[Aranan] Fatalité

Un des royaumes les plus au nord d'Ulthuan. Il est en guerre quasi perpétuelle contre les Elfes Noirs, dont les navires harcèlent les côtes et effectuent parfois des raides dans les terres boisées qui couvrent cette région.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - RP
Messages : 929

[Aranan] Fatalité

Message par [MJ] Le Grand Duc » 12 août 2018, 14:19

Image
Magister Philodante [Assistant MJ]



Image
"Que d'Asur avant moi n'ont-ils rêvé d'arracher notre histoire à sa lourde fatalité du sacrifice ?"
Aranan de Cothique

Ulthuan, année 2529 du calendrier impérial.
Depuis la sombre époque de la Déchirure, la culture des Hauts Elfes a évité sa sombre nature en mettant l’accent sur des traits comme la noblesse et la pureté. Mais aujourd'hui encore, ces valeurs sont menacées de toute part.
Isha reste muette devant les problèmes de fertilité de son peuple.
Certaines flammes des temples mineurs d'Asuryan s'éteignent sans qu'elles ne puissent être rallumées...
Les raids de leurs sombre cousins atteignent leur paroxysme et cette multitude ne pouvait présager qu'une seule chose : les ruines de Tor Anlec ont été une nouvelle fois reconquises.
Lorsqu'un guerrier fantôme se présenta enfin à la cour du Roi Phénix pour y détailler l'activité des druchii dans le pays des ombres, Finubar avait déjà convoqué les neufs princes des différents royaumes d'Utlhuan pour organiser les défenses et préparer l'assaut de l'avant-poste avant qu'il ne devienne un véritable bastion qui ne serait récupérable qu'au prix d'un lourd sacrifice.
Malheureusement, le prince Elarion de Cothique ainsi que sa garde rapprochée d'heaumes d'argent ne rejoignirent jamais Tor Koruali. L’instabilité des îles mouvantes ainsi que la présence importante de corsaires elfes noirs avaient conduit le prince à privilégier la voie terrestre jusqu’à Tor Yvresse avant de prendre le large en direction de Lothern en compagnie du prince Eltharion le sinistre. Bien que le voyage du retour se passa s’en encombre jusqu’en Yvresse, le prince et sa noble garde n'atteignirent jamais leur royaume…
Comme le veut la loi, Cothique ne peut rester plus de cinq jours sans prince, surtout en cette situation de crise où les différents royaumes doivent agir en une synergie parfaite. Passé ce délai, le sénat de Tor Koruali élira un nouveau prince qui devra aussitôt joindre ses armées à celle de Chrace et d’Yvresse afin d’assiéger les ruines de Tor Anlec.


Image


Vitellion pénétra silencieusement dans le bureau familial, portant une cruche de cydith sur un plateau d’argent serti d’or dont l’usure témoigne d’une manufacture modeste. Habillé d’une simple toge sans la moindre broderie, il émanait de lui un aura de simplicité l’identifiant comme un elfe se souciant peu du regard des autres, ce qui est appréciable, car rares sont les Asur à ne pas aimer être admiré.
Sa discrétion était telle que plus d’une fois, Aranan s’était demandé s’il ne partageait pas la demeure en compagnie d’un fantôme.
La pièce était relativement grande et spacieuse - sans doute la plus importante du vieux manoir - mais elle n’était que partiellement occupé par du mobilier ce qui imposait immédiatement à l’esprit une impression de vide. Cela aurait paru inconvenant à la plupart des nobles d’Utlhuan, mais la famille d’Aranan était loin d’être comme la plupart des familles de la noblesse
Elle avait reçu cette vaste résidence inoccupée depuis des siècles pour "service rendu au royaume". Et plus que tout autre bâtiment de Cothique, les sentiments de richesse passée et de gloire oubliée sont omniprésents. La structure est, certes, imposante, prestigieuse et d’une architecture dont les détails échapperaient au plus avisé des humains, mais l’absence d’entretien mêlé à la lueur terne du ciel imprègnent le manoir de regrets mélancoliques, rappelant constamment à qui l’aurait oublié, que le présent ne sera plus jamais à la hauteur du passé.
Le vieil elfe déposa le plateau et entreprit de servir le vin dans un verre en cristal. Il effectua cette tâche avec une aisance parfaite, témoignant des décennies de pratique versées dans l’art de l’intendance.
Il tourna ensuite le dos au maître des lieux puis se dirigea vers la sortie de la pièce.
Mais au moment précis où Vitellion allait s’effacer dans les couloirs sinueux du manoir, il s’arrêta et sans même se retourner, interpella Aranan :
J’imagine que vous n’êtes toujours pas revenu sur votre décision ?
Sa voix n’était pas très mélodieuse pour un elfe, elle était même quelque peu enrouée. Néanmoins, elle était empreinte de la sagesse qu’on s’attendait à percevoir d’un être ayant vu autant de siècles s’écouler. Même si Aranan ne pouvait s’empêcher d’y voir également une certaine tristesse ou lassitude de l’existence.

