[Tîrael] Valeureux en devenir

Image
L’île d’Ulthuan est la demeure des Hauts Elfes. Le continent insulaire des elfes est situé dans le Grand Océan de l’Ouest, entre le Vieux Monde et le Nouveau Monde. C’est un anneau de terres, entouré d’archipels dispersés. Durant la guerre civile entre les Hauts Elfes et les Elfes noirs, plus connue sous le nom de Déchirure, Ulthuan perdit une grande partie de ses terres nordiques.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Bugman
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 381
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Hagin Duraksson, Gormil Thorakfind et Ilahîn Alysante Esdalân

[Tîrael] Valeureux en devenir

Message par [MJ] Bugman »

Image
Ulthuan, l’île continent, le plus grand cadeau que firent les dragons aux elfes si la légende est à croire. Une union brisée par la Déchirure et par l’endormissement des géants de jadis, trahie par le Parjure et le vol d'œufs de dragon. Et au sud de cette île, leur royaume, nommé par ses héros, renommé par son arrogance, celle de ne jamais baisser la tête, celle d’être les plus proches des premiers habitants du monde. Et l’arrogance de penser qu’il est aisé de se faire une place en ce monde.

Arrogance qui ne touchait bien sûr que les autres caledoriens. Tîrael, lui, était un noble en quête, quête pour se prouver tant à lui-même qu’aux autres. Et son début d’errance l’avait mené dans un petit village, guère plus qu’un hameau, à la bordure avec le royaume de Lothern, mais pourtant plus actif que ceux traversés jusque-là, l’avantage d’être à la transition et de voir bien des voyageurs. Et des voyageurs, il en passait constamment, ici un groupe de marchands escortés de quelques lanciers, là une troupe portant la livrée d’un seigneur local et même un barde chantant la gloire des fiers marins s’en allant à la conquête d’anciennes ruines.

Toujours est-il qu'il restait à Tîrael assez de ressources pour voyager encore un peu et son destrier était encore fringuant si il fallait continuer à avancer. La plaine encaissée s'étendait sur le flanc du petit village où les quelques bâtisses se serraient les unes aux autres, tournées vers le ruisseau qui glougloutait paisiblement, semblant venir d'une épaisse forêt adossée à flanc de montagne, à une demi-lieue de là. Dans le ciel, le soleil amorçait à peine son lent déclin...

Il allait pourtant falloir prendre une décision, suivre le flot de rumeurs dans une direction ou une autre, continuer sa route jusqu’au siège du Roi-Phénix, et si il allait jusqu’à la Capitale, qu’y ferait-il? S’approcher des cours, prendre un navire vers les royaumes extérieurs, ou bien remonter la mer intérieure vers les royaumes les plus sûrs? À moins tout simplement qu’il ne tente sa chance loin, bien loin des terres elfiques.
On commence tout doucement par un choix de direction, en plus des possibilités données dans le second paragraphe, il y a les choix plus libres à la suite ou en mp si tu veux en discuter (d'ailleurs n'hésite pas, que ce soit sur le forum ou sur discord si tu as la moindre question ou volonté par rapport à ce tout petit post introductif ^^

Avatar du membre
Tîrael
PJ
Messages : 4

Re: [Tîrael] Valeureux en devenir

Message par Tîrael »

Partir à l'aventure : c'est un rêve qui hante bien de jeunes gens de par le vaste monde. Que ce soit par curiosité, avidité, soif de connaissance ou encore pour la gloire comme c'était le cas de Tîrael, autant de raisons différentes de voyager sur les routes. Mais si on ne contait que les événements marquants de ces voyages, de la découverte d'un trésor au duel avec les pires créatures du monde connu, leur véritable point commun était la monotonie du chemin parcouru entre le moment du départ et la rencontre de son destin. Cela faisait maintenant plusieurs jours que le noble caledorien avait quitté sa puissante forteresse et qu'il cheminait des routes désertes à l'exception de quelques petites communautés éparses. Il se réveillait, chevauchait, mangeait avant de se reposer et de recommencer le lendemain. Cependant, sa volonté était toujours aussi forte et pas une seule fois il ne regarda en arrière le chemin du retour.

