[Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Les Principautés Frontalières ou les Royaumes Renégats, ont toujours été le théâtre d’innombrables batailles, guerres, conquêtes et défaites. La plupart des habitants des Principautés s’accommodent néanmoins de la situation, dans ces contrées où le moindre manant peut devenir roi en un jour pour connaître une mort ignoble le lendemain.

Les forêts des Principautés Frontalières regorgent de gobelins des forêts, d'elfes sylvains, etc. A proximité se trouve Barak-Varr, et les célèbres Pics Sanglants, remplis d'Orques.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

[Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Les pleurs, les lamentations, le chagrin et le désespoir. Voilà quels étaient les sentiments qui animaient Yan Xishan lorsque, tiré de sa demeure en flammes, le corps dénudé de celle qui avait été le ciel de son monde, se révéla être sans vie.
C'est sur un amas de chaire morte, dont l'âme qui était à présent partie, qu'il pleura de toutes les larmes de son cœur. C'est dans ses bras forts, et pourtant si faibles en cet instant, que reposait à présent le miel de son existence. Son aimée, sa mie, sa chère et tendre moitié, sa délicieuse épouse, n'était plus.
On la lui avait ravie, là où il aurait mille fois offert son existence propre pour que la sienne continue d'illuminer les nuits.
Oui. Un homme fort tel que lui, un homme de talent, riche, comparé à la majorité des siens, la pleurait, elle, une simple tresseuse de paniers d'osiers. Une paysanne, qui n'avait été capable de lui offrir pour descendance qu'une fille. Il n'aurait jamais de fils avec elle, sa moitié ne pouvant accoucher à nouveau sans prendre le risque de mourir. La prêtresse avait été ferme là-dessus.
Son sang n'allait ainsi pas se perpétuer, sa lignée s'éteindrait à cause de cela...

Mais il n'en avait cure. Il aurait pu la répudier, ou choisir une seconde épouse ; après tout, il en avait les moyens et, bien que cette coutume soit tombée en désuétude, elle n'avait jamais été abrogée.
Néanmoins, il choisit de rester à ses côtés, malgré le concert de protestations de ses propres parents. Malgré les sollicitations des ascendants de son épouse.

Pourquoi ? Parce qu'il était ensorcelé par celle ci ? Car il était menacé ? Non. Rien de tout cela. Tout simplement parce qu'un mot, lorsqu'il pensait à elle, un mot seul, existait dans son esprit. Amour.
Oui, c'était là la seule magie à l’œuvre. L'amour. Par amour qu'il choisissait de rester à ses côtés. Car il l'aimait.
Même après les joies de l'union, même après que la beauté du mariage se soit fanée, il restait attaché à elle. A son visage, son sourire, ses yeux, sa voix, son rire, son odeur, ses caresse.... Tout cela et plus encore...

Il l'aimait. Et elle l'aimait en retour. Et elle était morte.

Dans les ruines fumantes de la communauté, de chaudes larmes ruisselaient sur ses joues alors qu'il enserrait son aimée, partie à tout jamais, pêchée dans les filets de Lims Kragma, la déesse au filet, jugeant les âmes lui étant présentées avant de décider de leur place future sur la roue de l'existence.

Chagriné, ruiné par les sentiments qui s'agitaient en son sein, il se laissa faire lorsqu'on le prit par l'épaule. Il était vidé. Une coquille vide, ballotée par les vents de l'existence, incapable de parole ou de réflexion. Une loque humaine. Il ne remarqua même pas qu'on lui prit des bras son épouse, pour aller l'étendre ailleurs, une vieille toile lui recouvrant le corps nus, pour la couvrir des regards.

Ce n'est que lorsque les survivants s'agitèrent autour de lui, et déclarèrent que l'on devait se précipiter pour chercher refuge dans les autres communautés, et de l'autre qu'il fallait les prévenir, et Long Yun, son cousin, que l'on devait rameuter toute la contrée pour passer par les armes les noires engeances qui s'en étaient prises aux leurs. Car si l'on parvenait à se rassembler, à dépasser en nombre l'ennemi assez vite, alors on parviendrait à prendre de vitesse les esclavagistes avant qu'ils ne se trouvent hors de portée, et les captifs à jamais perdus, dispersés aux quatre vents. Il fallait les tuer et libérer les leurs avant qu'il ne soit impossible de les retrouver.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

C'est à la mention de ce mot honni, "esclavagistes", que l'esprit de Yan sorti de la torpeur dans laquelle le deuil l'avait plongé. Car qui disait esclavagistes, disait esclaves. Esclaves signifiait captifs. Et, s'il en croyait ses yeux à présent éclaircis de larmes, et sis son intellect se détournait du grief pour analyser plus calmement la situation, la majorité des cadavres ici présents, comprenaient certes ceux de quelques malheureux alors dans la force de l'âge au moment de leur trépas, partis trop tôt, mais surtout, la majorité d'entre eux, était à cette période de l'existence où un siège au conseil des anciens était accessible.