L’intendant poursuivit :
Cette entreprise recèle bien trop de périls. Vous n’avez même pas fêté votre dixième décennie. Laissez cette battue aux membres de la noblesse désireux d’accroître leur influence politique.
Votre père a déjà pris la décision discutable de quitter le royaume, et seul le temps nous dira s’il refoulera un jour le sol d’Ulthuan.
Qu’adviendra-t-il de votre titre de noblesse s’il vous arrivait malheur ? Y avez-vous songé un seul instant ? Vous n’avez ni frère ni sœur et aucun héritier. Pensez-vous rendre service à votre peuple en vous mettant en danger de la sorte ?
Il y a un temps pour tout dans la vie d’un Asur. Ne courrait pas bêtement après la gloire tel un nain après son or.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Aranan
PJ
Messages : 5

Re: [Aranan] Fatalité

Message par Aranan » 16 août 2018, 23:39

« ... Et ce fut à partir de ce moment là, que je compris la nécessité de partir d'ici. Peut-être trouverons-nous un jour l'absolution de tous nos maux. Mais pour le moment, je me dois de me concentrer sur ma tâche. Quel noble suis-je ? Un bavard éloquent ? Un prince en devenir ? Qui suis-je réellement si ce n'est une petite créature animée par un désir ardent de rendre son monde meilleur. Mais penser cela me rend-il forcément bon ? » notait Aranan dans son journal à la lumière vacillante des bougies.

L'Elfe était tellement concentré à écrire ses pensées qu'il n'avait pas fait attention à son intendant qui était rentré dans la pièce. Cette pièce était particulièrement sobre : pas de tapisseries, pas de dorures, très peu d'argenteries et seulement une fresque entourant la pièce, recensant des combats de jadis, aujourd'hui oublié. Enfin, une petite bibliothèque avait été installée par et pour Aranan dans le cadre de certaines recherches. La lumière était faible et grisonnante car dehors il faisait brumeux, et le son doux de la bruine sur les vitres résonnait légèrement.

Pour une demeure de noble, il n'y avait rien de spectaculaire. Pas de fontaine, pas de bassin, pas de musique, seulement un petit manoir aux pièces trop petites pour accueillir de grandes festivités. C’était simple, mais cela ne gênait en rien son propriétaire.

Aranan continuait donc d’écrire et d’écrire. Il avait fait son choix intérieurement et il en avait peu parlé avec son intendant avec qui il avait pris l’habitude de manger ensemble par moment. Pour lui, le choix était clair, mais son intendant, ne semblait pas vraiment le comprendre.

Vitellion ne pouvait s’empêcher de tenir sa langue et il exposa, une fois de plus, sa vision des choses. Aranan lui répondit en levant la tête de son journal.

