[Vaalnar] Marcher au grand air

Norsca est un royaume inhospitalier composé de collines rocailleuses et de sombres forêts, hantées par les hivers interminables qui recouvrent le territoire de glace. Les dangers pour lesquels ce territoire est connu sont malheureusement bien réels. Les tribus de barbares et les adeptes du Chaos sont en effet nombreux au nord de la région, et attaquent fréquemment les régions sud de Norsca. Le plus grand des dangers reste malgré tout la présence des forces du Chaos en ces terres. Au nord, les serviteurs des pouvoirs dévastateurs ont rassemblé leurs hordes, composées de bêtes, de démons et d'Hommes du Nord. Ces ignobles armées se sont ensuite mises en route vers le sud, anéantissant au passage toutes les civilisations rencontrées sur leur chemin.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Le Faussaire
Warfo Award 2022 du meilleur membre - Développement
Warfo Award 2022 du meilleur membre - Développement
Messages : 163

[Vaalnar] Marcher au grand air

Message par [MJ] Le Faussaire »

“Les idées fixes sont comme des crampes,
...
Le meilleur remède, c'est de marcher dessus.”

Sören Kierkegaard, Journal de Salzenmund.


***

Les bruits mous sous ses pieds ne pouvaient signifier qu'une chose : La neige commençait à fondre.

Il était parti avant l'aube, à la hâte, aux premières lueurs du printemps. Pourtant, l'air était encore frais, glacial par bourrasques, et la mer était encore dure. L'océan sur sa droite était aussi opaque qu'hier, aussi rugueux et immobile qu'un fauve assoupi. En parlant de fauve, Éclat - Glóa en langue norse, mais aussi Hehku pour certains - avançait calmement, quelques pas devant lui, remuant la neige foulée par chacun de ses pas. La bête était hirsute, épaisse de corps et longue de tête, et évidemment plus proche du loup que du chien. Il avait été un chiot agile, joueur et espiègle, avant de devenir un ami féroce, hargneux et affreusement vif d'esprit. Lorsqu'il se mettait à courir, il était impossible de le suivre, si bien que lorsqu'il avait une idée en tête, il valait mieux attacher la bête ou l'attendre plutôt que d'essayer de la ratrapper.

Partout où ils regardaient, l'hiver était encore omniprésent. Les premiers signes de dégel n'étaient en effet que prometteur de ce coté du Monde, puisque les montagnes à l'Ouest retenaient toute chaleur pendant de longues semaines avant de laisser l'été s'installer. C'était ainsi depuis qu'il était né - et avant aussi. La Norsca ne connaissait pas les quatres saisons, ni même les longues périodes de floraison. Pire encore pour les Baersonling - la grande tribu qui contenait son clan et son foyer d'origine -, leur environnement gelait au grand complet, et ce à chaque hiver pendant plusieurs mois.

Ainsi, une fois de plus, il avait passé l'hiver enfermé dans un village, alternant entre les huttes de sudation, l'entretien des navires et les repas amers mais copieux. Cependant, les choses changeraient désormais. Le village était à quelques lieues derrière lui, et à moins d'un coup de chance, le vent incisif avait déjà effacé toute trace de son départ, et toute chance de retourner se coucher. Il avait senti cet appel de l'inconnu, cet insatiable envie de nouveauté qui frappe tous les jeunes hommes de son âge et de son clan, cet appétit qui les disperse aux quatre vents, les place sur des navires-serpents pour ne revenir qu'au début du gel, chargé de trésors et de trophées insolites, mais aussi d'histoires étranges, de noms et de légendes, drôles ou terrifiantes.

C'est peut-être pour cela qu'il était parti, ou pour un tas d'autres raisons. Quoiqu'il en soit, quoi qu'il en fut, il était libre à présent. Oui, libre, dans tous les sens du terme... Mais pour aller où ? Il pouvait aller où il voulait, faire ce qu'il voulait, et ce dans toutes les directions possibles. Irait-il vers l'Est, sur l'étendue de glace trouble où vivaient des monstres invisibles, ou bien sur l'autre partie de la Mer Glacée, vers le Nord, là où les vents charriaient la mort et la colère des Dieux ? Tenterait-il un passage vers l'Ouest, à travers la plaine enneigée et les rivières lointaines... Ou bien vers le Sud, en directions des montagnes inhospitalières, vers les pics escarpés où vivaient soi-disant des esprits endiablés et des rochers enragés.

