[Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

La Bretonnie, c'est aussi les villes de Parravon et Gisoreux, les cités portuaires de Bordeleaux et Brionne, Quenelles et ses nombreuses chapelles à la gloire de la Dame du Lac, mais aussi le Défilé de la Hache, le lieu de passage principal à travers les montagnes qui sépare l'Empire de la Bretonnie, les forêts de Chalons et d'Arden et, pour finir, les duchés de L'Anguille, la Lyonnesse, l'Artenois, la Bastogne, l'Aquilanie et la Gasconnie.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

[Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par [MJ] Kriegsherr » 19 déc. 2015, 17:53

Un mois s’était écoulé depuis les évènements de Nuln. Un mois pendant lequel Raël Khem, le guerrier sythien, et son protégé Aziz, l’ancien gamin des rues, s’étaient dirigés de l’ancienne capitale impériale vers les terres de la Bretonnie, où ils espéraient pouvoir retrouver des trésors volés au peuple des morts.

Depuis Nuln, les deux voyageurs avaient d’abord descendu le Reik, puis avaient bifurqué à l’Ouest à hauteur d’Altdorf pour se diriger vers le défilé de la Hache, seul point de passage sûr à travers les Montagnes Grises au Sud de la trouée de Gisoreux. Ils étaient passés par la grande route, par Bögenhafen et Helmgart, puis par Montfort, en Bretonnie. Mais ils ne s’étaient pas arrêtés là. En effet, les terres montagneuses du Duché de Montfort étaient enclavées loin à l’intérieur des terres, et dans l’ensemble plutôt pauvres, même si des rumeurs sur une légendaire mine d’or circulaient dans tout le duché.

Raël prit rapidement conscience que ce n’était pas ici qu’il lui faudrait rechercher des artefacts de son pays. En se renseignant auprès des marchands de la ville, il apprit qu’orienter ses recherches vers l’Ouest de la Bretonnie serait sans doute une meilleure idée pour découvrir des reliques des déserts du Sud. On lui conseilla également de ne pas entreprendre le trajet seul ou seulement accompagné du jeune Aziz.

Une caravane de marchands que Raël ne connaissait pas, mais qui semblaient jouir d’une réputation honnête auprès de la population, se préparait justement pour partir en direction de l’Anguille, principal port de Bretonnie, situé au Nord, à l’embouchure de la Sannez. Elle envisageait de suivre la Grisemerie, puis de traverser les Sœurs Pâles et de descendre la Sannez jusqu’à leur destination.
Sinon, un groupe de mercenaires désoeuvrés flânait dans l’auberge où s’étaient arrêtés Raël et Aziz. Il ne faisait nul doute que le nouveau riche pouvait les embaucher si toutefois il le souhaitait.

Pour une fois, le maître d’armes disposait des moyens et du choix libre de sa destination.

Je te laisse :

- Faire des éventuels achats pour toi et Aziz, dans les objets qu’on peut trouver à Montfort [usuels + certains des objets humains, y compris les montures, si tu as un doute n’hésite pas à me demander] (attention je préviens qu’il vous faudra manger pendant le voyage, toi et Aziz [sauf si tu rejoins les marchands qui vous fournirons la nourriture], c’est donc à prendre en compte ;) ).
- Embaucher éventuellement des mercenaires.
- Rejoindre le convoi de marchands.
- M’indiquer ta destination et ton itinéraire, ainsi qu’éventuellement le moyen de transport s’il est autre que pédestre (tu peux prendre un chariot/diligence mais ça coûte de l’argent). On considère que (sauf achat) tu n’as pas de carte sur toi (donc tu pourrais te perdre potentiellement), mais que tu as pu en consulter une (donc que tu peux préparer un itinéraire).
- Faire tout ce que tu voudrais faire d’autre dans la ville.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Messages : 240

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par Raël Khem » 20 déc. 2015, 18:19

Les villes surchargées et l'ambiance malsaine de l'Empire ne manquaient certainement pas au Scythien qui, accompagné de son jeune compagnon, se félicitait de sa décision de ficher le camp aussi rapidement que possible de ce pays maudit. Cela dit, il serait sans doute toujours moins détestable que le pays bretonnien, remplit de ces chevaliers plein de vantardise et qui défiaient depuis des siècles l'autorité des Anciens Rois, venant parfois même piller sur leurs terres!

Mais alors, si ces terres étaient encore plus haïssables que les contrées impériales, pourquoi se torturer à y aller? Peut-être pour échapper à ses vieux démons, cette fille qu'il n'avait pu aider et ce vampire auquel il devait échapper. Peut-être pour faire tomber une lourde vengeance contre les bretonniens pour leurs crimes passés. Peut-être juste par envie de se confronter à ces nobles en armure, tester ses limites et montrer au monde que les Scythiens étaient les plus grands combattants?

Toujours était-il qu'après un mois à marcher dans la boue, le froid, l'herbe, les forêts ou les montagnes, ils arrivaient enfin dans un terrain stable. La ville ne semblait pas très riche et ce ne serait pas ici qu'il trouverait des artefacts, sans aucun doute.
Pourtant, quelque chose attira son attention, des hennissements furieux. Des écuries se trouvaient aux abords de la cité et de beaux spécimens étaient visibles. De belles bêtes, plus grosses que les purs-sangs arabéens bien qu'un peu moins rapide, si on regardait leur carrure. D'un oeil de cavalier connaisseur, Raël observa les nobles créatures, décrétant en son for intérieur que s'il devait trouver un avantage aux bretonniens, c'était bien celui d'avoir de belles bêtes!

Avec un sourire, il confia trois couronnes à Aziz et lui ordonna d'aller chercher une carte du pays, pas trop chère. Lui, il allait s'occuper de leur trouver un moyen de transport.
Le plus simple serait d'acheter un cheval et ensuite de rejoindre l'expédition des commerçants, avec un peu de chance ils fourniraient non seulement la nourriture mais aussi le fourrage au cheval.
Gardant sa joie soudaine, il interpella un écuyer et désigna du doigt un puissant destrier dont l'allure noble et la robe noire convenaient au guerrier qu'il était.


-"Hep, mon gars! Combien pour ton destrier et une selle?"

Ne restait plus qu'à l'acheter et aller voir les marchands et ils pourraient se diriger vers un port, un endroit où on trouvait souvent d'exotiques objets. D'un autre côté, il croisa les doigts pour y voir un tournoi, ces affrontements dont il avait tant entendu parler pendant un mois!
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 21 déc. 2015, 15:48, modifié 2 fois.
Raison : +3 xps
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 100/100
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par [MJ] Kriegsherr » 21 déc. 2015, 15:47

Le commerçant comprit tout de suite que Raël avait les moyens. Rares étaient ceux qui pouvaient se payer un destrier bretonnien rubis sur l’ongle, et il comptait bien en profiter un maximum. D’autant qu’il n’était pas certain que l’acheteur connaisse le prix réel d’une telle bête. C’est pourquoi il tenta de gonfler le prix d’un huitième, en avançant la somme de 45 écus d’or au lieu de 40. D’un ton mielleux, caressant, mais où perçait l’avidité commerçante d’un bourgeois, il répondit au scyhtien en ces termes :

-Oh, messire, très bon choix, excellent même. On voit que vous vous y connaissez en chevaux. Et évidemment, comme tout ce qui est de qualité, elle en vaut largement son prix. Pour une bête comme celle-ci, en général je ne la céderai pas en dessous de 50 écus d’or, mais allez, comme vous semblez être un connaisseur et un amateur de belles bêtes, je vous fais un prix d’ami, 45 écus d’or ! Qu’en dites-vous ? Une offre pareille, ça ne se refuse pas.

L’arnaque aurait peut-être pu fonctionner sur quelqu’un de non renseigné, mais c’était sans compter sur les marchands avec qui Raël voulait faire route, qui lui avaient donné une estimation du prix moyen pratiqué pour les destriers, à savoir 40 écus. Ainsi, le guerrier du Sud put-il s’indigner et répondre du tac au tac sans se laisser baratiner par le marchand :

-Belle bête mais quarante écus semble un prix suffisant !

