[Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 931

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par [MJ] Kriegsherr » 14 juil. 2018, 17:46

L’énumération des exploits de Piero Orsone avait de quoi faire pâlir un roi. Assurément, l’homme était habile de sa langue et leste d’esprit. Et face à tel auditoire, cette impertinence audacieuse teintée d’une intelligence sûre et accompagnée d’un zeste d’humour fit mouche. Enfin, pas sur tout le monde apparemment. Pavius Bartholomeo parut gonfler et devint rouge tomate comme s’il était près à imploser. Marco Eusabio, lui, paraissait avoir goûté avec un plaisir non dissimulé à la répartie de celui qu’il avait recruté, et adressa un clin d’œil complice à l’estalo-tiléen pour lui signifier son approbation. Même madame von Diehl se permit un sourire amusé devant la répartie fort à propos du fils d’Emilio Salvadore Manicha Enrico de Riviera di Cruz. Le chevalier, lui, restait impassible, se désintéressant de ce qu’il considérait certainement comme des querelles de manants indignes de son attention. De même, l’attitude d’Orcbolg restait très froide et professionnelle, puisqu’il choisit de ne pas prendre part au conflit naissant et d’ignorer l’échange pour se concentrer sur le choix de leur destination.

Très vite, deux destinations semblèrent avoir les faveurs de nos deux héros en herbe. Il s’agissait de l’Inja pour Piero, et du Kislev pour Orcbolg. Mais trouver un terrain d’entente ne fut pas chose aisée pour autant. Longuement, chacun se renvoya la balle en avançant ses arguments. La prise de décision n’avançait aucunement, les deux hommes campant sur leurs positions respectives. Les motivations et les angles d’approche étaient très différents. Si Tiburon privilégiait un lieu proche de sa terre d’origine et plus proche géographiquement, dans le but d’essayer de contrôler au mieux le déroulement de leur expédition, Da Trantio, lui, mettait en avant l’aventure, l’inconnu et le frisson de la découverte qu’offrait une terre lointaine et méconnue.

Durant une grande partie du repas, ils devisèrent, pesant le pour et le contre, argumentant dans leur sens et essayant surtout d’éviter les concessions et de rallier l’autre à ses vues. Après un moment, il parut qu’un accord semblait impossible. L’idée fut même évoquée de s’en remettre au hasard pour les départager. Mais c’était sans compter sur la sagesse d’Orcbolg qui décida finalement de mettre fin au suspens en accordant gain de cause à Piero. Cette concession était sans nul doute difficile, mais elle avait le mérite de faire avancer les choses.

Les plats de résistance étaient déjà terminés lorsque madame von Diehl fut informée de ce choix, et l’on allait servir les fromages et desserts. La vieille femme s’en montra ravie. Non pas qu’elle n’ait pas suivi de loin les échanges entre nos deux compères, mais elle avait eu la politesse de ne pas s’en mêler, se contentant d’observer et d’écouter tout en mangeant avec raffinement. Quand aux autres protagonistes, Marco s’était contenté de faire semblant de s’y connaître en hochant la tête positivement à chaque intervention. Pavius, outré et encore sonné par la réplique cinglante de Piero, ruminait une vengeance en mangeant son filet de bœuf avec une distinction exagérée, donnant l’impression de se placer au dessus de tout cela, ou du moins le croyait-il. En réalité, il avait été « mouché » et n’avait pas su trouver de quoi répondre sans paraître encore plus ridicule qu’il ne l’était déjà en dégustant son plat avec une attitude bien trop maniérée pour être réellement noble : on aurait plutôt dit une caricature comique de théâtre. Quant au bretonnien, il était impassible et froid, dédaignant tous ses interlocuteurs, et s’attaquant sauvagement à sa viande sans la moindre once d’étiquette.

Au final, leur employeuse commune s’adressa donc à eux tous en ces termes :


-Bien, puisque vous semblez avoir privilégié l’Est, voici quelques détails supplémentaires sur votre expédition.

La vénérable femme allait continuer, lorsqu’elle fut soudainement interrompue par une intervention du chevalier qui prenait la parole pour la première fois, en commençant par un éclaircissement de gorge.