Ce jour pourtant, son fidèle coursier le mena vers les premiers semblant de civilisation elfique. Tîrael décida de s'y rendre pour faire une première halte dans sa journée et pourquoi pas prendre des renseignements utiles sur la route à suivre. Jusqu'ici, il avait voyagé vers l'est en direction de la capitale car cela lui semblait la meilleure option. La ville de Lothern était florissante et un carrefour stratégique où il s'imaginait pouvoir trouver sans trop de peine une activité digne d'intérêt. Mais avant cela il avait cette première étape à faire au sein de cette paisible communauté. Tîrael n'était pas pressé de rentrer directement au sein du village pour y rencontrer du monde alors qu'il s'était laissé aller à apprécier sa relative solitude durant ces quelques jours.

C'est pourquoi il s'arrêta aux abords du village afin d'observer un peu l'activité et se dégourdir les jambes. Il mena sa monture en la guidant par les rênes jusqu'au bord du fleuve pour qu'elle puisse se désaltérer. Et lui aussi par la même occasion. Il s'agenouilla au bord du ruisseau puis plongea ses mains dans l'eau claire et fraîche afin de s'en asperger le visage et en avaler quelques gorgées. Profitant d'un moment de calme, Tîrael fouilla dans l'un des sacs qui était fixé à la selle de son coursier pour en retirer une brosse puis s'activa à dépoussiérer la robe grise d'Arodhel qui semblait apprécier et qui laissait faire son cavalier en broutant l'herbe fraîche et humide qui bordait le cours d'eau. Comme il le faisait régulièrement dans la journée, le jeune noble leva les yeux vers le ciel pour constater que le soleil entamait à peine sa descente. Il y avait encore plusieurs heures avant de La revoir ce soir, et Tîrael devait mettre ce temps à profit pour décider de la direction à suivre.

Il pénétra enfin à l'intérieur du petit village en marchant aux côtés d'Arodhel qui adoptait naturellement le port droit et altier de son compagnon de route. Arrivé à ce qui ressemblait à une sorte de petite place de village, il fut interpellé par la présence d'un barde qui chantait devant quelques spectateurs attentifs. Tîrael s'arrêta pour écouter et bien vite, comme il était courant avec lui, il se laissa aller à ses rêveries, bercé par la douce voix de l'artiste. Il se voyait, fendant les mers à la poupe de son vaisseau, acclamé par ces valeureux marins qui suivaient leur Capitaine à la reconquête des anciennes colonies perdues. Le feu qui brûlait dans ses veines se raviva soudain et un désir ardent de se rendre à la capitale pour appareiller vers les anciens domaines s'empara de lui. Mais une petite voix qu'il était le seul à enttendre le mit en garde : « dégarnir les forces vives d'Ulthuan pour se battre au loin, alors que les dangers guettent notre Patrie, est une folie qui a déjà été tentée. J'ai mieux écouté les cours de Mère que toi. » Lentement, la main droite de Tîrael se glissa sous son armure de cuir pour venir trouver une poche cousue à sa chemise. Là, invisible aux yeux de tous, se trouvait une petite forme qui rappelait celle d'un coursier elfique au galop.

« Tu as raison pour cette fois, chuchota-t-il sans faire attention. Notre quête n'a même pas encore commencée et il y a déjà tant à accomplir...

- Une chose après l'autre, répondit une voix inaudible. Ce barde pourra peut être nous indiquer le premier pas à faire. »

Voyant que le conteur en question était en train de se relever, le jeune prince s'avança alors à sa rencontre toujours accompagné de son compagnon à quatre pattes.

« Quelles sont les nouvelles récentes du Royaume ? Dit-il pour interpeller le barde. Mon nom est Tîrael, fils de Valarian, Prince-Dragon de la maison Ardannuith, et je suis en Quête. Vous pourriez avoir bientôt quelques vers en plus à chanter si vos informations se montrent utiles.

