[Terminé] Sonnstille, le Solstice d’Été

Image

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Ombre de la Mort
Administrateur - Site Admin
Messages : 2516
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=mj_ombre_de_la_mort
Autres comptes : Medenor ; Ludwigheid Kraemer
Localisation : Dans l'ombre, je guette...
Contact :

[Terminé] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par [MJ] Ombre de la Mort » 04 juil. 2019, 20:40

Image
Sonnstille, le Solstice d’Été.
Le jour du soleil. Tel était le nom donné communément au solstice d’été, car en ce jour le plus long de l’année, l’astre semble s’éterniser à l’horizon. C’était une date importante pour toutes les petites gens et travailleurs liés au cycle annuel du soleil et ce, dans toutes les cultures du Vieux Monde et au-delà. Les fermiers, les marins, les sorciers et les pèlerins, tous étaient concernés. Les rites de fertilité étaient également monnaie courante ce jour-là : les jeunes couples ornent leur chevelure de fleurs, dansant et chantant sur des airs honorant leurs divinités respectives. Les dieux humains Taal et Rhya, les religions paysannes locales, la divinité Elfe Isha, tous sont célébrés au Sonnstille. Les enfants nés le jour du soleil sont considérés comme bénis et sont censés donner des adultes brillants, énergiques et destinés à la grandeur.
Bienvenue au Soleil ! Célébrez Sonnstille ! Ce petit événement temporaire a pour but de fêter l'été sur Warforum JDR, le tout dans l'univers de Warhammer. C'est l'occasion pour vos personnages de célébrer l'été et le Solstice à leur façon. Humains, Elfes, Nains, Orques : qu'importe votre race, le Cirque est une zone de libre expression !

Laissez libre cours à votre expression artistique et rédactionnelle : il s'agit d'un événement purement RP. Pas de règles, pas de défis, pas de systèmes de jeu : seule votre imagination, au travers de votre plume numérique, est requise dans ce sujet saisonnier. XP à la clé, bien évidemment, à la hauteur de la qualité de vos textes.

Vous pourrez poster jusqu'à deux messages durant la période du Sonnstille. Seule condition : que vos textes aient un lien avec Sonnstille. Cela peut être du one-shot ou s'étaler sur les deux RP, une nouvelle ou un texte court (en respectant les règles de rédaction du forum, bien sûr), seul(e) ou en groupe. Faites-vous plaisir :clindoeil:

Fin de l'événement temporaire : le 04 août au soir

Bon amusement et bon jeu :happy:
Image
Cliquez si vous l'osez ..
Torture favorite:

░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█▀▀ ░░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█ ░░░
░█▀▀ ░█▀▀ ░█ ░█ ░░░░█▀▀ ░█▀█ ░█ ░█ ░░░
░▀▀▀ ░▀ ░░░▀ ░▀▀▀ ░░▀ ░░░▀░▀ ░▀ ░▀▀▀ ░

"Malepierre is My Business..."
" It's gonna be legen... wait for it... dary ! »"
Des questions ? Mon Antre t'est ouverte...
Veillez consulter Les lois du MJ afin de prendre connaissance de ce que vous croyez être vos droits!
Besoin d'un avatar ? D'une bannière ? Ou tout autre demande graphique ? N'hésitez pas à me demander !

Avatar du membre
Arzhogh
PJ
Messages : 9

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Arzhogh » 11 juil. 2019, 21:13

La tension était palpable.

Le minotaure avait osé levé la main sur l’un des Émissaires du Pestilent et ce dernier jappait, incapable de bouger, dans la patte monstrueuse de celui qui le tenait.
Les autres Émissaires entouraient le taureau, essayant de délivrer leur frère, tandis qu’Arzhogh lui faisait face, sa hache levée prête à frapper pour libérer le Serviteur de l’Unique, les yeux injectés de sang, une lueur malsaine brillait. Même sa respiration haletante envers ce qu’il voyait montrait la haine qu’il exsudait devant ce blasphème.
Les incompétents autour n’osaient même pas grogner, comme si leur minuscule cerveau comprenait l‘ampleur de ce qui se passait. Plus qu’une banale dispute, il semblait qu’une querelle entre deux Puissances de la Ruine couvait, le minotaure commençant à serrer lentement sa patte, les jappements du chien se changeant peu à peu en cris de douleurs.

Même le sanglier d’or ne savait comment réagir, grognant de stopper immédiatement, mais Arzhogh n’en avait cure. Il ne s’agissait que d’un chef terrestre, pas de Son Dieu, il passerait donc en second.

Alors que les cris commençaient à envahir, les chiens prêts à sauter, le chaman rejoignit le groupe. Observant ce qui se déroulait, il prit le chef à part, ce dernier répondant par un unique grondement.
Alors, sans prêter attention, il s’installa entre les deux combattants et planta son bâton dans le sol.

Arzhogh hésitait à lancer l’assaut. Il s’agissait d’un Chaman, de la voix des Dieux, mais de tous les Dieux, dont l’ennemi du Pestilent, le Changeant.

Sa présence sembla apaiser momentanément la tension et il profita de l’instant pour expliquer la vision qui lui avait été envoyée.

Les Puissances de la Ruine lui avaient montré un village sous un soleil au zénith. Autour se trouvaient un taureau, un cerf, trois chiens et trois humains attachés, le tout formant en cercle, des ossements au-dessus de chaque humain.

Les Dieux avaient désigné un village à massacrer en ce jour particulier, jour qualifié, pour les sans-cornes, de fête de la Fertilité et de l’Espoir.
Ils avaient, dans leur intelligence divine, décidé de corrompre cette journée, par le sang et la déchéance, les Dieux lui ayant ensuite montré les 3 humains attachés dans le camp des hommes-bêtes, le visage en pleurs.

Il expliqua que les voix ayant accompagné cette vision provenaient du Pestilent et du Saigneur, et Arzhogh se demanda si le Blasphème commis par Orvhast n’était pas mis en place par Leurs Maîtres dans le seul but de mettre en place la vision et le raid.

Le chaman se tut et fixa tour à tour Arzhogh, le minotaure et les chiens afin que chacun comprenne que les Dieux voulaient qu’ils travaillent ensemble.
Le cervidé lâcha alors, à contrecœur :

« Certes Chaman. Qu’il lâche l’Emissaire … et nous nous mettrons en route. Pour La Ruine »

Et, fixant le minotaure, il lui indiqua : « Tu pourras tuer et manger … »

Après quelques instants, visiblement à regret, le minotaure lâcha le chien, qui fit un atterrissage forcé accompagné d’un jappement, il parvint à se relever mais semblait boîter légèrement.
Le chaman indiqua alors, à la surprise générale qu’il les accompagnerait, afin de les guider et de faire en sorte que la volonté des Puissances de la Ruine soit respectée.

Le sanglier les regarda partir méchamment. Visiblement, il n’avait pas apprécié que ses injonctions n’aient eu aucun effet sur les deux belligérants et que ce soit le Chaman qui soit parvenu rétablir la situation. Il semblait apprécier encore moins que ses trois « choses » partent en mission qu’il n’avait pas ordonné lui-même.

Travailler avec le minotaure s’avérerait compliqué, il ne comprenait que certaines choses à savoir tuer, manger, détruire et parfois les trois en même temps, avec quelques variantes. Arzhogh appréciait d’avoir la présence du chaman pour canaliser l’énergie du minotaure, même s’il le craignait. Ses chiens, prudents, s’étaient éloignés à une distance prudente pour éviter toute tentative de prise sur eux par l’un des bras aussi épais qu’un tronc d’arbre.

Il se rappelait d’un village, proche du camp, ce que le chaman lui confirma. Ils avaient envisagé de le raser mais le chef préférait attendre un signal des Dieux pour lancer l’assaut. Il devait être encore fortifié, la dernière fois qu’ils étaient venus pour repérer leur cible, trois soldats gardaient une énorme porte en bois. Ce devait être ce village qui avait été désigné.

