[Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

De sombres tunnels, investés par d'étranges créatures, de gobelins de la nuit, d'araignées géantes et de monstruosité sans nom...

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Messages : 738
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par [MJ] Le Djinn » 17 juil. 2019, 20:04

Les mines comme la citadelle de Karak Hirn étaient toujours aussi agitées. Les mineurs y frappaient la pierre avec obstination alors que les marchands nains ferraillaient pied à pied contre les débrouillards commerçants humains. Des échos semblables à des mugissements de bêtes se répercutaient dans les hauteurs des salles souterraines, portées par les cavités et les répercussions sonores caractéristiques des Voûtes. La troupe naine était épuisée, lessivée, elle n'avait pris que du mauvais repos depuis son départ et l'obstination naine montrait ses limites. Ulfig cependant leur avait promis un événement à la hauteur de leur travail accompli à tous depuis des semaines maintenant. Avant de rentrer en ville il s'éclipsa avec Moraksson, Hache-d'Argent et Tire-Lingot, leur dit quelques mots et ils quittèrent le rang la tête basse, tristes.

Il se dirigea avec ses dawis vers les quartiers des forgerons.


-"Halte! Attendez ici en rangs."

Sans dire un mot de plus il rentra seul dans une des fonderies de la ville. Celle-ci avait une façade richement décorée, parcourue de mosaïques et de scènes de vie stylisées et idéalisées. Il en ressortit une poignée de minutes plus tard, un rare sourire sur le visage lui fendant la barbe épaisse:

-"Suivez-moi!"

Dans les rangs il y eut quelques murmures, Midir suggérant:

-"Il est frappé je crois."

Varaksson reprenant:

-"La fatigue du voyage?"

Et Munsig même continua, offrant un petit tintamarre que le barbe-de-fer ne tenta même pas de faire cesser! L'arrêt suivant fût la caserne qui fît office d'arrêt. Cette fois il n'y eut pas d'halte ou de stop, chacun rentrait dans le lieu désert. Ulfig pointa deux portes, une au fond et une sur la gauche.

-"Vous allez tout droit! D'ici deux heures je veux tous vous voir dans la salle où je vais rentrer, devant moi en trois rangs de six."

La pièce était un large vestiaire où s'empilaient les armures. Deux forgerons nains avec leurs outils attendaient patiemment les nouvelles recrues et sortirent de leur tablier une petite liste.

-"Je vais vous appeler l'un après l'autre, vous viendrez récupérer votre armure de gromril et nous vérifierons ensemble les dimensions. Dans le calme s'il vous plait."

Calme qu'il était difficile d'obtenir au vu de l'excitation et des expressions ébahit qui s'affichaient sur les visages d'ordinaire sévères des dawis... Et qu'ils étaient beau ensuite dans leurs armures rutilantes, forgées dans le métal le plus dur qui soit, prêts à affronter mille périls pour prouver leur valeur! Un seul détail les choquait: où étaient les casques? Il n'y avait pas d'armure sans casque et pourtant il était absent! Les forgerons ne répondirent que par des sourires entendus et malicieux, expliquant calmement que "ça viendrait au moment venu".

Deux heures de joie et de partage fraternel plus tard ils entrèrent dans la pièce couverte de runes protectrices. C'était une salle longue et large, des statues des Ancêtres parcouraient ses murs. Une petite pile de casques en gromril attendait à côté d'Ulfig, debout et droit comme un i devant un petit autel de pierre aux couleurs de Grimnir. Quand tous furent placés il demanda à ce qu'on referme la porte et tonna:


-"Dawis, je vous ai rassemblés aujourd'hui pour vous conférer le plus grand honneur qui soit! A compter de ce jour vous servirez dans les Brises-Fer, la plus formidable organisation créée par notre puissant peuple! Je vais à présent vous appeler un par un et vous réciterez devant moi le serment de votre nouvelle vie! Si certains veulent se débiner, c'est maintenant."

Pas un ne moufta.

-"Entendu. Je suis fier de vous tous: voici donc le serment des brises-fer.

Nos ennemis avancent dans les ombres et je me tiens face à eux.
Pour chaque rancune je verserai le sang.
Pour chaque ennemi tué à la lumière j'en détruirai dix sous la terre.
Pour chaque foyer menacé j'interviendrai en bouclier.