« Vitellion… vous avez été recruté pour votre aptitude à servir le maître de maison, non pour vos conseils. J’avais quatre choix disponibles et j’ai choisi le moins évident, en cela je suis d’accord avec vous. Mais que voulez-vous que je fasse ? Me rendre à la Cour ? Cela serait du pur suicide. Non seulement je n’ai aucun poids politique pour me faire entendre, mais en plus, je n’ai aucune influence sur la Cour. Tout au plus, j’obtiendrai mon rendez-vous avec le Roi Phénix d’ici plusieurs années… »


Aranan fit une pause et se leva de son siège pour faire face à l’intendant. Il réfréna la colère qui était en train de monter en lui : cela n’aurait servi à rien de s’énerver, et il le savait.

« Vous êtes presque un ami pour moi, et je vous suis absolument reconnaissant des avis que vous donnez et de vos craintes que vous accordez envers la survie de cette maison. Mais il faut être réaliste Vitellion. J’aurai pu rechercher mes amis, mais j’ai très peu d’expérience militaire, le moindre démon me découperait en deux » dit Aranan en levant un bras au ciel.


Il baissa la tête, l’air abattu et désespéré, et se dirigea vers la fenêtre en forme d’ogive, derrière le bureau. Il reprit après une profonde inspiration.

« Quant aux mages de Saphery… ils ont un mépris plus grand que deux Cours de Lothern réunies, surtout envers les non initiés à la magie comme moi. Je ne me suis jamais intéressé à la magie, cela n’ennuie au plus haut point. Je serai absolument inutile si je souhaitais aider ces mages. J’ai une dette envers le prince de Cothique, bien sûr, mais… ».


Aranan ne sut aller plus avant. Il inspira à nouveau en croisant ses mains derrière son dos, il dit :

« Non, il faut faire preuve de pragmatisme. Je dois me renouer avec les armes. De plus, je ne serai pas seul Vitellion, il y aura une milice et d’autres nobles. Aranan fit face à Vitellion. C’est un point très important. Avant de me familiariser avec la Cour de Lothern, je dois d’abord connaître les nobles locaux… Mais bien sûr ! C’est cela qu’il faut faire. Aranan retourna à son bureau. Former un groupe, une association, une alliance des nobles de Cothique afin que l’on puisse faire entendre nos voix à Lothern. Tout ne se fera pas du premier coup bien entendu ; nous devons d’abord voir ce qu’il se passera à la battue. Pour moi, c’est très clair Vitellion. Qui plus est, cette battue nous permettrait d'avoir peut-être un indice quant à la disparition du prince de Cothique. Après tout, peut-être que les monstres en sont-ils responsables ».


Aranan se mit devant son bureau et sembla se perdre dans ses pensées. Il plissa les yeux, un petit silence s’était installé. L’Elfe reprit :

« Mon père aurait sûrement été de votre avis. Mais c'était un aventurier-né, qui n'a jamais saisi ni même compris son rôle de noble... Il faut que je parte dès maintenant, Vitellion ».
Aranan de Cothique, Voie du Noble
Profil: For 9 | End 8 | Hab 9 | Cha 9 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 55/55

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_aranan_de_cothique


► Afficher le texte

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - RP
Messages : 929

Re: [Aranan] Fatalité

Message par [MJ] Le Grand Duc » 19 août 2018, 19:29

Image
“La fatalité, c'est l'excuse des âmes sans volonté.”
Aranan de Cothique

Les dernières paroles d'Aranan raisonnèrent dans la pièce. Prononcées d'une voix forte, elles voilaient à peine le sentiment de colère que le jeune elfe essayait noblement de dissimuler.
Un silence d'une dizaine de secondes s'en suivi, Vittelion imposa de nouveau le calme de sa voix sage :
Mes excuses, après tant de décennies, il m'arrive encore d'oublier la place que j'occupe aujourd’hui.
Je sais reconnaître une cause perdue quand j’en vois une, et je devine qu’il serait aussi vain que déplacer d’insister.
Néanmoins, sachez que je ne m’étais guère opposé à la décision de votre père à l’époque.
Je ne souhaitais simplement pas refaire la même erreur avec vous.