- Des vers de plus à chanter ? Prends garde qu'ils ne soient pas sur l'air d'une comptine d'enfant pour prévenir des dangers de la témérité, répondit-il accompagné d'un petit rire amical que ne lui rendit nullement Tîrael. Mon nom est Quendil l'Errant, je collecte et récite des poèmes de toute l'île. Mais quant à la nouveauté, elle suit toujours sa sœur Exemplarité. Alors que souhaites-tu entendre ? Les récits des luttes face aux barbares de l'Est qui sans répit ni remord assaillent les côtes embrumées ? La triste complainte de ceux qui luttent parmi les ombres contre les serviteurs abandonnés du Roi-Sorcier ou bien un air plus enjoué, elfe de Caledor ? Depuis l'avènement du Voyageur et de ses récits, nombre sont ceux qui parcourent à nouveau le monde en quête de gloire et de vestiges du passé, même s'ils trouvent plus souvent le carmin que l'or.

- N'aie pas d'inquiétude sur ce point, l'or n'est pas l'objet de ma quête mais je te souhaite qu'il t'en retombe si tu guides bien les premiers pas de mon destin. Parles moi de ces peuples de l'Est qui osent fouler nos terres.

- Les rois-marins de l'Est alors. On chante souvent la férocité de leur folle alliance avec les seigneurs d'un autre monde mais ce n'est que trop les résumer : de grands navigateurs, bravant les vents et les marées, chevauchant la tempête comme si elle n'était qu'une simple bise, parcourant les océans en quête de richesse et de gloire, ils le sont certainement. Et si par les temps passés ils échangeaient aux humains peaux et ivoire, ambre et huile des léviathans marins, ils ne nous portent que l'acier depuis que certains réussirent à passer les brumes ensorcelées de Cothique et d'Yvresse. Leurs yeux, posés sur la gloire passée de notre peuple, ne brillent plus que de convoitise et c'est par expéditions entières qu'ils se jettent sur Ulthuan, vouivres espérant sans doute déchiqueter la carcasse du dragon affaibli. C'est bien souvent là que cesse leur folie, quand les mâchoires de nos flottes se referment et brisent l'échine de ces enfants trop arrogants. Bien de jeunes elfes ont combattu sur ces planchers battus par l'eau saline, penses-tu prétendre les rejoindre ?

- Je ne serai pas de ceux qui se terrent dans leur forteresse quand survient le danger. C'est donc auprès de ces jeunes elfes courageux que me porteront mes pas et je ne serais pas le moins brave d'entre eux.

Sans s'en rendre compte, sa main droite serrait fermement le pommeau de son épée depuis l'évocation de ces hommes qui osaient porter le malheur sur les côtes elfiques. Ce barde venait de jeter une nouvelle braise dans son brasier intérieur et une colère sourde battait maintenant dans sa poitrine. Il irait donc voir les lointains rivages de Cothique.
► Afficher le texte
Tîrael Ardannuith, Voie du Prince Dragon de Caledor
Profil: For 8 | End 7 | Hab 9 | Cha 11 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 10 | Tir 9 | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_tirael

Avatar du membre
[MJ] Bugman
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 381
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Hagin Duraksson, Gormil Thorakfind et Ilahîn Alysante Esdalân

Re: [Tîrael] Valeureux en devenir

Message par [MJ] Bugman »

Quelques phrases échangées avec le conteur et déjà une volonté qui s’affermissait, se diriger vers le levant et vers les flots n’appartenant qu’à Mathlann et ses colères. En attendant, la salle se remplissait à mesure que la lumière extérieure diminuait. Les hululements inquiétants des rapaces nocturnes s’ajoutaient à la fraîcheur descendue des collines pour pousser les plus téméraires à trancher entre la route pavée ou le feu ronronnant paisiblement dans la grande salle. Et comme personne ne semblait réellement pressé, à l’exception de ce messager portant la livrée qui franchit au grand galop le hameau, sans même accorder un regard aux autres elfes s’abritant des lumières de Lileath.
“Des princes d’antan, ne restent que des os
Eux qui dominaient le monde, étaient ses héros
Aujourd’hui ne chevauchent plus que des mots
Pourtant depuis les ombres tombent leurs sanglots

