[Rovk] Bouclier du Vieux Monde

Kislev, pays de sombres forêts de conifères, d'étendues neigeuses et de steppes balayées par les vents, se trouve l'est de l'Empire. Pendant des siècles, il a été un rempart face aux incursions dévastatrices du Chaos venues du nord. Kislev est un allié fidèle et puissant de l'Empire, toujours prêt à envoyer ses troupes à son secours

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 504
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Rovk] Bouclier du Vieux Monde

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

La guerrière retira sa lance du sol, et pointa vers la mutante que Rovk tentait péniblement de traîner.

« Laissez-la ici, jeune Rovk. »

La saisie de son arme ne semblait pas avoir été à but agressif ; mais les Housecarles derrière le sorcier n’en pensaient pas moins. Instinctivement, tous s’étaient saisis des pommeaux de leurs lames accrochées à leurs ceintures, et le grand Ari semblait déjà paré, avec une jambe en avant, à lancer une hachette dans le crâne de la jeune femme.

« Les Norses qui vivent ici haïssent le mutant et les symboles liés aux Vrais Dieux ; ils savent quelle est mon allégeance, et ils devineront la tienne, mais au moins nous avons des corps qu’ils considèrent encore purs. Ils ne nous feront pas de mal.
Elle en revanche, ils risqueraient bien de la lyncher. »


Ella s’avança, et posa une main sur l’épaule de son neveu.

« Je m’occupe d’elle. Je ne la laisserai pas mourir. Je lui amènerai de quoi la soigner et tu la reverras en vie, si la nature la juge digne de se relever…
Va, Rovk. Nous nous reverrons vite. Et si non… Tu pourras marcher seul, à présent. »


Elle passa une main dans les cheveux de son élève, les ébouriffa tendrement, et lui offrit un deuxième sourire fort doux. Un de ces rares sourires qu’elle n’avait offerts qu’avec une retenue parcimonieuse. Elle semblait si sincère.

Hallfridr fit un signe de tête approbateur, se tourna, et commença à se diriger vers l’auberge.

« Mon bouclier te gardera jusqu’à ce que nous ayons rejoint Geirr ; Ensuite, ta sauvegarde sera entre ses mains, sous les ordres du Grand Scalde.
J’ai un grand cheval pour nous deux, tu n’auras plus besoin de marcher. »




La taverne était un grand bâtiment opulent. Juste devant, un immense cheval était en train de boire de l’eau dans un abreuvoir qui n’était pas gelé ; c’était déjà bon signe. Il y avait quelques bâtiments annexes autour de la palissade ; des petites huttes où ranger du matériel, ou des bêtes, ou même dormir. Pas de gardes, pas de sentinelles. Pour une raison ou une autre, on ne craignait pas l’assaut, ici. Ni d’étrangers, ni de bêtes sauvages.
La grande femme à la lance fit tomber un fourreau de son dos, et y glissa son arme tant bien que mal de manière à la fixer à son corps derrière elle. Elle glissa les lanières du bouclier rond sous ses bras, et le colla à son dos. Et c’est ainsi que, sans armes dans les mains, elle poussa la grande porte en bois du bâtiment aux murs de torchis.

Il faisait très chaud à l’intérieur. On sentait parfaitement la différence avec dehors. Les joues de Rovk se mirent à brûler, et ses yeux à un peu pleurer, tandis qu’il dût retenir l’envie de tousser à cause de la fumée ; on brûlait du bois ici, de grosses bûches dont la fumée s’échappait à travers une ouverture haut au plafond.
Le décor, c’était un décor de taverne Norse tout ce qu’il y avait de typique. Il faisait sombre, car il n’y a pas de fenêtres, et très peu de bougies pour éviter l’incendie. Plein de tables et de chaises. Des tapis en peaux de bêtes. Dans un coin, des tréteaux servaient à délimiter une sorte de bar. Et pas mal de gens étaient attablés.

Dans une table dans un coin, il y avait bien six, huit hommes et femmes en cuir et en mailles, avec casques sur les genoux sur sous les pieds, boucliers colorés en bleu avec des corbeaux noirs sur le dos. Ils se retournèrent tous en voyant arriver les deux parvenus, et déjà, on voyait des lèvres se retrousser et des poings se fermer.
Hallfridr se dirigea vers le bar. Un grand monsieur était en train de faire tourner une broche où rôtissaient des poulardes. Le pauvre homme était en chemise, manches relevées, et il avait le visage rouge et dégoulinant de sueur tellement il crevait de chaud à entretenir les braises. La guerrière posa une pièce d’or sur le comptoir.