En s’approchant, ils entendirent des rires, des cris de joie. Le minotaure ne semblait absolument pas apprécier ces bruits atroces, les chiens avaient la queue entre les jambes et Arzhogh lui-même crissait des dents avec ces sons qu’il haïssait, qui allaient à l’encontre même de son être.
Le chaman ne semblait pas s’en émouvoir, sans doute les voix des Dieux assourdissaient ces … abominations.

Ces sans-cornes …. Ces sans-cornes n’étaient que de vulgaires vermines et ils osaient émettre ces bruits … Ces terres appartenaient aux Sabots-Fourchus et ils l’apprendraient bientôt à leurs dépens, leurs constructions seraient rasées, leurs membres massacrés afin, qu’à la place de cet offense aux Dieux, soit mis en place un autel à Leur Gloire.

La porte était en vue, protégée comme d’habitude par trois gardes armés de piques, qui scrutaient les environs

Orvhast semblait impatient de charger, de mettre fin à ce calvaire auditif. Les chiens commencèrent à hurler à la mort, suscitant une crainte de la part de gardes, Arzhogh les voyait raffermir leur prise sur leurs armes.

Il se tourna vers le minotaure et se rappella qu’il devait utiliser des ordres adaptés à l’intellect du minotaure : « Orvhast … Tues les gardes, Détruis la porte. Ton Dieu te donne le droit à la moitié du village à massacrer, à manger, à dévorer, à dévorer. L’autre moitié est au Pestilent. »

Il ne sut même pas si le minotaure avait entendu tous les ordres, mais il avait compris l’essentiel …. Charger.

Ce qu’il fit avec un hurlement à glacer le sang, semblant contenir autant de haine que de joie malsaine au massacre qui prendrait place, le Chaman prenant son envol presque simultanément, observant, tel le digne représentant des Dieux sur cette terre, l’orgie sanglante qui allait servir d’offrande.
Arzhogh, Voie du Bourreau

FOR 12 / END 10 / HAB 8 / CHAR 5 / INT 6 / INI 8 / ATT 10 / PAR 9 / TIR 8 / FOI / MAG / NA 1 / PV 65/65

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_arzhogh


3 Chiens du Chaos (obtenus via les récompenses chaotiques) :
Gueule Putride : wiki-v2/doku.php?id=fiche_chien_du_chaos

Croc Suintant : wiki-v2/doku.php?id=fiche_chien_du_chaos

Griffe Purulente : wiki-v2/doku.php?id=fiche_chien_du_chaos

Mutation : 23) Résistant Votre corps se renforce, vos os épaississent, vos muscles se densifient. Vous êtes soudain beaucoup plus dur à tuer. END +1

Avatar du membre
Orvasht
PJ
Messages : 9
Profil : FOR 12 / END 10 / HAB 5 / CHAR 2 / INT 4 / INI 8 / ATT 13 / PAR 7 / TIR 5 / NA 1 / PV 120
Autres comptes : Ar'Karan

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Orvasht » 15 juil. 2019, 18:00

TUER ! TUER ! TUER !

Ces mots résonnaient dans dans la tête d'Orvasht en continu. Il en avais l'habitude mais aujourd'hui c'était insupportable, la voix était encore plus puissante, plus présente. Orvasht était tiraillé par la faim et son envie meurtrière. Ce fut malheureusement un ungor qui passa trop prés qui subit un destin funeste. Orvasht leva sa lourde hache et l’abatis sur celui-ci dans une gerbe de sang, les autre ungor a coté sursautérent et s'enfuirent. C'est alors qui des chiens du Pestigor passa a portée de main, le minotaure avais appris a les détester ces maudit cabots, toujours a se trouver dans les pattes du minotaure. Il laissa alors sa hache planté dans le corps désormais inerte de l'ungor et attrapa le chien, prêt a l'écraser dans sa main et a le dévorer. Les autres chien et leur maitres rappliquèrent immédiatement a l'entente des jappement du cabot, bien décidé a le libérer. Orvasht ignora totalement les ordres du sanglier doré, il en avais assez il voulais tuer et manger ! Un combat semblait inévitable, mais le chaman s’interposa. Le minotaure n'osa pas alors chargé, il savais que le chaman était la voix de son dieu dans la harde. Le chaman parla alors d'une des ses visions que les puissances de la Ruine lui avais montré, un village a massacrer ! Parfais ! Mais il fallais avant qu'il lâche sa proie, ce qu'il fit en ouvrant simplement la main, laissant le chien retomber au sol. Orvasht attrapa sa hache et poussant un grognement mécontent tout en foudroyant du regard le Pestigor. Orvasht le détestait, mais il allais devoir travailler avec lui, ce qui ne lui plaisait guère mais le minotaure ne pouvait pas aller contre la volonté de son dieu. Il suivit alors le chaman, le Pestigor lui emboitant le pas.

Aprés un moment de marche le groupe arriva a l'orée du village, Orvash entendit d'horrible bruit. Des humains qui rigolaient, s'amusaient, faisait la fête. INSUPPORTABLE ! Le minotaure détestait ces bruit, il le faisait entré dans une colére noire. Orvasht avait le village bien en vue. Le minotaure poussa un terrible rugissement, devais faire taire ces bruits ! Le Pestigor lui parla, osa lui donner des ordres. Seulement la moitié du village !? Orvasht voulait tout ! Il planta alors avec puissance et violence sa hache dans le sol juste devant le Pestigor et attrapa alors sa tête dans sa patte et serra la tête du cerf.


ORVASHT PREND CE QU'IL VEUT ! TOI DEVOIR TE DÉPÊCHER SI TU VEUX TA PART ! ORVASHT LE PLUS FORT !

Orvasht jetta alors le Pestigor au sol, les chiens grognaient envers le minotaure bien qu'il était visible qu'ils avaient peur ! Le minotaure repris sa hache, regarda en direction des gardes qui gardaient la porte du village, et dans un énorme rugissement tellement puissant que le village entier pourrait l'entendre il chargea, sa hache et son autre bras levé. L'heure du massacre avais sonné ! Du sang pour le dieu du sang ! Des crânes pour le trône de crânes !
Orvasht voie du champion minotaure

FOR 12 / END 10 / HAB 5 / CHAR 2 / INT 4 / INI 8 / ATT 13 / PAR 7 / TIR 5 / NA 1 / PV 120/120

wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_orvasht

ORVASHT FORT !

Avatar du membre
Darn le Grossier
PJ
Messages : 44
Profil : 11 FOR /12 END /5 HAB /6 CHAR /6 INT /7 INI /9 ATT /9 PAR /6 IR /1 NA /125 PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Darn le Grossier » 18 juil. 2019, 17:59

Ha, le solstice d’été ! Ce jour merveille, célébrée par tous les peuples du monde. Chaque race, chaque civilisation célèbre cet événement à sa façon, même les plus primitifs et les plus bestiaux. C’est donc dans un esprit festif qu'un mangeur-d'homme solitaire préparait de quoi honorer son dieu en cette chaleureuse journée.

Cela faisait plusieurs jours que Darn préparait ce moment particulier. Il s’était isolé dans une région montagneuse de l’empire et avait creusé un trou profond, parfaitement rond, qu'il avait entouré de plusieurs pierres et rochers pointus, donc certaine avaient était visiblement retaillé à coup de poing et de dents pour correspondent parfaitement à ses attentes, créant ainsi une représentation de la Gueule. Il plaça au centre de cet autel un petit bûcher fait de bois et de paille sèche qu'il avait enduit d’un mélange de graisse animale et de pois et il finit de remplir ce trou avec toutes sortes d’aliments « emprunté » a des fermiers et a des éleveurs du coin qu'il avait pris soin de laisser un peu pourrir.
L'ogre était fier de lui, fière de son travail et heureux d’avoir pu le finir avant le solstice. Il ne manquait plus qu’à attendre que le soleil soit à son zénith pour que les festivités puissent commencer.

