[Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

De sombres tunnels, investés par d'étranges créatures, de gobelins de la nuit, d'araignées géantes et de monstruosité sans nom...

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 674
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par [MJ] Le Djinn » 09 juin 2019, 15:16

Devant les nouvelles apportées par les jeunes nains, les aînés échangèrent un regard inquiet. Finalement Ulfig fût le premier à cracher dans le feu de camp improvisé, ses sourcils broussailleux si froncés qu'ils rendaient invisibles ses yeux. Mâchant de la chique achetée aux commerçants humains de Karak Hirn, il ne trouva pas les mots que Ragnar lui par contre avait bien en tête.

-"Salopard, raclure de latrines, suceur de grobis..."

Coffre-d'Or fulminait, laissant sa hache passer d'une main à l'autre avec l'envie manifeste d'en découdre. Le barbe-de-fer croisa les bras sur son torse puissant et réfléchit à voix haute:

-"Il a dû voir que l'coin était vide et s'installer. Maintenant faut décider d'quoi faire. On peut pas le laisser prendre ses aises sur la terre d'nos ancêtres. Aujourd'hui il relève qu'des grobis, mais qui sait s'il ira pas tenter de ramener du dawi demain? Il faut qu'on aille lui régler son compte maintenant."

L'ancêtre vivant à côté de lui passait la main dans sa barbe en buvant sa bière par à-coup, cherchant une réponse dans les flammes devant lui.

-"Non. Nous allons prévenir von Paulstoffen avant."

Ulfig releva la tête d'un bond, choqué. Il s'y opposa avec d'être plus que sèchement coupé par l'instigateur de la mission.

-"Mais enfin, mon aîné, les ancêtres seuls savent ce que cet enfoiré peut faire avec les vestiges de notre peuple? La mémoire des nains pourrait être bafouée!"

-"Assez, jeune nain! Un Ami des Dawis est en surface, inconscient du danger qui se prépare! Nous avons fait serment de protéger nos amis et nous autres nains ne revenons jamais sur un serment!"

Pris au dépourvu par cet argument, Ulfig s'en retourna à un silence renfrogné.

-"Bravo pour votre petite victoire les jeunes. Allez vous reposer maintenant. Changement de la garde toutes les deux heures."

Le campement n'était pas des plus joyeux. La rumeur du nécromancien avait volé comme une traînée de cendres et les guerriers affichaient des mines sombres en pensant aux horreurs que ce monstre allait causer. Plusieurs firent d'ailleurs serment de l'égorger vivant et de le laisser se vider de son sang, pendu par les pieds, comme un porc.
Avec l'arrivée du sommeil et l'avancée de la nuit, les mauvaises pensées passèrent mais pas la vigilance. Les ténèbres étaient scrutées avec une attention redoublée à la lumière des torches et des yeux affûtés des dawis. Chacun dormait en armure avec ses armes à portée de main, certains même ne faisaient que somnoler. Heureusement les sentinelles ne virent aucun mouvement et le matin arriva sans peine ou combat.
Beaucoup de dawis furent déçus en apprenant que l'expédition continuerait sur sa lancée au lieu d'aller châtier le sorcier, mais tous en comprenaient les raisons. Il y aurait tout à fait le temps de le châtier sur le trajet du retour, avec l'aide des humains peut-être.

Il ne restait plus qu'une petite journée de marche. Ils partaient bien tôt et pourraient probablement arriver en début de soirée, si tout se déroulait comme prévu, évidemment.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Hagin Duraksson
PJ
Messages : 48
Profil : FOR 9/ END 10/ HAB 6/ CHAR 8/ INT 8/ INI 6/ ATT 10/ PAR 11/ TIR 8/ NA 1/ PV 25/75
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_hagin_duraksson
Autres comptes : Bugman, Gormil

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par Hagin Duraksson » 20 juin 2019, 22:50

« Parmi les principaux problèmes que ça soulève, il y a le fait qu’on sait pas ce que cette saloperie peut ramener à la vie et comme les squelettes ne nécessitent ni nourriture ni rie du tout en fait, le ou les nécromants pourraient tenter de nus écraser sous le poids du nombre avec des troupes littéralement infinies. »

