[Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

L’Empereur Karl Franz siège à Altdorf, capitale impériale depuis. Altdorf est un carrefour du savoir et son université est l’institution académique la plus respectée de tout l’Empire. Là, les seigneurs et les princes de nombreux pays viennent s’asseoir aux pieds des plus grands penseurs du Vieux Monde. Altdorf est aussi le centre du savoir magique et ses huit collèges de magie sont fort justement réputés bien au-delà du Vieux Monde. Altdorf est une ville affairée, avec un nombre important d’étrangers, de commerçants et d’aventuriers. La cour impériale elle-même engendre une activité économique florissante, qui attire toutes sortes de gens.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
Erehyus
PJ
Messages : 46
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 11/ CHAR 10/ INT 10/ INI 11/ ATT 11/ PAR 9/ TIR 9/ NA 1/ PV 55
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erehyus

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Erehyus » 16 févr. 2019, 23:17

La frustration de Gil était compréhensible. Je la partageais largement et avait envie de rentrer dans le lard de ces impériaux bas du front. Aussi, lorsqu'il finit par craquer en reprenant l'accent de la maison, je ne pus que sourire. Il n'était pas quelqu'un d'un naturel impatient. Mais il arrive toujours un moment ou l'on finit par craquer. Et Gil ne faisait pas exception à la règle.

Après une attente certaine, des bruits de pas résonnèrent contre le pavé du local, annonçant les pas d'un garde, mais pas que. Le geôlier fut toutefois le seul à se montrer pour annoncer que je serais la seule à sortir de là. Intérieurement, je me disais que c'était provisoire. Si je pouvais faire quelque chose, je ferais sortir les deux de ce lieux ou ils n'avaient rien à faire. J'adressais un signe de la tête à Gil avant de sortir à la suite de l'humain, mais c'était pour me retrouver face à face avec deux représentant de mon peuple. D'accord... Humiliation, fait. J'avais devant moi trois haut elfes, dont deux nobles et un soldat. Et je n'avais pas besoin d'entendre quoi que ce soit pour connaître leur profond déplaisir d'avoir dû venir en pareil lieux. Je n'en menais donc pas large en cet instant. Je les suivis dans un silence absolu. Il m'avait semblé reconnaître l'insigne des Heaumes d'Argent sur le soldat qui accompagnait les deux nobles. Si je ne m'étais pas trompé, j'avais probablement merdé dans les grandes largeurs. Et autant dire que mon avenir dans cet ordre de chevalerie risquait de prendre un sacré coup dans l'aile. Je serais donc les dents. Je fus conduite dans une salle circulaire et invité à m'assoir face aux deux nobles. L'un d'entre eux sorti un parchemin et commença à se présenter. Un représentant du Roi Phoenix et le capitaine local des Heaumes d'Argent. Je serrais les dents en acquiesçant. J'étais bel et bien dans la panade.
Mais voila que le Seigneur Eskeladel m'annonçait pouvoir me faire sortir de là sans réelle difficulté, mais avant cela, il souhaitait entendre ma version des évènements.


-Bien Sire. Tout à commencé alors que le Chevalier Gil de Paravon et moi venions d'arriver en ville. Un malandrin m'a volé ma bourse. Voulant le rattraper, je me suis mis à sa poursuite, sauf que le mongh'kheig est passé à proximité d'un ogre qui passait par là et qui voulu rendre service en l'attraper. Ma tentative d'appréhender le voleur ayant été initiée, mon arme a alors atteint l'ogre par accident qui a réagit à la douleur en se retournant. Là dessus, la garde est arrivée et voulu arrêter l'ogre qui s'est défendu avec le corps du voleur, le tuant au passage. Pour ma part, je n'ai pas essayé de m'opposer à la garde. Je préférais les suivre, en demandant juste à ce que les fers ne me soient pas passé. J'ai également demandé à leur Capitaine de ne pas enfermer le Chevalier qui n'avait strictement rien fait. Demande qui n'a malheureusement pas été écouté. La Garde nous a ensuite jeté dans leur geôle sans plus de forme de procès ou d'explication de leurs accusations.

J'avais fait mon rapport de manière concise et succins afin de ne pas faire perdre de temps et laissant la possibilité de poser les questions que chacun pourrait vouloir poser. Je rester prête à répondre à toute question.
Erehyus, Noble
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 11 | Att 11 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 45/55
Lien Fiche personnage: Erehyus

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 651
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par [MJ] Le Djinn » 20 févr. 2019, 15:35

Peu crédule devant les racontards de son compagnon de cellule, le bretonnien se contenta de lever les yeux au ciel et de soupirer. Ces histoires de monstres énormes, de bêtes géantes et autres abominations titanesques ne le touchaient pas particulièrement. Dans sa patrie on avait l'habitude des récits fantasmés et exagérés sur les Montagnes de l'Est, si bien qu'il ne prenait pas les propos de Darn pour autre chose que des mensonges classiques de races non-humaines ou d'aventuriers soucieux de se tailler une réputation de dur à cuire.

-"Si tu le dites. Je mesdois de dire qu'en la belle Brestonnie nous avoie aussi moult monstres sanguinaires st bêtes cruelles!"

Puis, se rendant compte que son accent lui jouait des tours à nouveau, il déglutit et respira profondément pour se donner de la contenance. Avec une grimace de dégoût il observa son comparse se délecter des écoeurants rats d'égouts qui trainaient dans les environs. Par pudeur ou simplement pour ne pas dégobiller le chevalier choisit de poser son regard ailleurs. Il tapa le sol de son pied à quatre reprises avant de continuer, sans son accent cette fois:

-"Un bien beau pays si j'en crois tes paroles. Bien des gens ne peuvent en dire autant et vivent avec moins… Et qu'est-ce qui t'a poussé à partir de chez toi? L'aventure? L'or?"

