[Concours] Contes et Légendes...

Dans cet espace intemporel et hors du monde, les plus talentueux écrivains peuvent écrire pour le plaisir ou se mesurer entre eux, pour leur gloire personnelle ou par vengeance....

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Bugman
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 328
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Hagin Duraksson, Gormil Thorakfind et Ilahîn Alysante Esdalân

[Concours] Contes et Légendes...

Message par [MJ] Bugman »

Soufflent les vents, tonne l’orage
Pleurent les enfants dans leur lit sans bouger
Nul ne sait jamais les consoler,
Sans raconter l’histoire de…

Oui mais l’histoire de qui en fait ? Car si tout le monde connaît de grandes sagas dans l’univers de Warhammer, comme la vie de ce cher Sigmar ou les Batailles de Gilles et que même les gobelins regardent avec admiration les exploits de la Panse, il existe bien d’autres mythes ou contes populaires à travers les civilisations du Vieux Monde, issus des villages reculés comme des puissantes cités.
Et c’est justement le but de ce petit concours d’écriture : créer un récit de ce type, qu’il s’agisse d’un conte, d’une chanson, d’une saga ou d’une comptine, peut importe la forme tant que l’histoire est là. Le but n’est bien sûr pas de copier/coller des modèles préexistants en y ajoutant un coup de peinture warhammeresque (même si j’admets que les aventures du petit khorneux rouge en amuserait plus d’un) mais bien de concevoir une histoire que l'on pourrait retrouver dans le monde de Warhammer (et le choix de la race n'est pas contraint même si je vous prierai d'éviter de nous refaire une Génèse à écailles ^^).

Comme d’habitude, une seule participation par personne (pas par compte)(si vous avez l’envie irrépressible de produire plusieurs textes, libre à vous, précisez juste lequel sera votre candidat) et vous pourrez poster vos créations ici.

« Oui c’est bien mignon tout ça Bugman », me direz-vous (car oui je vous connais, joueurs avides), « Mais quid des récompenses, de l’xp et de l’or brillant dans le noir ? » Et bien c’est très simple, comme le veut la tradition, il y aura de l’expérience pour les participants et des récompenses spéciales pour les trois premiers (c’est à dire un choix entre de l’argent (enfin pas forcément de l’argent, ça peut être de l’or, de la malepierre ou des dents), toujours plus d’xp ou la récompense spéciale), trois premières places choisies par un vote (le nombre de nomination possible dépendra de la participation) ^^


Quand au facteur temps, c'est bien simple, le 02/10/2022 à 23h59, le concours sera clos. Si vous postez à Minuit, tant pis pour vous ^^

Avatar du membre
Nola Al'Nysa
PJ
Messages : 49
Profil : FOR 10 / END 8 / HAB 9 / CHAR 8 / INT 9 / INI 8 / ATT 10 / PAR 10 / TIR 8 / FOI 0 / NA 1 / PV 65

Re: [Concours] Contes et Légendes...

Message par Nola Al'Nysa »

Le Prince et la Jungle

Il y avait une fois une grande citadelle. Elle se dressait à la lisière des champs et des pâturages, haute et sombre, si vaste qu’elle barrait tout un pan de l’horizon. À ses pieds, s'étendait à perte de vue des collines et des plaines fertiles habitées par un peuple simple, pacifique et travailleur. Ces gens cultivaient leurs terres, élevaient des troupeaux, naissaient, grandissaient, vivaient, aimaient et mouraient selon la loi implacable du temps.

À l’ouest de ces terres, un vaste océan les séparait entièrement du reste du monde. Ils ne connaissaient des contrées voisines que ce que leur révélaient les visites rares de voyageurs ou des marchands venant du sud, et ne désiraient pas en connaître davantage, leur sol étant fertile et suffisant à leurs besoins. Leur vie était rude mais juste et ils vivaient en paix avec leurs voisins.

Image
Un jour, alors que chacun vaquait à ses occupations, trimant sous le soleil tiède d’une matinée de printemps, leur roi mourut, alors que son unique héritier n’était encore qu’un très jeune garçon. Le petit prince grandit en paix, entouré de tuteurs et de sa mère la régente. Parmi toutes les personnes qui l’entouraient et l'instruisaient, son plus intime ami était un étranger, un voyageur venu longtemps auparavant des contrées du Sud, qui s’étendent le long de la mer. Il décrivait sa patrie comme une terre chaude, semée d’oliviers et il en parlait avec tant d’amour, que le jeune prince demeurait sous le charme en l’écoutant.