Sa fille n'était pas morte, absente qu'elle était de ceux ci. Elle avait été emmenée par les serviteurs des ténèbres, ces sombres puissances que servaient les ordures impies qu'étaient ces chiens d'esclavagistes.
Car si les métiers de la rue, de la prostituée, du mignon, mendiant et bandit étaient déshonorants, les plus bas dans l'échelle de la vie, la lie de ce monde, celui d'esclavagiste n'existait même pas dans le cycle de la roue tant il était ignoble, car partageant l'infamie des précédents, toute accumulée, supérieure à la somme de ces hontes citées.
L'esclavage était la punition que l'on réservait aux plus hauts traîtres, ceux à qui l'on refusait même la mort, pour leur donner la souffrance physique, mais aussi mentale. C'était le sort des triples parricides, ceux levant les armes contre leur propre fratrie, leur propre seigneur et les dieux. Mais la condition d'esclavagiste était encore pire, car c'était de faire commerce de la faiblesse d'autrui ; un autrui faible, certes, mais qui ne méritait pareil destin.
Pis encore, livrer à l'esclavage le peuple du dragon était une hérésie de la pire sorte. Par décret du ciel, le peuple tout entier du Dragon Céleste est bien inaliénable de l'Empire du Cathay, et ne peut par conséquent être privé de son être en quelques circonstances que ce soit. Le Dragon Céleste est son protecteur, et il lui doit obéissance et respect. Chaque être est une écaille du puissant et bienveillant Dragon. Ils sont ses écailles, ses crocs, ses griffes, sa queue, ses ailes et son feu sacré. Le priver de la moindre de ses parties du corps est une offense impardonnable qui ne peut qu'appeler à la plus stricte et impitoyable réponse.
Qu'ils craignent son courroux et celui de ses exécutants, car nul n'échappe au regard omnipotent du Dragon, ni à ses ailes hautes dans le ciel, et à son feu capable d'embraser le monde, inéteignable puissance suprême à nul autre pareille.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Sortant de sa léthargie, l'artisan se releva pour aider aux funérailles, les villageois encore assez solides psychologiquement pour ce genre de tâches après l'attaque ayant effectivement débutés à creuser une fosse commune, non loin des potagers. Habituellement, on procédait aux rites traditionnels lorsque confronté à la mort, c'est à dire que l'on procédait à une crémation des corps et enterrait les cendres près d'un autel de Lims-Kragma, la déesse au filet, à moins de disséminer celles ci dans un potager. Mais il était également admis de tout simplement enterrer les corps à même la terre. Même s'ils n'étaient pas libérés de leur attachement au monde matériel par le feu libérateur, source de vie mais également de mort, les défunts mis en terre servaient de nutriments aux plantes et, ainsi, même dans leur mort, contribuaient au développement de la vie.
Puis ça faisait consensus, d'une certaine manière, avec les pratiques antérieure à la conquête et l'assimilation des populations dont ils descendaient. Ces survivances païennes étaient plus acceptées que le rite de crémation. Le dieu de la mort de l'Occident préférant en effet conserver les corps intacts, privant ceux ci de contribuer au développement et foisonnement de la vie. Une pratique qu'il avait fallu tolérer et qui existait encore, malgré une solide éducation cathayenne.

Un coup de bêche après l'autre, prenant appui sur son genou lorsqu'il levait l'outil, Yan et les autres parvinrent enfin à mettre en terre la vingtaine de morts après une heure de travail. Un dernier adieu à son aimée, prenant le soin de lui fermer les yeux après lui avoir délicatement fait place dans la tranchée, un bouquet de fleurs des environs dans ses mains froides, il se trouva le courage d'enfin se hisser hors du trou et de se mettre à l’œuvre, à remplir à nouveau la tombe de la terre froide et humide, gravant au plus profond de sa mémoire le visage de celle avec qui il avait partagé la moitié de son existence, afin de ne jamais l'oublier. De toujours se remémorer ses traits. Son expression. Se rappeler sa voix, dans la crainte d'oublier celle ci.

Marquant la tombe de sa douce à l'aide d'un tas de pierres, il se promit, si Tith-Onaka le voulait, d'ériger peut être pas une stèle, mais au moins une statue, ou une statuette à l'effigie de son aimée, une fois les esclavagistes et leurs mignons passés par les armes et les captifs libérés.


