[Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Kislev, pays de sombres forêts de conifères, d'étendues neigeuses et de steppes balayées par les vents, se trouve l'est de l'Empire. Pendant des siècles, il a été un rempart face aux incursions dévastatrices du Chaos venues du nord. Kislev est un allié fidèle et puissant de l'Empire, toujours prêt à envoyer ses troupes à son secours

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par [MJ] Kriegsherr » 25 août 2015, 21:21

OK, pris en compte pour les objets demandés. Rien d’excessif, ça convient parfaitement.
Piotr Andreïevitch et Ivan étaient donc fin prêts à partir pour leur mission de traque dans la toundra. Assurément, les connaissances de celui qui avait grandi parmi les nomades ungols seraient primordiales pour se repérer dans un espace aussi dépourvu de repères que l’Oblast. Et d’un autre côté, ses compétences en chasse seraient quant à elles utiles pour débusquer leur proie et trouver son repère, le tout sans être repérés eux-mêmes par la créature qui devait être terrible. A ses côtés, Ivan Mikhaïlovitch, même s’il était novice en matière de chasse dans l’Oblast, ne semblait pas effrayé par la perspective de se retrouver face au monstre. Il faisait confiance à l’expérience de son compagnon, duquel il serait grandement dépendant pour tout ce qui était de la survie et de la traque dans le milieu inhospitalier de la toundra. Lui-même n’était pas non plus un mauvais combattant, mais, contrairement à son jeune frère Taras, il ne manifestait aucune impatience incontrôlée. Au contraire, il semblait triste d’avoir à quitter sa famille, mais parfaitement conscient de son devoir envers la communauté. Si visiblement il aurait préféré rester bien en sécurité bien au chaud auprès de ceux qu’il aimait, il ne voulait pas se défiler et fuir ses responsabilités.
Avant de passer les portes de la stanista, l’ataman Mikhaïl Mikhaïlovitch arrêta son fils et Piotr. Il leur souhaita bonne chance et les bénit au nom d’Ursun en ces mots :


-Piotr Andreïevitch, et toi Ivan, mon fils, vous partez pour une mission de repérage d’une importance qu’il est inutile de vous rappeler. J’ai confiance en vous, je sais que vous ne faillirez pas dans votre tâche : vous reviendrez en ayant accompli votre mission, ou vous ne reviendrez pas.
Béni soit le Père Ours mon dieu qui éduque vos mains pour le combat. Sauve tes serviteurs. Sois pour eux, Ursun, une tour. Père Ours exauce leurs prières, car ce sont tes fidèles… Le Père des Ours soit avec vous… Prions.


Après une courte prière, le prêtre souhaita une nouvelle fois bonne chance aux deux hommes envoyés en mission, puis il referma les portes quand ils se furent éloignés dans la toundra. D’après les informations relativement imprécises dont ils disposaient, ils n’avaient qu’une seule certitude pour l’instant : il fallait se diriger vers le Nord-Est et les collines de Zamak Spayenya. C’est seulement fois qu’ils se seraient suffisamment approchés qu’ils pourraient commencer leur mission en elle-même, à savoir traquer et débusquer la bête, afin de la suivre jusqu’à son repère et d’en apprendre plus sur elle, le tout sans être eux-mêmes repérés.
En bref, il faudrait voir sans être vu. Mais d’abord, il faudrait s’approcher des collines qui étaient situées à deux journées et demie de cheval au moins, peut-être même trois jours, et ce seulement à condition d’aller vite. S’ils prenaient leur temps pour économiser leurs forces et celles de leurs montures, et arriver frais et dispos au pied des collines, il leur faudrait pas moins de quatre jours de trajet…

Bon, conformément à ta demande et à mes projets, tu as du temps. En gros pendant toute la première journée jusqu’à la nuit comprise, il ne se passe rien.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Piotr Andreïevitch
PJ
Messages : 29
Profil : FOR 8 / END 9 / HAB 9/ CHAR 8/ INT 8/ INI 9/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 9/ NA 1/ PV 34/60
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par Piotr Andreïevitch » 26 août 2015, 22:16

Les deux jeunes hommes faisaient route vers leurs destin, au trot, l'allure la plus naturelle pour les chevaux. Cela permettrait de ménager l'effort des bêtes en prévision de la suite des événements. Derrière eux, disparaissait à l'horizon, la colline de la Stanista et à perte de vue s'étendait l’immensité de la plaine. le soleil commençait à décliner et pour le moment aucun orage ne venait troubler ce moment. Le chasseur épiait son compagnon d'infortune, essayant de s'imaginer l'état d'esprit de ce dernier. Ivan Mikhaïlovitch était un homme honorable, il avait dû faire face à ses responsabilités lorsque son père l'avait appeler à son devoir envers les siens et avait abandonné aussi sec, femme et enfant. Piotr admirait cet état d'esprit. Lui, n'avait plus d'attaches familiale depuis longtemps et il ne savait pas comment il aurait réagit à sa place. Le jeune homme n'était pas un si mauvais cavalier. Bien sur, il n'avait pas reçu une éducation équestre comparable à celle des ungols, mais au moins il ne le ralentissait pas. Le cheval qu'avait choisi Ivan se nommait егерь, "le chasseur". c'était une monture fort bien proportionnée aux jarrets plats, larges et vigoureux. son tempérament était plus calme que celui de огонь et il donnait une impression de robustesse.

-Le triste chien qui a perdu son foyer, doit maintenant suivre maître goupil ! allez Ivanouchka ne fait pas cette tête ! Lança à tue-tête Piotr.

Ivan ne lui avait pas adressé la parole depuis qu'ils étaient partit. il devait, sans doute, maudire le jour où il avait croisé sa route. Le pauvre hère tourna sa tête vers lui, dépité, sans dire un mot.

-Connais tu l'adage suivant : La vie est un voyage, il suffit d'être prêt pour que l'occasion se présente ? Bon et bien là, tu n'étais pas prêt, mais l'occasion s'est tout de même présenté...en ma personne.

L'autre continuait de s’emmurer dans son silence.

-Par Ursun ! répond-moi ! s’époumona Piotr

Il n'avait jamais été très habile pour remonter le moral de quelqu'un, il prenait conscience de ses propres limites en ce moment et ça le mettait en rogne. Enfin des mots sortir de la bouche du fils de l'ataman:

-Ne mets pas un couteau dans la main d'un furieux.

