[William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Image
La Lustrie est un vaste continent situé dans l'hémisphère sud du globe. La jungle en occupe le Nord et des prairies vallonnées, le sud. La Lustrie abrite deux ethnies humaines et les Hommes-Lézards avec les Slanns, ces descendants des Anciens qui jouèrent un rôle si déterminant dans la création du monde.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 104
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

[William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par [MJ] Le Roi maudit » 01 mars 2020, 23:02

Image

À proximité de la misérable colonie, les forbans qui ne profitaient pas de tout ce qu'offrait Puerto-Reina avaient installé le camp. Tentes, chaloupes, feux de joie. Les compagnons d'odyssée du jeune Rémassien buvaient avidement le rhum et l'eau fraîche du nouveau monde. La plupart des têtes familières étaient nichés au fond de la taverne. À la notable exception de Roger le quartier-maître à la courtoisie légendaire et de Giovanni, qui étaient assis sur un tronc. Ils se remémoraient l'abordage d'un navire bretonnien dont la cargaison était une cale pleine de tonneaux...De bière gasconne ! L'infecte breuvage était quasiment invendable et par le Grand Jack, il s'en était fallu de peu que le Capitaine, excédé, ne jette tout ça à la mer !

Il ne fut pas difficile de trouver un couchage convenable pour savourer une dernière nuit avant de s'enfoncer dans les profondeurs de la Jungle. Demain serait un autre jour...

Au réveil, le mousse pouvait constater une effervescence dans tout le camp. Les hommes débarquaient par chaloupe les caisses d'armes, de munitions, tout le matériel nécessaire à la périlleuse expédition à travers la jungle lustrienne.
Durant sa pérégrination, Guttrug, l'imposant rouquin tatoué s'approcha du jeune homme. Le mastodonte portait une ceinture à pistolets et plusieurs sabres à sa ceinture. Il poussa un rire d'ogre avant de tendre l'une de ses mortelles armes à feu au Tiléen en la tenant par le canon.

-Félicitation gamin ! Ton premier nougat. Et ta cuillère à pot ! Prends en soin. Ils sont à toi désormais. Et y aura pas d'armurier dans ce bayou !

Il laissa William à ses nouvelles possessions. Le boucanier n'eut pas le temps de niaiser avant de se faire intimer par quelques marins d'aider au déchargement du matériel. Les heures s'écoulèrent jusqu'au début de l'après-midi.
Tout l'équipage fut convié à écouter le Capitaine sur le sable blanc de la côte, même certaines habitantes s'étaient approchés de l'assemblée de forbans.
Jonas Achab se racla la gorge et s'adressa à ses hommes, d'une voix forte et assurée :

-Messieurs. Le périple pour le nouveau monde a été éprouvant et marqué de drames. Cependant. Nous voilà sur le sol de cette terre qui ne demande que des hommes fiers et vaillants pour la soumettre ! Nous sommes venus pour l'or, la gloire, suivre les préceptes du Grand Jack ! Alors mes frères ! Alors matelots de Tilée, d'Estalie ou de toutes les rives de ce triste monde je vous demande de me suivre, pour l'Or et la Liberté !

-L'OR ET LA LIBERTÉ ! Clamèrent haut et fort les dizaines d'âmes en levant leur sabre dans le ciel bleu de la Lustrie.

-Bien bien frères de la Côte, boucaniers, flibustiers. Alors nous partirons prendre cet or des griffes de ces chiens galeux qui ont abandonné leur Liberté pour une couronne, des titres ou des terres ! Nous qui n'avons que notre navire et l'orgueil des hommes et des femmes sans maîtres ni rois, nous montrerons une fois encore pourquoi les Pirates de Sartosa et des îles des quatre vents sont la terreur du Grand Océan ! Hardi mes compagnons ! Et ne portez plus votre regard que vers cette jungle ! Et sur l'or qu'elle abrite !

