Fiche du Personnage d'Hinzuo Ashino Daimatzu en RP Libre : son histoire, son physique et son culot...

Répondre
Avatar du membre
Hinzuo Ashino Daimatzu
PJ
Messages : 1

Fiche du Personnage d'Hinzuo Ashino Daimatzu en RP Libre : son histoire, son physique et son culot...

Message par Hinzuo Ashino Daimatzu » 06 déc. 2018, 17:02

Nom et Prénom: Hinzuo-Ashino Daimatzu
Sexe: Masculin
Age: 25 ans
Race: Humain
Carrière: Bretteur
Lieu/ville de départ: Nippon
Fréquence de jeu: Au moins une fois par semaine
Profil: FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHAR 8 / INT 8 / INI 8 / ATT 10 / PAR 9 / TIR 8 / FOI / MAG / NA 1 / PV 60/60 (aucun bonus/malus de compétences ou venant de mon équipement ne s'y trouve, uniquement les PC gratuits)

Description physique :
Le corps d'Hinzuo Ashino Damaitzu est la parfaite incarnation de ce qu'un fier guerrier du fier clan Damaitzu se doit d'être: une taille respectable de 6 pieds de haut pour un poids honorable de 187 livres. Un visage légèrement cicatrisé, mais généreux et charmeur pour un homme aussi insolent.
Hinzuo a toutefois un corps leste et relâché, libre comme le vent. Il est rapide, agile, adroit et espiègle ; bien à l’opposé des corps droits et disciplinés des samouraïs. Quand il manie ses deux lames, en y prenant l’oreille, on peut entendre un bruit cinglant comme si l’on tranchait l’air ambiant.
Mais comme le roc se dressant sur la plaine, il garde un corps robuste, solide et fort. Ses muscles ne sont certes pas saillants, mais ils n’ont rien à envier aux guerriers du Nippon qui ne cessent d’émerveiller l’imagination des voyageurs du Vieux Monde.
Toutefois Ashino n’est pas un géant, loin de là. Il possédait donc une taille et une morphologie légèrement supérieure à la moyenne.
Il possède également une fine barbe et de jolies rouflaquettes poussant sur les côtés. En outre, son dos est parsemé d'un gigantesque tatouage : celui de l'oni, le démon banni. Cette marque est le symbole de son statut de déchu, mais c'est lui qui a quasiment voulu cette chute. Sur son bras droit, on peut apercevoir un autre tatouage représentant un dragon des mers, l'animal fétiche d'Hinzuo.
Il porte des bures faites de plusieurs couches tissus renforcés avec du cuir épais, conçu pour bloquer un poignardage, une attaque d’estoc un peu faiblarde ou une attaque de taille d’une lame tout en garantissant au porteur une excellente mobilité. Son pantalon est fait dans la même matière. Son kimono renforcé arborait un beau mélange de bleu foncé et de blanc : le bleu dessinant les contours de certains motifs et le blanc grisé maculant les bures. Il porte également de longue chaussettes épaisses avec une encoche entre le gros orteil et les quatre autres ainsi qu’au niveau du talon. Cette conception permettait au bretteur d’enfiler ses tongs en sabots en bois de bambous sans pour autant risquer de glisser dans celles-ci. Ces tongs là, il ne les portent ou ne s’en sert qu’à certaines occasions, en l’occurrence quand il décide d’humilier quelqu’un dans un combat en les enfilant ou en les lançant comme une fronde(car il est vrai que se prendre des tongs dans les gencives ou se faire tabasser par un type avec des tongs en sabot est un tantinet humiliant).
Le signe le plus distinctif qu’il possède est certainement son grand chapeau de paille. Il s’agit d’un takuhatsugasa, un kasa. Enfin un chapeau bien particulier porté par les gens normaux au nippon mais également par les samouraï tombés en disgrace (ou ne s’étant pas suicidé quand leur maître dut abdiquer face au camp adverse car on aurait eu besoin d’eux). Sur ce chapeau de paille, on peut y apercevoir différent motifs et lettres disposés en une ligne verticale allant de l’avant à l’arrière. Sur ces dernières peuvent être lu deux mots particuliers : « destruction », « lutte » et « vie ». En bref, il s’agissait d’un énorme cliché typique d’un manieur de sabre nipponien. Mais la plupart du temps, par soucis de confort, il préférait porter des bottes en cuir cloutés et laisser ses tongs en sabots en bois de bambou pendre sur son épaule, attachés ensemble par des lacets
Quand à son équipement, Hinsuo-Ashino Damaitzu possède deux sabres jumeaux : vipère et rapace. Ces sabres lui furent forgé à la demande de son père peu avant sa mort. Sur chacun de ces sabres on peut y percevoir des motifs gravés avec finesse et précision (c’est pas des lames qui se cassent au premier contact, c’est sûr !), témoignant de la dextérité du forgeron. En outre de ces deux lames, notre sabreur prit soin d’acheter quelques pièces d’équipements suplémentaires pour l’accompagner dans son errance. Il possède désormais des étoiles de lancés destinées à ….être lancées sur l’adversaire afin de le déstabiliser (ces projectiles étant petits et très rapides, on a très vite envie de se protéger). Pour parfaire cette panoplie, il possède également des bracelets en bronzes servant à bloquer (mais surtout) ou à dévier les attaques tout en renforçant sa puissance de frappe au corps à corps. Bien entendu, un bretteur déchu comme lui ne se balade jamais sans sa flasque de « Saké » ! Prenant soin de vider une partie de la boisson sur le sol (à la fois pour manquer de respect à l’adversaire et au plancher s’il y en a un mais également pour que l’alcool prenne l’air et évite de se fermenter). Il possède également la flute avec laquelle sa sœur cadette jouait quand il l’aidait à s’entraîner. En vérité, Hinzuo-Ashino ne sait pas en jouer, mais il voulait à la fois embêter sa sœur qui ne reverra jamais cette babiole et en plus manquer davantage de respect à un adversaire en lui balançant la flute dans les gencives après avoir misérablement tenté de jouer un air triomphant qui aura certainement agacé d’avantage l’éventuel adversaire.

