[Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Image
Mordheim est en ruines ! Le Vieux Monde se presse aux portes de la ville pour récupérer le magot, en ferez-vous partie ? Attention, premier arrivé, premier servi !

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 1058
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

[Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par [MJ] Le Djinn »

Avant tout une petite musique
Difficulté choisie : Moyenne ImageImage -> 9 (4 PJ + 3*1 + 2*1)réussites requises pour réussir le défi.

Rappel des règles : A chaque tour de jeu chacun d’entre vous doit utiliser une caractéristique qui sera testée lors de la résolution. Une réussite à la caractéristique et c’est un succès obtenu, un échec et c’est un échec obtenu. Vous ne pouvez tester qu’une seule fois chaque caractéristique. Vos jets de caractéristique sont influencés par vos compétences.
Vous pouvez également vous entraider, une seule fois par joueur pendant l’event. Dans ce cas-là choisissez une caractéristique que vous n’avez pas déjà utilisé et elle sera testée normalement sauf qu’une réussite octroiera +1 à l’allié de votre choix tandis qu’un échec n’entrainera aucune conséquence. Notez que la caractéristique utilisée lors de l’entraide ne pourra pas être utilisée par la suite, comme lors d’un test normal.
Les MJ se réservent le droit d’octroyer bonus ou malus selon l’inventivité, la qualité ou la pertinence des descriptions de vos actions.

Dernier jour de post : Jeudi 27 mai à 23h59. Aucun retard accepté
Il était des jours comme ceux-là où l'on aurait mieux fait de rester chez soi, la suite vous le dira.

Au cœur de Mordheim, à côté du Pont du Milieu, se dressait un palais, survivant des intempéries de son époque. Ses murs noirs et gris reflétaient les flammes qui naissaient en contrebas dans la cité. Des ruelles comme des avenues d'horribles cris jaillissaient, tantôt transportant la douleur d'un mourant, tantôt illustrant la fureur d'une créature que jamais l'imagination humaine n'aurait pu engendrer. Au pied du Palais du Comte Steinhardt quatre individus mal assortis, des mercenaires payés bien trop cher auxquels on avait confié une mission-suicide dans l'espoir que la route soit dégagée pour la prochaine expédition.

On trouvait en premier Galfric dit "Faiseur-de-Lois", un de ces hors-la-loi chassant d'autres hors-la-loi, mettant la justice dans son barda contre une somme d'argent. Mal indiqué, il avait rejoint Mordheim sous l’impulsion du graf de l’Averland, pour retrouver une femme venue rendre visite au Comte...
Erwan de la Rivière, un ménestrel bretonnien à la réputation sulfureuse au point de devoir traîner ses guêtres à la Cité des Damnés. Arrivé dans ce groupe un peu par hasard, guidé davantage par la faim et la peur que par l’esprit d’équipe.
Adémar Von Phumtar, un chevalier en devenir qui ne souhaitait rien d'autre que mettre sa lame au service de la Juste Cause. Envoyé dans la Cité des Ténèbres par punition, il n’aurait su dire si ses supérieurs auraient voulu le voir revenir victorieux ou perdu à jamais parmi les corps anonymes.
Et enfin Yan, un cathayen perdu là par on ne savait quel sortilège mais déterminé à récupérer un magot conséquent pour améliorer son domaine dans les Principautés Frontalières.
Un groupe hétéroclite donc, uni autant par l'appât du gain que par la volonté de bien faire. A Mordheim, malheureusement, la motivation bien attentionnée ne suffirait pas.

Et à présent ils sont devant les portes closes du château, qui les nargue de ses hauts créneaux et de ses tours arrogantes, partiellement démolies il est vrai par la comète. Des drapeaux brûlés flottent au vent, lâchant de temps à autre un bout de tissu carbonisé qui va s'écraser en bas, sur une tuile ou un pavé. C'est qu'ils avaient une mission à accomplir, ces lascars: pénétrer dans le palais du comte et y découvrir ce qui pouvait avoir de la valeur! Franchement, un petit trésor ou deux ça ne serait pas trop demandé, quand même!



Image



Le premier objectif: trouver un moyen de passer ces lourdes portes de bois et de métal! Des options? Il y en avait beaucoup du défonçage au bélier jusqu'à l'escalade, mais nos gaillards allaient devoir faire vite: les rues autour d'eux s'animeraient bientôt et s'ils étaient les premiers arrivés, ils ne seraient certainement pas les derniers! Qui savait si des criminels peu scrupuleux ne viendraient pas se saisir de leur tête avant de se saisir de leur butin?
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 14
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Yan Xishan »

Yan Xishan pestait intérieurement. Il était en terre étrangère, aux côtés d'étrangers, certains ne parlant même pas le reikspeil, ce langage bâtard employé par ces prétendus parangons de la civilisation humaine de ce côté du monde. Il devait verser son sang et laisser sa fierté se faire écraser pour plaire à ces barbares, sourire et hocher de la tête alors que le mépris qu'il avait pour cette engeance ne faisait que s'accroitre à mesure qu'il traversait les terres dites "impériales". La misère et l'injustice pullulaient sur cette terre. Le peuple était inculte et ingrat, superstitieux ; les nobles corrompus, arrogants et déshonorables ; et les magistrats étaient arbitraires, incultes et peu disposés à suivre la vertu.

