[Darn] Nous irons jusqu'aux Îles du Dragon!

Les Terres du Sud relient le sud et la terre des morts Khemri et sont principalement composées de marécages et de forêts tropicales. Les habitants des terres du sud sont les Hommes-lézards, les Orques sauvages et les gobelins des forets, et quelques tribus humaines qui sont appelé par les aventuriers hommes sombres, lesquelles vivent en paix avec la nature et semble protégés par les Hommes-lézards. On y retrouve également des colonies pygmées, et les légendaires Amazones.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Messages : 777
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Darn] Nous irons jusqu'aux Îles du Dragon!

Message par [MJ] Le Djinn » 06 oct. 2019, 22:47

Les chevaliers bretonniens revenaient de leur promenade, visiblement assez déçus du voyage. Le sable plein les bottes et un crabe accroché aux lanières de lin qui tenaient leurs plaques d'armure ensemble, lesquelles surchauffaient d'ailleurs sous le soleil éclatant. Les troupes mercenaires finissaient de désosser le comptoir à la recherche de nourriture ou d'eau, denrées vitales pour la suite du voyage. Pas de chance cependant: les quelques tonneaux de fruits secs et les litrons de liquide ne permettraient pas de tenir plus de quelques jours.
Des officiers faisaient les cents pas en penchant la tête, soucieux. Pas difficile de comprendre ce qui trainait dans leur esprit: ils avaient environ mille neuf-cents hommes à emmener à l'autre bout du monde et les vivres s'amenuisaient. Alors certes personne n'avait jamais pensé qu'ils arriveraient tous en vie, la réalité des voyages étant ce qu'elle était, mais si on risquait la mutinerie pour famine après à peine un quart du voyage alors autant rebrousser chemin de suite.

Et rebrousser chemin pour quoi? L'infamie? La ruine? La rue? Les paroles du danseur elfe rendirent ces hommes en armure plus qu'heureux. Au départ pourtant c'était à peine si le capitaine mercenaire avait levé les yeux sur cet être étrange aux longues oreilles et aux tatouages stylisés.


-"Je pense savoir qui a attaqué cet endroit, humain. Nous avons trouvé un peuple d'hommes noirs dans la jungle. Nous nous en sommes sortis de peu, j'ai cru reconnaitre certains éléments de votre… mode… sur un d'entre eux."

Alors le regard du soldat à vendre s'était éclairé et il avait simplement demandé:

-"Où?!"

------------------------------------------------

Le général Vasco de Maga était pied à terre, sur la plage, rutilant dans son armure dorée bardée de plumes, la barbe rousse fière et le nez haut, couvant d'un oeil hautain la petite armée qui se dressait devant lui. Quand la nouvelle lui était parvenue que les responsables du massacre étaient des sauvages il n'avait pas traîné à décider de la suite des événements: cette racaille bonne à vivre en pagne voulait la guerre? Elle allait l'avoir.

Et pour cela il avait mis les petits plats dans les grands: huit-cents hommes, soixante officiers, presque la moitié des forces restantes. Ils allaient fondre dans la jungle en huit colonnes jusqu'à trouves ces barbares incultes les mettre en pièces, jusqu'au dernier. Darn et Trucmuche s'étaient fait refourguer dans ce qu'il convenait d'appeler "l'escouade ogre" qui accompagnerait le cinquième colonne, la droite-centrale. ils serviraient de force d'appui lourde et devraient être souples pour foncer dès qu'un village serait repéré quelque part. Naturellement dans la vingtaine d'ogres présents il y avait ceux que nous connaissons déjà, menés encore une fois par Rousbif dont le gnoblard-perroquet ne cessait de brailler. La troupe allait se mettre en marche, il était temps de faire les derniers préparatifs. A voir d'ailleurs si Darn avait partagé son humain avec eux.


-"Les gars, les ordres sont simples: on rentre dans cette putain de jungle et on bouffe tous les noirs qu'on croise! On pique leur boustifaille pour la troupe et on a le droit de garder les cadavres. L'pognon qu'on trouve va dans l'coffre d'guerre, alors pas touche les moutards! Et maintenant l'grand moment avant le départ: on doit se choisir un nom de groupe, des idées les petits?"