Il avait l'embarras du choix. Il n'avait ni ordre, ni mission, ni supérieur hiérarchique pour le surveiller. Depuis son échappée nocturne - qui avait été plutôt facile -, il n'avait plus aucun fardeau sur les épaules. La seule chose qui lui pesait, c'était son manteau, les armes à sa ceinture, et le barda sur son dos. Les seule chose qu'il voyait, c'était les roches du bord de mer, la pâleur du ciel matinal, et les pics acérés au loin, sur le coté.

Le vent siffla deux coups, comme pour le ramener sur terre, les pieds dans la neige.

Il était seul à présent, seul avec la neige, seul avec Eclat.

Et soudain, le chien s'arrêta.

Image
<< Bah alors, qu'est-ce que tu cherches mon gars ? L'or, les femmes, le pouvoir ?
J'ai tout et plus encore dans ma baraque, viens jeter un œil !
Oh non, ce n'est pas loin, c'est au coin de la rue là-bas.
Mais attends, t'as les moyens j'espère ?

...

Oh, tu sais, on peut toujours s'arranger... >>

Avatar du membre
Vaalnar, l'Errant
PJ
Messages : 5

Re: [Vaalnar] Marcher au grand air

Message par Vaalnar, l'Errant »

Un pas après l'autre, j'avançais, le bruit de la neige enfoncée dans mon sillage.

Le vent soufflait fort, aujourd'hui. Il s'engouffrait sous les couches de vêtements, fouettant ma peau. Rien à quoi je n'eus jamais eu affaire, mais cela avait le mérite d'être notable, en un début de printemps. Il neigeait, également. Pas assez pour compenser ce qui fondrait bientôt, mais assez pour rapidement effacer mes traces de pas. Non pas que j'en eusse besoin, mais on ne sait jamais.

Mon départ s'était avéré être un jeu d'enfant, et je doutais qu'il suscita plus que quelques commentaires le lendemain. La fugue d'un jeune norse n'avait rien d'exceptionnel... d'autant que les disparations étaient monnaies courantes, en cette contrée. Surtout pour un chasseur. Ma volatilisation susciterait certainement quelque curiosité, avant d'être oubliée. Les gens vont de l'avant.

Tout comme moi, d'ailleurs, et mon fidèle Éclat. En parlant du loup, il me précédait de quelques pas, gambadant légèrement devant moi. C'était une bête formidable, et un compagnon plus formidable encore. Sans lui, les dieux seuls savent combien de fois j'aurai... Enfin, inutile d'y penser.

Soudain, il s'arrêta, me tirant hors de mes pensées. Je ne me stoppais pas pour autant, guettant son retour. Comme je m'y attendais, il me dépassa quelques instants plus tard. Je notais cependant une légère variation dans sa démarche, plus allongée qu'avant. Son cou était tendu ; la bête était aux aguets.
Cela me força quelque à peu me reconcentrer sur mon environnement : au milieu des étendues blanches, il était facile de se perdre dans ses pensées.
J'avais beau connaître le Nord, je ne devais pas relâcher ma vigilance pour autant.

Revenant pleinement à moi, il était maintenant temps de choisir ma destination. Les quatre directions me paraissaient digne d'intérêt, à part peut être le plein nord. On racontait d'étranges choses à son sujet, et personne de ma connaissance ne n'y rendait jamais. Après une très brève hésitation, je pris la décision de remettre mon choix entre les mains du hasard. Extirpant une flèche de mon carquois, je posais la pointe de sa tête contre la neige, la maintenant debout en la tenant par l'autre extrémité. Finalement, je la lâchais en tâchant de ne pas lui donner d'élan, pour ne pas fausser la résultat.

Ouest, elle tomba vers l'ouest. Vers de lointaines rivières, à ce qu'on dit. J'allais devoir le vérifier par moi même.