Description psychologique :
Hinzuo Ashino Damaitzu est un phénomène. Il descend d’une noble lignée. Il s’agissait bien entendu de la lignée des Damaitzu, lignée qui parvint toujours à se distinguer des autres grands clans par son respect du code Bushido, son honneur et sa dignité. Toutefois, notre bretteur est à l’opposé complet des idéaux de son clan et est même en contradiction avec sa société d’ordre entière.
Il est effronté, insolent et a même tendance à être arrogant. Néanmoins, c’est quelqu’un qui transpire d’assurance et dont l’ouverture d’esprit aurait fait de lui un grand érudit s’il n’avait pas cette aversion pour l’art du combat. C’est quelqu’un de fourbe, de malin et d’espiègle, cherchant toujours le point faible d’un adversaire pour ensuite l’exploiter, que ce soit une ouverture dans sa garde ou une certaine sensibilité à certains mots. Il est donc provocateur et pique là où ça fait le plus mal. Il n’a que faire de ce que d’autres peuvent bien penser, car il a toujours rejeté ce que les membres de son clan ont bien pu lui enseigner en termes de vertu. Pour lui le respect se gagne, il ne s’hérite pas. Il n’hésite pas à dire son avis cinglant et à insulter les autres ou encore à placer un coup de genou « chartreux » à quelqu’un avant de le tabasser.
Fanfaron comme le singe, il apprécie lancer des bravades et railleries dans sa langue d’origine et dans les quelques notions de Cathayen qu’il connait. Il pense que cela lui apporte un certain ascendant (quand on trouve un moment pour balancer quelque chose qui claque alors qu’on risque de mourir, c’est vrai que ça peut en jeter).
Contrairement à ce qu’il peut laisser paraitre, Hinzuo-Ashino est très cultivé. Il n’est certes pas aussi spiritueux que ses compatriotes mais il cherche toujours plus de connaissances à intégrer dans ses techniques et son art martial. C’est pour cette raison qu’il a déçu nombre d’érudits de son clan quand il a annoncé vouloir prendre la voie de la maitrise des armes. Pour lui, une civilisation se démarque des autres par son art du combat. Cet art incorporant tout élément de cette société, il devient une culture du corps et de l’esprit (enfin l’esprit est moins là quand on s’amuse à castrer ses adversaires d’un coup de pied trop bien placer ou en lui tranchant un bras après lui avoir adressé un majeur proéminent).
En outre, Hinzuo-Ashino est quelqu’un aux idées modernes. Pour lui, la société nippone sera dépassée par d’autres nations comme l’Empire si elle ne change pas sa structure. Il faut mettre fin aux querelles de clan, revoir le système de rangs et de castes, retirer les privilèges des samouraïs (qui en abusent clairement), cesser l’isolationnisme et commencer à mettre en place des structures pour traquer les suppôts des puissances de la ruine trouvant refuge au pays du soleil levant. Mais s’il y a bien une chose qu’il méprise plus que tout, c’est l’honneur (ou plutôt dans son cas le respect des autres ou de leur dignité). Pour lui, dans cette époque de troubles, l’honneur n’apporte rien. Il force les individus à se plier à une norme et doivent partir du principe qu’autrui en fait autant. Malheureusement, l’honneur n’étant pas quelque chose de partagé par tous, il nous ouvre aux coups fourrés, restreint la personne et lui fait peser un fardeau. Ce sont surtout les duels « honorables » qui répugnent le plus le second aîné du clan Damaitzu. Entre deux combattants, ils se battent à la fois pour leur vie et leur clan. Ils respectent davantage cet « honneur » que leur propre vie ou leur famille. Ce qu’Hinzuo trouve parfaitement ridicule et irrespectueux pour eux-mêmes. Pour lui, qu’importe la façon dont un combat est remporté quand sa propre vie est en jeu, qu’importe le nom qu’on porte et d’où l’on vient : la vie est trop précieuse pour risquer de la perdre à cause de stupides règles.

Alignement : Chaotique-Neutre
Historique :
Son nom fut Hinzuo-Ashino Damaitzu, aujourd’hui le simple fait qu’il porte encore ce nom est un affront sans nom…

Dans le pays où le soleil se lève, dans une nation fascinant les voyageurs et voilée de mystères, un soir de tempête la vie avait trouvé réceptacle auprès d’un nouveau-né du clan Damaitzu. Il s’agissait du second aîné du clan. Le nom qui lui fut donné est Hinzuo, comme la tempête qui l’avait accompagné dans sa naissance. Malgré ces conditions terribles qui furent considérés comme étant de mauvaise augure par les prêtre du temple présent à la naissance de l’enfant, son père aimant plaça sa bénédiction sur son enfant. Le père n’était autre qu’Alonne-Ashino Damaitzu: un homme respecté part tous même ses ennemies. C’était un exilé qui avait trahi son honneur. Il quitta le Nippon pour gagner l’Empire du Vieux-Monde où il aidait un certain seigneur de Bretonnie à gagner en influence et pouvoir avant de retourner réclamer le statut de chef de clan dans son pays. Il était l’un des rônin les plus éminents de sa nation. Hinzuo, dès sa naissance semblait avoir un avenir prometteur qui l’attendait. Enfin il aurait été prometteur si un certain incident ne s’était pas produit…
Grâce aux relations que le clan entretenait, Hinzuo put apprendre nombre de choses auprès de plusieurs précepteurs, étant donné que chaque membre du clan se doit d’avoir une éducation parfaite. Ils venaient d’un peu partout : Cathay, Empire... Enfin ceux qui parvenait à attendre le Nippon. Mais Hinzuo-Ashino s’intéressait plus aux arts martiaux et à la philosophie développée à travers ces derniers. Quand il apprenait d’avantage de discipline, son imagination débordante, sa curiosité et son envie d’apprendre encore plus l’amenèrent à essayer d’inventer d’autres techniques. Toutefois, ses maitres d’armes n’étaient point du même avis, car selon eux la beauté de l’art du combat retransmis de génération en génération ne saurait être reproduite de la main d’un cadet. C’était arrogant, insolent et enfantin d’après eux. Mais le fougueux Hinzuo garda ceci pour lui. Il grandissait en étant le mouton noir du clan, méprisé par les amis proches, détestés par ses maitres-d’armes et partenaires d’entrainement. Mais Hinzuo développait sa technique à une vitesse fulgurante. Mélangeant art du sabre et art du combat sans armes, il était capable de faire preuve d’une vitesse ahurissante tout en calculant ses séries d’attaques. Il rivalisait déjà avec son frère aîné, la seule personne avec qui il s’entendait vraiment bien. Son grand frère faisant preuve d’une grande compassion et compréhension même pour son fougueux frère.

Toutefois, malgré cette enfance mouvementé, à l’approche de la naissance du dernier enfant de la nouvelle génération du clan Daimatzu, la mère d’Hinzuo mourut après la couche ; donnant naissance à la petite sœur d’Hinzuo. Le père, Alonne, redoubla de tendresse envers ses enfants malgré sa fonction militaire.
Après ce tragique évènement, Hinzuo dut faire face à un poids des responsabilités plus conséquent. Le beau temps de la fougue, de l’apprentissage et de l’espièglerie allait prendre fin. Il dut prendre part à ses premières batailles. C’est dans ces moments qu’il était heureux de ne pas avoir perdu de temps à apprendre à lire et à écrire (enfin il sait lire mais pas écrire, ce qui est bien bête) en consacrant chaque journée à un entrainement toujours plus intense. Les répétitions, la mémorisation corporelle et les coups fourrés (dont le coup de genou chatreux après un parfait blocage) dont il était le spécialiste permirent à Hinzuo de survivre nombre de bataille. Ses prouesses au combat l’auraient amené à un haut statut s’il n’était pas aussi pénible avec les autres.