Les marins poursuivirent leurs acclamations. Sur un ton bien moins exaltant et prometteur, le capitaine commença à répartir les hommes par groupe. Un à un, chaque membre de l'équipage était affecté à l'un des subordonnés. Flint, Guttrug voir même avec Achab lui même. Le jeune Hecker se retrouva en compagnie de Reth, l'armoire à la peau cuivrée et aux cheveux noirs qui devait descendre de bien plus au nord que l'Empire, ainsi que du Quartier-Maître, Roger, en sus d'une dizaine d'autre marins. Le plus âgé convia sa troupe, chaque homme portait du matériel, des armes, chacun était prêt à affronter la Jungle.

-Messieurs, remontez bien vos frocs. On part chercher cet or.

Et après un dernier coup d'oeil en direction de la Sirène ivre immobile dans le lagon céruléen, les flibustiers s'enfoncèrent dans les profondeurs émeraude de la forêt équatoriale.

Image
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
William Hecker
PJ
Messages : 22

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par William Hecker » 15 mars 2020, 15:56

Lorsque le soleil se leva pour percer de ces rayons les feuillages de l'imposante jungle de Lustrie, ce fut un Will aux cernes marquées et avec un mal de crâne des plus atroce qui émergea de sa torpeur. En effet, nul moyen de fermer l’œil de la nuit, tant l'inquiétude avait su le gagner depuis sa petite discussion avec Hélène. Si le jeune mousse avait tenté d'user de la boisson pour favoriser son sommeil, cette solution n'était parvenu au mieux qu'à lui offrir un mal de crâne, qui se retrouva accentué par les hurlements matinales du quartier maître-Roger.
Pour autant, si sa mauvaise mine et ses craintes étaient palpables, elle ne semblait en rien nuire à la bonne ambiance générale de l’équipage, celui ci étant requinqué après une nuit à savourer les plaisirs de cette colonie perdu au milieu de nul part, la soif d'aventure et d'or des pirates étant bien trop grande pour que quoique ce soit ne puisse entraver leur enthousiasme.

La majeur partie de la matinée fut donc destinée au déchargement des vivres et des munitions du navire, destinées à l'expédition au cœur même de la Lustrie, les hommes n'attendant plus que d'ouvrir la voie pour découvrir les milles merveilles qu'avaient à leur offrir le nouveau monde.
Se devant d'être équipé en cas de mauvaise rencontre, les hommes reçurent donc leurs armements, Will ne manquant pas à la règle tandis que l'imposant rouquin Guttrug vint à sa rencontre pour lui tendre un sabre de mauvaise manufacture, ainsi qu'un pistolet dont la crosse était usée par des utilisations déjà trop importante et excessive.
Acquissent en guise de remerciement, le jeune Hecker resta pensif en contemplant l'arme à feu, sachant pertinemment que tôt ou tard, il y aurait quelqu'un au bout de sa ligne de mire, et que la simple pression de la détente suffirait à offrir la mort au première malheureux pouvant croiser sa route... Ainsi... les mains vierges du jeune homme serait alors couverte de sang. Si il y a peu encore cette idée amenait en lui une pointe d'adrénaline, elle n'amenait désormais que de la peur et de l'inquiétude... Ne disait on pas que les hommes montraient leur véritable visage au moment d'ôter une vie ?
Quoiqu'il en soit, il rangea donc le sabre à sa ceinture, alors que son arme à feu se fixa sur son ceinturon de fortune.

Il restait encore bien du matériel à décharger avant le départ, et au sein de la Sirène Ivre, on aimait guère les tire au flan, et mieux valait se remettre au plus vite au travail, plutôt que d'être attrapé en train de rêvasser par le quartier-maître.

