[Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Nuln est la seconde ville de l’Empire et du Reikland. Nuln centralise tout le commerce du sud, c’est là que convergent les voyageurs du Wissenland, du Stirland, d’Averland et des régions plus à l’est. Nuln est le siège de l’Ecole Impériale d’Artillerie, où les canons sont fondus et où les artilleurs apprennent la balistique. Ils y étudient les nombreux problèmes pratiques liés au déplacement et à la mise en œuvre des pièces d’artillerie. Grâce à leurs efforts, l’Empire bénéficie d’un vaste et efficace corps d’artillerie, de loin supérieur à tous ceux des pays frontaliers.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 782
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Erwan n’était pas vraiment un sportif ; traînard et hésitant, il fit des petits bruits alors qu’on l’attrapait vivement par la manche, et il faillit même glisser bêtement sur on-ne-sait-quoi durant les petites foulées qui le firent vite haleter ;
Heureusement, Reinhard atteint bien vite les portes malgré son boulet de camarade ; l’espèce de rideau de métal commençait à descendre, mais les deux s’agenouillèrent et passèrent dessous juste avant que ça se ferme derrière eux.

Le gros fourgon blanc grognait encore très fort — son moteur résonnait dans cette grande pièce fermée, et on entendait des portes claquer tandis que des gens en uniformes bleus descendaient une sorte de grand lit sur lequel était assise une vieille dame portant un masque.


Comment s’orienter dans un tel endroit ? Après avoir évité les ambulanciers, Erwan et Reinhard s’enfonçaient dans un long couloir vide, et cerné de grandes portes un peu partout — chacun de leurs pas résonnait dans un écho, et avec toute la lumière et les longues lignes qui formaient le bâtiment, on ne pouvait pas dire que la discrétion allait marcher longtemps…


Surtout qu’Erwan tira sur le vêtement de Reinhard, pour l’arrêter en criant :

« Attends ! Des caméras ! »

Il fit un signe de tête vers le plafond : il y avait une sorte de petite boule vitreuse collée.

« Fait chier ! Ils nous ont vus ! Faut vite se bouger avant que des vigiles n’arrivent ! »

L’infiltration aura bien duré à peine dix secondes — c’était quand même plus simple à Nuln.



Sur un des murs, il y avait une carte — apparemment, c’était un plan d’urgence contre les incendies, comme quoi les gens ici avaient tout de même un peu de bon sens, parce que le feu était bien un danger de tous les jours dans l’urbanité. À défaut de comprendre grand-chose à cet univers, ce plan là était bizarrement simple et schématique ; il y avait tout de parfaitement clair et indiqué, y compris les laboratoires qui apparemment étaient au rez-de-chaussée, pas trop loin de cet emplacement d’ailleurs.
Le docteur Dextre devait y être, vu qu’il paraissait être un grand chercheur concoctant des maladies.



Une double-porte coupe-feu passée plus tard, Erwan et Reinhard, pressés, à petites foulées, s’arrêtèrent devant une sorte d’immense porte bien solide, assez pour ne pas pouvoir être forcée. Le guide de Reinhard tapota dessus, en ayant l’air triste.

« Oh merde, faut une carte d’accès pour ouvrir ça… »

Comme s’il avait deviné que Reinhard ne comprendrait pas, il eut la politesse de s’expliquer.

« Faut qu’on récupère un badge de quelqu’un d’ici qui a l’air bien placé ; il doit la porter autour du cou. »

Du détour d’un couloir, on entendait une voix grésillante. Puis quelqu’un qui fit le tour, et qui se présenta aux deux intrus, une main sur une boîte métallique à son torse.

« PC, j’m’en occupe.
Hé ho ! Messieurs ?! »


Grand, costaud, en uniforme noir, bâton sombre à la ceinture, cette personne devait être la soldatesque locale du laboratoire.

« Je vais vous demander de vous arrêter, d’accord ?! La police a été appelée ! »
Jet d’observation de Reinhard : 20, échec critique
Jet d’orientation : 12, ça fonctionne grâce au gros cerveau de Reinhard.

Image

Avatar du membre
Reinhard Faul
Monster Vieux Monde 2021
Monster Vieux Monde 2021
Messages : 249
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par Reinhard Faul »

La porte est fermée. Je me casse les ongles en essayant vainement de les glisser dans l’interstice entre le chambranle et le panneau tel un chat fou. On est bloqué. Le pire, c’est que je ne peux même pas me faufiler en dessous sous la forme d’une nuée de mouches. Le passage est hermétiquement scellé, comme les murailles d’un château mais pour microbes. Y a rien qui passe grâce à plein de bidules technologiques. Je me retourne vers le garde.

C’est trop tard pour se faire passer pour des médecins. Je pue comme jamais, j’ai l’air très malade. Pourtant j’essaie de prendre l’air serein d’un type qui a toutes les raisons d’être là. Les mains dans les poches, je fais semblant de m’esclaffer face à un quiproquo qui nous fera tous rire une fois que le malentendu sera dissipé. Au fond, j’ai du mal à rentrer dans mon rôle. Je suis perdu dans une autre dimension, petit nurglite de Nuln. Ça serait plutôt un boulot pour Valitch de s’introduire dans d’autres réalités, moi j’ai pas les épaules. Malgré mon peu de foi en la manœuvre, je tente le coup de bluff face au garde :

« Nan mais messire Dextre sait qu’on est là. Il nous paie pour ses expériences. On s’est juste faufilé dehors pour fumer une clope, et pis on s’est perdu. On voulait pas s’enfuir ! »

Je ne l’ai jamais fait personnellement, mais je sais que dans mon monde on peut arrondir ses fins de mois en se vendant à des sorciers peu scrupuleux. Ils prennent du sang, des cheveux, baragouinent ; la majorité du temps c’est parfaitement inoffensif. Des fois, des mendiants disparaissent. Tout le monde s’en fout. Pourquoi ça serait différent ici ?
Natus est cacare et abstergere coactus est.
Image
Si vous vous y connaissez en latin pitié aidez moi.


Lien Fiche personnage: Ici

Stats :
Voie du sorcier de Nurgle (Profil avec empreintes occultes et mutations)
For 8 | End 11 | Hab 9 | Cha 8 | Int 13 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 16 | NA 2 | PV 100/100

État temporaire :
Clairvoyance : +1 en Magie et en Intelligence
Nuages de mouches : -1 ATT/PAR/TIR/INI pour toutes les personnes à moins de 6m
Plaies suppurantes : 1d3 dégâts retranchés à chaque blessure
Pourriture de Neiglish : Porteur sain
Protection de Papy : 2d4 PdC à chaque critique en incantation


Grimoire :

- Lumière : À appliquer sur un objet ; Fait de la lumière pendant 1h
- Flammèche : Petite étincelle au doigt pendant une minute
- Météo : Connaît la météo prochaine
- Repos : Peu faire se détendre quelqu'un

- Infestation de Nurglings : 24m / 1d4 tours / Projectile magique. Une fois qu'une personne est touchée, elle subit 10+2d10 dégâts magiques par tour / Dès la fin du sortilège ou la mort de l'ensorcelé, des bubons explosent, libérant 2d3 amas de chair, qui sont autant de nurglings
- Fontaine putride : 6m / Instantané / 30+2d10 dégât devant lui + gain de 7 armure temporaire magique / +5 dégât par point de MA
- Gerbe corruptrice : 12m / 10+1d10 dégât dans une zone de 6m, esquivable ; métal rongé après 1d4 tours / -1 esquive par MA

- La multitude fait le tout : Se change en nuée de mouches
- Prodigieuse santé : Contact / Devient ultra bogosse et ultra chad
- Grande invocation de petits amis : Invoque des insectes pour servir d'ingrédients
- Immonde messager : Peut envoyer des messages twitter (Caractères limités)
- Allégresse fétide : Supprime toute douleur mentale ou physique
- Divine urgence : Force la cible à faire un jet d'END. Diarrhée en cas d'échec.
- Paludisme dévorant

- Invocation : Nurglings
- Invocation : Bête de Nurgle
- Invocation : Porte Peste
- Octogramme de conjuration


Compétences :
- Résistance accrue : +1 END aux jets testant la résilience physique (Fatigue, drogue, alcool, torture...)

- Vol à la tire : +1 pour escamoter quelque chose
- Baratin : +1 pour endormir la vigilance de quelqu'un
- Déplacement silencieux : +1 pour fureter quelque part
- Déguisement : +1 pour s'infiltrer en étant déguisé
- Alphabétisation
- Autorité

- Sens de la magie : Sur un test, détecte les événements magiques
- Incantation (Domaine de Nurgle)
- Maîtrise de l'Aethyr (Nurgle) : 2
- Contrôle de la magie
- Divination (Oniromancie) : Sur un test au cours de son sommeil, peut découvrir la destinée de certains personnages
- Langue hermétique (Langue Noire) : Parle la langue immonde du Chaos
- Confection de maladies : Peut fabriquer des maladies communes et rares


Équipement de combat :
- Bâton démoniaque : 2 mains ; 10+1d8 dégâts ; 8 parade ; Assommante & Utilisable seulement par les classes magiques. +1 PAR
- Pistolet à répétition : 46+1d8 dégâts, malus -2 TIR/8 mètres, peut tirer cinq fois à la suite avec un malus de -1 TIR par chaque nouveau canon qui fait feu
- Agaga (Épée à une main) : 18+1d10 dégâts ; 13 parade ; Rapide, Précise, Perforante (2) ; +1 INI
- Cocktail Molotov (x4) : Dans un rayon de 1m, toute personne qui est touchée par la bouteille prend trois états de « Enflammé ». Dans un rayon de 2m, c'est 2 états seulement. Dans un rayon de 3m, un seul état.

- 15 balles et poudres

- Tenue de cultiste de Nurgle : 5 protection ; Tout le corps sauf tête

- Anneau d'Ulgu : Lorsque porté, vous pouvez faire croire à ceux qui vous entourent que vous êtes un humain lambda (sans mutation aucune ni trait particulier) pendant 1 heure. Vous ne pouvez utiliser cette capacité qu’une fois par jour. Vous ne pouvez pas prendre l’apparence d’une personne en particulier.