Les conflits faisant de plus en plus rage et les morts grandissant chez tous les camps, les chefs des grands clans se mirent d’accord entre eux : chacun d’entre-eux affrontera en duel un autre chef de clan. Ils le jurèrent au nom du Bushido, qu’ils s’affronteraient chacun de manière honorable.
Et c’est là que l’incident survint.
Alonne dû faire face au chef du clan Batake, des progressistes qu’Hinzuo admirait, il aurait bien voulu être né dans ce clan. Avant l’issue du duel, le brave père donna son second prénom, celui d’Ashino, à son second fils. Ce nom était celui de son arrière-grand oncle Ashino qui était l’un des plus grands rônin à avoir récupérer son honneur. Une tempête avait ensuite placé le décors de la scène de l’affrontement entre les deux chefs de clan…
Alonne s’étant battu avec honneur, il tomba sous les coups du chef du clan Batake pourtant moins agile. Si Alonne s’était battu de toutes ses forces, il ne serait certainement pas mort, surtout que des rumeurs circulaient selon lesquelles Alonne avait été drogué avant le début du duel.
Et c’est de cette façon qu’Hinzuo commença à détester voire haïr sa propre nation et ses codes.
Ce fut l’oncle d’Hinzuo qui prit les rennes et empêcha le clan de trop sombrer face à cette défaite. Il était malgré tout paré à conserver les codes qui avaient forger le clan depuis de si longue générations.

La guerre se calma et laissait place à un semblant d’ère de prospérité. Car oui, si sur les grands champs de batailles on voyait multitudes de fleurs de lotus pousser (car cette fleur se développe à partir de la pourriture dit-on), les tensions entre les grands clans ne cessèrent.
On en vient à un autre conflit entre les Batakes et les Daimatzus. Toutefois, c’était Hinzuo qui s’était porté volontaire pour ce duel à la grande désapprobation de tous. Son frère se porta garant de lui et fit promettre à Hinzuo qu’il ne se battrait pas comme un charretier pour faire honneur au clan et à son défunt père.
Il devait affronté le second aîné du clan Batake, il avait des doutes quand au « fair-play » de son adversaire, mais il avait promit. Cela signifiait : pas d’insultes ni de gestes vulgaires, pas de coups bas, pas de techniques orthodoxes…
C’était comme si son corps et son esprit étaient lestés. Les deux participants allaient se rendre dans leur loges séparées (celle d’Hinzuo était vide, car il préférait rester seul et s’équiper seul) avant de commencer le duel. Ils échangèrent quelques familiarités avant de trinquer ensemble.
Une grossière erreur.
A peine le breuvage de Saké légèrement bu, Hinzuo le sentit. Il venait d’être drogué. Ce misérable chien avait certainement aussi empoisonné son père auparavent pour le compte du clan Batake. Mais avant même avoir pu prononcé la moindre insulte, son vis-à-vis le surrina en plein dans les côtes. Hinzuo sonné et poignardé ne put se défendre, son adversaire plaça alors un morceau de tissu afin de dissimuler la plaie en ajoutant « vu ta réputation, ils penseront que tu t’es saoulé. Je préfère du moins te finir devant eux… » avant de s’en aller s’équiper.

Perdu dans ses pensées, il ne parvint à s’équiper correctement, portant quelques bures renforcées enfilées à la vas-vite (c’était déjà un exploit qu’il parvenait à enfiler ces bures) et mettant à la place de ses bottes les tongs en sabot que son grand-père lui avait confectionné. Ramassant péniblement le sabre prévu pour le duel, il dut l’utiliser comme une canne pour avancer.
Là, devant son clan entier, il titubait et tentait tout son possible pour paraitre droit. Comme son adversaire s’y attendait, on pensa qu’il était saoul. Son frère dû cacher son visage légèrement rougissant de honte tandis que son oncle se sentait outré par la démarche du second aîné.
Il déambula face à son adversaire souriant sous son masque de samouraï : « même pas en tenue réglementaire ? Tu fais honte à ta famille et à ton père ! »
Hinzuo voulait jurer, mais le sang au fond de sa gorge laissa juste s’échapper un râle de douleur. Le duel avait aussitôt commencer et malgré son état il sut se défendre face aux assauts agressifs de son adversaire.
La seule fois de sa vie ou il voulait se montrer honorable et se montrer digne du nom de son père et le voilà agonisant comme un porc. Il maudissait cet arrogant enfoiré. Mais il se rendit compte qu’il était comme en train de s’affronter lui-même. Il parvint à murmurer silencieusement : « je vais faire pire que te tuer ».
Il semblerait que mélangée à l’adrénaline, la toxine dans son corps eut des effets…surprenant. Il parvint à surmonter sa douleur et la fatigue dus aux litres de sang manquants et redoubla d’effort pour contrer son adversaire habitué au sabre. Contre toute attente, il laissa son sabre tombé au sol et décida de se battre à mains nues. Dans le silence pesant, son adversaire se jeta sur lui en voulant porter un grand coup vertical, comme son adversaire était pratiquement mort et désarmé il n’avait aucune raison de d’hésiter à porter un coup aussi facile à contrer. Le pauvre fou !
En un éclair, comme la tempête du dieu des tempêtes Souzano, Hinzuo-Ashino attrapa la lame de son adversaire en joignant ses deux paumes ensemble. Il ne tint pas longtemps mais suffisamment pour frapper son adversaire en plein visage à l’aide du pommeau de l’arme. Sonné il tituba en arrière en lâchant un « Nani ? » confus, puis il repartit à l’assaut de plus belle.
Calme, le souffle court, Hinzuo-Ashino fit simplement un pas de côté juste avant de prendre le coup afin d’économiser ses dernières forces et asséna un coup de pied munit d’une tong en bois de bambou en plein dans le visage de son adveraire et enchaina ensuite sur une frappe près de la nuque en utilisant seulement son index et son majeur (le style de la vipère !). Il en profita pour se moquer de lui, en lui lançant qu’il n’était même pas capable de tuer quelqu’un qui était saoul et déjà mort. Fou de rage son adversaire se rua à nouveau, mais cette fois en voulant empaler notre ami en se servant de son sabre comme d’une lance. Visiblement, cet imbécile était un véritable tricheur et non un combattant, il méritait qu’on le châtie en l’humiliant. Hinzuo-Ashino était bien différent de son vis-à-vis car jamais il n’avait drogué qui que ce soit pour que l’issue lui soit favorable, il n’avait jamais tenté de tricher. Certes il se ne se battait pas convenablement, mais il ne trichait point.
Il déchaussa l’une de ses tongs et s’en servit pour dévier la lame en toute sécurité pour ensuite cogner son adversaire avec son front. Il était par terre, humilié et vaincu sous tout les plans, indigne de son clan tandis qu’Hinzuo se tenait devant lui comme le dragon des mers, le léviathan, se tient face au monde une fois immergé en dehors des mers.
Il s’écroula sur le sol.