-Hum hum…

Tous les regards se tournèrent vers lui, alors que l’homme, qui avant cela paraissait s’ennuyer en se curant les dents avec une petite pique de bois, relevait la tête. Madame von Diehl s’arrêta et lui fit signe de continuer :

-Pardonnez moi, mais vous semblez caresser l’idée que je vais me mêler à ces… Amateurs. Il n’en est pas question. Je ne travaille qu’avec mes propres hommes. Quitte à payer plus cher, ça sera plus rentable au final, surtout si cela me permet de récolter la mise seul.

L’idée sembla faires des émules, puisque Pavius Bartholomeo Dolomius, lui aussi, exprima un souhait identique de faire cavalier seul.

-De même pour ma part, madame. Je ne saurais souffrir de partager un si long voyage en compagnie de gens de « cette envergure » et de « cette qualité ». C’est pourquoi j’organiserai moi-même mon expédition. Les gains, que j’empocherai intégralement puisque je serai le premier, rembourseront de toute façon largement l’investissement initial.

Très sûrs d’eux, le bretonnien et le marienburgeois avaient ainsi pris la décision de ne pas se joindre à Orcbolg Tiburon et Piero Orsone da Trantio. Dès lors, ils devenaient des rivaux, puisque ce serait une véritable course entre les trois expéditions, une course dont seule la première place importait. Le premier à rapporter les informations voulues par madame von Diehl empocherait la totalité de la mise, les autres y seraient pour leurs frais. Cet état de fait imprévu ne parut pas surprendre la vieille femme qui se contenta de soupirer en répondant d’une voix lasse :

-Soit. Qu’il en soit ainsi. Après tout, plus il y a d’expéditions, plus l’une d’entre elles a une chance de réussir. Bien, peu importe, vous aurez tous les mêmes informations, et le meilleur l’emportera.

Votre objectif sera dans un premier temps de rallier au plus vite la ville de Pigbarter, aussi appelée Pied-de-Port. Il s’agit d’une ville située sur la route des épices, le chemin traditionnel le plus sûr vers l’Inja. Pour ce faire, il vous faudra emprunter la route de l’argent. Ce ne sera pas chose aisée, car après être passés par Karaz-a-Karak, vous aurez affaire aux peaux-vertes du mont Terne Croc. Puis, il vous faudra traverser les Terres Sombres infestées de bandits, d'orques et de gobelins, de loups géants et d'autres monstres en tout genre, à travers deux déserts, jusqu’aux Sentinelles. Là, vous pourrez faire étape, car l’endroit est sûr, enfin, si l’on peut parler de sûr pour un lieu tenu par des ogres mercenaires caravaniers de la tribu des mordeurs d’yeux. Enfin, vous irez au Sud jusqu’à Pigbarter, située à l’embouchure de la rivière de la ruine, juste au Nord du Delta Brûlant.

Là, mon contact vous fournira de plus amples informations afin que vous puissiez mener à bien votre mission. Mais avant d’en dire plus, avez-vous des questions ou des remarques sur ce qui vient d’être dit, ou puis-je continuer ?


En effet, une rivalité venait de naître entre les convives et des informations sur l'itinéraire venaient d'être transmises. Il y avait là de quoi réagir.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Orcbolg
PJ
Messages : 23
Profil : FFor 8 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:orcbolg_tiburon

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par Orcbolg » 15 juil. 2018, 01:00