- Miroir de la Demoiselle d'Acques
- Cor de la harde des Museaux Annelés



Équipement divers :

- Marque de Nurgle
- Caresse de la vipère (poison) : Un sujet blessé par une arme enduite de ce venin doit réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir dans END minutes. Chaque minute avant sa mort, le sujet subit 5 points de dégâts non sauvegardables, et un malus cumulable de 2 à ses caractéristiques.


- Couverts en bois
- Sac à dos
- Couronnes dentaires en bois
- Tatouages
- Porte-bonheur

- Sap-biscuit

- Costume de répurgateur + Fleuret (Déguisement)



Divers divers :

Image

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 782
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

L’explication de Reinhard n’était pas forcément délirante ; mais il était très clair que le pion ne l’acceptait pas. Sourcils froncés, lèvres retroussées, il fit un vif signe de la tête vers l’autre côté du couloir.

« Vous n’êtes pas autorisés d’entrée. Alors on déguerpit, par là. »

Au moins, Reinhard en avait tiré un avantage, un qui l’avait toujours bien servi à Nuln, à l’époque où il était un simple cultiste — sous sa forme habituelle, il paraissait parfaitement inoffensif. De taille médiocre, soutenu par une canne de marche tandis qu’il se donnait un air boitillant, sale et portant des vêtements qui lui donnaient un air de marginal original, comment pouvait-on le prendre avec méfiance ? Surtout quand on était un vigile grand et costaud, avec des bras bien musclés apparaissant sous les manches de son habit.


Le garde tendit une main pour pousser derrière l’épaule de sieur Faul, afin de sèchement l’intimer d’avancer. Mais alors, on lui rendit la pareille, tandis que les doigts du petit homme en face de lui attrapaient fermement son poignet.
Il écarquilla grand les yeux, et tenta immédiatement de reculer.

« Mais- … Lâche-moi ! »

Alors, c’était tout simplement une vision d’honneur qui apparut juste devant lui : le visage humain de Reinhard se désagrégea, en même temps qu’un immense rictus amusé déformait sa face. Le Grand Coësre se révélait, avec ses yeux jaunâtres, ses dents cariées, et surtout, ses mouches, ses dizaines, centaines de mouches qui volaient hors de sa gorge, de ses oreilles, de ses narines.
Et Reinhard se mit à chanter.

Une petite comptine, simplette, mais rendue mystique par l’utilisation de la Langue Noire. Par pur réflexe, le garde tenta de fuir, en tirant son bras, mais Reinhard le maintint tant bien que mal sur place en tirant de toutes ses forces sur le poignet et le biceps de sa future victime. Et avant que celle-ci ne put penser à donner un coup de pied, ou sortir la matraque à sa ceinture, la mâchoire de Reinhard s’ouvrit en grand, et une gerbe de bile vola hors de son œsophage.

Alors qu’on le relâchait soudainement, le garde fit plusieurs pas aveugles en arrière, ses yeux fermés et ses poings sur ses yeux, en train de les frotter machinalement.

« PUT- PUTAIIIN ! »

Mais alors, de la fumée commençait à s’échapper de son visage. L’acide rongeait sa peau. Sa chair. Ses os. Il tentait de le retirer, par tous les moyens, mais parvenait simplement à le répandre sur ses doigts. Il tomba à la renverse, et se mit à convulser par terre tandis que maintenant, il poussait des hurlements stridents qui résonnaient à travers tout le couloir.

En jetant un œil derrière lui, le sorcier pouvait voir Erwan collé le dos contre le mur, à lentement glisser contre tandis qu’il tremblotait comme une feuille, en même temps qu’il était paralysé par la frayeur. Et on l’entendait chuchoter à tue-tête, malgré les beuglements aigus de l’acidifié.

« Oh mon Dieu, oh mon Dieu, oh mon Dieu… »

Reinhard ne savait pas vraiment ce qu’était une caméra — mais il avait vaguement compris qu’on était capable de le voir sans être physiquement présent dans le couloir. Peut-être pouvait-on donc l’entendre ? Il regarda donc tout droit l’un de ces biduliers ronds en verre collés au plafond, et il se mit à hurler de toutes ses forces, avec une voix maintenant plus grésillante et plus grave — la voix d’un homme malade :

« JE DOIS PARLER AU DOCTEUR DEXTRE ! MAINTENANT ! »

Et lentement, il se retourna vers le pauvre Erwan. En quelques lents pas, il se retrouva devant lui, et le pauvre garçon glissant en bas du mur, il n’avait qu’à un peu voûter le dos pour approcher son museau de lui, et lui intimer quelques ordres sèchement murmurés.

« Du calme. Du calme ! Reste avec moi, et je te garderai en vie.
Cherche un peu à te rendre utile. »


Erwan se mit à hocher frénétiquement de la tête de bas en haut pour dire « oui », tandis que les mains dans le dos, et très débonnaire, Reinhard retourna près de la porte blindée. Maintenant qu’il n’était plus question de prétendre, il se contenta de regarder l’étrange carré noir avec une loupiote rouge collé sur le mur à côté de l’ouverture ; ouvrant à nouveau sa bouche, il se mit à contracter son ventre, à faire un nouveau chant, et l’acide revint tapisser sa gueule, et s’éjecter de ses dents pour largement tapisser et ce machin, et le blindage. Quelques instants plus tard, et les matériaux se mirent à fumer, avant que le coffrage de la porte ne commence à bouger…



Toutes les lumières artificielles du couloir s’éteignirent soudainement. Il n’y avait plus que l’obscurité, une seconde. Puis la-dite obscurité prit une teinte rouge, alors que de minuscules petites lumières se mirent à clignoter à toute vitesse, et qu’un bruit strident et répétitif retentit ; en cet instant, le garde au sol se contentait de gémir, tandis que l’acide ouvrait son crâne et exposait son cerveau battant à l’air libre.
Erwan tout tremblant s’était relevé, avait chevauché le-dit garde, et tant bien que mal attrapé la matraque pour s’armer. Il se colla alors au dos d’un Reinhard bien plus détendu que lui, qui mit ses mains dans l’entrebâillement de la porte, et la tira avec une force de bœuf insoupçonnée afin de la glisser vers sa gauche.

Et alors, il pouvait découvrir le laboratoire du docteur Dextre.

]Image

C’était un environnement étrange dans lequel il entrait. Stérile, métallique, sombre. Des tables en fer, des lits d’hôpital aux côtés desquels on trouvait des sortes de meubles à roues où des tubes, des câbles et des fils pendouillaient. Il y avait des pochettes transparentes remplies de liquides rouges, des fioles de liquides noirs, des machines plus-ou-moins grandes dans tous les sens. Il découvrit une sorte de ces lunettes réfléchissantes pour voir la vie minuscule, penchée au-dessus d’un morceau de verre — un coup d’œil dedans lui révéla des petits microbes aimés de Nurgle en train de danser.

Difficile de comprendre ce que tout ça représentait ; ça n’était pas un hôpital, ça c’était certain, et pourtant ça semblait équipé pour en recueillir. Mais où étaient tous les patients ? Pourquoi ces lits étaient vides ? Le bruit strident continuait, et il lui semblait qu’on avait évacué à toute vitesse cette pièce : il y avait encore des manteaux sur les chaises, des livres ouvertes et des tablettes de papiers, et puis ces dalles lumineuses que les gens de Paris aimaient bien regarder, où il y avait plein de graphiques et de notes écrites. Ça parlait de séquençage, de données d’évolutions, et puis, un mot répété un peu partout le marqua :

Mutations.


Erwan tout tremblant trébucha sur quelque chose. Il se fit peur tout seul et leva sa matraque. La voix pleine d’adrénaline et de frousse, il demanda :

« C-C’est quoi t-ton plan ?! On fait q-quoi maintenant ?!
– Chuuut, je me concentre ! »

En fait, Reinhard n’avait bizarrement pas peur — pas maintenant qu’il sentait sa magie bien autour de lui. Ses mouches volaient dans tous les sens, se posaient sur le matériel, volaient au-dessus des pochettes, brisaient la trop-grande stérilité de cet étrange temple. Il était une puanteur marchante, il avait Neiglish en lui, il infectait l’environnement à chacun de ses pas ; de proie, il était passé à prédateur, et il pouvait bien prendre son temps. Qu’est-ce que Paris pouvait jeter sur lui, que Nuln n’avait pas encore lancé ?


Et puis, dans l’air, flottait quelque chose d’étrange. Il y avait, au milieu de la pièce, une sorte d’immense cuve fermée ; derrière ses rideaux en acier, le sorcier pouvait renifler un je-ne-sais-quoi prometteur. Une trace. Une saveur, qui lui donnait envie de lécher ses gencives. Dextre cachait quelque chose là-derrière.

Reinhard regarda Erwan. Le jeune garçon s’approcha timidement. Il vit un bidulier sur lequel appuyer, et posa son doigt. Alors, les rideaux de métal s’abaissèrent, et laissèrent apparaître… Une merveille.

Image


Un arbre. De la végétation. Mais de la végétation organique. Une végétation faite de tissus, de cartilage, de couleur verte. Un immense amas muté, digne de papy. Et au milieu dedans, des humains bien vivants, conscients, figés dedans. Ils gémissaient, ils tentaient de parler dans des logorrhées incompréhensibles. Ils souffraient tandis que leurs corps étaient colonisés par les champignons, les mycoses, et des mérules d’un étrange genre.
Il y avait même des sortes de créatures, toutes droites sorties du royaume ignoble, qui grouillaient au milieu de cet amas.
Image



Tandis que Reinhard regardait cette merveille, du bruit venait de l’entrée : des bottes qui frappaient le sol, des cliquetis métalliques. Le son d’une troupe, de soldats en armes, qui se préparaient à entrer en force. Une ombre glissa devant ; Le mage leva sa canne et se prépara à le foudroyer d’un sortilège, mais cette ombre se contenta de jeter quelque chose bien haut et bien loin, vers le centre de la pièce. Une grenade ?! Après avoir serré des dents et eut un mouvement de recul, il n’y eut ni flash, ni explosion, ni cri. Erwan, tout inquiet, chuchota :

« C’est un talkie ! »

Reinhard fronça des sourcils.