Il releva ses yeux vers l'ogre. La soif de conquête et la recherche d'une vie exaltante poussait bien des jeunes nobles bretonniens à s'engager dans la Quête du Graal. A vrai dire Gil se demandait si une tradition équivalente existait chez ce peuple inférieur qu'on nommait les ogres.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Devant ses juges Erehyus n'en menait pas large. Les elfes écrivaient d'une plume délicate les déclarations de la jeune femme sur du parchemin avant de lire et de relire chacun des mots en y cherchant plusieurs sens cachés. Les deux hommes se jetèrent plusieurs regards à la suite, des gestes anodins pour des humains mais qui, chez les elfes, voulaient dire mille choses. Après quelques minutes de silence complet, Eskeladel reprit la parole, lent, laconique.

-"Cela concorde avec ce que nous savions. Bien. Notre alliance avec l'Empire des hommes et nos différents pactes vont me permettre de vous rendre libre dès ce soir, ce n'est pas un problème. Ce qui me gêne davantage ce sont vos compagnons. Je devine à votre voix que vous apprécieriez leur libération? Hélas elle sera complexe, plus complexe... Il me faudra sans doute user de cadeaux et de flatteries envers des humains…"

Il avait prononcé le dernier mot sans dégoût mais avec une pointe d'acidité. Sans doute qu'il ne méprisait pas les hommes autant que d'autres haut-elfes mais qu'il était bien loin de les voir comme des égaux. Ce fût ensuite au capitaine des Heaumes d'Argent de reprendre la parole, les mains croisées, l'air conscient et affairé de ceux qui savent des secrets importants.

-"Evidemment nous ne pouvons pas passer l'éponge aussi aisément, même si nous le souhaiterions. Heureusement il semble que les dieux eux-mêmes aient conspirés pour que ces événements arrivent. Voyez-vous nous avons entendu parler de vos exploits et nous souhaiterions que vous rejoigniez les rangs des Heaumes d'Argent. D'un autre côté une mission qui requiert discrétion et doigté vous permettrait de racheter une fierté aisément... Laissez-moi vous expliquer.

Il y a quelques semaines nous avons entendus des racontards provenant de Wurtbad, une ville humaine du Centre-Est de l'Empire. Il se disait qu'un seigneur elfe aux allures de spectre terrorisait les environs de la ville, massacrant tout ceux qu'il croisait. Les rumeurs se sont confirmées avec les observations de petites patrouilles. Nous pensons qu'il s'agit d'un ancien commandant elfe mort pendant la triste Guerre Nanique et que les protections qui entouraient son tombeau ont cédées, laissant à un nécromancien sans scrupule le loisir de le ramener à son service. C'est évidemment intolérable. Nous vous proposons d'y aller et de régler discrètement la question. Vous serez considérée durant ce déplacement comme une Heaume d'Argent en mission spéciale pour le compte de l'Ambassadeur Eskeladel. Evidemment vous aurez le choix de vos compagnons. Entendu?"
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Darn le Grossier
PJ
Messages : 20
Profil : 11 FOR /11 END /5 HAB /6 CHAR /6 INT /6 INI /9 ATT /9 PAR /6 IR /1 NA /125 PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Darn le Grossier » 21 févr. 2019, 09:32

Darn trouvait son compagnon de cellule amusant, son accent provoquait des gloussements chez l'ogre, et la gène qu'éprouvait Gil face au goûter de l'ogre l’encourageait à mâcher la bouche grande ouverte et à faire le plus de bruit possible. Cette manière de manger était normal dans le pays du gros-peuple, mais Darn avait vite appris que c'était considéré comme répugnant et mal poli chez les humains, le mangeur-d'homme s'en amusait donc, n'hésitant pas à le faire en public pour admirer l'expression de dégoût des petit-gens et d'en rire.

Après avoir avalé son dernier rat, l'ogre s'essuya la bouche avec ses doigts avant de les nettoyer avec la langue. Il scruta la cellule, la population de rongeurs avait était réduite, mais la vermine était toujours bien présente et parmi eux aucun n'avait les yeux rouge. Le colosse en aurait bien avalé un autre, le goût légèrement amère et faisandé du premier lui avait bien plus et il en aurait bien croqué un autre pour le dessert. Temps-pi, au moins était-il calé pour quelques instants.

Le scepticisme du Bretonnien ne lui avait pas échappé, mais il ne s'en offusqua pas, il avait l'habitude que l'on remette en question ses histoires et il le comprend bien. Après tout, hors mi les hommes-bêtes et les orks, les locaux n'ont jamais rien vue d'autre que des nains, des humains, et des elfes, c'était normal que leurs esprits étroits n'arrivent pas à accepter qu'il existe des créatures tellement grande qu'elles pourrait raser leurs maisons de pierre d'un seul coup.


J'suis d'jà passé dans ton pays, jamais longtemps, mais j'ai d'jà travaillé pour des chevaliers. C'est fou l'nombre "d'seigneurs" qui n'veulent pas s'salir les mains en allant casser du pégu qui r'fuse d'payer ses taxes, c'est là qu'les gaillards comme moi ont intervient. Y a aussi quand un gros monstre s'balade sur leurs terres et qu'ils n'veulent pas risquer d's'faire bouffer.


La question qu'avait posé Gil laissa l'ogre interrogateur et pensif.

C'qu'y m'a fait partir ?

L'ogre prit un instant pour y réfléchir, les raisons avaient était nombreuse. Il repensa à la période précédant son départ et il se rappela des restrictions alimentaires, du temps épouvantable qu'y lui donnait l'impression qu'il était prisonnier, çà région natale avait permis à sa tribu de réchapper aux tribus plus importantes, mais ce n'était pas une vie.

