[Suuriel] Un pavé dans la mare

Athel Loren est la plus ancienne des forêts du Vieux Monde. Ses arbres les plus vieux sont les jeunes pousses ayant germé à partir des graines semées par les serviteurs des Anciens en personne. C’est un lieu mystique qui s’étend sur une surface immense, mais nul ne sait si ce sont les Anciens ou l’influence du Chaos qui a éveillé ses arbres et leur a donné une âme. Toujours est-il qu’à l’aube des temps, ils ont commencé à raisonner d’une façon surnaturelle, et ont appris des sentiments tels que la haine et la colère. La forêt a peu à peu pris conscience d’elle-même et des autres races qui grouillaient comme des insectes à la surface du monde. Et les intentions de ces dernières ont éveillé sa rancœur…

Des menhirs gravés de runes elfiques marquent les limites de ce domaine végétal. Au-delà s’élèvent des arbres gigantesques dont les branches frissonnent et se tordent lentement, comme pour échapper à la barrière magique que forment ces pierres gardiennes. Les racines rampent et griffent les pierres couvertes de mousse, au milieu d’une brume persistante qui recouvre les clairières et les cavités du sol. Un tel labyrinthe de troncs et de branches suffit à rebuter l’esprit le plus décidé, car il abrite des yeux épieurs, des mouvements furtifs à peine entr’aperçus et des bruits inquiétants. La tranquillité surnaturelle des clairières tapissées de feuilles mortes et la brise silencieuse soufflant sur les sentiers ne voilent aucunement le sentiment d’être observé et mesuré à chaque pas que l’on y fait.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1463

[Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par [MJ] Le Grand Duc » 22 mars 2020, 18:22

Image



Rédigé par Taille Tallgott, Assistant MJ







Calendrier Imperial Nachexen de l’an 2529.

Arranoc, l’Été sans fin.




C’était la belle saison. Un été paisible, d’une chaleur discrète et enveloppante.

Quelques papillons, deux ou trois abeilles, divaguaient autour du jeune Asrai.

Rien d’étonnant dans cette région d’Athel Loren. Simplement l’été.

Ce matin-ci, Suuriel Ti Orieleth avait quitté la fraîcheur de son lieu de vie pour préparer sa récolte de plantes et autres ingrédients, tout le nécessaire pour accompagner les malheureux visiteurs amenés il y a peu dans leurs ultimes instants. Son empathie pour les sacrifices perpétués par son clan le menait régulièrement à la cueillette, ainsi à chaque fois qu’un nouveau convoi de voyageurs arrivait au village, le jeune Asrai déserta son village.

Suuriel flânait dans une partie reculée de la forêt quand des frondaisons il entendit des sons peu courants, sa nature curieuse le rapprocha peu à peu d’une modeste clairière ou il pouvait observer une vieille chaumière délabrée.
Ti Orieleth aperçu alors le dos d’un petit bonhomme, tout ridé et rabougri qui avait l’air fort affairé. L’individu jurait et semblait se débattre avec ses outils, soudain il s’arrêta puis il huma l’atmosphère autour de lui.

— Hey garçon ! viens donc aider ton grand-père !

Enfin, il se retourna laborieusement, pour lui faire des signes pressants de la main.

Suuriel put contempler la figure de la chose qui lui faisait face et paraissait en peine, la tête dégoulinante de sueur. L’elfe ne mesurait pas plus d’un mètre cinquante des pieds à la plume de la calotte qui le coiffait.
De chaque côté d’un bonnet de feuilles, deux oreilles pointues et légèrement courbées par le temps, au milieu d’un visage et d’un nez trop proéminent pour un elfe. Un menton en galoche ainsi que deux gros yeux à moitié fermés le toisaient.

La chose ne semblait pas agressive au contraire, mais le vieil Asrai qui lui faisait signe demeurait notoirement atypique, bien loin des elfes minces, beaux et nobles.
Enfin, il était simplement vêtu d’un pagne de feuilles vertes qui descendait jusqu’aux extrémités de ses talons en s’enroulant le long de ses jambes comme la vrille des liserons.

— Bouge-toi, bon sang !