L’intendant marqua une courte pause puis reprit d’une voix beaucoup moins légère qu’à l’accoutumée :
J’estime qu’il est tout de même de mon devoir de vous mettre en garde de la nature des dangers qui vous attendent jeune maître, il reste quatre jours désormais avant que le sénat de Tor Koruali n’élise un nouveau prince. C’est une opportunité rare et unique dans le jeu que les nobles du royaume se plaisent à entretenir. Les monstres qui descendent des Annulii se trouvent être le dernier de vos soucis, car en politique, notre peuple se trouve n’être que peu différents des Druchii – à ces mots, Aranan ne pût masquer sa surprise. Très peu d’Asur osait faire une telle comparaison publiquement.
Vous apprendrez rapidement que l’honneur et la survie représente un dilemme fréquent dans la vie d’un elfe, et que la prédominance de l’un s’impose souvent au détriment de l’autre.
Choisissez prudemment votre entourage lors de la battue mon ami, car si vous souhaitez retrouver notre prince, cela ne sera certainement pas le cas de tous les nobles présents.
Je veillerais à ce que votre monture ainsi que vos effets personnels soient prêts demain à l’aube.
Que la grâce de Lileath vous accompagne tout au long de votre quête.
Sans attendre la moindre réponse, le vieil elfe se retira. Laissant Aranan dans un profond sentiment de colère et de perplexité.
Rapidement, il s’aperçut qu’à côté de la coupe de vin apportée par Vitellion, trôné stratégiquement une tasse de thé d’Inja aux vertus apaisantes…

Image
Lorsque l’aurore apparut, Aranan était déjà en chemin vers le lieu de rendez-vous, longeant les sentiers sécurisés qui bordaient la forêt de Cothique. Il mettrait plusieurs heures à cheval avant d’arriver à destination, ce qui lui laissait le temps de réfléchir.
Vitellion ne fut pas présent au matin pour lui souhaiter bonne route, la discussion d’hier faisait office d’un au revoir se suffisant à elle-même aux yeux de l’intendant. Quoiqu’il en soit, tout avait été impeccablement préparé.
Perdu dans ses pensées, il mit quelques secondes avant d’apercevoir le petit campement composé d’une dizaine de tentes qui se dressait à cent mètres de lui. Connaissant la géographie de son royaume, il savait qu’il se trouvait non loin de la frontière avec Yvresse. C’est là que la forêt était la moins abondante et où les Annulii dominaient le plus le paysage du fait de leur proximité avec la côte.
Un cavalier s’approcha de lui, portant fièrement l’étendard au poisson volant de Cothique. La splendeur du casque en Ithilmar ne laissait aucun doute quant au rang de l’elfe qui s’arrêta à quelques pas d’Aranan.

L’heaume d’argent parla d’une voix claire mais autoritaires. Ses mots étaient simples et concis, rien d’étonnant venant d’un noble consacrant sa vie à l’armée :
Halte-là voyageur ! Présentez-vous et annoncez la raison de votre venue !
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Aranan
PJ
Messages : 5

Re: [Aranan] Fatalité

Message par Aranan » 21 août 2018, 17:20

Aranan écoutait sagement les dernières paroles de son intendant. Quelle impudence il avait de considérer ainsi la décision de son maître ! Vitellion avait de quoi être détestable par moment. Il devait faire partie de cette catégorie de personnes qui ont « loupé » leur vie ; il aurait eu sa place dans un sénat, à déclamer ses diatribes. Au lieu de cela, il avait préféré la voie de la servitude. Ce genre de personnages n’était pas à blâmer pour ses choix, mais qu’il en assume les conséquences.

Mais qu’importe, Aranan s’en moquait bien, il devait agir après tout. Et ce ne fut que lorsque Vitellion quitta la pièce qu’il put retrouver enfin le calme. D’ailleurs, une tasse de thé aux senteurs orientales trônait sur le bureau et il s’en délecta rapidement.

Vitellion avait dit qu’il s’occuperait de tout, Aranan n’avait donc pas grand chose à faire. Il passa sa soirée seul, perdu dans ses pensées, à méditer sur la situation de Cothique. Par ailleurs, il n’avait pas eu envie de revoir son intendant au risque de déclencher une nouvelle rixe.