A son réveil, il apprit qu’on l’avait soigné mais qu’il allait être banni du clan. Nul ne voulait savoir ce qui s’était produit avant le duel, tout le monde voulait qu’il parte. On lui annonça que dévoré par la honte et l’impuissance, son adversaire s’était suicidé par un Hara-Kiri et le clan Batake tombait en disgrace. Hinzuo devait partir et ne plus jamais porter le nom du clan. Toutefois, son frère avait compris ce qu’il s’était passé. Pour remercier son frère d’avoir vengé leur père il parvint à convaincre les dirigeants du clan à bannir Hinzuo pour qu’il emprunte la voie de l’Aramusha, le sans-honneur.
Alors il chipa ses deux sabres, s’enfuiya en essayant de piquer dans la caisse du clans quelques pièces d’or et vola la flûte de sa sœur juste pour l’embêter. Il partit afin de découvrir un peu plus le monde et parfaire son art du combat…à coups de sabre, de savate et de lancers de chaussures !


Compétences :
• COUPS PRECIS (1) (B)
• DESARMEMENT (B)
• BAGARRE (B)
• LUTTE (B)
• COUPS ASSOMANTS (B)
• AMBIDEXTRIE (A)

Bourse: 2.5 Couronnes d'or || Autres :
Inventaire:
"Vipère" (Katana)
"Rapace" (Katana)
Etoiles tranchantes (3)
Bracelet en bronze et bandage de combat
Kimono en tissu renforcé
Grand chapeau en paille
Bottes de cuir robuste
Pantalon en braies longue de tissus renforcés
Ceinture et étui à sabre
Sacoche et baluchon de voyage avec quelques provisions
Bouteille de "Saké!", fort alcool typique du Nippon (7 pa)

Autres:

Même si Hinzuo n'est pas aussi pieux que les prêtre de son pays, il respecte néanmoins les divinités de sa société. Etant né sous le signe des kamis de la tempête, il est aussi energique que l'éclair et aussi fougueux que l'eau de pluie s'infiltrant dans les canaux.
Toutefois, sa recherche de perfection de son art du combat l’amènera éventuellement à développer un certain goût pour le sang...
Les Kamis et esprits de la tempête : 20
Khorne : 0


Code pour fiche

Code : Tout sélectionner

<html><p style="text-align: center; font-family: verdana,geneva;  font-size: large; font-weight: bold; color: #6a94bd; text-decoration: underline;"></html>Informations générales sur le personnage :<html></p><center></html>

|< 50em >|
|  **Nom et Prénom:**  |  Hinzuo-Ashino Daimatzu   |  <html><img src="https://thumbs.gfycat.com/CheeryImperfectGyrfalcon-poster.jpg" /></html>  | 
|  **Age:**   |  25 ans    |  :::  |
|  **Sexe: **  |    Masculin   |  :::  | 
|  **Race: **  |   Humain   |  :::  | 
|  **Carrière: **  |  Voie du Maître d'Arme  |  :::  | 
|  **Lieu/ville de départ:**   |  Nippon  |   :::  |
|  **Fréquence de jeu:**   |  Au moins une fois par semaine  |   :::  |
|  **MJ:**   |  **à compléter**  |   :::  |


<html><br></html>
<html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/barre1.jpg" align="center" /></html>


^  Nom de la ligne  ^  FOR         ^  END           ^  HAB                            ^  CHAR                            ^  INT                            ^  INI                            ^  ATT                            ^  PAR                           ^  TIR                           ^  FOI                           ^  MAG                           ^  NA                           ^  PV                            ^
|  Profil de départ (+4 PC initiaux)  |  9   |  8     |  8                      |  8                      |  8                      |  8                      |  10                      |  9                      |  8                      |                        |                        |  1                      |  60/60                      | 
|  Profil actuel  |  9   |  8     |  8                      |  8                      |  8                      |  8                      |  10                      |  9                      |  8                      |                        |                        |  1                      |  60/60                      | 
|  Améliorations restantes à acquérir pour level up (déjà acquis/à acquérir)  |  A remplir par le MJ   |||||||||||||
<html><br></html>

| **XP disponible:**  |  0     | 
| **PC dépensés:**  |    4     | 

<html><br></center></html>

----
<html><br></html>
<html><img align="right" src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/barre2.jpg" style="padding-left:10px;padding-bottom:10px;" /></html>
<html><p style="text-align: center; font-family: verdana,geneva;  font-size: large; font-weight: bold; color: #6a94bd; text-decoration: underline;"></html>Description physique :<html></p></html>
 