Tous furent aussi frappés que lui par le départ collectif de leurs proches, de leurs voisins. Et tous se déchirèrent sur ce qu'il convenait de faire. Yan Xishan lui même était divisé sur la conduite à accompagner. Oui. Peut être bien que, en effet, attendre les milices des villages environnants était la chose à faire. Peut être était-ce la conduite à mener. Car quand bien même il bouillonnait de rage et désirait égorger ceux qui lui avaient prit les siens, il craignait également pour sa vie. Et si il mourait dans échauffourée ? Après tout, il n'avait jamais tenu d'armes de sa vie pour combattre. Les anciens avaient bien pu déterrer quelques ouvrages antiques sur l'art de manœuvrer les troupes, de former des armées, et tentés d'appliquer ces antiques sagesses aux villageois pour que ceux ci montent de solides milices capables de défendre leurs maisons par eux même, plutôt que de confier leur défense à des étrangers les exploitant, comme le fit l'écorcheur.... Mais à part des formations, la marche et les murs de piques... Ils étaient ignorants des réalités du combat. Ils n'avait jamais versés eux même le sang. Ceux les plus à même de l'art de donner la mort étaient les chasseurs et trappeurs, et eux ne se battaient pas à la lance ou l'épée, mais à l'arc, contre des animaux, des créatures au comportement relativement prédictible.
L'idée de verser le sang pour de vrai.... Quelque part, l'homme était effrayé. Et il se doutait clairement que si lui même, désireux de se venger, hésitait, ça devait sacrément hésiter chez les autres.

S'il voulait convaincre ceux ci de prendre les armes pour lancer la poursuite des esclavagistes, alors il devait s'y mettre maintenant, ou bien le retard prit pour mettre en terre leurs proches risquait de leur faire définitivement perdre l'occasion de rattraper ces chiures de rats, ces charognes d'esclavagistes.

Se relevant de toute sa hauteur, le fils du dragon commença alors à haranguer les survivants, poussant ceux ci à cesser de piailler entre eux sur ce qu'il convenait de faire, afin qu'ils prêtent attention à ses mots.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Ayant ouïe par quelques survivants ayant eu l'occasion d’observer les attaquants au loin, Yan Xishan estima qu'ils avaient une chance. Il était possible de rattraper ces chiens.

Décidant que si personne ne faisait le premier pas pour entamer, il prit la décision de s'exprimer, et réussi à les rallier à son idée, de ne point attendre les milices des autres villages. Ils devaient agir vite, et hélas seuls.
il parvint à rallier à lui la majorité des survivants.
Devant la solidité de ses arguments, il parvint à rallier à lui la majorité des survivants. Sur la vingtaine présent, une quinzaine le suivit sur cette voie, le reste étant trop blessé, ou jeune, pour pouvoir être apte à tenir une arme et faire face à des combattants n'ayant aucune hésitation devant le meurtre. A ceux là, Yan Xishan ordonna de les aider à déterrer les armes que leurs ancêtres avaient enterrés suite à l'émergence du règne de l'écorcheur. Une fois tout le monde équipé à partir de cet antique arsenal, les lances et épées n'ayant prit la rouille, puisque correctement préservées dans du tissu huilé, et les deux trappeurs ayant pu s'échapper, ayant récupérés leurs arcs et flèches dissimulées hors du village dans une cache spéciale, Yan Xishan réalisa que l'équipement qu'il portait, bien que faible, lui semblait très lourd. Il avait la gorge sèche. Il se sentait maladroit, avec ces armes sur lui même. Une sorte de gêne l'emparait, et il n'était pas le seul dans cette situation.
On s'équipait pour tuer, et nul n'avait jusque la tué autre chose que des animaux.... Moult questions venaient l'assaillir. Allait-ce marcher ? Ne valait il mieux pas renoncer, attendre des renforts et....
Balayant d'un revers de mains ces inquiétudes tout à fait valides, mais qui néanmoins tuaient l'action, il décida de réfléchir à comment encourager, et convaincre ces hommes - et ces femmes - de porter le fer contre des être humains, contre des semblables.

Pour motiver les troupes, et tuer dans l’œuf le doute qui ne manquerait pas de s'emparer des volontaires à mesure qu'ils marcheraient vers les esclavagistes, Yan Xishan fit de son mieux pour se remémorer les quelques pièces de théâtre amateur et histoires racontées au coin du feu, afin de trouver les bons mots, et expressions, destinées à insuffler chez ces braves miliciens la courage et la force de se lancer dans une poursuite, mais aussi de tuer. Car c'était là la chose la plus difficile, que de convaincre un homme de tuer un autre. On pouvait le chauffer, le motiver, mais lorsque venait l'occasion de planter un morceau de fer dans un morceau de chaire... Lui même avait des doutes sur sa résolution. Et s'il doutait, alors eux même n'étaient pas à l'abri du questionnement.

