Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Kislev, pays de sombres forêts de conifères, d'étendues neigeuses et de steppes balayées par les vents, se trouve l'est de l'Empire. Pendant des siècles, il a été un rempart face aux incursions dévastatrices du Chaos venues du nord. Kislev est un allié fidèle et puissant de l'Empire, toujours prêt à envoyer ses troupes à son secours

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1226
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par [MJ] The Puppet Master » 30 mai 2009, 23:23

Le gibier est apprécié à sa juste valeur en cette première soirée plutôt froide... La conversation revient sur la journée écoulée et, encore une fois, il est question de Ogkan, mais aussi et surtout de la suite du périple. Où aller exactement ? Nul n'en a vraiment idée. Certes, tous s'accordent à penser qu'il va falloir s'aventurer bien plus au nord mais personne ne sait ce qui s'y trouve et ignore tout autant où et quand cette quête d'Elu des dieux va réellement démarrer.
_______________


Les jours suivants, l'excitation du départ retombe et l'humeur des voyageurs s'assombrit un peu.
Alfrund, guère bavard depuis le départ, ne desserre plus les dents, quant à Erec, il se contente de soupirer avec un petit sourire la plupart du temps.
Bref, les journées sont longues et rien ne se passe.
Après six jours de cheval, les trois hommes quittent le royaume de Kislev et pénètrent sur les terres de Norsca. La contrée est réputée sauvage et chacun espère que les monstres légendaires promis par Eskil ne tarderont pas à croiser leur route...
Néanmoins, trois jours de plus s'écoulent doucement dans les rayons timides d'un soleil printanier sans que nulle chimère ou hydre à trois têtes ne se montre. Au contraire, il apparait que la Norsca est plus civilisée que prévue et les fumées qui s'élèvent au-dessus des toits d'une dizaine d'habitations à l'horizon sont là pour le prouver.


Je serai d'avis de faire une halte dans ce village pour nous ravitailler... Qu'en dites-vous ? demande Erec.

Alfrund acquiesse d'un hochement de tête et se tourne vers Eskil pour recueillir son sentiment.
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Eskil Dolgan

Re: Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par Eskil Dolgan » 03 juin 2009, 13:22

Désolé pour le retard, j'ai fait une mauvaise chute de cheval samedi après midi. Traumatisme crânien, je sors de la spirale hospitalière ^^'

Une fois n'est pas coutume, j'ai envie de faire un post accompagné de musique. Elle est disponible ici, c'est du suédois ( donc du scandinave ! )
>>>Ici<<<
Essaie de l'écouter quand Eskil passe la porte de la taverne ;)
C'est une bonne idée, oui. ajouta Eskil d'un air dégagé.

Étant tous tombés naturellement d'accord, les trois hommes se dirigèrent au petit trot vers le village. Après quelques minutes qui passèrent bien vite et durant lesquelles on n'entendit que le souffle régulier des bêtes, ils pénétrèrent dans l'enceinte du hameau. Eskil passa lestement sa jambe droite au dessus de la croupe d'Alrun et sauta à terre avec vivacité. Il passa les rênes par dessus l'encolure de sa jument et, les prenant à pleine main, se retourna vers ses compagnons de voyage en étirant ses épaules endolories par la longue chevauchée. Il sourit, et se racla la gorge avant de s'éloigner insensiblement à reculons :

Je vais tâcher de trouver des informations quant à notre prochaine destination et aux directions qu'il serait bon que nous prenions. Essayez de glaner tout ce que vous pourrez entendre de votre côté. Nous nous retrouverons ici demain, à l'aube. Je vous laisse le soin de prendre le ravitaillement, je paierai ma part !

