Page 1 sur 1

[Duel] Rencontre au sommet ! (Groupe 01)

Posté : 11 juin 2019, 16:41
par Ishar
Image La forteresse noir du seigneur de la non-vie se trouvait dans une de ses principautés frontalières d'où peu de personne revenait vivant. Construite sur les restes d'une vaste cité antique aujourd'hui souillée à jamais et où œuvrait des milliers d'esclaves mort et vivant. Des monuments aux significations inconnues étaient sans cesse bâtis sous la supervision de spectres hideux. Des patrouilles si nombreuse qu'on ne savait les compter marchait sur les murailles noircies par la magie maudites du nécromancien. Pourtant, personne n'empêcha les courageux de s'aventurer jusqu'au cœur du domaine, dans la salle aux milles joyaux où les attendait le suzerain des lieux.

Ishar était assis sur son trône d'or en portant son armure royale. Combien de personne était mort en cherchant à le défier ? Leurs crânes gisaient maintenant sous ses pieds tandis que sa sublime femme était assise près de lui, regardant ceux qui venaient de rentrer avec un large sourire. De nouveaux aventuriers venaient d'arriver, croyant sans doute être différent des autres et de pouvoir s'emparer de ses trésors. Mais ils n'étaient rien face à la puissance de la liche ! Cette dernière rit en les regardant s'avancer dans sa salle du trône.

-Ainsi, vous venez à moi dans l'espoir de me vaincre ? Vous pensez vous digne ?

Le seigneur noir se leva de son siège dans un geste lent, presque théâtral. Combien de fois s'était-il ainsi levé ? Trop de fois pour qu'il ne s'en souvienne. Il s'agissait pourtant des seuls moments de distraction qu'il lui restait, le réveillant de ses longues léthargies immobiles. Des siècles et des siècles s'étaient écoulés. Il avait accompli tout ce qu'il désirait, ramené à la vie sa princesse et développé toutes les créatures maudites que son esprit fou lui avait soufflé. Il se sentait lasse de son existence, n'acceptant de continuer à vivre que par peur de ce qui avait après.

Ainsi, dégaina-t-il sa lame qui ne l'avait jamais quittée. Il s'agissait d'une épée bâtarde à l'allure banale comparé aux ornements somptueux qu'il portait. Mais il y était attaché, car Farsh Tranche veines était l'épée de sa famille et il y coulait le premier enchantement qu'il eut construit dans ses primes années. Il s'avança d'un pas lent vers le centre de la pièce, son épée fermement tenue dans sa main. Il mit son masque sur son visage avant de se mettre en garde :

-Venez créatures... venez divertir mon existence ! Je vous en remercierais en vous accordant une mort digne !

Et il chargea, frappant de toutes ses forces le premier ennemi qui osera s'avancer contre lui !

Re: [Duel] Rencontre au sommet ! (Groupe 01)

Posté : 12 juin 2019, 14:49
par Martin
Des années après les évènements, Martin, bâtard de Borric Von Austrog, seigneur Châtelain de la marche-forêt, protecteur du bois de Laurelorn et égal parmi les elfe, fut témoin une fois de plus de l'imprévisibilité du peuple des bois. Lorsque la Dryade s'était manifestée, il était à la veille de son départ pour rejoindre le ban, afin de mettre à feu les côtes et forêts de la Norsca.
Ainsi dut il mettre ses obligations féodales de côté pour honorer le premier de ses serments, envers la sylve. Celle ci était venue à lui, chargée d'une mission improbable dont seul ce peuple avait le secret. Défaire un seigneur noir, à l'autre bout du vieux monde. Pourquoi ? Pour l'empêcher de nuire davantage à ses lointains enfants dans la région. Comment ? En faisant alliance avec les créatures les plus répugnantes, fusse cela temporaire.
Mais à la surprise de Martin, plutôt que de devoir franchir l'Empire de part et d'autre, à cheval ou en bac, il n'eut qu'à coller son front à un arbre, prier et fermer les yeux, pour être transporté en un lieu inconnu.

La première chose qui le frappa fut l'air. Celui ci était différent, plus lourd, sec, attaquant la peau et vous vidant de l'eau contenant votre corps. Pendant une minute, il eu l'impression de suffoquer, lui qui avait quitté les terres froides de l'hiver nordlandais, pour un été de canicule, sous le soleil cruel des frontalières.
Ensuite ce fut les étranges animaux, qu'il mis un temps à identifier, présents à ses côtés. Hommes bêtes. La lie de l'humanité. Les parias. Les mutants. Les monstres. Ces saloperies que l'on tuait à vue. Cette engeance du chaos que l'on tuait au berceau, la rage au cœur, par devoir. Mais étrangement, un baume mystérieux vint éteindre cette haine dévorante qu'il avait à l'égard de ces abominations, et, bon an mal an, fit route avec eux vers la cité.