« Passe-moi ce talkie. »

Erwan obtempéra. Il alla le chercher, et retourna au trot auprès de son nouveau maître. C’était une sorte de petit truc rectangulaire, gris-noir, avec une antenne et des boutons.
Il y eut un « clic », puis on entendit une voix grésillante qui sortait du talkie — la voix reconnaissable du docteur, presque comme sur la vidéo.


« Bonjour à vous, monsieur, je suis le professeur Romain Dextre. Vous désiriez me parler ? Alors parlons.
Vous m’excuserez de ne pas me présenter en personne. Je me sens assez en sécurité éloigné de vous, surtout avec une demi-douzaine de soldats avec des fusils d’assaut entre nous. Mais enfin, vous êtes dans mon laboratoire, et je dois vous avouer y tenir… »


Erwan désigna l’un des petits boutons. Visiblement, il fallait appuyer dessus pour répondre…


Jet de charisme (Assez difficile : -2) : 17, échec

Jet de force de Reinhard : 17, vs jet de force du garde : 19, victoire de 1 de Reinhard.

Magie de Rein : 8, ça passe.
Jet d’endurance du garde : 19, large échec, hors-combat

Second jet de magie sur la porte : 13, réussite.

Deux jets d’observation : 16 et 12, un échec et une réussite

Jet de sens de la magie : 16, réussite
Image

Avatar du membre
Reinhard Faul
Monster Vieux Monde 2021
Monster Vieux Monde 2021
Messages : 249
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par Reinhard Faul »

Ça ressemble au Labyrinthe de Tzeentch, mais c’est définitivement le domaine du Grand Père. Je fais courir mes doigts sur des surfaces ni métal, ni pierre, qui brillent et sont parfaitement lisses. De minuscules bougies sans flamme clignotent, Des musiciens invisibles font « bip » et « boup » à intervalle régulier grâce à des instruments qui n’ont pas été créés par l’homme. Je suis à un endroit complètement fou et pourtant chez moi.

J’ai ressenti un brin d’inquiétude quand toutes les lumières sont devenues rouge-bizarre, mais ça n’avait rien à voir avec Celui-Qui-Déteste-Les-Sorciers. C’est juste un truc que la technologie fait, ça n’a aucune signification à mes yeux donc c’est facile à ignorer. Je vois bien que Erwan est inquiet, mais moi je trouve ça plus rassurant d’être dans une semi-pénombre – fut-elle rouge – qu’une pièce sans fenêtre très bien éclairée. Moins étrange comme ça. Je tourne mon attention vers le Dhar et les odeurs méphitiques, les plus petites créatures de Nurgle grossies deux mille fois et les dalles lumineuses omniprésentes.

C’est les loupes magiques qui m’intriguent en premier. Je sais que c’est des loupes magiques parce que la dalle lumineuse juste à côté affiche des images de microbes en train de vivre.
Jet : 19
Je ne parviens pas à reconnaître de quelle maladie il s’agit, mais je sais que ce sont de minuscules êtres vivants. Ils sont visibles par une sorcellerie de Paris. Les cadeaux de Papy sont tout petits petits, normalement on ne peut pas les voir en dehors d’une vision médiumnique. Là, on les admire nager joyeusement dans de la bouillie et rebondir les uns contre les autres comme des nurglings.

Je pose brièvement mon doigt dans le bocal posé devant la loupe magique. La dalle lumineuse affiche un petit monde beaucoup plus confus, d’un seul coup. Puis la machine s’éteint en poussant un cri aigu qui me fait sursauter.
Maintenant, l’écran n’affiche que quelques images sombres par intermittence, pas plus d’une demi-seconde chacune. Le chiffre sept, un sourire, le symbole de Grand-Père, des silhouettes sombres qui se meuvent d’une façon étrange. Peut-être qu’il n’y a que moi qui le vois mais ça me fait plaisir.

C’est là que j’ai senti la merveille. Je me suis tourné vers un énorme tube de métal au milieu de la pièce, et malgré la présence du fer qui étouffe la magie, je l’ai sentie. L’odeur des Jardins. J’ai trouvé le bidule technique qui pourrait la délivrer de sa prison. Je l’ai admirée. Je crois que Mémé est coincée dans une structure qui ressemble à ça, je l’ai vue en rêve.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté immobile, mais des gardes sont arrivés. Ils ont balancé un truc avant que j’ai le temps de les tuer. Un truc technologique. Je me prépare à une explosion, mais ça explose pas.

Erwan – qui est officiellement mon interprète dans ce monde étrange – me tend le-dit truc. J’ai failli le lâcher quand il s’est mis à parler. Il y a trop d’objets bavards à Paris, on peut jamais vraiment savoir ce qui est susceptible de faire du bruit ou pas, on a pas le temps de se préparer.

La voix est celle du Dr Dextre. Il me parle comme si j’étais un intrus, un indésirable. J’appuie sur le bouton, je parle une première fois dans le vide parce que j’avais pas compris qu’il fallait rester appuyé malgré les mimes frénétiques d’Erwan, je recommence :

« Je ne comprends pas. Vous ne me reconnaissez pas ? Je sers Nurgle aussi. Je suis allé dans le lieu d’où vient le magnifique organisme qui pousse derrière moi. »
Natus est cacare et abstergere coactus est.
Image
Si vous vous y connaissez en latin pitié aidez moi.


Lien Fiche personnage: Ici

Stats :
Voie du sorcier de Nurgle (Profil avec empreintes occultes et mutations)
For 8 | End 11 | Hab 9 | Cha 8 | Int 13 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 16 | NA 2 | PV 100/100

État temporaire :
Clairvoyance : +1 en Magie et en Intelligence
Nuages de mouches : -1 ATT/PAR/TIR/INI pour toutes les personnes à moins de 6m
Plaies suppurantes : 1d3 dégâts retranchés à chaque blessure
Pourriture de Neiglish : Porteur sain
Protection de Papy : 2d4 PdC à chaque critique en incantation


Grimoire :

- Lumière : À appliquer sur un objet ; Fait de la lumière pendant 1h
- Flammèche : Petite étincelle au doigt pendant une minute
- Météo : Connaît la météo prochaine
- Repos : Peu faire se détendre quelqu'un

- Infestation de Nurglings : 24m / 1d4 tours / Projectile magique. Une fois qu'une personne est touchée, elle subit 10+2d10 dégâts magiques par tour / Dès la fin du sortilège ou la mort de l'ensorcelé, des bubons explosent, libérant 2d3 amas de chair, qui sont autant de nurglings
- Fontaine putride : 6m / Instantané / 30+2d10 dégât devant lui + gain de 7 armure temporaire magique / +5 dégât par point de MA
- Gerbe corruptrice : 12m / 10+1d10 dégât dans une zone de 6m, esquivable ; métal rongé après 1d4 tours / -1 esquive par MA

- La multitude fait le tout : Se change en nuée de mouches
- Prodigieuse santé : Contact / Devient ultra bogosse et ultra chad
- Grande invocation de petits amis : Invoque des insectes pour servir d'ingrédients
- Immonde messager : Peut envoyer des messages twitter (Caractères limités)
- Allégresse fétide : Supprime toute douleur mentale ou physique
- Divine urgence : Force la cible à faire un jet d'END. Diarrhée en cas d'échec.
- Paludisme dévorant

- Invocation : Nurglings
- Invocation : Bête de Nurgle
- Invocation : Porte Peste
- Octogramme de conjuration


Compétences :
- Résistance accrue : +1 END aux jets testant la résilience physique (Fatigue, drogue, alcool, torture...)

- Vol à la tire : +1 pour escamoter quelque chose
- Baratin : +1 pour endormir la vigilance de quelqu'un
- Déplacement silencieux : +1 pour fureter quelque part
- Déguisement : +1 pour s'infiltrer en étant déguisé
- Alphabétisation
- Autorité

- Sens de la magie : Sur un test, détecte les événements magiques
- Incantation (Domaine de Nurgle)
- Maîtrise de l'Aethyr (Nurgle) : 2
- Contrôle de la magie
- Divination (Oniromancie) : Sur un test au cours de son sommeil, peut découvrir la destinée de certains personnages
- Langue hermétique (Langue Noire) : Parle la langue immonde du Chaos
- Confection de maladies : Peut fabriquer des maladies communes et rares


Équipement de combat :
- Bâton démoniaque : 2 mains ; 10+1d8 dégâts ; 8 parade ; Assommante & Utilisable seulement par les classes magiques. +1 PAR
- Pistolet à répétition : 46+1d8 dégâts, malus -2 TIR/8 mètres, peut tirer cinq fois à la suite avec un malus de -1 TIR par chaque nouveau canon qui fait feu
- Agaga (Épée à une main) : 18+1d10 dégâts ; 13 parade ; Rapide, Précise, Perforante (2) ; +1 INI
- Cocktail Molotov (x4) : Dans un rayon de 1m, toute personne qui est touchée par la bouteille prend trois états de « Enflammé ». Dans un rayon de 2m, c'est 2 états seulement. Dans un rayon de 3m, un seul état.

- 15 balles et poudres

- Tenue de cultiste de Nurgle : 5 protection ; Tout le corps sauf tête

- Anneau d'Ulgu : Lorsque porté, vous pouvez faire croire à ceux qui vous entourent que vous êtes un humain lambda (sans mutation aucune ni trait particulier) pendant 1 heure. Vous ne pouvez utiliser cette capacité qu’une fois par jour. Vous ne pouvez pas prendre l’apparence d’une personne en particulier.

- Miroir de la Demoiselle d'Acques
- Cor de la harde des Museaux Annelés



Équipement divers :

- Marque de Nurgle
- Caresse de la vipère (poison) : Un sujet blessé par une arme enduite de ce venin doit réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir dans END minutes. Chaque minute avant sa mort, le sujet subit 5 points de dégâts non sauvegardables, et un malus cumulable de 2 à ses caractéristiques.