Moi, Ulfig, je fais serment d'être un Veilleur des Ténèbres.
Jamais je ne me rendrai, jamais je ne renierai mon devoir.
Je serai le maillon dans le corselet du peuple dawi.
Je serai le gardien de nos valeurs et de nos traditions.
Je serai celui que craignent nos ennemis.

Devant les Ancêtres réunis sous mes pieds.
Devant mes frères réunis dans cette pièce.
Je prête serment d'être un brise-fer!"


Et ils passèrent tous, les uns après les autres. Varaksson, Roche-Fière, Métal-Fendu, Snorri, Munsirg, Hagin Daraksson... Et quand le serment était prêt, Ulfig leur posait un casque sur la tête et leur donnait solennellement l'accolade. C'est enfin quand chacun fût passé, que certains commençaient à pleurer de joie, d'émotion ou devant la tâche qui les attendait qu'Ulfig lança une phrase attendue, avec une joie non-dissimulée:

-"TOURNÉE GÉNÉRALE! CE SOIR TOUT EST POUR MOI!"
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Hagin Duraksson
PJ
Messages : 56
Profil : FOR 9/ END 10/ HAB 7/ CHAR 8/ INT 8/ INI 6/ ATT 10/ PAR 13/ TIR 9/ NA 1/ PV 85/85
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_hagin_duraksson
Autres comptes : Bugman, Gormil

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par Hagin Duraksson » 26 juil. 2019, 01:04

Les mines n’avaient pas changé depuis leur départ, toujours aussi agitées, on était toujours capable de dire l’heure rien qu’au son des explosions qui s’étaient, il fallait bien l’admettre, éloignées de quelques centaines de mètres depuis que l’équipée, preuve si il en fallait de la légendaire efficacité des mineurs nains. On pouvait même percevoir le brouhaha lointain venant des Vithang Khazi à l’occasion du passage occasionnel de quelque étranger, nain ou humain, invité par le roi Alrik Ranulfsson en personne à entrer dans la forteresse en franchissant les portes de fer et d’airain. Mais après cette longue marche forcée, la jeune équipée n’avait pas le cœur à en profiter, après tout même si les nains sont des êtres résistants, six jours de marche forcée sans une seule vraie nuit de repos, au mieux quatre ou cinq heures de sommeil ne pouvaient que laisser de lourdes traces de fatigue sur les apprentis brise-fers, mais après tout l’endurance viendrait avec l’expérience et le temps. À l’entrée de la ville, Ulfig prit trois d’entre eux à part du groupes et au terme de leur messe basse, Moraksson, Tire-Lingot et Hache d’Argent furent mis à l’écart et congédiés par le Barbe-de-Fer.

Les nains s’avancèrent jusqu’au quartier des fonderies et Ulfig entra, seul, pour ressortir à peine quelques minutes plus tard, sas rien. Finalement les armures ne seraient peut être pas pour aujourd’hui. Plus étrange encore, le chef de l’expédition ne fit pas le moindre effort pour réprimander les bavardages dans le groupe, bavardages qui se répandait plus vite qu’une traînée de poudre au sein de la petite colonne, qui marchait d’un bon pas vers la caserne et, avec un peu de chance, un bon repos réparateur et mérité. Mais même là, l’opportunité de se poser leur fut arrachée sans ménagement, du moins jusqu’à leur entrée dans la salle du fond. Pendant un instant, les jeunes dawis crurent avoir trépassés, d’une façon ou d’un autre, et s’être réveillés dans le royaume de Souterre, au sein de la forge de Grungni en personne. Une vingtaine d’armures de Gromril, rangées précisément et encadrées par deux forgerons aux épaules carrées et aux outils apprêtés. Les uns après les autres, les apprentis passaient, revêtus d’armures uniques, ajustées par les deux fiers dawis, qui essuyaient au passage une petite larme à chaque futur brise-fer paré de fer stellaire. Le tour d’Hagin finit par venir, vers la fin du fait du nom de son clan, mais tout vient à point à qui sait attendre. Il se défit de sa cotte de maille qui glissa au sol et s’avança, uniquement vêtu de la tunique ancestrale du puîné de son clan, s’arrêtant devant les deux forgerons, il écarta les bras, parallèles au sol. Alors les deux dawis s’avancèrent à leur tour de part et d’autre du jeune Murdacier et veillèrent à ce qu’il enfile convenablement sa nouvelle armure. D’abord il ceignit la nouvelle cotte de maille, en acier rutilante dont on distinguait à peine les rivets, pourtant bien présents, qui maintenaient fermement les anneaux entre eux. Une fois le haubert revêtu, il fixa sur ses membres inférieurs des jambières sans aucune décoration, mais dont les mensuration étaient parfaites et qui s’emboîtaient tout aussi parfaitement dans les imposants solerets qui couvraient intégralement les lourdes bottes naine de Hagin. Vint le tour du corselet, la cuirasse de gromril en elle même, puisque seul Grungni arrivait à forger ce métal si capricieux en cotte de maille. Les diverses plaques s’ajustèrent sans effort, de même que les canons et les genouillères. Il acheva son habillage en posant et fixant fermement les deux épaulières nues à l’endroit prévu. L’armure était parfaite.