Cet homme à la peau basané avait, disait-on, voyagé par-delà les vastes océans et exploré des contrées hostiles aux mille trésors. Il avait bravé des tempêtes et rencontré des peuples sauvages. Il avait gravi des montagnes et visité des cités ancestrales. Une vie d’aventures et de découvertes dont le petit prince ne se lassait pas d’entendre les récits.

Le jeune prince rêvait de parcourir le monde, mais son ami le mettait sans cesse en garde contre les dangers qui guettaient partout sur ces terres aussi dangereuses que belles. Dès qu’il eut seize ans pourtant, il commença à s'entraîner. Il apprit à se battre à main nu, à manier les armes et à lutter. Il alla chasser avec les trappeurs et passa des journées entières dans la forêt à manier la hache avec les bûcherons. Dans les champs, il poursuivit de jeunes chevaux sauvages qu’il dompta et dans les rivières, il s'entraîna à la nage. Le soir, il se plongeait dans la lecture dévorante de carnet de voyage et dans l’examen minutieux de cartes plus que partielles du monde tel qu’on pensait le connaître à cette époque.

Le jeune prince était calme et réfléchi. Il ne goûtait pas aux plaisirs de la boisson à outrance, évitait d’abuser de la viande trop grasse et ne s’adonnait pas à la fumée. Cette jeunesse développa autant son corps que son esprit et à vingt ans, il était d’une beauté splendide et d’une conversation intéressante. Quand il parcourait à cheval les domaines de son royaume, richement vêtu et portant sur les épaules une cape qui flottait au vent, les femmes et les jeunes filles le regardaient passer en retenant leur souffle. Également noble d’esprit, il avait toujours un geste charitable pour les personnes dans le besoin ou une parole réconfortante pour ceux qui souffraient.

Quand le jour fut venu pour lui de trouver une épouse, il parcourut le royaume en tous sens, car le jeune prince avait décidé d’écarter toute distinction de rang ou de caste et de n’épouser qu’une jeune femme qui serait son égale. Pourtant, ni parmi les nobles, ni parmi les marchandes, ni parmi les ouvrières et les paysannes il ne put trouver de femme assez parfaite à ses yeux. Abattu, le prince s’en retourna à sa citadelle et s’y enferma, songeant avec douleur à sa belle introuvable.

Une nuit pourtant, il fit un rêve qui lui parut si réel qu’il en fut chamboulé. Il se vit pénétrant jusqu’au cœur d’une immense forêt, et y découvrant une femme qui dormait parmi les branches, couchée sur un lit de mousse. Elle était vêtue de manière sommaire, mais elle était d’une beauté renversante. Il se demanda si elle n’était pas l’esprit de la forêt, car qui pouvait ainsi vivre dans les bois, loin de la civilisation ?

Le lendemain pourtant, lorsqu’il questionna les bûcherons, leur détaillant la végétation qu’il avait observée dans son songe, aucun ne sut lui dire où pouvaient se trouver de tels arbres, car personne n’en avait jamais vu. Frustré, le jeune prince s’enferma dans ses appartements pendant des jours, son esprit revenant sans cesse à la femme de la forêt. Il coucha sur le papier la description de sa vision et tenta d’en dessiner la flore. Beaucoup se demandaient si le prince devenait fou, mais son ami l’étranger lui, comprit son histoire et reconnut la végétation illustrée par son prince.

Il lui parla d’une terre, de l’autre côté de l’océan. Une terre entièrement recouverte par une jungle immense et riche. Une terre qu’aucun peuple n’avait pas colonisée et qui était restée aussi sauvage qu’au premier jour. Là-bas, disait-il, la nature est plus forte que l'homme et sa force brutale écrase tout ce qui se met sur son chemin.