Éclaircissant sa voix, l'artisan gonfla sa poitrine, mit ses mains dans le dos, le regard tourné vers son public, mais fixant un point au-delà de celui ci, il commença par une bonne gueulante. Les esclavagistes sont au moins trois fois plus nombreux que nous ! Nous ne sommes que quinze ! Et il y a des femmes parmi nous, mais il n'y a aucune raison d'avoir peur, car nous vaincrons ! Pour ceux qui nous sont chers, nous ne pouvons perdre ! Fermez les yeux et penser à ceux qui vous sont chers ! Vous devez les protéger ! C'est pour cette raison que nous sommes là ! Les esclavagistes aussi ont des familles, des camarades et un seigneur qu'ils servent. Néanmoins, ils sont différents ! Ce sont des envahisseurs ! Ils veulent nous prendre les nôtres et les emporter au loin, là où nous ne les retrouverons jamais ! Sortant ses mains de derrière son dos, il tendit les paumes à l'avant, à hauteur d'épaule, les doigts à moitié refermés, comme pour tenir un fruit pour renforcer l'aspect théâtral. Ils doivent être vaincus ! Ils doivent être tués ! Ceci n'est qu'un juste châtiment !!! N'oubliez pas que le bout de votre lance porte le futur de la vie des vôtres ! Alors je vous le dit, annonça-t-il, refermant violemment le poing, à hauteur de taille, je vous l'ordonne, cria-t-il, le poing refermé sur son épaule, tuez les sans hésitation ! Tuez les comme s'ils étaient des animaux attaquant nos récoltes ! Tuez les comme les moustiques qui viennent vous harceler au printemps ! Je porterais cette responsabilité pour vous tous ! Ne mourrez pas pour que l'on vous oublie ! Tuez les pour revoir vos familles vivantes, libres, même si vos mains sont sales, souillées par le sang ! Peu importe ce que quiconque dira, vous serez tous des héros pour eux ! Pour moi....finit il, la paume de sa main tournée vers lui même, vers le cœur. Gonflez votre poitrine avec fierté, mes braves camarades ! Car il est temps d'allumer le feu que Tith-Onaka laisse en chaque cœur ! Il est temps pour celui ci de dévorer nos ennemis ! Victoire pour nos familles ! hurla-t-il en hissant le poing vers les cieux avec fierté, rapidement enjoint par ses coreligionnaires débarrassés de leurs peurs, doutes et inhibitions, alors qu'un Yan Xishan, extatique, les joues colorées, le souffle court, essayait de maintenir sa posture sous les vivats des villageois, pour trembler comme une feuille morte sous la brise qui soufflait sur son cous.

Le discours l'avait vidé, et maintenant son effet allait être brisé d'un moment à l'autre alors qu'il se sentait perdre l'équilibre, le corps bien trop tendu par l'effort demandé pour ce discours... Sauf le bras ferme, et discret, de son cousin Long Yun, tout ceci aurait été vain. Seul, à remarquer la fatigue accaparant son aîné, il avait prit l'initiative de se porter discrètement dans son dos et l'aider à se maintenir, alors qu'un regard de soulagement et de remerciement fixaient ce membre de la famille.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Le souffle court, Yan Xishan demanda aux autres, peu désireux de les accompagner du fait de leur propre condition, de gagner les autres villages alentours pour prévenir ceux ci de l'attaque, et requérir l'envoi de leur milice pour venir les renforcer.
Dans le même temps, on vidait les réserves secrètes de céréales, celles ci qui contenaient une part des récoltes que l'on stockait en sous sol, aux alentours de la communauté. Car chaque année, une part marginale des récoltes était mise de côté, stockée ailleurs que dans le grenier commun, pour pouvoir tricher sur les "impôts" imposés par l'écorcheur, et prévenir les mauvais coups, tels que les mauvaises récoltes, mais aussi, prévision absolument pas prévue pour ce cas de figure, les pillages.
La paix leur avait fait oublier à quel point le fruit de leur dur labeur pouvait être instantanément volé sous leurs yeux sans qu'ils ne puissent agir, et les laisser souffrir de la faim.