J'en avait marre d'toujours voir les mêmes montagnes, voir les mêmes tronches, d'voir passer l’hiver dans une grotte à bouffer des p'tits morceaux d'viande séché et d'voir rester entasser autour d'un feu. Les seuls moments qui changeaient la routine c'était quand des monstres ou des sauvages du nord v'nait s'balader chez nous, c'était aussi l'seul moment ou la bouffe pouvait avoir un goût différent.
J'avais b'soin d'bouger, d'voir du pays, d'me bastonner avec aut'es choses qu'des loups géants, des ourses des glaces et des chasseurs des aut'es tribus.
J'voulais goûter à tout c'qui peut être bouffable et boire aut'e chose qu'du lait d'mammouth fermenté. Et pour pouvoir bouffer et picoler dans ses patelins, y faut d'l'or, alors m'voilà merc'naire.


Tout en parlant, Darn occupait ses doigts en ce fabricant un gros et long cure-dent en tressant plusieurs brins de paille ensemble, puis il s'en servit pour déloger les morceaux de viande, les éclate d'os et les touffes de poils coincés entre ses dents.
Darn le Grossier, Voie du Buffle Errant
Profil: For 11 | End 11 | Hab 6 | Cha 6 | Int 6 | Ini 6 | Att 9 | Par 10 | Tir 6 | Foi | Mag | NA 1 | PV 125/125 (bonus inclus)
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier
"Tavernier ! Apporte moi d'la graille et d'la bière ! ET PAS TA PISSE DE GOBELIN ! SINON J'CASSE TOUT DANS LA CABANE ! ET AVEC TA TÊTE ! Haha."

Avatar du membre
Erehyus
PJ
Messages : 46
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 11/ CHAR 10/ INT 10/ INI 11/ ATT 11/ PAR 9/ TIR 9/ NA 1/ PV 55
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erehyus

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Erehyus » 01 mars 2019, 15:19

Au moins, la Garde humaine savait-elle ne pas mentir lorsqu'ils rapportaient les faits. Du moins, si cela ne va pas à l'encontre de leurs intérêts. L'annonce de l'ambassadeur n'était pas pour me rassurer pour autant. J'allais encore devoir patienter avant de pouvoir profiter pleinement de ma liberté. Mais dans le même temps, ils me m'offraient la possibilité de rejoindre presque immédiatement le Corps des Heaumes d'Argent. Une proposition inespérée, je dois le reconnaître.
Déjà, ils souhaitaient me confier une mission pour traquer ce qui semblait être les restes d'un ancien commandant elfe ayant été ramené parmi les vivants par un nécromancien. A l'entente de cela, je ne pus m'empêcher de tiquer. Une mission qui, comme le disait le diplomate, me permettrait de me racheter, au moins aux yeux de mes semblables.
Je me passais la main sur la bouche et le menton, venant frotter ce dernier en signe de réflexion. La proposition n'était pas anodine, car l'on me proposait libre choix, derrière, sur les personnes qui m'accompagneraient pour cette mission. Ce n'était donc pas désintéressé. Cela pouvait permettre à Gil de racheter sa libération par mes semblables et de préserver sa dignité au près du beau peuple. Quand en ce qui concerne l'ogre, je ne savais comment il le prendrait. Mais de ce que j'ai vu, cette créature pouvait être des plus utile contre ce qui pouvait se profiler à l'horizon, à savoir une troupe de squelettes et autres mort-vivant.
Je regardais à nouveau l'ambassadeur et le Capitaine des Heaumes d'Argent.


-Souhaitez vous que je ramène le corps de notre ancien frère ou que nous lui offrions les derniers rites sur place directement? Une autre façon de dire que j'acceptais cette mission, un sourire sur les lèvres. Je n'étais pas une grande amoureuse des batailles lorsque l'on peut les éviter, mais faire payer à ceux qui profanent les corps de nos ancêtres est une occasion que je ne pouvais, assurément pas, laisser passer. Comme vous l'avez signalé vous même, je souhaiterais pouvoir emmener avec moi le Chevalier Gil de Paravon. En ce qui concerne l'ogre, je n'y suis pas spécialement attaché, mais comme il a voulu m'aider et qu'il ne semble pas être un mauvais bougre, sa force pourra m'être utile pour cette mission. Donc un avantage que je préfèrerais ne pas négliger.

Je demeurais parfaitement droite devant mes aînés et les observais tous les trois, attendant désormais patiemment.
Erehyus, Noble
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 11 | Att 11 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 45/55
Lien Fiche personnage: Erehyus

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 651
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par [MJ] Le Djinn » 06 mars 2019, 22:59

Resté mutique jusqu'à ce que Darn ait terminé, la tête penchée sur le côté par indolence ou réflexion, Gil semblait plus pensif que gêné. Ces récits lui rappelaient sans doute bien des choses. Lui aussi avait tout quitté pour une vie d'aventure, à la recherche du Graal et pour prouver sa valeur à ses pairs. Le mal du pays le tenaillait à présent, alors qu'il croupissait au fin fond d'une cellule, avec un sort incertain. Ayant repris ses esprits il fit disparaître son accent, continuant sur sa lancée précédente.

-"Par chez la moi la soif d'aventures est une vertu bien trop répandue. On ne compte pas les chevaliers qui partent vers l'inconnu, l'épée levée, pour la Dame et la Bretonnie! Beaucoup ne reviennent pas. On apprend de temps en temps qu'un ou l'autre a établi un petit fief dans une région difficile et tiens le coup contre des orcs ou des hommes-bêtes..."

A cette pensée il frotta son armure de sa main. Il y allait avec précaution, par crainte de la rayer sans doute, son équipement valait un petit pécule auprès d'un armurier. A ses pieds les rats avaient déguerpis, alertés par le sort funeste de leurs camarades, ingérés par l'ogre. Ils étaient bel et bien seuls dans cette cellule, occupés à compter les fissures dans les murs en attendant des jours meilleurs ou une exécution sommaire. Après quelques secondes de silence gênant le chevalier sembla se reprendre soudainement.