Il y eut un long moment de silence, du moins c’est comme ça qu’Hagin et son groupe le ressentirent, ce dernier s’attendant à se faire vertement réprimander pour une quelconque raison comme le fait d’avoir tremblé face à l’ennemi, tandis que le jeune Murdacier se préparait déjà mentalement à son retour dans les corvées patates et subsistance, avant d’être inévitablement relégué à l’armurerie, comme ça avait déjà été le cas lors de sa dernière mission de reconnaissance. En même temps, force était d’admettre qu’il avait bien foiré cette expédition, c’était même surprenant qu’il ait été désigné à nouveau pour une telle tâche, vu que quasiment tout les membres de l’équipe étaient revenus blessés. L’humeur de Peau-d'Albâtre s’assombrit, tous étaient morts lors de la bataille du fort, abattus sur les remparts, taillés en pièce par la horde d’orques braillards et de gobelins piailleurs, pilleurs et voleurs, ou sauvagement assassinés lorsque les grobis enfoncèrent les portes. De la vingtaine de nains qui gardaient le fortin, seuls quatre avaient survécu et trois se trouvaient dans cette nouvelle expédition dans l’Ungdrin Ankor, comme une macabre reprise de ce qui s’était déjà produit. Tout à ses sombres pensées, et au souvenir de ses camarades tombés au champ d’honneur, condamnés à garder le royaume de Souterre où règne sans fin le dieu Gazul, il manqua le début de la diatribe vengeresse de maître Coffre-d'Or, mais il en entendit bien assez pour passer de l’albâtre à la craie. Le noble nain paré de gromril et d’airain venait à peine d’expliciter la généalogie de cette immonde petite raclure, généalogie qui impliquait visiblement plusieurs parties fines entre des elfes asthmatiques, boiteux et attardés, des skavens appréciant certaines parties des chèvres des montagnes et un gobelin crevé depuis des mois…

-"Bravo pour votre petite victoire les jeunes. Allez vous reposer maintenant. Changement de la garde toutes les deux heures."

Les jeunes courte-barbes ne se le firent pas dire deux fois et filèrent promptement, l’un d’entre eux se massant la gorge avec soulagement. Mais l’ambiance n’était plus à la joie comme au début du périple ou même à cette saine tension qui palpitait avant que le petit groupe parte en expédition. Désormais, c’était la colère qui dominait, et Hagin en était certain, cette haine du nécromant honni, de ce chien maudit cachait une peur endémique. Pas celle d’affronter des morts, car aussi terrifiante que soit cette perspective, après une ou deux escarmouches, les dawis finiraient bien par s’y habituer, non c’était celle de voir les réalisations et les dépouilles révérées de leurs ancêtres vénérés être profanées et ramenées à la vie sans pitié ni respect. Un tel blasphème était inimaginable, impardonnable et n’appelait qu’à cette seule sentence irrévocable, une mort déshonorable, portée par une vengeance inexorable.

Beaucoup de serments furent prononcés, particulièrement sanglants il fallait bien l’avouer, et moult nains regrettèrent la décision du thane de fer, celle de continuer, pour rejoindre les umgis, leurs alliés. Mais ni l’un ni l’autre ne s’excluait, car en effet, sur le chemin ce chien pourrait être trouvé, traqué et expurgé, du moins si ce n’est pas lui qui les attaquait. À vrai dire, c’est plus pour Von Paulstoffen qu’Hagin s’en faisait, après tout il n’était pas au courant de la présence de ce fils de skaven et rien n’excluait la sombre perspective que l’ami des nains et les siens soit déjà en train de grossir les rang de cet ost funèbre. Néanmoins l’équipe de reconnaissance n’aspirait qu’au repos après un bon repas et c’est autour d’une bonne bière que la soirée passa. Chacun y allait de sa petite anecdote, Taillefer évoquait la vie dans les mines, repérant à l’odeur les divers filons, ou encore comment Taillefer avait gagné son surnom en sculptant son pommeau de hache. Pendant le repas Margrim Plume-de-Fer revint tenir sa parole et continua de leur enseigner le khazalid, du moins le Klinkarhun. Parmi les exercices pratiques, les jeunes dawis durent s’entraîner à lire et écrire le runique, ce qui donna une scène assez amusante lorsque Varaksson déchiffra la sentence de Hagin, « Parlez ami et entrez » en « Parlez grobi et crevez ! », ce qui provoqua, il faut le dire, un sacré fou-rire dans le camp.