Et quelle cité ! Une ville alliant le magnifique à l'horrible. Cette architecture des plus raffinées, des plus nobles, ces dômes d'or et de lumière, ces murs parfaits, ces tours qui semblaient toucher le ciel... Mais également le silence. Ce silence de mort qui vous prenait à la gorge, vous glaçait les os.... Oh. Certes. Il y avait des vivants en ces lieux, mais.... Ils étaient peu. Ils étaient silencieux. Et effacés. Discrets.
Au centre de l'urbain se dressait une forteresse noir, faite d'onyx, ou bien d'obsidienne. L'entrée n'en était pas gardée. Ni surveillée. En fait, les rares soldats vivants les invitaient même à y entrer.

Sur ses gardes, ses nouveaux "compagnons" à ses côtés, le chasseur, l'arc en main, la flèche déjà encochée, longeait les murs de ce palais sinistre. Tout était de bon goût, mais quelque chose dans l'air gâtait tout cet apparat et cette gloire passée qui avait décorée la place....
Divers salles traversée, trophées admirés, exploits d’antan du maître des lieux, capturés par tableaux, statues et sculptures....

L'être qui leur fit finalement face dans la salle du trône....C'était... Il n'y avait pas de mot. Son aspect sordide, macabre, n'éteignait malgré tout pas le charisme qui se dégageait de lui. Les corps suspendus de sinistre manière, derrière sa personne, le sang qui peignait le mur, les tapisseries, teintées du liquide carmin d'infortunées victimes...
Et cette femme étrange qui figurait à ces côtés... Ce regard froid, cruel, qui vous donnait envie de vous carapater, mais en même temps cette beauté sensuelle à qui vous ne pouviez dire non, à qui vous donneriez tout, dans l'espoir infime qu'elle daigne vous laisser caresser sa main, sentir son parfum.... Elle lui fouetait le sang comme jamais, faisant naître un désir insoupçonné en lui, tant dans son cœur que dans son bas ventre...

Sortant sa dague, le chasseur s'entailla le bras, la douleur aiguë lui faisant monter les larmes aux yeux, mais lui permettant par là même de revenir à lui même, et d'atténuer l'aura de ces deux personnes sur sa personne.

Enfin le souverain de ces lieux s'adressa à eux, de sa voix caverneuse. Il les interrogeait d'une voix blasée, par quelle folie ils espéraient vaincre ? S'ils se sentaient dignes ?

Et c'est là qu'il réalisa qu'il ne pouvait certainement pas vaincre cette créature. Les chances étaient largement inégales. C'était marcher droit dans les bras de la mort. De Morr même.

Souriant, l'impertinent répondit calmement.

Il y a plusieurs moyens de vaincre. J'ai déjà repoussé la mort par plusieurs fois. Il suffit juste de lui cracher dans l’œil.

Le seigneur liche se leva alors, se saisissant de sa vorpale pour s'apprêter à pourfendre ses "invités".

Offres nous donc un combat digne d'une geste seigneur noir !

Martin n'avait pas attendu que l'ennemi se lève pour agir. Déjà quand celui ci leur avait adressé la parole, il s'était reculé, sans lâcher sa flèche encochée, pointée vers le bas. Après une ultime bravade, il prit le temps de viser, puis larda l'affreux d'un rapide trait vers l’œil du noir seigneur. Si la main de l'archer n'avait pas tremblée, il allait faire de ce sac d'os un sac d'os borgne. Quoique pouvait un squelette être borgne alors qu'il n'avait pour tout œil qu'une sombre cavité ? Fichues abominations. On était toujours obligés de philosopher lorsqu'on les combattait....
► Afficher le texte

Re: [Duel] Rencontre au sommet ! (Groupe 01)

Posté : 30 juin 2019, 18:06
par Arzhogh
Le Purulent lui avait envoyé un songe étrange.

Un non vivant ... à moins qu'il ne s'agisse d'un non mort, assis sur un trône, ricanant devant des cadavres qui étaient à ses pieds. Des cadavres divers d'hommes, de nains, l'un des hommes ayant même une queue de scorpion.