Les braillements commencèrent à la suite...
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Darn le Grossier
PJ
Messages : 43
Profil : 11 FOR /12 END /5 HAB /6 CHAR /6 INT /7 INI /9 ATT /9 PAR /6 IR /1 NA /125 PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier

Re: [Darn] Nous irons jusqu'aux Îles du Dragon!

Message par Darn le Grossier » 10 oct. 2019, 11:46

Darn laissa parler le danseur elfe avec l’officier, il n’intervenait que pour raconter brièvement sa rencontre avec l’archer indigène et son intervention dans la bataille, il remis également également l’arc brisé, l’une des flèches à pointe d’os et la tête qu’il avait récupéré au capitaine de la troupe de reconnaissance, il lui montra aussi les armes et les protections primitive qu’il avait récupéré en faisant bien comprendre qu’il était hors de question que quelqu’un les touches avec autre chose que les yeux. Le rapport terminé, Darn s’éloigna un peu des humains pour s’installer à l’ombre d’un mur en bois à moitié brûlé et fit signe à Al-Sharruh et à Rousbif pour qu’ils le rejoignent. Le Gueule-de-Givre partagea avec ses gros-frères les deux sacs de viandes qu’il avait récupéré tout en leur racontant ses périples dans cette terre hostile, il leur parla du terrain humide et accidenté, des arbres presque aussi gros que des mammouths, de sa victoire sur l’archer, puis comment il avait, à lui tout seul, sauver les oreilles pointues. Une fois son récit et le goûtée terminer, Darn décida de profiter du peu de temps libre qu’il lui restait pour dormir un peu, la fatigue des combats, le bruit des vagues et de l’activité des mercenaires et la digestion bercèrent le mangeur-d’homme qui s’endormit rapidement.

---------------------------------

Darn ouvrit péniblement son œil pour voir les faces de Rousbif et de coco qui le regardaient, sont chef était penché au-dessus de lui et l’avait réveillé en le secouant brusquement.


C’est l’heure de te réveiller gamin ! Le général, il vient de débarquer et il veut tout le monde sur la plage, alors grouille toi.

C’est en poussant un grognement de désapprobation que le jeune colosse se redressa, il observa un peu les alentours et il constatât qu’un grand nombre de mercenaires avaient rejoint la force de reconnaissance et que les guerriers étaient tous en train de se mettre en rangs, plus ou moins bien ordonné, sur la plage. Il attrapa Trucmuche qui était encore profondément endormi, puis il rejoignit la troupe partiellement organisée des siens pour écouter l’ogre pirate qui leur expliqua le plant de bataille, puis le moment le plus important arriva, le choix du nom qu’aurait le groupe d’ogre. Beaucoup de noms furent proposés, comme « Grosse-Gueules », « le Fléau de Vasco », « les Tarte-ta-Gueule » ou « les Mâcheurs-Blanc ». Darn proposa un nom au milieu des dizaines qui étaient cité à haute voix, un nom qui pourrait convenir au vu du combat qui allait bientôt avoir lui, ce nom, c’était « les Croques-Obsidienne ».
Darn le Grossier, Voie du Buffle Errant
Profil: For 11 | End 12 | Hab 6 | Cha 6 | Int 6 | Ini 7 | Att 9 | Par 10 | Tir 6 | Foi | Mag | NA 1 | PV 119/125 (bonus inclus)
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_darn_le_grossier
"Tavernier ! Apporte moi d'la graille et d'la bière ! ET PAS TA PISSE DE GOBELIN ! SINON J'CASSE TOUT DANS LA CABANE ! ET AVEC TA TÊTE ! Haha."

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Messages : 777
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Darn] Nous irons jusqu'aux Îles du Dragon!

Message par [MJ] Le Djinn » 16 oct. 2019, 22:56

Le débat des ogres était des plus animé. Des noms sortis de nulle part fusaient des gorges avides de gloire des obèses, hurlant des titres aussi stupides que variés et désespérant quelques peu le tyran officieux du groupe. Bouz le Boumeur, notamment, semblait plus que ravi de mettre sa pierre à l'édifice et donnait même du canon pour agrémenter ses propositions, provoquant ou bien l'hilarité ou bien la colère du reste de l'armée. Après quasiment deux minutes de "débat", Rousbif en était venu à sa décision finale:

-"D'accprd les gros, j'ai décidé! On va s'appeler Les Mâcheurs-Blancs! Et le premier qu'est pas d'accord je lui arrache la tête, c'est pigé?! Hahaha!"