- Couverts en bois
- Sac à dos
- Couronnes dentaires en bois
- Tatouages
- Porte-bonheur

- Sap-biscuit

- Costume de répurgateur + Fleuret (Déguisement)



Divers divers :

Image

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 782
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Dextre ne répondit pas tout de suite. La machina avec laquelle il communiquait avait ce défaut de ne pas retranscrire les émotions — était-il énervé ? Curieux ? Prenait-il au sérieux les propos de l’intrus ? Impossible de le savoir. Et tout ce qui régnait, c’était ce silence perturbé par les bruits stridents et répétitifs qui venaient du couloir.

Mais finalement, la voix grave du professeur se fit à nouveau entendre dans le grésillement du talkie.

« Je vois. Je vois… Je, crois que je comprends.
Je ne suis pas tout à fait certain que votre arrivée ici augure quoi que ce soit de bon, n’est-ce pas ? »


Terrifié. Dextre était terrifié. Une peur bien maîtrisée, masquée derrière un discours impeccable et une voix qui ne déraillait pas, mais Reinhard avait bien trop de fois provoqué la peur dans autrui pour ne pas comprendre comment parlait un homme à deux doigts de se chier dessus.
Et comme tout homme emparé par sa peur, il allait très probablement fort mal réagir.



Heureusement, Reinhard savait être un prédateur plutôt qu’une proie. Rapidement, il fit le tour du laboratoire, sans attendre la réponse du docteur Dextre. Il découvrit quelques indices utiles, des choses qui traînaient sur les tables, cet étrange arbre qu’il pouvait peut-être utiliser. Il n’y avait que cet Erwan pour rester cloîtré sur place. Comment rendre cet idiot utile ?

Alors que le magicien commençait à préparer son plan et préparer ses éventuels pièges et sortilèges, la voix dans le talkie se fit à nouveau entendre.

« Je demande à mes hommes de vous prendre en vie. N’essayez pas de résister, laissez-vous faire, et je promets que je ne vous ferai pas de mal. »


Il y eut du bruit dans le couloir. Des grésillements d’autres machines qui portaient la voix. Puis un homme se mit à crier, la voix étouffée par quelque chose sur son visage :

« Groupe Zulu, entrée tactique, go go go ! »

Il y eut à nouveau un objet jeté par une main gantée dans la pièce : une petite bombarde qui détona sans faire d’explosion, juste un grand « BOUM » très terrifiant. Et alors, des hommes tout de noir vêtus, aux bottes très bruyantes, entrèrent un par un, en portant d’étranges arquebuses qui projetaient des rayons rouges.

« Couvrez tous les angles ! Agissez avec prudence ! »
Jet de charisme de Reinhard (Bonus : Secret) : 18, échec


Jet d’intelligence : 4, réussite large

Tu es parfaitement au courant que Dextre va faire une connerie. Tu gagnes trois tours d’avance où tu peux faire ce que tu veux avant le début de la merde.

Jet de sens de la magie : 16, réussite de justesse.
Tu vois les bestioles dans l’arbre ? Tu devines qu’elles comprennent quand tu parles en langue noire. Tu peux essayer de communiquer avec elles…

Jet de fouille : 5, réussite
Dans des tiroirs, il y a de l’acide. Tu devrais pouvoir l’utiliser comme une grenade improvisée si tu parvenais à la jeter sur tes assaillants.

Jet d’observation : 11, réussite
Tu parviens à te faire une carte mentale du laboratoire. Il y a énormément d’endroits où se cacher : sous les tables, derrière des alcôves… Il serait aisé pour toi de séparer un groupe d’ennemis prêts à te cueillir.
Image

Avatar du membre
Reinhard Faul
Monster Vieux Monde 2021
Monster Vieux Monde 2021
Messages : 249
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par Reinhard Faul »

Je n’identifie pas du tout l’équipement de ces hommes, à mes yeux y a tous les forains du carnaval qui viennent d’arriver, avec les danseuses et le lion en prime, mais je reconnais des soldats armés. Je recule pour mettre Erwan entre eux et moi, jetant des regards vifs sur le bordel alentour à la recherche d’une arme potentielle. La seule concession que je fais à la panique c’est de serrer mon bâton de toutes mes forces dans mon poing. Je ne comprends pas. Pourquoi vouloir me tuer ? On ne peut pas servir Nurgle comme le fait Dextre sans s’en rendre compte !

Je pousse Erwan dans le dos avec mon bâton en lui chuchotant :

« Va vers les soldats, cours. Supplie-les pour ta vie. »

Il va les distraire, foutre le bordel, gagner du temps (et sans doute mourir dans la manœuvre). Je me tourne vers les créatures qui se tortillent entre les branches de l’arbre de Nurgle, et leur dit en Langue Noire :

« Pitié aidez-moi, je veux servir le Seigneur des Mouches et ces hommes m’en empêchent ! »

Vu la disposition des lieux, les soldats sont obligés de se séparer en au moins deux groupes pour me tuer. J’ai le temps de me glisser entre ces gros casiers en métal et le pilier orné de plein de lumières (je sais que mes descriptions n’ont aucun sens, mais j’aimerais t’y voir). Je voudrais embusquer un petit nombre de méchants en leur balançant cette fiole d’acide que je viens de trouver en plein dans leur tête, puis les finir au vomi magique. Ensuite je pourrais tuer les autres. J’admets que je bave un peu de plaisir anticipé.
Natus est cacare et abstergere coactus est.
Image
Si vous vous y connaissez en latin pitié aidez moi.


Lien Fiche personnage: Ici

Stats :
Voie du sorcier de Nurgle (Profil avec empreintes occultes et mutations)
For 8 | End 11 | Hab 9 | Cha 8 | Int 13 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 16 | NA 2 | PV 100/100

État temporaire :
Clairvoyance : +1 en Magie et en Intelligence
Nuages de mouches : -1 ATT/PAR/TIR/INI pour toutes les personnes à moins de 6m
Plaies suppurantes : 1d3 dégâts retranchés à chaque blessure
Pourriture de Neiglish : Porteur sain
Protection de Papy : 2d4 PdC à chaque critique en incantation


Grimoire :

- Lumière : À appliquer sur un objet ; Fait de la lumière pendant 1h
- Flammèche : Petite étincelle au doigt pendant une minute
- Météo : Connaît la météo prochaine
- Repos : Peu faire se détendre quelqu'un

- Infestation de Nurglings : 24m / 1d4 tours / Projectile magique. Une fois qu'une personne est touchée, elle subit 10+2d10 dégâts magiques par tour / Dès la fin du sortilège ou la mort de l'ensorcelé, des bubons explosent, libérant 2d3 amas de chair, qui sont autant de nurglings
- Fontaine putride : 6m / Instantané / 30+2d10 dégât devant lui + gain de 7 armure temporaire magique / +5 dégât par point de MA
- Gerbe corruptrice : 12m / 10+1d10 dégât dans une zone de 6m, esquivable ; métal rongé après 1d4 tours / -1 esquive par MA

- La multitude fait le tout : Se change en nuée de mouches
- Prodigieuse santé : Contact / Devient ultra bogosse et ultra chad
- Grande invocation de petits amis : Invoque des insectes pour servir d'ingrédients
- Immonde messager : Peut envoyer des messages twitter (Caractères limités)
- Allégresse fétide : Supprime toute douleur mentale ou physique
- Divine urgence : Force la cible à faire un jet d'END. Diarrhée en cas d'échec.
- Paludisme dévorant

- Invocation : Nurglings
- Invocation : Bête de Nurgle
- Invocation : Porte Peste
- Octogramme de conjuration


Compétences :
- Résistance accrue : +1 END aux jets testant la résilience physique (Fatigue, drogue, alcool, torture...)

- Vol à la tire : +1 pour escamoter quelque chose
- Baratin : +1 pour endormir la vigilance de quelqu'un
- Déplacement silencieux : +1 pour fureter quelque part
- Déguisement : +1 pour s'infiltrer en étant déguisé
- Alphabétisation
- Autorité

- Sens de la magie : Sur un test, détecte les événements magiques
- Incantation (Domaine de Nurgle)
- Maîtrise de l'Aethyr (Nurgle) : 2
- Contrôle de la magie
- Divination (Oniromancie) : Sur un test au cours de son sommeil, peut découvrir la destinée de certains personnages
- Langue hermétique (Langue Noire) : Parle la langue immonde du Chaos
- Confection de maladies : Peut fabriquer des maladies communes et rares


Équipement de combat :
- Bâton démoniaque : 2 mains ; 10+1d8 dégâts ; 8 parade ; Assommante & Utilisable seulement par les classes magiques. +1 PAR
- Pistolet à répétition : 46+1d8 dégâts, malus -2 TIR/8 mètres, peut tirer cinq fois à la suite avec un malus de -1 TIR par chaque nouveau canon qui fait feu
- Agaga (Épée à une main) : 18+1d10 dégâts ; 13 parade ; Rapide, Précise, Perforante (2) ; +1 INI
- Cocktail Molotov (x4) : Dans un rayon de 1m, toute personne qui est touchée par la bouteille prend trois états de « Enflammé ». Dans un rayon de 2m, c'est 2 états seulement. Dans un rayon de 3m, un seul état.

- 15 balles et poudres

- Tenue de cultiste de Nurgle : 5 protection ; Tout le corps sauf tête

- Anneau d'Ulgu : Lorsque porté, vous pouvez faire croire à ceux qui vous entourent que vous êtes un humain lambda (sans mutation aucune ni trait particulier) pendant 1 heure. Vous ne pouvez utiliser cette capacité qu’une fois par jour. Vous ne pouvez pas prendre l’apparence d’une personne en particulier.

- Miroir de la Demoiselle d'Acques
- Cor de la harde des Museaux Annelés



Équipement divers :

- Marque de Nurgle
- Caresse de la vipère (poison) : Un sujet blessé par une arme enduite de ce venin doit réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir dans END minutes. Chaque minute avant sa mort, le sujet subit 5 points de dégâts non sauvegardables, et un malus cumulable de 2 à ses caractéristiques.