Dès le lendemain, le prince fit appeler auprès de lui ses meilleurs soldats, les marins les plus aguerris et les vagabonds en quête d’aventure. Il les chargea de traverser les mers et à l’aide de leur courage et de leur ruse, de lui ramener celle qu’il appelait la reine de la jungle. Au bout d’un an et un jour, un seul navire sur les trois qui avaient quitté le port revint. Les hommes, le visage creusé, les traits fatigués et les mains vides étaient tous traumatisés par le voyage qu’ils venaient d’achever. Ils dirent « Prince, la jungle est trop sauvage et trop grande. Aucun homme ne pourrait pénétrer jusqu’à son cœur. »

Image
Or, cette nuit-là, le prince rêva de nouveau qu’il voyait la reine de la jungle, plus belle encore que la première fois. Alors au matin, il réunit de nouveau en son palais soldats, capitaines et marins ainsi que des bûcherons, des tailleurs de pierres et des érudits pour préparer une nouvelle expédition. Cette fois, il envoya cinq navires, avec pour consigne d’établir une colonie sur les bords de la forêt vierge.

Au bout d’un an et un jour, les navires revinrent au port. Les hommes racontèrent au prince qu’ils avaient lutté avec acharnement contre la forêt, mais qu’à chaque fois qu’un arbre tombait, d'autres le remplaçaient et croissaient derrière. Ils avaient travaillé jour et nuit, mais avaient été défaits par la jungle.

Découragé, le prince abandonna ses projets d’expédition. Pourtant, pour la troisième fois, il rêva de la reine de la jungle dont aucune parole humaine ne pouvait dépeindre le charme et la beauté. Le lendemain, quand son valet vint le réveiller, le prince avait disparu.

Sans consulter personne, il s’était enfui en secret pour aller se perdre dans la jungle. Après une longue traversée sur un navire où il s’engagea comme matelot, il parvint enfin sur les bords de la forêt qui l’intriguait tant depuis des années.

Il marcha pendant un an et un jour, se nourrissant de cueillette et de chasse. Rapidement, les ronces eurent raison de ses vêtements et la boue de ses bottes. Les insectes le harcelaient et des branches pointues lui blessaient les pieds et le visage. Il souffrit de maladie, crut devenir fou et endura de nombreuses douleurs. Il se vit perdu, mourant de faim et de soif. Un jour, se penchant pour boire à un ruisseau, il se vit décharné, les lèvres gercées et le visage barré de cicatrices mal guéries. Le désespoir l’abattit alors au pied d’un arbre où il pleura longuement, car il était arrivé au bout de ses forces.

Mais quand le soir tomba, ayant épuisé toute son énergie et se sentant partir, il la découvrit. Dans un dernier battement de paupière, il la vit qui se tenait devant lui, plus belle que dans ses rêves. Après avoir souffert tant de maux, il l’avait enfin trouvé, celle qu’il appelait : sa belle de la jungle.

Image
Au pays, on ne revit jamais celui que les gens nomment depuis le prince fou. On se plaît à raconter l’histoire de ce jeune homme si beau et si intelligent et au destin tout tracé qui avait été consumé par l’obsession dévorante d’un rêve. Certains se demandent encore aujourd’hui si leur prince n’a pas été la victime de quelques maléfices, mais personne n’eut jamais le fin mot de cette étrange histoire.
La vie est un chemin qui se parcourt dans un seul sens. On peut choisir sa destination, réfléchir quand on arrive à une intersection, ralentir, accélérer, décider de ne plus refaire les mêmes erreurs, mais on ne revient jamais en arrière.

Nola Al’Nysa, Voie du Forban
Profil: For 10 | End 8 | Hab 9 | Cha 8 | Int 9 | Ini 8 | Att 10 | Par 10 | Tir 8 | Foi 0 | Mag 0 | NA 1 | PV 65/65
Mon histoire : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_nola_al_nysa

Dessins de Nola Al'Nysa réalisés par NmForka :
► Afficher le texte
► Afficher le texte

Avatar du membre
Reinhard Faul
Monster Vieux Monde 2021
Monster Vieux Monde 2021
Messages : 232
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Concours] Contes et Légendes...

Message par Reinhard Faul »

C’est un petit matin humide et froid à une journée de cheval de Delberz, dans le Middeland. On est trois : un prêtre de Sigmar, mon apprenti et moi. Je ne sais pas pourquoi le religieux a besoin d’un terrassier au milieu de la forêt, il a paru embarrassé de donner une explication devant tout le monde et je n’ai pas insisté.
À vrai dire, je m’en fous un peu. On est pas souvent surpris par l’aventure dans le domaine du bâtiment. À la rigueur, on est obligé de faire chercher le Morrien local quand on trouve un squelette pendant les excavations, mais c’est plutôt un non-événement. En plus le type est tout à fait sympathique, il fait ses marmonnements sacrés en vitesse et on peut reprendre le boulot avant que les ouvriers aient eu le temps de se saouler à mort par désœuvrement.