-"D'ailleurs il me revient une chanson qui parlait d'ogres, attendez que je me remémore l'air...

Oyez donc la geste de preux Sire Baldrin,
Qui parcourut sans trêve montagnes et ravins,
Pour occire Troll, Ogre, Minotaure, Démon ou Drak,
Et rencontrer enfin la belle Dame du Lac.

Ayant mit pied à terre, Sire Baldrin poursuivit
Plus haut sur le sentier, jusque vers les sommets,
Mais depuis les crevasses un millier d’yeux l’épiaient
Des regards fort mauvais, affamés et aigris.

Lors quelque Ogre ignoble sortit vif des rochers,
Grognant et menaçant, face sale, air vilain,
« Je broierais tes os puis en ferai du bon pain »
« Ta tête sera trophée ! » lança le Chevalier.

Et Sire Baldrin chargea, son espadon au clair,
Le horion ne fit rien à la créature joufflue,
Qui répliqua bien vite de sa lourde massue,
L’abattant en riant sur son noble adversaire.

Vil bruit rendit son crâne, cédant sous le gourdin ;
Le vaillant chevalier tomba mort à terre,
Mais ce triste récit point ici ne prend fin :
À l’ombre des montagnes jamais rien ne se perd !

Ses boyaux dévoré à l’ abri d’une ornière,
Le reste ramené au fond de sa tanière,
Son cœur honnête et franc, si loyal et si droit,
Fut d’un amer ragout le triste mets de choix ;

Ses jambes furent mâchées, et ses dix doigts grillés
Sur un plat de fortune : son bel écu d’airain !
Ses os furent brisé et sa moelle dégustée,
L’ensemble fut broyé et fini au pétrin.

Le vil bras du butor de sa broigne fut orné,
Neuf affreux Gobelyns pour son trentain luttèrent,
Sa grande et belle lame, si noble mais austère,
Fit désormais office de pic à porcelet.

Sa cuirasse accueillit le bain des Gobelyns,
Une fissure comblée par son étole de lin,
Son autel personnel brûlé en cheminée,
Son crâne délicat en hanap façonné !

Ainsi donc Sire Baldrin rencontra son destin :
Au cœur des montagnes, au fond du marmite !
Si un jour du levant empruntez le chemin,
Ne partez jamais seul, mais surtout courrez vite !"


Malgré une certaine qualité de prestation de nombreux "Ta gueule!" ou "Putain mais ferme-là!" jaillirent de toute part de la prison. Il semblait que les prisonniers n'étaient très sensibles à l'art burlesque bretonnien. Mais qu'en pensait l'ogre?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les austères elfes échangèrent un regard bref mais direct. Tout se passait conformément au plan. L'ambassadeur et le militaire se levèrent presque simultanément, impliquant qu'ils en avaient terminés ici. Eskeladel conclut simplement:

-"Nous allons vous ramener dans votre cellule le temps de convaincre les humains de vous faire sortir et de vous trouver un équipement. Il ne saurait y avoir de heaume d'argent sans équipement traditionnel, nos lois sont formelles. Combien de temps vous faudra-t-il pour récupérer tout cela, Junowil?"

-"Le temps de l'aller-retour à la caserne et de normaliser notre administration. Donnez moi trois heures."

-"Bien. Il m'en faudra sans doute moins pour convaincre les humains de faire sortir vos camarades. Détruisez ce mal et enterrez de nouveau notre ancêtre. Si vous échouez vous serez considérée comme une paria par notre société, j'aimerais que vous vous en souveniez. Que les dieux vous accompagnent, nous ne nous reverrons pas avant votre retour."

-"Quant à moi je viendrai vous chercher quand vous pourrez sortir."

La sentinelle elfe, quant à elle, raccompagna Erehyus à sa cellule, épaulée par quelques miliciens impériaux restés en faction non-loin de la porte close. Les figures froides et allongées des officiels du vieux peuple disparurent bien vite au détour d'un couloir. Le trajet de retour ne fût pas plus agréable qu'à l'aller, la jeune elfe sifflée et appelée par des prisonniers fort peu scrupuleux. Enfin, elle fût ramenée à sa cellule où un Gil inquiet l'attendait:

-"Alors? Cela s'est bien passé? Qu'ont-ils dit?"
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Darn le Grossier
PJ
Messages : 20
Profil : 11 FOR /11 END /5 HAB /6 CHAR /6 INT /6 INI /9 ATT /9 PAR /6 IR /1 NA /125 PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Darn le Grossier » 09 mars 2019, 13:32

La voix de Gil résonnait dans la petite cellule et elle devait également atteindre les pièces voisines, car, rapidement, une série d'insultes et de jurons se mirent à pleuvoir, mais ni l'ogre, ni le chevalier ne prêtèrent attention.

Darn avait déjà entendu cette chanson auparavant, part un marchand nain dans une taverne, un de ses soirs qui avait était rendus festif pour aucune raison particulière. Cette chanson avait était chanté dans la bonne humeur et l'enivrement, mais cette fois, certainement dû aux circonstances et au sujet de la dernière conversation, la nostalgie prédominait dans la voix du chevalier.

Le mangeur-d'homme laissa son camarade chanter et s'amusait du sort du pauvre Baldrin. Bien que certains mots lui était étranger et qu'il en aurait bien modifié quelques-uns, l'ensemble lui paraissait bien réaliste, l'auteur avait dû beaucoup se renseigner au moment de rédiger ce chant.

La mélodie s'était terminée en même temps que le nettoyage dentaire de Darn, qui s'était conclue par l'avalement du cure-dent improvisé par l'ogre.


J'n'avais plus entendu cette chanson d'puis longtemps. Tu chantes plutôt bien pour un humain. Y faut dire qu'd'habitude, j'entends les tiens chanter quand ils sont bourrés.

