de la mort, qui devait lui faire passer un message et qu'il devait écouter ce message, avant qu'elle ne s'abatte sur lui, le regard mauvais.

Tentant de repousser l'inévitable, en levant futilement le bras, il succomba dans les ténèbres.

Ses poumons ne se remplissant plus, son cœur ne transmettant plus son sang, ses yeux fixaient sans voir, aveuglés par sa nouvelle condition. Bruyante ... silencieuse. Son cerveau n'avait même plus le souvenir s'il avait poussé un dernier cri avant de s'éteindre, le visage contre le sol et les ossements, et l'ai déjà frais des cryptes, fut remplacé par un air glacial tandis qu'il ne distinguait plus rien, l'obscurité de la crypte devenant impossible à percer.

Il... Pouvait-il encore se référer à son être comme "Il" ? La mort et le néant ne l'avait-il pas plutôt annihilé, l'agglomérant avec tous les défunts du passé et tous ceux qui viendront ? Un calme définitif, un silence éternel.

Une quiétude.

Les souvenirs de celui qui s'appelait Karil il y a encore quelques temps ... jours, heures, années, siècles ? Peu importait puisqu'il n'y avait plus que le "maintenant", un maintenant qui ne se préoccupait plus ni de ce qui était arrivé auparavant, ni de ce qui surviendrait.

Mais un son, une voix se fit entendre, venant de partout et nulle part à la fois. Très proche et lointain. Et, étrangement, elle semblait familière à ce qui était autrefois l'esprit de Karil, comme si une partie de lui se réveillait et s'exprimait, alors qu'elle n'existait pas auparavant. Mais ce qui était autrefois le jeune homme ne parvenait pas à comprendre ce qui lui était dit, tout en ayant la sensation de "devoir" comprendre. C'était un sentiment étrange.

La voix laissa cependant la place au silence reposant, éternel.

Tout était enfin fini.

.
.
.

Jusqu'à ce qu'une lueur, minuscule et presque imperceptible ne grossisse, ne devienne peu à peu éblouissante, remplaçant l'obscurité et le néant auquel était pourtant habitué les morceaux d'âme. Des morceaux d'âmes qui disparaissaient peu à peu, laissant réapparaître une individualité que le jeune homme pensait détruite à jamais. Il se souvenait peu à peu de qui il était. De son passé, la lumière lui avait reconstruit son être, avec son histoire, ses doutes, ses qualités et ses défauts.

Il était au sein du Tout et il n'en faisait plus partie, il était devenu Un.

Karil Dasmof, jeune mage apprenti d'améthyste se dirigeait vers là lumière aveuglante qui l'enveloppait, tentant de trouver un endroit.

Puis il la vit.

La lumière.

Provenant du soleil.

Au dessus de lui.

Était-ce une illusion, avait-il réellement connu la mort et le Néant ? Ou était-ce encore un exercice du Collège ? Aucune des réponses ne l'enthousiasmait mais cela avait été trop réel pour une illusion.

Se relevant avec difficulté, le jeune homme regarda autour de lui et fut peu à peu abasourdi.

Le paysage qu'il avait devant lui n'était pas celui du collège. Pire ce n’était pas celui d'Altdorf.

Du sable à perte de vue, un soleil plus dur que ce qu'il avait connu autrefois. Un vent qu'il n'avait jamais connu aussi chaud.

Et il était en hauteur. dans un bâtiment qu'il ne reconnaissait pas, dont il ne savait même pas que l'existence pouvait être possible.

Puis un cri unique. Venant d'au dessus et une ombre qui semblait gigantesque passa au dessus de lui, formant des cercles. Une sorte d'oiseau, gigantesque.

Un rire retentit à ce moment, et Karil se retourna, près à voir quelqu'un. Mais il n'y avait personne à ses cotés tandis que le rire continuait à raisonner et puis, la voix s'adressa à nouveaux à lui. La voix qu'il avait entendu dans le Néant mais dont il ne comprenait pas un mot.

Seul, dans un endroit qu'il ne connaissait pas ne sachant comment il était arrivé, il ne put que murmurer, autant comme des questions pour la voix que pour éviter de céder à un désespoir incompréhensible.

"Où ... Où suis-je ... et qui êtes-vous"

Il se doutait qu'il ne comprendrait pas la réponse ... mais la voix semblait être la seule présence à ses côtés et cela seul lui permettrait peut-être de ne pas sombrer.
Karil Dasmof, Voie du Sorcier des Collèges de Magie
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Mag 9 | NA 1 | PV 12/60 |

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karil_dasmof

Répondre

Retourner vers « Altdorf, Capitale de l'Empire »