Comme de juste Hagin prit son tour de garde, lui et sa lanterne contre les ténèbres insondables et oppressantes de l’Ugdrin Ankor, mince fanal de lumière dans un milieu résolument hostile. Une triste allégorie du peuple nain, gardien de la civilisation dans un monde de plus en plus corrompu par le chaos. Enfin il y avait bien les enclumes sans honneur mais ces Asurs arrogants ne sortaient quasiment plus de leur île, alors que les nains, eux, reprenaient fièrement leur ancien domaine, mine après mine, forteresse après forteresse et sous l’égide du Haut-Roi, sous le regard d’acier du Rancunier, le Karaz Ankor inexorablement se relevait. L’équipe de la relève approchant, la lumière décupla, au point d’illuminer la grotte en entier. Oui, le Royaume Souterrain retrouverait sa grandeur d’antan et Hagin était persuadé que ce serait de son vivant. Épuisé, harassé, mais fier et indompté, il salua ses camarades de veille, avala une lampée de bière et embrassant son médaillon dédié à Grungni se coucha tout revêtu de sa cotte de maille et avec sa fidèle hache dans les mains, tandis que son bouclier lui servait d’oreiller. Au petit matin, le jeune Murdacier était frais et avant que le départ ne soit sonné, il vérifia l’état de la blessure de Munsig qui, Valaya soit louée, guérissait à vue d’oeil sans la moindre trace d’infection. Ceci fait, il prit part à la levée du camp et retrouva sa place dans la colonne, juste derrière le Barbe-de-fer et le noble ancêtre qu’ils escortaient...
Hagin Duraksson, Voie du défenseur des tunnels

Sans matériel: FOR 9/ END 10/ HAB 6/ CHAR 8/ INT 8/ INI 6/ ATT 10/ PAR 11/ TIR 8/ NA 1/ PV 75/75
Avec matériel: FOR 9/ END 10/ HAB 5/ CHAR 8/ INT 8/ INI 6/ ATT 10/ PAR 11/ TIR 8/ NA 1/ PV 75/75
Matériel de combat:

-Hache équilibrée 1 main: 16+1d8 dégâts ; 11 parade ; Percutante et précise
-Bouclier en acier: 6+1d6 dégâts ; 16 parade ; Déstabilisant
-Cotte de mailles naine: 9 protection Tout sauf tête -1 HAB
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_hagin_duraksson

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - Animation
Messages : 674
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Hagin] Il n'y a jamais eu de paix

Message par [MJ] Le Djinn » 23 juin 2019, 18:20

La progression naine fût bien moins difficile que prévu à travers les derniers souterrains. Les boyaux secondaires et les cavités béantes se multipliaient mais rien n'était en vue. Pas un squelette à l'horizon, pas un zombie. Le silence détruit par les bruits de pas d'une vingtaine de nains avançant avec détermination et haine au cœur. Les officiers ne disaient plus rien, perdus dans les questions se pressant dans leur tête, attentifs aux moindres mouvements de l'ombre. Les relations entre Ulfig et Coffre-d'Or semblaient s'être refroidies dans la nuit, sans doute à cause de leur mésentente sur la cible prioritaire. Pourtant chacun sentait que le cœur de l'ancêtre brûlait d'autant de haine que celui de n'importe quel autre nain présent, seulement il estimait que le respect des serments prévalait même sur la mémoire des morts.

