[Malik] Une chance lui suffira

Le vaste pays désertique qu'est l'Arabie se trouve de l'autre côté de la mer en face de la Tilée et de l'Estahe. Il y a plusieurs cités habitées, certaines sur la côte et d'autres à l'intérieur des terres, ainsi que bien des ruines désertes remontant aux légendaires Guerres de la Mort. Les pirates d’Arabie sont des pilleurs invétérés, dont on peut parfois apercevoir les navires aux voiles sombres dans les ports d’Estalie ou de Tilée.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 1074
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par [MJ] Le Djinn »

Jet de charisme: 1, réussite critique!
Durant les premiers mots de Malik, les yeux de Yassim Al'Dabel laissaient transparaître un sentiment de crainte et de méfiance. Pourtant, le ton sincère et les talents d'acteur de Malik éteignirent sans peine toute méfiance. Ainsi adouci, l'esprit du philanthrope se laissa berner et il but les paroles de son interlocuteur. Quand l'haschischin sous couverture termina son petit discours improvisé, Yassim posa une main sur le cœur et salua bien bas. Il parlait bien, avec une voix profonde et reposante ainsi qu'une maîtrise approfondie de la prononciation arabéenne de l'élite, bien différente du baragouin de la populace.

"-Je vous remercie de me prévenir, ami Hakim, si vous me permettez de vous appeler par votre prénom. C'est l'Unique qui vous a mis sur mon chemin en ce jour, c'est chose certaine."

Il déglutit doucement et une perle de sueur coula sur son front.

"-En réalité, je sais déjà ma vie en danger depuis quelques semaines. Les malfrats de cette ville sont jaloux de ma générosité et de ma pitié et disent que je fais du mal à leurs affaires. Mais je n'ai cure de leurs menaces, je donne de l'espoir à ces pauvres gens dont le seul crime est d'être né au mauvais endroit. Je ne laisserai pas quelques criminels se mettre sur ma route."

Autour de lui, dans ses amis, plusieurs approuvèrent vivement du chef, quelques petits applaudissements polis jaillirent ici ou là de ce groupe de camarades, ce qui attira l'attention d'autres groupes d'érudits répartis ailleurs dans la pièce et qui jetèrent sur le parterre des regards courroucés. Finalement Yassim s'assit sur un énorme pouf rembourré dans lequel il s'enfonça avec délice. On fit passer de l'arrière un narguilé au parfum de menthe forte dont il tira quelques traits, faisant glouglouter l'eau contenue à l'intérieur. Il recracha ensuite un rond de vapeur et de tabac qui alla se dissiper dans les airs.
Se rendant compte que Malik, ou Hakim, n'était pas parti après avoir annoncé sa nouvelle, il se prit par jeu de lui proposer quelque chose:


"-Hé bien, ami Hakim, nous devisions et récitions des poèmes jusqu'à votre arrivée. N'auriez-vous donc pas une petite poésie à nous partager, un chant de chez vous?"

Parmi les convives il y eut nombre d'approbation. Cela signifiait que le plan de Malik avait parfaitement fonctionné: il était désormais considéré comme un individu bienveillant pour son acte de prévention généreux. Sa chance ne lui sourirait peut-être pas toujours dans le futur, mais comme l'Unique l'avait voulu, il pourrait maintenant tirer parti de la situation...
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Malik Sir'Hu
PJ
Messages : 9

Re: [Malik] Une chance lui suffira

Message par Malik Sir'Hu »

Malgré la méfiance qu'avait pu susciter son approche audacieuse, son petit discours couplé à la niaiserie de son attitude suffirent à faire baisser la garde de son interlocuteur qui sembla en cet instant tolérer la présence de Malik dans le petit groupe de lecture qu'il avait rassemblé autour de lui.
Des révélations qu'il avait fait à Yassim, le poète ne s'en étonna nullement, populaire parmi les plus démunis de la ville savante, sa récente notoriété lui avait déjà attiré les foudres de la pègre locale, nul doute que Anas avait déjà par le passé missionné quelques brutes contre son ennemi usant de menaces et de chantages pour faire taire l'homme de lettre un peu trop bruyant au gout du roi des rats, en vain. Ainsi si il ne pouvait acheter son silence, c'était par l'intermédiaire de Malik que Anas avait choisi de faire taire définitivement son opposant, aux grands maux les grands remèdes disait on.