Orcbolg était content. Ils allaient enfin bientôt partir. Son voyage commence bientôt et il était impatient de le commencer. Mais il fallait maintenant connaître les détails.
Il n'était pas choqué lorsque le rival de Piero et le chevalier refusèrent de les accompagnés, ils les mépriser trop pour cela.
Il était surpris que madame Von Diehl n'était pas contre cette rivalité dangereuse. Ce conflit risquait quand même la sûreté du voyage et de l'expédition, mais que pouvait ils faire contre cela? Il espérer que Von Diehl leur fournirait quand même hommes et équipements pour rendre cette compétition plus "équilibré".
Cette nouvelle rivalité était ça plus grande crainte et son premier obstacle. Il était hors de question de parcourir le monde sous pression.
Une expédition doit être effectué dans le calme et la prudence. La elle sera dans la précipitation qui conduit à l'imprudence.
La seul solution qui voyait pour cela était d'éliminer ces deux personnes.
Ils vont lui barrais la route et ils sont dangereux pour lui. Ils devaient donc mourir le plus vite possible.
Ils pourront les assassiné pendant qu'ils étaient encore à Sartosa, un meutre était banale ici ou encore leur tendre une embuscade pendant le voyage.
Ils fallait qu'il en discute plus tard avec Piero mais il plus tard et surtout pas ici.
L'itinéraire de madame Von Diehl était très dangereux. Ils semblé comportaient beaucoup trop d'obstacles pour eux.
Orcbolg n'avait pas peur d'affronter des dangers mais prudence est mère de sûreté.
Il demanda donc calmement:
Madame, cette itinéraire me semble long et très dangereux. Il n'existerait pas des routes alternatives? Pourquoi pas la voie maritime? C'est la plus sûre pour L'inja, cela évitera de passé par les montagnes.
Orcbolg Tiburon, Explorateur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:orcbolg_tiburon

Avatar du membre
Piero Orson
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_piero_orsone_da_trantio

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par Piero Orson » 17 juil. 2018, 18:34

Piero se retenait d'exploser de rire tout en gardant une expression stoïque digne d'une statue de marbre en voyant la réaction de Pavius qui semblait bouillonner comme un volcan des Montagnes du Bord du Monde .

Il regagna son sérieux quand Dame Von Diehl prit la parole et fronça la moustache en voyant que ce Don Lomente du pauvre de Bretonnien et que cette écrevisse bouffie de Pavius s'étaient décidés à vouloir fuir leur compagnie pourtant d'excellente qualité. Madre dé myrmidia ! Des Amateurs ?! Cuistres bouffis d'orgueil , vous vous en mordrez les doigts.
La route pour l'Inja semblait aussi mouvementé qu'une rivière des Irrana mais cela ne faisait que plus d'exploits à raconter par la suite.
En écoutant les directives de leur armatrice il se demanda comment une ville pouvait tenir dans une région aussi désolée que les Terres Sombres , région qui avait autant de charmes que Lucrezzia Belladonna sans maquillage ni artifices.
Quand son compagnon d'infortune aussi chaleureux qu'une nuit en Norsca s'avança sur la question du cheminement il redressa la tête vers Von Diehl car il était tout aussi intrigué.
Piero Orsone da Trantio, explorateur
Profil: For 10 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 0 | Mag 0 | NA 1 | PV 65/65
Lien: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_piero_orsone_da_trantio
"Ma qué ?!"

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 931

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par [MJ] Kriegsherr » 18 juil. 2018, 00:06

L’intervention d’Orcbolg Tiburon déclencha l’hilarité générale parmi leurs désormais concurrents. Ceux-ci paraissaient bien se moquer de lui. Mais madame von Diehl leva les mains en signe de paix et calma le jeu en lui répondant avec indulgence :

-Je reconnais bien en vous le disciple d’un grand navigateur. Mais tout le monde n’est pas Fernando de Magellus. Rares, très rares sont ceux qui osent entreprendre un tel voyage par la mer. Pensez-donc, si la voie maritime était réellement plus rapide et plus sûre comme vous semblez le croire, alors il n’y aurait aucun intérêt aux caravanes terrestres, d’autant que l’on peut transporter beaucoup plus de marchandises sur un navire. Non. La vérité est tout autre. Loin d’être plus sûr, le voyage par la mer sur un tel trajet fait encourir mille dangers : pirates, monstres marins, esclavagistes, chaotiques, sans parler des nombreux aléas climatiques fréquents : tempêtes, maelström, ouragans, tornades, et même des morceaux de glace dérivant dans l’eau à ce que l’on dit… Auquel il faut ajouter les légendes sur les innombrables dangers autres qui parcourraient les mers. Quant à la longueur du voyage, elle serait faramineuse, de l’ordre du quadruple au moins de celle du trajet terrestre, au bas mot, puisqu’il faut contourner un continent entier. Certains parlent même de six, huit voire dix fois plus de lieues à parcourir. Malgré la vitesse supérieure des bateaux –en admettant que les vents soient favorables-, ils n’arriveraient pas plus rapidement, même dans le meilleur des cas. Et ce trajet plus long signifierait plus de dangers, en n’oubliant pas que la moindre avarie forcerait l’embarcation à rebrousser chemin si toutefois elle le peut encore.