Ce à quoi le vendeur de chevaux, dépité, répondit :

-Aller, va, ça marche, tope là ! Cela me fend le cœur, mais les clients sont rares et il faut bien vivre… N’empêche ça finira par me mettre sur la paille des clients aussi exigeants ! Faut croire que c’est la crise partout, même les riches Arabéens ne dépensent plus autant, maintenant même eux font attention à leur or. Mais où va le monde je vous le demande…

L’homme accepta le règlement partiellement en pierres précieuses que lui proposa Raël Khem, car il faisait comme la plupart des marchands en Bretonnie partie d’une guilde, et n’aurait pas de perte en donnant les pierres à son compagnon de guilde qui était bijoutier de la ville. L’appoint, lui, fut fait en espèces.

Au final, le maître d’armes se retrouvait avec un magnifique destrier bretonnien à la robe noire. Il s’agissait d’une jument, au port inégalé même par les plus beaux chevaux impériaux, tiléens, estaliens ou arabéens. La tradition bretonnienne en matière d’équidés étant inégalée dans le monde excepté chez les elfes, il n’aurait pu rêver plus belle monture. Encore que Montfort n’était pas spécialement renommé pour ses chevaux, la plupart des seigneurs combattant à pied dans les montagnes. Sans doute devait-il y avoir d’encore plus belles bêtes dans les terres intérieures de la Bretonnie, mais celles-ci auraient sans doute été hors de la portée de la bourse de Khem.

Le convoi de marchands avec lequel Raël envisageait de faire route commune s’était évidemment réjoui de la présence du maître d’armes à leurs côtés. Chacun y trouvait là son compte. Les marchands y gagnaient un excellent combattant qui les escorterait gratuitement ou presque, et le guerrier des compagnons de route nombreux et connaissant parfaitement le chemin, avec des gardes mercenaires et tout le nécessaire à son entretien et à la monte de son destrier livrés en prime.
En effet, gracieusement, les marchands du convoi avaient offerts à Raël pour s’assurer de sa participation à leur voyage de lui offrir définitivement les accessoires de son nouveau destrier, en plus de la nourriture pour lui, Aziz et son cheval pendant tout le voyage.


Le scythien rejoignit bientôt la caravane qui s’apprêtait à partir, et y fût accueilli chaleureusement par le chef des marchands, un certain Jeannot Fitzgodric.


-Ah, mes amis, et voilà celui que nous attendions tous pour partir. Un homme du Sud qui sait manier les armes et nous ferra l’honneur de se joindre à nous jusqu’à l’Anguille. Considérez le comme un hôte de marque !

Le convoi ne comptait pas moins d’une trentaine de lourds chariots remplis à ras bords et tirés par des bœufs. Une vingtaine de marchands et une soixantaine de mercenaires de toutes nationalités le gardaient. Visiblement, les marchands avaient une très grande influence, puisqu’ils avaient obtenu les passe-droits nécessaires à avoir une telle escorte armée sur tous les Duchés de Bretonnie qu’ils allaient traverser.

Aziz revint lui aussi, juste avant le départ du convoi. Le gamin des rue, fidèle à ses vieilles habitudes, avait profité de ses achats pour laisser traîner ses oreilles et se renseigner un peu plus sur les marchands afin de vérifier que rien ne clochait à leur sujet. Tandis que le convoi s’ébranlait lentement et quittait la ville de Montfort en direction du Nord par la route principale suivant le lit de la Grismerie, le garçon vint faire son rapport à son mentor, en privé. Il fut impressionné par le nouveau cheval de son protecteur, et siffla d’admiration à sa vue, en demandant s’il pouvait le toucher Visiblement la bête faisait son effet. Puis il se reprit et commença à donner les informations dont il disposait, tout en tendant une carte et une pièce d’or à Raël :


-Seigneur, voici ce que vous avez demandé. Mais ce n’est pas tout : j’ai pu me renseigner sur ces marchands, ils font partie d’une grande guilde connue à l’Anguille, la ville où nous allons, appelée la « Confrérie du Phare ». Ils ont la réputation d’être honnêtes et ne semblent pas liés à des magouilles, même dans les milieux du crime on ne parle d’eux que comme des cibles riches… Je crois qu’on peut leur faire confiance.

***

La journée se déroula sans problème. Le convoi avançait vite, malgré sa grandeur, et pour l’instant, aucune menace n’avait été signalée. Il fallait dire que, sur la grande route et aussi prêt de la capitale du Duché, une attaque aurait été très improbable. Pourtant, à la fin de la journée, un mercenaire vint trouver Raël et lui demanda de le suivre jusqu’à la tente de Jeannot Fitzgodric, leur employeur. Aziz fit mine de venir aussi, mais le mercenaire l’arrêta d’un geste de la main : la conversation ne devrait concerner que Raël, et pendant ce temps il devrait rester dans la tente qui leur avait été attribuée. A la tombée de la nuit, en effet, la caravane s’était arrêtée au bord du fleuve, les chariots disposés en demi-cercle fermé par le cours d’eau et les tentes dressées à l’intérieur, de manière à se prémunir contre toute attaque extérieure.

En entrant sous la grande tente centrale où se trouvait Jeannot, Raël put constater qu’il n’était pas seul. Outre le riche marchand, secondé par deux autres membres mineurs de la Confrérie, une femme et un jeune homme, il se trouvait quelques mercenaires. Jeannot ouvrit les bras d’un air accueillent, un grand sourire éclairant sa face alors que Raël Khem pénétrait dans la tente. Il s’adressa d’un ton jovial, mais sérieux à ses « invités » :


-Bien, cette première journée de voyage s’est idéalement passée, nous avançons vite, et aucun ennemi ne nous a été signalé jusqu’à présent. Mais si je vous ai fait venir, c’est parce que plus nous nous éloignerons de Montfort, plus nous risquerons de tomber sur des ennemis, du moins avant d’arriver près de la Trouée de Gisoreux, bien défendue, où nous ne risquerons plus grand-chose jusqu’aux Sœurs Pâles et à la forêt d’Arden, qui seront le deuxième passage délicat de notre expédition.

En bref, pour résumer, dès demain et pour trois jours encore, nous entrerons dans l’une des phases les plus périlleuses de notre voyage, à savoir longer la Grisemerie au pied des Montagnes Grises de Montfort. Nous ne craindrons pas tant les attaques de brigands ou autres bandits humains, nous sommes trop nombreux et trop bien armés pour être un cible pour eux.

Or, d’après ce que nous a dit ce matin même le Duc Folcard, bien informé sur ses terres, les raids de peaux vertes se multiplient dans la région ces dernières années, en provenance de leur forteresse cachée de Garban, située quelque part nul ne sait exactement où dans les montagnes. Il nous faudra donc être très prudents.

Comme je vous sais tous rompus à la guerre, je voulais vous demander si vous aviez des conseils pour faire en sorte de minimiser les risques et d’optimiser nos défenses contre les peaux vertes sur la partie du trajet concernée, c'est-à-dire pour les quatre jours à venir.
J’entends par là toutes les suggestions qui pourraient nous être utiles, sur les formations à adopter, les réactions à avoir, les campements, et tout cela…


Profil mis à jour.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Messages : 240

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par Raël Khem » 28 déc. 2015, 16:36

D'un geste doux, Raël flatta l'encolure d'Asaph, sa nouvelle jument. Sa robe couleur de jais serait des plus discrètes et intimiderait ses adversaires. Enfin une monture digne de l'aider dans sa tâche et capable d'honorer les dieux! Une créature noble, fougueuse, qu'il se ferait fort de dompter pour en tirer le meilleur parti ainsi qu'obtenir sa fidélité éternelle. Il se voyait déjà, arme à la main, frappant ses ennemis impuissants devant sa gloire!

Mais pour le retour à la réalité, il n'y eut qu'Aziz qui lui expliquait que la mission ne semblait en rien traîtresse, contrairement à d'habitude et qui restait admiratif devant la bête. Avec un sourire et un ébouriffement des cheveux, le guerrier envoya, dans la langue arabéenne:


-"Bien sûr que tu peux la toucher. Caresse-là sur le dos et le ventre pour la calmer. Mais ne passe jamais derrière un cheval, il pourrait s'effrayer et t'assommer."

Laissant le gamin s'amuser, le Scythien monta la selle et la bride, tâchant de ne pas inquiéter la jument même s'il se doutait qu'elle devait avoir l'habitude.

-"Pendant le voyage tu te mettras devant moi et tu t'accrocheras bien. Tu risquerais de tomber sinon."

Quant à sa rencontre avec les marchands, elle fût pour le moins étonnante. Ces commerçants semblant le voir avec une certaine joie, sans apriori ni méfiance... Voilà qui était pour le moins étrange, il faudrait être prudent.