Ce fut au début de l'après midi, quand le soleil fut au plus haut dans le ciel, que le capitaine Achab rassembla les hommes autour de lui. En temps que capitaine, il était de coutume que celui ci se livre à l'exercice ardu que pouvait représenter un discours dans le but de galvaniser ces hommes.
Si tous écoutèrent avec des étoiles dans les yeux le capitaine de la Sirène Ivre, seul Will semblait perdu dans ses pensées, repensant sans cesse aux nombreuses expéditions qu'on disait avoir entièrement disparu dans cette jungle atroce, qu'on disait hantée et habitée par d'immense créatures reptiliennes et autres bêtes dont ceux qui avaient pu les apercevoir en perdirent jusqu'à la raison elle même.
Ce fut au moment des acclamations des pirates à l'encontre de leur capitaine, que Will sursauta, levant alors enfin son poing en l'air pour tenter de se mélanger à la bonne ambiance générale.

L'équipage étant désormais prêt à quitter la côte pour s'enfoncer dans les terres, différents groupes furent confectionnés comme le lui avait prédit Ivanka la nuit auparavant. Si pour son grand malheurs, il ne se retrouva pas dans le groupe de "La Rouille" ou du Second Flint... Il eut tout de même le loisir d'être intégré à l'équipe du Quartier-maître Roger ainsi que de l'expérimenté Reth... Sans doute ne connaîtrait il aucun problème avec pareil pointure à leur tête non ?... Will tenta de se rassurer avec ce genre de pensée positive.

S'éparpillant de part et d'autre de la jungle luxuriante, les différents groupes eurent tous le loisir de choisir un azimut à scrupuleusement suivre, de manière à couvrir le plus de terrain possible, dans l'espoir de trouver au plus vite le trésor les ayant amené à faire voile jusqu'à ces terres bien loin du vieux monde dont ils étaient en majeur parti originaire.
Ce fut donc sous les ordres de Roger, que le petit groupe s'enfonça, Will ne pouvant que tourner une dernière fois le regard par dessus son épaule, alors que la Sirène Ivre disparu au bout de quelques pas, l’image de celle ci se retrouvant à être rapidement dévoré par l'importante végétation. Arriverait il à refouler une fois de plus le pont de ce navire ? L'avenir le dirai...

Désormais au cœur de l'enfer vert, la petite colonne de pirate se suivait au pas, Will observant de part et d'autre les paysages magnifiques s'offrant à lui, alors qu'il avait la fâcheuse impression que derrière ce qui ressemblait à une flore digne des plus beau jardin des rois ou empereurs ayant arpentés ce monde... Quelqu'un ou quelque chose les observait à l'abri de l'obscurité de la jungle...
Modifié en dernier par [MJ] Le Roi maudit le 31 mars 2020, 13:19, modifié 1 fois.
Raison : xp : 6 / total xp : 19
William Hecker, Voie du Forban
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 0 | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_william_hecker
► Afficher le texte

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 104
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par [MJ] Le Roi maudit » 17 mars 2020, 13:38

Image Les pirates pataugeaient dans l'humus spongieux qui couvrait le sol de la forêt. Si au début de leur odyssée le son des autres groupes se répercutait dans l'air surchargé d'humidité, depuis plusieurs heures il ne restait qu'eux et les cris des animaux de la jungle. Stridulations, pépiements, aboiements, rugissements. Pourtant ils ne croisaient la route d'aucune bête à l'exception de l'occasionnel lézard détalant dans les fourrés ou des oiseaux dérangés sur leurs branchages.
Les Hommes eux restaient taiseux à l'exception du grognement quand la boue avalait votre botte, des piqures d'insectes dont les démangeaisons devenaient insoutenables ou de la sueur acide qui vous rongeait le regard. Il faisait atrocement chaud, atrocement humide. À coté, l'été tiléen ressemblait à une nuit à la belle étoile en Pflugzeit.
Roger scrutait les schémas tracés sur des feuilles de cuir que lui avaient prodigué Fibonacci. Autour d'eux la jungle était imperturbable, dense, des arbres au tronc large comme une tour de garde dressaient leurs frondaisons à plusieurs dizaines de mètres au dessus d'eux.
Jets cachés
Reth sortit sa lame de son fourreau. Le colosse à la crinière de jais fit signe à William avec son autre main.
Les marins s'arrêtèrent et tous posèrent le regard sur l'imposant marin qui avança avec la discrétion d'un loup entre deux taillis. Très rapidement ce qu'il avait aperçu se révéla aux autres : Une effigie macabre suspendue contre l'écorce d'un de ces titans végétaux. Une effigie d'os humains. Un crâne aux orbites vides fixait mornement le sol. D'autres boucaniers poussèrent des exclamations d'effrois. Il y en avait plusieurs autres, sinistres épouvantails d'os dressés à la vue de ces aventuriers. Mais pour les prémunir de quoi ?