Le chasseur fut à la fois rassuré que son compagnon de route lui parle et en même temps, il ne supporta pas d'être traité de furieux. Du reste, Il l'interpréta ainsi. Aussitôt que le jeune homme eu finit sa phrase, le chasseur braqua огонь vers l'autre monture et tira d'un coup sec sur la bride de егерь. Cela eu pour effet, de faire brusquement s’arrêter l'animal. son cavalier, surpris par la rapidité de l'action, fit un vol plané par dessus la bête pour s'échouer lamentablement dans l'herbe grasse. Piotr mis prestement pied à terre, attrapa les brides des chevaux, et s'approcha du jeune effaré.

-Bon, Ivan, je vais mettre les choses bien au clair ! Le chasseur colla son visage face à celui de l'autre et le regarda dans le blanc des yeux.

Il sentit le cœur de l'autre commencer à s'emballer.

-Premièrement, ici ce n'est pas ta chère et tendre stanista, c'est la nature sauvage. Deuxièmement, j'ai promis à ton père de te réserver le même traitement que celui que j'aurais prodiguer à mon meilleur cheval, troisièmement, il est possible que nous ne revenions pas de notre mission. Je suis ta seule chance de survie dans ce contexte, par conséquent, nous devront nous parler entre équipiers, pour qu'aux moments les plus critiques tu puisses avoir les bons comportements qui peut être te sauverons la vie. Enfin, ni ironie, ni manque de respect ne seront admis en ma présence. Est-ce que tu as bien comprit Ivanouchka ?


Son interlocuteur, qui était resté attentif tout du long, lui fit signe que oui. Piotr l'aida à se relever et lui donna a boire quelques gorgées de kvas, pour le remettre de ses émotions. Le fils s'étaient rendu compte du bon sens dont avait fait preuve son compagnon dans son discours. Ils reprirent leur chevauché. Le chasseur était satisfait car l'atmosphère s'était détendu entre eux et ils avaient pu converser tranquillement, tantôt à propos de leur histoire, tantôt à propos de leur mission. Il apparu que le jeune homme en savait moins que son père à propos de la bête.

Peu avant que la nuit ne tombe, les deux équipiers se mirent en quête d'un lieu convenable pour faire bivouac. Piotr vit à quelques lieux de là, comme une île au milieu de l'immensité verte, un bosquet d'arbres. Il pensa instinctivement que la présence d'une végétation plus dense était signe de la présence d'eau. Arrivé sur place, il constata qu'il ne s'était pas trompé, entre plusieurs chênes noueux se trouvaient un puit. Celui était couronné d'une margelle de pierre de taille, en guise de garde-fou et était surmonté d'un petit toit de bois vermoulu soutenue par des poutre, en protection contre les intempéries. Les deux compagnons, mirent pied à terre. Les chevaux n'étaient plus tout frais, Piotr et Ivan, entreprirent de sécher leur poils dégoulinants de sueur a l'aide des vieux draps que le chasseur avait emprunté à la stanista. огонь et егерь, dilatèrent leurs narines et se mirent à hennir d'aise à leur bons soins.
Ensuite, ils firent boire leur monture de cette eau providentielle, puis nouèrent leur brides aux poutres du puit.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-Les "fumées" te permettent de repérer une proie. Selon leur grosseur, leur consistance, leur odeur un bon chasseur peut savoir de quel animal il s'agit et estimer à quel endroit il se trouvait lors de son dernier repas. D'autre part, on peut se rendre compte de la "fraicheur" de l'information, si elle est récente ou non. En effet, plus la nourriture est digérée, plus la "fumé" est solide et compacte.

Les deux hommes discutait calmement au coin du feu, en mangeant les pirochkis, leur denrée les plus périssables et arrosaient leur maigre festin au Kvas. Ivan semblait captivé par les explications de Piotr et dans sa soif d'apprendre, il n'avait de cesse de lui poser des questions.

-Pour ce qui est de la position à adopter lorsque l'on chasse. C'est une vaste question... Mais je vais essayer de te répondre. Un animal, vois-tu, reconnaît plutôt bien les formes, mais ne saisit pas les détails de ce qu'il voit. Le bon chasseur, lors de son approche cherche à ne pas ressembler a un homme, c'est la raison pour laquelle il casse son dos et se meut quasiment accroupi. Si l'animal pose son regard sur le chasseur dans cette position, celui ci ne doit pas faire un geste, il est possible que la bête le prenne pour un rocher ou une masse informe et s'en désintéresse.

Ivan ricana a l'idée de pouvoir devenir une masse informe par le simple fait de rester immobile.

Le chasseur élevé par les ungols, était fier de pouvoir partager son savoir. Il avait encore tant d'autre conseils à donner à Ivan, mais pour le moment ils devaient se reposer en prévision du long trajet du lendemain. Les deux compères se couchèrent dans l'herbe avec leurs armes à portée de main, tandis que le feu mourant léchait de ses dernières flammes, l'atmosphère sec de l'oblast...
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 23 sept. 2015, 10:49, modifié 2 fois.
Raison : +6 xps
Piotr Andreïevitch, Voie du chasseur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 34/60
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par [MJ] Kriegsherr » 27 août 2015, 23:59

Le lendemain, la chevauchée des deux compères en direction des collines de Zamak Spayenya au Nord-Est reprit avec l’aube. Le paysage, très monotone, était exactement le même à des lieues à la ronde. Il s’agissait d’une vaste et morne plaine qui s’étendait à perte de vue dans toutes les directions. Quand enfin on atteignait l’ancienne ligne d’horizon, ce n’était que pour découvrir que la plaine continuait exactement pareillement à nouveau. Elle semblait sans fin, un peu comme un océan terrestre d’herbes très rustiques, résistantes au froid. Lorsqu’il y avait du vent, on pouvait presque voir des vagues se former sur le sol, tandis que la végétation pliait devant les éléments. Exceptionnellement, le voyageur chanceux tombait sur une stanista isolée, un petit bois ou un cours d’eau, mais cela restait rare.
En fait, la chose qu’on avait le plus de chance d’apercevoir en se promenant dans l’oblast, à part rien du tout, c’était des humains. Plus précisément des bandes itinérantes, qu’il s’agisse de nomades ungols comme ceux de la tribu des Loups Hurlants qui avaient élevé Piotr Andreïevitch, ou de pillards kyazaks. De temps en temps, on pouvait également tomber sur une rota en marche, ou un quelconque autre voyageur aux motivations inconnues.