Tout de gromril vêtu, le puîné des Murdaciers rutilait et rayonnait. Certes ce n’était qu’une armure sans le moindre artifice, d’une rare austérité, car les décorations et autres améliorations ne venaient qu’avec le temps, mais porter l’une de ces armures était un tel honneur. Son seul regret était que le symbole de son rang soit si lourd à porter, de la même façon que son devoir d’une certaine manière. À l’heure dite, les dix huit apprentis entrèrent dans la salle, en rangs serrés, avant de se positionner comme Ulfig leur avait ordonné. Ils prirent tous sans exception la position du guerrier au repos, les mains croisées dans le dos, fidèles et prêts aux ordres. Premier du second rang, le septième des nains en position, Hagin avait une belle vue sur l’autel de Grimnir, incrusté d’or et de cuivre, ainsi que sur les casques posés près du Barbe-de-fer. Dans cette salle close, protégée par une magie runique pluri-millénaire, sous l’oeil vigilant d’ancêtres de jadis, le fils de Durak, allait prêter son serment, honorant ainsi la longue tradition familiale. La voix d’Ulfig tonna :

-"Dawis, je vous ai rassemblés aujourd'hui pour vous conférer le plus grand honneur qui soit! A compter de ce jour vous servirez dans les Brises-Fer, la plus formidable organisation créée par notre puissant peuple! Je vais à présent vous appeler un par un et vous réciterez devant moi le serment de votre nouvelle vie! Si certains veulent se débiner, c'est maintenant."

Personne ne parla ou ne sortit, à vrai dire, pas un seul de la douzaine et demie ne bougea. Ulfig hocha la tête et les félicita avant de leur enseigner le serment des brise-fers. Dans le silence de ce hall dawi, la main posée sur l’autel de Grimnir, la voix de Peau-d'Albâtre s’éleva enfin :

Nos ennemis avancent dans les ombres et je me tiens face à eux.
Pour chaque rancune je verserai le sang.
Pour chaque ennemi tué à la lumière j'en détruirai dix sous la terre.
Pour chaque foyer menacé j'interviendrai en bouclier.

Moi, Hagin Duraksson du clan Murdacier, je fais serment d'être un Veilleur des Ténèbres.
Jamais je ne me rendrai, jamais je ne renierai mon devoir.
Je serai le maillon dans le corselet du peuple dawi.
Je serai le gardien de nos valeurs et de nos traditions.
Je serai celui que craignent nos ennemis.

Devant les Ancêtres réunis sous mes pieds.
Devant mes frères réunis dans cette pièce.
Je prête serment d'être un brise-fer!"


Le serment dans son esprit était bien plus long, car il le jurait aussi à Valaya et Grungni, au Haut-Roi Thorgrim et à tout le peuple dawi, cela ainsi que sa volonté de rétablir le Karaz Ankor dans sa splendeur de jadis. En périphérie de son champ de vision, une silhouette bleutée revêtue d’une armure hocha la tête puis disparut. Magnar Hache-Chantante avait enfin accompli son serment, son neveu appartenant désormais au corps des Brise-fers. Ulfig ceignit le jeune nain d’un casque de gromril et lui donna l’accolade. Après avoir prêté serment, il était maintenant reconnu par ses pairs. Des larmes de fierté, de joie et de tristesse mêlées roulèrent sur ses joues et coulèrent dans sa barbe brune. Pour fêter l’intronisation de tout ces Brise-fers, Ulfig sacrifia gaiement et de bon cœur à l’antique tradition :