S'étant restaurés de céréales, les victimes des esclavagistes, vers midi, se mirent en marche sur la route qu'avaient empruntés ces derniers pour venir et repartir. L'un des deux trappeurs était parti en avant de leur colonne pour pister ces chiens et s'assurer que nul embuscade ne soit menée contre d'éventuels et improbables poursuivants, tandis qu'un autre ouvrait la marche, pour relever le chemin du premier.
En procédant ainsi, la marche des cathayens fut rapide et prudente, sur les voyous qui, eux, chargés du fruit de leurs pillages, obligés de constamment surveiller leur "marchandise" pour empêcher celle ci de s'enfuir, étaient ainsi forcés à adopter un rythme plus lent, qui permettrait, sans aucun doute, aux vengeurs, de rattraper ces chiures de fond de latrines malgré l'avance de ces dernières.
Peut être qu'au coucher de soleil les poursuivants auraient progressé assez loin pour enfin rattraper les foutus esclavagistes et leurs rapines, bien que la présence de chariots tirés par des chevaux inquiète Yan Xishan.
Selon les dires d'un des trappeurs, il y avait au moins trois chariots tirés par des animaux. Sans doute que leurs récoltes étaient transportées à bord de ceux ci. Pas de cadavres le long de la route non plus, ce qui était plutôt bon signe.
Non, ce qui l'inquiétait c'était que des gens, assez aisés pour disposer de chariots, et assez intelligents pour user de ceux ci pour voler leurs récoltes plutôt que d'incendier celles ci dans le grenier, ça ne courait pas les campagnes.

Du peu du bagou qu'il avait pu tirer des hommes de l’écorcheur, lors de leurs détestables séjours dans son village, la possession de montures était l'apanage des grandes caravanes, des puissantes organisations, là où l'écorcheur lui même avait à sa disposition un unique cheval et le reste de son entreprise dépendant de mules.
Que des esclavagistes aient pareil capital en leur possession.... Ou bien il s'agissait d'une puissante entreprise, ou bien ceux ci avaient un sponsor. Un patron pour les soutenir. Assez puissant, et confiant, pour leur confier de nombreuses montures et plusieurs chariots...
Il y avait plus à voir que de simples esclavagistes.... Mais il était hélas ignorant des puissances environnantes, celles ci ne marchant dans le pré-carré de l'écorcheur, par crainte tant que par intérêt, celui ci étant un personnage à se méfier, mais également d'une grande utilité, pour faire affaires ou la guerre. Ses services étaient recherchés. Son amitié était précieuse. Et son "domaine" respecté.
Les quelques malheureux qui avaient essayés de sortir de l'aire où les villages étaient clôturés avaient été livrés à l'écorcheur par ses "clients" et essuyés d'horribles tortures.
De même, quiconque accordant hospitalité à un étranger, n'étant pas du groupe de l'écorcheur, était livré au bourreau. Car il testait de temps en temps leur "loyauté", par de faux voyageurs et faux marchands étrangers, en réalité agents du brigand.
Là aussi, ils avaient marchés avant d'apprendre de leurs erreurs, avant de se mettre à chasser par jets de pierres tout étranger n'étant pas affilié au brigand.
Foutu connard...
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Après plusieurs heures de marche, sous le soleil éclatant de l'été, à errer dans les plaines nues et les collines desséchées des frontalières, à suer sous la chaleur sans lâcher mot de plainte, à continuer à progresser même après le coucher de soleil, même après que la nuit se soit imposée sur le monde, les fils - et filles - du dragon poursuivant leur traque, malgré les ténèbres épaisses de la nuit dans lesquelles ils s'enfonçaient, sans torches ni lampes, où ils ne se repéraient que bon gré mal gré à l'aide des croissants des lunes maudites, et de la lumière des étoiles du firmament, par moments bloquée par quelques nuages s'interposant entre les vengeurs terrestres et la voute céleste, finirent par émerger de la noirceur de la nuit, un cratère de lumières au lointain leur indiquant la présence honnie des esclavagistes, installés dans une cuvette, entre quelques collines aux alentours de la piste poussiéreuse, ancienne route de pierres, désormais tombée en désuétude suite à l'absence d'entretien régulier depuis plusieurs siècles.

Faisant signe, dans la nuit noire, aux vengeurs alentours, de stopper la marche, il attendit de voir revenir vers eux les trappeurs, partis en éclaireurs.
Dans le laps de temps où ceux ci vinrent les rejoindre, il eut l'éclat d'intelligence d'ordonner au reste de ses compagnons de salir de terre et de boue les extrémités de leurs piques, afin d'en atténuer l'éclat, et d'agir de même pour ce qu'il en était des casques et autres protections. On ne pouvait prendre le risque de sa trahir à cause d'un éclat de lumière entraperçu par quelques sentinelles.
Tith-Onaka soit loué, de l'avoir doté d'yeux, et de remarquer son cousin qui qui s'assurait d'avoir correctement sa lame dissimulée dans son fourreau.