Après avoir chevauchés des heures durant vers leur destination, Piotr et Ivan aperçurent au loin, près d’un petit bois, une silhouette montée solitaire. L’homme se voyait de très loin, car l’armure complète qu’il portait brillait de mille feux. Puis, sortant du bois, une seconde silhouette, également à cheval, rejoignit la première. Elle ne portait à priori qu’un casque, car seul un petit point brillant sur sa tête reflétait le soleil. Leurs chevaux semblaient beaucoup plus imposants que ceux de Piotr et d’Ivan. Le cheval de l’homme en armure complète était d’ailleurs recouvert d’une sorte de housse, un caparaçon de tissu brodé, probablement, mais ils étaient encore trop loin pour le voir précisément. Ce qui était certain, en revanche, c’était que les deux groupes s’étaient mutuellement repérés, ce qui était logique et normal dans cet espace plat, ce terrain découvert qui n’offrait aucun abri, aucune cachette.

Bien qu’il soit le plus souvent dangereux de rencontrer des gens inconnus dans la steppe, Piotr savait qu’ils ne risquaient à priori pas grand-chose. Les maraudeurs kurgans n’avaient pas un tel équipement, ni de tels chevaux, et se déplaçaient généralement en groupes plus importants. Et comme aucun des deux groupes ne semblait manifester d’intentions agressives, une rencontre pacifique semblait envisageable. Elle eut d’ailleurs lieu quelques dizaines de minutes plus tard, au milieu de la toundra. Même s’il n’avait dégainé ou manifesté aucune intention hostile, le fils de l’ataman semblait tendu, près à se battre si cela se révélait nécessaire. Cette fois, de près, le groupe de kislévites put constater que les deux cavaliers n’étaient autres qu’un homme en armure complète d’acier poli, portant par-dessus son plastron un tabard portant ses armoireries : un blason rouge sur lequel un chevron blanc comportait deux boules vertes*. L’homme semblait être une sorte de chevalier. Son compagnon, lui, semblait vêtu d’une lourde jaque, et portait sur la tête un casque d’acier. Tandis que le chevalier avait à la ceinture une lourde épée à deux mains, son écuyer, lui, avait sur lui un arc, un bouclier et une plommée, sur son dos où à sa ceinture. Chacun d’eux avait en plus une dague à la ceinture. Ce fut l’homme en armure complète qui parla le premier, dans un Reikspiel très mal prononcé :


-Olà, annoncez-vous, manants ! Je suis le seigneur Gervais de Rocheverte, chevalier de la Queste par la grasce du Roy Louen de Bretonnie et sur le noble chemin de la Dame.
J’ai ouï qu’une beste se terrait céans et me suis mis en queste de mettre fin as son resgne de terreur. Moi et mon fidesle escuyer Julien errons depuis moult jours, sans que le monstre ne se resvesle as nos yeux. Estes vous enquis de la direction du repesre de cette beste et enclins as nous renseigner afin que nous remplissions notre sainte mission ?


Le visage du seigneur Gervais de Rocheverte était la seule partie de son corps qui était visible, car son heaume était ouvert. L’homme portait une barbe et une moustache courtes et très bien entretenues. Son visage aux yeux verts était doux et agréable à regarder, il lui donnait une impression de bonté et de jeunesse. Ses cheveux coupés au bol et ses poils étaient d’un noir profond. L’homme devait avoir vingt ans au plus, probablement moins, il était athlétique et de taille et carrure moyenne. Son écuyer Julien était lui un homme d’une vingtaine d’années également, mais au visage imberbe déjà couvert de cicatrices. Sous son chapel de fer, ses deux yeux marron foncé lui donnaient un air sinistre. D’une carrure imposante, il avait des cheveux bruns coupés courts.
Leurs montures étaient d’une toute autre carrure que celles des autochtones. Ces bêtes étaient magnifiques, et il ne devait pas se trouver un seul kislévite qui possède des animaux aussi nobles, à la fois puissants, robustes, rapides et taillés pour la guerre, pas même la Tsarine Katarina. Le cheval du seigneur était bai, celui de son serviteur alezan. Face à de telles bêtes, les chevaux d’Ivan et de Piotr ne paraissaient guère plus que des poneys mal dégrossis.
Le cheval du noble était en effet caparaçonné, protégé par une armure de tissu principalement rouge, mais barrée horizontalement par une succession de chevrons blancs avec des points verts.

En entendant les paroles du chevalier, Ivan se tourna avec un air décontenancé vers Piotr Andreievitch. Que faire, semblait-il se demander ?



*
« De gueules au chevron d’argent chargé de deux tourteaux de sinople », si tu t’y connais en héraldique, mais ton personnage lui n’a pas droit à cette connaissance.
Voici le blason et le caparaçon au cas où mes descriptions ne te parlent pas, schémas réalisés par votre serviteur ;) :

Image
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Piotr Andreïevitch
PJ
Messages : 29
Profil : FOR 8 / END 9 / HAB 9/ CHAR 8/ INT 8/ INI 9/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 9/ NA 1/ PV 34/60
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par Piotr Andreïevitch » 30 août 2015, 01:21

Le lendemain, les deux jeunes hommes en mission reprirent leur route. A la faveur de l'été, la chevauché se poursuivait à vive allure.
Bien que l'oblast fut un lieu fort monotone, Piotr s'y sentait bien, car il aimait le sentiment de liberté qu'il y trouvait. Pour lui, c'était la définition même du bonheur: Chevaucher à dos de cheval dans cette immensité verte sous la voute céleste, sans que rien n'entrave sa quiétude.

Le chasseur s'entrainait à chanter un air traditionnel ungol "ma chèvre a perdu ses dents". la technique n'était pas de plus aisée car elle visait à produire deux notes de timbre et de fréquence différentes, simultanément. Ivan quand à lui, tapait des mains en rythme en guise d'accompagnement.

pour vous donner une idée de ce qu'est le chant diphonique...https://www.youtube.com/watch?v=zwi6gF-0mP4
Cette activité les occupa un temps, puis il se mirent à discuter à bâton rompu de différents sujets qui les intéressaient l'un et l'autre. Entre autre du petit-frère d'Ivan qui s'était montré si insolent avant leur départ.

- Tarass ? une sacré tête de mule celui-là. On dit par chez nous que le tombeau redresse un bossu et que le knout corrige l'obstiné, mais avec mon frère, le proverbe à fort à faire !