Et il se devait malgré tout de courber l'échine auprès de ces gens là. D'accomplir leurs volontés. Pour de simples caillasses de métal. Mais métal ô combien nécessaire à l'élévation matérielle et spirituelle de ceux laissés derrière, à la maison, s'échinant à survivre avec leurs faibles moyens.

Ainsi s'était il retrouvé en compagnie d'un dilettante, d'un criminel patibulaire et d'un gamin dont il coulerait du lait du nez si on venait à le lui presser. Pas la pire des paires avec qui il avait eu à s'accorder, mais pas non plus la plus agréable. Chaque soir il avait à aller couper du bois pour le feu de camp. Chaque soir à récolter des herbes pour améliorer l'insipide ordinaire qui servait à sustenter le groupe... C'était insupportable, que cette incapacité chez ces gens à ne pas se rendre utile au quotidien.
Oui, c'étaient des baratineurs, des assassins, des tueurs professionnels... Mais ça ne faisait pas de l'ordinaire quelque chose d'agréable. Sa demeure lui manquait. Sa famille lui manquait. Le soleil chaud au milieu des rizières, entouré des criquets. La fraicheur de l'eau des étangs, gorgés de poissons d'élevage. L'ombre des oliviers. Le feuillage touffu des arbres sur les pentes des montagnes... Tout ceci lui manquait, alors qu'au milieu de cette terre infernale, où les forêts étaient sombres et hostiles, les rivières polluées et les poissons étranges. Puis la nourriture qui différait également...


Et le voilà dans cette cité maudite et abandonnée des dieux, que le regard du céleste dragon ne daignait même pas recouvrir de sa protection au point que celle ci soit livrée à des hordes de créatures difformes comme celles affrontées à divers moments sur leur chemin, mutées et agressives, dénuées d'intelligences, toute leur dignité réduite à néant par les maléfices qui animaient cette cité maudite.... Certainement, protégé par ses dieux et sa foi, il ne risquait rien, mais si ses compagnons de peut d'importance venaient à périr en ces lieux sombres, alors il serait responsable de la tenue de leur corps et le salut de leur âme, et serait par ailleurs bien embêté pour pouvoir effectuer des tours de garde à lui seul, ou bien ramener quoique ce soit d'importance à leurs employeurs.

Dans le pire des cas, se jura-t-il, il se promit de ramener avec lui leurs têtes. A défaut de livrer leurs corps aux flammes, il se promit de jeter à celles ci le récipient de leur âme.


Sur ces entrefaites théologiques et anthropologiques, le fils du dragon observa la demeure par laquelle ils s'étaient arrêtés. Ainsi, à vendre la force de ses bras et son sang, il allait devoir jeter sa dignité et pénétrer dans la demeure d'un autre sans son autorisation, brisant davantage de tabous et noircissant son âme d'un autre crime. Joie.

Tant qu'à faire les choses au complet, le cathayen effectua une prière à l'esprit sage, le sceptique qui avait guidé ses ancêtres pour les éloigner de l'influence maligne de Tsien Tsien, demandant à l'entité quelque signe ou songe de sa part pour l'infirmer dans ses craintes qu'il s'engageait là dans une voie néfaste aux intérêts de ceux qu'il protégeait, et se battait pour. Maintenant ou demain.
Puis, sortant de son paquetage sa hache de bucheron, outil si utile, presque autant que son sabre et sa lance, il entrepris de chercher un arbre. Il y avait plusieurs plants qui bordaient les murs de la propriété. Il en cherchait un qui soit assez long, dans le bon axe, et assez épais, pour pouvoir être abattu tant rapidement que s'écraser au sommet du mur de la résidence, et permettre aux intrus d'escalader le bois abattu pour pénétrer dans les lieux.

Jet d'INT pour trouver un arbre correspondant à ce que Yan Xishan cherche et l'abattre à la hache.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 39
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Erwan »

"- Par les dés de Ranald, il ferait plus guai dans un cimetière du Moussillon." Dit à mi-mots le barde.

Cela faisait quelques temps maintenant que le flamboyant barde se trouvait dans le soi-disant glorieux empire des Hommes. La seule chose glorieuse qu'il ait vu jusque-là était la prolifération de jeunes et belles filles. Ah, il avait aimé sa cavalcade à travers l'Empire, ne vivant que des quelques sous gagnés dans les tavernes et auberges pour ses offices de barde et de ménestrel, pour le lendemain matin devoir laisser une femme au cœur brisé, pendant que son mari, ou son père, ou son frère au choix, ne le poursuivis sur une certaine distance. Ainsi fut sa découverte de cette autre terre des hommes.

Il avait traversé les terres de l'Empire de son long, pour finalement atterrir à l'un de ces endroits le plus inhospitalier que l'on puisse trouver. Il n'avait même pas eu le temps de faire marche arrière ou de se diriger dans une autre direction qu'il avait été embringué de force dans cette équipée. La force de l'appât du gain, évidemment, mais aussi la force brute tout court. Ces hommes de l'Empire sont aussi brutaux que des chevaux mal dressés et il était certain d'avoir quelques ecchymoses sur le corps tellement il s'était fait bousculer par ces brutes épaisses.