« À boire et à manger. »

Il se retourna avec le couteau à viande bien aiguisé, un peu pointé vers elle.

« Je prends pas l’or des dégénérés.
– Nous partirons dans l’heure, sans exiger de lit. La paix et le couvert pour une heure, ça vaut bien du métal brillant ?
– Hm. Va te mettre au coin, alors. »

Du bout de la tête, il désigna une table qui n’était pas occupée. Hallfridr hocha de la tête et se dirigea là. Elle s’assit sur un tabouret, tandis que Rovk pouvait s’affaler et profiter de la chaleur ambiante.
La guerrière retira son magnifique casque doré. En voilà un métal qu’on ne trouvait pas beaucoup en Norsca ; L’or est bien de la ferraille sudiste. Nombre de Housecarles se vendent pour de si jolies pièces.
Image


Sans son casque, Hallfridr n’avait pas un air de grande guerrière. Pas de cicatrices, pas de nez cassé ou de lèvres couturées. Un joli visage d’ange, fin et anguleux, et de beaux cheveux soigneusement liés en tresses qui tombaient sur ses épaules. Rares étaient les guerrières bien apprêtées, et il n’y avait qu’à observer la demi-douzaine de guerriers qui leur lançaient de mauvais regards à côté : les femmes de cette équipe avaient les cheveux courts, ou rasés par endroits, et souvent de sales têtes à cause de coups portés à leurs faces.

Au bout de quelques instants, le tavernier quitta son tréteau et leur amena à chacun, sans un mot, une chope remplie d’un liquide brun et tiède : une ale épaisse comme du goudron, délicieuse après avoir bu aussi mal pendant des semaines.

Après quelques minutes, où les deux avaient pu éventuellement discuter — selon ce que Rovk voulait bien demander — il y eut encore un peu de mouvement dans la taverne. La porte se rouvrit à nouveau, un courant d’air frigorifia le jeune homme et fit virevolter les flammes de l’âtre au milieu du bâtiment. Heureusement, elle se referma vite, tandis qu’une grosse voix grave se fit entendre aux oreilles de tous les attablés :

« Pas agréable, le vent du nord ! Moi je viens avec celui du sud, il est plus doux !
Je vous paye à chacun de vous bons frères et sœurs une bière ! »


Les guerriers attablés furent bien peu enthousiastes à cette générosité si soudaine. Seulement, au lieu de lancer des regards mauvais et suspicieux vers les deux serviteurs de Slaanesh, maintenant, ils jaugeaient les nouveaux arrivants.

Ils étaient trois. Deux d’entre eux pouvaient bien provoquer un haussement de sourcil, à cause de leurs vêtements.
Image


Ils étaient vêtus de ce qui semblait être une armure de mailles, mais elle ne ressemblait pas du tout aux anneaux d’acier des Norses. Ils portaient des sortes de grands pantalons bouffants, et leurs visages étaient camouflés par des linges noirs. À leur ceinture, ils avaient des sabres courbés, un peu comme ceux des officiers Gospodars, mais ils n’avaient pas les peaux d’ours et les tenues typiques des guerriers de la Tsarine.
Ils s’installèrent devant les tréteaux, et se mirent à parler avec l’aubergiste. Un long moment. Assez pour que ça commence à entamer la patience de Hallfridr.

« Je vais aller voir ce qu’ils font. Et nous chercher à manger. »

Elle se leva et alla rejoindre les nouveaux venus, disparaissant dans l’obscurité de la taverne.
Une minute plus tard, quelqu’un revenait avec deux assiettes fumantes. Mais ce n’était pas elle. Un bonhomme qui pourtant se dirigea droit vers la table de Rovk, lui mit une gamelle devant lui, et s’installa sur le tabouret juste en face, à la place de la guerrière.

« Bonjour, puis-je m’asseoir ? »
Image


C’était celui qui avait offert une tournée à tout le monde. En tout cas, l’autorisation du jeune homme n’était visiblement pas nécessaire, puisqu’il s’était déjà posé les fesses pénardes. Et voilà qu’il attrapa un ustensile en métal, et porta à sa bouche une bonne cuillerée de poularde chaude. Et la bouche pleine, il commença à converser.