Les réactions furent globalement mitigées à l'exception du mangeur-d'hommes ayant préalablement fait cette proposition qui se lança dans un "youhou" contagieux. Une baffe lui fût donc collée pour le calmer. Approuvé par ses pairs, le pirate à grand ventre attrapa un reste de main de guerrier local pour la gober d'un trait, une petite friandise somme toute bien méritée. A présent les colonnes entraient dans le forêt et les disparités de classe sautaient aux yeux du moins averti des hommes.

Un capitaine avait sous ses ordres de cinquante à cent hommes, à l'exception du chef de l'expédition qui en commandait sans doute aux environs de cent cinquante. On y voyait les races et les carrières se rencontrer mais pas se mélanger: des rangs bien droits d'elfes défilaient à côté des groupes dispersés de tirailleurs de la pègre, proches eux-mêmes des formations complètement désynchronisées des débutants, bleus et autres petits riches inaptes à recevoir des ordres. En résultait un spectacle étonnant où certains officiers ayant bien choisis leurs hommes faisaient avancer au pas cadencé des cohortes de piquiers et d'épéistes en lignes parfaites alors qu'un autre trimballait une horde sauvage plus avide de gloire qu'inquiète du combat à venir.
La jungle elle-même s'était tût devant cette démonstration de force. Les animaux ne faisaient plus le moindre bruit, les insectes volaient en masse hors de la trajectoire de cette armée et même les plantes semblaient attendre, respectueuses et craintives, la fin de la marche. Accompagnant une soixantaine de mercenaires de basse-extraction, des hommes à l'allure patibulaire mais à l'équipement du pauvre, la troupe ogre s'en donnait à cœur joie en boutade et roulages de mécanique. Rapidement les plus expérimentés des Gros Gens mirent fin à ces bêtises puériles: ils étaient en territoire ennemi, bon sang! Tout pouvait arriver d'une seconde à l'autre…

Leurs craintes ne devaient cependant pas se confirmer immédiatement. Une bonne heure passa alors qu'ils marchaient tous en ligne droite, les colonnes se perdant de vues les unes des autres. De temps à autre des cris ou des appels étaient entendus, provenant d'un coin quelconque de la forêt autour d'eux. Des embuscades, des accidents, de fausses alertes?
La chance suivait pourtant cette colonne précise car un intéressant objectif fût rapidement en vue: un village! Enfin, quelques huttes de paille, de torchis et de bois posées en cercle entre les arbres, se mêlant à la forêt dans une délicate harmonie. L'endroit semblait en effervescence: des hommes hurlaient dans une langue inconnue, faisant avancer un nombre de guerriers aux airs déterminés malgré une infériorité numérique différente. Derrière eux des femmes, enfants en pleurs aux bras, fuyaient dans les plus grandes maisonnettes ou fuyaient droit dans la jungle. Sur la droite, enfin, un vieillard à la barbe blanche, entouré de quelques grands hommes d'une taille largement supérieure à celle d'un impériale, agitait les bras en hurlant des malédictions dans sa propre langue. La réaction de l'officier Gustavo et de Rousbif furent proches:


-"A l'assaut mes gaillards! Vivres, vengeance et femmes nous attendent!"

-"A L'ASSAUT LES GARS! C'EST LA FÊTE CE SOIR!"

Le manque de coordination des troupes se fit alors sentir: elles s'égayaient dans toutes les directions, incapables de s'accorder sur un adversaire précis, même si les guerriers dotés de lames à pointes noires et de grands boucliers en peau et en bois étaient prioritaires pour beaucoup. Darn avait donc plusieurs choix dans sa course: suivre les fuyards faibles et se repaître de leur chair? Attaquer de front les guerriers et les avaler vivants? Abattre cet étrange vioc' et ses gardes si appétissants? Le reste de la troupe s'en donnerait à coeur joie dans tous les cas...
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Répondre

Retourner vers « Terres du Sud »