Le monstre se retournait ensuite vers la porte, d'où avait surgi un homme, un chien gigantesque et ... lui.


Il décida de partir de la Harde, estimant le songe plus important que le reste, n'emportant que Gueule Putride avec lui et se dirigeant vers le Sud.

En chemin, ils chassèrent et massacrèrent des humains mais l'un d'entre eux les vit et parvint à survivre.

Alors que Gueule Putride se ruait vers l'homme qu'il avait senti, l'homme-bête le motivant, il s'arrêta en voyant le visage de celui qui allait être déchiqueté.

C'était l'homme qu'il avait vu en songe.

Sifflant afin de calmer son compagnon, il s'approcha de l'homme qui ne bougeait pas.

Il avait du avoir un songe également, de l'abomination à abattre.

Ils rentrèrent dans le palais et arrivèrent à la salle du trône ou les attendait celui que le Purulent voulait voir réduit à néant, de façon définitive.

Sans s'expliquer pourquoi, il comprenait ce que lui disait cleui qui leur faisait face.

Etaient-ils dignes de l'affronter ?

Comment osait-il.

COMMENT OSAIT-IL DOUTER DE LA VALEUR D'UN ENFANT DES DIEUX, RECONNU PAR LE PURULENT AU POINT D'AVOIR SES ÉMISSAIRES AVEC LUI !

Il poussa un rugissement tandis que son chien s’impatientait, prêt à partir à l'assaut.

"DIGNES ? LES DIEUX NOUS ONT ENVOYES POUR METTRE FIN A TON EXISTENCE. TA TETE ET CELLE DE LA FEMELLE T'ACCOMPAGNANT FERONT UNE DIVINE OFFRANDE AU PURULENT ! OFFRANDE DIGNE DE SA GRANDEUR !"

Il désigna alors la liche au chien.

"VA, ATTAQUES ! DECHIQUETTES CETTE CHOSE POUR NOTRE MAÎTRE !"

Alors que le chien fonçait sur l'ennemi, Arzhogh se dirigea vers la liche afin de le frapper de toutes ses forces avec la hache.

Re: [Duel] Rencontre au sommet ! (Groupe 01)

Posté : 03 août 2019, 16:09
par Ishar
Ishar s'avança d'une démarche rapide et svelte vers son premier opposant. Il s'agissait d'un homme à l'âge indéterminé. Non pas qu'une personne normal aurait pu savoir quel âge avait ce mortel, mais la liche avait perdu cette vision du monde. Pour lui, un humain en était un autre, vieux ou jeune, quelle importance ? Ils finissaient irrémédiablement par mourir un jour ou l'autre ! La vieillesse était la pire des maladies qui avaient frappé ce monde ! Elle touchait tous les êtres-vivant sans exception ! Ils étaient condamnés à mort dès la naissance, sans espoir d'y réchapper. Il y avait bien les elfes qui y résistaient un peu mieux que les autres ou encore les nains dont le caractère permettait de la tenir à l'écart un temps. Mais tous finissaient par flétrir, puis mourir...

Le nécromancien faisait partie de ces rares élus qui avaient réussi à s'échapper de cette fatalité. Mais à quoi bon ? Il n'avait trouvé dans sa longue vie qu'une suite de déceptions, de désillusion et de tristesse. Les malades refusaient obstinément d'être soignés Il avait fini par conclure que la maladie avait à ce point obscurci leur jugement qu'ils s'étaient plongés dans un délire, croyant les mensonges des faux dieux et refusant la lumière de la seule grande déesse... Soit... c'était leur choix... Un choix stupide, mais ils étaient si nombreux !

-Savez-vous combien de légions ai-je perdu en cherchant à vous sauvez tous ? Des centaines ! Des milliers ! Je...

Sa lame frappa, son bras bougeant tel un automate sans qu'il n'ait besoin d'y réfléchir. Cet humain n'était pas le premier et sûrement pas le dernier qui mourrait sans même que la liche ne s'en rende vraiment compte. Le métal enchanté par une magie antique coupa une profonde entaille dans la joue du chasseur ayant lâché son arc. Une oreille vola au dessus de l'épaule de sa cible, suivit par un flot de sang sombre et pourtant si plein de vie.

La liche n'y prêtait pas attention, toujours plongé dans une réflexion qu'elle était la seule à comprendre et à connaître. Allait-il retomber en léthargie en plein combat ? Non, bien que si cela arrivait, son corps bougerait simplement tout seul, éliminant les intrus sans que l'esprit de la divine créature ne s'y implique. Il était si fatigué de cette éternité où tout en était devenu si lassant. Les combats finissant par tous se ressembler dans la multitude de ceux qu'il avait livré.