« Hé bien, ta tête mon jeune homme… Tu t’es pris la tempête en remontant le Pays des Trolls, hein ?
Mange, ça va te requinquer. Tu vas en avoir besoin en plus. »


Il avala sa gorgée.
Un sale type. Grosse chemise rapiécée, visage âgé, un œil laiteux qui faisait penser qu’il devait être borgne.
Et surtout…
…Un mage. Tout autour de lui, les vents semblaient être attirés, et glissaient le long de ses avants-bras et jusqu’à son crâne.

« Je crois que… Je sais qui tu es. Rovk Aliester de la tribu des Baersonlings. J’ai reconnu ta tante là-dehors en arrivant. Et puis, il y a un Nurglite qui s’est amusé à envoyer des corbeaux pour envoyer des messages à ton sujet, pas très discret de sa part, mais que veux-tu…
Mon nom est Greniaðr, et je viens du pays des Vargs. Tu as un héritage très impressionnant, j’aurais bien aimé te rencontrer plus tôt et dans un endroit plus majestueux, mais je trouve que les petites tavernes ont du charme elles aussi…
Pas mal comme assiette, hein ? Putain ce que c’est bon. »


Les Vargs ; S’il y avait un stéréotype des Norses, ils l’incarnaient peut-être plus férocement que toutes les autres confédérations du Continent. Des nomades du Nord de la Norsca, vivant là où la faune et le climat sont impardonnables. Un endroit où l’on prie facilement les Vrais Dieux, et où les mutations affligent presque tous les nouveaux-nés. Pourtant, « Hurleur » (Car c’est ce que son élégant prénom signifiait) avait l’air d’un Norse bien sudiste. Le genre à gagner sa vie en commerçant et en voyageant, pas simplement en attaquant des cités à piller.
Il ne semblait pas hostile. En tout cas, il n’avait aucune arme sur lui, aucune armure, et il mangeait tranquillement sa poularde comme si de rien n’était.

« Au fait, j’ai lancé un tout petit sortilège à ton garde-du-corps — rien d’incroyable, juste un petit ensorcellement pour qu’elle pense qu’elle est en train de me parler… ça devrait nous laisser quelques petites minutes tranquilles pour discuter, toi et moi…
Ella a décidé de t’amener au Monastère, finalement ? Elle a passé tellement d’années à se planquer, avec toi… Putain…
Je sais pas si tu te rends compte, jeune homme, mais là t’es comme une luciole qui se met à briller dans la nuit. Un tas de connards avides vont sortir dans tous les sens pour te niquer ou te lécher le cul, ça risque d’être bien casse-burnes de ta part. »


Et il lui fit un petit clin d’œil.

« Je suis un voyageur. Et un témoin de beaucoup de choses. J’aime les jolies histoires, tu vois, et dans les prochains jours, ta vie va soudain devenir très amusante…
T’as pas trop le trac, j’espère ? J’espère qu’Ella t’as quand même expliqué qu’est-ce que c’est tout ce bordel, et qu’elle s’amuse pas à juste te lancer dans un grand bain pour que tu apprennes à nager tout seul ? Remarque, ça serait bien son genre… Sans offense, hein. »

Jet d’intelligence : 14, échec.
Jet de sens de la magie : 17, échec à nouveau.
Image

Avatar du membre
Rovk Alister
Warfo Award 2021 du meilleur PJ - Etoile Montante
Warfo Award 2021 du meilleur PJ - Etoile Montante
Messages : 81
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Rovk] Bouclier du Vieux Monde

Message par Rovk Alister »

Rovk commence à avoir peur du changement de caractère d’Ella. Durant toutes ces années, il ne l’a jamais vu aussi… normale ? Il espère un peu que c’est de la comédie, mais d’une autre part, c’est plutôt agréable d’avoir une gentille tutrice. Ça change des longues heures passées à creuser des trous pour planquer les cadavres des amants d’Ella à Sjoktraken.

Il est quand même rassuré de savoir que c’est la sorcière qui s’occupe de Tove. Elle est très clairement plus compétente que lui pour soigner, ou du moins il l’espère. Plutôt heureux de savoir qu’il ne devra plus marcher pendant le reste du voyage le rassure. Cependant, il l’est moins en sachant qu’une seule guerrière le protège désormais, elle ne vaut clairement pas un groupe d’Housecarls et une puissante Völva ! Mais bon, faut savoir se débrouiller avec ce que l’on a. Et puis qui est-il pour la juger ? Peut-être qu'elle est en vérité très compétente après tout. Geirr ne peut pas se permettre d’envoyer n’importe qui.