- Couverts en bois
- Sac à dos
- Couronnes dentaires en bois
- Tatouages
- Porte-bonheur

- Sap-biscuit

- Costume de répurgateur + Fleuret (Déguisement)



Divers divers :

Image

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 782
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Le pauvre Erwan semblait plus apeuré que jamais — le regard torve, le visage blanc comme un linge, il tremblotait de tous ses membres ; il ne fallut pas plus que l’ordre de Reinhard Faul pour qu’il sautille en s’éloignant vers la porte où on entendait des cliquetis métalliques et des chuchotements grésillants.

Poussé par son instinct, le magicien préféra chercher de l’aide de l’étrange structure végétale au beau milieu de la pièce. Et tandis qu’il se mit à parler dans une élégante langue noire, tous les visages endoloris de l’arbre de chair se tournèrent vers lui. Des dizaines d’yeux brillants l’observèrent, et des bouches qui ressemblaient à des abysses se mirent à parler, en même temps, de leurs voix différentes — celles d’hommes et de femmes de tous les âges.

« Pitié ? Tu viens demander de la pitié, à moi, petit poussin ? »


Petit poussin. Le mot tendre glaça le sang de Reinhard. Trois ans. Trois ans s’étaient écoulés, depuis la dernière fois qu’on l’avait appelé ainsi. Ce n’était pas possible… Elle ? Ici ? En voilà une étrange rencontre, bien inattendue.

« J’ai tant de questions à te poser, mais il semblerait que comme d’habitude, tu es pressé par l’urgence !
Peux-tu te diriger vers cette boîte dans ce coin, et tâcher de la détruire, je te prie ? »


Reinhard avait toutes les raisons du monde de se méfier — lui et Mémé ne s’étaient pas séparés en bons termes, et alors qu’il se présentait juste devant elle, il pouvait maintenant craindre sa vengeance.
Mais peut-être que le Nurglite privilégiait le démon qu’il connaissait plutôt celui qu’il ignorait ; Dextre avait également l’air bien corrompu, mais il ne savait pas quels pouvaient être les projets de l’étrange docteur avec lui. Aussi, il décida de se diriger vers la-dite boîte que des mains décharnées et des branchages d’os et de tendons désignaient.

Sprintant à toute vitesse vers cet engin collé à un bout de mur, il découvrit une espèce de tableau grisâtre où il y avait des boutons, des loupiotes et des manivelles. Ça ressemblait à une machinerie d’usine, mais en plus élaboré ; au hasard, Reinhard tira sur une petite porte, et arracha des câblages, avant de donner un gros coup de bâton. Ça se mit à grésiller et scintiller, et il y eut du jus juste devant son visage — comme quand on caressait un matou, mais en beaucoup plus puissant. Échappant de justesse à l’électrocution, Reinhard put voir derrière lui comment l’arbre se mit à « pulser ». Il s’affala un peu sur lui-même, des morceaux de muscles et d’organes tombèrent par terre, et une foule de petits serpents ignobles se mirent à ramper à une vitesse terrifiante, pour glisser sur le sol, derrière les machines, ou remonter vers les conduites en l’air.

Et là, Reinhard entendit la voix de Mémé… Directement dans sa tête.


« Ouiiiiii… »


Le ventre du magicien se noua. Il n’était pas certain que tous ces serpents ne tenteraient pas de l’attaquer lui. C’est alors qu’il décida de se mettre à couvert, en sprintant à un autre endroit du laboratoire, pour préparer son embuscade.

Et c’est là que l’étrange grenade illumina toute la pièce, et que les soldats avec leurs étranges arquebuses rayonnantes entrèrent.

« Groupe Zulu, entrée tactique, go go go ! »
Image



Ils ressemblaient à des démons, parce qu’ils avaient de grandes oreilles métalliques sur leurs casques, et des yeux rouges. Leurs armures avaient un air exotique, et semblaient être des exosquelettes d’insectes. Dextre avait-il passé un pacte avec Khorne ? Des militaires de cet acabit, Reinhard en avait vu dans ses hallucinations, dans les légions du Seigneur-des-Crânes.
Ils se déplaçaient à pas lourds mais habiles, battant le sol avec leurs bottes, arquebuses dressées devant. Erwan, foudroyé par la grenade, se retrouva à genoux, à pleurer si fort que de la morve coulait de son nez. Plusieurs des soldats le visèrent, collant leurs rayons rouges sur son torse. Ils crièrent avec leurs voix qui résonnaient avec un écho, totalement désarticulées, comme si ces assaillants étaient des automates.

« Bouge pas !
– Garde les mains en l’air !

– Non non non pitié ! J’veux pas crever ! Putain d’merde je veux pas crever !!!! »

L’un des soldats visa l’arbre, qui était en train de bouger. Avec une espèce de crainte dans sa voix, il se mit à parler dans un « talkie » accroché à sa veste.

« Confinement violé, je répète, confinement violé — Déployez unité Euclide, je répète, déployez Euclide ! »

Reinhard, planqué derrière un bureau, tentait depuis la seconde où la grenade avait explosé d’appeler à lui sa magie. Mais rien à y faire ; les vents semblaient lui échapper. Quelle putain de ville qu’était Paris… Et maintenant, il pouvait sentir autour de lui des soldats en train de se déployer, de vérifier sous les meubles, au-dessus des ordinateurs, à essayer de trouver leur adversaire afin de le réduire à coup de plombs.

Mais il ne supporterait pas d’être une proie. Se déplaçant lentement, accroupi, à tourner autour des Khorneux, il continuait d’absorber la magie, de découvrir ses atomes, et ses microbes, de les enrouler autour de son bâton de marche dans sa main droite, et de les canaliser pour en faire quelque chose de potable. Et pendant ce temps, Erwan continuait de pleurer et d’implorer, alors qu’on lui demandait maintenant de se mettre à terre.


Au dernier moment, Reinhard jaillit au-dessus des bureaux, leva son bâton, et se mit à hurler la fin de la comptine qu’il récitait dans sa tête, en visant Erwan.

Juste sous le corps du jeune homme, une minuscule faille temporelle déchira la réalité ; une toute petite blessure, pas plus épaisse qu’une coupure de papier. Mais assez pour faire passer à travers la blessure magique une nuée de créatures ; des moustiques. Des dizaines, des centaines, de milliers de moustiques qui s’envolèrent et envahirent le laboratoire, en se mettant à piquer tout ce qu’il y avait autour d’eux ; Erwan se mit à hurler gras de douleur, tandis que les autres soldats voyaient les insectes se jeter sur leurs casques, leurs poignets, leurs mollets, à piquer partout où ils pouvaient trouver quelque chose. Et alors, dans le talkie de Reinhard, leurs cris paniqués résonnaient.

« C’est quoi ce bordel ?!
– AH ! AAAAH !
– Lâche-moi ! Saloperies ! »



Celui qui paraissait être le chef du groupe se retourna alors, et se prépara à braquer Reinhard. Mais le Nurglite fut plus rapide, bondit de côté comme un chat, et lâcha en l’air son flacon plein d’acide, qui éclata en plein contre l’armure de l’assaillant. Il vociféra de colère, et alors, le Nurglite chargea vers lui.

À sa gauche, alors, un autre des militaires le braqua, et alors, on entendit une rafale de détonations. Une pluie de balles traversèrent de part en part le Nurglite, décapitant des mouches, éclatant sa peau, brisant ses os. La douleur fut horrible. Le saignement terrible. C’est avec tout ce qui lui restait de force et de volonté, que Rein se jeta sur sa cible en ignorant l’immense affliction.
Il ouvrit grand sa bouche, et mordit fort dans la jugulaire de son adversaire. Assez pour enfoncer les crocs, et disséminer son poison.

« NEUTRALISEZ-LE ! »

Le chef se dégagea d’un coup de poing dans les côtes de Rein. Le sorcier recula soudainement, se tourna à sa droite, et chargea à toute vitesse. Avec un immense saut, il vola en l’air, tandis qu’on le visait et que ça canardait encore ; d’autres balles lardèrent sa cuisse et le bas de son dos, tandis qu’il s’éclatait derrière sa couverture. Puis, il rampa à toute vitesse pour se coller derrière une table et un chariot en métal renversé, les mains contre la tête.


La situation était terrible. Le Coësre regarda son corps : il était troué de partout. Son sang dégoulinait partout, en ruisselant, formant une flaque à ses pieds. Et tous ses adversaires, même s’ils souffraient et paniquaient, continuaient de tirer en se déplaçant, à droite et à gauche. Ils tentaient de le couper de chaque côté, de le fixer sur place. Et il ne pouvait même pas bouger ! Les balles fusaient autour de lui, rebondissaient en éclats au-dessus de sa tête, et il semblait être leur prochaine victime.
Une grenade rebondit même contre un des écrans, et eut une petite détonation. Un nuage grisâtre commença alors à s’élever et se répandre.



Contrôlant sa panique, le Coësre décida de créer une nouvelle diversion : Il leva son bâton, et rassembla tout ce qu’il avait de force et de voix pour déchirer à nouveau la matérialité de ce monde trop peu spirituel. Il tentait de le griffer, du bout de ses doigts, en râlant de douleur des mots de pouvoir.



Mais pendant ce temps, au milieu de la pièce, le chef du groupe de ces super-soldats était en train de souffrir. Le bras droit rongé par de l’acide, son cœur se mettait maintenant à pomper à toute vitesse du sang infecté. L’adrénaline accélérait le venin laissé dans ses artères par les dents de Reinhard Faul. Et maintenant, il se mettait à halluciner, à voir autour de lui des formes qui l’attaquaient, comme si les moustiques qui n’arrêtaient pas de le piquer n’étaient pas suffisantes.
Alors, de panique, il se tourna, et visa un de ses hommes.
Il tira une rafale, qui l’envoya à terre.

« Qu’est-ce que… ?!
– Chef ! Chef, non !
– Tir ami ! »


Juste une seconde de répit, c’est tout ce qui fallut à Reinhard. Il arracha l’univers avec toute sa violence et tout son sadisme, et il permit à un semblable de rejoindre le bal putride.
Image


Lent et peu adroit, le porte-peste aurait au moins l’avantage de constituer une grosse cible pour les adversaires. De quoi lui offrir une grosse couverture de chair et d’os.