Midi arriva rapidement et Darn put entamer son offrande en ajoutant la touche finale à sa création. Il alla chercher deux prisonniers qu’il avait attaché à un rocher un peu à l’écart et a qui il avait cassé les jambes pour empêcher toutes tentatives de fuite. C’est deux jeunes humains faisaient partie d'une troupe de bandits qui avaient eu la curieuse idée de s'en prendre au mangeur-d'homme alors que ce dernier cherchait un lieu adéquat pour son offrande. Bien que le combat fût difficile, Darn en était sortie vainqueur avec, en guise de butin, un important stock de viande à offrir à la gueule ainsi que le jeune homme et la jeune femme qui ajouterons la touche finale à cette offrande pour le dieu affamé.
Les deux humains étaient terrifiés, la peur et la douleur se lisait dans les yeux des deux criminels, mais la jeune femme masquée son effroi de son mieux en jetant des regards de défi à son tortionnaire, celas donna un grand sourire à l’ogre qui savait pertinemment que cette insolence ne durerait pas. Il souleva ses prisonniers et les mena jusqu’à son œuvre.


Ne faites pas cette tête. C’est le plus beau moment de votre vie. Votre corps et votre âme vont bientôt être honorés en étant broyés par les crocs de la Gueule, puis lentement digéré pour l’éternité. Et vous n’allez pas être seul, vos potes sont déjà entre les dents de mon dieu. C’est un grand honneur que je vous fais !

Les deux captifs regardèrent la construction grossière, l’homme se mis immédiatement à se débattre violemment tout en poussant des cris étouffés par son bâillon, alors que la femme abandonnait son masque fière et combatif pour pleurer de désespoir. Alors, l’ogre jeta ses deux captifs au centre de l'autel et parla dans sa langue natale.

Puissante Gueule ! Entends-moi ! Accepte cette offrande ! Nourris toi de toute cette nourriture et qu’elle puisse combler ton appétit infini !

Les deux bandits essayaient de défaire leurs liens, d’appeler à l'aide et d’implorer la pitié du colosse, mais leurs supplications firent rapidement place à des hurlements de douleur quand une torche enflammée vint allumer le bûcher sur lequel ils se trouvaient.
Darn entama une danse grossière, sautillant autour du brasier au rythme des hurlements et agitant les bras dans toutes les directions jusqu’à ce que les voies se turent. L'ogre resta un moment devant les flammes, rentrant en communion avec son dieu donc il pouvait sentir la présence, il fût alors pris d'une fringale monstrueuse, signe que la Gueule était satisfaite, il se dirigea alors vers un tas d’animaux en tout genre qu'il avait, soit capturé en forêt, soit volé aux éleveurs locaux, il y avait à côté de cette pile de cadavres quatre tonneaux de bière qu'il avait acheté pour l’occasion et il commença à ripailler. Il mangeait et buvait toute la journée ainsi qu'une bonne partie de la nuit, réchauffée et éclairée par les flammes qui continuèrent à brûler jusqu’au petit matin.
Darn le Grossier, Voie du Buffle Errant
Profil: For 11 | End 12 | Hab 6 | Cha 6 | Int 6 | Ini 7 | Att 9 | Par 10 | Tir 6 | Foi | Mag | NA 1 | PV 119/125 (bonus inclus)
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier
"Tavernier ! Apporte moi d'la graille et d'la bière ! ET PAS TA PISSE DE GOBELIN ! SINON J'CASSE TOUT DANS LA CABANE ! ET AVEC TA TÊTE ! Haha."

Avatar du membre
Orvasht
PJ
Messages : 9
Profil : FOR 12 / END 10 / HAB 5 / CHAR 2 / INT 4 / INI 8 / ATT 13 / PAR 7 / TIR 5 / NA 1 / PV 120
Autres comptes : Ar'Karan

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Orvasht » 19 juil. 2019, 17:09

Minotaure ! MINOTAURE ! AUX ARMES !


Ainsi fut annoncée la venue d'Orvasht qui sans aucune discrétion et sans réfléchir fonça droit vers la porte du village. Les 3 gardes présent levèrent leur piques, espérant ainsi empaler le minotaure, mais ça ne se passa pas comme ils espéraient. D'un coup de sa main mutée Orvasht brisa les fragiles armes et abattit sa hache sur l'un des gardes qui fut sectionnés en deux dans une effusion de sang. Les deux restant tirèrent leur épées au clair. Mais avant que l'un d"eux pu porté un coup il fut tout simplement écrasé par le main déformée d'Orvasht dans les organes, les os et des bout de chair volèrent et vinrent éclaboussé le dernier garde debout qui fut désormais tétaniser par la peur, tremblant en tenant son épée en n'osant même plus bouger alors qu'il bégayait des mot comme "Sigmar" le minotaure attrapa sa tête dans sa gueule et lui arracha d'un coup sec laissant une fontaine de sang jaillir du corps désormais sans tête qui s’écroulait au sol. La bête du Chaos dévora alors rapidement la tête présente dans sa gueule ainsi que l'un des corps, mais il fut interrompu dans son repas par des cris d'amusement. Visiblement Orvasht n'avais pas fait assez de bruit, il entra alors dans une colère noire et poussa un terrible hurlement de rage.

Orvasht frappa alors la lourde porte en boit avec sa mutation, désormais les cris d'amusement commençais a laisser place a des cris de frayeur a mesure que le Khorngor enfonçais la porte qui finit par voler en éclat permettant alors a Orvasht d'entrer dans le village. Les personnes fuyérent a la vue du minotaure et des gardes rappliquèrent. La suite fut un véritable massacre, le minotaure était inarrêtable, tout ceux qui se trouvais sur le chemin d'Orvasht finissant écrasé, trancher, dévorer ou encore empaler sur sa corne. Une rivière de sang coulais dans le village alors que la créature du chaos tué sans distinction tout ceux ce qu'il voyait, chargeant dans tout les sens. Sa folie meurtrière ne semblait pas avoir de fin ni de limite il tuait toujours plus, encore et encore et encore et encore. Tout le monde fuyait, même les gardes qui était censé les protéger car une fois lancé Orvasht était difficilement inarrêtable.

Voyant que le minotaure ne laisserai aucun survivant dans sa folie meurtrière le chaman qui avais pu observé la scène depuis les cieux, décida d'intervenir. Il fallait tout de même les 3 sacrifices. Le Pestigor de son côté entra aussi dans le village mais trouva difficilement des survivant du massacre et préféra se tenir a très bonne distance d'Orvasht dans sa recherche de victime pour le son dieu. Et une voix, puissante, s’élevait désormais dans le village.

ORVASHT FORT ! DU SANG POUR LE DIEU DU SANG !!! DES CRANES POUR LE TRÔNE DE CRANES !!!
Orvasht voie du champion minotaure

FOR 12 / END 10 / HAB 5 / CHAR 2 / INT 4 / INI 8 / ATT 13 / PAR 7 / TIR 5 / NA 1 / PV 120/120

wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_orvasht

ORVASHT FORT !