Darn se frottait le menton, cette chansonnette lui avait donné envie d'en faire de même. Mais le problème, c'était que les chansons ogre étaient rarement traduite, et les seuls qu'il avait fait l'effort d’interpréter dans la langue locale était des chansons paillarde, toute plus vulgaire les unes que les autres, et plus approprié entouré d'ivrogne éméché qu'en compagnie d'un chevalier en mal du pays. Il s'attela alors d'en traduire une rapidement, bien qu'elle serait approximatif et très grossière, au moins serait elle mieux accueilli.

J'en ai une moi aussi. Une vieille comptine qu'les mères d'chez moi chantent aux gosses.

Après un bruyant raclement de gorge, il prit une grande inspiration.

Tu n'auras pas mon repas
Je le garde rien que pour moi
Tu n'auras pas mon repas
Un poing dans la gueule t'auras

Tu n'auras pas mon repas
Je le garde rien que pour moi
Tu n'auras pas mon repas
Un poing dans la gueule t'auras

C'est moi qu'est chopé ce cerf
Et toi tu veux ses viscères
J'suis partie loin pour l'avoir
Alors viens que j'te casse la mâchoire

Tu n'auras pas mon gnoblard
Il n'travail que pour moi
Tu n'auras pas mon gnoblard
J'vais t'faire pleurer comme un chiard

Tu n'auras pas mon gnoblard
Il n'travail que pour moi
Tu n'auras pas mon gnoblard
J'vais t'faire pleurer comme un chiard

Si tu viens me le voler
Je saurais te retrouver
Pas question qu'il soit à toi
Si tu l'touches j'te bouffe les doigts

Tu n’auras pas mon Cathayen
C'est mon goûter à moi
Tu n'auras pas mon Cathayen
De ses restes, tu n'auras rien

Tu n’auras pas mon Cathayen
C'est mon goûter à moi
Tu n'auras pas mon Cathayen
De ses restes, tu n'auras rien

Si tu crois que j'te l'laisserai
Alors que d'la chasse, tu t'es barré
Au premier combat, t'as pris la fuite
Alors ce soir, c'est toi qui s'ra dans la marmite


Le Grossier n'était pas un grand orateur, ni un brillant poète, mais sa pratique régulière de la chanson faisait que ses démonstrations étaient correctes.
A présent, le couloir était remplis d'insultes et de jurons en tous genre, provoquant une réaction en chaîne dans la quelle les détenues ceux mirent à s'insulter entre eux, oubliant totalement pourquoi les premiers cries avaient commencé.
Darn tendit l'oreille et poussa un rire gras face à l'avalanche de propos haineux qui s’enchaînaient. Jusqu'à ce qu'un bruit de porte qui s'ouvre se mis à raisonner, et qu'un puissant "VOS GUEULES !" se fit entendre. Deux gardes armés de gourdins entrèrent dans le couloir et allèrent à chaque porte de cellule, donnant de violent coup sur les bras qui sortait et sur les visages qui étaient trop près des barreaux. Un silence pesant s'installait, coupé uniquement par les bruits des pas métallique des gardes qui insultaient les prisonniers, puis d'autres bruits de bottes claquant sur le sol, plus discret que ceux des gardes, ceux firent entendre. À peine quelques minutes plus tard, la porte de la cellule du mangeur-d'homme et du chevalier s'ouvrit. Erehyus était de retour, accompagné par un soldat elfe qui avait refermé la porte derrière la rouquine.

À peine était elle rentré que Gil avait sauté sur ses pieds et venais s’enquérir des nouvelles qu'elle apportait. Darn préférait rester assis pour éviter de cogner sa tête toujours douloureuse contre le plafond.
Darn le Grossier, Voie du Buffle Errant
Profil: For 11 | End 11 | Hab 6 | Cha 6 | Int 6 | Ini 6 | Att 9 | Par 10 | Tir 6 | Foi | Mag | NA 1 | PV 125/125 (bonus inclus)
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier
"Tavernier ! Apporte moi d'la graille et d'la bière ! ET PAS TA PISSE DE GOBELIN ! SINON J'CASSE TOUT DANS LA CABANE ! ET AVEC TA TÊTE ! Haha."

Avatar du membre
Erehyus
PJ
Messages : 46
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 11/ CHAR 10/ INT 10/ INI 11/ ATT 11/ PAR 9/ TIR 9/ NA 1/ PV 55
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erehyus

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Erehyus » 09 mars 2019, 13:52

Visiblement mes réponses avaient convenu aux deux représentants de mon peuple. Et pour combler le tout, on me proposait même une mission pour prouver que j'étais digne de rejoindre les Heaumes d'Argent. Un honneur rare si il en est. Je ne pouvais m'empêcher de sentir mon cœur battre à tout rompre dans ma poitrine, mais je tâchais de rester calme est stoïque. D'autant qu'en se levant, l'ambassadeur et le capitaine m'annoncèrent que j'allais devoir retourner dans ma cellule le temps qu'ils en finissent avec les problèmes que pourraient poser les impériaux pour notre libération. Cette annonce n'était pas pour m'enchanter le moindre du monde et je manqua de peu de lâcher un juron bien elfique. Mais en présence des mes semblables, et au vue de la situation, je préférais tenir ma langue et la tourner sept fois dans ma bouche avant de dire quoi que ce soit. Il était probable qu'ils l'ai remarquer, mais je ne m'en formalisé pas outre mesure.
Toutefois, je pris une certaine initiative avant d'être ramener dans ma cellule.


-Puis-je vous demander, au vu de la situation, d'intercéder auprès du capitaine de la Garde pour qu'il laisse le Chevalier Gil sortir de la cellule et qu'il retrouve sa liberté? Pour le moment, le chevalier se tient à carreau, mais j'ignore combien de temps son honneur pourra supporter ce traitement alors qu'il est parfaitement innocent de tout crime. Des centaines d'habitants de la ville pourraient témoigner là dessus. Si crime il y a, seulement l'ogre, et encore, et moi, en avons commit en ne prenant pas en compte ce qui se passait autour de nous. De plus, je suis persuadé que le chevalier acceptera de se porter témoin de l'ensemble des évènements et répondra à toute les questions que la Garde pourrait lui poser. De plus, je doute qu'il parte en m'abandonnant ici. Donc il resterait à disposition si la Garde à besoin de lui.