-"TOURNÉE GÉNÉRALE! CE SOIR TOUT EST POUR MOI!"
Hagin Duraksson, Voie du défenseur des tunnels

Sans matériel, ni compétence: FOR 09/ END 11/ HAB 07/ CHAR 08/ INT 08/ INI 06/ ATT 10/ PAR 13/ TIR 08/ NA 1/ PV 85/85
Avec matériel et compétences: FOR 09/ END 11/ HAB 05/ CHAR 08/ INT 08/ INI 05/ ATT 09/ PAR 11/ TIR 08/ NA 1/ PV 85/85
Matériel de combat équipé et compétences:

-Hache équilibrée à une main: 16+1d8 dégâts ; 11 parade ; Percutante et précise.
-Bouclier en acier: 6+1d6 dégâts ; 16 parade ; Déstabilisant
-Armure de gromril: 20 points de protection sur tout le corps à l'exception de la tête. Malus de -1 INI, -2 HAB, ATT et PAR.
-Casque de gromril: 20 points de protection sur la tête. Malus de -1 INI et HAB.

-Volonté de fer: Votre personnage a une force morale bien au-dessus de la normale. Cette compétence lui permet d'augmenter sa résistance aux effets psychologiques (peur, terreur, etc.). Dans l'une de ces situations, il a un bonus de +1 sur ses tests de volonté.

-Déplacement silencieux en souterrain: Votre personnage, ajoute un bonus de +1 lorsqu'il cherche à se déplacer et réaliser des actions silencieusement.

-Résistance à la magie (1): Votre personnage est particulièrement résistant aux effets de la magie. Contre les sorts de dégâts, son endurance est multipliée par le nombre de point qu'il possède dans cette compétence. En cas de test à effectuer sous une caractéristique pour résister aux effet de la magie, il peut faire autant d'essai qu'il a de point dans cette caractéristique.

-Arme de prédilection, Hache: Votre personnage, grâce à la pratique continue d'une même arme, en a acquis une maîtrise technique telle qu'il peut ajouter un bonus de +1 en ATT lorsqu'il l'utilise en combat. Cette compétence reflète le fait que votre personnage possède une arme “préférée” qu'il utilise avant toute autre, si possible. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

-Chant Nain, Chant de Mort: Votre personnage, lorsqu'il réalise que le combat qu'il est en train de mener sera sûrement son dernier (à moins d'un miracle), entonne son chant de mort. Dès cet instant, il peut enlever 1D10 points de blessures à tous les dommages qu'il reçoit, pour représenter le fait qu'il n'en tient plus compte: la seule chose importante est de retenir l'ennemi le plus longtemps possible, et d'entrer dans la légende. Il ne peut entonner son chant qu'à partir du moment où il est réduit à 15 points de vie ou moins. Le retrait des points de dégâts ne signifie pas qu'il évite de perdre des points de vie : une attaque réussie de votre adversaire et non parée par votre personnage enlèvera toujours au moins 1 point de vie ! )

-Chirurgie: Votre personnage détient les connaissances médicales requises pour “raccommoder” des blessures ou réduire des fractures. Il connaît également les critères de risque d'infection et sait les éviter. S'il possède le matériel nécessaire, sur un test de chirurgie réussi, son diagnostic est pertinent et il peut pratiquer un geste médical adéquat.

-Vision Nocturne: Votre personnage est doué de cette faculté de voir dans l'obscurité. Cependant cette obscurité ne devra pas être totale, comme celle des profondeurs de la terre ou les des souterrains d'un château etc. (Il doit au moins exister une source de luminosité : Astres lunaires, bougie etc., Votre personnage n'est pas capable de voir dans une obscurité totale.)

-Chant de guerre nain: Votre personnage, en tant que nain, connait les nombreux chants de guerre qui honorent les hauts faits d'arme, la fierté naturelle et la bravoure du peuple nain. Cela permet à tous les nains se trouvant dans un rayon de 100 mètres de gagner un bonus de +1 en ATT tant que le chant continue.

-Parade: Votre personnage a appris comment se servir d'une arme à son plein potentiel pour réussir à parer une attaque rendant les parades bien plus efficaces. La valeur de parade des armes (bouclier compris) est ainsi doublée.
Moi, Hagin, je fais serment d'être un Veilleur des Ténèbres.