Avatar du membre
Gormil Thorakfind
PJ
Messages : 7
Autres comptes : Hagin Duraksson, Ilahîn Esdalân Alysante et [MJ] Bugman

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Gormil Thorakfind » 20 juil. 2019, 12:31

Au cœur des montagnes, la température naturelle ne varie presque jamais, que ce soit dans les grands halls royaux, éclairés par plus de torches qu’il n’y a de tonneaux dans la cave d’un maître brasseur et dont les lueurs ardentes se reflètent dans les innombrables et indicibles joyaux aux irisations tant profondes que crépusculaires , ou dans les plus profonds passages de l’Ungdrin Ankor, là où le soleil ne brille jamais. Une légère fraîcheur régnait sans partage dans l’Empire des nains, mais il est des lieux qui échappent à cette règle immuable. En effet, tel le magma courant au sein des veines de ces géantes de pierres, l’acier en fusion coulant dans les forges éveillait la chaleur dans ce monde froid et austère. Au sud de ce royaume déchu en pleine reconstruction se tenait le Pic de Fer, Karak Azul, la cité des métallurgistes et des forgerons, sous l’égide bienveillante du Roi Kazador Cordetonnerre. Et au sein de cette voisine de Karag Haraz, la Montagne de Feu, un nain forgeait. Ce n’était pas un simple forgeron, car Gormil Thorakfind, du clan Morgrim, appartenait à la prestigieuse guilde des Maîtres des Runes mais c’est au milieu de confrères dépourvus de savoir runique qu’il forgeait. En effet, il ne se trouvait pas dans sa propre forge, son petit chez lui, mais au grand temple de Grungni de la cité, qui se trouvait accessoirement être le plus grand de tout le Karaz Ankor, même si celui de Karaz-A-Karak, cité du Haut-Roi, avait la prévalence sur ce dernier à défaut d’être plus majestueux.

En effet, le jour de Sonnstille tombait, comme chaque année, lors d’un jour saint de Grungni, père des nains. En ce jour, tout les forgerons devaient, selon la tradition, pratiquer leur art au sein du temple du dieu de la mine, alors Gormil forgeait. Pour être exact il était en train d’abattre son marteau sur l’enclume pour donner forme à un sceptre de belle taille en argent massif et donnant sa forme finale au pommeau, il put reposer son marteau et tremper le sceptre. Il se saisit alors de sa sa sacoche et en tira burin avec lequel il creusa un ensemble de canaux courant le long du manche et s’entrecroisant au sommet du la tête de forme hexagonale pour former les visages des trois dieux principaux par demi-tête, c’est à dire que chaque face montrait la moitié du visage d’un des trois dieux ancestraux, l’une montrant son aspect en temps de paix et l’autre en temps de guerre. Il s’arrêta un instant pour inspecter son travail et, satisfait de se dernier, Gormil sortit de sa sacoche des fils de cuivre, d’or et de gromril pour damasquiner le sceptre, sans néanmoins le limer totalement, permettant ainsi de sentir en relief le contour des ancêtres déifiés et vénérés. La partie facile du travail était maintenant achevée. L’énergie crépita dans les yeux et sur le marteau de Gromril et quelques éclairs formèrent des arcs sur l’enclume d’apprenti de Gromril tandis que la rune prenait forme sous les coups du longue-barbe. Enfin, il se concentra longuement et chanta, faisant ainsi défiler les heures alors que les feu de ses camarades faiblissaient et se ravivaient dans un long cycle. Alors que la salle s’assombrissait du fait que le soleil disparaissait à l’horizon, Gormil prononça un mot en Khazalide en remettant le sceptre au Haut Prêtre de Grungni. Dans la salle désormais plongée dans l’obscurité, éclairée par quelques petits feux rougeoyants, le miracle eut lieu.

La lumière fut.
Gormil Thorakfind du clan Morgrim, Voie du Maître des Runes

Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 9 | Ini 6 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 70/70
Cotte de mailles naine: Protection de 9 points partout sauf au niveau de la tête.
Marteau de forgeron: Inflige 20+1d8 points de dégâts, 10 points de parade, possède les attributs assommant, lent et percutant

Avatar du membre
Arzhogh
PJ
Messages : 9

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Arzhogh » 28 juil. 2019, 10:47

Il calma ses chiens une fois à terre et se massant la gorge, ne put retenir une lueur de haine en voyant foncer le minotaure vers les barricades.

Si cette méprisable engeance pensait pouvoir lever la main sur lui sans conséquences, il le regretterait. Mais cela viendrait plus tard, pour l’instant, ils avaient des choses plus importantes à faire.

Il attendit que les premiers rugissements de terreur retentissent et il jeta un dernier regard au chaman, forme indistincte dans le ciel.
Il entra alors, les chiens sur ses talons, prenant garde à ne pas tomber sur Orvhast, en pleine rage.
Alors qu’il s’avançait dans le village, il entendit les cris devenir plus lointains mais un carnage avait été réalisé. Les corps étaient démembrés, partiellement dévorés. Arzhogh grogna. Comment trouveraient-ils les humains à sacrifier s’ils n’en restaient que des membres. Cet imbécile de minotaure ferait échouer la mission confiée par leurs dieux … Et il n’osait imaginer ce qui se produisait s’il perdrait la confiance du Pestilent.

Tout à ses pensées, il remarqua une corde près de certaines ruines et se souvint que la dernière fois qu’il en avait vu une, il avait tenté de les utiliser pour entraver les Emissaires, sans succès.
Il entendit alors un grognement de Gueule Putride devant une maison en ruine, dont la porte semblait fermer. Et … des pleurs.

Le Purulent ne les avait pas abandonnés.

Leur lançant un ordre afin qu’ils ne s’élancent pas à l’assaut des sans-cornes prisonniers à l’intérieur, il donna un énorme coup de hache dans la porte, provoquant une énorme ouverture, par laquelle il regarda ce qu’il y avait de caché.

Un sans-cornes … petit et visiblement une femme. Le genre de femme qui plairait au chef. Les larmes coulaient de leurs yeux …
Il fit demi-tour afin de reprendre cette corde vue auparavant. Les Emissaires la découpaient avec leurs dents quand elles les entravaient. Ces humains n’en seraient pas capables. Il jeta un regard au ciel et remarqua que le chaman avait disparu.

Revenant, il laissa la corde à terre et ouvrir violemment ce qui restait de la porte, le faisant apparaître dans toute sa majesté à ces indignes.

Il vit alors plus distinctement ceux qui se cachaient ici.
En plus de la femme, il y avait plusieurs petits. Deux qu’elle essayait de cacher et il y avait également un sans corne sous la poutre. Une personne semblant coincée mais encore en vie, à coté duquel se trouvait un troisième petit.

Parfait. Il y avait là de quoi faire un magnifique sacrifice. Il sentait sur lui l’œil de son protecteur et sa satisfaction.

Avec un grognement, il mit les bêtes en place autour de la ruine, afin qu’elles empêchent toute tentative de fuite.
Il posa sa hache et, vif comme l’éclair, il attrapa l’enfant près de celui coincé. Alors que ce dernier commençait à pleurer, il lui fit un nœud avec la corde autour du cou.
Indiquant les restants de son doigt, tout en se montrant, puis les remontrant avant de montrer des chiens bavant, il tenta de leur faire comprendre que c’était la mort avec lui … ou celle avec les chiens.

L’homme semblait vouloir sortir mais, Arzhogh avant de le libérer, fit la même opération qu’avec son fils.

Il tenta de prendre les enfants mais la femme souhaitant les protéger, il finit par la saisir et l’envoyer rouler au fond de la maison. Attachant rapidement ces derniers, il se retourna pour voir la femme en pleurs, debout, une épée à la main, qu’elle semblait avoir déniché.

Les chiens s’avançant peu à peu vers les prisonniers, il décida alors de saisir deux des enfants et tout en fixant la mère, lui fit signe de jeter les armes, faute de quoi elle verrait ses rejetons dévorés vivants. L’homme tenta de crier mais il se prit un violent coup de pied dans le visage.
Tremblante … après des instants semblant durer une décennie pour elle, elle jeta son épée au loin. Avec un grand sourire, il lâcha les enfants tout en poussant un cri sec, cri que la femme reprit, pensant voir ses enfants tués sous ses yeux, mais les chiens s’éloignèrent quelque peu.
Il s’approcha alors lentement, et fit encore une fois un dernier nœud autour du cou du dernier sacrifice.
Il décida alors de libérer l’humain coincé et en enlevant la poutre, remarqué que sa jambe était étrangement tordue. Il aurait du mal à marcher …. Mais un sacrifice est un sacrifice.