En faite, en l'état des choses, cette liberté pour Gil me préoccupait bien plus que mon propre sort.

Je suivis ensuite le garde sans dire un mot et lorsque l'on arriva au niveau des cellules, je fus accueillies par une salve de sifflement de mâles mon-keigh en rut. Tous, bien sûr, enfermés dans leurs cellules. Je n'avais, définitivement, que du mépris pour cette espèce, aussi je ne leur accordais aucun regard et aucune attention, fixant seulement le trajet devant moi, encadrée que j'étais par les gardes. Lorsque la porte de ma propre prison s'ouvrit, je rentrais en venant m'assoir face à Gil, en accordant un regard à l'ogre qui n'avait guère l'air ennuyé de la situation. Puis je répondis à l'interrogation inquiète de mon camarade de voyage.


-Bien mieux que ce que j'aurais pu redouter. Visiblement, la Garde à parfaitement retranscrit les évènements. Mes frères et l'ambassadeur elfique sont entrain de voir pour que je puisse sortir pour une mission. Si cela fonctionne, je devrais rapidement reprendre la route. Le point positif, c'est que je pourrais emmener des personnes avec moi pour cette mission. Les Haut elfes n'y voient aucun problème. Je dois juste me montrer patiente. Pour toi, par contre, j'ai essayé de glisser un mot pour que la Garde te laisse sortir d'ici. Tu n'as strictement rien fait, tu n'as donc pas à rester enfermé. Est ce que cela sera entendu, par contre, je ne peux rien garantir. Je me tournais ensuite vers le soldat en faction dans le couloir et lui fit signe que je souhaitais lui parler. J'aurais une question pour vous, soldat. Pouvez vous me dire ce qu'ont fait ce qui se trouvent dans vos geôles actuellement? En dehors de nous trois, bien sûr

Une petite idée venait de germer dans mon esprit et je voulais voir si elle était réalisable. Après tout, nous étions trois combattants lourds émérites, de ce que je pouvais voir. Mais parfois, il faut aussi savoir s'entourer de gens capable d'aller là ou vous n'êtes pas capable d'aller. Et peut être qu'une perle se trouvait dans ces lieux. Il me fallait donc chercher un peu, un sourire amusé sur les lèvres.
Erehyus, Noble
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 11 | Att 11 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 45/55
Lien Fiche personnage: Erehyus

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 651
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par [MJ] Le Djinn » 14 mars 2019, 23:17

Gil rit de bon cœur en écoutant la chanson. De telles comptines étaient courantes en Bretonnie mais certainement pas sur ces thèmes! Non les chants étaient plutôt à la gloire de la chevalerie, des vertus du guerrier, des batailles épiques et des héros glorieux. Parfois des chansons plus légères ou plus paillardes amusaient l'assemblée, mais c'était un divertissement de taverne.

L'arrivée d'Erehyus le ravit cependant! Enfin il n'était plus seul, enfin elle apportait de bonnes nouvelles!

-----------------------------------------------------------------------------------------

Les elfes étaient partis sans répondre et les soldats impériaux étaient fort peu coopératifs. Sans doute qu'ils appréciaient peu les elfes de façon générale. Ce qui se comprenait: aux yeux des fils de Sigmar le haut-peuple était un ramassis d'aristocrates emplis de morgue qui ne cessaient de s'adresser dédaigneusement aux bons citoyens tout en glosant dans une langue incompréhensibles aux accents ésotériques. Et l'on parlait là des humains qui avaient encore la meilleure opinion des elfes! Pour nombre de paysans, soudards et même nobles peu informés les longues-oreilles n'étaient que des sorciers, gredins et vauriens qui se cachaient dans des manières hautaines et qui empoisonnaient les braves humains quand ils en avaient l'occasion. Par chance pour Erehyus ce n'étaient pas un membre de la dernière catégorie qui se devait de répondre à sa question. En bon geôlier bourru pour autant il lui répondit:


-"De la crapule, de la canaille. J'crois qu'on a du voleur, de l'assassin, du tapageur, du mendiant aussi. Toute la saloperie d'nos rues, j'vous le dis."

Et il fallait reconnaître que les faits lui donnaient raison. Si la question de notre héroïne avait été prévue en vue de savoir s'il se trouvait dans les parages quelque mercenaire ou maître du crime en passe d'apporter une aide contre compensation financière, il apparaissait derrière les grilles des prisons que les hommes enfermés ici appartenaient plutôt à la race des criminels sans foi ni loi.
Derrière elle, Gil était peu convaincu par l'idée qu'il devinait de s'acoquiner avec la racaille. Il n'était ni honorable ni conseillé de s'associer avec des racketteurs, porte-surin et autres égorgeurs. La perspective de sortir rapidement lui redonnait toutefois quelques couleurs, il était temps de ficher le camp de ce trou à rats. Sans rats depuis peu d'ailleurs.

Et comme promis en début de soirée, quelques heures plus tard donc, un gardien vint leur ouvrir, la mine sévère. Malgré son air outré devant ce qu'il considérait être une libération par privilège il ramena le trio dans la caserne pour qu'ils puissent récupérer leurs armes avant de les mettre à la porte. Gil, réconcilié avec la bonne humeur, affichait un visage orgueilleux, sûr de sa victoire. Il salua son hôte le menton levé, pédant et arrogant, comme tout bon chevalier bretonnien envers le bas-peuple.