Mais ainsi en a voulu sa déité. Il a été chanceux sur tellement de choses pendant sa traversée de l'Empire, il fallait bien que Ranald soit une fleur des pavés de temps à autre envers ses fidèles. Et ne pouvant flatter sa divinité, pas encore, il fait de sa mauvaise fortune bon cœur. Un chasseur de prime, un politicien des frontalières... Il espérait très fortement que le premier n'avait pas été engagé par un mari particulièrement rancunier, et estimait le deuxième comme étant aussi apprécié que lui ne l'était dans sa bonne Bretonnie. Et un chevalier... Impérial. A l'annonce qu'il allait faire équipe avec cette personne, Erwan s'était pratiquement roulé par terre de rire. Un impérial qui pense savoir ce qu'est la chevalerie, cette immense blague. Assurément, il gagnerait beaucoup d'argent sur le dos de ce soi-disant chevalier quand il rentrerait en Bretonnie, ne serait-ce que pour l'hilarité de la chose en elle-même.

Un peu d'argent, d'ailleurs, ce ne serait pas de refus en ces temps difficile. Les gens avaient été pingre ces derniers temps. Il avait donc rejoint cette équipe en étant persuadé d'en ramenait au moins de quoi rire en bonne compagnie de retour chez lui. Mais même sa chevelure flamboyante semblait perdre de ses couleurs dans cette cité maudite. Et les voilà devant le premier, et le pire des obstacles : Un portail fermé. N'étant clairement pas assez fort pour faire quoi que ce soit sur cette porte, et ne voulant pas déballer sa précieuse corde, il annonça aux autres :

"- Mes chers camarades, je vous laisse vous occuper de cet obstacle qui se dresse devant nous comme une mère se dresse face à un homme qui en veux à la vertu de sa fille. Bien que je sois expert dans ce domaine, cette ceinture de chasteté là, étant trop colossale pour mes pauvres mains, je laisse les vôtres s'en chargeais, tandis que mes yeux seront, quant à eux, rivés vers nos arrières. Car mes amis, je vous le dis, ce côté-là, d'une surprise, n'est jamais à l'abris." Chantonna presque le barde sans même prendre la peine de baisser de ton alors qu'il se tournait en direction des bâtisses en contrebas, plissant des paupières pour se concentrer.
jet de perception pour Erwan, basé sur l'INT, puisqu'on a l'air de tous partir la dessus pour notre premier lot de jet (et que je vois pas trop quelle autre stat pour la perception, à part l'endurance, mais je la réserve pour plus tard)
Modifié en dernier par Erwan le 27 mai 2021, 20:13, modifié 1 fois.
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.



Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Avatar du membre
Adémar
PJ
Messages : 15
Profil : FOR 9/ END 8 / HAB 8/ CHAR 8/ INT 8 / INI 8/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 8 / NA 1/ PV 60 (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_ademar_von_phumtar
Autres comptes : Albillius; PJ

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Adémar »

Dans le passé ! (c’est-à-dire pas maintenant)

Un violent éclair déchira le ciel nocturne. Soudain, un cavalier qui surgit hors de la nuit. Cours vers l’aventure au galop. Son nom, il le tient sur un bout de papier. Mais personne pour s’en soucier.

Sale temps. Décidément, L’Ostermark est le pot de chambre de l’Empire. Grommelait un jeune écuyer alors en route vers l’objectif de sa mission. La pluie battante le forçait à galoper pour espérer arriver rapidement au relais avant sa destination finale.

Une fois arrivé au relais, il confia son cheval au garçon d’écurie puis alla se reposer dans une chambre. Son ordre de mission lui permettait de se loger le temps qu’il arrive.
La nuit était somme toute agréable, c’était mieux que la belle étoile.
Le lendemain matin, il repartit à l’aube. Finalement, en fin d’après-midi, il aperçut enfin la ville des damnés.

Le spectacle qui s’offrait à lui était à la fois magnifique et terrible. Magnifique, car il pouvait admirer l’expression de la colère de Sigmar. Une cité dévastée par l’impact d’un météore. Terrible, car la vermine et la corruption continuaient à infester l’endroit malgré l’acte divin.
Il resta quelques instants à contempler les ruines devant lui.

Et dire que je suis ici à cause d’un pain…

Je ne comprends pas pourquoi on m’a envoyé ici. J’ai juste « récupéré un morceau de pain à la cuisine du camp avant d’aller à l’appel.
C’était trop long et ennuyeux et le pain commençait à refroidir. J’allais pas gâcher l’occasion de croquer un bout.

Je m’en souviens. Le craquement qui retentit et d’un coup un silence de plomb. J’avais juste donné un coup de crocs rien de plus.
Le sergent instructeur, c’est avancé, c’est campé devant moi et m’a toisé d’un air mauvais. J’ai juste pensé qu’il avait faim et je lui en proposer un bout.

Mouais maintenant que j’y repense, j’aurais dû lui proposer plus que 20% du pain alors que je lui avais proposé un partage équitable.

Vla qu’il se met en pétard et commence à m’invectiver. J’ai rien fait moi, j’avais juste faim.

Je me souviens, sa tête est devenue tellement rouge qu’il aurait pu rendre jaloux le pourpre de l’étendard du camp.

Il m’a fait subir un calvaire et le soir, j’ai été convoqué par le capitaine. Je venais d’être mandaté pour une mission très importante.

Tu parle, aller chercher des cailloux verts dans le tas de ruine le plus dangereux de l’Empire. La tête de la mission importante.
J’avais pas le choix et comme ça quand je reviendrais au camp chargé de trésors, on verra bien qui rira le dernier.


HA HA ! YAH MON BEAU !
Adémar donna un coup d’éperon à son cheval et pénétra dans la cité maudite.