Il regarda encore une fois la femme. Soit elle finirait en sacrifice, soit en offrande au chef, le sort qu’il l’attendait dans tous les cas, la ferait regretter de ne pas avoir essayé de l’attaquer.

Il sortit, les humains attachés devant lui, les chiens sur les côtés, digne escorte de leur sacrifice.

Il entendit encore le minotaure hurler ses imbécilités sur le sang. Qu’il s’amuse s’il le désire, ce qu’il espérait, c’était juste retrouver le chaman et rentrer.
Il sortit du village et croisa le chaman à terre, avec des sans-cornes. Visiblement, le sacrifice prenait une bonne tournure.
Il s’entendit avec le chaman sur le cadeau à amener au chef, et ils marchèrent vers le village, ponctués par les pleurs divers de leurs prisonniers.

Une fois arrivé au camp, le chef les y attendant, il lui remit celle qui fut désigné par le chaman comme cadeau, ainsi que ses enfants et Arzhogh ne put s’empêcher de penser que ce jour d'Espoir et de Fertilité pour les sans-cornes, les rejetons du Chaos se l'étaient accaparé, apportant le Désespoir sur les Humains et la Fertilité sur la tribu, tandis que les cris de l'humaine emmenée par le chef retentissait dans le camp"
Arzhogh, Voie du Bourreau

FOR 12 / END 10 / HAB 8 / CHAR 5 / INT 6 / INI 8 / ATT 10 / PAR 9 / TIR 8 / FOI / MAG / NA 1 / PV 65/65

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_arzhogh


3 Chiens du Chaos (obtenus via les récompenses chaotiques) :
Gueule Putride : wiki-v2/doku.php?id=fiche_chien_du_chaos

Croc Suintant : wiki-v2/doku.php?id=fiche_chien_du_chaos

Griffe Purulente : wiki-v2/doku.php?id=fiche_chien_du_chaos

Mutation : 23) Résistant Votre corps se renforce, vos os épaississent, vos muscles se densifient. Vous êtes soudain beaucoup plus dur à tuer. END +1

Avatar du membre
Karphaos
PJ
Messages : 7
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karphaos
Autres comptes : Darn le Grossier

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Karphaos » 31 juil. 2019, 19:12

Cela faisait plusieurs heures que Karphaos méditait dans les bois, agenouillé devant un tas de pierres couverte de mousse. Ses pierres étaient, en réalité, un antique autel dédié aux puissances de la ruine oublié depuis bien longtemps des créatures non-initiées aux arts démoniaques, c’était un lieu sacré ou il était possible d’entrer en communion avec les vrais maîtres de tout ce qui existe. Ce n’était pas pour rien qu’il avait convaincue le sanglier d’or d’amener la harde aussi loin de son territoire de chasse habituel, les voix qui lui murmuraient à l’oreille avait ordonné de venir en ses lieux pour accomplir une tâche importante, mais il ignorait encore laquelle et c’était pour le découvrir qu’il était en train d’appeler l’universel par des prières et en s’imprégnant des énergies corruptrices qui sévissaient dans cet endroit perdu entre les arbres tordus.

Ce fut quand le soleil se leva qu’une vision frappa l’esprit du Bray. Il vit un village fortifié au milieu d’une épaisse forêt, les humains qui y vivaient étaient heureux, ils buvaient, dansaient, riaient et chantaient dans une insouciance totale. Trois d’entre eux se démarquaient des autres, deux hommes et une femme qui semblaient briller de joie et de bonté, cette lumière qui sortait d’eux semblait se propager à travers toutes les personnes présente ce qui semblait faire grandir leurs bonheurs. Cette vision était insupportable pour la voix de l’universel et un dégoût et une rage immense le gagna, il avait envie de les tuer, de les massacrer et de se baigner dans leur sang, se fût à ce moment-là que la scène qui se déroulait dans son esprit changea totalement. Il vit que les sans-cornes c’étaient mis à trembler devant une ombre grandissante qui venait cacher le soleil qui brillait, jusqu’à maintenant, plus fort que la normal, il vie un Minotaure d’airain aux yeux enflammé briser les remparts de la ville pour aller éclater en hurlant au milieu des villageois en pleine festivité, envoyant voler des milliers d’éclat qui allèrent tailler en pièces les pitoyables humains et recouvrant chaque bâtiment d’une véritable vague de sang, puis arriva un grand cerf malade, sa peau semblait fondre et couler le longue de son corps jusqu’à tomber par terre et se répandre dans le sol en tuant toute vie, l’animal était accompagnait de trois loups à l’air féroce et donc les corps semblaient rongé par la vermines et par d’immondes pustules dans les qu’elles couvait un liquide marron, le cerf s’approcha des humains qui avaient survécu, donc les trois qui irradiaient de lumière, les trois loups encerclèrent les survivants et les forcèrent à se rassembler devant leur maître pour que ce dernier les faces s’agenouiller devant lui en poussant un brame tellement puissant que le jeune bray cru que son crâne allait exploser. Ce fut quand les humains eurent tous mis un genou à terre qu’une chauve-souris écorché doté de deux cornes de bélier descendit du ciel, le nouveau venu survola les prisonniers un moment avant de se poser sur l’épaule d’un des hommes brillants pour enfoncer ses serres dans la peau de l’individu, puis il l’emporta vers un immense trou d’ombre qui prenait l’apparence d’une mâchoire pourvue de milliers de crocs et don le vide qui la composait était parsemée de millions d’yeux qui fixaient l’humain hurlant avec une lueur de voracité, puis la bête volante revint vers les prisonniers pour transporter le deuxième homme lumineux, puis la femme, puis la vision s’acheva par un rideau d’obscurité total.


Karphaos sortit alors de sa transe, le front et le torse couvert de sueur. Sa mission lui était maintenant claire, cette journée était un moment de festivité et de bonheur pour les sans-cornes, cela déplaisait énormément aux vrais dieux et ses derniers avaient désigné trois de leurs enfants les plus loyaux pour mettre fin à cette ignominie.

Le Bray retourna au campement de la petite harde et il ne fût pas surpris de voir Orvasht et Arzhogh se quereller, les deux hommes-bêtes n’arrêtaient jamais de se disputer créant des situations délicates pouvant partir à tout moment en combat. Tirre essayait de calmer les choses en ordonnant au grand minotaure de lâcher le chien du cerf qu'il tenait dans sa main, mais il semblait que la bête furieuse refusait d’écouter et elle semblait prête à massacrer l’animal et ses deux frères qui lui grogné après, Karphaos décida d’agir pour empêcher le massacre à venir et pour transmettre la volonté des dieux aux deux idiots qui avaient été désignés par le chaos.
Il se mis entre les deux enfants de la ruine et leur décrit sa vision ainsi que ce qu'elle signifiait, leur révélant qu'ils seraient tous les deux les bras armés des dieux. Ses arguments avaient emballé le pestigor et le khorngor qui acceptèrent de suivre le bray qui les guidera jusqu’au village désigné par les puissances de la ruine sous le regard énervé du porc à la peau d’or.

Le petit groupe mit une petite heure avant d’arriver à un chemin au bout duquel était visible une palissade en bois mal entretenue avec une porte gardé par trois miliciens visiblement en pleine discussion. Derrière l’édifice était visible des toitures en paille et les trois hommes-bêtes pouvaient entendre des cris de joie et des rires. Karphaos se tourna vers ses compagnons, le minotaure était en train de gratter le sol nerveusement et ses nasaux se gonflaient au rythme de sa respiration qui ne faisait qu’accélérer, le cerf et ses chiens aussi semblaient impatient de massacrer les êtres pitoyables qui semblaient ne pas s’inquiéter d’une potentielle attaque.