Ramassant mon projectile, je me remis en route, plus prudent qu'auparavant, Éclat sur mes talons.
Profil: For 8 | End 10 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_vaalnar_fengel

Avatar du membre
[MJ] Le Faussaire
Warfo Award 2022 du meilleur membre - Développement
Warfo Award 2022 du meilleur membre - Développement
Messages : 163

Re: [Vaalnar] Marcher au grand air

Message par [MJ] Le Faussaire »

Choix du joueur :

Je reste attentif durant la journée à toute opportunité me permettant de me nourrir (ex : un mammifère (qui n'est pas Éclat) qui entre dans mon champ de vision) mais je le fais en marchant. Si vers le début/milieu d'après midi je n'ai rien vu/aperçu, je me mets à chasser activement.

Aussi, quelques heures avant le coucher du soleil je me met en quête de quelque chose pouvant m'abriter la nuit, ne fut-ce que partiellement. Si je ne trouve rien, j'essaie de trouver suffisamment de bois pour faire un feu (si le biome dans lequel j'évolue est vraiment 100% de plaines j'imagine que c'est proscrit mais je l'écrit au cas où).

Test d'INT : 7, 4.

Sa décision prise, Vaalnar reprit sa route. L'avantage que l'on a lorsque l'on vit dans une contrée comme la Norsca, c'est que l'on a pas à se soucier de l'état des routes, puisqu'il n'y en a pratiquement pas. Lorsqu'il y a un tracé, c'est au meilleur un sillon, un chemin de terre ou un passage dégagé, et lorsqu'il y a de la neige, toutes ces choses disparaissent. Ainsi, le nouvel errant n'eut aucun mal à trouver sa route, puisqu'il n'avait qu'à la tracer. Il avança à bonne allure sans doute - sans mesure ni outil pour s'en assurer -, avant d'apercevoir quelque chose qui plongea au loin. Elle disparut aussitôt, avant de réapparaitre quelques minutes plus tard, à cause d'un nuage passager et gris qui révéla sa silhouette dans la neige.

A première vue, c'était une petite forme, une chose touffue, pâle et vivace. Le genre d'animal suffisamment petit pour passer inaperçu dans la plaine, et suffisamment vivace pour échapper à bon nombre de prédateurs peu lucides.
Choix du joueur : Je lance Eclat à sa poursuite pour le rabattre et le tuer d'une flèche.
Choix du joueur : Si Éclat s'arrête je m'arrête et je guette les environs
Si la cible disparaît et que Éclat continue je les suis un temps mais plus lementent, après quelques minutes je rappelle mon compagnon
Si Éclat s'arrête et que la cible disparaît, je m'arrête dépité, et choix 1, puis on repart

Test secret : 7, Eclat obéit.
Test secret : 9.

D'un seul ordre, la bête s'élance à la poursuite. D'abord à ras-terre, elle lève petit à petit le museau afin de prendre son allure habituelle, contournant petit à petit sa cible. Le trajet se révèle plus long que prévu, et Eclat rapetissa longtemps avant de bifurquer vers le dernier point d'apparition de la bête blanche - peut-être que la cible n'était pas si petite que ça ...

Soudain, elle surgit, et le chien s'élance à ses trousses. La course s'annonce courte, car très vite ils se rapprochent ... Et la fourrure blanche disparait.
Jet d'INI opposé : Résultat secret.
Test d'INT à -2 - Vaalnar : 8.

Il faut quelque pas au chien gris pour ralentir, et quelques autres pour qu'il s'arrête, cherchant du nez la créature disparue. Aux yeux de l'errant, la chose s'est volatilisée, disparue telle une ombre blanche, un instinct passager. Il reprit alors la marche, jusqu'à son compagnon qui, tout comme lui, se mit en mouvement d'un air dépité.

Le reste du jour fila sans un bruit, car lorsqu'il s'arrêta de nouveau, le soleil s'en allait derrière lui, s'effondrant sous l'horizon opaque qu'était la Mer Glacée.

Cependant, puisque le soir s'annonçait, un premier problème survint : La faim. Il avait été prudent toute la journée, guettant les actions et réactions de son compagnon canin afin de ne pas le perdre ou se mettre en danger, mais à présent, et sans doute à cause de leur échec, tous deux étaient accablés par l'appétit et le froid grandissant. De plus, comme si cela ne suffisait pas, il ne vit aucun refuge, aucune forêt, aucun abri autour de lui ou à proximité. Il était entouré d'une plaine enneigée, grumeleuse, où de longs sillons ondulaient au gré du vent sur le sol.