Ce prêtre-là, le sigmarite, je le connais pas, c’est un itinérant. Il a l’air… normal, pas bavard mais pas spécialement fanatisé non plus – je suis un bon religieux, mais tu verrais ce qu’on nous envoie dans la région… Là il est en train de nous aider à décharger la charrette, parce qu’on doit quitter la route et le sentier est trop étroit pour la mule. Ça fait plaisir, je m’attendais à aligner les aller et retour pendant qu’il nous snobe assis sur son cul. Non, là il prend le palan et les cordes sous le bras comme si il avait fait ça toute sa vie. Un bon gars ça.

On crapahute dans la forêt, et je me demande où mène ce sentier parce que même si c’est du relief de merde, il a l’air fréquenté. J’ai vite ma réponse : nous arrivons jusqu’à une statue qui représente une femme. En granit, m’arrivant à peu près à l’épaule et visiblement ancienne. Le plus étonnant c’est que la pierre est lissée par de nombreuses mains au niveau des seins et de l’entrejambe. Il a fallu des décennies d’attouchements pour arriver à ce résultat sur du granit.

Moi je m’en fous, mais vu la tête de mon apprenti il est très choqué. Tu les connais, à cet âge-là ça a trop d’imagination. Rien qu’à voir sa tronche je sais déjà qu’il s’imagine être embarqué pour démonter un autel d’homme-bête ou je sais pas quoi. Le calmer me fatigue d’avance. Ça me fait déjà chier de supporter mes propres gosses quand je rentre chez moi, alors ceux des autres… je vois que le prêtre de Sigmar appréhendait ce moment aussi et qu’il ferme les yeux de douleur quand le gamin s’exclame des « c’est quoi cette merde ». Il consent tout de même à une explication. C’est la première fois que je le vois parler d’autre chose que la paie, la météo, ou l’état de la route :

« C’est rien, c’est… un vestige. Rien de dangereux je t’assure.

- Mais elle a ses… enfin… ils sont tout... »

Il fait les mines et les grimaces d’un jeune homme trop mal à l’aise pour dire « sein » devant un religieux. J’admets que je ne serais pas confortable non plus. C’est pour ça que je garde le silence, d’ailleurs, car même si je suis maintenant un peu curieux je sens que l’explication sera longue, et embarrassante. Le prêtre a dû sentir qu’il y couperait pas non plus, car il soupire et raconte :

« C’est une vieille légende apocryphe qui concerne Rhya... Il y a longtemps, une femme mariée contre son gré pria la déesse de la sauver de son sort. Pour l’aider, celle-ci lui fit enfanter un serpent rouge qui mangea son père. Ensuite, la population découpa la jeune mère en morceau et brûla ses restes, ce qui est une bonne fin j’imagine. Le sort du serpent n’est pas précisé. Depuis lors, les femmes viennent ici toucher la statue afin que certaines choses n’arrivent pas. Ou arrivent. Ça dépend. C’est une légende qui circule depuis longtemps, alors pour donner une version précise...

- Quoi qui arrive et qui arrive pas ? »

Qu’il est con ce gamin ! Le prêtre prend évidemment sa meilleure grimace, parce que ces gars-là ont du mal avec les sujets de bonne femme. Je vole à son secours :

« Les bébés, crétin !

- Oh. »

Le gosse a l’air plongé dans des abîmes de réflexion métaphysiques sur l’arrivée des bébés et les moyens de les en empêcher. C’est vrai qu’on y pense pas trop tant qu’on est pas concerné, moi j’y pensais pas en tout cas. Bon je t’avoue que ces dernières années j’aimerais bien trouver le robinet qui les fait venir et le fermer une bonne fois pour toutes. J’en ai six, c’est bon j’ai donné. Même bobonne en a marre. Enfin j’aurais jamais misé sur un caillou en forêt…
Le prêtre interrompt nos réflexions pour conclure :

« À Delberz on s’est dit que ça avait assez duré. Dans nos époques modernes, encore croire à de telles bêtises… puis ça pourrait donner des idées dangereuses… »

Cette dernière phrase est prononcée d’un ton plus bas, comme un murmure. Le prêtre ne nous regarde pas réellement. Moi, mon cerveau fait un arrêt complet, de terreur. Nous autres on a appris à ne pas penser à l’Ennemi du Nord, c’est trop dangereux. N’importe quel adulte a eu le temps de voir son lot d’horreurs, et il ne faut pas beaucoup d’imagination pour lier des bonnes femmes qui accouchent de serpent à… au reste. Même le gamin, qui est pourtant con comme les blés, ferme enfin son clape-merde et commence à installer le palan.