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Messages : 738
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par [MJ] Le Djinn » 28 juil. 2019, 13:59

C'était la fête! Enfin la fête tant attendue!
A la taverne du Tonneau Sans Fond, l'ambiance était éclatante! Entre les larges murs de pierre du bâtiment troglodyte une soixantaine de nabots buvaient, chantaient et dansaient joyeusement au son des instruments d'un petit orchestre improvisé qui s'était mis sur la piste surélevée. La soirée avançait et un véritable océan de bière et d'alcools divers coulait dans les gosiers des poivrots à la petite taille dont la profondeur semblait pourtant infinie! La boisson était montée au nez des plus endurants et les scènes cocasses pouvaient commencer!
Comment ne pas rire d'ailleurs devant Lotrec qui s'était jeté sur un tonnelet de vin d'Aquitanie comme un grobi sur un champignon toxique? Il fallut la force de quatre nains pour l'empêcher d'engloutir à lui seul le précieux breuvage et le forcer à partager! Midir et Varaksson, qui tournaient à l'inséparable, dansaient ensemble sur une table, bras-dessus bras-dessous, frappant des talons sur la table au rythme de la musique du moment! Ivre-mort le nouveau brise-fer Lorakirn était monté sur scène avec un tambour improvisé sur des culs de bouteilles et battait la cadence pour le groupe qui le regardait faire en riant. Ulfig lui-même riait aux éclats en discutant avec deux clients à la barbe blanche qui lui racontaient les frasques et les âneries qui se déroulaient en ville.[/i]
Test de résistance à l'alcool: 12, échec.
Puis vint le temps tant attendu des chansons! Celui que tous les taverniers, tous les aubergistes craignaient tant, à raison! Surtout quand les nains concernés étaient encore en armure pour la plupart! Hagin, passablement ivre, monta à la suite de Munsig et de Khoraksson qui partaient en duel de vocalise. Chacun leur tour ils devaient faire monter leur voix le plus haut possible, de la façon la plus gutturale également afin d'imiter le cri d'un orc. Evidemment tous les clients frappaient le rythme avec leurs chopes sur les solides tables afin d'encourager les participants! Le reste de la soirée se brouilla quelque peu pour notre héros qui éclusait sa quatorzième chopine de boisson, notamment cette puissante brune du Nord, dont le patron assurait qu'elle était: "Aussi moelleuse que les loches d'une naine et au moins aussi nourrissante!"

Evidemment le lendemain fût compliqué, même pour des nains. La plupart se réveillèrent ou bien dans leur lit sans comprendre comment ils y étaient arrivés ou bien dans la rue où ils s'étaient effondrés comme de vulgaires poivrots. Ulfig lui-même, qui passait faire un tour d'inspection pour noter les absents, ne semblait pas au mieux de sa forme. Pour autant quand il croisait un de ses dawis éveillé il lui disait bien:

-"Dis à tes camarades de garder leur armure toute la journée, pour s'habituer et faire corriger les défauts. On part demain midi, mission urgente."

Il y aurait donc la journée pour faire les ajustements sentis durant la nuit à l'équipement de gromril. La gueule de bois serait donc passée pour certains à côté des forges et de leurs lourds coup de marteau. A voir la tête de certains, Midir par exemple, ce serait loin d'être un jour facile...
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Hagin Duraksson
PJ
Messages : 56
Profil : FOR 9/ END 10/ HAB 7/ CHAR 8/ INT 8/ INI 6/ ATT 10/ PAR 13/ TIR 9/ NA 1/ PV 85/85
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_hagin_duraksson
Autres comptes : Bugman, Gormil

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par Hagin Duraksson » 13 août 2019, 00:39