Coté canin, son compagnon ne présentait aucun signe de tension ou d'inquiétude. Ils étaient donc seuls, livrés à eux-même, à deux doigts d'être abandonnés par un soleil plus chaud que Vaalnar ne pourrait l'imaginer.
<< Bah alors, qu'est-ce que tu cherches mon gars ? L'or, les femmes, le pouvoir ?
J'ai tout et plus encore dans ma baraque, viens jeter un œil !
Oh non, ce n'est pas loin, c'est au coin de la rue là-bas.
Mais attends, t'as les moyens j'espère ?

...

Oh, tu sais, on peut toujours s'arranger... >>

Avatar du membre
Vaalnar, l'Errant
PJ
Messages : 5

Re: [Vaalnar] Marcher au grand air

Message par Vaalnar, l'Errant »

L'échec de la chasse encore brûlant dans mon esprit, nous nous remîmes en marche.

Que pouvait donc bien être la bestiole ?
Un lièvre ? Non, ça semblait plus gros. Un ours ? Bah, Éclat ne s'en serait jamais approché. Il devait s'agir d'autre chose ; mon imagination devait me faire défaut. J’eus beau me creuser la cervelle, aucune autre idée digne de ce nom ne me vint. Curieux, rares étaient les bêtes du coin qui manquaient à mon tableau de chasse.

Enfin, je ne m'en tins pas plus rigueur que ça; toutes les chasses n’étaient pas destinées à être fructueuses. Il valait mieux parfois se contenter d'un estomac vide que risquer de tomber dans un gouffre enfoui sous la poudreuse. D'autant que j'avais quelques jours de provisions avec moi. Rien de grandiose : un peu de fromage et de viande. Pas de quoi subsister bien longtemps, mais de quoi dépanner en attendant de trouver des terres plus fécondes.

Toujours est-il que les plaines immaculées se succédaient sans discontinuer, de même que les heures. Mes guiboles avalaient les lieues à bon train, tout frais que j'étais. Il m'arrivait cependant parfois d'interrompre ma marche pour mettre un peu de neige à fondre, la tassant dans mon outre. Portant cette dernière en bandoulière entre mon hoqueton et mon torse, la chaleur naturelle transformait peu à peu la neige propre en eau. Eau que je ne manquais pas de partager avec Éclat. Ce dernier était difficile, et rechignait à ingurgiter directement le liquide sous sa forme solide.

Lorsque la nuit tomba, j'avais dû parcourir une bonne vingtaine de lieuses, au bas mot. Pas mal, mais je n'eus pas tant de succès dans la quête d'un abri. Au cours des dernières heures, je m'étais montré particulièrement attentif, à la recherche de quoi nous abriter. Malheureusement, rien. Pas un col, un surplomb rocheux, un tronc à l'horizon. Je me résignais même à parfois m'arrêter et gratter un peu la neige, en quête de quelque petit bois pour allumer un semblant de feu. Toujours rien.

Les nuits étaient souvent rudes, en Norsca. Celle ci promettait de l'être particulièrement. Heureusement, je disposais de deux excellents coupe-froid : un épais pardessus en peau d'ours, et Éclat, ce qui n'était pas sensiblement si différent. Alors que la nuit menaçait d'engloutir le soleil, je me mis à creuser en hâte, déblayant la neige à l'aide de mon bouclier. Son énorme surface se révéla d'une efficacité redoutable : en un rien de temps j'avais dégagé une zone suffisante pour pouvoir m'asseoir relativement au sec. La terre présente sous la masse blanche était humide, mais c'était largement mieux que de ne rien faire. Finalement, je dressai rapidement des remparts neigeux : en tassant la neige aux bordures de la zone dégagée, je créai une sorte de cuve dont les bords nous protégeraient en partie des intempéries. Du moins l'espérais-je.

Enfin, je m'installai dans ma création. J'en profitais pour nous sustenter : je sortis une tranche de viande de mon sac, la donnant à mon fidèle compagnon qui s'empressa de m'en débarrasser. Cassant également un bout de fromage, je m'accordai de quoi faire taire mon estomac, mais guère plus. Ne pouvant prévoir avec certitude quand nous chasserions de quoi manger, nous rationner était obligatoire.