Dans le présent !

Tous les alentours du château étaient inoccupés. Tous ? Non ! Un irréductible groupe d’aventurier résistait encore et toujours à la folie et la mort de l’endroit.


Décidément, cet endroit est lugubre remarque le jeune homme en conduisant sa monture sur les pavés insalubre. Il tourna la tête et observa le reste de son groupe.

Bon alors, je récapitule. Nous avons donc un mercenaire appelé Galfric faiseur de loi. Un titre un peu pompeux, mais qui a le mérite d’en imposer face à la piétaille. Ce type avait manifestement souffert des travers de la vie, mais il savait se montrer humain autour d’une bonne pinte. De plus, c’est un trésor insoupçonné de connaissances diverses et poussées, ce qui en faisait un très bon camarade pour discuter.

Il y avait un bretonnien. C’était surprenant, car j’ai toujours cru ces individus arriérés et superstitieux. Je ne pouvais leur ôter leur capacité à élever de formidables chevaux. Cependant cet enfant de Gille le Breton n’était pas un soldat ni un éleveur de chevaux et encore moins un paysan. Il était bien plus stupide, c’était un barde et roux de surcroît.
L’individu est néanmoins sympathique bien que sa manie, de vouloir trousser la gueuse à chaque occasion était dangereuse pour sa survie. Quand je lui ai fait cette remarque, il m’a répondu avec humour qu’il avait toujours sur lui 3 mètres de cordes pour qu’on puisse le pendre dans l’heure s’il se faisait prendre. Pour appuyer son propos, il a joué avec devant moi. Décidément l’humour des bretonniens est vraiment étrange.

Ce type a d’ailleurs éclater de rire en apprenant mon appartenance aux chevaliers de sa majesté l’Empereur. Ce rouquin à bien de la chance, j’ai besoin de lui pour mener à bien ma mission, mais s’il continue à m’insulter, sa corde risque de finir attaché à la selle de mon cheval avec lui au bout. Je vais le faire courir moi ! Vous allez voir ! Je l’emmènerais faire un tour en Ostland là-bas les gars seront ravis de lui apprendre l’humour impérial.

Le dernier de mes compagnons est celui qui m’intrigue et me fascine le plus. Il s’agit d’un homme à la peau mat, avec des yeux à moitié fermés en permanence. Son accoutrement est semblable à celui d’un gueux impérial moyen néanmoins, il s’en dégage une inspiration orientale. Enfin ce qui m’intrigue le plus c’est l’étrange arme qu’il porte. Une lame au tranchant unique avec une forme singulière. J’ai hâte de le voir s’en servir afin d’admirer les différences avec mon épée à une main et son style de combat.


Une fois arrivé devant l’imposant édifice l’écuyer hésitait sur la marche à suivre. Finalement, il décida d’aller porter main forte au mercenaire qui voulait visiblement faire des étincelles sur cette porte.
Quand il ouï la métaphore l’écuyer retint un soupir et resta impassible. Si le seul sujet du bretonnien était l’acte de reproduction, la mission allait être vraiment longue.
► Afficher le texte
Fiche wiki: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... on_phumtar


"Je ne connais pas d’outil de négociation plus efficace qu’une armée impériale sur le pied de guerre"

Avatar du membre
Galfric Lawmaker
PJ
Messages : 77
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Alsace/Baden-Würtemberg

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Galfric Lawmaker »

« Tu peux aller te gratter Galf’ » Rétorqua Albrecht.
« Allons, tu me connais, je on s’occupe de ça puis on va vers l’Ostland ! »
« Tu y iras seul, je ne m’approche pas de cette ville, bordel de niquedouille »
Les deux hommes se chamaillaient depuis pas d’heure. L’un au grand chapeau, l’autre avec sa mine renfrognée et patibulaire.
Il était visiblement question de savoir si l’on continuait l’affaire de l’enlèvement dans l’Averland ou non. Les deux mercenaires étaient parvenus à retracer l’enlèvement du fiston de la comptesse à un autre enlèvement. Cette fois-ci missionné par le présent compte électeur de l’Averland, ils devaient se mettre à la rechercher de cette personne dans la maudite ville de Mordheim.
Une mission suicide.
Ce qui ne faisait point peur à Galfric, aussi fou que tranquille.
Car seul les opportunistes et les fous foncent vers Mordheim.


« Allez, nos pistes nous pointent un manoir abandonnée, c’est plus facile qu’on n’le pense ! »
« Non et je redirai non. Sans moi. Mordheim j’ai entendu suffisamment d’histoires pour savoir que ça se finit mal là-bas. Vas-y si ça te chante. »
« Je vois que je n’arriverai pas à te faire changer d’avis. » le mercenaire fauché soupira.
« On se retrouve à Wurtbad, à la frontière nord entre le Stirland et le Talabecland, nord-est des collines de Schrügel comme prévu, d’accord ? »

Albrecht grogna à contrecœur.
« J’attendrai 3 semaines maximum. » dit-il en grommelant.