Sans compter un autre élément non moins important : la connaissance de la route. Seuls les elfes connaissent et maîtrisent ces voies maritimes, et ils ne partagent pas ce savoir. Pour nous autres humains, il nous faut naviguer, au mieux, avec de rares cartes imprécises et incomplètes, et des indications peu fiables qui se paient à prix d’or. Les chances de se perdre, de s’échouer sur un récif inconnu ou un rocher sont grandes, et dans ces conditions, cela signifierait la mort certaine. C’est pourquoi seuls les plus audacieux, les plus expérimentés et aussi les plus fous tentent cette traversée vers l’Orient. Il faut des génies, des marins de talent pour réussir un tel exploit. De tels grands hommes existent, mais ils sont rares, leurs prix sont exorbitants et leurs chances de réussite restent minimes. Non, croyez-moi, la voie terrestre, toute dangereuse qu’elle soit, est à la fois beaucoup plus courte et beaucoup plus sûre que celle des mers, à moins de disposer d’une flotte de guerre entière ou d’être un haut-elfe, ce qui n’est pas notre cas.

Il vous faudra donc aller par les terres jusqu’à cette destination. Cela change-t-il votre opinion ? Je n’en ai pas encore trop dit, il n’est pas trop tard pour changer d’avis si vous le souhaitez.


Cet élément nouveau allait-il changer la donne ? Sur le papier, leur décision était prise, mais le débat pouvait être relancé, notamment si Orcbolg se montrait réticent à l’idée d’un tel périple à pied, là où le trajet vers les autres destinations était plus maîtrisé et sans doute plus rapide, du moins sur la première partie, celle permettant d’accéder jusqu’à la zone de leur mission. En effet, la route maritimes jusqu’à Erengrad était très fréquentée et très sûre, malgré le risque toujours présent de piraterie, d’avarie ou d’aléa climatique. Celle menant à l’Arabie ou au désert de Nehekhara était la plus courte puisqu’il leur suffirait de traverser la mer vers le Sud pour s’y rendre. Quant à la Lustrie, même si le voyage était long et présentait quelques dangers impondérables, les navettes entre le Nouveau Monde d’Or et des villes comme Sartosa, Marienburg, l’Anguille ou Erengrad étaient devenues en quelques temps choses très courantes.
Dernière chance de changer d'avis.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Piero Orson
PJ
Messages : 23
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_piero_orsone_da_trantio

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par Piero Orson » 19 juil. 2018, 21:53

N'ayant changé ni de sexe ni de forme des oreilles, Piero aurait fait un très mauvais haut-elfe pour un trajet maritime.
Il regarda avec reproche le Chevalier et le Pas Laid qui s'étaient visiblement crus devant un spectacle humoristique.
Sa décision était sûr comme le pas d'une chèvre des montagnes. On partirait par la voie des caravaniers et des ogres à personnalité explosive , au moins sans navire pas de risque de le couler ou de se faire attaquer par une vermine de forban. En honnête ancien bandit de grand chemin il savait pertinemment que ces vautours des mers leur seraient tombés dessus dès le départ de Sartosa.
Il posa ses yeux noirs sur la vieille impériale et affirma avec un ton neutre :

-Ma décision est prise signora Von Diehl.
Piero Orsone da Trantio, explorateur
Profil: For 10 | End 8 | Hab 8 | Cha 9 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 0 | Mag 0 | NA 1 | PV 65/65
Lien: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_piero_orsone_da_trantio
"Ma qué ?!"

Avatar du membre
Orcbolg
PJ
Messages : 23
Profil : FFor 8 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:orcbolg_tiburon

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par Orcbolg » 24 juil. 2018, 16:26

Orcbolg souris calmement. Les moqueries de c'est rivaux ne l'atteigne pas.
Il dit calmement :
nous vous inquiétez pas, je ne suis pas découragé du voyage et je suis toujours partant pour y participé. Je veux juste faire preuve de prudence et voire et réfléchir à toutes les options possible.
Orcbolg Tiburon, Explorateur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:orcbolg_tiburon

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 931

Re: [Orcbolg et Piero] « Madame » Von Diehl

Message par [MJ] Kriegsherr » 04 août 2018, 05:49

Après les longues et dures tractations pour déterminer l’objectif de leur voyage, il fut plaisant de voir qu’une fois que Piero et Orcbolg s’étaient mis d’accord, ils s’en tenaient à leur décision. Ainsi, malgré l’itinéraire dangereux qui les mènerait jusqu’aux frontières occidento-septentrionales de l’Inja, ils ne renoncèrent pas.