Après son menu repas, il se prit une coupe de vin qu’il dégusta dehors. La nuit était tombée depuis une bonne heure et le ciel était gris, l’atmosphère lugubre. On aurait eu peine à croire d’être en Ulthuan. L’air frais était agréable pour notre Elfe et il ne put s’empêcher de dire quelques mots, les yeux levés au ciel :

« Et toi Asuryan ? Quelle est ta position dans cette histoire ? Pourquoi es-tu si… absent face à tous nos maux ? Pourquoi nous laisser nous morfondre dans notre fatalité ? La fatalité… Une excuse, rien de plus. J’ai peine à croire qu’il y ait des adorateurs en ton nom, lorsque l’on voit la misère dans laquelle tu as laissé ton peuple. Nous sommes pourtant tes élus… ».

Serrant sa coupe de vin sans s’en rendre compte, Aranan reprit soudainement son esprit. Venait-il de… Blasphémer comme disent les Humains ? Peut-être. Il se sentait faible et démuni. Il adressa un dernier regard au ciel et s’en alla, buvant d’une seule traite son vin.

La nuit ne fut pas très apaisante. Il y eut de nombreux cauchemars et au lever, Aranan ne s’en souvenait que d’un seul. Un rêve terrifiant sur la fin du monde, la victoire des Dieux du Chaos et l’anéantissement de toute volonté de la part des peuples de ce monde. Mais il se ressaisit bien vite en se levant et considéra son cauchemar comme de la bagatelle plus qu’autre chose.
Le départ fut bien morne. Il partit seul, sans soutien de la part de son intendant. Aranan se dit que Vitellion avait dû s’engloutir tout un tonneau de thé durant la soirée pour bien s’endormir, sans avoir de soucis à se faire pour l’aventure de son maître. Aranan eut un sourire en coin… Ce Vitellion était décidément plus que téméraire. Combien de nobles l’auraient déjà dégagé face à tous ses affronts ? Ulthuan toute entière sûrement.

Mais l’intendant avait fait impeccablement son travail. Aranan avait de quoi se nourrir sur le trajet et il avait un équipement convenable pour la battue. Il se dirigea ainsi vers le sud, en direction du royaume d’Yvresse. Le soleil apparaissait de temps en temps donnait au paysage des couleurs magnifiques.

Sur la route, Aranan ne croisa personne, ce qui le fit perdre à nouveau dans ses pensées. Il se souvint de la discussion de la veille et quelque chose lui fit tilt d’un coup. Vitellion avait malhabilement assimilé les Hauts Elfes aux Elfes noirs à propos de l’amour de la politique. Aranan avait été surpris… mais à bien y réfléchir, l’amour des intrigues était un véritable fléau pour les Elfes. Seulement, notre Elfe ne se serait pas risqué à une telle comparaison : on ne rapproche pas la vertu de la décadence.

Arrivant à la frontière, il fut surpris d’être apostrophé par un heaume d’argent fort peu respectueux, qui portait la bannière de Cothique et en faisait malheureusement défaut. Aranan avait très bien compris que c’était un noble, mais il ne put s’empêcher de glisser une invective :

« Je suis Aranan, fils d’Ælias, noble de Cothique. Je viens pour la battue. Et vous, garde ? Faites-vous parti de la milice ? ».
Aranan de Cothique, Voie du Noble
Profil: For 9 | End 8 | Hab 9 | Cha 9 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 55/55

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_aranan_de_cothique


► Afficher le texte

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2018 du meilleur MJ - RP
Messages : 929

Re: [Aranan] Fatalité

Message par [MJ] Le Grand Duc » 22 août 2018, 14:51

Image
“Les elfes de Cothique savent utiliser la fatalité, comme le marin utilise le vent, quelle que soit sa direction.”
Aranan de Cothique