Il savait qu’il avait raison de protester. Mais…Galfric sentait qu’il devait classer cette affaire, car il avait fait l’erreur de prendre un serment personnel.
Il fallait la retrouver…

Lendemain de pluie, des cordes qu’il pleuvait. Les Bretonniens disent qu’il pleut « des chats et des chiens » quand le déluge est si torrentiel. Une drôle d’expression.
Vent frais, cheval ayant pris un peu froid, souffle frais : un matin de fin d’automne de l’Averland. Typique.
Sur son canasson, il vira direction Mordheim, sa mort promise.
Il savait qu’il courait vers sa perte, il savait qu’il y laissera sa peau.
Mais il fallait bien être fou afin de donner un sens à sa vie un jour. Ou bien peut-être que l’argent ne justifie pas toutes les folies ?
Tellement de paroles et peu de pensées concrètes. Il s’imaginait mal se pointer, inspecter le manoir puis repartir.
Quelle vie.

Quelques jours plus tard, il en perdit le compte, il arriva légèrement enrhumer dans la région, au fin fond de l’Ostermark. Il fit alors la connaissance d’un groupe hétéroclite des plus surprenant.
Oui, il ne pensait pas en croiser des comme ça.
Un cathayens, chose surprenante, on n’en voit pas beaucoup. Le seul que Galfric ait rencontré était un petit vieil accro à l’opium qui l’avait menacé avec un tromblon dysfonctionnel. L’engin n’avait même pas explosé à l’époque.
Celui-là était plus martial, plus discipliné. Il avait entendu les histoires des guerriers Cathayens, pragmatiques mais élégants.
En tout cas il avait une sublime lame, Galfric, avec sa hache et son fauchon, en était complètement jaloue.
Peut-être qu’il lui piquera l’épée si tout se passe mal.
En sa mémoire bien entendu.

L’autre était un chevalier.
Enfin, chevalier, plutôt un écuyer en fin de compte. Un de ces pauvres gamins que les parents doivent détester qu’ils préfèrent l’envoyer en Ostland se faire tuer par une fourche de brigand.
Pauvre gosse penserait-on.
Pourtant, il avait l’air plus débrouillard qu’il n’y paraît. Qui sait, peut-être qu’il sera même plus capable que le chasseur de prime au grand cœur ?

Puis vint… celui qui le surprenait le plus.
Pas un guerrier Nipponais, pas un ogre des montagnes, pas un Asrai de la mystique Athel Loren.
Non, il s’agissait d’une espèce bien plus rare et étrange.
Un putain d’barde.
Non sérieusement, qu’est-ce qu’il foutait ici ? Il dit chercher la gueuse, la seule gueuse qu’il va trouver c’est une vieille desséchée ! Sérieusement, comment peut-on venir ICI à Mordheim en pensant chanter et glorifier ses actions ?
Au moins il a une corde qu’il garde pour lui.
Bon sang de Véréna ! Il s’agit sans doute d’un de ces rares génies n’apparaissant qu’une seule fois par génération en Bretonnie. Ces grands innovateurs comme celui ayant inventé le fameux « think-thank ».
L’auto-pendaison.
Notre Wissenlendais mais Ostlandais dans le cœur, ne pouvait que reconnaître ce génie.

Ça promettait au moins d’être marrant.
Autant aller face à la mort, le sourire aux lèvres et oser dire à Morr : « au moins j’ai essayé ».

Encore fallait-il démolir cette porte.
Il vit alors les autres tenter d’échafauder un plan à l’improviste. En fumant sa cibiche de tabac qu’il avait chapardé à un Halfling (bonne source de tabac ces bon ptits gars), il les observait tranquillement en sifflotant un air qu’il avait récemment mémorisé quand il était dans l’ancienne région du Solland.
Il s’agissait justement de la complainte du Solland. Une chanson interdite.
Il se souvenait du vieux qui l'avait chanté. C'était à un moment de pur hasard durant l'affaire du conflit dans le Suddenland...


"Le soleil lui-même point ne brille
La lande s'est tue sous la lune
Dans les collines profondes et les villes
Frappa une bien terrible infortune

Du Reik aux Montagnes Noires
Mon pays est semé d'os fumants
Oubliées les antiques victoires
Dispersées les cendres dans le vent

Les ruines sont dévorées par les lierres
Au fond de l'âtre, le feu est froid
Seul je chante les vieilles pierres
Et la couronne d'un défunt roi

L'écho lointain d'une beauté fanée
Qui me rappelle à mon fier pays
Résonnera encore dans tes vallées
Faites que je l'entende, Solland chéri !

Le soleil lui-même point ne brille
La lande s'est tue sous la lune."

Pendant qu’il fredonnait, pipe en bouche, et que les autres se donnait du mal, il s’avança tranquillement vers la porte. Il sortit une feuille de papier pliée. Une de ces feuilles contenant la poudre qu’il utilise pour ses armes à feu. Il avait découvert se procéder durant ses études à Altdorf. Il enduisait le papier d’huile afin de préserver la poudre de l’humidité et éviter de risquer que celle-ci ne prenne l’eau. L’eau n’étant miscible à l’huile de la même façon que la vie ne se mêle de la mort, ce procédé permettait de conserver la précieuse poudre.
Ainsi, malgré cette pluie, le Wissenlandais sortit tranquillement le papier. Faisant preuve de la même délicatesse que l’on réserve à son aimée, il fit glisser la poudre vers la serrure. Il sortir ensuite une pierre à feu et un silex. Il prit alors le tabac qui lui restait (de toute façon ça n’était pas le sien), et l’inséra dans la serrure.
Il inspira une dernière fois dans sa pipe, humant le reste de la cibiche, puis d’un coup sec fit claquer le silex avec la pierre à feu. Il comptait utiliser le tabac comme combustible supplémentaire afin de faire éclater la poudre et faire sauter la serrure à l’aide d’une réaction en chaine.
Un truc d’alchimiste.
Parce qu’on ne fait pas que des potions.