Mais du coeur de la nuit, jaillit la lumière,
Face aux malheurs, toujours notre peuple espère.
Et comme venu des sagas tonne l’éclair,
Tremble le coeur ennemi et tremble la terre

Et contre les déchus de l’ouest,
Face aux tristes mutants de l’est,
Se dresseront fureur, acier et justesse

De notre gloire, de l’honneur, de nos largesses,
Nous reconstruirons la beauté de notre empire
Et enfin libres, contemplerons l’avenir”


Et sous les auspices musicaux, les conversations allaient bon train. Ici on parlait des convois de métaux et de gemmes partant des monts de Caledor et transportant l’ithilmar, reconnaissable entre mille de part les puissantes escortes qu’il requérait. Là on échangeait à propos d’une intensification des vents de magie dans les hauteurs, de monstres sortant à nouveau de leurs tanières, fondant sur le gibier, sur les troupeaux et sur les imprudents. Rien d’utile pour Tîrael qui ressentait l’appel des flots, ou plutôt la volonté de les teinter d’écarlate, Toutefois, en observant ailleur, il su trouver son bonheur auprès de marchands de Lothern, revenant de la capitale portuaire et se dirigeant vers le royaume arrogant.

La flotte du Roi Phénix mouillait encore à bon port, du moins la partie ne patrouillant pas au sud et à l’ouest pour maintenir l’hégémonie d’Ulthuan sur le commerce intercontinental, et quant à savoir si il y aurait un navire sur lequel s’engager, le roulement continu des sorties assurait qu’une place se libérerait au plus tard en une semaine. Cothique s’avérait déjà une tâche plus complexe. Il fallait soit espérer qu’un navire de guerre remonte la côte pour prêter main forte à l’un des royaumes de l’Est ou au moins une estafette porteuse de nouvelles. À défaut, restait la voie terrestre, plus lente et probablement aussi dangereuse même si elle avait l’avantage d’épargner au voyageur le plus gros des brumes d’Yvresse.

Toutes ces réflexions pouvaient attendre l’arrivée à Lothern pour prendre une décision définitive ou même changer d’avis. Toutefois pour s’engager comme garde auprès de l’un ou l’autre groupe de marchands, il allait falloir trancher avant d’aller se coucher, du moins parmi ceux qui ne proposaient pas simplement un accompagnement gracieux, après tout le jeune noble allait autant, si ce n’est plus, profiter de la protection d’un groupe que le groupe d’une épée supplémentaire. Si les convois les plus armés avaient poliment mais fermement décliné l’offre, ne restait plus en fait qu’un petit groupe provenant d’un village qui offrait quelques pièces de cuivre, une partie de leur maigre marge pour se rassurer des rumeures inquiétantes, un autre qui proposait de payer en argent sonnant et trébuchant et une elfe bien plus âgée qui n’offrait rien d’autre qu’une partie des herbes médicinales qu’elle souhaitait ramasser en longeant la lisière de la forêt…

Avatar du membre
Tîrael
PJ
Messages : 4

Re: [Tîrael] Valeureux en devenir

Message par Tîrael »

La fin de journée avait été riche en discussions et en négociations, deux domaines pour lesquels le jeune noble n'était pas le plus naturellement doué. Si sa conviction de faire étape à la capitale pour trouver le meilleur moyen de rejoindre les côtes du nord-est d'Ulthuan le plus rapidement possible était toujours entière, il n'avait toujours pas résolu par quelle route ni avec quelle compagnie il comptait entreprendre le voyage. Bien que l'option de faire le trajet seul avec Arodhel ne lui faisait pas peur, Tîrael avait tout de même tenté de rejoindre l'un des convois qui passait par ici dans l'objectif de se faire connaître et parce qu'il était persuadé que sa compagnie serait recherchée. Il tenta en premier de se faire engager auprès des caravanes les mieux sécurisées car cela lui semblait plus prestigieux de s'imaginer protéger de plus importantes cargaisons ou de commander ou seconder au commandement un nombre conséquents d'elfes en arme. Mais il ne rencontra que des refus, ce qui commençait doucement à effriter sa patience.