Le chemin jusqu’à la taverne fut tout de verve et de gaîté, une gaîté peu rapide à cause des armures mais plus ils se rapprochaient de la taverne plus la vitesse des nains grandissait, pas après pas. La question était de savoir si il s’agissait du début de l’habituation au poids de la lourde et belle cuirasse de gromril ou bien l’idée de se saouler jusqu’à en rouler au sol, rond comme des barriques. Toujours est-il que même si tout les jeunes dawis avaient signé pour le pire des contrats sans trembler, la noirceur de leur destin désormais inévitable sera, pour ce soir du moins, noyée dans un océan de bière et de chanson, dans une orgie de joie et de détente entre amis. La taverne du Tonneau Sans Fond était le lieu parfait pour ça, et toute la jeune équipe ainsi que leur cher, le Barbe-de-Fer Ulfig, avait grand hâte de mettre au défi un nom si prometteur, presque autant que de mettre le-dit tonneau en perce. Une fois la lourde porte de chêne et d’acier franchie, un nouveau monde s’ouvrit à eux, un monde chaleureux et lumineux, empli d’odeurs de nourriture et de chants virils et puissants. On dit que les nains ne sont pas de grands navigateurs, mais il fallait assurément le pieds marins pour survivre sur un tel océan d’alcool. Des vagues de bières écumeuses menaçaient d’engloutir la tablée, mais c’était là sans compter sur la puissance et l’obstination des nains, qui s’évertuaient autant que faire se peut à engloutir la-dite bière encore plus vite qu’elle n’arrivait sur la table, tandis que Midir et Varaksson, dans leur danse endiablée, leur envoyaient les choppes d’un coup de pied bien placé, sans en renverser une goutte bien heureusement, car cela aurait été une grave insulte pour le maître brasseur local. Il semblait néanmoins que le tapis d’écume au sol, à peine épongé par les barbes des convives ne soit manifestement pas comptabilisé dans la catégorie des outrages au maître brasseur et au fier tavernier.

Hagin ne savait pas trop si il était à son septième ou huitième tonnelet lorsque les chants commencèrent et il se joignit volontiers au groupe des chanteurs, passant vocalement à tabac les tympans de tout les êtres vivants à cents pieds à la ronde. Heureusement, pour une raison que les elgis n’avaient jamais réussi à s’expliquer, les nains adoraient les chants gutturaux beuglés par moult voix graves et rocailleuses, et dans cette salle, c’était l’avalanche. Aux chants à la gloire du Karaz Ankor succédaient les sombres chants de haine envers les ennemis des nains, avant de nouvelles envolées lyriques louant le talent du maître tavernier et de son brasseur attitré. Ensuite le concours des voix, où le jeune Murdacier finit second de la catégorie nouveau brise-fer. Le principe était simple, descendre le plus bas possible dans les graves et le fils de Durak réussi à faire vibrer et trembler la bière et les choppes, en grognant comme seul un nain pouvait le faire. Hagin commença à céder vers sa quinzième chopine, enfin la quinzième depuis qu’il avait quitté le tonnelet pour la barrique. De la suite il ne se rappelait rien, mis à par le fait qu’il avait visiblement réussi à tituber en armure jusqu’à son lit, comme quoi, la bière permettait de faire des choses surnaniques.

Le lendemain fut un peu plus dur, le jeune nain ayant la tête légèrement embrumée mais rien de trop terrible, il avait visiblement échappé à la totalité des forges de Karak Azul, ce qui n’était visiblement pas le cas de ce pauvre Midir. Il fit ses ablutions matinales et se débarbouilla un peu mais il faudrait attendre un peu pour que sa migraine passe. Pour meubler sa journée il se rendit au quartier des forges pour faire un peu améliorer son matériel, histoire d’être sûr de pouvoir survivre un jour de plus dans le Dédale. Lorsqu’il pénétra dans l’échoppe, le forgeron, un solide nain à la longue barbe grisonnante et aux mains calleuse l’accueillit joyeusement:

-« Bienvenue à mon échoppe la hache rouge et au bouclier ferme, Courte-barbe, que puis-je faire pour un nouveau brise-fer tel que toi?

- Bonjour maître nain, je souhaiterai faire améliorer ma fidèle hache que voici.