-Dans la Steppe, certaines tribus utilisaient ce genre de...trophées. Quoi qu'il rode dans cette canopée. Ça ne veut pas de notre intrusion.
Image Mais les pirates n'étaient pas hommes à se laisser abattre par des breloques de terriens. Ils reprirent la route jusqu'à ce que le soleil pointe sous les feuillages verts. Par chance, ils avaient trouvé une clairière pierreuse où poser le camp pour la nuit. La sorte de plateforme couverte de mousse allait leur éviter une nuit à barboter dans les marécages de la Lustrie.
Jet d'observation : 8 ! Réussi !
Mais alors qu'il participait à l'établissement du bivouac, englouti dans la sphaigne verte, un petit reflet métallique capta l'attention du Rémassien. Tirant sur l'objet, il se retrouva avec un pièce d'argent entre les doigts. Une pièce d'argent estalienne.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
William Hecker
PJ
Messages : 22

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par William Hecker » 01 avr. 2020, 23:09

Désormais le petit groupe auquel William avait été rattaché s'était enfoncé profondément dans l'immensité vert qu'était la jungle de Lustrie. Avançant en colonne, le jeune marin ne détachait jamais les yeux du camarade le devançant de quelques mètres seulement, s'amusant à marcher dans ces traces avec précision dans l'espoir, plutôt vain d'ailleurs, d'échapper à l'horrible boue marécageuse qui à la manière d'une vil sangsue, s'attaquait aux chaussures des pirates jusqu'à les transformer en véritable éponge incapable de protéger la chair de l'humidité abominable de ce lieu atroce.

Depuis qu'ils avaient commencé leur expédition, le cœur joviale et le coté blagueur d'une majeur partie de ces frères d'armes s'étaient transformés en une méfiance presque palpable, les hommes pourtant concentré sur leur itinéraire, ne pouvait s'empêcher de se figer d’effroi au moindre bruit d'animaux, ou à celui du moindre bruissement de buissons venant perturber la trop grande tranquillité de la jungle, les trop longs silences ne la rendant que plus terrifiante encore.
Il semblait être déjà loin ce moment où, quelques heures plus tôt, le capitaine de la Sirène Ivre, galvanisant ces troupes avant le départ, avait su leur ôter tout doute ou toute crainte, l'appel de l'or étant capable de transformer même le plus couard en un courageux aventurier... Et pourtant désormais... Tous avançaient avec la peur au ventre, William lui même ne comprenant que désormais qu'il s'était plongé de son plein gré dans l'enfer vert, les paroles de Hélène qui raisonnait sans cesse lui : "Parfois on a l'impression que cette jungle est vivante, et que quelque chose vous observe constamment dans l'ombre..."

Le jeune homme eut un frisson...

Pour autant, malgré cette ambiance tendu, la majeur partie de la traversée se passa sans réel accro, les choses les plus dangereuses et les plus ennuyantes qu'ils croisèrent, ne furent autres que les horribles insectes suceur de sang, heureux de venir importuner les étrangers qui osaient traversèrent leur territoire naturel. Le jeune Hecker, ne put s'empêcher de râler à force de se taper dessus pour éliminer le moindre nuisible venant lui tourner autour, combat peine perdu alors que de son autre main, il passait son temps à gratter les endroits où il n'avait pu être assez vif pour ne pas être piqué.
Cette chaleur et ces insectes... Sur le moment sa vie à Remas lui manqua terriblement.