► Afficher le texte
On est parti pour un long rodéo !
Galfric Lawmaker, Mercenaire (chasseur de prime)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 10 | Tir 10 | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... c_lawmaker
Tiens ? On l'entend au loin...
Bien des raisons nous amènent à chasser des têtes: répandre le peu de justice qui existe en ce bas-monde, pouvoir éventrer et casser des dents sans risques de représailles, ou l'argent?
Pour moi, ce n'est certainement pas la dernière.

Image
La chanson d'un étranger au grand coeur
► Afficher le texte
Tenue Ostland:
Image

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 1058
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par [MJ] Le Djinn »

Jet d'INT de Yan: 1, réussite.
Jet d'INT d'Erwan: 10, échec.
Jet d'aide en INT d'Adémar: 6, réussite.
Jet d'INT de Galfric: 7-1 = 6, réussite.

2 jets sur 9 requis ont été complétés. 1 échec a été obtenu, 4 restants avant la défaite.
Le plan de Yan paraissait fou : abattre un arbre et grimper dessus, quelle idée ? En temps normal la chose aurait paru impossible puisque toute possibilité d’escalader ou de faciliter l’ascension était systématiquement retirée des alentours des remparts du palais. Bien sûr, qui faciliterait la vie à un potentiel voleur ? Coup de chance pour cette fois : le Comte n’avait visiblement pas été assez malin, ou juste trop insouciant, pour couper les arbres bordant la forteresse résidentielle ! Un chêne de belle taille subit alors la hache du bourreau et le travail commença pour le faire choir.

Derrière Yan, occupé à observer les environs, Erwan veillait, quelque peu en vain, pour comprendre qui ou quoi pouvait arriver des rues adjacentes. La place en effet était trop calme et des flammes se rapprochaient au loin, leur lueur se réverbérant sur la pierre. Impossible de dire combien les futurs opposants étaient ou ce qu’ils étaient, tout simplement. Son tour de garde se trouva interrompu soudainement quand un projectile fila dans les airs pour le toucher au ventre. Ce n’était pas une flèche ou une balle, mais une espèce de bille verte molle d’une texture étrange, proche de la gélatine. La chose le percuta de plein fouet et il n’eut d’autre choix que de se laisser alors à un lourd grognement de douleur quand ses vêtements et ses chairs fondirent en un tas de de boue blanchâtre à l’odeur indéfinissable. La blessure n’était pas mortelle, mais mieux valait ne pas en prendre une autre.

Au même moment Galfric venait, avec l’aide d’Adémar qui lui fournit une aide pour le travail de force, de briser la serrure de la porte principale, pourtant solide et faite d’acier. Les deux battants grincèrent et une poussée suffit à les ouvrir sur une cour juste derrière les remparts.
Tout était froid, vide, sans vie. Tout paraissait avoir été posé là comme si les habitants du palais s’étaient évaporés en plein milieu de leurs tâches quotidiennes. A côté d‘un grand puits des seaux traînés, renversés ou debout, toujours plein d’eau. Un balai traînait, abandonné, en plein milieu du lieu, sur les pavés. Des cadavres de chevaux putréfiés attendaient encore dans les écuries des palefreniers qui ne reviendraient jamais.

De leur côté Yan et Erwan montèrent sur l’arbre pour atteindre le rempart. Ils virent Galfric et Adémar en contrebas avant de se concentrer sur les nids de garde et les tourelles qui ornaient les murs. De la même façon que pour la cour d’entrée, tout paraissait à la fois vivant et vide. Des bols remplie de soupe faisandée étaient encore posés sur les tables, des armes et des armures étaient présentes sur les râteliers aussi bien que sur le sol.
Un son délirant attira leur attention.

De l’autre côté de la place du palais, dans les rues, une cohorte de monstres ignobles avançait. Verdâtres, plein de pus et de plaies purulentes, de longues langues hérissées de pointes et bavant un liquide vert. Ils étaient nombreux, ils étaient en arme et ils étaient inhumains. Tous semblaient rire, joyeux à l’idée de pouvoir pénétrer le palais du comte sans difficulté maintenant que des idiots leur avaient ouverts la voie !
Qu’est-ce que chacun des membres de l’équipe allait choisir ? Le combat et la défense au risque de devoir tenir un siège, ou jouer la rapidité et récupérer l’objet de leur mission avant de s’enfuir ?
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 14
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Yan Xishan »

Attaquant l'arbre à coups de hache, le descendant du dragon calcula parfaitement son coup, faisant chuter le massif chêne pile dans le bon axe. Ni perpendiculaire, ni complètement sur le côté, et le haut de l'arbre tombant pile sur le coin du mur, pour faire une longue et accessible passerelle au mur qui ceignait la propriété. Ainsi ayant accès au lieu où se trouvaient les objectifs de leur mission, Yan Xishan se retourna vers ses compagnons... Pour être surpris par une violente explosion au niveau des portes du manoir !