- Voilà qui me semble tout à fait faisable petit, ça te coûtera quatre pièces de bon or nain, la moitié avant le travail et la seconde après la livraison. Naturellement si le travail ne te satisfait pas, tu reprends ton or et la hache. Et t’en fais, quand tu te seras habitué à l’armure, les gens ne verront plus que tu es nouveau. »

Le forgeron partit d’un rire imposant. Hagin quant à lui paya sans rechigner, car quand un nain vous dit qu’une arme vaut tel prix, alors c’est qu’elle vaut son prix, pas un sou de cuivre de moins. Ils scellèrent leur accord par une poignée de mains et convinrent que l’arme serait prête dans l’après midi. Peau-d'Albâtre passa donc sa matinée en entraînements physiques et « intellectuels », car il n’avait pas renoncer à l’idée d’apprendre à lire, et son début d’après midi vit les dernières retouches de son armure. Enfin il put aller reprendre sa hache, celle que lui avait transmise son oncle. Elle était à la fois plus légère, plus maniable mais le tranchant avait manifestement été renforcé pour plus d’efficacité. Une arme rapide et précise, presque une excentricité pour un nain, mais cela restait une hache, sa hache...
Hagin Duraksson, Voie du défenseur des tunnels

Sans matériel, ni compétence: FOR 09/ END 11/ HAB 07/ CHAR 08/ INT 08/ INI 06/ ATT 10/ PAR 13/ TIR 08/ NA 1/ PV 85/85
Avec matériel et compétences: FOR 09/ END 11/ HAB 05/ CHAR 08/ INT 08/ INI 05/ ATT 09/ PAR 11/ TIR 08/ NA 1/ PV 85/85
Matériel de combat équipé et compétences:

-Hache équilibrée à une main: 16+1d8 dégâts ; 11 parade ; Percutante et précise.
-Bouclier en acier: 6+1d6 dégâts ; 16 parade ; Déstabilisant
-Armure de gromril: 20 points de protection sur tout le corps à l'exception de la tête. Malus de -1 INI, -2 HAB, ATT et PAR.
-Casque de gromril: 20 points de protection sur la tête. Malus de -1 INI et HAB.

-Volonté de fer: Votre personnage a une force morale bien au-dessus de la normale. Cette compétence lui permet d'augmenter sa résistance aux effets psychologiques (peur, terreur, etc.). Dans l'une de ces situations, il a un bonus de +1 sur ses tests de volonté.

-Déplacement silencieux en souterrain: Votre personnage, ajoute un bonus de +1 lorsqu'il cherche à se déplacer et réaliser des actions silencieusement.

-Résistance à la magie (1): Votre personnage est particulièrement résistant aux effets de la magie. Contre les sorts de dégâts, son endurance est multipliée par le nombre de point qu'il possède dans cette compétence. En cas de test à effectuer sous une caractéristique pour résister aux effet de la magie, il peut faire autant d'essai qu'il a de point dans cette caractéristique.

-Arme de prédilection, Hache: Votre personnage, grâce à la pratique continue d'une même arme, en a acquis une maîtrise technique telle qu'il peut ajouter un bonus de +1 en ATT lorsqu'il l'utilise en combat. Cette compétence reflète le fait que votre personnage possède une arme “préférée” qu'il utilise avant toute autre, si possible. Par contre, lorsqu'il utilise une autre arme que son arme de prédilection, il reçoit un malus de -1 en ATT et en PAR pendant les 1D3 premiers combats qu'il livrera avec cette arme, le temps qu'il s'y adapte.

-Chant Nain, Chant de Mort: Votre personnage, lorsqu'il réalise que le combat qu'il est en train de mener sera sûrement son dernier (à moins d'un miracle), entonne son chant de mort. Dès cet instant, il peut enlever 1D10 points de blessures à tous les dommages qu'il reçoit, pour représenter le fait qu'il n'en tient plus compte: la seule chose importante est de retenir l'ennemi le plus longtemps possible, et d'entrer dans la légende. Il ne peut entonner son chant qu'à partir du moment où il est réduit à 15 points de vie ou moins. Le retrait des points de dégâts ne signifie pas qu'il évite de perdre des points de vie : une attaque réussie de votre adversaire et non parée par votre personnage enlèvera toujours au moins 1 point de vie ! )

-Chirurgie: Votre personnage détient les connaissances médicales requises pour “raccommoder” des blessures ou réduire des fractures. Il connaît également les critères de risque d'infection et sait les éviter. S'il possède le matériel nécessaire, sur un test de chirurgie réussi, son diagnostic est pertinent et il peut pratiquer un geste médical adéquat.

-Vision Nocturne: Votre personnage est doué de cette faculté de voir dans l'obscurité. Cependant cette obscurité ne devra pas être totale, comme celle des profondeurs de la terre ou les des souterrains d'un château etc. (Il doit au moins exister une source de luminosité : Astres lunaires, bougie etc., Votre personnage n'est pas capable de voir dans une obscurité totale.)