Une autre idée à l'esprit, il ordonna également à ses hommes - et femmes - de se peindre le visage de la poussière de la piste, afin de leur donner un aspect plus effrayant dans la nuit. Dans l'éventualité où ils échoueraient à prendre par surprise dans leur sommeil les esclavagistes, l'aspect effrayant de leurs adversaires parviendrait peut être à paralyser de peur ceux ci, ou les pousser à fuir plutôt que combattre... On pouvait rêver après tout.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Les équipements teintés, les peaux "peintes", les irréguliers purent accéder aux informations délivrées par les trappeurs.
Ainsi les esclavagistes avaient ils postés deux sentinelles dans les collines. Peu attentives, celles ci s'étaient faites repérer par les éclaireurs avant que ces derniers ne trahissent leur présence. Mais si une troupe d'une quinzaine d'hommes et de femmes venait à emprunter la piste sous leurs yeux, pas de doute que ces gens là sonneraient de leur cors l'alerte.
Il convenait donc de les contourner ou les égorger. Par chance, les gugusses avaient les yeux davantage rivés vers le feu de leur campement que vers la route. Il était donc possible de leur tomber dessus en silence et leur régler leur compte. Toujours ça de fait. Une proposition avec laquelle Yan Xishan agréa.

Les trappeurs, de leurs arcs, pourraient ainsi zigouiller discrètement les lanceurs d'alerte, tandis que deux à trois courageux - et discrets - fils du dragon iraient leur régler leur compte.
Qui avait des couteaux, outils adaptés à la tâche ? Les trappeurs. Les mêmes qui étaient armés d'arcs. Pas de chance, il allait falloir trouver quelqu'un d'autre pour le boulot.
Long Yun était de ces volontaires, armé lui même d'un katana qu'il espérait planter d'estoc dans la bidasse de ces guetteurs. Lui même, pour faire bonne mesure, se porta volontaire, ainsi qu'un troisième larron.

Faisant signe au reste du groupe de patienter au pied des collines, il enjoignit le pas des éclaireurs, marchant dans leurs pas, jusqu'à ce que ceux ci ne leur face signe de se baisser, puis de ramper, jusqu'à avoir une vue sur les environs, au sommet d'une des collines.
De ce point de vue, en habituant ses yeux à l'obscurité, forçant ceux ci à se détourner de la lueur des feux du campement plus loin, ou pouvait distinguer quelques deux silhouettes, dissimulées de la route par un petit amas de rochers. Rien de bien sérieux mais assez pour être caché de l’œil d'individus se déplaçant plus bas. D'ailleurs, à la position assise de l'un des deux hommes, Yan Xishan soupçonnait que celui ci soit assoupit.

Faisant un signe de tête aux trappeurs, il se recula pour aller voir ses deux compères, tandis que lui même et ses deux compagnons entreprirent de faire une boucle pour arriver au même niveau de dénivelé que les hommes qu'ils allaient tuer, de manière à leur tomber dans le dos.

La bouche sèche, nerveux, il ouvrait la marche, une main sur son épée, l'autre sur sa rondache, ayant laissé la lance avec le groupe, arme étant peu pratique pour le genre d'action qu'il allait mener.
A une vingtaine de mètres des deux silhouettes, encore dissimulé dans l'ombre de la colline, il jeta un œil sur les hauteurs, pour distinguer les deux archers plus hauts, à genoux, les mains prises par des flèches à moitié encochées, attendant que les hommes en bas se soient rapprochés pour lâcher leurs traits. Dans l'éventualité où les deux chasseurs manquait son coup, les fantassins tomberaient sur les cibles dans la seconde. Mais si tout se passait bien, ils n'auraient qu'à courir pour tuer un seul homme. Assoupi s'il en est. Un jeu d'enfant. Non ?

Ou du moins était ce le plan.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Yan Xishan progressa en silence vers les sentinelles, prenant son mal en patience, tuant dans l’œuf cette envie folle de courir et de crier pour attaquer les sentinelles.
Lorsque finalement les archers décochèrent leurs flèches sur la sentinelle debout, alors à ce moment là le cathayen laissa son cœur s’exprimer et chargea à toute vitesse sur la sentinelle survivante, celle qu’il supposait assoupie, pour lui planter son épée dans la bidasse avant que le bruit de son copain, s’écrasant au sol, ne le réveille.
Dans ce court laps de temps où il progressa et arriva au-dessus de l’adversaire, Yan Xishan fut assailli de traîtresses pensées. Cet homme était humain. Il avait des amis. Des parents. Peut être même une femme, et des enfants. Il s’apprêtait à leur voler ceci. À le leur prendre définitivement. Méritaient ils cela ? Avait il le droit de prendre la vie de cet homme ? Ne pouvaient ils pas tout simplement vivre, et cultiver ensemble la terre en paix ?
Puis il se remémora son aimée, morte dans ses bras, décédée, tuée, assassinée par leur faute. Et sa fille, entre leurs mains, monstrueuses mains, souffrant les mêmes sévices que sa génitrice.