Sorcellerie !? Qu'était ce ? Le courroux des dieux pour s'être aventurés en ces sombres lieux dépourvus de tout équilibre dans les éléments de la nature ? Non. Juste de la poudre que l'on faisait exploser. Différente par sa qualité de la substance vaguement explosive dont on se servait pour fêter le nouvel an, il restait encore surpris par son usage dans l'emploi des armes et de la violence. Les arquebuses, canons et pistolets, toutes ces armes dangereuses crachant des flammes lui étaient encore peu familières, malgré sa pérégrination au sein de l' "Empire".

A moitié en colère vis à vis du raffut provoqué par ses "camarades", qui ne manquerait pas de rameuter la moitié du quartier, au mieux, le guerrier se retourna vers le ménestrel qui papillonnait au gré de ses envies afin de lui faire signe de se concentrer sur la mission... Pour l'observer se faire plaquer au sol par quelque projectile, lancé depuis... Oh. Génial. Ce bouffon était au sol, touché en plein ventre par un trait tiré par quelques monstruosités comme cette ville en ruine, cette miséreuse et misérable incarnation de la dégénérescence qui gangrenait cette terre n'ayant pour sa défense d'être infestée de centaines de seigneurs de guerres et despotes infâmes pour au contraire être unie sous une même couronne et malgré tout si pathétique.
Rangeant sa hache de bucheron, le fils du dragon, sa rondache d'une main pour se prémunir même légèrement de ce qui pourrait lui être envoyé à son tour, força l'occidental à se relever, le traînant presque vers le chêne abattu, pour ensuite le pousser brutalement vers celui ci et le forcer à le grimper, tandis qu'il fermait lentement la marche, bouclier en avant pour toujours se protéger de ce qui pourrait lui être envoyé.

Enfin arrivés au rempart, Yan Xishan apostropha le poids mort du groupe afin de lui donner l'occasion de se révéler utile. Eh, sors donc ta corde et attaches là au bout du chêne. A mon signal, tu tires et fait glisser l'arbre pour le faire tomber le long du rempart. Capiche dilettante ?


Sans attendre de réponse de sa part, il s'adressa alors aux compagnons en bas. Eh, gamin, refermes donc cette porte et tiens là aussi longtemps que possible, pendant que Galfric trouve un truc dans la court pour la bloquer !


Se relevant pour fixer au loin les horreurs qui émergeaient des ruines alentours pour converger en direction du manoir où ils avaient établis résidence temporaire, l'oriental entreprit de se lancer dans quelque effort diplomatique à destination de cette sombre engeance qui menaçait de leur donner l'hallali d'ici peu. Qu'ils défoncent la porte du manoir, faiblement tenue par le gamin en bas, et c'en serait fini. Il devait gagner du temps, ou détourner leur attention de cette béante entrée qui n'attendait qu'à être submergée.


Eh ! Vous ! Là ! Les monstruosités ! Les horreurs ! L'engeance des ténèbres ! Mutants maudits et méchants ! Les sombres créatures frappées des malédictions des dieux ! Oui, c'est à vous que je parle, saloperies décrépies que vous êtes ! Et toi, en particulier, avec ce machin sur la tête, dit il en s'adressant au chef de la bande, qui semblait porter sur la tête quelque sorte de couronne. Est ce que cette chose sur ta tête est ce qui fait lieu de chapeau ? lui lança-t-il pour l'insulter, faisant exprès de confondre ce qui devait être un trophée ou signe de "noblesse" aux yeux de ses semblables pour le provoquer davantage, le tout avec le ton le plus moqueur qu'il puisse exprimer. Par chez moi, "mutant" est un mot synonyme d'excréments. Et c'est tout ce que vous êtes, aussi nombreux et hargneux que vous croyez être. Alors venez vous empaler sur nos lances, car lorsque viendra l'heure pour le barde, dit il en désignant Erwan, de réaliser une geste sur nos aventures, il pensera à vous avec ce mélange de pitié et de dégoût que l'on appelle "compassion".

Et de terminer avec un dernière pique à l'adresse des créatures, en tout particulier leur dirigeant ou celui qui semblait jouer ce rôle parmi cette horde, cette foule monstrueuse.

Ta mère était un hamster et ton père puait le sureau !

Voilà. C'était dit. Désormais, si ces créatures ne répondaient pas à ce torrent d'insultes et de provocations, alors il serait évident pour toute la création que ces machins étaient définitivement dépourvus d'amour propre.
Jet de CHAR de ma part pour attirer l'attention des créatures sur moi et non pas la porte grande ouverte.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 39
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Erwan »

"- Alors, qu'est-ce qu'on a sur la droite ? Hummmmm..... Rien, juste un peu de feu."

"- A droite, tout va bien." Assuré la ménestrel d'une voix assez portante et claire, assurément ses compagnons de fortune à venir l'avez entendu, ainsi que quelques personnes douées d'oreilles aux alentours.

"- A gauche maintenant..."
"- Hey, tu te souviens de la fois avec cette magnifique blonde ? Au coucher du soleil, dans la grange de ses parents."


Le visage du ménestrel se gratifia d'un sourire assuré et coquin à ce souvenir que son esprit aimé lui rappeler. Il n'avait suffit d'un rien, une petite chansonnette, une brise bienvenue et ce qui manque à ce monde : De l'imagination et de la gentillesse. Le ménestrel ricana et secoua légèrement la tête.

"- A gauche, tout va bien, chers camarades de fortunes à venir."

"- Le milieu maintena"

"-AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!" Hurla le ménestrel si fort que très certainement la ville, dans son silence irréel, s'était totalement réveillée. "- Je suis touché ! Je suis grièvement blessé !! A moi !! A l'aide !!!"