-Chant de guerre nain: Votre personnage, en tant que nain, connait les nombreux chants de guerre qui honorent les hauts faits d'arme, la fierté naturelle et la bravoure du peuple nain. Cela permet à tous les nains se trouvant dans un rayon de 100 mètres de gagner un bonus de +1 en ATT tant que le chant continue.

-Parade: Votre personnage a appris comment se servir d'une arme à son plein potentiel pour réussir à parer une attaque rendant les parades bien plus efficaces. La valeur de parade des armes (bouclier compris) est ainsi doublée.
Moi, Hagin, je fais serment d'être un Veilleur des Ténèbres.

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Warfo Award 2019 du Gardien du Temple
Messages : 738
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par [MJ] Le Djinn » 20 août 2019, 23:31

Les multiples fracas qui échappaient des forges du quartier artisanal n'étaient pas pour calmer sa terrible migraine causée par l'excès de boisson de la veille. Pourtant à y revenir ces choppes n'avaient pas l'air si dangereuses que ça! Oui bien sûr il y avait eu la tournée du Verre Gargantuesque où chaque nain avait dû vider d'une traite un demi-tonneau, puis la dégustation du patron qui avait servi un élixir étonnant provenant d'un tonneau dans lequel macérait un squig… Mais sans doute le responsable du malheur était le Trophée du Soldat, un alcool de type bière brune engoncé dans un véritable coffre-fort de métal, un bijou de protection. Beau mais nécessaire, le liquide attaquant les parois sans relâche!
Bien évidemment l'ambiance était autrement plus terre à terre dans le quartier général des brises-fer: le reste de son escouade était dans le même état que lui, fixant mollement leurs bols de fèves au lard avec une expression ahurie et perdue. Même Midir, pourtant si prompt à rire un grand coup, demeurait hagard, égaré dans ses pensées embrumées.

Après le repas, les barbus se mirent d'accord pour aller "patrouiller" dans les quartiers résidentiels. Evidemment beaucoup avaient une idée derrière la tête: les femmes naines étaient bien peu nombreuses et ne sortaient habituellement pas de la citadelle, aussi si certains voulaient trouver une épouse, c'était ici ou jamais… De plus leur profession de brise-fer, si elle n'était pas connue pour donner lieu à une descendance nombreuse, assurait néanmoins un statut digne au marié.
Presque plus de force que de gré, les compagnons enjoignirent Hagin à les rejoindre dans cette folie! Et ils furent beaux en arrivant: six nains dans leurs armures de gromril rutilantes, marchant au pas cadencé à travers des rues engorgées de dawis et d'umgis qui les regardaient avec curiosité. Midir, Hagin, Munsig, Khoraksson, Taillefer et Mâchebarbe, en trois rangs de deux, lançaient aux hommes des regards orgueilleux et aux dames des œillades fières. Oui, ils avaient réussi quelque chose que peu de nains avaient réussis à faire avant eux. Quelques jeunes naines en fleur firent même de grands signes à leur encontre, notamment à Taillefer auquel une barbe légèrement grise donnait un air de sage. Bien évidemment quelques matrones et honnêtes nains bourgeois, peu satisfaits à l'idée de voir ces jeunes gaillards se donner ainsi en spectacle, firent rentrer leur descendance.

Après une heure de ce régime, il était temps pour Hagin d'aller récupérer son arme: la hache de son oncle avait été revue et retravaillée par le forgeron qui n'avait pas menti sur la qualité de son travail. Elle n'avait pas tellement changé en apparence mais sa forme avait été doucement modifiée pour être plus courbe et ainsi trancher plus efficacement, sans compter un polissage et un affûtage professionnels. Elle était meilleure que l'ancienne à tous les égards et servirait fidèlement son porteur.

Le lendemain arriva bien vite. La compagnie brise-fer se présenta devant le bâtiment principal à huit heures tapantes. Ils étaient tous là, unis dans un même idéal, les armes à la main, ayant récupéré du matériel pour plusieurs jours. Ulfig trônait devant ses dix-huit soldats, prêt à donner l'ordre:


-"Notre mission: trouver le nécromancien et le pendre par ses entrailles. En avant, marche! A la guerre, dawis!"
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Répondre

Retourner vers « Ungdrin Ankor »