Le corps d'Hinzuo Ashino Damaitzu est la parfaite incarnation de ce qu'un fier guerrier du fier clan Damaitzu se doit d'être: une taille respectable de 6 pieds de haut pour un poids honorable de 187 livres. Un visage légèrement cicatrisé, mais généreux et charmeur pour un homme aussi insolent. 
Hinzuo a toutefois un corps leste et relâché, libre comme le vent. Il est rapide, agile, adroit et espiègle ; bien à l’opposé des corps droits et disciplinés des samouraïs. Quand il manie ses deux lames, en y prenant l’oreille, on peut entendre un bruit cinglant comme si l’on tranchait l’air ambiant. 
Mais comme le roc se dressant sur la plaine, il garde un corps robuste, solide et fort. Ses muscles ne sont certes pas saillants, mais ils n’ont rien à envier aux guerriers du Nippon qui ne cessent d’émerveiller l’imagination des voyageurs du Vieux Monde. 
Toutefois Ashino n’est pas un géant, loin de là. Il possédait donc une taille et une morphologie légèrement supérieure à la moyenne. 
Il possède également une fine barbe et de jolies rouflaquettes poussant sur les côtés. En outre, son dos est parsemé d'un gigantesque tatouage : celui de l'oni, le démon banni. Cette marque est le symbole de son statut de déchu, mais c'est lui qui a quasiment voulu cette chute. Sur son bras droit, on peut apercevoir un autre tatouage représentant un dragon des mers, l'animal fétiche d'Hinzuo.
Il porte des bures faites de plusieurs couches tissus renforcés avec du cuir épais, conçu pour bloquer un poignardage, une attaque d’estoc un peu faiblarde ou une attaque de taille d’une lame tout en garantissant au porteur une excellente mobilité. Son pantalon est fait dans la même matière. Son kimono renforcé arborait un beau mélange de bleu foncé et de blanc : le bleu dessinant les contours de certains motifs et le blanc grisé maculant les bures. Il porte également de longue chaussettes épaisses avec une encoche entre le gros orteil et les quatre autres ainsi qu’au niveau du talon. Cette conception permettait au bretteur d’enfiler ses tongs en sabots en bois de bambous sans pour autant risquer de glisser dans celles-ci. Ces tongs là, il ne les portent ou ne s’en sert qu’à certaines occasions, en l’occurrence quand il décide d’humilier quelqu’un dans un combat  en les enfilant ou en les lançant comme une fronde(car il est vrai que se prendre des tongs dans les gencives ou se faire tabasser par un type avec des tongs en sabot est un tantinet humiliant).
Le signe le plus distinctif qu’il possède est certainement son grand chapeau de paille. Il s’agit d’un takuhatsugasa, un kasa. Enfin un chapeau bien particulier porté par les gens normaux au nippon mais également par les samouraï tombés en disgrace (ou ne s’étant pas suicidé quand leur maître dut abdiquer face au camp adverse car on aurait eu besoin d’eux). Sur ce chapeau de paille, on peut y apercevoir différent motifs et lettres disposés en une ligne verticale allant de l’avant à l’arrière. Sur ces dernières peuvent être lu deux mots particuliers : « destruction », « lutte » et « vie ». En bref, il s’agissait d’un énorme cliché typique d’un manieur de sabre nipponien. Mais la plupart du temps, par soucis de confort, il préférait porter des bottes en cuir cloutés et laisser ses tongs en sabots en bois de bambou pendre sur son épaule, attachés ensemble par des lacets
Quand à son équipement, Hinsuo-Ashino Damaitzu possède deux sabres jumeaux : vipère et rapace. Ces sabres lui furent forgé à la demande de son père peu avant sa mort. Sur chacun de ces sabres on peut y percevoir des motifs gravés avec finesse et précision (c’est pas des lames qui se cassent au premier contact, c’est sûr !), témoignant de la dextérité du forgeron. En outre de ces deux lames, notre sabreur prit soin d’acheter quelques pièces d’équipements suplémentaires pour l’accompagner dans son errance. Il possède désormais des étoiles de lancés destinées à ….être lancées sur l’adversaire afin de le déstabiliser (ces projectiles étant petits et très rapides, on a très vite envie de se protéger). Pour parfaire cette panoplie, il possède également des bracelets en bronzes servant à bloquer (mais surtout) ou à dévier  les attaques tout en renforçant sa puissance de frappe au corps à corps. Bien entendu, un bretteur déchu comme lui ne se balade jamais sans sa flasque de « Saké » ! Prenant soin de vider une partie de la boisson sur le sol (à la fois pour manquer de respect à l’adversaire et au plancher s’il y en a un mais également pour que l’alcool prenne l’air et évite de se fermenter). Il possède également la flute avec laquelle sa sœur cadette jouait quand il l’aidait à s’entraîner. En vérité, Hinzuo-Ashino ne sait pas en jouer, mais il voulait à la fois embêter sa sœur qui ne reverra jamais cette babiole et en plus manquer davantage de respect à un adversaire en lui balançant la flute dans les gencives après avoir misérablement tenté de jouer un air triomphant qui aura certainement agacé d’avantage l’éventuel adversaire.

 
 
<html><p style="text-align: center; font-family: verdana,geneva;  font-size: large; font-weight: bold; color: #6a94bd; text-decoration: underline;"></html>Description psychologique :<html></p></html>
 
Hinzuo Ashino Damaitzu est un phénomène. Il descend d’une noble lignée. Il s’agissait bien entendu de la lignée des Damaitzu, lignée qui parvint toujours à se distinguer des autres grands clans par son respect du code Bushido, son honneur et sa dignité. Toutefois, notre bretteur est à l’opposé complet des idéaux de son clan et est même en contradiction avec sa société d’ordre entière. 
Il est effronté, insolent et a même tendance à être arrogant. Néanmoins, c’est quelqu’un qui transpire d’assurance et dont l’ouverture d’esprit aurait fait de lui un grand érudit s’il n’avait pas cette aversion pour l’art du combat. C’est quelqu’un de fourbe, de malin et d’espiègle, cherchant toujours le point faible d’un adversaire pour ensuite l’exploiter, que ce soit une ouverture dans sa garde ou une certaine sensibilité à certains mots. Il est donc provocateur et pique là où ça fait le plus mal. Il n’a que faire de ce que d’autres peuvent bien penser, car il a toujours rejeté ce que les membres de son clan ont bien pu lui enseigner en termes de vertu. Pour lui le respect se gagne, il ne s’hérite pas. Il n’hésite pas à dire son avis cinglant et à insulter les autres ou encore à placer un coup de genou « chartreux » à quelqu’un avant de le tabasser.
Fanfaron comme le singe, il apprécie lancer des bravades et railleries dans sa langue d’origine et dans les quelques notions de Cathayen qu’il connait. Il pense que cela lui apporte un certain ascendant (quand on trouve un moment pour balancer quelque chose qui claque alors qu’on risque de mourir, c’est vrai que ça peut en jeter). 
Contrairement à ce qu’il peut laisser paraitre, Hinzuo-Ashino est très cultivé. Il n’est certes pas aussi spiritueux que ses compatriotes mais il cherche toujours plus de connaissances à intégrer dans ses techniques et son art martial. C’est pour cette raison qu’il a déçu nombre d’érudits de son clan quand il a annoncé vouloir prendre la voie de la maitrise des armes. Pour lui, une civilisation se démarque des autres par son art du combat. Cet art incorporant tout élément de cette société, il devient une culture du corps et de l’esprit (enfin l’esprit est moins là quand on s’amuse à castrer ses adversaires d’un coup de pied trop bien placer ou en lui tranchant un bras après lui avoir adressé un majeur proéminent).
En outre, Hinzuo-Ashino est quelqu’un aux idées modernes. Pour lui, la société nippone sera dépassée par d’autres nations comme l’Empire si elle ne change pas sa structure. Il faut mettre fin aux querelles de clan, revoir le système de rangs et de castes, retirer les privilèges des samouraïs (qui en abusent clairement), cesser l’isolationnisme et commencer à mettre en place des structures pour traquer les suppôts des puissances de la ruine trouvant refuge au pays du soleil levant. Mais s’il y a bien une chose qu’il méprise plus que tout, c’est l’honneur (ou plutôt dans son cas le respect des autres ou de leur dignité). Pour lui, dans cette époque de troubles, l’honneur n’apporte rien. Il force les individus à se plier à une norme et doivent partir du principe qu’autrui en fait autant. Malheureusement, l’honneur n’étant pas quelque chose de partagé par tous, il nous ouvre aux coups fourrés, restreint la personne et lui fait peser un fardeau. Ce sont surtout les duels « honorables » qui répugnent le plus le second aîné du clan Damaitzu. Entre deux combattants, ils se battent à la fois pour leur vie et leur clan. Ils respectent davantage cet « honneur » que leur propre vie ou leur famille. Ce qu’Hinzuo trouve parfaitement ridicule et irrespectueux pour eux-mêmes. Pour lui, qu’importe la façon dont un combat est remporté quand sa propre vie est en jeu, qu’importe le nom qu’on porte et d’où l’on vient : la vie est trop précieuse pour risquer de la perdre à cause de stupides règles.