Pourtant tout le monde ne repoussa pas sa présence, car un petit groupe accepta sa venue au sein de leur compagnie pour faire le chemin jusqu'à Lothern, dont ils craignaient que la route pouvait se révéler dangereuse. Malheureusement, alors que le caledorien s'apprêtait à accepter faute de mieux, le marchand lui proposa quelques pièces de cuivre pour monnayer la présence de son épée au sein de son convoi. Tîrael, déjà échaudé par les refus qu'on lui avait opposés, souffla du nez avec dédain.

« Quel genre de marchand êtes-vous donc si vous ne savez même pas différencier un prince d'un mendiant ? Je n'ai que faire de votre aumône. »

Bien qu'issu d'une famille très riche, Tîrael avait quitté sa forteresse familiale en arme mais sans bourse et quelques pièces auraient pu se révéler d'une aide précieuse pour son prochain séjour à Lothern. Mais il était un noble d'une race supérieure et non pas un vulgaire garde que l'on pouvait embaucher pour si peu. En réalité, le caledorien aurait accepté de les suivre si on ne lui avait pas proposé de somme d'argent car il aurait été plus efficace d'acheter sa fierté en lui laissant croire que sa simple présence était une bénédiction et un gage de sécurité pour tous. Il ne cherchait pas la fortune mais la gloire et avait en réalité proposé ses services non pas pour percevoir un salaire mais pour poser la première pierre à sa future réputation de protecteur du peuple elfique. Un peu plus tard, un autre groupe lui proposa également de les rejoindre contre une somme d'argent un peu plus rondelette et un peu plus en adéquation avec l'importance qu'il se donnait, ce qui cette fois engendra un esclandre moins marqué de sa part. Il temporisa seulement sa réponse en expliquant au marchand qu'il se renseignait d'abord à savoir si un groupe se rendait directement jusqu'en Cothique et que dans le cas contraire seulement il reviendrait vers lui.

Après ces quelques heures passées à chercher une solution pour la suite de son voyage, Tîrael décida de prendre une pause à l'air libre et alla rejoindre son coursier qui l'attendait à l'extérieur. Il posa son noble postérieur sur une pierre de taille qui était posée au sol pour faire face à la Lune et la tension intérieure qui bouillonnait en lui s'estompa presque instantanément. Machinalement sa main droite se glissa difficilement sous son armure de cuir ajustée à sa taille pour sortir d'une poche intérieure un vieux cheval de cordes. Ses yeux bleus se plongèrent dans les pierres noires qui servaient d'yeux à son frère.

«  Quoi ? lui demanda-t-il en levant un sourcil.
- Peut-être devrais-tu reconsidérer la proposition du premier marchand, lui dit une voix dans sa tête. Les gens qui ont peu ont davantage besoin de notre aide.
- Il m'a insulté, se renfrogna-t-il avant de se sentir coupable sous le regard de la Vierge qui enseignait le pardon. Peut-être que s'il vient nous présenter... »

Tîrael arrêta son discours alors qu'une voix féminine venait de lui demander pardon, et sa main passa vivement dans son dos pour tenter de dissimuler ce qui n'était qu'un jouet aux yeux des étrangers. Le caledorien se releva pour se dresser fièrement de tout son haut tandis qu'une elfe visiblement âgée lui expliquait avoir entendu dire qu'il se proposait pour accompagner des gens jusqu'à la capitale qui était justement la destination de cette herboriste. Or cette femme lui déclara voyager seule et que les routes n'étant plus aussi sûres que de son temps, elle apprécierait d'avoir de la compagnie en échange de quoi elle lui proposait de lui offrir quelques plantes qu'elle comptait ramasser en chemin. Le noble releva une fois encore les yeux vers le croissant de lune qui brillait dans le ciel avant de reporter son regard sur la vielle femme, cette fois sans animosité aucune.