Piotr prit un air compatissant :

-N'est pas un bon soldat celui qui ne songe pas à devenir général ! M'est avis qu'avec plus d'expériences, après avoir un tant soit peu bourlingué, il pourra faire valoir son courage et se révéler fort utile pour votre communauté.

-On peut toujours espérer, Piotr, on peut toujours espérer ! lui dit il sur un ton railleur.

La discussion continua dans la même ambiance cordiale pendant de longues minutes. au bout d'un moment, se dessina à l'horizon, un petit bois.
Soudain, ils virent un quelques chose briller au loin. Ce drôle de reflet, se dirigeait vers eux, bientôt rejoint par une autre silhouette. Les deux compagnons se regardèrent avec interrogation, depuis leur départ, ils n'avaient aperçus qu'un pâtre conduisant son troupeaux de chèvres et ne souhaitaient pas faire de mauvaise rencontre. Au fur et à mesure, les formes se firent plus nettes ; il s'agissait de deux cavaliers. Les deux groupes avaient du se repérer mutuellement et leur rencontre ne pouvait être évité, car il n'y avait nulle part où se cacher dans la steppe. Le chasseur était sur ses gardes, prêt à réagir à toutes éventualités, il sentit Ivan également sur le qui-vive. Après quelques minutes, ils voyaient parfaitement les deux hommes venant à leur rencontre à cheval. Ils n'étaient, manifestement, pas du coin.
le premier avait un habillement des plus impressionnant. il portait de pied en cape, une armure rutilante, surmonté d'une sorte de cotte d'arme présentant des dessins chamarrés qui leur étaient inconnus. Sa monture, un puissant destrier, disposait d'un caparaçon la protégeant complètement. le second, était habillé plus simplement, tel un homme d'arme et avait lui aussi une monture similaire mais qui ne disposait pas de protection. Les deux individus étaient armés et semblait savoir s'en servir.
Piotr était impressionné, il n'avait jamais vu un tel cavalier en armure complète de toute son existence. Il se souvenait, des rota de cavalier ailés qu'il avait pu apercevoir lorsqu'il était encore a Erengrad, mais il n'y avait nulle comparaison possible avec ce qu'il voyait ce jour.
Les chevaux des steppes, огонь et егерь quand a eux, gardaient leur calme, nullement impressionnés par les destriers face à eux, ils penchaient leur encolure en avant et humaient l'intéressante odeur que dégageaient leur congénères.


-Olà, annoncez-vous, manants ! Je suis le seigneur Gervais de Rocheverte, chevalier de la Queste par la grasce du Roy Louen de Bretonnie et sur le noble chemin de la Dame.
J’ai ouï qu’une beste se terrait céans et me suis mis en queste de mettre fin as son resgne de terreur. Moi et mon fidesle escuyer Julien errons depuis moult jours, sans que le monstre ne se resvesle as nos yeux. Estes vous enquis de la direction du repesre de cette beste et enclins as nous renseigner afin que nous remplissions notre sainte mission ?


Piotr étendit les mains bien évidence les paumes ouvertes, pour montrer aux nouveaux venus qu'il ne tenait pas d'armes et lui répondit dans un reikspiel fortement teinté d'intonations ungol :

- Приветствую, noble seigneur ! je suis Piotr Andreïevitch, chasseur natif de ces contrées et voici Ivan, second fil de l'ataman Mikhaïl Mikhaïlovitch, le noble qui m'emploie. Il semblerait que l'objet de votre quête ne nous soit pas inconnue, puisque nous somme à la recherche de la même créature. Différents indices, nous ont conduit jusqu'ici. Nous autres, chasseur de ce pays, sommes capable de poursuivre une créature sur des lieues à la ronde. Гордый seigneur, je ne demande pas mieux que de vous aider au cours de votre périple, cependant vous devez comprendre qu'une certaine discrétion doit être observée afin de retrouver l'animal. la vipère aspic se meut dans les hautes herbes sans bruit, lorsqu'elle chasse. Le hibou fait de même, il se laisse porté par le souffle du vent avant de fondre sur ça cible. De plus, il ne s'agit pas d'un vulgaire олень ou d'un волк ; les propos qui m'ont été rapportés font état d'un créature à nul autre pareil dans son environnement. Pardonnez moi, mais votre déconvenue de ne pas l'avoir encore trouvé, ne m'étonne guère. Votre armure, armes et attirails sont adapté à la guerre et non à la chasse. dans un tel accoutrement, Le monstre pourrait vous voir venir cent fois et lâchement éviter le combat. Si nous faisons équipe, le meilleur angle d'attaque pour nous acquitter de notre tache serait de piéger l'animal, afin qu'il ne puisse échapper au combat loyal que vous lui destinez, qu'en dites-vous ?


Piotr et son compagnon, observait la réaction du seigneur et de son écuyer, leur rencontre pourrait se révéler fructueuse en cas d'assentiment aux arguments énoncés, sinon advienne que pourrait...
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 23 sept. 2015, 10:50, modifié 1 fois.
Raison : +6 xps
Piotr Andreïevitch, Voie du chasseur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 34/60
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par [MJ] Kriegsherr » 01 sept. 2015, 13:57

Le chevalier et son écuyer écoutèrent la réponse de l’Ungol. Bien qu’ils parlassent le même langage, le fort accent de l’un comme de l’autre ne facilitait pas la compréhension réciproque. Néanmoins, les deux bretonniens semblaient avoir compris l’ensemble ce que venait de leur dire Piotr Andreïevitch. En effet, le noble seigneur Gervais de Rocheverte fit un signe de tête affirmatif à son suivant, Julien, puis répondit à son interlocuteur en ces termes, sur le même ton aristocratique :

-Ma foy c’est las une offre honneste, manant. J’aurois tort de refuser vostre aide, car j’en suis persuadez, c’est bien La Dame du Lac qui vous as mis sur ma route afin que vous m’apportiez vostre soutien dans ma queste.
Si mon estincellant harnois est une entrave as vostre traque, alors nous procesderons comme pour une chasse en battue en mon domaine. Vous servirez de rabatteurs, et amesnerez le monstre sur moi, afin que je l’occisse.
Menez moi donc as la beste, chasseur, et je lui ferroi rendre l’asme de par mon espee.