[NB : Je SAIS que j'ai pas fait une repompe hors sol d'un conte, j'avais pas envie de faire ça, n'écrivez pas dans vos vote "oui mais c'est pas un conte comme moi j'imaginais un conte". Je sais. Juste votez pas pour moi ou supprimez parce que c'est hors sujet, merci.]
Natus est cacare et abstergere coactus est.
Image
Si vous vous y connaissez en latin pitié aidez moi.


Lien Fiche personnage: Ici

Stats :
Voie du sorcier de Nurgle (Profil avec empreintes occultes et mutations)
For 8 | End 11 | Hab 9 | Cha 8 | Int 13 | Ini 9 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 16 | NA 2 | PV 100/100

État temporaire :
Clairvoyance : +1 en Magie et en Intelligence
Nuages de mouches : -1 ATT/PAR/TIR/INI pour toutes les personnes à moins de 6m
Plaies suppurantes : 1d3 dégâts retranchés à chaque blessure
Pourriture de Neiglish : Porteur sain
Protection de Papy : 2d4 PdC à chaque critique en incantation


Grimoire :

- Lumière : À appliquer sur un objet ; Fait de la lumière pendant 1h
- Flammèche : Petite étincelle au doigt pendant une minute
- Météo : Connaît la météo prochaine
- Repos : Peu faire se détendre quelqu'un

- Infestation de Nurglings : 24m / 1d4 tours / Projectile magique. Une fois qu'une personne est touchée, elle subit 10+2d10 dégâts magiques par tour / Dès la fin du sortilège ou la mort de l'ensorcelé, des bubons explosent, libérant 2d3 amas de chair, qui sont autant de nurglings
- Fontaine putride : 6m / Instantané / 30+2d10 dégât devant lui + gain de 7 armure temporaire magique / +5 dégât par point de MA
- Gerbe corruptrice : 12m / 10+1d10 dégât dans une zone de 6m, esquivable ; métal rongé après 1d4 tours / -1 esquive par MA

- La multitude fait le tout : Se change en nuée de mouches
- Prodigieuse santé : Contact / Devient ultra bogosse et ultra chad
- Grande invocation de petits amis : Invoque des insectes pour servir d'ingrédients
- Immonde messager : Peut envoyer des messages twitter (Caractères limités)
- Allégresse fétide : Supprime toute douleur mentale ou physique
- Divine urgence : Force la cible à faire un jet d'END. Diarrhée en cas d'échec.
- Paludisme dévorant

- Invocation : Nurglings
- Invocation : Bête de Nurgle
- Invocation : Porte Peste
- Octogramme de conjuration


Compétences :
- Résistance accrue : +1 END aux jets testant la résilience physique (Fatigue, drogue, alcool, torture...)

- Vol à la tire : +1 pour escamoter quelque chose
- Baratin : +1 pour endormir la vigilance de quelqu'un
- Déplacement silencieux : +1 pour fureter quelque part
- Déguisement : +1 pour s'infiltrer en étant déguisé
- Alphabétisation
- Autorité

- Sens de la magie : Sur un test, détecte les événements magiques
- Incantation (Domaine de Nurgle)
- Maîtrise de l'Aethyr (Nurgle) : 2
- Contrôle de la magie
- Divination (Oniromancie) : Sur un test au cours de son sommeil, peut découvrir la destinée de certains personnages
- Langue hermétique (Langue Noire) : Parle la langue immonde du Chaos
- Confection de maladies : Peut fabriquer des maladies communes et rares


Équipement de combat :
- Bâton démoniaque : 2 mains ; 10+1d8 dégâts ; 8 parade ; Assommante & Utilisable seulement par les classes magiques. +1 PAR
- Pistolet à répétition : 46+1d8 dégâts, malus -2 TIR/8 mètres, peut tirer cinq fois à la suite avec un malus de -1 TIR par chaque nouveau canon qui fait feu
- Agaga (Épée à une main) : 18+1d10 dégâts ; 13 parade ; Rapide, Précise, Perforante (2) ; +1 INI
- Cocktail Molotov (x4) : Dans un rayon de 1m, toute personne qui est touchée par la bouteille prend trois états de « Enflammé ». Dans un rayon de 2m, c'est 2 états seulement. Dans un rayon de 3m, un seul état.