Se retournant, le Kurgan s'éloigna prestement dans les rues du village. Il erra pendant quelques dizaines de minutes, à la recherche d'une quelconque structure qui lui semblait digne d'intérêt. Il s'émerveilla de l'habillement des "citadins" qu'il croisait, ne comprenant pas comment il était possible de se battre ainsi accoutré. Ceux-ci ne lui rendirent que des œillades moqueuses, qu'il ne remarqua pas, trop occupé à être stupéfait par ces étranges hommes. N'ayant pas trouvé l'habitation du chaman de la tribu qui vivait ici -ce qui le laissa pantois-, le maraudeur se résigna à pénétrer dans ce qu'il lui sembla être une taverne à la vue de l'enseigne en forme de tonneau, car il était bien entendu incapable de lire.

Attachant Alrun à un anneau qui était encastré dans un des murs de l'édifice, Eskil se demanda un instant s'il était convenable de se désarmer dans pareil endroit. Ne désirant pas prendre de risque, il se contenta de ceindre le manche de sa hache à ses hanches de manière à ne pas avoir l'air trop intimidant. Le Kurgan sautillait sur place. Il était très excité à l'idée d'en apprendre davantage sur les dangers que recelaient le grand Nord, et imaginait déjà les tonnes d'histoires que pourraient lui raconter d'anciens vétérans autour d'un bon repas. Se sentant quelque peu rouillé et désireux de faire bonne impression, Eskil entreprit de se remettre en forme avant d'entrer. Sélectionnant une poutre qui traversait la ruelle étroite qui séparait la taverne d'une habitation, le maraudeur sauta vivement et s'agrippa à elle. Il se hissa jusqu'au niveau du menton, les jointures des doigts blanchies par la pression. Une fois. Eskil sentait le sang affluer dans ses bras endoloris. Il répéta l'opération. Encore et encore, en variant les exercices, faisant l'équerre, et diverses autres positions qu'il jugeait utile pour chauffer tous ses groupes musculaires. Après une bonne demie heure d'échauffement, le jeune homme contracta ses muscles en prenant des poses, ses plus intimidantes, bien entendu. Il grogna vers un adversaire imaginaire, et, lorsqu'il s'estima assez impressionnant, se composa un visage meurtrier. Tout est dans l'allure au premier contact, se dit-il.

Eskil poussa fermement la porte de l'auberge en jouant des muscles, la faisant claquer contre un mur. D'une démarche assurée et en roulant exagérément des épaules, le Kurgan entra, muscles contractés et avec une expression fermée sur le visage. Il inspira fortement et déclama d'une voix tonitruante :


Aaaaah, j'ai le gosier sec ! Un pichet de vin pour le voyageur !

Curieusement, cela n'eut strictement aucun effet. Eskil se racla la gorge et toussota, avec un air légèrement gêné par le flop monumental qu'il venait de subir. Il tâcha de s'énerver, et marcha en faisant claquer ses bottes jusqu'au comptoir, où le gérant se tenait. Il l'agrippa par le col et le houspilla en prenant la voix la plus grave qu'il pouvait faire :

Dis, toi ! Tu ne trouves pas ça incorrect de ne pas répondre au... Au... ... Au...

Le tavernier ne répondait pas. Il ne répondait plus. A dire vrai, il était même figé dans une expression de stupeur mêlée d'admiration, tant et si bien qu'il s'était arrêté net au milieu du nettoyage d'un verre. Eskil, lui aussi, commençait à ne plus être maître de ses mouvements. Il venait d'entendre une voix. Une voix irréelle, sublime, et pourtant bien présente. Le jeune Dolgan desserra son étreinte lentement, et, se retournant vers l'origine du bruit, resta bouche bée devant le spectacle qui s'offrait à lui.