Nous y voici. Derrière ses murs vous attendent ceux que les dieux nous ont ordonnait de massacrer. Orvasht, fait un massacre ! Recouvre leurs pitoyables constructions de sang ! Arzhogh, à toi de trouver les sacrifices !

Puis le chaman s’envola. Il fit de grands cercles au-dessus du village pour admirer le spectacle sanglant qui était sur le point de se produire. Il vit le minotaure tailler en pièce les trois pauvres soldats qui montaient la garde et enfoncer les portes de la palissade pour foncer dans une foule surprise qui ne semblaient pas comprendre que leur fin venait d’arriver, il vit également Arzhogh et ses trois « émissaires » passer les portes à leurs tours pour commencer à fouiller les maisons, le chaman n’en perdis pas une miette, contemplant la vision qui était en train de s’accomplir, mais sa satisfaction fut de courte durée quand il surpris un petit groupe de survivant essayer de s’enfuir par la même porte emprunté par les enfants du chaos. Un milicien armé d’une arbalète guidait trois paysans vers le chemin qui s’enfonçait dans les bois sans se douter qu’ils avaient été repérés. Karphaos plongea droit vers le milicien qui ouvrait la marche et il ne ralenti sa chute que pour viser le dos de sa cible avec ses sabots, l’impact fut violent et l’arbalétrier mourut sur le coup. Il observa le cadavre du sans-corne qui gisait sur le ventre, la colonne vertébrale enfoncée, puis il se retourna vers les trois fuyards. Il reconnue immédiatement le visage de deux d’entre eux, c’étaient la femme et l’un des deux hommes qui brillaient de bonheur, deux des trois sacrifices, le troisième était un homme d’un certain âge qui tremblait devant la bête ailée qui lui faisait face alors que les deux premiers ne montraient aucun signe de peur. L’homme regardait le bray droit dans les yeux pendant qu’il mettait la femme derrière lui, une lueur de défi brillait dans ses yeux et ses poings serré laissaient deviner de ses intentions, Karphaos pris alors son fouet qu’il déroula et fit signe à l’humain téméraire de s’approcher, celui-ci chargea son adversaire, bien déterminé à lui mettre un coup puissant en pleine visage, mais cela ne se passa pas ainsi. Le chaman prit son envol au dernier moment, laissant le sans-corne lui passer dessous avant de se poser à sa place initiale, il profita que son adversaire était pris dans son élan pour lui mettre un coup de fouet dans le dos qui le fit s’écrouler au sol, Karphaos s’approchât alors de lui, prenant plaisir à fouetter le misérable humain à chaque fois qu’il bougeait. Il attrapa le blessé geignant par les cheveux et le tira jusqu’aux deux autres villageois qui tremblaient de peur devant le sort qui les attendant. Il leur fit signe de s’agenouiller devant lui, mais voyant qu’ils ne semblaient comprendre son ordre, il les fouetta jusqu’à ce qu’ils soient tous les deux au sol et il continua alors qu’ils essayaient de se relever. La voix de l’universel n’eut pas à attendre longtemps avant que le cerf le rejoignît suivi par un groupe de prisonnier attaché et encerclé par les cabots malades, il reconnut dans le groupe le dernier des sacrifices et il l’échangea contre l’homme plus âgé, puis ils discutèrent du partage du butin avec Tirre en attendant le retour d’Orvasht qui semblait encore en train de détruire des constructions tout en buglant comme un dégénéré. Une fois chaque bâtiment rasé et les prisonniers correctement attaché, la troupe put prendre le chemin du camp où ils furent accueillis par les ungors en héros, Karphaos et Arzhogh s’agenouillèrent devant le sanglier d’or et ils lui racontèrent comment s’était passé le raid avant de lui remettre une magnifique et pulpeuse jeune femme, ainsi que trois enfants en pleur. Tirre, visiblement satisfait de cette offrande, félicitât ses meilleurs champions avant de s’emparer de sa part du butin pour les amener sous sa tente. Le petit groupe se dispersa, le pestigor parti avec ses chiens et son humain tremblant en direction de ses quartiers pendant que le khorngor alla s’allonger dans un coin pour faire une sieste digestive. Le chaman se retrouva seul au milieu d’une douzaine d’ungor qui lorgnaient les trois prisonniers restant dans l’espoir de pouvoir également profiter des prises de guerre, mais leurs regards avides furent remplacés par des yeux suppliant et craintif quand le fouet de la voix de l’universel claqua sur le torse de l’un d’entre eux.

Bande de rat puant ! Allez me chercher un couteau, une hache, des cordes et un sceau immédiatement !

Trois ungors se précipitèrent pour obéir aux ordres du mystique tandis que les autres restaient tétaniser devant le fouet qu’ils avaient trop souvent goûté.

Vous ne m’avez pas entendu vermine ? Au travail ! Il fouetta l’un des demi-humains. Allez me couper des arbres immédiatement pour construire l’autel, ou c’est vous que je sacrifierai ! Il en fouetta un autre.

La foule d’homme-bête se dispersa au pas de course, chacun allant chercher des outils pour exécuter les ordres qui leur avaient été donnés. Quelques minutes plus tard, les trois premiers ungors revinrent avec ce que le chaman avait exigé, Karphaos leur ordonna de surveiller les prisonniers pendant la construction du monument en précisant bien quel châtiment les attendrait s’ils leur arrivaient quoi que ce soit.
► Afficher le texte
Enfin ! Karphaos avait accompli sa mission, l’autel impie était construit. Mais une offrande n’était valable que si les destinataires l’acceptaient et pour le savoir il n’y avait qu’un seul moyen. Le chaman prit son bâton démoniaque dans la main droit et son bâton chamanique dans la gauche, puis il entama une prière dans la langue des démons.

Ho, puissance de la ruine ! Entendez mes mots en ce jour de gloire pour le chaos ! Écoutez la prière de votre serviteur ! Venez et voyez ce sacrifice que je vous fais ! Acceptez cette humble offrande en nous bénissant de votre présence !

Immédiatement, les voix dans la tête du chaman se mirent à parler fort, créant un charabia incompréhensible dans une langue qu’y était inconnue aux mortels. Les yeux du chaman se révulsèrent, une voix venue d’un autre monde sorti de sa bouche pour scander les mots qui se bousculaient dans l’esprit du bray, l’air devenait plus lourd et plus malsain à chaque mot prononçait et les ungors tremblaient devant un tel spectacle, jusqu’à ce qu’un éclair surgi des deux bâtons qui venaient de se croiser pour frapper le monument. Karphaos put reprendre ses esprits et il put voir les inscriptions et les runes sur l’autel briller d’une lumière tamisée et multicolore, les amulettes bouger toute seul alors qu’il n’y avait pas le moindre vent, mais il vit surtout l’œil mort qui semblait reprendre vie et regarder tout ce qui l’entourait. Cette fois, sa tâche était réellement terminée et il fêta cela en chantant et dansant toute la nuit autour du monument, il fut accompagné pendant un temps par les ungors qui étaient heureux d’être sous la surveillance de leurs maîtres, mais ils se dispersèrent rapidement quand le chaman se mit à les fouetter, pas pour les chasser ou les réprimander, uniquement pour avoir le plaisir d’entendre le cuir claquer au vent et le voir entailler la chaire. Comment pourrait-on lui en vouloir ? Karphaos ne fait que ce pour quoi il est né, servir les dieux et apporter la souffrance à tous ceux qui l’entoure.
Karphaos, Mystique
Profil: For 8 | End 8 | Hab 8 | Cha 5 | Int 9 | Ini 8 | Att 8 | Par 7 | Tir 8 | Foi | Mag 10 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_karphaos

Avatar du membre
Hagin Duraksson
PJ
Messages : 65
Profil : FOR 9/ END 10/ HAB 7/ CHAR 8/ INT 8/ INI 6/ ATT 10/ PAR 13/ TIR 9/ NA 1/ PV 85/85
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_hagin_duraksson
Autres comptes : Bugman, Gormil

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Hagin Duraksson » 01 août 2019, 11:00

Comme l’année passée, le fils prodigue revint à Khazad d’acier. La vieille forteresse aux murs ceints d’airain se dressait comme toujours, fière et stoïque dans les souterrains, à la frontière de l‘Ungdrin Ankor, mais un détail attirait l’œil du voyageur à la pèlerine: elle recommençait à s’agrandir, chose qui ne s’était pas vue depuis au moins cinq ou six siècle. Le renouveau des nains se ressentait jusqu’ici et de nouvelles salles s’ajoutaient, même si le voyageur était encore trop loin pour déterminer l’utilité des nouvelles dépendances, mais nul doute qu’elles étaient elles même fortifiées et reliées au Khazad central par des souterrains sécurisés. Mais une fois encore, il passa la grande porte de la forteresse et une fois encore, il eut une pensée émue pour les dawis de faction en ce jour de fête. Sonnstille, jour de vie était, chez les nains, dédié à la déesse ancestrale Valaya.