Le grand convoi voyagea sans peine toute la journée, laissant Raël prendre une place de garde sur le côté de la caravane et montrant à Aziz comment diriger un cheval ou le laissant aller jouer dans les chariots, quand l'envie lui en prenait.
La demande de réunion le prit au dépourvu, cela ne sentait pas bon. Plus de soixante soldats, ce n'était pas facile à abattre. Qu'Est-ce qui inquiétait les marchands comme cela?

Des... Orques? Jamais le Scythien n'en avait rencontré. Il officiait généralement dans le Sud de la Terre des Morts où venaient les nomades, les pillards et les arabéens. Ces créatures vertes, quant à elles, attaquaient plutôt le Nord, depuis les montagnes. Parfois, autour du feu, les vétérans en parlaient: des monstres assoiffés de violence, pillant par goût des objets brillants et de la bagarre. Ils avaient par contre une faiblesse commune...


-"J'suis pas un expert des orques. Mais on m'a dit que si on tuait leur chef, le reste de la troupe se retirait souvent. Du coup, ce serait bien de faire un mur de soldats pendant qu'une équipe rapide se charge d'éliminer leur... Boss. Qui se sentirait prêt à faire ça, à part moi?"

Une excellente occasion d'entraîner Asaph!
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 03 janv. 2016, 00:28, modifié 1 fois.
Raison : +3 xps
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 100/100
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par [MJ] Kriegsherr » 29 déc. 2015, 13:26

La plupart de mercenaires présents n’hésitèrent pas et répondirent par l’affirmative à « l’invitation de Raël ». L’un d’eux résuma la pensée générale en disant :

-Aucun problème, t’en fais pas, l’arabéen, on est pas des bleus ! Et quand ça chauffe, tu peux compter sur nous : on f’rra le nécessaire.

Jeannot sembla rassuré par les paroles de ses hommes. Un grand sourire sur le visage, il conclut la courte réunion qui avait surtout eu pour but d’avertir les combattants et de préparer, d’organiser un semblant de réaction en cas d’attaque de manière à n’être pas pris au dépourvu et obligés de réagir dans l’urgence, mais d’avoir à l’avance un grossier plan de bataille à suivre.

-Bien bien bien ! Pour tout vous dire je craignais un peu cette partie du voyage, mais je vois que vous êtes tous des professionnels aguerris. Vous voyez Ursule, il n’y avait pas de raison de s’inquiéter, nous sommes bien protégés.
Merci à vous, messieurs, je ne vous retiens pas plus, vous pouvez retourner à vos postes de garde ou de repos.


Pour toute réponse, la femme qui secondait le chef des marchands fit la moue. Elle ne semblait pas aussi optimiste que Jeannot, mais s’en remettait à son jugement. Les combattants quittèrent la tente des commerçants et retournèrent vaquer à leurs occupations…

Raël Khem, qui n’était pas un mercenaire embauché comme garde, mais un simple accompagnateur avec des talents guerriers, était tranquille. Il avait tout latitude pour faire ce qui lui plaisait, et n’était soumis à aucune obligation contractuelle. Ainsi, il était libre de passer son temps libre à manger, dormir, s’entraîner et bien sûr s’occuper d’Aziz et d’Asaph.

Pour l’instant il s’approchait de son but, tout frais payés et sans aucune contrainte. Si le reste du voyage se déroulait aussi bien que ce premier jour, il serait vraiment très agréable.

**Quatre jours plus tard...**
Finalement, la traversée de la zone la plus dangereuse s’était déroulée. Ils avaient bien aperçu quelques peaux vertes isolés les observer depuis les pentes des montagnes qui surplombaient le coté oriental de la route, mais rien de particulier. Ils avaient établi leur campement comme d’habitude, les chariots formant un demi-cercle adossé au fleuve Grisemerie, une large barricade fortement gardée par les mercenaires. Normalement, dès le lendemain matin, ils arriveraient à l’extrémité Ouest de la Trouée de Gisoreux, et ainsi sortiraient du duché de Montfort pour entrer dans celui de Gisoreux, où ils seraient en sécurité. Là, ils n’auraient plus à craindre d’attaque avant la deuxième zone dangereuse du voyage, les Sœurs Pâles et la forêt d’Arden.

C’était donc en quelque sorte leur dernière nuit à se méfier, et pourtant on sentait déjà comme une certaine euphorie parmi les marchands et les mercenaires. Tous voulaient se persuadés que c’était déjà fini, qu’ils ne risquaient plus rien, et tant pis si une forte pluie s’annonçait pour au moins toute la nuit, peut-être plus, au vu des épais nuages gris sombre qui couvraient tout l’horizon.

L’avenir allait leur donner tort.

En effet, vers le milieu de la nuit, à l’heure la plus sombre où tout le monde (y compris Raël et Aziz) dormait bien au chaud sous leurs tentes, sauf les sentinelles trempées et gelées qui grommelaient en enviant leurs employeurs, un incident éclata.

Soudain, malgré les tombes d’eaux qui déferlaient et limitaient encore plus la vision qu’elle ne l’aurait été en temps normal par l’obscurité de la nuit et les épais nuages sombres, un jeune d’une vingtaine d’années au moins, garde mercenaire des pays du Sud (Tilée ou Estalie) au teint halé, aux yeux noirs profonds, au sourire d’un blanc ravageur et à chevelure de jais relâchée qui avaient fait fondre plus d’une jeune marchande, donna l’alarme.
Il poussa un cri :


-ALARME ! DONNEZ L’ALARME LES PEAUX VERTES ATTAQUENT !

Puis, alors que Raël s’était réveillé en sursaut, il entendit un bruit caractéristique d’arbalète qui tirait, suivi par des petits cris aigus en provenance de l’autre côté du demi-cercle des chariots (« ALASSO ! ENAVAN ! ON VA LEUR MONTRER A SES ZOMS CE KI LES PLUS FOR ! etc… »), puis tout fut noyé par des clameurs de toutes parts, des ordres hurlés, des gens qui couraient dans le camp dans toutes les directions, le vacarme de la pluie très drue et le fracas des armes qui résonnait sur toute la longueur du demi-cercle des chariots.
Bientôt, avec l’aide d’Aziz qui était parvenu tant bien que mal à rester calme dans cette situation, Raël fut fin prêt, entièrement équipé et put sortir de sa tente.

Là, il eut un aperçu de la situation dans le camp. Heureusement, la vigilance de la sentinelle qui avait donné l’alerte à temps avait empêché toute intrusion ennemie dans l’enceinte de fortune, éclairée par des torches attachées sur des piques plantées dans le sol et des braseros qui brûlaient malgré les trombes d’eau. L’ensemble du sol du camp était un bourbier boueux et gorgé d’eau où l’on glissait et où les pieds s’enfonçaient et ressortait avec peine dans un bruit désagréable de succion, surtout près des berges de la Grisemerie qui s’était gonflée et renforcée à cause de la pluie. Il serait impossible à quiconque, ami ou ennemi, de passer par là à la nage ou même sur une embarcation de fortune : la noyade serait certaine. Les tentes, dont certaines –rares- avait été piétinées, n’étaient que des amas de tissu gorgé d’eau.

Vers le centre du demi-cercle, devant la grande tente, les marchands apeurés s’étaient regroupés, vêtus de manière hétéroclite autour d’un Jeannot en vêtements de nuit trempés et souillés par la boue qui semblait complètement dépassé par la situation et tentant de calmer ses compagnons en hurlant « Calmez-vous ! Calmez-vous nos gardes vont régler ça ! Il n’y a pas de raison de s’inquiéter ! Calmez-vous s’il vous plait ! », ce qui ne faisait qu’ajouter à la confusion ambiante.
En revanche, contrairement aux marchands, les mercenaires étaient mieux organisés, ou plutôt savaient ce qu’ils devaient faire. La plupart étaient en train de s’équiper, sortaient de leurs tentes ou courraient déjà vers le mur de chariots où une bonne quarantaine d’homme faisaient face à un nombre indéterminé de peaux vertes. De là où il se trouvait, Raël ne pouvait effectivement pas voir hors du demi-cercle des chariots, il faudrait monter sur ces chariots pour cela.