Sur une petite estrade de bois se tenaient deux jeunes gens d'une beauté à couper le souffle. Un homme, aux cheveux longs d'un blond cendré, tenait dans ses mains un instrument à cordes qu'Eskil ne connaissait pas, il chantait de temps à autres, mais se contentait d'accompagner la plupart du temps. Non, l'attention était réellement focalisée sur la jeune femme qui était au centre de la scène. Une grande et magnifique femme, aux cheveux pourpres qui semblaient se mouvoir d'eux mêmes, dansait sur le rythme lancinant du tambourin qu'elle agitait à intervalles réguliers pour accompagner sa voix. Ses paroles, telles une mélopée divine, envoûtaient totalement Eskil. Sa prononciation était parfaite, son timbre de voix, exquis. Eskil ne pouvait plus détourner les yeux des courbes tentatrices de la chanteuse, qui lui comptait par sa chanson les miracles de l'amour entre Lilli et Roland, un moins que rien qui teint tête au fils d'un roi. Alors qu'elle exécutait sa chorégraphie, Eskil se perdit dans ses yeux sans pupille dont la couleur évoquait l'améthyste, d'une telle profondeur qu'il frissonnait de tout son corps en pensant à toutes sortes d'obscénités qui s'éveillaient en lui à la simple vision de cette créature sans défaut. Le Kurgan lutta contre lui-même devant tant de perversion de l'âme. Il rejetait l'abjecte nécessité, l'appel de la chair qu'il ressentait de tout son corps en contemplant cette jeune femme. Pendant plusieurs minutes, il fut en proie à une passion dévorante, qui ne fit que grandir alors qu'il était figé sur place par l'envoutement insoutenable de la danseuse, qui gagnait alors en intensité de voix. Elle se déplaçait avec une grâce et une agilité déconcertante sur scène, ses pieds semblaient bouger plus vite que ce que les yeux du maraudeur ne pouvaient voir, et il lui sembla un instant qu'elle était même capable de se déphaser sur de courtes distances, bien qu'il en conclut à une hallucination. Le feu dévorant qui lui consumait les chairs s'intensifiait, et il aurait à ce moment vendu son âme pour quelques minutes en sa compagnie. Il enrageait. Sa conscience même s'en voulait, se poignardait toute seule, lui interdisait de telles dépravations absurdes alors qu'il était un guerrier, et qu'il devait consacrer son corps à combattre et tuer. La perspective même de se lier à ce corps mou le révulsait, et pourtant, il ne pouvait pas s'empêcher de la désirer ardemment alors qu'elle lui racontait l'idylle des deux jeunes amants.

Après un instant qui lui sembla à la fois une éternité et seulement quelques minutes. La danseuse s'arrêta. Un tonnerre d'applaudissements envahit la salle, et de toutes parts, ce ne furent pendant plusieurs minutes que des mains qui tapaient à tout rompre. Eskil secoua vigoureusement la tête, maugréant entre ses dents des invectives vers cette sorcière. Il sortit, en proie à une vive panique que le sort ne le prenne une seconde fois. Et, levant la tête, constatant à son grand étonnement qu'il était déjà nuit. Le temps était manifestement passé à une vitesse extraordinaire...

Cette expérience bouleversa Eskil profondément, et l'avenir seul pourra dire si cela l'aura renforcé contre les serviteurs du prince des plaisirs, ou au contraire, fragilisé...
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 03 juin 2009, 13:22, modifié 1 fois.
Raison : 3 Xp pour un total de 32 Xp

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1226
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par [MJ] The Puppet Master » 03 juin 2009, 21:47

Encore bouleversé par le spectacle hors du commun auquel il vient d'assister, Eskil tente de reprendre ses esprits et de se recentrer sur sa quête : il doit trouver des informations sur la route à suivre et les éventuels dangers qu'elle recèle. Malheureusement pour lui, il n'y a pas d'autre endroit, dans ce hameau, qui soit plus approprié que l'établissement qu'il vient de quitter pour celui qui cherche de bavards compagnons. Hormis les quelques cabanes de bois, les champs et les enclos alentours, il n'y a rien d'autre que la seule et unique taverne devant laquelle il se trouve. Le soleil a disparu sous l'horizon et un frisson parcourt l'échine du jeune kurgan. Ce n'est pas le froid qui en est la cause mais bel et bien l'idée de devoir à nouveau affronter l'envoutante créature...
Déterminé, il retourne d'un pas assuré à l'intérieur et scrute l'estrade : vide. Il entreprend d'ausculter le reste de l'assemblée mais la créature et son compagnon ne sont plus ici...
Rassuré mais également déçu, Eskil peut entreprendre d'obtenir les informations dont ses compagnons et lui ont besoin...
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Eskil Dolgan