Madame von Diehl les en remercia d’un signe de tête entendu, puis continua :


-Bien. Il ne reste plus grand chose à vous dire à tous. Sachez juste que le nom de mon contact à Pigbarter est Arnaud Davantre. C’est un négociant d’origine bretonnienne. Pour vous identifier à lui, dites lui simplement que « c’est sa tante qui vous envoie lui rendre visite. » Il vous transmettra alors le reste des informations nécessaires pour mener à bien votre mission. Le cas échéant, il a également pour instruction de vous fournir tout ce dont vous pourriez avoir besoin afin de vous aider à me rapporter ce que je souhaite.

Le bretonnien grogna en secouant la tête affirmativement, puis se leva pour prendre congé.

-D’accord, j’en sais assez. Maintenant si vous voulez bien m’excuser, j’ai à faire… Nul autre que moi ne vous ramènera la copie de vos fichues inscriptions et touchera la prime juteuse, je peux vous l’assurer.

Madame, messieurs…


Von Diehl salua en retour d’un :

-Vous nous quittez déjà ? C’est bien dommage, ser Jean-Frédéric de Poirtomier.

Sans rien ajouter, et de manière toujours aussi brute et crue, l’homme tourna les talons et sortit de l’établissement, non sans avoir récupéré un attirail à la sortie : sans doute ses armes. Quant à Pavius Bartholomeo Dolomius, il fit montre d’une politesse et d’un savoir-vivre supérieur, mais ne tarda pas lui non plus à prendre congé. En effet, puisqu’ils avaient choisi de monter à leurs frais leurs propres expéditions, ils n’avaient pas à rester et à connaître les détails privés de l’expédition affrétée par Von Diehl en personne.

Après avoir fini son dessert, il se leva en remerciant théâtralement son hôtesse à grands renforts de courbettes et de mouvements de son extravagant chapeau à plumes colorées, qu’il avait ôté lorsqu’il était à table :


-Et bien, chère madame, merci pour ce magnifique dîner en votre bonne compagnie. Je me suis régalé et j’ai eu grand plaisir à converser, y compris avec vous, chers concurrents. Mais comme disait mon mentor à l’université d’Altdorf, le professeur Jan Von Garden : il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte !

Soyez rassurée, madame, avec un homme comme moi sur l’affaire, vous aurez ce que vous avez demandé avant même de vous être aperçue que je suis parti.

Quant à vous autres, chers concurrents, ne soyez pas trop défaitistes ! Vous pourrez toujours dire qu’un jour, vous avez connu, joué et perdu contre le Grand Maestro-Doctore Pavius Bartholomeo Christophorus y Glapio y Canavor von Heimsbergstadt Dolomius. Peut-être même que vous aurez la chance d’être sauvés par moi si au retour je vous croise en mauvaise posture, je vous promets de vous tirer de là au passage. Après tout, je suis beau joueur, je me contenterai de la victoire, de la richesse et de la gloire, mais je n’ai rien contre vous personnellement, mes amis.

Sur ce, il me reste à tirer ma révérence. Au bon plaisir de vous revoir !


Et après un dernier baisemain à une madame von Diehl restée de marbre face à tant d’élucubrations truculentes et de vantardises démonstratives, le marienburgeois quitta lui aussi l’établissement, l’air repus et joyeux, malgré l’altercation qu’il avait eu avec Piero.

Une fois que la porte se fut refermée derrière lui, l’employeuse, qui n’avait laissé transparaître aucune émotion jusqu’ici, termina son briefing avec des informations destinées spécialement à « son » équipe. Ce faisant, elle déplia une carte sur la table de manière à ce que tous la voient, et afin d’illustrer ses propos en indiquant du doigt les divers lieux qu’ils seraient susceptibles de traverser :

La carte en question : (HRP : j'en avais une mieux dans le livre de règles V8 mais je suis pas sûr d'avoir les droits pour la scanner et la poster ici, donc celle-là fera l'affaire)
Image
-Bon. Puisque vous avez de profiter de mon financement, le moment est venu de parler des détails.