Et enfin, Mémé Gâteuse se décida à l’aider. Car l’un des bras de « l’arbre » se leva soudainement, et attrapa la cuisse d’un des soldats qui se dirigeait à toute vitesse vers son chef. Il le fit trébucher à terre, puis commença à l’attirer alors qu’il tâchait de se retenir.
Et des conduits sur le plafond, des serpents tombaient sur les soldats, pour les transpercer avec leurs queues.

La situation qui était terrible pour Reinhard venait soudainement de se retourner en sa faveur.
Jet de commandement sur Erwan (Malus : -3) : 3, réussite malgré tout, il va faire ce qu’il peut
Jet de négociation (Bonus : +2, an old friend…) : 1, réussite critique

Jet de technicité sur habilité (Malus : -4, bidulier étrange et dangereux) : 4, réussite

Jet de rapidité : 4, réussite

Jet d’intuition : 4, réussite

Deux jets de préparation de « Vent de Nurgle » : 16 et 18, aucun ne passe, tristesse absolue.



Début de l’entrée tactique des soldats : Zulu groupe, go go !

Zulu 1-1 : Déploiement
Zulu 1-2 : Déploiement
Zulu 1-3 : Sécurisation d’Erwan
Zulu 1-4 : Sécurisation d’Erwan
Zulu 1-5 : Déploiement
Zulu 1-6 : Couvre la porte

Ils agissent tous pour ce tour, pendant qu’Erwan est à terre et leur obéit, servant de distraction.

Reinhard ;
Déplacement silencieux : 5, réussite de 5
VS jet d’observation du soldat : 7, beau jet, mais pas assez

Premier jet de magie de Rein : 3

Nouveau déplacement silencieux : 1, réussite critique, gratos

Jet de magie : 13, ça passe !

Rein me claque « Paludisme Dévorant » sur Erwan !

Tous les Zulus subissent d’une vingtaine de dégâts sauf 1-2 et 1-1. Deux sont bloqués sur place tandis que deux autres tentent de se déployer avec les moustiques qui envahissent leurs casques.

Nouveau tour.

Duel de vitesse entre Reinhard et 1-1 :
2 v 6, Reinhard gagne.

Juste avant que le chef du groupe ne lève son pistolet-mitrailleur FN P90, Reinhard balance dans sa main droite le flacon rempli d’acide.

Jet de tir de Rein (Bonus : +2, bout portant) : 10, réussite.

Le chef de groupe Zulu est foudroyé par le flacon, qui commence à faire fondre son uniforme et un bout de son casque. Il lève malgré tout son P90 et tente de mitrailler Rein.

Jet de tir (Bonus : +2, bout portant. Malus : -6, horrible douleur) : 15, échec.

Les balles commencent à fuser. 1-2 se tourne et tente de tirer sur Reinhard : 1, réussite critique. Aïe aïe aïe !
Confirmation : 13, Dieu merci, il n’a pas de doubles-dégâts.

Reinhard se prend une rafale de 5,7 × 28mm dans le corps. Il passe de 110 à 66 PV.

Zulu 1-5 est gêné par son chef et est obligé de se déplacer avant de tirer.

Jet d’endurance de Rein : 3, il passe outre la douleur et agit pour ce round.

Il charge son adversaire juste en face de lui : 9, réussite. Jet de lutte opposée : 10 v 10, j’avais oublié que Reinhard avait une très bonne « HAB », il gagne.

Le chef est mordu. Il perd pas beaucoup de PV, mais il subit l’effet « hallucination ».

Zulu 1-3 se déplace et tente de tirer sur Rein (Malus : -2, visée gênée) : 9, c’est passé vraiment pas loin.


Nouveau tour.

Zulu 1-2 et 1-3 tentent de se déplacer et de rafaler Reinhard, qui sprinte pour passer au-dessus d’un bureau.

Jets de tirs (Malus : -2, visée gênée. -2 : Cible en mouvement) : 12 et 6, un échec, une réussite.
Rein perd 36 PV, et il ne lui en reste plus que 30 !

Rein, jet d’initiative : 5, réussite. Il saute au-dessus d’un open-space et se retrouve de l’autre côté, à couvert.

Les moustiques se répandent dans tout le labo et se mettent à piquer tout le monde. Les soldats perdent des PV, mais ils sont pros et parviennent encore à se déplacer.

1-4 tente de tirer sur Rein, il ne peut pas le toucher mais son tir permet de suppresser Rein et de l’empêcher de se déplacer : 1, réussite critique. Rein est bloqué sur place !

1-5 se déplace et fait de même : 6 !

1-6 lance une grenade : 18, elle va beaucoup trop loin et explose hors de la zone de portée. C’est une grenade lacrymogène, qui commence à envahir le labo.

1-1 hallucine à cause de la morsure. Jet d’intelligence : 13. Il hallucine, et croit qu’un de ses alliés est son ennemi.
Jet de tir : 5, réussite. Il foudroie 1-2 qui tombe par terre !

Ne pouvant pas du tout se déplacer, Rein décide d’invoquer un porte-peste.

16 et 7, réussite. Welcome, my friend…


Des serpents sortent des conduits d’aérations, et se jettent sournoisement sur d’autres Zulus. Visiblement, Mémé Gâteuse ne semble pas tuer Reinhard tout de suite…
Image

Avatar du membre
Reinhard Faul
Monster Vieux Monde 2021
Monster Vieux Monde 2021
Messages : 249
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par Reinhard Faul »

Je ne m’attendais pas à des armes à feu qui tirent beaucoup de balles à la fois ; ça n’existe pas dans mon monde. Après avoir sauté partout et mordu à la gorge un des soldats, je bondis derrière une table renversée. Je me recroqueville au sol en protégeant ma tête, les balles pleuvent autour de moi. J’en ai pris pas mal, je sais pas combien exactement. Les dégâts sont colossaux. Je baisse le regard vers ma personne et jure de façon bien peu mystique :

« Oh merde ! »

Y a une longueur de je sais pas quoi – d’intestins, peut-être – qui se balade librement hors de mon ventre grâce aux nouveaux trous d’aération que mes copains militaires ont percés. Je n’identifie pas exactement l’abattis qui se fait la malle. C’est long, rose, gluant et plein de sang, comme absolument tout le reste, et de toute façon on se fout de ce que c’est, on sait seulement que ça devrait pas être là.
Comme un réflexe débile dû à la panique, j’enfourne avec ma main libre le morceau d’organe qui se balade. J’ai pas mal, mais je découvre avec horreur que mon intérieur ne tient plus ensemble, c’est glissant, mouillé, et dès que je pousse y a d’autres morceaux qui ressortent par un autre trou. On sait qu’on est fait que de chair, mais c’est un autre niveau de conscience d’enfoncer sa main dans ses entrailles et se découvrir la même consistance qu’une bassine de boudin noir. Je retire mes gros doigts malhabiles, mais c’est trop tard. Quelques morceaux glissent sur le sol – je reconnais un morceau de mon foie, nécrosé et plein de vers – et une énorme, énorme, quantité de sang jaillit de ma bouche sans que je n’y puisse rien. Je ne vomis pas, c’est simplement du liquide qui sort par le premier trou venu. Je suis dans la merde.

J’entends des cris et de la confusion dans mon dos, mais je n’y prête pas réellement attention. Mémé pourrait venir me tuer à tout instant, mais je ne peux rien y faire non plus. Je dois seulement continuer de me battre jusqu’à ce qu’il ne reste rien de vivant. Je réfléchis comme un fauve acculé, et je me mets à déchirer furieusement la barrière entre ce monde-ci et l’autre afin de faire venir un porte peste. Je lui ordonne :

« Occupe-les, tue-les, empêche-les de s’intéresser à moi. »

Puis je commence à marmonner furieusement mes chants maléfiques – et c’est pas facile quand du sang et des morceaux vous coulent des trous de nez. Je veux me transformer en nuée de mouches et me cacher derrière les soldats, là où ils ont déjà fouillé. Ils ne doivent rien connaître aux transformations animales dans ce monde, ils ne pourront pas prévoir ça. Ça me laissera le temps d’invoquer un autre sort, pour les tuer peut-être.
Natus est cacare et abstergere coactus est.
Image
Si vous vous y connaissez en latin pitié aidez moi.


Lien Fiche personnage: Ici

Stats :
Voie du sorcier de Nurgle (Profil avec empreintes occultes et mutations)
For 8 | End 11 | Hab 9 | Cha 8 | Int 13 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 16 | NA 2 | PV 100/100

État temporaire :
Clairvoyance : +1 en Magie et en Intelligence
Nuages de mouches : -1 ATT/PAR/TIR/INI pour toutes les personnes à moins de 6m
Plaies suppurantes : 1d3 dégâts retranchés à chaque blessure
Pourriture de Neiglish : Porteur sain
Protection de Papy : 2d4 PdC à chaque critique en incantation


Grimoire :

- Lumière : À appliquer sur un objet ; Fait de la lumière pendant 1h
- Flammèche : Petite étincelle au doigt pendant une minute
- Météo : Connaît la météo prochaine
- Repos : Peu faire se détendre quelqu'un

- Infestation de Nurglings : 24m / 1d4 tours / Projectile magique. Une fois qu'une personne est touchée, elle subit 10+2d10 dégâts magiques par tour / Dès la fin du sortilège ou la mort de l'ensorcelé, des bubons explosent, libérant 2d3 amas de chair, qui sont autant de nurglings
- Fontaine putride : 6m / Instantané / 30+2d10 dégât devant lui + gain de 7 armure temporaire magique / +5 dégât par point de MA
- Gerbe corruptrice : 12m / 10+1d10 dégât dans une zone de 6m, esquivable ; métal rongé après 1d4 tours / -1 esquive par MA

- La multitude fait le tout : Se change en nuée de mouches
- Prodigieuse santé : Contact / Devient ultra bogosse et ultra chad
- Grande invocation de petits amis : Invoque des insectes pour servir d'ingrédients
- Immonde messager : Peut envoyer des messages twitter (Caractères limités)
- Allégresse fétide : Supprime toute douleur mentale ou physique
- Divine urgence : Force la cible à faire un jet d'END. Diarrhée en cas d'échec.
- Paludisme dévorant

- Invocation : Nurglings
- Invocation : Bête de Nurgle
- Invocation : Porte Peste
- Octogramme de conjuration


Compétences :
- Résistance accrue : +1 END aux jets testant la résilience physique (Fatigue, drogue, alcool, torture...)