 
__Alignement :__ Chaotique-Neutre
 
 
<html><p style="text-align: center; font-family: verdana,geneva;  font-size: large; font-weight: bold; color: #6a94bd; text-decoration: underline;"></html>Historique du personnage :<html></p></html>
 
Son nom fut Hinzuo-Ashino Damaitzu, aujourd’hui le simple fait qu’il porte encore ce nom est un affront sans nom…

Dans le pays où le soleil se lève, dans une nation fascinant les voyageurs et voilée de mystères, un soir de tempête la vie avait trouvé réceptacle auprès d’un nouveau-né du clan Damaitzu. Il s’agissait du second aîné du clan. Le nom qui lui fut donné est Hinzuo, comme la tempête qui l’avait accompagné dans sa naissance. Malgré ces conditions terribles qui furent considérés comme étant de mauvaise augure par les prêtre du temple présent à la naissance de l’enfant, son père aimant plaça sa bénédiction sur son enfant. Le père n’était autre qu’Alonne-Ashino Damaitzu: un homme respecté part tous même ses ennemies. C’était un exilé qui avait trahi son honneur. Il quitta le Nippon pour gagner l’Empire du Vieux-Monde où il aidait un certain seigneur de Bretonnie à gagner en influence et pouvoir avant de retourner réclamer le statut de chef de clan dans son pays. Il était l’un des rônin les plus éminents de sa nation. Hinzuo, dès sa naissance semblait avoir un avenir prometteur qui l’attendait. Enfin il aurait été prometteur si un certain incident ne s’était pas produit…
Grâce aux relations que le clan entretenait, Hinzuo put apprendre nombre de choses auprès de plusieurs précepteurs, étant donné que chaque membre du clan se doit d’avoir une éducation parfaite. Ils venaient d’un peu partout : Cathay, Empire... Enfin ceux qui parvenait à attendre le Nippon. Mais Hinzuo-Ashino s’intéressait plus aux arts martiaux et à la philosophie développée à travers ces derniers. Quand il apprenait d’avantage de discipline, son imagination débordante, sa curiosité et son envie d’apprendre encore plus l’amenèrent à essayer d’inventer d’autres techniques. Toutefois, ses maitres d’armes n’étaient point du même avis, car selon eux la beauté de l’art du combat retransmis de génération en génération ne saurait être reproduite de la main d’un cadet. C’était arrogant, insolent et enfantin d’après eux. Mais le fougueux Hinzuo garda ceci pour lui. Il grandissait en étant le mouton noir du clan, méprisé par les amis proches, détestés par ses maitres-d’armes et partenaires d’entrainement. Mais Hinzuo développait sa technique à une vitesse fulgurante. Mélangeant art du sabre et art du combat sans armes, il était capable de faire preuve d’une vitesse ahurissante tout en calculant ses séries d’attaques. Il rivalisait déjà avec son frère aîné, la seule personne avec qui il s’entendait vraiment bien. Son grand frère faisant preuve d’une grande compassion et compréhension même pour son fougueux frère.

Toutefois, malgré cette enfance mouvementé, à l’approche de la naissance du dernier enfant de la nouvelle génération du clan Daimatzu, la mère d’Hinzuo mourut après la couche ; donnant naissance à la petite sœur d’Hinzuo. Le père, Alonne, redoubla de tendresse envers ses enfants malgré sa fonction militaire. 
Après ce tragique évènement, Hinzuo dut faire face à un poids des responsabilités plus conséquent. Le beau temps de la fougue, de l’apprentissage et de l’espièglerie allait prendre fin. Il dut prendre part à ses premières batailles. C’est dans ces moments qu’il était heureux de ne pas avoir perdu de temps à apprendre à lire et à écrire (enfin il sait lire mais pas écrire, ce qui est bien bête) en consacrant chaque journée à un entrainement toujours plus intense. Les répétitions, la mémorisation corporelle et les coups fourrés (dont le coup de genou chatreux après un parfait blocage) dont il était le spécialiste permirent à Hinzuo de survivre nombre de bataille. Ses prouesses au combat l’auraient amené à un haut statut s’il n’était pas aussi pénible avec les autres. 

Les conflits faisant de plus en plus rage et les morts grandissant chez tous les camps,  les chefs des grands clans se mirent d’accord entre eux : chacun d’entre-eux affrontera en duel un autre chef de clan. Ils le jurèrent au nom du Bushido, qu’ils s’affronteraient chacun de manière honorable.
Et c’est là que l’incident survint.
Alonne dû faire face au chef du clan Batake, des progressistes qu’Hinzuo admirait, il aurait bien voulu être né dans ce clan. Avant l’issue du duel, le brave père donna son second prénom, celui d’Ashino, à son second fils. Ce nom était celui de son arrière-grand oncle Ashino qui était l’un des plus grands rônin à avoir récupérer son honneur. Une tempête avait ensuite placé le décors de la scène de l’affrontement entre les deux chefs de clan…
Alonne s’étant battu avec honneur, il tomba sous les coups du chef du clan Batake pourtant moins agile. Si Alonne s’était battu de toutes ses forces, il ne serait certainement pas mort, surtout que des rumeurs circulaient selon lesquelles Alonne avait été drogué avant le début du duel.
Et c’est de cette façon qu’Hinzuo commença à détester voire haïr sa propre nation et ses codes. 
Ce fut l’oncle d’Hinzuo qui prit les rennes et empêcha le clan de trop sombrer face à cette défaite. Il était malgré tout paré à conserver les codes qui avaient forger le clan depuis de si longue générations.