Tout d’abord, sur l’itinéraire… Je vous ai rapidement indiqué celui-ci, mais il n’est qu’indicatif. C’est vous deux, messieurs Orcbolg Tibruon et Piero Orsone Salvadore Manicha Enrico de Riviera di Cruz da Trantio, qu’il reviendra de mener à bien cette expédition. Une fois Sartosa quittée, vous serez seuls maîtres à bord. Je sais que cela peut paraître une lourde responsabilité, mais je suis certaine que vous avez les épaules pour ce travail. J’ai étudié vos profils avec la plus grande attention et je pense que vous avez en vous l’étoffe des plus grands.

Dans un premier temps, je vais vous arranger un départ dans un navire sûr en partance pour Barak Varr. C’est la plus grande forteresse naine maritime du monde, située juste à l’embouchure du Golfe Noir, vous en avez sûrement déjà entendu parler. De là, vous remonterez l’une des trois rivières qui ont leur confluent juste avant Barak Varr et prennent leurs sources dans les montagnes du Bord du Monde.

L’itinéraire le plus sécurisé me paraît être celui le plus au Nord, en remontant la rivière du Crâne jusqu’à Karaz-a-Karak, puis de suivre la route de l’Argent. Cependant, vous aurez aussi la possibilité de passer par le Col du Chien fou en remontant la rivière hurlante, au centre, ou bien de choisir le Sud et le Col de la Mort, en empruntant un chemin suivant à peu près le fleuve de Sang. Ces deux dernières routes présentent cependant l’inconvénient majeur de jouxter d’importantes forteresses peaux-vertes.

Quoi qu’il en soit, une fois les montagnes franchies, il vous faudra traverser les Terres Sombres d’Ouest en Est, à travers une sorte de désert constitué de plaines infestées de peaux-vertes, de bandits, de loups géants et pire encore… Votre salut se trouvera aux Sentinelles : c’est un caravansérail logé dans une formation de pitons rocheux. Un endroit tenu par une tribu ogre mercenaire : les Mordeurs d’Yeux. Leur chef se fait appeler « Grand Père Marlon Mordloeil ». C’est une tribu familiale extrêmement dure en affaire : ne contractez jamais une dette avec eux, si vous tenez à la vie. Néanmoins, s’ils sont caractériels et imprévisibles, les ogres tiennent l’endroit d’une main ferme et profitent à fond du commerce : les caravanes et voyageurs sont les bienvenus chez eux, du moment qu’ils ne cherchent pas les ennuis. C’est l’endroit idéal pour souffler, se reposer, et refaire ses stocks de vivres, d’eau et de gardes.

Enfin, la dernière partie du chemin est plus simple, puisqu’elle suit la route des épices jusqu’à Pigbarter. Elle n’en est pas moins dangereuse pour autant.

Voilà pour votre itinéraire.

Maintenant, parlons de vos compagnons. Vous aurez déjà Marco Eusabio, ici présent. C’est un jeune homme volontaire qui ne demande qu’à faire ses preuves. Il y aura aussi Mezzaïa, une érudite de mes employées qui vous accompagnera. Elle seule saura identifier et recopier ce dont j’ai besoin et laisser l’inutile de côté. Il est donc impératif qu’elle survive –au moins jusqu’à l’objectif-, sans quoi vous ne saurez pas ce dont j’ai besoin. Vous constaterez cependant qu’elle ne sera pas un poids mort. Elle a certaines… Qualités spéciales dont je suis certaine qu’elles pourront vous être utiles.

Ensuite, tout dépend de vous.