Re: Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par Eskil Dolgan » 06 juin 2009, 18:01

Eskil passa un coup d'œil circulaire sur l'ensemble de la vaste pièce principale de la taverne. Il examina les clients, intrigué, pendant une petite minute, sans rien dire. Puis, il se dirigea une nouvelle fois vers le comptoir afin de s'y accouder non sans une certaine nonchalance. Le Kurgan passa son index sur le comptoir, afin de suivre une veine du bois, avec un air préoccupé. Il demanda d'une voix cassée au tenant :

Juste une pinte d'hydromel, cela ira bien comme ça.

Le tenant la lui tendit en grommelant le prix entre ses dents. Eskil n'y fit pas vraiment attention et se contenta de siroter sa boisson en réfléchissant à la manière dont il allait s'y prendre pour trouver les informations qu'il cherchait. Il se retourna, posant son dos contre le comptoir, et reprit son inspection. Il y avait ici nombre de piliers de bar qui ne présentaient pas le moindre intérêt pour le jeune homme, qui les trouvaient parfaitement abjects, avec leurs ventres gonflés et leurs bras malingres. Eskil ne comprenait vraiment pas comment un homme pouvait se transformer en ces... choses, et surtout, comment la communauté pouvait supporter de tels poids inutiles qui dilapidaient sa richesse sans rien produire. Laissant de côté ses interrogations philosophiques, Eskil remarqua quelque chose qui éveilla son intérêt. Un voyageur emmitouflé dans une robe de bure élimée par les intempéries était assis à une table, seul. Il était apparemment très occupé à disputer une partie de dés -du moins c'est ce qu'il lui semblait, car il les lançait sans arrêts- alors qu'il n'avait pas le moindre adversaire. Le maraudeur paya sa consommation sans vraiment regarder le gérant, intrigué. Il se releva alors tout à fait et entreprit de s'approcher de l'individu. Ses bottes tintaient d'un petit bruit métallique à chacun de ses pas alors qu'il passait entre les tables, absorbé. Les villageois lancèrent quelques piques auxquelles il ne prêta aucune attention, et il se retrouva bientôt devant la table en question.

Le voyageur était toujours là, à se dandiner d'avant en arrière en marmonnant des paroles inintelligibles, tout à ses lancers de dés. Eskil demanda s'il pouvait s'asseoir. L'interpellé leva la tête vers le jeune homme, et Eskil put apercevoir une longue balafre sur la joue blême du joueur, qui lui barrait le visage. Il hocha la tête avec un air nerveux, et Eskil s'assit donc. Ils restèrent ainsi pendant quelques minutes, Eskil observant l'individu sans prononcer un seul mot, arborant une expression fermée qui dénotait l'effort intellectuel qui était le sien alors qu'il tentait de déchiffrer le comportement étrange du voyageur. Enfin, quelques dizaines de lancers de dés plus tard, il tenta une approche :


Dis-moi, serais-tu intéressé par une partie de dés ? Tu sembles aimer la chose, et si tu m'expliquais les règles, nous pourrions jouer tous les deux. Rien de tel pour terminer une belle soirée comme celle-ci, hein ?

Eskil crispa légèrement sa mâchoire, dévoilant une petite protubérance musculaire sur ses joues. Il fixait intensément la silhouette noire cachée par le capuchon de bure de ses yeux bleus, attendant la réponse de cet étrange animal...
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 06 juin 2009, 18:01, modifié 1 fois.
Raison : 3 Xp pour un total de 35 Xp

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1226
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par [MJ] The Puppet Master » 08 juin 2009, 20:59

L'homme encapuchonné jette de furieux regards de droite et de gauche tout en triturant sa paire de dés avec anxiété puis, il se passe la main sous le nez plusieurs fois en reniflant bruyamment. Après quelques secondes, il daigne enfin répondre à Eskil, non sans continuer à s'agiter : se frottant le nez, se grattant tantôt l'oreille, tantôt la base du cou avec une grimace qui vient déformer sa cicatrice, rentrant la tête dans les épaules comme s'il avait quelque chose à craindre et ne cessant d'observer les alentours.