- 15 balles et poudres

- Tenue de cultiste de Nurgle : 5 protection ; Tout le corps sauf tête

- Anneau d'Ulgu : Lorsque porté, vous pouvez faire croire à ceux qui vous entourent que vous êtes un humain lambda (sans mutation aucune ni trait particulier) pendant 1 heure. Vous ne pouvez utiliser cette capacité qu’une fois par jour. Vous ne pouvez pas prendre l’apparence d’une personne en particulier.

- Miroir de la Demoiselle d'Acques
- Cor de la harde des Museaux Annelés



Équipement divers :

- Marque de Nurgle
- Caresse de la vipère (poison) : Un sujet blessé par une arme enduite de ce venin doit réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir dans END minutes. Chaque minute avant sa mort, le sujet subit 5 points de dégâts non sauvegardables, et un malus cumulable de 2 à ses caractéristiques.


- Couverts en bois
- Sac à dos
- Couronnes dentaires en bois
- Tatouages
- Porte-bonheur

- Sap-biscuit

- Costume de répurgateur + Fleuret (Déguisement)



Divers divers :

Image

Avatar du membre
Rovk Alister
Warfo Award 2021 du meilleur PJ - Etoile Montante
Warfo Award 2021 du meilleur PJ - Etoile Montante
Messages : 85
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)

Re: [Concours] Contes et Légendes...

Message par Rovk Alister »

La balade de Losteriksson

Au delà de nos terres gelées
Vers l’est, encore inexploré
Pars un homme déterminé


Drakkar et équipage parés
Pour un voyage toujours scandé
De l’homme, la légende est née


Losteriksson le brave guerrier
Brava les océans et marées
Pour femmes et or à emporter


Le père, lui, a fort échoué
Plus d’un honneur est à racheter
Une verte terre est dévoilée


Les lézards les ont retrouvés
Eux, les amazones, massacrés
Gloire et honneur, Skeggi est né.


Mille années se sont écoulées
Son héritage est conservé
Un ancêtre, perdu, mais aimé



Image
Fiche : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_rovk_alister

Stats :
FOR 7 / END 8 / HAB 8 / CHAR 13 / INT 11 / INI 8 / ATT 8 / PAR 8 / TIR 8 / MAG 9 / NA 1 / PV 45/70

État temporaire :


Compétences :
• Chant (B) : Permet de gagner de l'argent en chantant. Donne un +1 pour capter l'attention de cette manière.

• Séduction (B) : +1 pour tenter de séduire.

• Torture (B) : +1 pour faire parler et avouer par la torture.

• Survie en Milieu Hostile (B) : +1 pour les tests de survie dans un tel environnement.

• Éloquence (E) : +1 pour persuader et manipuler verbalement.

• Sens de la Magie (E) : Est capable de ressentir la magie.

• Sixième Sens (B) : Peut ressentir si il est suivi ou épié par un test. Avec un +1 si intentionnel.

• Langue hermétique – Démonique (E) : Sait parler écrire et lire le démonique. (en cours d'apprentissage)

• Alphabétisation (E) : Capable de lire et d'écrire le Norsii (en cours d'apprentissage)

• Doctrine du Culte - Slaanesh (E) : Connait les coutumes et autres connaissances liées au culte de Slaanesh.

• Incantation - Domaine de Slaanesh (E) : Peut utiliser la Magie Chaotique de Slaanesh et la Magie Primaire.
Sortilèges :
• Domaine de Slaanesh
Mineurs :
-Hypnose / 6 mètres / Instantanée / Permet de calmer la cible et la rendre plus sensible aux suggestions.
-Regard du démon / Soi-même / 1D6 heures / Obtient temporairement la compétence “Vision Nocturne”.
-Voile du désir / Soi-même ou Contact/ 1D6 heures / Cache les blessures et autres impuretés et défauts visible.

Moyens:
-Fouets des extrêmes / Soi-même / 1+1D6 tours / Un fouet / Gagne deux fouets magiques, utilise le TIR et gagne le bonus de FOR x1, infligent 12+1D8, Rapide et Long. Le sorcier gagne +1 en TIR et Ambidextrie.