S'égosilla le ménestrel en rampant au sol tandis que son vil assaillant le regardait d'un air joyeusement mauvais. A la vue de cet être si infâme, à la tête si horrible et à l'allure repoussante, Erwan fit l'une des choses qu'il savait faire de mieux : Trouver une planque.
Jet de planquage sur un jet d'Initiative, peu importe le couvert, quitte à prendre un allié comme bouclier humain
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.



Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Avatar du membre
Galfric Lawmaker
PJ
Messages : 77
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Alsace/Baden-Würtemberg

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Galfric Lawmaker »

Le bon vieux coup « d’la camomile », comme disait Ohrik, avait bien fonctionné. Avec l’aide de l’écuyer notre duo parvint à faire sauter la robuste mais archaïque serrure.
Ça éclatait puis ça tirait avec le cheval et finalement ça s’ouvrait….

Une porte vers l’enfer.

Temps se fige. Un éclair de réflexion : plusieurs cibles, trops nombreuses, contenir, chercher un obstacles temporaire.
Il observa les alentours. Planches rouilées, pilier souteneur n’attendant que de tomber et vielle poutre.
La structure aussi décédée que l’air ambiant semblait ne tenir qu’à l’équilibre. Les ennemis sont trop nombreux. L’écuyer veut tenter de leur barrer la route ; brave petit. Le cathayen est en train d’essayer d’attirer leur attention vers la sortie, malin. Le barde resté en arrière veut tenter de faire chuter des machins sur eux une fois la porte bloquée, bien pensé pour un Bretonnien. Un problème : il fallait à la fois bloquer la porte mais également fragiliser la structure afin de piéger les créatures voire les abattre ne faisant chuter le tout. Du moins c’était ce qu’il avait déduit des beuglements du Cathayens, pas facile de tout bien saisir avec son accent incompréhensible.

Réfléchir, observer et vite…
C’est le moment de briller…

Il entendit un cris. Soucieux de ses alliés temporaires, car à plusieurs on a toujours plus de chances de s’en sortir, il jeta un œil en arrière pour ne plus trouver le barde, il avait disparu.
Merde…

Se reconcentrant sur sa tâche principal, en même temps de trancher quelques membres dépassant le mur qu’était devenu l’écuyer, il cherchait une armoire, un banc, quelque chose pouvant être tombé afin de bloquer le passage.

► Afficher le texte
Galfric Lawmaker, Mercenaire (chasseur de prime)
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 9 | Ini 9 | Att 9 | Par 10 | Tir 10 | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... c_lawmaker
Tiens ? On l'entend au loin...
Bien des raisons nous amènent à chasser des têtes: répandre le peu de justice qui existe en ce bas-monde, pouvoir éventrer et casser des dents sans risques de représailles, ou l'argent?
Pour moi, ce n'est certainement pas la dernière.

Image
La chanson d'un étranger au grand coeur
► Afficher le texte
Tenue Ostland:
Image

Avatar du membre
Adémar
PJ
Messages : 15
Profil : FOR 9/ END 8 / HAB 8/ CHAR 8/ INT 8 / INI 8/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 8 / NA 1/ PV 60 (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_ademar_von_phumtar
Autres comptes : Albillius; PJ

Re: [Les Globes-botteurs] Le Château déchu

Message par Adémar »

► Afficher le texte
Il n’y a pas à dire mais ce mercenaire connait son boulot. D’une main experte il a réussit à extraire juste assez de poudre pour faire sauter la serrure sans endommager le bois. Il a juste eut besoin de moi pour insérer suffisamment profondément la charge.

Par contre il ne m’a pas prévenus sur le sifflement strident que je doit subir a présent.
Je ne me suis pas assez éloigner d’après lui. Foutaises que cela, j’étais à ma place, à coté de mon cheval pour qu’il ne s’échappe pas.
La détonation l’a effrayé et je ne peut me permettre de rentrer à pied au camp.


Alors qu’il explore l’intérieur de la cour et frémit devant le spectacle des carcasses chevalines, quelqu’un commence à crier. Adémar sort précipitamment et voit le rouquin au sol et qui visiblement, souffre.

Il tourne la tête et voit l’oriental commencer à lui lancer des ordres dans un impérial tout à fait correct bien qu’il possède un accent assez chantant.

Mais pourquoi il veut que je ferme cette porte ? Il n’y a rien à… (il tourne la tête vers les ruelles et ses mots meurent dans sa bouche). Par Sigmar, elles sont beaucoup trop nombreuses !
En un éclair il remet sur pied le barde, lui dit de faire ce que veut Xishan. Puis l’écuyer fait un signe à ce dernier pour lui faire comprendre qu’il va suivre son plan. Une fois ceci fait il rentre dans la cour et referme les portes en bois massif.

Il dégaine son arme et utilise le fourreau vide comme étai pour verrouiller la porte. Adémar se campe devant les battants armes au poings et préviens le mercenaire de l’urgence de la situation et qu’il doit immédiatement trouver de quoi bloquer cette porte sinon ils iraient ensemble dans les jardins de Morr cette nuit.
► Afficher le texte
Fiche wiki: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... on_phumtar


"Je ne connais pas d’outil de négociation plus efficace qu’une armée impériale sur le pied de guerre"

Répondre

Retourner vers « [Event 2021] Mordheim 2529 »