- Vol à la tire : +1 pour escamoter quelque chose
- Baratin : +1 pour endormir la vigilance de quelqu'un
- Déplacement silencieux : +1 pour fureter quelque part
- Déguisement : +1 pour s'infiltrer en étant déguisé
- Alphabétisation
- Autorité

- Sens de la magie : Sur un test, détecte les événements magiques
- Incantation (Domaine de Nurgle)
- Maîtrise de l'Aethyr (Nurgle) : 2
- Contrôle de la magie
- Divination (Oniromancie) : Sur un test au cours de son sommeil, peut découvrir la destinée de certains personnages
- Langue hermétique (Langue Noire) : Parle la langue immonde du Chaos
- Confection de maladies : Peut fabriquer des maladies communes et rares


Équipement de combat :
- Bâton démoniaque : 2 mains ; 10+1d8 dégâts ; 8 parade ; Assommante & Utilisable seulement par les classes magiques. +1 PAR
- Pistolet à répétition : 46+1d8 dégâts, malus -2 TIR/8 mètres, peut tirer cinq fois à la suite avec un malus de -1 TIR par chaque nouveau canon qui fait feu
- Agaga (Épée à une main) : 18+1d10 dégâts ; 13 parade ; Rapide, Précise, Perforante (2) ; +1 INI
- Cocktail Molotov (x4) : Dans un rayon de 1m, toute personne qui est touchée par la bouteille prend trois états de « Enflammé ». Dans un rayon de 2m, c'est 2 états seulement. Dans un rayon de 3m, un seul état.

- 15 balles et poudres

- Tenue de cultiste de Nurgle : 5 protection ; Tout le corps sauf tête

- Anneau d'Ulgu : Lorsque porté, vous pouvez faire croire à ceux qui vous entourent que vous êtes un humain lambda (sans mutation aucune ni trait particulier) pendant 1 heure. Vous ne pouvez utiliser cette capacité qu’une fois par jour. Vous ne pouvez pas prendre l’apparence d’une personne en particulier.

- Miroir de la Demoiselle d'Acques
- Cor de la harde des Museaux Annelés



Équipement divers :

- Marque de Nurgle
- Caresse de la vipère (poison) : Un sujet blessé par une arme enduite de ce venin doit réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir dans END minutes. Chaque minute avant sa mort, le sujet subit 5 points de dégâts non sauvegardables, et un malus cumulable de 2 à ses caractéristiques.


- Couverts en bois
- Sac à dos
- Couronnes dentaires en bois
- Tatouages
- Porte-bonheur

- Sap-biscuit

- Costume de répurgateur + Fleuret (Déguisement)



Divers divers :

Image

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 782
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Le porte-peste n’écouta absolument pas Reinhard. C’était le problème quand on invoquait ainsi un démon sans faire le long rituel de l’octogramme, du Vrai Nom à prononcer et des pourparlers à effectuer avec de nobles enfants des Dieux du Chaos — on les dérangeait plus qu’autre chose. Pour toute approbation à ses ordres, le Grand Coësre ne reçut qu’un gros doigt d’honneur bien vulgaire, tandis qu’avec sa grosse langue boursouflée, l’horrible créature cyclopéenne se mit à vociférer avec du vomi qui remontait de l’estomac :

« T’es qui ?! Me cause pas ! »

Heureusement, l’effet escompté était tout de même le bon, car les militaires apeurés braquèrent tous leurs armes sur la bête, et se mirent à vider leurs chargeurs en tirant à pleine vitesse sur lui. Les balles déchiquetèrent sa chair, ruinèrent ses muscles… Mais il finissait par toujours tenir debout. Et levant sa grosse lame rouillée et ruisselante de merde, il se mit à charger.

« Nouvelle cible prioritaire ! Feu à volonté !

– BWAAAGH ! C’EST QUOI C’T’ENDROIT BIZARRE ?!
QUATRE COURONNES ET SIX ÉPINES, J’VOIS QU’ON PLAGIE PAPY ! »


Il se mit à charger comme un pur dératé. Les balles fusèrent de tous les côtés, tandis que lentement, Reinhard se reconcentra, se changea en mouches, et vola à travers les moustiques et les soldats pour se reconstruire de l’autre côté du laboratoire.


Ce qui suivit fut une pure orgie de violence et de meurtre. Alors que tous les soldats se déployaient et vidaient leurs chargeurs sur le porte-peste, celui-ci sprinta d’ennemi en ennemi, en arrachant des bras, des torses et des têtes ; pendant ce temps, les serpents de Mémé foudroyaient un autre des sbires, et la grosse branche en forme de bras surmontée de dizaines de mains tirait au sol le dernier des militaires qui tentait de s’agripper à n’importe quoi, jusqu’à « l’avaler » et l’amalgamer dans une horreur de cris et de hurlements.

Reinhard attira à lui la magie, et lança le plus horrible de ses sortilèges. Déchaînant l’infection de Papy, il maudit toute la pièce, et fit fondre un par un ses ennemis hurlant de douleur. Mais alors, la magie se retourna contre lui, et il pouvait sentir, d’une façon terrible, comment les muscles de son visage se crispaient, et que sa peau semblait fondre…



Deux minutes plus tard, il n’y avait presque plus aucun bruit dans le laboratoire, sinon cette sirène stridente, et un bruit étrange qui émanait d’un des tuyaux qui avait été transpercé par des balles. Une sorte de long « pschiiiiiiiiiiiiiit » bizarrement inquiétant.
Le porte-peste, ignorant royalement Reinhard, décida de partir au petit trot vers la porte d’entrée d’où venaient les soldats. Il reniflait l’air, et semblait être énervé par quelque chose. Il se répandait en d’énigmatiques murmures, dans ses gargouillis étouffés.

« Virus, virus, virus ! Ici se cache un virus !
Un sale voleur occupe les lieux ! »


Reinhard était encore en vie. Et maintenant, face à lui, il voyait les serpents de Mémé Gâteuse se rassembler autour de l’arbre. Ils observèrent… Mais n’attaquèrent point. L’arbre, frais d’une nouvelle victime, se replaça tout droit.
Alors, la voix de Mémé se fit encore attendre, bizarrement terrifiée.

« Le feu ! Tout va cramer, et moi avec ! »

Les visages composant l’arbre le regardèrent.

« Qu’est-ce que tu fais là, alors, poussin ?! Dis-moi que tu es venu me chercher ! »



Au sol, l’un des talkies se mit à résonner. La voix de Dextre, paniqué lui aussi, se fit entendre.

« Capitaine ?! Capitaine ! Répondez ! L’équipe Euclide est en route, faites tout pour contenir l’Organisme d’Intérêt !
Vous m’entendez ?! Si vous échouez à votre mission, votre contrat est rompu et sans indemnités ! »

Tous les Zulus me roulent un jet de peur suite à l’arrivée d’un porte-peste : 16, 17, 19, 1, 1, 10 → Si certains subissent des malus, d’autres sont incroyablement courageux face à ce qu’ils affrontent.

Jet d’intelligence de 1-1 : 6, il se reprend, et décide de tirer sur le porte-peste
Tir : 4, réussite
Le porte-peste perd 21 PV, il lui en reste 89.

Jet d’endurance de 1-2 : 4
Il reste en vie, dégaine son pistolet, et tire sur le porte-peste.
Tir : 11, échec

1-3 est occupé par un serpent étrange qui l’attaque. Jets d’ATT opposés :
16 v 17 ; il parvient à se défaire et à piétiner le serpent qui l’assaille.

1-4 est en train d’être traîné par le pied par un arbre géant.
12 v 2 : il ne parvient pas à se dégager et subit des dégâts qui le paralysent sur place.

1-5 tire sur le porte-peste : 10, échec à cause de tout le bordel dans le laboratoire et les mouches sur son casque

1-6 fait de même : 20, échec critique. Fumble : 79° à gauche.
Il tire sur une bonbonne de gaz située dans le labo, qui se met maintenant à fuiter.

Au tour du porte-peste :

Il charge 1-5 qui traîne dans le coin.

Jet d’attaque : 7
Jet d’esquive de 1-5 : 13, échec.
Le porte-peste fait subir d’immenses dégâts à la cible.
Il attaque une deuxième fois gratos avec son action restante : 7 encore, le chiffre sacré de Papy, comme quoi il y a un destin.
Zulu 1-5 est libéralement déchiqueté en deux au niveau du torse ! La vision est absolument terrifiante et tous les Zulus (Sauf 1-4 qui a roulé un critique) me roulent un jet de résistance psychologique :
8, 8, 5, 2, putain de merde Arasaka paye pas assez ces fils de pute !

Reinhard : 7 et 1, tu t’envoles sans problème dans une nuée, va de l’autre côté, et te retrouve dans leur dos, hors de leur portée.



Nouveau tour.

1-1 me roule un jet d’INT : 2, parfait.
Il tire sur le porte-peste : 6, il le touche !
Le porte-peste perd 21 PV, il lui en reste 68.

1-2 rampe à terre pour continuer à tirer sur big daddy : 12, non, lui ça passe pas.

1-3 se déplace et fait feu sur la cible prioritaire : 16, non

1-4 est toujours occupé par l’arbre qui petit à petit l’avale : 9v9, il se maintient pour ce tour.

1-6 tire sur le porte-peste : 11, malheureusement avec le tas de mouche autour de lui, et le chaos, c’est échoué.

Le porte-peste charge 1-3 au vol.
Attaque : 3 vs 20 de 1-3. Attaque gratuite du porte-peste : 18.
Nouvelle attaque du daddy : 6.
À nouveau, le porte-peste explose un de ses ennemis ! Cette fois, il lui arrache littéralement la tête avec les mains, et la moelle épinière sort derrière comme une crevette !

Reinhard commence à incanter « Vent de Nurgle » : 6 et 9, ça commence bien.


Nouveau tour.