Souhaitez-vous un équipage pléthorique ou un groupe restreint ? Garder les mêmes hommes depuis le départ ou en changer à chaque étape ? Et avec quel équipement ? Quels bagages ? Bref, comment envisagez-vous votre voyage ? Je pourrais vous renseigner et m’arranger pour vous fournir ce dont vous avez besoin, mais je ne peux décider à votre place si vous allez privilégier la discrétion, la planification complète, l’improvisation,…

HRP : une nouvelle fois, vous pouvez échanger entre vous. J’insiste sur le fait que ce choix pourra être déterminant pour votre aventure. Que vous décidiez d’y aller à 5 ou à 30 changera tout (vivres individuels ou convoi, rencontres,…). De même sur votre approche. Planifier tout à l’avance peut paraître séduisant, mais rappelez vous qu’en réalité, sur le terrain, tout peut différer du papier, c’est pourquoi l’improvisation peut être tout aussi bien voire meilleure que les plans initiaux qui peut-être se révéleront complètement faux.

Evidemment il y a un budget limité, mais il permet cependant beaucoup de choses. Pour en savoir plus sur ce budget, il faudra questionner von Diehl, mais seulement une fois que vous aurez une idée en tête déjà. En effet c’est un budget que je déciderai arbitrairement en me plaçant comme madame von Diehl.

Globalement, les questions que vous devrez trancher sont les suivantes :

-Effectif du groupe (4 imposés au minimum : Orcbolg, Piero, Marco, Mezzaïna [que vous n’avez pas encore rencontré]). Mais cela peut aller jusqu’à beaucoup plus : plusieurs dizaines (on va dire à vue de nez une cinquantaine maximum).

-Composition du groupe (si vous rajoutez d’autres personnes, quels seraient leurs profils ? [marchands / éclaireurs / porteurs / gardes / personnes non qualifiés,…]). Il y aura évidemment un RP pour les recruter, avec potentiellement des PNJs spéciaux.

-Equipement : ça peut être de l’équipement personnel comme collectif, notamment si le groupe est important [montures, armes, armures, utilitaires, argent liquide, vivres, transports…]. Gardez à l’esprit que si tout cela vous sera confié pour votre mission, cela ne vous appartient pas. Même si dans les faits tous les frais seront offerts (von Diehl ne vous demandera pas de rembourser même si vous échouez), dilapider votre argent et vos ressources serait une très mauvaise idée. En effet si elle apprend que vous avez fait des dépenses somptuaires ou sans aucun rapport, ou que vous êtes partis avec ses ressources, ou vous êtes amusés à détruire volontairement des équipements prêtés, ce sera considéré comme un vol pur et simple et traité comme tel (en réalité c’est un délit d’abus de confiance plus exactement).

De plus, vous devrez rendre l’équipement et l’argent restant « non consommé » à la fin de votre mission, et justifier de son utilisation. Encore une fois, vous n’êtes que les gérants et donc les responsables de l’expédition de madame von Diehl, c’est elle qui paie tout.

Attention aussi à penser à des choses bêtes qui vous seront rappelées : si vous avez du gros matériel ou d’importantes réserves de biens, il vous faudra de quoi le transporter, etc…

-Approche : là ça détermine un peu tout ce qu’il y a avant. Y aller discrètement et rapidement, en misant sur un petit groupe faiblement armé ? Ou au contraire miser sur une caravane marchande de manière à pouvoir rapporter du butin supplémentaire ? Tout prendre dès le départ, ou acheter étape par étape (vous aurez alors un plus important budget en or) ? Faire confiance aux gens embauchés en leur révélant le but de votre voyage ? Le cacher ? Prendre des gardes ? Une troupe entièrement militarisée ?

Toute votre aventure va dépendre de ces choix. Y compris l’ambiance que vous souhaitez y mettre. Il est évident qu’en compagnie d’une simili-caravane marchande, une expédition d’exploration classique, une troupe militaire ou d’un groupuscule d’infiltration, vous vivrez des choses différentes.

A noter que rien ne vous oblige à consommer tout le budget imparti. Au contraire, il peut être moins dangereux de se promener sans une montagne d’or sur soi par exemple. Mais tout cela, je ne peux pas le décider à votre place.

En fait, discutez entre vous par messages, dites chacun ce que vous souhaiteriez, et j’interviendrai soit quand vous vous serez décidés, soit en cours si je veux préciser des choses (par exemple faire dire à madame von Diehl, qui vous écoute « ça c’est impossible » ou faire répondre les PNJs à vos questions éventuelles).
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Répondre

Retourner vers « Tilée »