Le groupe de Piotr s’agrandît donc, puisqu’il avait proposé aux bretonniens de les rejoindre. Il était presque certain que ces derniers s’étaient perdus dans la steppe, car ils étaient assez loin des collines vers lesquelles ils devaient aller. Pour eux, être tombés sur des gens qui savaient où aller était une véritable aubaine. Ce n’était pas la première fois, d’après son expérience de nomade avec les ungols de la tribu des Loups Hulrants, que le fils d’Andreï voyait de tels étrangers complètement perdus dans l’immensité de l’oblast. Pour quiconque n’y était pas habitué, la toundra était la même partout, et aucun repère visuel ne permettait de se repérer sur des milles à la ronde. Ainsi, s’ils n’avaient pas rencontré fortuitement les kislévites en chasse, Gervais et Julien auraient pu continuer à errer longtemps sans jamais parvenir à leur destination.
Force était de constater que leurs objectifs coïncidaient parfaitement : ils étaient des chasseurs et leur proie était la mystérieuse et inquiétante bête. Cependant, comme Ivan le fit remarquer en kislévite à son compatriote, il y aurait un problème de forme et non de fond, sur la nature de leur intervention. Si le chevalier de la quête disait vouloir affronter le monstre seul à seul dans un affrontement qu’il s’imaginait épique et dont son triomphe qui libérerait le Nord du Kislev d’un grand danger et d’une grande terreur lui vaudrait peut-être de pouvoir enfin tremper ses lèvres dans le Graal, les deux autochtones, eux, avaient reçu pour instruction de ne pas se faire repérer par la bête et de revenir chercher du renfort avant de l’affronter. C’est pourquoi Ivan Mikhaïlovitch se permit une remarque en kislévite à destination son compagnon :


-Dis-moi, Piotr, ces deux là n’ont pas l’air dangereux ou hostiles, mais leur projet va contre nos ordres. Je pense que nous ferrions mieux de suivre les sages paroles de mon père plutôt que de permettre à ce fou de courir au suicide en nous faisant risquer nos propres vies en plus de la sienne, et pire encore, en risquant de compromettre la mission.
Crois-moi, mon père m’a raconté pas mal d’histoire sur ces chevaliers bretonniens. Ce sont peut-être de très bons guerriers et des parangons de vertu, mais ils ont un défaut rédhibitoire : ce sont des combattants obstinés*.
Si tu veux mon avis, mieux vaudrait accepter son aide, mais qu’il se joigne à notre expédition pour tuer la bête. En plus, si elle a vaincu plusieurs rotas à elle seule, j’ai du mal à imaginer qu’un seul homme puisse s’en charger, fût-il un chevalier de la quête bretonnien.
Après, j’imagine qu’il sera difficile de le convaincre de renoncer à sa folie, à moins qu’il n’y renonce de lui-même après avoir vu la bête. Mais alors il sera peut-être trop tard, parce que ce type se repère à des lieues à la ronde dans son armure-miroir.

Tandis qu’ils continuaient à avancer, Ivan attendit la réponse de Piotr. Après tout, c’était lui l’expert en la matière, le chasseur. Ce serait à lui de décider, mais également de supporter les conséquences de ses décisions, si cela venait à tourner mal. Mais il avait encore un peu de temps avant d’arriver aux collines de Zamak Spayenya et de commencer la vraie traque en territoire hostile. Tant qu’ils ne seraient pas arrivés là-bas, il y aurait toujours la possibilité de renoncer, et peut-être de faire changer d’avis le chevalier, de lui imposer un autre plan.


* :
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Piotr Andreïevitch
PJ
Messages : 29
Profil : FOR 8 / END 9 / HAB 9/ CHAR 8/ INT 8/ INI 9/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 9/ NA 1/ PV 34/60
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par Piotr Andreïevitch » 06 sept. 2015, 21:29

-Ma foy c’est las une offre honneste, manant. J’aurois tort de refuser vostre aide, car j’en suis persuadez, c’est bien La Dame du Lac qui vous as mis sur ma route afin que vous m’apportiez vostre soutien dans ma queste.
Si mon estincellant harnois est une entrave as vostre traque, alors nous procesderons comme pour une chasse en battue en mon domaine. Vous servirez de rabatteurs, et amesnerez le monstre sur moi, afin que je l’occisse.
Menez moi donc as la beste, chasseur, et je lui ferroi rendre l’asme de par mon espee.


-Le chasseur avisé fait confiance à son chien pour trouver sa proie, car il connait ses limites olfactives ! Merci de vous rallier à mon point de vue, seigneur de Rocheverte. répondit Piotr avec une ferveur simulé.

Il n'avait eu que quelques instants pour choisir son angle d'attaque dans la conversation. Les deux bretonniens, lui semblaient complètement fanatique. c'était le type d'individus qui suivait le fil du destin guidé par d'hypothétiques missions divines. Ainsi, L'esprit pragmatique de Piotr analysait ces deux là comme des têtes brulées dont leurs actions et décisions ne tenaient pas compte de la logique mais plutôt de la foi. Mais à un fou il est dangereux de lui dire qu'il est fou. La proposition qu'il avait faite au seigneur de Rocheverte, avait pour but premier de gagner du temps. Il n'avait pas prit le risque de mentir ou bien de refuser frontalement, les enjeux étaient trop grands pour jouer à ce jeux-là avec des fous armés.

le petit groupe se mit en route, les deux brettoniens les suivaient d'assez loin. Piotr leur avait expliqué qu'il était préférable qu'il prenne la tête de l'expédition afin de repérer les lieux et dangers éventuels. Son cheval gris pommelé, огонь, ressentait le stress qu'il éprouvait. Le chasseur s'étendit en avant et lui massa vigoureusement l'encolure. Ivan chevauchait à ses côtés. егерь, dans un calme impérial, mâchonnait une tige de jonc en ruminant.

Ivan se rapprocha, soucieux


-Dis-moi, Piotr, ces deux là n’ont pas l’air dangereux ou hostiles, mais leur projet va contre nos ordres. Je pense que nous ferrions mieux de suivre les sages paroles de mon père plutôt que de permettre à ce fou de courir au suicide en nous faisant risquer nos propres vies en plus de la sienne, et pire encore, en risquant de compromettre la mission.
Crois-moi, mon père m’a raconté pas mal d’histoire sur ces chevaliers bretonniens. Ce sont peut-être de très bons guerriers et des parangons de vertu, mais ils ont un défaut rédhibitoire : ce sont des combattants obstinés*.
Si tu veux mon avis, mieux vaudrait accepter son aide, mais qu’il se joigne à notre expédition pour tuer la bête. En plus, si elle a vaincu plusieurs rotas à elle seule, j’ai du mal à imaginer qu’un seul homme puisse s’en charger, fût-il un chevalier de la quête bretonnien.
Après, j’imagine qu’il sera difficile de le convaincre de renoncer à sa folie, à moins qu’il n’y renonce de lui-même après avoir vu la bête. Mais alors il sera peut-être trop tard, parce que ce type se repère à des lieues à la ronde dans son armure-miroir.