Voyant l’énorme canasson, le Vitki se demande à quoi ils ont dû le nourrir pour qu’il grossisse autant. À croire que la nature est toujours aussi pleine de surprises. Imitant la casque doré, il s’assure de bien ranger sa dague et son grimoire derrière son pardessus. Faire de même avec le bâton semble impossible mais bon, soit. Il en profite pour ranger l’amulette du serpent derrière ses maigres habits aussi, vaut mieux pas chercher la merde ici.

Et en parlant de chercher la merde, les réactions patibulaires des autres connards dans la taverne ne le surprennent pas vraiment. Ils se permettent de les prendre, eux, pour des dégénérés car ils sont dans le sud. Qu’ils essaient de faire pareil plus au nord qu’on rigole un peu. Il est quand même très déçu de ne pouvoir rester qu’une heure ! Après avoir bouffé autant de merde et subit autant de saloperie, ça l’emmerde beaucoup ces conneries. Il se demande pourquoi elle ne paye pas comme tout le monde avec des sceattas d’argent en plus. Qu’est-ce qu’elle peut bien foutre qui lui permet donc d’obtenir des pièces sudistes ? Elle doit probablement échanger des trucs avec les pillards au monastère, ce serait logique.

Au moins, il y a une autre belle gueule dans cette taverne. Hallfridr possède un bien plus beau minois que prévu par l’imagination du jeune homme. Geirr se fait sacrément plaisir quand même d’employer une si belle fleur pour ses basses besognes. Comparée aux autres garces bien démolies, elle ressort encore plus malgré le manque de lumière ambiante. Si en plus ils attisent la haine et la jalousie, ce repos commence sacrément mal. Soit, tant qu’il cherche pas la merde, ça va bien se passer pas vrai ?

Mais non, il faut toujours qu’il y ait au moins un emmerdeur pour l'empêcher de profiter d’un moment de calme. Bon, celui-là, il est pas normal par contre. Il est quand même très intrigué par le personnage, c’est qui ce type.

Bien qu'il ne soit pas capable de prononcer correctement son nom, il va l’écouter jusqu’au bout. Et bordel il est pas déçu des informations ! Il est quand même un peu gêné par une telle attention, lui qui veut être discret, c’est raté. Mais bon, faut bien répondre au vieux correctement, ce serait pas drôle ou sinon.


« Merci, j’ai vraiment une faim de loup, j’ai presque rien mangé depuis trois jours. Vous avez dit que vous veniez du sud, mais vous avez pas l’air d’avoir subi la tempête, faut croire que les dieux vous favorisent.


Ah par contre, c’est Alister, pas Aliester. Vous en faites pas, l’erreur est commune. Mais ouais, par contre, Greniaðr, si je peux vous appeler par votre nom, fait quand même gaffe quoi ! Faire de la magie ici, c’est pas vraiment un bon plan. ‘Fin, si vous voulez me parler, bah venez directement. Elle n'a rien à dire m’a garde du corps, je parle avec qui je veux et c’est tout. Mais bon, c’est un peu trop tard et c’est pas si grave, on est les deux seuls ici à sentir les vents à première vue.


Mais ouais, je sais. Pour arriver j’ai déjà bouffé un paquet d’emmerdes. Une Vedma, un ours qui servait ladite Vedma avant que je l’étripe moi-même. Une douzaine de Kislévites qu’on a massacrés sans subir une seule perte, bref. Je vais pas te faire toute la liste, on n'a pas assez de temps pour ça.


Je sais ce que je vaux, je suis un jeune homme qui a reçu le don des dieux, et ma famille c’est pas n’importe laquelle. D’ailleurs il y a déjà un connard qui me lèche et me nique le cul simultanément d’ailleurs. Chuis sûr que tu le connais, Geirr le Scalde. Et ouais, rien que ça hehe.

Mais vu que tu es honnête, je vais le rester avec toi. Ouais j’ai le trac, ouais je sais que je vais en chier. Je rentre dans la cour des grands et des fous. Bien que j’ai deux trois trucs dans ma manche, c’est vraiment pas idéal comme situation.