Mais l'assassin n'avait ici accomplit que les prémices de son objectif, localiser sa cible et l'approcher n'étant que deux des points les plus simple lors d'une traque, les enseignements et la sagesse de son maitre Al Mualim raisonnant dans son esprit, Malik savait ici qu'il fallait désormais trouver le bon moment pour frapper, un seul coup mais toujours juste pour tuer celui qui devait l'être, ainsi était le crédo.
Comme le disait son vieux maître, même un enfant pouvait user d'une lame pour ôter une vie, l'exercice était à la portée de tous, du plus faible comme du plus pauvre... A la différence de l'haschischin qui lui devait maitriser son bras, de manière à trouver le moment opportun susceptible de lui offrir l'occasion parfaite pour accomplir sa mission. Ainsi patience et réflexion étaient des qualités obligatoire quand on était au service de "Celui qu'on ne voit pas" et ce n'était pas les qualités martiales d'un assassin qui le rendait exceptionnel, mais plutôt sa capacité d'adaptation devant une cible à atteindre.
A titre d'exemple, il n'était en effet pas rare de voir bon nombre d'haschischin user de leur plus grandes qualités pour offrir la mort à qui devait la recevoir : Femme usant de leur beauté et de la séduction pour approcher une proie, homme usant d'un charisme et d'une éloquence certaine pour s'attirer les faveurs d'une cible... Certaines chasses mettaient même parfois des mois à se mettre en place dans le simple but d'obtenir les quelques secondes parfaites offrant l'occasion à l'assassin d'accomplir sa besogne. Gagner la confiance de l'autre, l'analyser, connaitre ces habitudes, ces opinions... Tous ces paramètres devaient être prit en compte de manière à rendre parfaite l’exécution d'un contrat.

Désormais intégré au groupe de Yassim qui se posa avec nonchalance dans un pouf, savourant une narguilé aux effluves de menthe embaumant la pièce, le poète ayant reconnu l'intégrité de celui qui se faisait nommer Hakim en ayant cherché à le prévenir du danger menaçant sa vie, voulu le tester sur une autre compétence semblant ici cher à l'homme de lettre : l'Esprit.
Ainsi devant son publique, il invita l'assassin à conter un poème, l'assemblée se tournant maintenant vers lui pour se pendre à ses lèvres. Si ces dernières années aux cotés d'Al Mualim avait forgé son corps à travers divers enseignements, l'entrainement de son esprit et l'apport de connaissances qu'il avait dû emmagasiner pour finir sa formation d'assassin n'était pas en reste. Ainsi ce fut en posant sa main droite sur son cœur tout en inclinant la tête à l'encontre de Yassim, qu'il le remercia pour lui avoir offert la parole avant de se lancer après quelques secondes de réflexion à chercher un poème dans les méandres de son esprit :


"Le désert aspire et souffle
Des airs de sable en chaleur
Ou l'or des dunes vole et se colle,
au delà des mers et frontières

Des pluies de proses mélodieuses
Envahissant le ciel et produisent,
la beauté d'un instant féerique
Sur les roches dorées antiques

Les oasis se cachent parmi les dômes
Où les mirages séduisent les hommes
Comme l'infini manège du jour et nuit
Qui agrège l'esprit et l’allège."


Sur ces quelques vers, il laissa alors un silence destiné à obtenir une réaction de son publique, mimant une certaine gène avant de se gratter la tête pour dire bêtement et souriant :

"Rien de bien exceptionnel pardonnez moi, on me dit plus doué de mes mains que de ma langue."

Il ria pour lui même de sa remarque voulant prouver un manque de confiance en ses capacités pour le faire se croire plus inoffensif qu'il ne l'était, mais s'adressa à nouveau au poète pour cette fois ramener le sujet de la conversation sur ce qui l'avait amené jusqu'à lui.

"Ainsi Ami Yassim, vous voila prévenu d'un danger dont vous aviez déjà connaissance, mais ma présence n'est pas de ce simple fait... Permettez moi de vous proposez mon aide dans votre œuvre. Moi même je n'ai jamais eu une vie heureuse et pleine d’opulence, et j'ai à cœur de vouloir aider ceux qui en ont besoin. Je n'ai ni relation, ni richesse à offrir, mais j'ai des bras qui sauront vous être utile ami Yassim."

Il ouvrit alors la paume de ses mains, la peau de celles ci étant rugueuses après des années de dur labeur, labeur consistant en réalité au perfectionnement de ses capacités d'haschischin.

"Si votre vie peut être menacé, laissez moi vous protéger, je sais me battre ! Donnez ainsi un sens à ma vie en préservant la votre, pour le bien de ceux qui sont dans le besoin."

En prétextant cet emploi de garde du corps bénévole, Malik espérait ainsi rester au plus proche de Yassim dans l'espoir de trouver le bon moment pour administrer le poison qu'il gardait précieusement sous son attirail.
Malik Sir'Hu, Voie du meurtre
Profil: For 9 | End 8 | Hab 11 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... lik_sir_hu

Répondre

Retourner vers « Arabie »