-Lien exotique / 36 mètres / Instantanée/1D6 tours / Fil de soie / Projectile magique, 15+2D10 qui ignore les armures non-magiques. Cible et sorcier sont reliés, permettant au sorcier de se rapprocher ultra-vite et gagne 1 ATT, +1 TIR, et +1 INI face à la cible

• Domaine Primaire
Moyens :
- Guérison des plaies / Soi-même ou Contact / Instantanée / Une plante médicinale / Soigne 10+1d10 PVs, une fois par jour max sur la même cible.
Équipement de combat :
• Bâton Démoniaque : 1 mains / 10+1D8 / 8 parade / "Assomante", utilisable que par les classes magiques / +1 PAR
• Dague de la Béatitude : 1 mains / 12+1d6 / 6 parade / Rapide, -1 ATT et -1 PAR si touché par la dague.

• Tenue de Cultiste : 2 protection partout sauf la tête.
Équipement divers :
- 100 sceattas d'argent
- Une grande sacoche
- Un grimoire
- Un grand pardessus
- Du parfum
- De l'hydromel
- Un sac a sapin
«Sorcier Slaaneshi pour vous servir et se servir de vous !»
Image

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2021 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2021 de l'Incitation au voyage
Messages : 347
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Concours] Contes et Légendes...

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Ma mère me racontait souvent cette histoire les enfants, alors il me semblait normal de vous en parler à mon tour.
Comme toutes les histoires, celle-ci commence sur une route. Une route déserte entre des bois menaçants et des plaines balayées par le vent. C'est le lever du soir. Et nos deux voyageurs sont épuisés. Mais il n'y a pas d'auberge, pas de relais. Pas même une petite chaumière comme la nôtre pour les recueillir. Et dormir dehors, ils l'ont tellement fait depuis des semaines. Vous aussi, vous n'aimeriez pas ça. Dormir dehors, dans le froid, sur le sol dur et piquant à cause des aiguilles de sapins. Pour dormir dehors, il faut être un ours, un sanglier, un halfelin, eux, ils en ont plus qu'assez !

Mais ils ne trouvent pas d'auberge. Déjà, ils entendent la hulotte. Pas d'auberge, pas de relais. Ils n'ont que leurs lanternes et leurs souliers. Et la nuit tombe comme je vous l'ai dit. Ils se demandent bien quoi faire. Ils ont tant marché et tant dormi dehors qu'ils ne savent même pas plus où ils se rendent à l'origine.
Tout change alors, quand ils entendent ce bruit. Pa-ta-cloc, pa-ta-cloc. Les jurons, le crissement des roues. Une charrette ? Un chariot ? Non. Un carrosse !

Tout de beau bois verni, des rideaux aux fenêtres. Quatre chevaux lourds, deux blancs et deux noirs. Immenses. Le cocher est minuscule face à ces mastodontes, tout blottit dans sa cape de voyage. Il ne pipe pas grand mot pourtant, il leur dit : "Vous êtes loin de tout à ce niveau-là du ch'min vous savez ?"
Ils approuvent et se plaignent. Mais ils peuvent pas y faire grand chose si y a pas de relais ou d'auberge dans ces contrées-là.

Sauf que là, la porte s'entrouvre. Et les passagers leur parlent. Un sir, une dame. Des gens de la haute. Ils les voient pas nos deux voyageurs, mais ils les entendent. "Venez, on vous laissera au prochain village."
Le premier voyageur, il a bien envie, il regarde son comparse. "Qu'on y va. Qu'on dorme pas comme les bêtes." L'autre, il ne sait pas trop. Ils sont tout crottés, tout pauvre en plus. Ils vont le salir le carrosse. Puis, ils n'ont rien à donner pour payer. Mais le premier insiste. Les passagers aussi. Alors, ils y vont. Ils grimpent sur le marchepied, et ils ferment la porte. Et le carrosse reprend son chemin.

Comment cela finit-il ? Oh. Il y a toutes sortes de fins. À l'ouest, ils arrivent au village, dorment dans l'écurie et ils repartent sur leur longue route. Par ici. Par ici, y a pas d'auberge ni de relais. Alors, méfiez-vous aussi des voyageurs qui viennent par ici. Et puis, les carrosses ne s'arrêtent pas aux villages, juste au château. Et on ne va pas au château les enfants. Jamais.
Image

Répondre

Retourner vers « Grimoire des Sages Écritures »