1-1 n’a plus de balles dans son P90. Il dégaine son pistolet et vide le chargeur en hurlant sur le porte-peste.
Jet : 17, même à bout portant, ses balles sont globalement inefficaces.

1-2 : 12, pas mieux.

1-4 : 16v4.
1-4 est emporté par l’arbre et se met à hurler comme une furie alors qu’il est petit à petit broyé en morceaux et rejoint l’organisme…

1-6 : Jet de tir : 15, échec.

Le porte-peste charge 1-1 : 18 v 9, il ne fait pas de dégât.
Nouvelle attaque : 14, échec.

Reinhard se lève et me claque son sort : 11, ça passe.

Tous les Zulus restants sont tués, sauf 1-2.
Rein tente de tourner le vent : 20, échec critique, fiasco.

« Vent Mutagène » du tableau des fiascos majeurs. END : 13, un degré d’échec, une mutation.

Tu gagnes la mutation « Hideux », comme si tu l’étais pas déjà.

Le porte-peste regagne la totalité de ses PV, de même que Mémé Gâteuse et ses créatures.
Image

Avatar du membre
Reinhard Faul
Monster Vieux Monde 2021
Monster Vieux Monde 2021
Messages : 249
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Le Coësre] « Ce n’est pas la fin du monde. Mais tu peux la voir d’ici. »

Message par Reinhard Faul »

Tout le monde est mort. Il y a encore des alarmes, des bruits de machines pétées, mais on peut parler d’une forme de calme si on en a envie. J’enlève péniblement ma veste et mon débardeur pour bricoler un bandage autour de mon ventre. Je ne parlerais pas de soigner, bien sûr que non, mais c’est pour que les morceaux tiennent ensemble. J’ai pris cher, et pas que niveau blessure. J’ai gagné une mutation, encore. C’est arrivé quand mon sort m’a explosé à la figure et que j’ai senti la magie me mordre. Ça m’a fait mal. Ma peau brûle, des orteils au sommet de mon crâne, mais après une rapide inspection de mes abattis je n’ai rien trouvé de spectaculaire. J’ai toujours le même nombre de bras et de jambes, pas de cornes, d’ailes, de fourrure. Je regarde mes mains et c’est toujours les mêmes, de grosses paluches abîmées par des années de misère. Peut-être, en plissant les yeux très fort et en me concentrant, je peux voir le Dhar s’infiltrer dans ma peau d’une façon que je ne comprends pas, mais c’est minime. En tout cas, c’est pas l’urgence du moment. Là j’essaie de nouer une manche de la veste avec le débardeur pour faire le tour de mon gros ventre en train de dégueuler son contenu sur mes cuisses.

Pendant que je bricole, le porte-peste est parti folâtrer dans le coin et il marmonne des trucs qui n’ont pas de sens. Comment on pourrait voler un virus ? Grand Père les distribue bien volontiers de toute façon. Je suis fatigué de ce monde incompréhensible, je ne pose pas de questions. Je sais déjà pas ce que je fous là…

Dans le doute, je titube vers les armes de mes ennemis. Elles sont puissantes, très différente de ce qu’on trouve chez moi. Je les examine minutieusement, d’autres connards vont sans doute arriver. Ah, Mémé attire mon attention aussi, pour une raison que je comprends pas. Le métal ça brûle pas que je sache, et les murs en sont littéralement recouvert. Je lui retourne un regard torve, puis lui répond :

« T’es drôlement culottée pour quelqu’un qui a essayé de me tuer. Je suis pas venu pour toi, je savais même pas que tu étais là. »

Mais on a pas le temps de vraiment se pouiller la tête, un des talkies accroché à la ceinture d’un cadavre se met à parler tout seul. Je le ramasse et appuie sur le bouton – en restant dessus cette fois :

« Vos alliés sont tous morts. Je n’étais même pas venu pour ça, je voulais juste trouver un moyen de rentrer chez moi. Pourquoi vous essayez de me tuer alors que vous servez Nurgle ? Ça n’a aucun putain de sens ! Rappelez votre pote Euclide, on a pas besoin de détruire absolument tout votre laboratoire pas vrai ? »

J’ai bien compris que quand j’enlevais mon doigt du bouton, Dextre ne pouvait pas m’entendre. Je peux donc avoir une discussion parallèle avec Mémé. C’est un peu dur pour le cerveau d’avoir deux conversations en même temps, mais j’en ai vu d’autres. Je lui demande :

« C’est l’Interlope qui m’a envoyé ici, aucune idée de ce que je fous là. T’aurais pas une explication par hasard ? Je suis encore très indécis sur la suite des événements, si ça peut te motiver à m’aider. »

J’ai beaucoup de questions pour Mémé en vrai, pourquoi elle m’a ramassé dans la rue, pourquoi elle a cherché à me tuer. Mes souvenirs du début de ma carrière de cultiste sont très flous, pour ne pas dire inexistant. Tu sais, c’est un grand choc de vendre son âme. J’ai souvenir d’avoir erré dans la rue et déliré à plein tubes, mais guère plus. Un jour, j’étais chez Mémé à profiter de sa maison et à la servir, voilà. Mais ma curiosité paraît assez futile vu le contexte et je lui demanderai plus tard si j’ai l’occasion. Là déjà j’essaie de ne pas crever.
Natus est cacare et abstergere coactus est.
Image
Si vous vous y connaissez en latin pitié aidez moi.


Lien Fiche personnage: Ici

Stats :
Voie du sorcier de Nurgle (Profil avec empreintes occultes et mutations)
For 8 | End 11 | Hab 9 | Cha 8 | Int 13 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 16 | NA 2 | PV 100/100

État temporaire :
Clairvoyance : +1 en Magie et en Intelligence
Nuages de mouches : -1 ATT/PAR/TIR/INI pour toutes les personnes à moins de 6m
Plaies suppurantes : 1d3 dégâts retranchés à chaque blessure
Pourriture de Neiglish : Porteur sain
Protection de Papy : 2d4 PdC à chaque critique en incantation


Grimoire :

- Lumière : À appliquer sur un objet ; Fait de la lumière pendant 1h
- Flammèche : Petite étincelle au doigt pendant une minute
- Météo : Connaît la météo prochaine
- Repos : Peu faire se détendre quelqu'un

- Infestation de Nurglings : 24m / 1d4 tours / Projectile magique. Une fois qu'une personne est touchée, elle subit 10+2d10 dégâts magiques par tour / Dès la fin du sortilège ou la mort de l'ensorcelé, des bubons explosent, libérant 2d3 amas de chair, qui sont autant de nurglings
- Fontaine putride : 6m / Instantané / 30+2d10 dégât devant lui + gain de 7 armure temporaire magique / +5 dégât par point de MA
- Gerbe corruptrice : 12m / 10+1d10 dégât dans une zone de 6m, esquivable ; métal rongé après 1d4 tours / -1 esquive par MA

- La multitude fait le tout : Se change en nuée de mouches
- Prodigieuse santé : Contact / Devient ultra bogosse et ultra chad
- Grande invocation de petits amis : Invoque des insectes pour servir d'ingrédients
- Immonde messager : Peut envoyer des messages twitter (Caractères limités)
- Allégresse fétide : Supprime toute douleur mentale ou physique
- Divine urgence : Force la cible à faire un jet d'END. Diarrhée en cas d'échec.
- Paludisme dévorant

- Invocation : Nurglings
- Invocation : Bête de Nurgle
- Invocation : Porte Peste
- Octogramme de conjuration


Compétences :
- Résistance accrue : +1 END aux jets testant la résilience physique (Fatigue, drogue, alcool, torture...)

- Vol à la tire : +1 pour escamoter quelque chose
- Baratin : +1 pour endormir la vigilance de quelqu'un
- Déplacement silencieux : +1 pour fureter quelque part
- Déguisement : +1 pour s'infiltrer en étant déguisé
- Alphabétisation
- Autorité

- Sens de la magie : Sur un test, détecte les événements magiques
- Incantation (Domaine de Nurgle)
- Maîtrise de l'Aethyr (Nurgle) : 2
- Contrôle de la magie
- Divination (Oniromancie) : Sur un test au cours de son sommeil, peut découvrir la destinée de certains personnages
- Langue hermétique (Langue Noire) : Parle la langue immonde du Chaos
- Confection de maladies : Peut fabriquer des maladies communes et rares


Équipement de combat :
- Bâton démoniaque : 2 mains ; 10+1d8 dégâts ; 8 parade ; Assommante & Utilisable seulement par les classes magiques. +1 PAR
- Pistolet à répétition : 46+1d8 dégâts, malus -2 TIR/8 mètres, peut tirer cinq fois à la suite avec un malus de -1 TIR par chaque nouveau canon qui fait feu
- Agaga (Épée à une main) : 18+1d10 dégâts ; 13 parade ; Rapide, Précise, Perforante (2) ; +1 INI
- Cocktail Molotov (x4) : Dans un rayon de 1m, toute personne qui est touchée par la bouteille prend trois états de « Enflammé ». Dans un rayon de 2m, c'est 2 états seulement. Dans un rayon de 3m, un seul état.

- 15 balles et poudres

- Tenue de cultiste de Nurgle : 5 protection ; Tout le corps sauf tête

- Anneau d'Ulgu : Lorsque porté, vous pouvez faire croire à ceux qui vous entourent que vous êtes un humain lambda (sans mutation aucune ni trait particulier) pendant 1 heure. Vous ne pouvez utiliser cette capacité qu’une fois par jour. Vous ne pouvez pas prendre l’apparence d’une personne en particulier.

- Miroir de la Demoiselle d'Acques
- Cor de la harde des Museaux Annelés



Équipement divers :

- Marque de Nurgle
- Caresse de la vipère (poison) : Un sujet blessé par une arme enduite de ce venin doit réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir dans END minutes. Chaque minute avant sa mort, le sujet subit 5 points de dégâts non sauvegardables, et un malus cumulable de 2 à ses caractéristiques.


- Couverts en bois
- Sac à dos
- Couronnes dentaires en bois
- Tatouages
- Porte-bonheur

- Sap-biscuit

- Costume de répurgateur + Fleuret (Déguisement)



Divers divers :

Image

Répondre

Retourner vers « Nuln »