Hagin salua au passage plusieurs nains de sa connaissance, qui purent par la même occasion constater que le dernier brise-fer de la branche aînée des Murdacier était encore en vie, du moins pour le moment. Le jeune brise-fer se dirigea vers ses quartiers, barrés d’une solide porte de chêne et d’acier et ouvrit cette dernière à l’aide de la clef qu’il gardait sur lui. Alors il put enfin se détendre car voyager seul dans l’Ungdrin Ankor, même si c’était le plus prudent pour avancer vite lorsque l’on était seul restait très éprouvant pour les nerfs, malgré les diverses occasion où il avait put les passer sur quelques grobis qui erraient dans l’antique domaine du peuple sous la Montagne, domaine un peu plus reconquis chaque jour puisque les enfants de Valaya sortaient enfin de leur longue hibernation après les tragiques Temps du Malheur. Le porteur de gromril se dévêtit de son armure qu’il polit avec le plus grand soin. Celle ci n’était pas décorée, simple à la mode fonctionnelle des nains, ce qui témoignait de la jeunesse de son porteur, puisque nul doute que gravures décoratives, protections auxiliaires et runes viendraient avec le temps, même si cela pouvait prendre plusieurs siècles, mais après tout, les nains ne sont ils pas parmi les races les plus patientes? Vint le tour de son bouclier, fidèle ami lui ayant sauvé la vie en plus d’occasion qu’il ne pouvait le compter et qui fut nettoyé et réparé de fond en comble. La hache, qui lui fut offerte dans cette bonne vieille bâtisse, subit elle aussi le même sort. Enfin, Hagin put se dévêtir et se baigner dans le bassin. Après y avoir passer de longues minutes pour se défaire de la crasse accumulée lors du voyage, il passa à sa barbe, son joyau. Il la peigna, la lustra, la lava et la huila avec moult tendresse et soins avant de la parer à l’aide de bijoux, notamment des barrettes d’argent, mais cette année, sa fierté était assez longue pour y passer un premier anneau gravé, du symbole de son clan naturellement.

Une fois propret, il put se rendre à la salle des tombeaux pour la cérémonie traditionnelle, avec son frère Dwimbar et sa belle sœur Sanda pendant que son père officiait et ouvrait la porte runique cachée. Comme chaque année, ils commencèrent un pèlerinage au milieu des morts de jadis et de demain, et Hagin put constater que son gisant portait désormais une armure de gromril, tout comme lui, à la différence près que le portrait l’avait en pierre. La crypte fut de nouveau scellée et la fête pouvait enfin commencer dans la salle des banquets, alors tout les nains disponibles s’y dirigèrent promptement.

Dans la salle, la bière coulait à flot et l’on chantait et dansait sans discontinuer. Lors des contes des longues-barbes, Hagin se retrouva avec son neveu, le tout petit Thorak, sur les genoux. Il n’y a pas à dire, pour un petit dawi, il était énergique, même si il n’avait pas le moindre poil au menton. En effet, son premier neveu lui tirait allègrement la barbe et essayait de grappiller, en babillant et en agitant ses petites quenottes, un peu de bière rousse. Opération qui s’avéra être une grande réussite puisque le petiot se retrouva promptement avec sa propre barbe, en mousse certes, mais sa première tout de même. Les jeux reprirent, bras de fer avec les mineurs, combat de lutte, durant lequel Hagin se retrouva de nouveau face à Kuvi, mais ce coup-ci il était prêt et bloqua le direct du droit avant de riposter. Le combat dura dix bonnes minutes avant que l’alarme ne soit sonnée. Comme un seul nains, tout les dawis présents se levèrent, s’emparèrent de leurs armes et montèrent au front. Le duel reprit sous la forme d’un concours de chasse au gobelin, qui s’acheva sur une égalité alors qu’Hagin tranchait en deux un chaman tandis que la jeune femme enfonçait la pointe de sa pioche dans le crâne du grobi. Les quelques blessés légers furent promptement soignés et la fête recommença à battre son plein en l’honneur de Valaya. Tout nain digne de ce nom ne pouvait qu’approuver, rien n’est plus agréable qu’une bonne bière à la maison après une chasse au grobi. Et la soirée continua, le jeune Murdacier discutant intensément avec le clan minier des Pioche-d’or. Décidément cela faisait du bien de rentrer à la maison…
Hagin Duraksson, Voie du défenseur des tunnels

Sans matériel, ni compétence: FOR 09/ END 11/ HAB 07/ CHAR 08/ INT 08/ INI 06/ ATT 10/ PAR 13/ TIR 08/ NA 1/ PV 85/85
Avec matériel et compétences: FOR 09/ END 11/ HAB 05/ CHAR 08/ INT 08/ INI 05/ ATT 09/ PAR 11/ TIR 08/ NA 1/ PV 85/85
Matériel de combat équipé et compétences:

-Hache équilibrée à une main: 16+1d8 dégâts ; 11 parade ; Percutante et précise.
-Bouclier en acier: 6+1d6 dégâts ; 16 parade ; Déstabilisant
-Armure de gromril: 20 points de protection sur tout le corps à l'exception de la tête. Malus de -1 INI, -2 HAB, ATT et PAR.
-Casque de gromril: 20 points de protection sur la tête. Malus de -1 INI et HAB.

-Volonté de fer: Votre personnage a une force morale bien au-dessus de la normale. Cette compétence lui permet d'augmenter sa résistance aux effets psychologiques (peur, terreur, etc.). Dans l'une de ces situations, il a un bonus de +1 sur ses tests de volonté.

-Déplacement silencieux en souterrain: Votre personnage, ajoute un bonus de +1 lorsqu'il cherche à se déplacer et réaliser des actions silencieusement.

-Résistance à la magie (1): Votre personnage est particulièrement résistant aux effets de la magie. Contre les sorts de dégâts, son endurance est multipliée par le nombre de point qu'il possède dans cette compétence. En cas de test à effectuer sous une caractéristique pour résister aux effet de la magie, il peut faire autant d'essai qu'il a de point dans cette caractéristique.

-Arme de prédilection, Hache: Votre personnage, grâce à la pratique continue d'une même arme, en a acquis une maîtrise technique telle qu'il peut ajouter un bonus de +1 en ATT lorsqu'il l'utilise en combat. Cette compétence reflète le fait que votre personnage possède une arme “préférée” qu'il utilise avant toute autre, si possible. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

-Chant Nain, Chant de Mort: Votre personnage, lorsqu'il réalise que le combat qu'il est en train de mener sera sûrement son dernier (à moins d'un miracle), entonne son chant de mort. Dès cet instant, il peut enlever 1D10 points de blessures à tous les dommages qu'il reçoit, pour représenter le fait qu'il n'en tient plus compte: la seule chose importante est de retenir l'ennemi le plus longtemps possible, et d'entrer dans la légende. Il ne peut entonner son chant qu'à partir du moment où il est réduit à 15 points de vie ou moins. Le retrait des points de dégâts ne signifie pas qu'il évite de perdre des points de vie : une attaque réussie de votre adversaire et non parée par votre personnage enlèvera toujours au moins 1 point de vie ! )

-Chirurgie: Votre personnage détient les connaissances médicales requises pour “raccommoder” des blessures ou réduire des fractures. Il connaît également les critères de risque d'infection et sait les éviter. S'il possède le matériel nécessaire, sur un test de chirurgie réussi, son diagnostic est pertinent et il peut pratiquer un geste médical adéquat.