Avant qu’il ait pu faire quoi que ce soit, une dizaine de mercenaires, se souvenant sans doute des instructions en cas d'attaque, accoururent vers lui, et l'un d'eux annonça en criant pour couvrir le vacarme ambiant :


-Des gobelins de la nuit ! Plusieurs centaines au moins, ils arrivent des montagnes et attaquent de partout à la fois ! Avec cette foutue visibilité, sans torches on ne voit pas à vingt mètres, mais ces salauds, eux, voient très bien aussi dans le noir. Pas sûr qu’on puisse atteindre leur chef, on ne sait même pas où il est ! Qu’est-ce qu’on fait ?

Oui, la question était bonne, qu'allait faire le guerrier scythien ? Rejoindre les barricade et se battre ? Organiser quelque chose ? Tenter une sortie ? Si oui, par où ? Toutes les options étaient ouvertes...
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Messages : 240

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par Raël Khem » 01 janv. 2016, 18:07

Les jours qui suivirent cette discussion furent l'occasion pour Raël de prier, de faire plus intime connaissance avec son impétueuse jument ainsi que de donner à Aziz des cours d'escrime. C'est que le Scythien ne se doutait que trop bien de la rencontre prochaine avec Romain d'Albon et de son incapacité à lui faire face en temps qu'adversaire solitaire. Le gamin des rues n'était pas encore assez grand pour représenter une aide sérieuse mais il n'était jamais trop tôt pour commencer une formation.

-"Bien Aziz, montre-moi ce que tu as appris."

Il emprunta deux épées très émoussées à un garde et en offrit une à son apprenti. Les passes s'enchaînèrent et Aziz parvint même quelques fois à toucher son maître, dans des attaques peu efficaces il est vrai. Mais c'était un bon début, mieux que ce que le Scythien avait espéré.

-"Pas mal, il va falloir t'améliorer sur beaucoup de points, mais c'est un bon début. Regarde maintenant, quand tu as une épée..."

L'entraînement dura encore quelques heures, jusqu'à ce que le garçon, épuisé, n'abandonne sous le sourire paternel de son protecteur. Le voyage allait être long, mais il y aurait toujours moyen de passer le temps. Pour le moment, il fallait continuer à habituer son fessier à la selle d'Asaph.

--------------------------------------------------------

Le réveil au beau milieu de la nuit fût difficile, surtout avec à côté un gamin terrifié qui se demandait ce qu'il se passait. La réponse traversa rapidement l'esprit embrumé du guerrier: une attaque! Les Orcs! Alors il enfila rapidement son armure alors qu'une petite foule se massait devant sa porte. Heureusement, Aziz se calma bientôt et l'aida, impressionnant Raël par son sang-froid.
D'une parole en arabéen il l'envoya vers les commerçants, où il serait en sécurité. Quant à lui... Il avait une bataille à gagner.

Ce qui le surpris tout d'abord fût la taille des assaillants: petits, malingres, laids, ils ne semblaient pas bien dangereux et pour cause les mercenaires s'en débarrassaient facilement, mais combien de temps avant que la fatigue ne prenne et qu'ils ne commencent à passer?
Et puis cette nuit noire... En effet, ils ne tueraient pas leur chef sans le voir, ainsi trois solutions s'offraient dans l'immédiat: le chercher, le forcer à venir ou se passer de sa mort. La première option les amènerait dans la marée verte où le danger serait omniprésent, une mauvaise idée. La seconde était plus tentante mais comment le pousser à venir si ce n'est en tenant plus longtemps? Un risque encore. Alors restait la troisième solution...


-"Les gars, pour l'instant notre ennemi c'est la fatigue de nos soldats. On doit leur permettre de souffler jusqu'à ce que l'attaque cesse."

Il fonça vers Asaph qu'il tenta de calmer en lui caressant le poil avant de l'enfourcher.

-"Je veux tout le monde derrière moi, en triangle avec moi en pointe. On va longer la barricade encore et encore pour briser leur assaut. Ils sont petits, les chevaux devraient leur marcher dessus facilement. On verra s'ils sont encore prêts à se battre avec des trous dans leur armée!"
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 03 janv. 2016, 00:29, modifié 1 fois.
Raison : + 4 xps
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 100/100
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par [MJ] Kriegsherr » 03 janv. 2016, 00:29

Aziz obtempéra bien entendu à la lettre aux instructions de Raël Khem. Il savait que ce dernier ne voulait que son bien, et qu’il savait ce qu’il faisait. Ne l’avait-il pas tiré des griffes d’un dangereux vampire à son nez et à sa barbe, après tout ? En matière de combat, on pouvait donc faire confiance au jugement du scythien. Les marchands ne firent pas de problème et accueillirent sans poser de problème le garçon parmi eux. En fait, la plupart ne l’avaient même pas remarqué et continuaient de s’exciter en vain ou d’essayer tout aussi inutilement de calmer les autres à grands renforts de cris et de grands gestes qui ne faisaient en fait qu’accroître la confusion.

Mais les actions et les palabres des commerçants n’intéressaient nullement les combattants, qui avaient fort à faire. Le groupe de mercenaires qui s’était mis spontanément à la disposition de Raël n’eut pas à le regretter, car le fidèle défenseur de la terre des morts prit ses responsabilités à bras le corps et n’hésita pas à organiser une riposte. Il enjoignit à la dizaine de soldats de fortune d’enfourcher leurs bêtes et de le suivre pour nettoyer les abords du campement en effectuant une sortie hors du cercle des chariots.

En quelques poignées de secondes seulement, les mercenaires furent prêts, et la formation se constitua. Habitués à gérer leur stress dans ce genre de situation, ils avaient réagi avec rapidité. Même ceux qui étaient occupés à défendre la barricade des chariots n’avaient pas omis la manœuvre de Raël et de ses suiveurs, et ils firent rouler un des véhicules pour leur laisser la possibilité de sortir du demi-cercle.

Au dehors, les ennemis paraissaient bien faibles, individuellement parlant, mais leur avantage était leur masse, leur nombre. Aussi loin que la vision très restreinte le permettait, ils étaient là, grouillants comme des rats ou des insectes, et venaient se fracasser contre le mur de chariots, impuissants à briser les défenses humaines. Mais rien n’y faisait, les rangs arrières, innombrables, poussaient sans se soucier d’écraser les leurs, de les étouffer ou de les envoyer à la mort.

Le déplacement du chariot avait fait l’effet d’un appel d’air sur la masse verte, qui en avait profité pour charger en s’y engouffrant par dizaines. Mais ils n’eurent pas le temps de faire quoi que ce soit, car la charge des cavaliers menés par Raël Khem, en formation de triangle, de « fer de lance », comme on disait en Bretonnie, eut raison des fous imprudents qui avaient tentés de rentrer, et s’enfonça profondément dans leurs rangs.

Les petits peaux-vertes n’étaient pas assez grands, assez solides ni assez braves pour résister à la charge de cavaliers, surtout montés sur des chevaux bretonniens. Quand ils ne se faisaient pas jeter au sol et piétiner par les sabots ou l’impact de la charge, ils étaient fauchés par les armes des cavaliers. S’ils avaient eu des tireurs, peut-être les gobelins auraient-il pus tenter d’abattre le groupe de Raël à distance, mais les conditions climatiques et la nuit noire interdisait tout tir de loin. De plus, la masse compacte de peaux-vertes au contact permanent des humains aurait rendu tout tir plus difficile et potentiellement dangereux pour les amis. Mais s’ils étaient trop faibles pour espérer résister à une charge, la situation ne serait peut-être plus la même une fois l’élan et la surprise perdus. Car, ils le constatèrent vite en sortant du camp clos (on avait repoussé le chariot derrière eux), la supériorité numérique gobeline était écrasante. A vrai dire, il semblait que les peaux-vertes disposaient d’un nombre de troupes illimité, à voir comment ils se jetaient à l’assaut férocement en ignorant leurs lourdes pertes.

Je t’épargne le test de combat monté dans les circonstances normales de ce combat, grâce à ta compétence « équitation ».

Attitude de la monture au combat : 4. Pas frénétique, pas effrayée, Asaph se comporte normalement, et obéit à tes ordres.

Test d’INT des gobelins de la nuit (sans malus, réussite sous 8 ou moins) : 7. Réussite. Pas de fuite malgré les pertes.

OK, du coup pour le fonctionnement du combat, il y aura 2 facteurs généraux. 1 te concernant sur lequel tu pourras directement agir et influer, et 1 plus général qui déterminera grosso-modo combien vous avez de pertes et donc votre capacité à tenir.