Notre repas terminé, je ceignis mon bouclier à mon bras gauche et posai ma hache à portée de ma main droite, avant d'inviter Éclat à se blottir contre moi. Ainsi emmitouflé dans un abri de fortune, je m'endormis tant bien que mal.
Profil: For 8 | End 10 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 9 | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_vaalnar_fengel

Avatar du membre
[MJ] Le Faussaire
Warfo Award 2022 du meilleur membre - Développement
Warfo Award 2022 du meilleur membre - Développement
Messages : 163

Re: [Vaalnar] Marcher au grand air

Message par [MJ] Le Faussaire »

Test d'END : 14, 17
Test secret - Eclat : 8.
Test d'INT : 15 puis 5.
Toutes les décisions ont été prises par le joueur.

Le nordique se réveilla en sursaut. Sans savoir pourquoi, il avait ouvert les yeux à cet instant. Il faisait froid. Son abri était à la fois sec, et trempé de toute part. Le chien se réveilla un instant plus tard, redressant sa colonne vertebrale et ses pattes d'un même mouvement. Eclat avait l'air en forme, les dents toujours aussi tranchantes que d'habitude. Cependant, lorsque Valnaar se leva et fit quelques pas pour désengourdir ses membres, des courbatures apparurent sur chacun de ses membres. De plus, bien qu'il n'ait pas l'impression d'avoir froid, il n'arrivait plus à respirer par le nez.

Après une courte inspection des lieux, et l'absence totale de cause à son réveil, le jeune Vaalnar se remet en route, sous le couvert de son pardessus rigide et glacé. Ce matin, le vent a disparu, et bien que le soleil soit présent, il ne fait pas chaud pour autant. Pire encore, la neige lissée jusqu'à l'horizon reflète le moindre rayon, éblouissant tout voyageur qui n'aurait pas de lunette adaptée. Evidemment, Vaalnar n'étant pas d'un peuple trappeur, il n'a rien pour contrer les irritants reflets du sol, et il devra se contenter de plisser les yeux, ou d'inventer une protection. Quelques heures plus tard, vers ce qui semble être la mi-journée, le terrain s'affaisse et se tord progressivement, prenant la forme de bosses et de collines enneigées. Etrangement, la neige se fait plus molle par ici, plus poudreuse, ce qui ralentit le trajet des deux vagabonds.

Cependant, une fois au sommet de cette pente, le terrain se dévoile sur des milles à la ronde, et avec lui ses occupants ... Là, quelque chose ! Une tache de nuit dans cet océan de blancheur - non, pas une, plusieurs taches. Un groupe ? Une équipe ? Une meute, ou bien un hameau ? Qu'importe, le Norse a choisi : il s'accroupit, dégaine son arc, et avance à pas de loups vers les ombres. La descente est aisée, les environs tranquilles, ... Pour un temps.

Après un lent et silencieux trajet, une forme plus précise se dessine devant lui. Une masse immobile, bigarrée, ancrée dans la neige en face de lui. A cette distance, on dirait un abri, un refuge de fortune. Plus il s'approche, et plus il pourrait y avoir de détails : peut-être des poutres, des chevaux, ou bien un étendard ou un symbole gravé quelque part. S'il se rapproche, il pourra peut-être discerner des couleurs, des tons ... Mais aussi la source de ces taches sombres. Ah, si seulement il n'avait pas si froid, et si seulement il n'avait pas si faim.

Comme si cela ne suffisait pas, Eclat commence à s'agiter, à s'impatienter. La démarche lente et prudente du vagabond ne semble plus de son avis. Voilà qu'il baille, qu'il montre les crocs, qu'il guette et qu'il secoue sa tête de part en part... Et pourtant, il n'avance pas. Peut-être qu'il sent quelque chose, lui, avec son museau pointu - ou peut-être qu'il ne sent rien, comme Vaalnar, et que cela le gêne tout autant que son maître.

Au moins, Valnaar avait une chose pour se rassurer : le vent ne s'était pas encore levé.
<< Bah alors, qu'est-ce que tu cherches mon gars ? L'or, les femmes, le pouvoir ?
J'ai tout et plus encore dans ma baraque, viens jeter un œil !
Oh non, ce n'est pas loin, c'est au coin de la rue là-bas.
Mais attends, t'as les moyens j'espère ?

...

Oh, tu sais, on peut toujours s'arranger... >>

Répondre

Retourner vers « Norsca »