Non.

Ils ne méritaient pas sa pitié. Ils ne méritaient aucune pitié.

Il enfonça sa lame dans le corps…. Et fut prit de dégoût. La sensation perçue, lorsque son katana entra dans la chair de l’homme, une étrange sensation traversa au moment même Yan Xishan, le stoppant dans son action, puis de se faire bousculer par son cousin qui lui aussi enferra l’homme d’un coup dans l’estomac, terminant la vie de celui ci, et leurs deux autres compagnons de s’acharner sur le corps de l’autre sentinelle, au dos décoré de l’empenne de deux flèches.

Il ne pouvait se défaire de cette impression qui l’avait paralysé. Et il ne l’oublierait sans doute jamais. Faisant ramener les corps vers le reste du groupe, il ordonna aux vengeurs de planter leur armes dans les corps, afin que ceux ci puissent dépasser la surprise qui l’avait saisit lorsqu’il avait ôté sa vie à sa victime.

Car ce genre d’hésitation, de blocage, de moment, était le genre de chose à vous tuer un homme dans le cœur de l’action. Et Tith-Onaka, le dieu guerrier, savait à quel point ils allaient avoir de l’action…
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Dépouillant les corps de leur équipement et de tout ce qu’ils pouvaient avoir sur eux, Yan Xishan réparti les dagues, casques et bottes à ses compatriotes, ne gardant pour lui, pour l’instant, que les quelques trois piécettes d’or que ceux ci avaient dans leurs poches.
Une fois fait, il envoya à nouveau les trappeurs jouer les éclaireurs en direction du campement des esclavagistes. Installés dans une cuvette, ceux ci seraient aisés à observer en toute discrétion, à compter, surveiller… Et surprendre.
Il y avait moyen de leur tomber dessus à toute vitesse… Ou en toute discrétion.

Les coureurs des bois leur firent un rapide descriptif du lieu. Pas repérés, ils avaient pu compter les saligauds. Une quarantaine de ceux ci, dont une trentaine semblant servir d’escorte, le reste étant des gardes chiourmes, scribes ou simplement guerriers posés au calme.
Et effectivement ces bâtards étaient au calme, une grande partie d’entre eux s’en donnant même à cœur joie avec leur alcool de riz, dérobé de leur grenier pour les préparations du solstice d’été.

Qu’on les laisse comme ça et ils seront coplètement saoul à minuit. Saouls et prêts pour se faire égorger comme des porcs.
Mais il était inquiet par le fait que certains parmi les esclavagistes ne s’en donnent pas autant à cœur joie dans l’alcool que les autres. Peut être était-ce là le noyau dur de leur expédition ? Sans doute, au vu de la manière qu’ils avaient de surveiller leurs hommes, et les captifs. Comme ces trois là qui passèrent à tabac l’un de leurs mercenaires qui, imbibé d’alcool, en était venu aux moins avec une captive. Sans l’intervention de ceux ci, elle aurait perdue sa virginité. Ce qui énerva davantage Yan Xishan.
Ces ordures indignes devaient certainement prévoir de vendre à grand prix leurs filles à quelques bordels. Les hommes de l’écorcheur faisaient grand cas des ‘‘prises’’ qui n’avaient pas été souillées, comme étant de grande valeur pour ces établissements méprisables.

Reculant en rampant, Yan Xishan quitta son poste d’observation pour laisser les trappeurs à leur observation du camp, préférant attendre avec le reste des combattants dans la nuit noire, que la ‘‘fête’’ en bas batte davantage de son plein, et que les esclavagistes soient plus aisés à maîtriser.
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Avatar du membre
Yan Xishan
PJ
Messages : 17
Profil : FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_yan_xishan
Autres comptes : Martin, Alicia

Re: [Yan Xishan] Le triomphe de la volonté

Message par Yan Xishan »

Ils avaient deux sentinelles d'égorgées. Les esclavagistes étaient supérieurs en nombre aux combattants que Yan Xishan avait pu réunir. Et certainement mieux armés et expérimentés qu'eux. Cinq d'entre eux semblaient particulièrement inquiétants, du fait qu'ils maintenaient leur discipline encore durant la nuit.