Jet de charisme (1d20) : 4 < 9 → 2 degrés de réussite : Aranan fait une très bonne première impression de par son attitude confiante et désinvolte.
L'heaume d'argent parut décontenancé devant l'aisance verbale et l'impassibilité de son interlocuteur, au point qu'il ne releva visiblement pas l'offense dissimulée. Il est vrai qu'Aranan devait être le premier noble à se présenter à la battue sans aucun garde personnel. Vu les dangers que recèlent les environs en ces heures sombres, une telle témérité ne peut être qu'estimée cela va s'en dire.
Pardonnez ma rudesse, Aranan, fils d’Ælias. Je vous ai pris pour un roturier de passage.
Je me présente, Altaren de la lignée d'Eldinyr, vexillaire du troisième régiment des Lances éclatantes. Je vous prie de me suivre, nous allons déposer votre monture à l'entrée du camp où elle sera prise en charge. Je vais vous mener au commandeur Félèndir qui supervise les opérations.
Sur ces mots, il fit tourner sa monture en invitant d'un signe de main le jeune elfe à le suivre. Image

Les montures furent confiées aux sentinelles. En effet, dans la tradition militaire haut-elfe, seuls le commandeur et les messagers possèdent le privilège de fouler le sol du campement sur leur coursier elfique.
Le bivouac semblait contenir une garnison bien plus importante que sa petite taille laissée deviner aux premiers abords. Le sens du détail des Asur est tel qu'il se retrouve même dans l'agencement parfait des tentes, séparées de trois mètres les unes des autres et disposées d'une manière circulaire à équidistance de la tente du commandeur, épicentre de toute la logistique militaire.
Aranan se doutait que le campement s'agrandirait au fur et à mesure que la journée avancerait. Ils dénombrait déjà de nombreux miliciens dont l’équipement conçu avant tout pour les batailles rangées avait été remplacé par de l'armement d'escarmouche. Il observa ainsi autant de lanciers que de bretteurs et les archers, quant à eux, étaient équipés d'arc court elfique, bien plus adaptés à un environnement dense tel que la forêt. Image Installé aux alentours d'un poste d'observation abandonné datant de l'âge d'or, la proximité avec les Annulii - dont les pics titanesques se perdent dans les nuages - commençait déjà à altérer la réalité.
La lisière de la forêt est partiellement dissimulée par une brume d'origine magique dont la densité n'a d'égal que son étrange scintillance. De plus, le crépuscule semblait déjà sur le point d'imposer sa pénombre alors qu'à quelques lieues de là, les rayons du soleil de midi éclairaient de mille feux les prairies où les chevaux avaient été amenés.
Aranan savait, à l’instar de n’importe quel enfant d’Asuryan, qu’Ulthuan était le point de convergence des vents magiques qui soufflaient à travers le monde depuis les désolations nordiques. Ces énergies magiques étaient attirées vers Ulthuan, comme un navire par un siphon marin, formant une espèce de vortex. Mais parfois, il lui arrive de se demander si Utlhuan ne faisait pas que stocker cette énergie à défaut de la renvoyer d’où elle vient… Dans les siècles à venir, la corruption des Annulii s'étendra-t-elle jusqu'aux rives ? Les anciens mages, en plus d'avoir sacrifié leur vie, auraient-ils également scellé le destin de leur terre ? Le savaient-ils ? Est-ce là le destin des Asur que de subir la lourde fatalité du sacrifice ?
Sur le chemin menant à la tente centrale, Altaren reprit la parole, interrompant ainsi les méditations d'Aranan sur les vicissitudes de l’existence de son peuple.
J’imagine aisément, sans prétention aucune, à quoi vous pensez. Il est parfois facile d'oublier à quel point nous vivons proches du danger... Et lorsque nous nous sommes enfin habitués à sa constante présence, que nous commençons enfin à vivre l'existence plutôt qu’à la subir, il s’impose de nouveau dans nos vies par la biais d’un événement malheureux, si je puis dire, tragique même. La disparition du prince Elarion ne pouvait pas tomber à un pire moment. La moitié des forces de Cothique sont actuellement en mer pour protéger des villes portuaires des pillards Druchii pendant que l'autre moitié se prépare à la guerre conformément au décret du Roi Phénix. Le sénat de Tor Koruali n'a alloué que quelques citoyens pour les recherches et la plupart ne sont que de jeunes elfes conscrits, quant aux nobles, c'est sur base du volontariat. La plupart étant trop occupés à s’attirer les grâces du sénat, même si notre bon prince est encore en vie, le peu de moyens dont nous disposons signe son arrêt de mort...
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Aranan
PJ
Messages : 5