-Ivan, sache que je partage tes crainte, mais essaye de comprendre a qui nous avons affaires. Pour ces bretonniens nos dires ou points de vue, fussent-ils juste, ne rentre pas en ligne de compte car à leurs yeux nous ne sommes que des gueux. Ces gens sont des combattants aguerris doublés de fou. Dans ce contexte, tel le goupil, nous devons manœuvrer ces ânes bâtés pour qu'ils servent nos intérêts. La première étape a été de les caresser dans le sens du poil car si les chiens s'attrapent avec de la viande, les femmes avec de l'argent, les imbécile, le sont avec des compliments. la seconde étape sera de leur suggérer notre plan, de manière à ce qu'ils se l'approprient et pensent que l'idée venait d'eux. en cas de difficultés trop grandes, nous tâcherons de leur fausser compagnie. Comme tu as pu le remarquer, il est fort aisé de se perdre dans l'oblast lorsque l'on en est pas originaire. Fait moi confiance Ivan Mikhailovitch, je sais que ça ne semble pas forcément évident, mais il était préférable que j'agisse de la sorte.

Ivan fit signe d'assentiment et s'éloigna avec егерь. Piotr savait qu'Ivan nourrissait les mêmes préoccupations que lui, mais il ne pouvait pas se permettre d'agir autrement qu'en meneur, sinon le doute s’insinuerait dans l'esprit de son camarade et deviendrait poison.

la troupe continua sa route vers les colline où rodait la créature.
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 23 sept. 2015, 10:50, modifié 1 fois.
Raison : +6 xps
Piotr Andreïevitch, Voie du chasseur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 34/60
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par [MJ] Kriegsherr » 16 sept. 2015, 21:17

La route des quatre cavaliers se poursuivit sans aucune mauvaise rencontre, jusqu’à ce qu’enfin ils arrivent en vue des collines de Zamak Spayenya. Ce fut pendant la dernière nuit avant d’atteindre leur zone-objectif que Piotr put observer quelque chose d’intéressant. Outre les traces plus ou moins fraîches de nombreux animaux en tout genre, le sol avait gardé les marques de passages fréquents de petits groupes de maraudeurs chaotiques, signe qu’apparemment les informations données par l’Ataman Mikhaïl étaient exactes. Des chaotiques s’étaient établis dans le coin, et à en juger par les directions plus ou moins concentriques de leurs traces, leur camp de base était effectivement situé dans les collines.

Pour l’instant, heureusement, aucun ennemi n’avait été aperçu directement, de visu, ni même entendu. Seules des empruntes sur le sol et des objets perdus ou divers déchets abandonnés dans la plaine de l’oblast prouvaient qu’il y avait une vie intelligente autre que celles des quatre compères traquant la bête dans l’immensité de la toundra. Evidemment, la proximité des collines et la perspective renforcée de tomber sur un ennemi potentiel avait influé sur les chasseurs, et un système de tours de garde avait été mis en place la nuit afin de ne pas être surpris et tués dans leur sommeil.

Le hasard voulut que cette nuit là, Piotr Andreievitch soit de garde lors du second tour de garde, en plein cœur de la nuit, à l’heure la plus noire. Par malheur, c’était la nouvelle lune (pour Mannslieb, Morrslieb, elle, étant de toute façon très peu lumineuse), et une épaisse couverture nuageuse recouvrait la totalité du ciel, masquant la lueur des étoiles.

Test d’HAB de Piotr : 10.
Le gospodar de naissance élevé par les ungols veillait depuis un long moment déjà lorsqu’il crut entendre un bruit suspect à une centaine de mètres du bivouac. C’était un bruit indéterminé, qui ne ressemblait à rien de ce qui se promenait en temps normal dans la steppe. Une sorte de bref raclement sonore, semblable à de l’acier frottant un élément solide, comme une pierre ou un métal. Cela pouvait être dû à une présence humaine, comme à une monstruosité chaotique. Toutefois, rien n’était certain, et le son, bien que relativement intense, avait été suffisamment bref pour qu’on puisse penser qu’il ne s’agisse en fait que d’une hallucination ou du fruit de l’imagination du guetteur qui sombrerait à moitié dans un rêve.

A priori, si le bruit était bien réel, dans la nuit noire, il était peu probable que la chose qui avait pu le produire puisse repérer le quatuor. En tout cas, Piotr, lui, était bien incapable de voir la source du bruit. Il n’avait qu’une vague idée de la direction d’où provenait le son, en admettant qu’il n’ait pas rêvé. S’il voulait vérifier son impression en se déplaçant vers cet endroit, ou même s’il réveillait ses compagnons, il risquait de se faire repérer. D’un autre côté, faire comme si rien ne s’était passé et rester passif pouvait également être dangereux s’il y avait vraiment danger. Réveiller ses compagnons, aller voir ou rester à son poste, chaque option avait ses avantages et ses inconvénients, le choix lui appartenait.

Bien qu’il ait tendu l’oreille, le fils d’Andreï n’entendit pas d’autres sons de même nature dans les instants qui suivirent, et ne put donc avoir aucune confirmation que ce qu’il avait cru entendre était bien réel. Quelle allait-être sa décision ?
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Piotr Andreïevitch
PJ
Messages : 29
Profil : FOR 8 / END 9 / HAB 9/ CHAR 8/ INT 8/ INI 9/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 9/ NA 1/ PV 34/60
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par Piotr Andreïevitch » 21 sept. 2015, 21:15

Les voyageurs avaient repris leur route.Tout le long du trajet les deux gospodars avaient conversé de choses et d'autres. A un moment, Ivan avait lancé un sujet sur la Bretonnie, ce qui avait piqué la curiosité du chasseur. Ivan tenait ces connaissances de son père qui avait eu l'occasion de se battre aux côtés de ce peuple. Une discussion teintée de philosophie s'engagea entre les deux hommes.

-Ivan, mon brave, que sais-tu de leur contrée et de leur mode de vie ?