Néanmoins, les fils et filles du dragon avaient pour eux l'avantage d'être en capacité d'attaquer en force, avec véhémence, un adversaire fatigué, au repos, voir au sommeil, en état d'ébriété, et qui craquerait rapidement sous le coup du stress lorsqu'il se réveillerait en sursaut en pleine nuit, pour réaliser que ses compagnons s'étaient fait égorger dans leur sommeil.
Le problème consistait à massacrer ces gens assez vite et silencieusement. Or, nul parmi eux n'avait ce genre de compétences.

Donc descendre les pentes de la colline en silence pour infiltrer le camp... Non. Trop risqué et hasardeux. Il allait devoir penser à autre chose. Peut être se vêtir des habits des gardes précédemment vaincus pour s'infiltrer dans le camp et... Et puis quoi ? Les tuer un à un ? Avec le couvert de la nuit, la boisson et la fatigue, ils pourraient abuser les hommes en se faisant passer pour les camarades, tant que ceux ci ne faisaient pas attention aux détails... Mais ensuite ? Déambuler dans l'espace, empoisonner leurs vivres ? Beaucoup trop risqué. Si l'on venait à empoisonner les vivres et que celles ci étaient données aux captifs... Ils tueraient les leurs. Non. Cette idée était à rejeter... Mais elle avait en elle même les graines d'un plan qui pouvait fonctionner.

Les captifs n'avaient pas d'alcool. C'était donc là qu'il fallait frapper. Empoisonner l'alcool des esclavagistes. Empoisonner les barriques, les réserves... Oui. Il tenait un truc. Il convenait juste de trouver avec quoi empoisonner ces vermines.

Yan Xishan pouvait bien penser à divers plantes toxiques qu'il avait appris à reconnaître au gré de ses années dans les forêts et bosquets de la région, à certains champignons à l'effet dévastateur... Mais il avait besoin de quelque chose de différent. Un poison fort, mais pas forcément rapide. Qui mettrait quelques minutes avant d'agir....

Il y avait un poison qui ferait des ravages en cuisine. C'était l'amanite phalloïde. Néanmoins, allez donc dissimuler celle ci dans de l'alcool.... Non. Des herbes conviendraient mieux. En faisant macérer celles ci dans de l'alcool, la toxicité de celles ci pourraient venir à bout des foutus esclavagistes... Peut être ? Oui. Certainement.

Exposant son plan d'empoisonner l'alcool dans les bagages des brigands, Yan Xishan demanda à ses compagnons de chercher dans la nuit quelques herbes dont il leur décrivit l'apparence et les effets. Les chasseurs resteraient sur place, pour larder de flèches quelque relève que ce soit, tandis qu'une dizaine d'entre eux vadrouillerait dans les environs pour rechercher les herbes dont il leur fournit la description : une grande plante, de un à deux mètres de haut, aux tiges glabres, mais couvertes d'une couche cireuse, légèrement poudreuse, bleuâtre, creuses, cannelées, très rameuses, tachetées de rouge-pourpre notamment dans la partie inférieure. Les tiges se prolongent par une racine principale pivotante.
Les feuilles étaient alternes, molles, à limbe grossièrement triangulaire, très découpées et divisées. Également glauques, elles atteignaient jusqu'à 50 cm de longueur sur 40 de large. Et le plant était doté de fruits, des noix de sphériques, de la taille de l'ongle du petit doigt, ou moins.
Enfin, la plante dégageait une odeur désagréable, pouvant rappeler de l'urine de souris ou de chat, surtout quand elle était froissée.

C'était cette plante, poison parmi les poisons, qui servirait à mettre à mort les brigands par empoisonnement, dans leur alcool...
Si un est supérieur à d'autres, alors il doit protéger ceux lui étant inférieur. Et si un est inférieur, alors il doit uniquement s'acquitter de sa tâche diligemment. Le rang ne fait pas l'individu, mais les individus font leur rang.
Ceux qui changent selon leur rang sont de petits hommes. A l'inverse, ceux qui s'acquittent de leur tâche - qu'elle soit aisée ou difficile - diligemment, peu importe leur rang, sont ceux qui sont nommés "nobles". Pour parvenir à un but, il n'y a pas une méthode mais plus de dix.
FOR 9 / END 8 / HAB 8 / CHA 10 / INT 11 / INI 9 / ATT 9 / PAR 9 / TIR 8 / NA 1 / 65PV

Répondre

Retourner vers « Les Principautés Frontalières »