Pour celui te concernant, je vais jouer en avance rapide une dizaine de tours de combat pour toi en 1V1 contre un gobelin de la nuit basique nu armé de poignard+rondache, représentant les fois où un gobelin a eu une chance de te toucher (en réalité tu en tues plus, et ton cheval pareil, mais rares sont ceux à pouvoir t’attaquer, la plupart fuient devant vous, ou sont renversés par vos montures pour piétinés, ou encore sont tués par une allonge supérieure avant d’avoir pu frapper). C’est aussi pour cette raison que chaque fois tu ne seras opposé qu’à 1 seul gobelin. Ton but : survivre aux 10 rounds, puis il y aura un nouveau test d’INT des gobelins, et s’ils le réussissent, 10 rounds de + et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils en ratent 1.

NB : Les règles du combat sur monture VS piéton s’appliquent (mais pas la charge, qui a donné le droit automatiquement au 1er test de peur des gobs, qu’ils ont réussi. Ici, la charge a été une réussite totale, mais on se place après la charge.) : +1 ATT, -1 PAR pour Raël. Ce qui te fait 15 d’ATT (14+2 -1 avec les modificateurs des compétences et de l’armure).
Rq : Tu n’as pas ta seconde ATT pour 2 raisons : 1 (technique) : avec le mode de combat elle ne servirait à rien vu qu’elle interviendrait après l’attaque du gobelin, et que le but n’est pas de tuer (il revient infiniment à full life à chaque round), mais de survivre. 2 (RP) : on considère que tu es occupé à regarder le champ de bataille et bouger ta monture avec tes hommes et que donc tu n’as pas ton plein potentiel.
Round 1 :

Attaque de Raël : 5. Touché. Parade : 20. Echec critique. Le gobelin est mort sans pouvoir frapper.

Round 2 :

Attaque de Raël : 5. Réussi. Parade : 20. Echec critique. Décidément ! Les mêmes jets qu’au 1, le même effet.

Round 3 :

Attaque de Raël : 9. Réussite. Parade : 19. Relance bouclier : 1. Réussite critique. Echec. Ce gobelin peut attaquer.
Attaque du gobelin : 10. Raté.

Round 4 :

Attaque de Raël : 16. Raté.
Attaque du gobelin : 10. Raté.

Round 5 :

Attaque de Raël : 3. Parade : 5. Dégâts : 23. Le gobelin n’a pas perdu assez de PVs pour être neutralisé : il peut attaquer.
Attaque du gobelin : 1. Réussite critique : pas de parade possible. Localisation : jambe. Dégâts : 6.

Round 6 :

Attaque de Raël : 7. Réussite. Parade : 5. Réussite. Dégâts : 25.
Attaque du gobelin : 7. Parade : 3. Pas de dégâts.

Round 7 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 12. Relance : 3. Dégâts : 30.
Attaque du gobelin : 10.


Round 8 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 9. (Réussite grâce à l’attribut lente du kopesh) Dégâts : 27.
Attaque du gobelin : 19.

Round 9 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 5. Dégâts : 27.
Attaque du gobelin : 19.

Round 10 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 9 Réussite grâce à l’attribut lente du kopesh. Dégâts : 23.
Attaque du gobelin : 4. Parade : 3. Pas de dégâts.


Test d’INT des gobelins : 4. Réussite. Et c’est reparti pour 10 rounds.


Round 11 :

Attaque de Raël : 7. Réussite. Parade : 7. Réussite. Dégâts : 23.
Attaque du gobelin : 5. Parade : 2. Pas de dégâts.

Round 12 :

Attaque de Raël : 15. Parade : 8. Réussite (grâce à l’attribut « lente » de ton arme). Dégâts : 30.
Attaque du gobelin : 14.

Round 13 :

Attaque de Raël : 5. Parade : 15. Relance : 15. Dégâts : 43. Le gobelin est trop blessé pour riposter.

Round 14 :

Attaque de Raël : 2. Parade : 6. Dégâts : 25.
Attaque du gobelin : 3. Parade : 13. Ratée (car tu as -2 en PAR, -1 pour l’armure, -1 pour à cheval VS piéton). Relance : 16. Ratée. Localisation : bras droit. Dégâts : 7.

Round 15 :

Attaque de Raël : 17.
Attaque du gobelin : 11.

Round 16 :

Attaque de Raël : 11. Réussite. Parade : 18. Relance : 15. Dégâts : 41. Le gobelin est trop blessé pour attaquer.

Round 17 :

Attaque de Raël : 16.
Attaque du gobelin : 2. Parade : 4. Pas de dégâts.

Round 18 :

Attaque de Raël : 1. Tu tues automatiquement.

Round 19 :

Attaque de Raël : 11. Parade : 16. Relance : 1. Réussite critique : pas de dégâts.
Attaque du gobelin : 19.

Round 20 :

Attaque de Raël : 5. Parade : 1. Réussite critique : pas de dégâts.
Attaque du gobelin : 16.


Test d’INT des gobelins : 6. Réussite. Encore 10 rounds de plus (incroyable !).


Round 21 :

Attaque de Raël : 6. Réussite. Parade : 14. Relance :18. Dégâts : 44. Le gob est hors combat.


Round 22 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 15. Relance : 12. Dégâts : 39. Le gob est hors combat.

Round 23 :

Attaque de Raël : 12. Parade : 11. Relance : 18. Dégâts : 41. Le gobelin est trop blessé pour riposter.

Round 24 :

Attaque de Raël : 13. Parade : 16. Relance : 11. Dégâts : 44. Gobelin hors combat.

Round 25 :

Attaque de Raël : 12. Parade : 3. Dégâts : 28.
Attaque du gobelin : 14.

Round 26 :

Attaque de Raël : 1. Réussite critique il est mort.

Round 27 :

Attaque de Raël : 10. Parade : 2. Dégâts : 28.
Attaque du gobelin : 19.

Round 28 :

Attaque de Raël : 6. Parade : 4. Dégâts : 27.
Attaque du gobelin : 5. Parade : 18. Relance : 4. Pas de dégâts.

Round 29 :

Attaque de Raël : 5. Parade : 10 Relance : 10. Dégâts : 42. Le gobelin agonise.

Round 30 :

Attaque de Raël : 1. Réussite critique. Tu le décapites, après lui avoir coupé les 2 bras, le nez et les oreilles, défoncé sa poitrine de part en part, brisé sa colonne vertébrale, et ouvert le crâne en deux dans le sens de la hauteur. Bref, faites que ces gobelins se rendent à ce tour-ci SVP !


Test d’INT des gobelins : 4. Réussite. Encore 10 rounds de plus (incroyable de chez incroyable !).


Round 31 :

Attaque de Raël : 16. Réussite.
Attaque du gob : 10. Raté.

Round 32 :

Attaque de Raël : 1. Le gob est hors combat.

Round 33 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 9. Dégâts : 23.
Attaque du gob : 14.

Round 34 :

Attaque de Raël : 20. Echec critique : - 1 PAR à ce round.
Attaque du gob : 14.

Round 35 :

Attaque de Raël : 10. Parade : 6. Dégâts : 30.
Attaque du gobelin : 19.

Round 36 :

Attaque de Raël : 7. Réussite. Parade : 2. Dégâts :30.
Attaque gobeline : 7. Parade : 18. Relance : 3. Pas de dégâts.

Round 37 :

Attaque de Raël : 11. Parade : 15. Relance : 11. Dégâts : 37. Dommage 0,5 PVs de plus et il était trop blessé pour riposter.
Attaque du gobelin : 16.

Round 38 :

Attaque de Raël : 8. Parade : 14. Relance : 19 Dégâts : 43. Le gobelin se vide de son sang.

Round 39 :

Attaque de Raël : 6. Parade : 6. Dégâts : 23.
Attaque du gobelin de la nuit : 4. Parade : 3. Pas de dégâts.

Round 40 :

Attaque de Raël : 7. Réussite. Parade : 4. Dégâts : 23.
Attaque gobeline : 2. Parade : 8. Aucun dégât.


Test d’INT des gobelins : 6. Réussite. De nouveau 10 rounds de plus (non mais là c’est des nains c’est plus des gobs pour être aussi obstinés !). Du coup je simplifie je ne mets plus tes dégâts quand tes attaques sont parées (ils sont compris entre 23 et 30, ce qui est trop faible pour empêcher la riposte).