La guerre se calma et laissait place à un semblant d’ère de prospérité. Car oui, si sur les grands champs de batailles on voyait multitudes de fleurs de lotus pousser (car cette fleur se développe à partir de la pourriture dit-on), les tensions entre les grands clans ne cessèrent. 
On en vient à un autre conflit entre les Batakes et les Daimatzus. Toutefois, c’était Hinzuo qui s’était porté volontaire pour ce duel à la grande désapprobation de tous. Son frère se porta garant de lui et fit promettre à Hinzuo qu’il ne se battrait pas comme un charretier pour faire honneur au clan et à son défunt père.
Il devait affronté le second aîné du clan Batake, il avait des doutes quand au « fair-play » de son adversaire, mais il avait promit. Cela signifiait : pas d’insultes ni de gestes vulgaires, pas de coups bas, pas de techniques orthodoxes…
C’était comme si son corps et son esprit étaient lestés. Les deux participants allaient se rendre dans leur loges séparées (celle d’Hinzuo était vide, car il préférait rester seul et s’équiper seul) avant de commencer le duel. Ils échangèrent quelques familiarités avant de trinquer ensemble.
Une grossière erreur.
A peine le breuvage de Saké légèrement bu, Hinzuo le sentit. Il venait d’être drogué. Ce misérable chien avait certainement aussi empoisonné son père auparavent pour le compte du clan Batake. Mais avant même avoir pu prononcé la moindre insulte, son vis-à-vis le surrina en plein dans les côtes. Hinzuo sonné et poignardé ne put se défendre, son adversaire plaça alors un morceau de tissu afin de dissimuler la plaie en ajoutant « vu ta réputation, ils penseront que tu t’es saoulé. Je préfère du moins te finir devant eux… » avant de s’en aller s’équiper.

Perdu dans ses pensées, il ne parvint à s’équiper correctement, portant quelques bures renforcées enfilées à la vas-vite (c’était déjà un exploit qu’il parvenait à enfiler ces bures) et mettant à la place de ses bottes les tongs en sabot que son grand-père lui avait confectionné. Ramassant péniblement le sabre prévu pour le duel, il dut l’utiliser comme une canne pour avancer.
Là, devant son clan entier, il titubait et tentait tout son possible pour paraitre droit. Comme son adversaire s’y attendait, on pensa qu’il était saoul. Son frère dû cacher son visage légèrement rougissant de honte tandis que son oncle se sentait outré par la démarche du second aîné. 
Il déambula face à son adversaire souriant sous son masque de samouraï :  « même pas en tenue réglementaire ? Tu fais honte à ta famille et à ton père ! » 
Hinzuo voulait jurer, mais le sang au fond de sa gorge laissa juste s’échapper un râle de douleur. Le duel avait aussitôt commencer et malgré son état il sut se défendre face aux assauts agressifs de son adversaire.
La seule fois de sa vie ou il voulait se montrer honorable et se montrer digne du nom de son père et le voilà agonisant comme un porc. Il maudissait cet arrogant enfoiré. Mais il se rendit compte qu’il était comme en train de s’affronter lui-même. Il parvint à murmurer silencieusement :  « je vais faire pire que te tuer ». 
Il semblerait que mélangée à l’adrénaline, la toxine dans son corps eut des effets…surprenant. Il parvint à surmonter sa douleur et la fatigue dus aux litres de sang manquants et redoubla d’effort pour contrer son adversaire habitué au sabre. Contre toute attente, il laissa son sabre tombé au sol et décida de se battre à mains nues. Dans le silence pesant, son adversaire se jeta sur lui en voulant porter un grand coup vertical, comme son adversaire était pratiquement mort et désarmé il n’avait aucune raison de d’hésiter à porter un coup aussi facile à contrer. Le pauvre fou ! 
En un éclair, comme la tempête du dieu des tempêtes Souzano, Hinzuo-Ashino attrapa la lame de son adversaire en  joignant ses deux paumes ensemble. Il ne tint pas longtemps mais suffisamment pour frapper son adversaire en plein visage à l’aide du pommeau de l’arme. Sonné il tituba en arrière en lâchant un « Nani ? » confus, puis il repartit à l’assaut de plus belle. 
Calme, le souffle court, Hinzuo-Ashino fit simplement un pas de côté juste avant de prendre le coup afin d’économiser ses dernières forces et asséna un coup de pied munit d’une tong en bois de bambou en plein dans le visage de son adveraire et enchaina ensuite sur une frappe près de la nuque en utilisant seulement son index et son majeur (le style de la vipère !). Il en profita pour se moquer de lui, en lui lançant qu’il n’était même pas capable de tuer quelqu’un qui était saoul et déjà mort. Fou de rage son adversaire se rua à nouveau, mais cette fois en voulant empaler notre ami en se servant de son sabre comme d’une lance. Visiblement, cet imbécile était un véritable tricheur et non un combattant, il méritait qu’on le châtie en l’humiliant. Hinzuo-Ashino était bien différent de son vis-à-vis car jamais il n’avait drogué qui que ce soit pour que l’issue lui soit favorable, il n’avait jamais tenté de tricher. Certes il se ne se battait pas convenablement, mais il ne trichait point.
Il déchaussa l’une de ses tongs et s’en servit pour dévier la lame en toute sécurité pour ensuite cogner son adversaire avec son front. Il était par terre, humilié et vaincu sous tout les plans, indigne de son clan  tandis qu’Hinzuo se tenait devant lui comme le dragon des mers, le léviathan, se tient face au monde une fois immergé en dehors des mers. 
Il s’écroula sur le sol.

A son réveil, il apprit qu’on l’avait soigné mais qu’il allait être banni du clan. Nul ne voulait savoir ce qui s’était produit avant le duel, tout le monde voulait qu’il parte. On lui annonça que dévoré par la honte et l’impuissance, son adversaire s’était suicidé par un Hara-Kiri et le clan Batake tombait en disgrace. Hinzuo devait partir et ne plus jamais porter le nom du clan. Toutefois, son frère avait compris ce qu’il s’était passé. Pour remercier son frère d’avoir vengé leur père il parvint à convaincre les dirigeants du clan à bannir Hinzuo pour qu’il emprunte la voie de l’Aramusha, le sans-honneur. 
Alors il chipa ses deux sabres, s’enfuiya en essayant de piquer dans la caisse du clans quelques pièces d’or et vola la flûte de sa sœur juste pour l’embêter. Il partit afin de découvrir un peu plus le monde et parfaire son art du combat…à coups de sabre, de savate et de lancers de chaussures !

 
 
<html><br></html>
----
<html><br></html>
 
<html><img align="left" src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/barre4.jpg" style="padding-right:10px;" /></html>  <html><p style="text-align: center; font-family: verdana,geneva;  font-size: large; font-weight: bold; color: #6a94bd; text-decoration: underline;"></html>Compétences :<html></p></html>
		
• **COUPS PRECIS (1) (B)** : Votre personnage peut localiser avec précision la partie du corps qu'il désire frapper et se voit attribuer un bonus lors de son attaque précise. Le malus pour viser une partie précise du corps est diminué de 1 si on prend une fois cette compétence. Si on la paye une seconde fois, « coup précis » devient « coup précis (2) » et diminue le malus de 2. Si on la paye une troisième fois, « coup précis (2) » devient « coup précis (3) » et diminue le malus de 4. Dans tous les cas, cette compétence ne permet pas d’augmenter l’ATT du personnage au-delà de celle qu’il aurait été sans viser une partie particulière du corps.
		