-Vision Nocturne: Votre personnage est doué de cette faculté de voir dans l'obscurité. Cependant cette obscurité ne devra pas être totale, comme celle des profondeurs de la terre ou les des souterrains d'un château etc. (Il doit au moins exister une source de luminosité : Astres lunaires, bougie etc., Votre personnage n'est pas capable de voir dans une obscurité totale.)

-Chant de guerre nain: Votre personnage, en tant que nain, connait les nombreux chants de guerre qui honorent les hauts faits d'arme, la fierté naturelle et la bravoure du peuple nain. Cela permet à tous les nains se trouvant dans un rayon de 100 mètres de gagner un bonus de +1 en ATT tant que le chant continue.

-Parade: Votre personnage a appris comment se servir d'une arme à son plein potentiel pour réussir à parer une attaque rendant les parades bien plus efficaces. La valeur de parade des armes (bouclier compris) est ainsi doublée.
Moi, Hagin, je fais serment d'être un Veilleur des Ténèbres.

Avatar du membre
Alicia
PJ
Messages : 94

Re: [Événement temporaire] Sonnstille, le Solstice d’Été

Message par Alicia » 03 août 2019, 12:05

C'était là un bien étrange Sonnstile pour Alicia. Que déjà la fête existasse dans une partie du monde aussi éloignée de la civilisation fut une chose, mais qu'en plus de cela elle et ses compagnons se retrouvasses à échanger des coupes de vin avec les invités de leur hôte....

Cette ambassade en Inja était vraiment quelque chose. Malgré les nombreux faux pas de leur envoyé, les vaches et moult iontrigues, ils avaient finalement obtenus les bonnes grâces du raj local, le grand prince du Sistân.

Les armes à poudre avaient eu un grand effet sur lui. Elle n'étaient pas inconnues, mais la technologie impériale en la matière était bien plus avancée que leurs vieilles arquebuses rouillées à rouet. Le pistolet à répétition offert au noble avait eu plus d'effets sur lui que les prêches envers Sigmar en tout cas. C'était dommage mais c'était comme ça.
Ce vainqueur de la guerre civile, une querelle de succession comme une autre, les avaient conviés à son banquet de victoire.

Le grand prince, nouvel hegemon des royaumes d'India, avait convié à sa fête ses alliés, en plus des impériaux, auxquels il voyait là un moyen d'accroître son prestige, sa renommée et les débouchés commerciaux de son pays.
Il y avait aussi présent le prince héritier de Prussia, lui même devant combattre dans une guerre de succession chez lui, doublée d'une invasion étrangère et cherchant soutiens pour lutter contre les envahisseurs alliés à son cousin. Sa suite était par ailleurs plutôt étrange, voir exotique. Un un homme fou, que l'on disait génial, et au pinceau immonde, se prenant pour un grand artiste; une bête de guerre, toujours silencieuse et prête à vous sauter à la gorge si vous esquissiez le moindre geste menaçant contre son suzerain; un brade, race coureuse de jupons et aux mœurs étranges, qui comptait fleurette à tout ce qui avait un con, et dont personne ne savait vraiment trop ce qu'il faisait là; une prêtresse, de quelques divinités locales, vêtue de manière outrageusement provocante, n'ayant pour seuls tissus sur elle que de légères étoffes autour des hanches et de la poitrine. Et la bougresse s’enfilait des cruches d'alcools avec le bardes sans coup férir depuis un moment. Assurément, le prétendant au trône de Prussia était un homme cruel et débauché qui deviendrait un futur tyran faisant couler le sang de ses sujets au gré de ses humeurs. Quoiqu’en dise son visage d’ange ses joliets traits et ses cheveux soyeux, il n'apporterait certainement que peine et douleur à son peuple. C'était dans le but de prévenir ces peines au plus grand nombre qu'elle s'était installée près de lui pour essayer de le convaincre de vénérer Sigmar.

Aux alliés moins exotiques du prince se trouvaient divers nobles locaux, quelques magistrats de la capitale, de rusés renards faisant profit sur la guerre, déguisés en innocents poulets....

Enfin, plus étonnant, se trouvait à la place d'honneur l'autre prétendant au trône du Sistân, défait, à qui l'on servait les meilleurs crûs et plats, entouré de beautés fabuleuses...

Par le truchement du prince de Prussia, elle comprit que ce n'était pas ici la bonté du nouveau souverain qui s'exprimait, mais la tradition. En effet, les membres de la lignée royale ne pouvaient, au pays de la joie de vivre, fils du dieu du rire, mourir avec de tristes pensées en tête. Aussi, une fois que l'ancien prétendant serait saoul, entouré de belles femmes, alors à ce moment, des mains expertes l'étrangleraient afin qu'il meure joyeusement. Une étrange tradition, mais pas forcement la plus cruelle qui soit.? Nombre de prétendants au trône impérial eussent sans doute donnés beaucoup pour rencontrer une aussi plaisante fin. Dommage que le présent condamné à mort ne s'en rende pas compte. Il tirait un sale tête malgré les efforts que l'on faisait pour le divertir....

Le banquet devenait de plus en plus attractif à mesure que le temps passant. La nourriture, quoique épicée, devenait meilleure, de même que les alcools, les servantes et serviteurs de plus en plus seplendides et légèrement vêtus, la musique entraînante, les comédiens exotiques, avec leurs déguisements d’animaux, d'un réalisme incroyable.... Puis, alors que l’inquisitrice servait un nouveau verre de jus de fruit à son jeune interlocuteur, un jeune homme sorti de l'enfance malgré son rang, tout en lui parlant d'Ehll Fen, une fausse note dans ce décors parfait vint gâcher le moment. L'un des musiciens avaient été bousculé par l'ancien prétendant. Celui lci, armé d'un tesson d'une cruche brisée et les yeux exorbités de fureur et de rage, fonçait vers eux. Ou plutôt vers le futur tyran de Prussia qu'elle s'evertuait à convertir. Et personne ne bougeait, trop occupés que les invités étaient par les divertissements ou surpris pour esquisser le moindre geste.

Sans prendre le temps de réfléchir, l'inquistrice jeta au visage de l'assassin en herbe la carafe de terre cuite qu'elle avait en main, avant de se mettre en travers du chemin du tueur.

Mal lui en prit. Celui ci, plus rapide - ou moins éméché - qu'elle, ne lui laissa as le temps de la désarmer ou lui bloquer son bras armé. Et il la planta au ventre. Trois fois. Puis la jeta sur le côté pour se jeter sur le prétendant au trône de Prussia.

Par la suite, alors que' sa conscience s'effilochait, elle entendit beaucoup de bruit et elle avait froid, malgré que l'on soit sous des cieux bien plus cléments que ceux du vieux monde.... Tout juste entreviet elle son assaillant se teinter de rouge avant de sombrer dans l’inconscience.... Elle voulait dormir.

Quelque part, un dieu jeta une pièce en l'air, et celle ci roula, se penchant un coup à droite, un coup à gauche.....
Alicia, voie du répurgateur

L’innocence ne prouve rien.

Profil: For 8 | End 9 | Hab 10 | Cha 12 | Int 11 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_alicia

aventure en cours : viewtopic.php?f=214&t=6633

Verrouillé

Retourner vers « Cirque Zavattaniels et Taverne RP "Au Squig Unijambiste" »