Round 41 :

Attaque de Raël : 5. Réussite. Parade : 7.
Attaque du gob : 1. Réussite critique : pas de parade possible. Localisation : torse. Dégâts : 6.

Round 42 :

Attaque de Raël : 3. Parade : 12. Relance : 19.
Attaque gobeline : 17.

Round 43 :

Attaque de Raël : 9. Parade : 9. Dégâts : 25.
Attaque du gob : 8. Parade : 11. Réussite. Pas de dégâts.

Round 44 :

Attaque de Raël : 10. Parade : 18. Relance 18. Dégâts : 37. Riposte possible.
Attaque du gob : 2. Parade : 10. Pas de dégâts.

Round 45 :

Attaque de Raël : 13. Parade : 16. Relance 3. Dégâts : 24.
Attaque du gobelin : 20 échec critique il se tue en se tombant sous ton cheval.

Round 46 :

Attaque de Raël : 12. Réussite. Parade : 13 et 18. Dégâts : 44. Le gobelin est presque mort.

Round 47 :

Attaque de Raël : 3. Parade : 16. Relance : 5. Dégâts : 30.
Attaque du gobelin : 17.

Round 48 :

Attaque de Raël : 20. -1 PAR à ce tour.
Attaque du gob : 11.

Round 49 :

Attaque de Raël : 13. Parade : 15. relance : 15. Dégâts : 42. Gobelin HS.

Round 50 :

Attaque de Raël : 16. Raté.
Attaque gobeline : 1. Réussite critique : imparable. Localisation : tête. Dégâts : 12.



Test d’INT des gobelins : 8. Réussite. Non mais là NON !


Round 51 :

Attaque de Raël : 7. Réussite. Parade : 9. Dégâts : 27.
Attaque du gob : 9.

Round 52 :

Attaque de Raël : 15. Parade 18. Relance : 14. Dégâts : 39. Gobelin mourrant.

Round 53 :

Attaque de Raël : 1. Réussite critique : tu tues.

Round 54 :

Attaque de Raël : 5. Parade : 14. Relance 18. Dégâts : 37. Riposte possible.
Attaque du gob : 1. Réussite critique : imparable. Localisation : bras droit. Dégâts : 5.

Round 55 :

Attaque de Raël : 4. Parade : 3. Dégâts : 26.
Attaque du gobelin : 6. Parade : 9. 0 dégâts.

Round 56 :

Attaque de Raël : 10. Réussite. Parade : 14. Relance : 9. Dégâts : 26.
Attaque du gobelin : 12.

Round 57 :

Attaque de Raël : 10. Parade : 16. Relance : 14. Dégâts : 42. Gobelin HS.

Round 58 :

Attaque de Raël : 15. Parade : 17 et 7. Une vingtaine de dégâts
Attaque du gob : 7. Parade : 3. 0 dégâts

Round 59 :

Attaque de Raël : 7. Parade : 10. Relance : 13. Dégâts : 38. Gobelin HS.

Round 60 :

Attaque de Raël : 9. parade : 13. Relance : 14. Dégâts : 43. Gobelin agonisant.



Test d’INT des gobelins : 19. Raté ! ENFIN ! Après tant d’années !
Bon, l’heure des comptes :
Tu as perdu pas moins de 36 PVs.
Tu gagnes 3 xps pour ce combat.

Déroulement général : l’ennemi est repoussé. Vous avez perdu 44 hommes, dont 11 blessés (sans te compter vu que n’est pas hors de combat). Les autres sont soit des blessés légers, soit intacts.

Profil mis à jour.
Le combat avait été long. Très long, pendant des dizaines de minutes, voire peut-être des heures –Raël avait perdu toute notion du temps-, les humains avaient vaillamment résisté à l’assaut continu des peaux vertes, infiniment plus nombreux. Chaque homme avait tué au moins une demi-douzaine de gobelins, et beaucoup plus encore pour les cavaliers qui ne comptaient plus leurs victimes, tant elles étaient nombreuses. Pourtant, la vague n’avait ni cessé, ni faibli en intensité durant tout ce temps, tandis qu’un par un, lentement mais sûrement, les défenseurs succombaient sous la masse, alors que la fatigue, l’épuisement s’installait.

Mais, à l’heure où les premières lueurs de l’aube se devinaient à l’Est, alors que tout espoir semblait perdu, que pour chaque gobelin tué, deux autres prenaient la relève, l’assaut des peaux vertes faiblit enfin en intensité. Le soleil, s’il n’était pas encore visible ne serait-ce que partiellement n’allait plus tarder à se lever, et les humains continuaient à se battre. Les pertes gobelines se comptaient en centaines, dont un grand nombre à imputer aux cavaliers qui avaient fait leur sortie. A lui seul, Raël Khem devait en être à plus de quarante gobelins tués par lui et sa monture, en cette nuit, il avait fait honneur aux guerriers scythien.
Des montagnes de cadavres de peaux-vertes s’accumulaient devant les barricades, et les gobelins semblaient moins sûr d’eux, tout à coup.

Couverts de sang, de sueur, leurs bras fourbus, leurs montures épuisées et blessées, leurs armures abîmées, les quatre cavaliers survivants (en comptant Raël) virent la horde verte refluer de quelques dizaines de mètres et cesser le combat. Mais tout n’était pas encore fini, ils n’avaient pas gagné. Car, sous les encouragements de ses troupes, un gobelin plus grand que les autres approcha, et défia le guerrier du Sud en duel, pointant sa lame sur lui.


-Etoala ! Oué, le gran sur son canasson noar, cé a toa kj’kose. Descendla sité un zom et vien t’mesuré a la toute puissans dé gobz ! Moa Rifgut le buteur d’zom j’vé t’creuvé et alors les autres zom ils vont s’rendr !

Les compagnons de Raël étaient trop faibles ou trop loin pour intervenir, et surtout ils voulaient éviter que leur intervention ne relance l’assaut général. Et tandis qu’un silence de mort s’abattait sur le champ de bataille, les humains regardaient d’un œil suppliant leur champion, espérant qu’il relèverait le défi et serait à la hauteur. Il pouvait, à lui seul, gagner cette bataille, sauver ceux de sa race.
Asaph était trop fatiguée pour aller à une allure que le pas et le trot, il fallait dire qu’elle n’avait pas arrêté de galoper un peu partout en écrasant tout sur son passage. Et le défi concernait un combat singulier à pied. S’il acceptait, Raël devrait donc se battre à pied.
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Messages : 240

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par Raël Khem » 08 janv. 2016, 18:50

Un coup de lame part sur le côté. Le bronze rencontre la tête d'un gobelin qui tombe au sol, blessé à mort, il hurle. Les sabots d'Asaph piétinent ses camarades. Ceux qui ne se jettent pas sur le côté sont écrasés sous le lourd poids de la jument qui fend la mer d'ennemis sans crainte.
Un instant, alors que l'arme au tranchant courbe ôtait la vie à un adversaire supplémentaire, Raël se souvint de sa vie dans le désert. Quel instant pour y penser, pourtant! Mais ces gobelins lui semblaient comme ces pillards qui venaient s'emparer des trésors de la Terre des Morts. Une armée de petits êtres sales, laids, grossiers et aux sourires avides qui périssaient par vagues infinies sous les lames des anciens et des scythiens.

Et lui, déjà à l'époque, s'élançait sur un cheval noir, tranchant, immobilisant, arrachant la chair des os de ses ennemis. Aujourd'hui il continuait, mais bien plus efficace, toujours aussi prompt et déterminé, mais bien plus mortel que jamais auparavant.
Des cailloux ou des morceaux de métal l'atteignaient parfois, il les sentait à peine, toute à sa transe meurtrière en l'honneur des dieux.

Les heures passèrent.

Son bras fatiguait, bien qu'il tentait d'alterner les deux mains. Le massacre se prolongeait et un nombre incalculable de ces horribles petites bêtes vicieuses étaient mortes aux pieds des barricades. Le reste s'enfuyait alors que Raël faisait s'arrêter sa monture. Il souffla, exténué. Presque tout le monde était mort ou blessé, lui n'était pas en bon état. Mais enfin, il pourrait souffler...