• **DESARMEMENT (B)** : Votre personnage peut choisir de désarmer un adversaire plutôt que de lui porter un coup. Antérieurement à la résolution du round par le MJ, vous devez déclarer qu'il va tenter une manoeuvre de désarmement. Il ajoute alors un bonus de +1 à sa caractéristique d'ATT. Si l'attaque est réussie, son adversaire est alors désarmé, sinon rien ne se passe. Les armes arrachées des mains de l'ennemi, sont alors éjectées dans une direction aléatoire à 2D6 mètres. (Il est bien entendu que cette compétence ne peut être utilisée contre des créatures qui bénéficient d'attaques naturelles : morsures, attaques caudales et autres). 
		
• **BAGARRE (B)** : Votre personnage est expérimenté dans l'art de se battre sans arme conventionnelle en se servant de toutes les parties de son corps ainsi que des objets présents dans son environnement. Grâce à sa technique, on considère qu’il utilise une arme de profil « dégâts 1D10, points de parade 1D6 » lorsqu’il se bat sans armes. 
		
• **LUTTE (B)** : Votre personnage est rompu aux techniques de combat au corps au corps. Lorsqu’il se bat sans armes, au lieu de faire des dégâts, il peut choisir d’immobiliser son adversaire au sol pour la fin du round et le prochain round. (Il devra réussir un test de FOR comparé à chaque round pour réussir à le maintenir toujours immobilisé). Si le lutteur dispose de plusieurs actions offensives, il peut attaquer la personne immobilisée et donc tenter de lui infliger des dégâts normaux à mains nues sans pour autant le libérer de son immobilisation.
		
• **COUPS ASSOMANTS (B)** : Votre personnage a un bonus de + 1 en ATT lorsqu'il décide de seulement assommer un adversaire sans lui occasionner de blessures. 
		
• **AMBIDEXTRIE (A)** : Votre personnage peut utiliser ses deux mains avec la même habileté et dextérité et ceci sans subir de malus lors des tests. En ce sens, il ne subira aucun désavantage lorsqu'il, pour une raison ou une autre, combattra ou tentera une opération quelconque avec l'une ou l'autre de ses mains. De plus il ne subit pas le malus prévu pour la relance de parade ratée lors d'un combat avec deux armes. 
 
<html><br></html>
----
<html><br></html>

<html><center></html>
<html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/barre3.jpg" /></html>
<html><p style="font-family: verdana,geneva;  font-size: large; font-weight: bold; color: #6a94bd; text-decoration: underline;"></html>Inventaires et biens du personnage:<html></p></html>


|  **Bourse:**  |  2.5 Couronnes d'or  |

<html><br></html>

|< 50em >|
^  Inventaire                          ^^^^
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **"Vipère" (Katana)**    |  16+1d8 dégâts 	12 parade 	Rapide, Nippon/Cathay uniquement, ou doit être acquis sur place   |  Le sabre finnement ouvragé d'Hinzuo-Ashino, ne se sépare jamais de l'autre lame "Rapace"  |
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **"Rapace" (Katana)**    |  16+1d8 dégâts 	12 parade 	Rapide, Nippon/Cathay uniquement, ou doit être acquis sur place   |  Seconde lame du duo de vipère et de rapace, on dirait qu'un bruit cinglant survient quand ces lames fendent l'air  |
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Etoiles tranchantes (3)**    |  12+1d6 dégâts 	6 parade 	Peut être utilisé comme arme de jet.   |  Des étoiles tranchantes destinées à être lancées sur l'ennemi pour le déstabiliser (utilise le profil du Coutelas/dague/poignard, 4 pour le prix de 2 couronnes  |
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Bracelet en bronze et bandage de combat**    |  6+1d6 dégâts 	2 parade 	Assommante ; Malus de -1 TIR/ATT lorsque utilisée en conjonction avec une autre arme.   |  Un bracelet en bronze et des bandages permettant à Hinzuo de donner de sacrés patates ! (équipé en main gauche, utilise le profil du Gantelet clouté, un seul au prix d'une demi couronne)  |
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Kimono en tissu renforcé**    |  Tout sauf tête 	1 	-   |  Le kimono qu'Hinzuo porta lors de son duel, il est encore légèrement tâché de son propre sang (utilise le profil de la tenue en lin, obtenue pour 0,2 couronnes)  |
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Grand chapeau en paille**  |||
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Bottes de cuir robuste**  |||
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Pantalon en braies longue de tissus renforcés**  |||
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Ceinture et étui à sabre**  |||
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Sacoche et baluchon de voyage avec quelques provisions**  |||
|  <html><img src="https://warforum-jdr.com/images/imgfiches/icongeneriqueobjfiche.jpg" /></html>  |  **Bouteille de "Saké!", fort alcool typique du Nippon (7 pa)**  |||
<html><br></html>

|< 50em >|
^  Grimoire                          ^^
 
<html></center></html>
 
<html><br></html>
===== Parcours =====
 
===Quêtes accomplies===
 
Nom + lien + récompenses obtenues
 
=== Classes acquises ===
 
=== Carrière et classe en cours d'apprentissage===
 
**Carrière :** Voie du Maître d'Arme
<html><br></html>
**Classe actuelle :** Bretteur
 
=== Dévotion religieuse ===

^  Dieu      ^  Points de dévotions disponibles           ^  Points de dévotions dépensés         ^
|  **Les Kamis et esprits de la tempête**    |  20  |  0  |
|  **Khorne**    |  0  |  0  |
 
 
==== Autres ====
 

Même si Hinzuo n'est pas aussi pieux que les prêtre de son pays, il respecte néanmoins les divinités de sa société. Etant né sous le signe des kamis de la tempête, il est aussi energique que l'éclair et aussi fougueux que l'eau de pluie s'infiltrant dans les canaux. 
Toutefois, sa recherche de perfection de son art du combat l’amènera éventuellement à développer un certain goût pour le sang...
Hinzuo-Ashino Daimatzu, Voie du Maître d'Arme
Profil: For 9 | End 8 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | Foi | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: à demander au MJ

Image
V'nez, j'vais vous faire la peau. Mais d'abord je vais boire un coup puis vous montrer mon majeur afin que vous connaissiez mon état d'esprit ! Nioshou Ni Shobu !

La paume du dragon !
Image
Et maintenant, la bastonade du kami saoul !
Image
Comme l'eau, le sang coule et emporte les derniers restes que la vie lui laisse, restes se laissant emporter comme les derniers espoirs d'une vie de meilleure...
Image

Répondre

Retourner vers « [2] Votre personnage »