-Oh, je n'en sait pas long sur le sujet. Néanmoins, certains éléments dont j'ai pris connaissance m'ont frappés. Apparemment, en Bretonnie, il y aurait une sorte de code d'honneur pour les individus de noble lignée, ils appellent cela le "code chevaleresque"

-Tient donc, qu'est ce donc que cela ?

-Je ne suis point un expert en la matière, mais j'ai entendu dire qu'un élément fondamental serait la défense de la veuve et de l'orphelin, ainsi que l'adoration de la dame du lac.

-C'est insensé ! Ivanouchka, encore et toujours on en revient à la question de la place des femmes dans le monde. Premièrement, la nature est ainsi faite que leur rôle est d'enfanter pour assurer la survie de leur lignée. Or une veuve, n'ayant plus de mari, est de fait contrarié dans sa fonction première. il est certain que l'intérêt général d'une communauté n'est pas de préserver ses faiblesses. Comment une société peut elle être organisé autour d'un tel principe ?

Les yeux d'Ivan s'écarquillaient devant tant de sagacité

-Et puis, une femme pour divinité ! n'est ce pas ridicule ? Comment une femme pourrait elle être l'objet d'adoration ? est-ce qu'une femme a le bras puissant qui terrasse l'ennemi ? Est-elle bonne a faire autre chose qu'à enfanter et à préparer le bouillon de poules ?
Père-ours, notre bon Ursun, pourvoit force et honneur à ses ouailles. Quel chasseur ou guerrier digne de ce nom suivrait cette dame du lac ?


Le chasseur étalait là sa connaissance du monde.

-En fait je pense qu'il ne faut pas réfléchir à courte-vue Piotr, pour des individus aussi batailleurs, et dans une contrée moins exposée au danger que la nôtre, il est nécessaire de canaliser les instincts guerriers sur des éléments qui nous paraissent dérisoires. De cette manière ils ne se font pas la guerre sans cesse, et l'unité de leur royaume est sauf.

Piotr hésita à remettre à sa place le donneur de leçon, puis il comprit la justesse du raisonnement d'Ivan et médita sa réponse. C'était il faut dire, un bien ingénieux système.

-Pour une fois que tu ne dis pas des sornettes, je salut ton raisonnement.

la conversation continua sur différents thèmes. du bon usage d'une armure, le degré d'alcool idéal pour que le kvas ne gèle pas dans une gourde en hiver, et différentes histoires sur la tsarine qui, pour Piotr, était une exception confirmant son jugement sur les femmes en général.

Les cavaliers avaient chevauché jusqu'aux abords de la colline. Ils avaient pu profiter d'un temps idéal et d'un trajet sans mauvaises rencontres pour s'y rendre rapidement. Le chasseur, attentif à l'environnement avait, lors du trajet, descellé de nombreux indices de la présence d'animaux. des empreintes encore fraîches, des fumées tout juste moulées et odorantes, ou encore des brins d'herbe arrachés lors du passage d'un animal. Il avait, alors, dû réprimer son instinct de chasseur, car la mission confié par l'Ataman était prioritaire. A proximité de la colline, Piotr toujours aux aguets, voyait qu'aux traces animales qu'il avait déjà remarqué, se mêlaient à présent, des traces de présence humaine. Pour un chasseur de sa trempe, il n'y avait nul doute possible. Ça et la, plusieurs petits groupes d'homme avaient laissés leurs traces de pas dans la terre meuble. Il s'agissait sûrement d'homme en arme à en juger par la profondeur des empreintes. Piotr se remémora les paroles de Mikhaïl Mikhaïlovitch, qui avait fait état de tribus de maraudeur dans cette zone. Lui et ses compagnons devraient redoubler de prudence. Fort de ce constat, il proposa à ses compagnons un système de tour de garde, afin de prévenir d'éventuels danger au cours de la nuit.

La nuit venue, Piotr pris son tour de garde. Si la lune était pleine, un épais manteau nuageux masquait la clarté des astres dans les cieux. le vent soufflait doucement en une légère brise portant à ses narines l'odeur sauvages de la flore environnante et de leurs montures.
Dans un demi-sommeil, le chasseur tentait de garder ses sens en éveil se pinçant régulièrement le bras lorsque la fatigue lui semblait reprendre le dessus.


Scrrriiiiiitchh !

Un raclement métallique fendît le silence de la nuit. Ce bruit fit sortir Piotr de sa torpeur, L'avait il imaginé ? Ce bruit était peu naturel, il était sur de ne jamais l'avoir entendu auparavant. Il devait en avoir le cœur net, il fallait vérifier.
Le chasseur sûr de lui, doutant que ce soit un animal, décida de se rendre seul en repérage, sans réveiller ses compagnons. c'était le seul moyen, puisqu'il fallait rester discret. Le seigneur de rocheverte, en effet, avait pour fâcheuse habitude lorsqu'il se réveillait de brailler des expressions imagés de son cru : peste soit de ma chausse pisseuse qui me gratouille le fondement !, Monjoie sale escuyer de cul-terreux ! ou encore : bruler moi cette paillasse pleine de poux qui me sert de couche !

Le chasseur sortit son carquois et son arc courbe et les mis en position d'être saisi aisément.
Seulement muni de son poignard, à moitié accroupis et sans bruit, il avança en direction de l'endroit d'où il avait supposé, provenir le raclement. Intérieurement il pria Ursun, pour que son périple ne s’arrête pas dans les minutes à venir.

-Terrible Ursun, Père des ours.
Que ton souffle rauque effraye mes ennemis, que ta puissance renforce mon bras.
Puisses tu me rendre insaisissable aux mains de mes ennemis,
puisses tu me garder en vie, afin que je t'honore de mes exploits et mes trophées.
Le chasseur avait recouvré tous ses forces et sa vivacité d'esprit sous l'action de l'adrénaline. C'était le moment de faire ses preuves.
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 23 sept. 2015, 10:50, modifié 2 fois.
Raison : +6 xps
Piotr Andreïevitch, Voie du chasseur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 34/60
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par [MJ] Kriegsherr » 22 sept. 2015, 19:34

+1 PdC envers Ursun, profil mis à jour.
Le chasseur s’avança dans la nuit noire, tous sens aux augets. Piotr Andreïevtich avait beau être jeune, il avait néanmoins passé l’essentiel de sa vie avec des nomades ungols, dans la steppe. C’était loin d’être sa première nuit passée à l’extérieur, et l’expérience du milieu jouait sa faveur, même si cette fois les circonstances et les enjeux étaient différents. En effet, si danger il y avait réellement, alors il serait le seul rempart entre ses camarades endormis et l’ennemi.
Malgré tout, les conditions climatiques lui étaient très défavorables. Les sources de lumière étaient extrêmement faibles, et il aurait sans doute fallut être nyctalope comme les elfes ou les vampires pour se repérer et se mouvoir sans crainte d’être surpris dans cet environnement. Le jeune homme ne disposait évidemment pas des capacités surhumaines de ces créatures. Muni uniquement de son poignard et de son courage, Piotr devait faire face à l’inconnu, aller au devant d’un danger potentiel, au péril de sa vie et de celles de ses compagnons de route.