Non loin attendait un cheval blanc, tenu en bride par un heaume d'argent. L'animal était blanc nacré, la crinière blonde, l'œil noir pétillant d'intelligence. Un coursier d'Ellyrion, un beau représentant de sa race. L'elfe tenait sous le bras un heaume long, pointu, en acier elfe, qu'il tendit à Erehyus. Sobre et davantage exécutant que véritable homme de mots, le noble d'élite dit laconiquement.


-"Comme le veut la tradition, il est de mon devoir de vous remettre le casque rituel des Heaumes d'Argent ainsi qu'une monture offerte par le capitaine de la ville. Son nom est Valoreï, il vous servira fidèlement. J'espère que vous m'excuserez de ne pas pouvoir vous offrir une cérémonie plus digne de votre ascension au sein de nos rangs mais votre situation n'est pas encore définie."

L'elfe salua alors rapidement et se recula pour laisser sa place au trio d'amis qui allait devoir décidé de la suite des opérations.
Erehyus gagne le droit d'acheter son rang 2 quand il aura rempli les conditions préalables nécessairs (compétences + caractéristiques). Erehyus gagner un casque de heaume d'argent ainsi qu'un coursier elfique.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Darn le Grossier
PJ
Messages : 20
Profil : 11 FOR /11 END /5 HAB /6 CHAR /6 INT /6 INI /9 ATT /9 PAR /6 IR /1 NA /125 PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Darn le Grossier » 21 mars 2019, 18:23

L'ogre grogna quand Erehyus posa sa question au garde posté dans le couloir. Il avait compris l'idée qui se trouvait derrière cette interrogation, mais les personnes qui peuplaient cet endroit n'étaient rien d'autre que de la vermine, des petites frappes juste bon à racketter des commerçants, des voleurs sans courage et des ivrognes bagarreurs incapable de faire un pied devant l'autre sans devoir se tenir à quelque chose. La seule utilité qu'ils pourraient avoir dans une expédition serait de servir de réserve de viande fraîche ou de chair à canon.
Il gardait de silence pendant que la jeune elfe s'installait confortablement, puis il prit la parole.
Si tu cherches à r'cruter, c'est qu'les tiens tons donnés une mission suicide. Donne-nous les détailles p'tite.

Le mangeur-d'homme et le chevalier écoutèrent leur camarade qui leur expliqua la situation dans les environs de Wurtbad, puis elle leur donnas les détails de la mission. Une fois les explications terminées, Darn ne pus retenir un grognement.

J'n'aime pas ça, cette mauvaise viande est une vraie salop'rie. Et c'n'est pas à côté.
J'connais un peu l'coin, j'peu t'y conduire sans problème. Mais la route va être longue et dang'reuse, on risque d'croiser beaucoup d'homme-bête et d'bandits.

L'ogre se plongea dans une profonde réflexion, il essayait de planifier un chemin rapide et à peu prêt sûr en se remémorant les quelques fois ou une mission l'avait envoyer dans ce comté.

Les heures suivantes se firent dans un silence qui n'était coupé que par de rare discussion pour préparer le voyage à venir et pour établir un début de plan à appliquer une fois sur les lieux, et aussi par des couinements de rat qui était souvent interrompu par un bruit sec suivi d'un son de mastication. Puis arriva l'heure de la libération. La route vers la sortie fut calme, hors mi le moment ou une main sortie d'une cellule failli attraper l'une des fesses bombé d'Erehyus, elle n'eut pas l'occasion de la toucher, car l'ogre l'avait intercepté juste avant. Il en profita pour serrer sa prise rapidement, provoquant un léger craquement venant de la prise suivi d'un cri de douleur qui fit sourire Darn.

Une fois à l’extérieur, le colosse laissa l'elfe échanger quelques mots avec le soldat qui les avait accueillis avant que ce dernier ne les quitte en ne saluant que sa semblable, Darn pris alors la parole en regardant le ciel qui commençait à s'assombrir.

Il est trop tard pour prendre la route, sauf si vous voulez voyager d'nuit. Y faut quand même qu'l'on s'dépêche, les boutiques n'vont pas tarder à fermer et on doit faire l'plein d'bouffe et d'matos. J'ai aussi b'soin d'faire l'plein d'bière pour la route et j'dois m'trouver que'que chose pour m'tenir chaud et éviter d'être trop blessé pendant les combats qui vont v'nir. Puis il se frotta la tête et c'est une vive douleur qui lui rappela qu'il avait le crâne ouvert ainsi que dans des endroits peu commode. Et y faut qu'j'me trouve quelqu'un pour m'rafistoler aussi.

Il tourna son regard vers sa nouvelle employeuse. C'est toi qui décides s'qu'l'on va faire, mais si t'veux passer la nuit dans la ville j'connais une auberge. Les chambres sont miteuses, mais la bouffe et la bibine sont bonnes, c'est pas très cher et l'patron est un bon pote. Un sourire se dessina sur le visage de Darn, il venait de se rappeler que le propriétaire de l'établissement l'avait menacé de mort s'il revenait chez lui après avoir cassé quelques tables durant une bagarre. Ce n'était pas la première fois qu'il lui avait fait une telle promesse, c'était même une habitude. Cette fois, il lui amenait des clients plus distingué que les clochards qu'il avait l'habitude d'avoir, une bonne manière de se faire pardonner.
Darn le Grossier, Voie du Buffle Errant
Profil: For 11 | End 11 | Hab 6 | Cha 6 | Int 6 | Ini 6 | Att 9 | Par 10 | Tir 6 | Foi | Mag | NA 1 | PV 125/125 (bonus inclus)
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier
"Tavernier ! Apporte moi d'la graille et d'la bière ! ET PAS TA PISSE DE GOBELIN ! SINON J'CASSE TOUT DANS LA CABANE ! ET AVEC TA TÊTE ! Haha."