Re: [Aranan] Fatalité

Message par Aranan » 26 août 2018, 12:53

Le noble fut confus et s’excusa de son approche désinvolte également. Aranan pouvait le comprendre, après tout il n’avait pas l’apparence d’un noble, mais plutôt celle d’un vagabond esseulé. Cependant, il fallait bien une exception parmi Ulthuan…

Il se présenta sous le nom d’Altaren, lointaine progéniture d’une lignée méconnue, et sembla en être fier. La bannière de Cothique qu’il tenait sous entendait Son origine devait sans doute être obscure, mais au moins il pouvait se targuer d’avoir une « lignée ». De plus, le noble faisait partis d’un détachement, le troisième des Lances éclatantes. Intéressant, c’est peut-être là qu’Aranan allait être incorporé.

Aranan inclina la tête et suivit son interlocuteur. Il ne crut pas nécessaire de répondre pour le moment, il le ferait une fois au camp.

L’arrivée au campement fut insignifiante. Il avait été installé juste à côté d’un ancien poste d’observation. Celui-ci était semblable à une flèche d’albâtre s’élevant au-dessus de la forêt environnante. Aranan et Altaren descendirent de leurs chevaux et entrèrent dans le campement.

C'était un chef d'œuvre de l’organisation des Asur ! C’était la première fois que notre Elfe rentrait dans un campement militaire. Bien qu’il ne porte pas dans son cœur la chose militaire, il reconnut que la disposition même du camp était parfaite. En trompe l’œil, le campement donné l’impression qu’il y avait peu de soldats, mais il n’en était rien ! Il y avait une foule considérable de citoyens, tous équipés pour la chasse. Tout était disposé autour de la tente du commandeur Félèndir, ce qui rendait l’orientation facile puisque tous les chemins menaient au centre du campement.

Aranan était perdu dans l’observation de la flèche. Si loin… ce passé glorieux était si loin et pourtant cette tour restait là, sise au pied des montagnes, témoin muet de la grandeur des Asur, encerclé par les créatures du Mal. Car en effet, les monstres étaient juste en face, éparpillés dans les hauteurs des Anulii.

Mais Altaren interrompit Aranan dans ses pensées et celui-ci écouta sa diatribe. Il répondit :

« Après l’âge d’or vient l’âge de fer, Altaren. Un jour nous aurons peut-être l’occasion de changer le cours de notre destinée. Notre fatalité n’a d’égal que notre grandeur. Mais nous sommes ici à présent pour défendre notre terre, comme nos héros de jadis - Aranan se mit à regarder Altaren dans les yeux. Au moins, nous pouvons mettre notre témérité à notre crédit, contrairement aux autres nobles cherchant refuge au sénat… Du moins, c’est la manière dont je vois les choses ».


Altaren dût rapidement comprendre qu’il avait affaire à un Elfe spécial. Aranan ne put s’empêcher de poser une question qui lui brûlait les lèvres :

« Vous avez fait le choix vous aussi, n’est-ce pas ? Pensez-vous avoir fait le bon ? ».

Aranan souhaitait qu’Altaren réponde à cette question parce qu’il voulait entendre ce qu’il avait à dire, et, sans doute, trouver du soutien…
Aranan de Cothique, Voie du Noble
Profil: For 9 | End 8 | Hab 9 | Cha 9 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 55/55

Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_aranan_de_cothique


► Afficher le texte

Répondre

Retourner vers « Cothique »