C'est alors que cet espèce de nabot vert géant approcha, sûr et fier de lui. Un instant, le guerrier envisagea de lui foncer dessus avec Asaph, mais il constata bien vite qu'elle était morte d'épuisement et ne courrait pas beaucoup plus longtemps. Avec douceur il lui caressa la crinière et lui susurra de se remettre en arabéen.
Quant à lui, il se tourna vers le gobelin. Ses plaies le lançaient à travers ses épais vêtements poisseux de sang. Il rengaina son kopesh afin de pouvoir pratiquer sa technique de prédilection: le dégainage surprise. Il abattrait ce "chef", puis que ça semblait être lui, d'un seul et unique coup.


-"Allez, monstre. Viens me chercher. Je vais t'étriper comme j'ai massacré tes amis."
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 09 janv. 2016, 13:48, modifié 1 fois.
Raison : +3 xps
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 100/100
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Avatar du membre
[MJ] Kriegsherr
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2017 du meilleur MJ - RP
Messages : 982

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par [MJ] Kriegsherr » 09 janv. 2016, 13:48

Un grand sourire mauvais étira les lèvres du gobelin. Il répliqua d’un ton méchant en avançant vers sa « proie », confiant en ses propres capacités :

-Cé scon va voar ! Sal zom !

Les deux combattants se rapprochèrent l’un de l’autre. Le gobelin était plus grand que ses congénères, il semblait confiant et son regard brillait d’une lueur maléfique. Il ne serait pas aussi simple à vaincre que les adversaires auxquels avait eu affaire jusqu’à présent Raël et ses compagnons de route. Mais cela restait un gobelin, un beau spécimen, un chef, sans doute, mais un gobelin avant tout, et qui plus est pas vêtu différemment des autres, même si con capuchon et son manteau noir étaient de meilleure facture. En outre, il était d’un bouclier de bois avec un fin revêtement métallique et d’une petite lance qu’il tenait à une seule main.

Même blessé et fatigué, le champion humain avait ses chances face à lui.

Autour d’eux, les forces des deux camps s’étaient totalement tues, tous observaient le combat singulier qui allait bientôt commencer. Les deux guerriers firent un cercle à pas lents pour se jauger l’un l’autre, puis le peau-verte tenta une bravade pour intimider ou déconcentrer son adversaire. Une fourberie, comme il en avait l’habitude. Mais au même moment, Raël Khem tenta de réaliser sa botte spéciale, l’attaque surprise en dégainant. L’affrontement venait de commencer, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Profil de Rifgut le buteur d’zom : For 8 | End 8 | Hab 11 | Cha 10 | Int 10 | Ini 13 | Att 11 | Par 9 | Tir 9 | NA 2 | PV 60/60
Il est équipé d’un bouclier en peau de fer (32 PAR car il a la compétence), et d’une lance gobeline (16+1D6, 12 PAR avec la compétence).
Il a en outre la compétence « esquive ».
Il a une capuche et un manteau de gobelin de la nuit [légèrement renforcé pour ce dernier] (3 d’armure partout).


Test d’INI comparées : 8 pour Raël VS 11 pour le gobelin. Raël gagne (il a 14 INI au 1er round, donc 6 degrés de réussite, contre 2 pour le gobelin).

Round 0 :

Attaque surprise de Raël (spéciale : imparable et inesquivable si elle touche, car il surprend en le coupant dans sa bravade) : 17. Raté.
Riposte de Rifgut : 18. Ratée.
Attaque de Raël : 12. Touché. Parade : 8. Réussie. Localisation : jambe gauche. Dégâts : 4. [NB HRP : OK, on voit donc l’efficacité de la nouvelle parade].
Attaque de bouclier pour déstabiliser/repousser : 9. Réussite. Test de FOR comparés (+2 pour le gob grâce à son bouclier) : 14 pour Raël VS 3. Pour le gob : il réussit à te frapper ! Parade pour les dégâts : 8. Dégâts du coup de bouclier : 0.

Interruption courte du combat, qui lui profite, grâce à sa déstabilisation réussie.
La première attaque de Raël intervint avant même que le gobelin n’ait put ouvrir la bouche. Mais le peau-verte était agile, et il se pencha en arrière pour éviter de justesse la lame du kopesh. Avant qu’il n’ait pu reprendre son équilibre, le scythien enchaîna avec une seconde attaque qui cette fois fut déviée in extrémis par le bouclier recouvert de métal de Rifgut, mais lui trancha quand même les vêtements et lui causa une courte et peu profonde estafilade à la cuisse. Pas de quoi l’handicaper en aucune façon, mais juste de quoi l’enrager.

L’action fut saluée par tout le camp humain, tandis que des gémissements, des hurlements frustrés et des insultes et des quolibets montaient du camp gobelin, mais se turent bientôt pour se reconcentrer sur le combat.

Et enragé, ça le gobelin l’était. Non seulement ce « zom » se permettait d’interrompre son discours, mais en plus il se permettait de le blesser, de verser le premier sang ? Ca n’allait pas se passer, foi de peau-verte ! Se ressaisissant aussitôt, le gobelin parvint à passer sous la garde de l’humain, ce qui était facilité par sa petite taille relative, et à envoyer un grand coup de bouclier avec une force incroyable pour une telle créature dans le bouclier de Raël. L’attaque n’était pas assez forte pour blesser ce dernier, mais elle suffit à l’envoyer rouler brièvement au sol dans la boue, avant qu’il ne relève presque immédiatement dans une roulade.

Cette fois, ce fut au camp gobelin d’hurler leur soutien à leur chef, tandis que des cris d’encouragement incitaient Raël à reprendre le combat côté humain.

Rifgut avait profité de ces quelques secondes gagnées pour se débarrasser de son bouclier qu’il avait laissé tombé dans la boue, et se saisir de sa lance à deux mains. Il eut cette fois le temps de railler son adversaire avant de réattaquer dans la foulée :


-1 partou, zom ! J’vé t’fèr mangé la bou pi j’donerè ton cor a mé gar pour ki l’bouf !
Tentative de bravade (test d’INT de Raël + 2 pour volonté de fer) : 6. Réussite. Aucun malus.

Round 1 :

Attaque de Rifgut (oui, il est plus rapide que toi, hors 1er round) : 15. Raté.
Attaque de Raël : 1. Réussite critique : dégâts doublés ! Esquive de Rifgut : 6. Ratée. Dégâts : 85. One-shooté.
+1 xp. Profil mis à jour
Rifgut le buteur d’zom était certes fort, mais il n’eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Ignorant totalement sa bravade, le scythien humilié fonça au combat, et avant que le peau verte terrifié n’eut pu faire quoi que ce soit, un puissant coup de taille sépara sa tête de son corps, son expression figée à jamais dans un rictus de défi où perçait l’incompréhension. Lui qui avait tué tant d’hommes (plusieurs centaines, du moins, d’après lui), venait de trouver son maître en la personne d’un guerrier de cette race.

Parmi le camp humain, il y eut une explosion de joie ! Des cris de défi, des hurlements de félicitations et des insultes pour les peaux-vertes. L’humanité triomphait, les mercenaires et les marchands qui s’étaient approchés du cercle scandaient son nom « Ra-ël Ra-ël », Aziz le premier ! Il venait probablement de leur sauver la vie à tous en remportant ce duel aussi magistralement. Même les plus endurcis des mercenaires le regardaient maintenant avec estime et respect, mêlés de crainte. Enfin, il avait droit à son heure de gloire, enfin il était reconnu comme le grand guerrier qu’il était !

Dépités, incrédules à la vue de leur chef si fort coupé en deux morceaux d’un seul coup d’épée par ce même guerrier sombre sur son cheval noir qui avait tué tant des leurs impunément, les peaux-vertes, désemparées, reculèrent. Ils étaient encore plusieurs centaines, et peut-être même bien d’avantage, car la vue ne portait pas très loin. Ils auraient théoriquement largement pu écraser le reste des humains. Mais ils doutaient. Depuis des heures, ils avaient essayé en vain de prendre la caravane, et les « po’roz » qui leur faisait face se battaient tous comme des lions, ne lâchant rien et tuant les leurs par dizaines, par centaines. Pire encore ce grand héros sur son cheval noir, qui ne craignait rien. Etait-il invincible ? Invulnérable ? Pouvait-on le noyer sous la masse ? En tout cas, nul ne voulait être le premier à l’affronter, et, leur moral brisé, leur chef tué gisant dans la boue, les peaux-vertes flanchèrent. Ils se replièrent et disparurent bien vite dans leurs cavernes, tandis qu’au loin à l’Est, derrière les contreforts montagneux des Montagnes Grises, le soleil faisait timidement son apparition !