Et tu as vu très juste ! J’applaudis ta perspicacité. Effectivement, j’ai des éléments du qui du quoi de qu’est-ce, mais j’ai pas encore tout.

Donc voilà, me voici dans cette taverne, à discuter avec toi du bordel qu’est ma vie haha. Merci pour la deuxième bière d’ailleurs, c’est sympa de ta part.


Tu sais quoi, je te propose un truc. Une idée comme ça qui me vient à l’esprit. Tu me donnes des indices pour apprendre à nager dans le lac, et je te raconte une histoire, une histoire que personne d’autre que moi ne peut te raconter en entier.


Des paroles contre des paroles. T’en dis quoi, vieux loup ? »


Durant toute cette longue tirade, il mange voracement entre chaque phrase. Ça lui fait un bien fou de manger correctement depuis des semaines. Il rapproche son tabouret et pose sa tête contre son poing maintenu par le coude contre la table. Il sourit assez fort et franchement, il est plutôt tranquille et heureux. A croire que ça fait du bien de rouvrir sa gueule avec un étranger après si longtemps.
Fiche : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_rovk_alister

Stats :
FOR 7 / END 8 / HAB 8 / CHAR 13 / INT 11 / INI 8 / ATT 8 / PAR 8 / TIR 8 / NA 1 / PV 45/70

État temporaire :


Compétences :
• Chant (B) : Permet de gagner de l'argent en chantant. Donne un +1 pour capter l'attention de cette manière.

• Séduction (B) : +1 pour tenter de séduire.

• Torture (B) : +1 pour faire parler et avouer par la torture.

• Survie en Milieu Hostile (B) : +1 pour les tests de survie dans un tel environnement.

• Éloquence (E) : +1 pour persuader et manipuler verbalement.

• Sens de la Magie (E) : Est capable de ressentir la magie.

• Sixième Sens (B) : Peut ressentir si il est suivi ou épié par un test. Avec un +1 si intentionnel.

• Langue hermétique – Démonique (E) : Sait parler écrire et lire le démonique. (en cours d'apprentissage)

• Alphabétisation (E) : Capable de lire et d'écrire le Norsii (en cours d'apprentissage)

• Doctrine du Culte - Slaanesh (E) : Connait les coutumes et autres connaissances liées au culte de Slaanesh.

• Incantation - Domaine de Slaanesh (E) : Peut utiliser la Magie Chaotique de Slaanesh et la Magie Primaire.
Sortilèges :
• Domaine de Slaanesh
Mineurs :
-Hypnose / 6 mètres / Instantanée / Permet de calmer la cible et la rendre plus sensible aux suggestions.
-Regard du démon / Soi-même / 1D6 heures / Obtient temporairement la compétence “Vision Nocturne”.
-Voile du désir / Soi-même ou Contact/ 1D6 heures / Cache les blessures et autres impuretés et défauts visible.

Moyens:
-Fouets des extrêmes / Soi-même / 1+1D6 tours / Un fouet / Gagne deux fouets magiques, utilise le TIR et gagne le bonus de FOR x1, infligent 12+1D8, Rapide et Long. Le sorcier gagne +1 en TIR et Ambidextrie.

-Lien exotique / 36 mètres / Instantanée/1D6 tours / Fil de soie / Projectile magique, 15+2D10 qui ignore les armures non-magiques. Cible et sorcier sont reliés, permettant au sorcier de se rapprocher ultra-vite et gagne 1 ATT, +1 TIR, et +1 INI face à la cible

• Domaine Primaire
Moyens :
- Guérison des plaies / Soi-même ou Contact / Instantanée / Une plante médicinale / Soigne 10+1d10 PVs, une fois par jour max sur la même cible.
Équipement de combat :
• Bâton Démoniaque : 1 mains / 10+1D8 / 8 parade / "Assomante", utilisable que par les classes magiques / +1 PAR
• Dague de la Béatitude : 1 mains / 12+1d6 / 6 parade / Rapide, -1 ATT et -1 PAR si touché par la dague.

• Tenue de Cultiste : 2 protection partout sauf la tête.
Équipement divers :
- 100 sceattas d'argent
- Une grande sacoche
- Un grimoire
- Un grand pardessus
- Du parfum
- De l'hydromel
- Un sac a sapin
«Sorcier Slaaneshi pour vous servir et se servir de vous !»

Répondre

Retourner vers « Tsarat de Kislev »