Test de discrétion (HAB) : 14. Raté.
Le fils d’Andreï parcourut discrètement une bonne cinquantaine de mètres dans la direction présumée du bruit de raclement métallique, le plus discrètement possible. Mais en progressant à tâtons sans voir le sol où il marchait, il n’était pas très furtif. D’autant plus que, malchance pour lui, le vent soufflait dans son dos et portait son odeur dans la direction dangereuse.

Néanmoins, jusqu’à ce qu’il arrive à peu près à l’endroit où il estimait avoir entendu le son, il ne se produisit absolument rien, où du moins ne le perçut-il pas. Ce qui était certain, c’était que devant lui se trouvait une zone rocailleuse couverte par quelques buissons épineux assez denses. Un endroit idéal pour se cacher, si on était prêt à s’y allonger quitte à encourir quelques égratignures.
Soudain, en voulant fouiller les abords, l’ungol par adoption déclencha une réaction. Quelque chose devait être tapi dans les épineux, car il y eut un petit gémissement plaintif, à peine audible, mais où perçait la douleur, suivi d’un bruit de buissons secoués rapidement et de nouveau du bruit plus sonore d’un objet métallique qui frappait contre les rochers.

Cette fois, le doute n’était plus permis, les bruits étaient bien réels, et non tirés de l’imagination du chasseur. La source des sons n’était pas très lointaine, une douzaine de mètres au plus, et s’éloignait à vitesse modérée, comme si elle provenait d’une personne blessée qui tentait tant bien que mal de ramper pour s’éloigner. Le fait que relativement peu de buissons étaient secoués à la fois indiquait qu’il n’y avait à priori qu’une seule source, et qu’il était peu probable qu’il s’agisse d’un homme adulte. Au vu du volume déplacé, il devait s’agir de quelqu’un de très fin si c’était un humain, probablement un enfant ou une femme mince.

Pour l’instant, Piotr Andreïevitch ne pouvait pas en savoir plus, mais rattraper l’étrange fuyard dans les buissons épineux serait sans doute chose facile, d’autant qu’il faisait un bruit métallique qui le signalait assez clairement. Restait à déterminer si cela en valait la peine. Le kislévite prendrait-il ce risque ?
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Piotr Andreïevitch
PJ
Messages : 29
Profil : FOR 8 / END 9 / HAB 9/ CHAR 8/ INT 8/ INI 9/ ATT 8/ PAR 8/ TIR 9/ NA 1/ PV 34/60
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Re: [Piotr Andreïevitch] La chasse infernale

Message par Piotr Andreïevitch » 23 sept. 2015, 10:51

Le chasseur, marchait doucement et courbé tel un bossu dans la grande tradition ungol. Ces précautions pouvaient lui sauver la vie. En cas de prédateur, il se tiendrait immobile et peut être que la bête passerait son chemin. Heureusement, il n'en était pas encore à cette extrémité. Pour le moment, il tentait de se repérer. Le peu de source de luminosité l'incitait à regarder régulièrement où il marchait, mais il n'y voyait goutte malgré tout ses efforts.

A ce moment, il regrettait de ne pas avoir la vision d'un grand duc. Un instant, ses pensées divaguèrent et il vit l'image fugace de ce majestueux oiseau nocturne, capable de se mouvoir en silence, de tourner sa tête à 180° et de recracher le reste de ses proies sous forme de petites boules de poils et d'os. Un maître en son domaine, pensa-t-il.

Piotr reprit aussi vite sa concentration. Toujours en chemin il s'appliquait à réduire au maximum le bruit de ses pas et pour se faire il tentait d'épouser très exactement la morphologie du terrain. Au milieu de sa progression, il se remémora un élément important qui pouvait anéantir tout les précautions qu'il avait prise depuis le départ, l'odeur. En effet, après une journée de chevauché, il ne devait pas sentir la rose. Sa sueur mêlée à celle d'огонь, avec le vent dans le dos, étaient assurément un cocktail détonant annonciateur de sa venue. pour la plupart des rencontres potentiels, il aurait tout aussi bien pu crier à tue-tête, l'effet aurait été le même. Il devait compter sur le fait que la potentiel rencontre soit un être dépourvu d'odorat, cas de figure qu'il n'avait encore jamais rencontré, mis à part pour les oiseaux.

Enfin, il arriva dans la zone d'où il avait estimé, provenir le son. C'était une zone caillouteuse, comportant quelques buissons que les ungols appelaient зураасны илжиг, car lorsqu'on y rentrait l'arrière-train de l'inconscient s'en trouvait irrité. Le silence, pas âme-qui-vive, Piotr commença à écarter les branches des premiers arbustes précautionneusement. Cela ne lui plaisait guère et il était sur le point de tourner les talons. Soudain, un léger gémissement de douleur se fit entendre. Le bruit était à peine perceptible, mais il ne lui avait point échappé. Celui-ci fut bientôt suivit du bruit métallique caractéristique qu'il avait entendu tantôt. En une seconde, Piotr évalua la situation, il vit un frémissement successif de différents buissons vers la direction opposé à la sienne. tout laissait penser à un être de faible envergure et sans doute diminuer physiquement vu la faible vitesse de sa fuite. Le gospodar, frustré d'avoir manqué son approche, était bien trop curieux pour laisser s'échapper le fuyard. jetant un coup d'œil à son coutelas accroché à son ceinturon, il se lança bravement à sa poursuite dans les buissons.
Ses sens étaient en éveil et il était prêt à tout les cas de figure, secourir ou attaquer, coutelas au clair.
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 23 sept. 2015, 10:51, modifié 1 fois.
Raison : +4 xps profil MAJ
Piotr Andreïevitch, Voie du chasseur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 34/60
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... dreievitch

Répondre

Retourner vers « Royaume de Kislev »