La bataille était gagnée !

Malgré les nombreux morts parmi les mercenaires qui avaient vaillamment défendu leurs employeurs et leur cargaison, certes, mais aussi et surtout leurs propres peaux (dans l’impossibilité de fuir, c’était se battre ou se rendre et être pris en esclavage), la bonne humeur était de mise dans le camp des humains.

Beaucoup s’activaient à soigner les blessés, mais tous saluaient Raël avec déférence, s’arrêtant pour le féliciter. Les compliments fusaient de toutes parts : des tapes amicales de mercenaires, des « bien joué » « beau combat » « un coup magnifique », ou plus simplement des « merci ».
Alors qu’il rentrait dans le cercle des chariots, rouvert momentanément pour eux, puis refermé aussitôt (mieux valait rester prudent), le scythien fut acclamé par la totalité des survivants !

Aziz se précipita sur lui et lui dit, impressionné :


-Un combat magnifique, seigneur. Je… C’était…

Puis, il fut rejoint par le chef des marchands et responsable de l’expédition, Jeannot Fitzgodric, qui semblait radieux. Il ouvrit grand les bras pour féliciter le guerrier du Sud et parla d’une voix forte pour que tous l’entendent :

-In-croy-able ! Magnifique, merveilleux, et par la Dame : les mots me manquent ! Dès que je vous ai vu à Montfort, j’ai senti que vous aviez quelque chose de spécial. J’ai bien fait d’insister pour qu’il vienne, hein, Ursul ? Ca en valait l’investissement ! Bravo mon gars ! T’as fait du bon boulot, aujourd’hui !

Il donna une tape maladroite sur l’épaule du guerrier, puis se tourna vers ses hommes et leur annonça :

-Vous aussi, vous avez fait du bon boulot ! On a tous fait du bon boulot ! Evidemment, votre prime sera doublée, chacun de vous !

Puis il se retourna à nouveau vers Raël Khem et ses hommes et lui dit :

-Le petit nous a dit que tu t’appelais Raël Khem. Et bien Raël, je crois qu’on a tous une dette envers toi. Et, foi de Jeannot Fitzgodric, je ne serai pas ingrat. Tu n’étais pas payé pour ce travail, sauf pour l’équipement de ton cheval et tes repas ainsi que ceux de tes compagnons et de ta monture. Je ne vais donc pas t’offrir de l’argent, non.

Un grand guerrier comme toi, j’ai bien mieux pour toi. Mon frère aîné, Godemar, est le marchand le plus riche de toute la Bretonnie, le chef de notre guilde, la Confrérie du Phare, et l’intendant, c’est-à-dire le dirigeant, de L’Anguille. En fait, c’est l’un des hommes les plus puissants du duché de L’Anguille, sûrement bien plus que le Duc Taubert lui-même.

Figure-toi qu’il organise un grand tournoi juste à l’extérieur des murs de la ville. Une arme magique très puissante, issu d’une expédition en Terre des Morts, au-delà de l’Arabie, en sera le premier prix ! Voilà mon cadeau : je souhaiterai que tu y participes. Tous tes frais d’inscription seront payés, et tu pourras loger dans la meilleure auberge de la ville. Comme c’est un tournoi organisé par la Confrérie du Phare, roturiers comme nobles peuvent y participer, bretonniens comme étrangers. On aura certains combattants parmi les meilleurs au monde là-bas. Mais ne t’en fais pas, rien qui ne soit hors de ta portée !
Le Q.G. de Kriegsherr se trouve ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 493#p70493

Et vous pouvez donner un grade au Kriegsherr ici:
http://warforum-jdr.com/phpBB3/viewtopi ... 764#p70764

Avatar du membre
Raël Khem
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Warfo Award 2017 du meilleur PJ - Génie
Messages : 240

Re: [Raël Khem] Le cheval, le corbeau et la relique.

Message par Raël Khem » 10 janv. 2016, 15:06

Quand les anciens parlaient des peaux-vertes, c'était immanquablement pour mettre en exergue leur constante violence, un besoin de bagarre presque vital et une totale incompétence à se battre autrement que par la force brute. Cela, Raël ne le comprenait pas, tant un art martial totalement dénué de maîtrise lui semblait inefficace et inutile, voire dangereux pour l'utilisateur. La suite le détrompa quelque peu sur ses préjugés, quand il vit le gobelin esquiver puis parer ses coups. Une seconde il resta ébahit, ne s'attendant pas à de tels réflexes ni à une telle vivacité, il n'en obtint qu'un coup de bouclier qui le fit partir en arrière. Une roulade bien placée lui permis de se relever sans dégâts, mais ses nombreuses plaies lui faisaient mal et la douleur finissait par lui vriller les nerfs.

Ce combat devait se finir rapidement, sinon sa fatigue aurait raison de lui.

Prenant sa lame à deux mains, il se jeta tête baissée contre le gobelin hilare, lequel resta tétanisé alors que la lame entamait son cou tendre et détacha la tête de son corps du reste.
Il entendit les cris de joie et les pleurs apeurés des gobelins, mais ne s'en formalisa pas. Pour le moment son honneur de Scythien lui ordonnait un dernier geste.
Avec la rapidité de celui qui est conscient de son état, il planta la lance du gobelin dans le sol et y plaça la tête du mort, face au soleil. Il leva alors son kopesh ensanglanté vers l'astre qui apparaissait et déclara:


-"Ptra, je t'offre l'âme de ce monstre en sacrifice. Puisse-t-il alimenter ta bienveillante lumière, Ô roi éternel des dieux!

Djaf, nombreux sont les guerriers qui ont péris aujourd'hui de façon brave, que leurs âmes rejoignent celles de mes frères dans le combat éternel contre les Forces Obscures!"


Alors, laissant là son trophée, n'emportant rien d'autre que sa foi, son corps et ses armes, il descendit rejoindre la caravane, en profitant pour ramener Asaph avec lui au passage.
Sa fierté s'en retrouva multipliée, alors que tout le monde le félicitait, l'encourageait, le remerciait. Il ne savait pas comment réagir, lui qui méprisait tant les peuples au Nord mais se retrouvait enseveli sous leur gratitude. Mieux valait se montrer fier et brave, c'était ce que ces gens attendaient de lui.

Il sourit à Aziz et ébouriffa sa dense chevelure et lui intima de s'occuper de la jument avant de continuer tout droit, fatigué et hypnotisé de lassitude du combat. L'attendait le maître de caravane qui le félicita si fort qu'un instant Raël songea à se boucher les oreilles.
La suite se révéla pourtant particulièrement alléchante... Cette proposition de participer à un tournoi le tentait beaucoup, lui qui souhaitait trouver des adversaires à sa mesure... L'histoire de l'artefact néhekharien le fit sursauter: ainsi ces idiots de bretonniens mettaient en jeu une création d'une valeur inestimable venue d'un trésor créé il y a des millénaires? Mais quel genre de fous pouvait bien faire une chose pareille? Et surtout, ce frère, ce riche marchand serait-il un mécène pour les pilleurs de tombes? Cela semblait être le cas, il faudrait creuser la question.

Le guerrier se força à sourire malgré la colère et la douleur:


-"Ah! Un tournoi? J'en rêvais! Nous irons m'inscrire dès que nous serons arrivés, j'étais venu en Bretonnie spécialement pour participer à un d'entre eux. Mais je croyais qu'ils étaient réservés à la noblesse? Du moins c'est ce qu'on m'avait dit dans l'Empire!"

A vrai dire, il lui tardait surtout de se faire soigner et d'aller se reposer, que cette journée finisse.
Modifié en dernier par [MJ] Kriegsherr le 21 janv. 2016, 23:50, modifié 1 fois.
Raison : +5 xps
Raël Khem, Maître-d'armes Scythien
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 10 | Ini 15 | Att 16 | Par 16 | Tir 8 | NA 3 | PV 100/100
Lien Fiche personnage:

http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... _rael_khem
Equipement:

Compétences:
Compagnon : Aziz, voleur
Profil : For 6 | End 6 | Hab 11 | Cha 7 | Int 8 | Ini 10 | Att 8 | Par 9 | Tir 9 | NA 1 | PV 40/40
Compétences : Fuite (1) Chance (1) Escamotage (1) Mendicité (1) Vol à la tire (1)

Répondre

Retourner vers « Les autres régions »