« Mon nom est Tîrael, fils de Valarian, Prince-Dragon de la maison Ardannuith. J'accepte votre proposition, vous aurez donc l'honneur d'être sous ma protection jusqu'à ce que nous arrivions à la ville portuaire de Lothern. Vous m'en direz plus sur ces herbes médicinales sur le trajet, je suis curieux d'en apprendre plus sur votre art. »
Tîrael Ardannuith, Voie du Prince Dragon de Caledor
Profil: For 8 | End 7 | Hab 9 | Cha 11 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 10 | Tir 9 | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_tirael

Avatar du membre
[MJ] Bugman
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 381
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Hagin Duraksson, Gormil Thorakfind et Ilahîn Alysante Esdalân

Re: [Tîrael] Valeureux en devenir

Message par [MJ] Bugman »

-“Un calédorien qui est prêt à s’abaisser pour demander la sagesse de ses aînés? Voilà une plante bien rare pour la vieille Maelin”, glissa l’elfe avec un rire espiègle. “D’ordinaire la fierté est un mal qui vous ronge jusqu’à la fin. Ne le prends pas mal jeune elfe mais écoute plutôt mon conseil avant que nous ne nous mettions en route demain: l’adresse et la force que les tiens portent ne doivent jamais vous faire oublier que vous êtes aussi mortels que le commun d’Ulthuan. La vraie noblesse n’est pas de ne jamais faire fi de sa stature, seulement de reconnaître ses limites. Mieux vaut un Bel-Hator que le fils du grand Caledor n’est-ce pas?”

Et sans plus d’explication, ni même d’attente de réponse, l’elfe s’en fut pour rejoindre sa chambre pour la nuit, laissant là son cadet pour qu’il puisse profiter, ou non, du reste de la soirée auprès des autres clients de l’endroit. Toutefois, Tîrael eut le plaisir, tout relatif, d’être réveillé environ deux heures avant l’aube par sa guide et employeuse.

-”Debout, nous avons un long chemin à parcourir et certaines plantes ont une qualité des plus variables selon si elles sont cueillies sous la lumière du soleil ou sous celle de Lileath. Et pas seulement en puissance mais aussi en qualité, par exemple, les cheveux d’Isha selon le moment peuvent être un bel émétique ou au contraire un simple anti-douleur pour les plaies. Ceci dit, la plupart des gens les cueillent seulement pour leur parfum.”

Et elle continuait de cheminer, marchant plus dans les sous-bois que sur la route en elle-même, rendant tout à fait impraticable de la suivre à cheval. Mais en échange la vieille elfe, qui semblait cent ans plus jeune que ce qu’elle était réellement, ne cessait jamais de montre ici des champignons servant à désinfecter les plaies, là un autre qui, bien que strictement identique à première vue, se trouvait être un poison mortel mais particulièrement goûtu lorsque convenablement cuit avec un peu de miel. Une chose restait certaine, ne rien manger, voire même toucher, sans l’accord explicite de Maelin.

Toutefois, les frondaisons s’agitaient sans cesse, dansant sous le vent tandis que les fougères bruissaient du passage de petits animaux, là un écureuil et même un renardeau, grignotant des baies avant de prendre la poudre d’escampette devant un hennissement un peu plus fort que d’habitude du coursier. Plus rien pendant de longues minutes, jusqu’à un chat, impérial, majestueux, haut comme trois pommes et portant majestueusement dans la gueule un moineau quelconque. Il le déposa, feula bruyamment avant de constater que les intrus ne fuyaient pas. Plein de dédain, il repartit la queue haute, accompagné seulement du petit rire de Maelin.

Les deux elfes débouchèrent sur une petite clairière, parfaitement ronde, à l’écart du chemin de près d’une demi-lieue. Visiblement les plantes tant convoitées par l’herboriste poussaient auprès du chêne solitaire trônant au centre des lieux, comme un roi ou un pariah. Mais à peine la frontière des frondaisons franchies que le crépuscule sembla tomber et le vent cesser.

Un brame sourd et grave. Un cerf couvert de lierre géant, dominant aisément un cavalier juché sur sa monture, des bois larges et un regard profondément intelligent. Le maître des lieux était en sa demeure…
Désolé du retard, je galère à écrire en ce moment. Comme d'habitude, on peut continuer en mp.

Répondre

Retourner vers « Ulthuan »