Alors que la surface approchait les premiers signes de végétation furent visibles. Ca et là quelques herbes folles et des champignons poussaient sur les parois et le plafond, alimentés par l'eau dégoulinant des stalactites. Sans doute y avait-il quelques nappes phréatiques ça et là. La lumière du soleil ne tarda pas elle non plus à se faire sortir alors que le tunnel débouchait sur un trou. Une entrée secrète vers les Royaumes Nains, une brèche dans la roche aussi banale que mille autres. Mais pour qui savait ce qu'il cherchait elle aurait valu de l'or.
Plusieurs villages étaient visibles depuis le pic rocheux où les brisefers avaient émergés. Ulfig regarda la carte et compara les descriptions du lieu de rendez-vous avec ce qu'il voyait. La plupart des hameaux ne payaient pas de mines, engoncés entre les racines des monts et les forêts impériales. Seul un bourg se démarquait, surmonté par une énorme tour qui ressemblait au donjon d'un seigneur.


-"Ce doit être ça, en avant!"

L'été pointait le bout de son nez et un soleil calme réchauffait les pentes de pierre. Les nains progressaient sans peine sur la rocaille, habitués depuis leur plus tendre enfance à marcher à travers cimes et tunnels. Sur la route quelques paysans affairés aux champs les observaient avec des regards curieux. Des enfants venaient les voir de loin, jouant à celui qui osera s'approcher le plus près. A bien y regarder le village final tenait plus du camp militaire géant. De fortes palissades entouraient des tentes et des cahutes en bois renforcées de défense. Deux sentinelles en tabard rouge et armures de cuir tenaient la porte. Un dénommé Forgefer soupira, méprisant:

-"Du travail d'umgi..."

Comme leur devoir le voulait, les gardes stoppèrent l'avancée de la compagnie. Avec bien peu de conviction au demeurant, sans doute conscient que dépassés par autant de têtes leurs chances étaient plus que minces. Finalement un des deux hommes s'approcha, lissant sa moustache, pour s'adresser à ceux qui lui semblaient les chefs de la troupe.

-"Messires nains, l'accès au camp est prohibé... Je dois vous demander ce qui vous amène ici."

Coffre-d'Or ne se fit évidemment pas prier un instant.

-"J'ai avec moi un serment d'amitié avec Von Paulstoffen. Il l'a passé avec mon grand-père et je viens demander son assistance:!"

Les deux gardes échangèrent un regard et haussèrent les épaules.

-"Fort bien mais vous ne pourrez pas venir à plus de trois. Messire Von Paulstoffern l'oblige pour chaque délégation."

-"Duraksson, Varaksson, vous accompagnez Coffre-d'Or. Je reste ici avec la troupe."

C'est ainsi qu'Hagin se retrouva propulsé en garde du corps de l'ancêtre alors qu'un mercenaire armé les guidait dans le dédales de rues où des hommes en armes les observaient avec un mélange d'appréhension et de questionnement.
Un gros homme descendit du palais-forteresse surplombant le campement. Il était vêtu de riches habits et avait un ventre des plus proéminent qui faisait presque oublier son crâne chauve. Il salua bien bas.


-"Bonsoir messires. Un homme est venu me prévenir que vous me demandiez et je ne souhaitais pas vous faire attendre. Que puis-je faire pour vous?"

Coffre-d'Or parut surpris du physique de son hôte mais ne s'en offusqua pas. Après tout chacun pouvait prendre de l'embonpoint, pas vrai?

-"Je viens vous demander d'honorer vos obligations militaires en vertu du serment que vous avez passé avec mon grand-père, Molni Coffre-d'Or."

-"Pardonnez-moi mais… Je n'ai pas souvenir d''avoir fait un pacte avec les nains, quel qu'il soit!"

-"Mais... Vous êtes bien Aymeric von Paulstoffen, n'est-ce pas?"

L'humain sembla tomber des nues en entendant ce prénom.

-"Je connais Aymeric von Paulstoffen, c'est mon ancêtre mais… Il est mort il y a de cela cinq siècles!"
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Répondre

Retourner vers « Ungdrin Ankor »