Il sentit son bras droit être tiré vers le côté tandis qu'il cherchait à frapper une deuxième fois l'humain. Là, il remarqua enfin le chien du chaos qui cherchait à lui causer des dommages. Mais les dents de la bête n'étaient pas assez forte pour passer outre la peau de pierre du seigneur noir qui le regarda en levant un sourcil d'étonnement. Une créature à tête de cerf se jeta en même temps sur lui. En même temps, il se rendit compte qu'il était au sol.

-Comment suis-je tombé ? Je... mais... vous m'empêchez de bouger ! Impertinente créature !

En effet, l'humain venait de le plaquer au sol, empêchant au passage l'homme-bête de faire mouche. Il n'en restait pas moins immobilisé sans comprendre trop pourquoi ni comment un simple humain parvenait à le maintenir ainsi. Était-il trop plongé dans ses pensés ? Possible... Il allait devoir se dégager rapidement, car le chien ne semblait pas vouloir lâcher son bras, le secouant dans tous les sens tout en ne parvenant pas à lui causer le moindre dommage !

-Pouvez-vous dire à votre canidé de stopper cette agression ! Je ne suis point un morceau de bois avec lequel jouer!

Dans sa voix, on pouvait clairement sentir une indignation réelle. Comme si la créature mort-vivante n'arrivait pas à se rendre compte qu'il s'agissait là d'un combat et non un de ses nombreux songes. Il allait toutefois essayer de se dégager et éliminer les menaces qui se présentaient à lui, sans plus de remord qu'il n'en avait eu quand, fou de rage, il avait rasé des villages entiers. Ces derniers n'ayant pas accepté de ce convertir... Les habitants, une fois relevé, avaient rejoint la masse ouvrière construisant et reconstruisant sans-cesse la ville noir du nécromancien fou.

Re: [Duel] Rencontre au sommet ! (Groupe 01)

Posté : 07 sept. 2019, 11:44
par Martin
Plus vite que son ombre, le roi liche dégaina son arme, et, uniquement mû par un geste salvateur, le chasseur échappa de peu à la décapitation. Ce fut juste sa gorge qui prit le coup. Une entaille peu profonde mais impressionnante, et qui aurait pu s'avérer fatale si légèrement plus profonde. L'adrénaline affluant alors immédiatement dans ses veines avec une frayeur tout aussi grande. Une frayeur assez importante pour prendre de vitesse la liche. D'un geste fulgurant, l'être de chaire vint se plaquer contre le corps de son adversaire, tel un danseur de ballet, avant de s'emparer du bras armé de l'ennemi qu'il bloqua avec succès par une prise improbable, sans toutefois parvenir à mettre au sol ce terrible adversaire.

Si le chevalier déchu l'avait alors frappé de son autre bras libre, alors les coups de pierre auraient certainement fait lâcher prise le chasseur, complètement concentré, son corps entier tendu pour immobiliser juste un bras de la créature.

Mais les tours de Ranald étaient cruels, car l'apostat de Morr n'en fit rien, ne faisant que brasser l'air avec son autre bras, à la recherche de quelque invisible ennemi. Pis encore, il fut attaqué par les clébards et leur maître, méprisable engeance chaotique. Il était trop tard pour lui pour se dégager.
Plaqué au sol et maintenu ainsi en place, le plus dur semblait avoir été fait : réduire à l'impuissance le squelette blindé du roi sorcier.

Voilà pour l'étape 1, où Martin avait manqué de perdre la tête. Littéralement. Restaient désormais les étapes 2 à 10, tout aussi dangereuses et à supposer que la belle et délicieuse créature qui était aux côtés du seigneur de sombre bois n'esquisse la moindre action contre eux, ce qui semblait peu probable.

Non. Pour l'instant il fallait passer à l'étape 2 : désarmer la liche, en le forçant à lâcher son épée et repousser celle ci au loin d'un coup de pieds.

Quand aux piaillements de la créature, il convenait de les dénier. On était ici pour un combat de geste. Pas un pugilat, même si ça semblait en prendre le tour.

Non messire. Vous n'êtes en effet qu'un sac d'os engoncé dans une boite de fer, uniquement animé par une sombre magie, et affublé du titre de « roi sorcier suprême ». C'est très différent.