Parmi ceux que l'on entendait jamais se plaindre, il y avait bien entendu le quartier-maître Roger qui, prenant sa tâche à cœur, tentait de rester le plus concentré possible sur les tracés que Fibonacci avait pu lui fournir de manière à ne pas se perdre, dans ce territoire hostile où bien des choses étaient dangereuses pour l'homme.
L'imposant marin Reth de son coté, était sans aucun doute l'homme le plus en alerte, et sa forte expérience ne manqua pas d'aider la colonne, lorsque celle ci se figea sur son ordre, et qu'il tira son sabre au clair, mouvement de défense qui amena le reste des pirates à l'imiter tandis que tous tentaient de voir plus en avant la raison de cette halte soudaine... La découverte qu'ils en firent fut tout sauf plaisante...

Face au cap qu'ils tentaient de suivre, une sculpture des plus macabre se découvrit devant les yeux emplit d'effroi des frères de la côte. Des crânes humains avaient été empalé sur des piques de bois, dont le rôle ici était, un peu de la même manière que les épouvantails destinés à protéger les cultures des paysans impériaux de tous nuisibles volatiles, avait pour but non pas de chasser les oiseaux, mais belle et bien de prévenir tout intrus humain du risque qu'il prenait en tentant de continuer à vadrouiller dans cette partie de la jungle.
Contemplant longuement les crânes, le jeune Will tenta de se rassurer en pensant tout simplement, que pareil construction ne pouvait qu'être le fruit d'une puissance faisant preuve d'une certaine intelligence, et donc était sans doute d'origine humaine... Dans cette logique, aucun risque de croiser de sois disant lézards géants mangeurs d'hommes n'est ce pas ? Logique stupide et presque pitoyable d'un jeune homme plus terrifié encore que lorsque qu'il n'avait pas encore aperçu les crânes des malheureux dont il n'enviait nullement le sort.

Les pirates, ne pouvant reculer pour pareil broutille, et portés par l'impulsion de leur chef, Roger, continuèrent jusqu'au couché du soleil, le groupe trouvant une petit clairière constituée de pierres et de mousse, en mesure de leur offrir un confort plus que bienvenue alors que le reste de la zone n'était que marécages boueux.
Participant à la mise en place du bivouac tandis que certains pirates commençaient déjà à envisager de jouer leur tour de garde durant la nuit par quelques jeux de hasard, l’œil du jeune Will fut alors attiré par le reflet métallique d'un petit objet immergé dans une eau sale et dont le fond n'était que vase puante.
Prenant son courage à deux main, le jeune pirate y plongea alors la main, avant d'en extraire une petite pièce, qu'il frotta sur sa chemise jusqu'à pouvoir l'observer avec plus de précision : Une pièce d'argent... D'origine Estalienne en plus !


"Quartier-maître !!!" Cria t'il à l'encontre de son supérieur, celui ci grognant dans sa barbe alors qu'il s'approcha du matelot qui lui tendit la pièce.

"A Puerto-Reina, une femme m'a raconté qu'une compagnie de soldats Estaliens s'était engagé dans la jungle environ trois semaines avant nous, sans jamais revenir ou redonner le moindre signe de vie..." L'expression qu'il affichait trahissait sa grande inquiétude. "D'une certaine manière, cette découverte indique que nous sommes sur le bon chemin... Et je me réjouie à l'idée de ne voir aucun corps flotter autour de notre zone d'installation. Tout du moins... Omis si l'avertissement que nous avons croisé plus tôt... n'ai été en réalité fabriqué à l'aide des restes de ces soldats."

Avait il raison d'imaginer pareil hypothèse ?! Peut être... Quoiqu'il en soit, il semblait bien que Will ne dormirai que d'un œil une fois la nuit tombée... Juste au cas où...
William Hecker, Voie du Forban
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 0 | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_william_hecker
► Afficher le texte

Répondre

Retourner vers « La Lustrie »