Avatar du membre
Erehyus
PJ
Messages : 46
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 11/ CHAR 10/ INT 10/ INI 11/ ATT 11/ PAR 9/ TIR 9/ NA 1/ PV 55
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erehyus

Re: [Darn et Erehyus] Lothern et Hardie

Message par Erehyus » 24 mars 2019, 17:08

Je n'avais guère d'espoir concernant les humains présent ici. Par deux fois, j'avais eu la preuve que l'on ne pouvait réellement se fier entièrement à cette race. Seuls quelques êtres se montraient à la hauteur et pouvaient être considéré comme étant droit. Gil en était un exemple. Il n'était pas parfait, mais au moins respectait-il la parole donnée et se battait-il pour ce qui était juste. L'une des raisons d'ailleurs pour lesquels j'appréciais sa présence, même si, pour le coup, je l'ai emmené dans un lieu qu'il ne méritait pas de visiter un jour.
A la réponse du garde, j'adressais un signe de remerciement. Je pouvais, au moins, faire preuve de politesse envers cet humain qui ne faisait que son travail, puis je me retournais vers mes deux camarades et je m'adressais désormais à voix basse afin qu'eux seuls puissent entendre.


-Dire que c'est une mission suicide, c'est peut être aller loin voir exagérer. Et puis, un guerrier comme vous a déjà dû en voir des vertes et des pas mûres. Il est même probable que cette fois, cela relève de la promenade de santé pour vous. Ce que m'ont demandé les représentants de mon peuple et de me rendre à Wurtbad pour y enquêter sur une rumeur d'un elfe qui serait revenu d'entre les morts pour semer le trouble dans les parages. Mes frère supposent qu'il puisse s'agir du travail d'un nécromant. Autant dire qu'ils prennent très mal cette histoire et m'ont demandé, si il s'agit bien d'un corps d'elfe, de lui accorder le repos éternel. Dans tout autre éventualité, il s'agirait de punir l'impudent qui ose ternir mon peuple de la sorte. Et je dois avouer que je serais enchanté de faire comprendre aux gens que l'on ne joue pas avec mes semblables de la sorte.
En ce qui concerne ces vermines à côté, j'avais l'idée que l'un d'entre eux puisse être utile. Mais visiblement, leur cupidité et leur stupidité dépasse l'entendement. Alors je vais pas me salir à ce point et prendre le risque que celui que l'on aurait recruté nous détrousse ou nous tue pour cette mission. Il y a des limites à ce que je souhaite faire. Hors de question de nous mettre en péril de la sorte.


Lorsque l'ogre proposa de nous y conduire, je hochais de la tête en signe de reconnaissance et de remerciement. Cela nous ferait gagner un temps précieux. Et vu les dimensions de "l'animal", c'est peu dire. Je devinais qu'aucun cheval ne serait en mesure de supporter son poids. Cependant, les ogres semblent être capable de voyager sur de longues distances sur leurs propres jambes. Un avantage non négligeable, donc.
Je le laissais réfléchir et regardais mon ami de longue date. Je croisais les doigts pour que la Garde le fasse sortir fissa. Visiblement, ma prière ne fut jamais entendue car il ne fut autorisé à sortir qu'en même temps que moi et le dénommé Darn. Donc trois heures plus tard. C'était clair, l'espèce humaine été corrompu jusque dans ses chaires pour refuser ainsi d'entendre la vérité.
Je n'accordais aucune considération au garde qui nous avait fait sortir de là en affichant clairement une mine outré. Je n'avais pas besoin de réfléchir bien longtemps pour deviner la raison de son comportement, mais je n'en avais cure. Je l'ignorais donc royalement et récupérait mes affaires, vérifiant avec attention que tout se trouvait là, les armes, l'armure, mais aussi la moindre pièce. Il était hors de question que je leur laisse quoi que ce soit.
Une fois certaines de tout avoir, je sortis du baraquement et pris une grande bouffée d'air. Certes, ce n'était pas aussi pur que dans les terres elfiques, mais cela faisait du bien après cette journée passée à croupir dans ce cachot. Je ne tardais à remarque le Heaume d'Argent présent et ce qu'il tenait en main. Une monture elfique immaculée qu'il me présenta sous le nom de Valoreï. Je m'approchais de l'animal et posait ma tête contre celle de la noble monture, fermant un cours instant les yeux au contact rafraichissant que cela me procurait. Je me tournais ensuite vers mon frère de race alors qu'il me tendit un heaume que je reconnu comme la marque de cet Ordre prestigieux, en s'excusant du manque de cérémonial dans l'évènement. Je lui adressait alors un sourire bienveillant et lui répondit en elfique.


-Ne vous excusez pas d'accomplir ce que vous devez faire, mon frère. Au contraire. Vous m'ouvrez la porte d'une voie que j'ai choisi il y a longtemps et que j'espérais pouvoir arpenter. Le reste, je le gagnerais par moi même le moment venu. J'espère juste pouvoir vous compter parmi ceux qui en seront témoin lorsque je reviendrais. Et j'espère également pouvoir vous retourner la faveur un jour en vous aidant à mon tour lorsque vous en aurez besoin.

Je prenais la pièce d'armure et les rênes du destrier avant de me tourner vers mes camarades, tandis que Darn m'annoncer connaître un établissement ou l'on pourrait avoir une chambre et de la nourriture.

-Voyager de nuit me semble une mauvaise idée pour le moment. D'autant que nous avons tous plus ou moins faim. Donc emmènes nous à cet établissement et mangeons. En fonction, nous prendrons peut être une chambre. Qu'en penses tu, Gil? On part à la première heure demain matin? Pas la peine de rester plus longtemps que nécessaire. A moins que vous songiez à quelque chose qui pourrait nous être utile avant notre départ.
Erehyus, Noble
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 11 | Att 11 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 45/55
Lien Fiche personnage: Erehyus

Répondre

Retourner vers « Altdorf, Capitale de l'Empire »