T'veux jouer ? Bah, j'sais pas... Les dés s'est "comme ça", j'joue pas vraiment. J'connaissais un jeu dans l'temps. On pari sur l'résultat des dés. L'but c'est d'faire 7. Si j'fais 7, j'gagne, tu payes, si j'fais 2,3 ou 12, j'perds. Si j'fais un aut' résultat j'retire jusqu'à l'refaire pour gagner ou si j'fais 7 avant, j'perds. T'as compris ?

Il passe sa main dans sa capuche pour se gratter la tête avec la même grimace qu'auparavant puis, se frotte les yeux et s'essuie la bouche avec nervosité en regardant Eskil, quand il ne regarde pas frénétiquement autour de lui...
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Eskil Dolgan

Re: Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par Eskil Dolgan » 10 juin 2009, 22:09

Eskil plissa les yeux. Il apprécia un moment les possibilités offertes par le jeu et essaya d'évaluer les risques. De toute évidence, le chiffre sept avait de grandes chances de sortir car il pouvait être créé à partir d'un nombre très important de combinaisons. Voilà qui devrait lui donner de bonnes chances de gagner... S'autorisant quelques instants de réflexion supplémentaires, Eskil fixa avec insistance le joueur de ses yeux glacés. Un client entra dans l'auberge au même moment, emmenant avec lui un léger courant d'air qui fit vaciller la flamme de la bougie qui était posée sur la table. Les ombres étaient nettes, découpées, et donnaient une ambiance mystérieuse à la scène qui se déroulait avec si peu de paroles.

Le Kurgan poussa la chaise qui lui faisait face en arrière d'un geste négligent en continuant de regarder intensément l'encapuchonné. Ses narines se dilatèrent, ce qui montrait qu'il était tendu, et ce à chaque à chaque inspiration qu'il prenait. Enfin, il hocha la tête sentencieusement :


Cela me convient, à une chose près, Commença t-il d'une voix posée, suscitant l'attention de son interlocuteur. Si je gagne, je veux que tu répondes à mes questions concernant le grand Nord, car j'ai comme l'impression que tu en sais plus que tu ne sembles le montrer...

Eskil tendit sa main vers l'inconnu. Une main blanchâtre, veineuse, une main de nordique. Il était toujours aussi crispé, mais était désireux de récupérer des informations étant donné que la danseuse lui avait littéralement consumé toute sa journée. Il faudrait se dépêcher pour ne pas revenir bredouille auprès des autres...
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 10 juin 2009, 22:09, modifié 1 fois.
Raison : 2 xp pour un total de 37 Xp

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1226
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: Tribu Dolgan, près des steppes de l'est

Message par [MJ] The Puppet Master » 10 juin 2009, 22:33

L'homme fixe Eskil avec intensité, comme s'il avait du mal à comprendre ce qu'il dit. Puis, l'agitation le reprend : il se frotte plusieurs fois le visage, se masse l'arrière du crâne au travers de la capuche de son habit, renifle, se gratte le menton et finit par répondre, en acceptant la main tendue vers lui :

L'grand Nord ? J'vais t'donner un conseil gratuit : faut pas y aller, mon gars... Y a là-bas des choses qu'il vaut mieux ne jamais voir.

L'homme semble se redresser un peu et annonce :

Mais c'est d'accord. J'commence.

Dans le même temps, il secoue les dés au creux de sa main avec frénésie et souffle dessus avant de les envoyer rouler sur la table.
Sur les dés, il y a écrit :2D6 : 1 et 1 (!)
Il regarde avec stupeur les dés s'immobiliser tous les deux sur le 1, jette un coup d'œil à Eskil comme pour s'assurer qu'il n'y est pour rien et sa lèvre se crispe en ce qui semble être un sourire en coin.

Haha... On dirait qu'j'ai perdu. Qu'est-ce que tu veux savoir au juste ?
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Répondre

Retourner vers « Royaume de Kislev »