Effectivement, le jeune Asrai n’en saurait pas plus sur l’énergumène en restant planter là.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Suuriel
PJ
Messages : 5
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 9/ CHAR 9/ INT 9/ INI 9/ ATT 8/ PAR 9/ TIR 10/ MAG 10/ NA 1/ PV 50/50 bonus inclus
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_suuriel_ti_orieleth

Re: [Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par Suuriel » 24 mars 2020, 18:29

Un été perpétuel. C'était ironique comme cette partie du royaume forestier était onirique et tout à la fois cruelle. Ironique ou tout simplement dangereux. C'était un piège des plus ingénieux que de profiter de ces bois paradisiaques et d'assouplir l'isolationnisme Asrai pour attirer les proie dans la toile implacable d'un piège séculaire.

Suuriel le savait, même s'il s'était soulevé contre ces traditions cruelles, jamais il n'aurait convaincu ses frères et soeurs de ne pas sacrifier ces vies pour leur sécurité. Et puis qu'auraient-ils fait ensuite ? Partir en exil vers les autres clans de Loren ? Combattre les créatures des Cryptes pour s'assurer la sécurité et s'affranchir de la peur constante d'être massacrés et dévorés ? L'une et l'autre de ces solutions n'était même pas envisageable et l'elfe riait de lui même de la bêtise de cette idée. Les étrangers étaient des idiots et massacraient la forêt, saccageaient la nature et ses bienfaits, violaient et pillaient la sacralité de la terre, mais fallait-il les utiliser comme du bétail ? C'était comme jeter des bûches au feu pour garantir une nuit supplémentaire de confort. Non. Les voyageurs ne méritaient certainement pas ce traitement.

C'aurait pu être interprété comme une vengeance pour ces affronts envers la nature ou des actes xénophobes comme bien d'autres clans Asrai en accomplissaient, parfois par simple haine débilitante de l'inconnu. Mais il n'en était rien. Certes il restait une méfiance parmi le clan de Suuriel envers la différence, parfois un soupçon de haine. Mais c'était bien la Peur qui les poussait à entretenir ce piège.

Les Festivités avaient commencé il y a déjà plusieurs jours et le jeune Etudiant avait déjà récolté quelques plantes pour concocter sa Miséricorde. C'était là tout ce qu'il pouvait faire pour accompagner ces malheureux dans la mort. Il les laissait profiter de la musique, de la boisson et des fruits de la chasse du clan. Cette comédie permettait au moins d'offrir d'heureux derniers jours à ces tribus pour les crypte. De l'insouciance et des rires sous la canopée qui filtre les rayons du soleil estival. Qui n'aimerait pas une fin de vie aussi paisible ? C'est ce souvenir que Suuriel voulait préserver en droguant ces victimes furtivement. Qui se rendrait compte qu'un narcotique était mêlé au vin puisqu'aucun Asrai ne partageait cette passion pour l'enivrement durant ces fêtes sacrificielles ? Inconscients, ils ne sentiraient au moins pas leur passage de vie à trépas.

C'est en songeant à tout cela que l'elfe avançait dans les broussailles et bosquets. Il avait repéré plusieurs semaines avant un tapis d'herbes qu'il lui fallait non loin de là, du moins il en était presque certain. Ses "talents" en matière d'orientation n'étaient pas des plus efficaces et il était courant qu'il demande aux arbres conseil sur le chemin à suivre, ou qu'il suivait la trace de Ghyran pour repérer tel ou tel plant.

La tête pleine de réflexions, il se retrouva hébété lorsqu'il sorti des frondaisons pour atterrir dans la clairière ensoleillée. Il garda son air pantois quelques secondes et se retourna vers la forêt en fronçant les sourcils comme si elle lui avait joué un tour fallacieux.

" Sérieusement ? C'est une blague ? " soupira t-il en se tournant en toute direction avant d’apercevoir la chaumière et d'avancer vers elle, interloqué.

Il mit quelques instants à se rendre compte que la forme devant la bâtisse et percevant les mouvements, il marqua un arrêt. Il fronça de nouveau les sourcils et sa vue s'ajusta pour cibler cette silhouette, réflexe inné de prédateur Asrai. Il vit alors le petit bonhomme s'adresser à lui et lui faire des signes. L'aider ? Mais pourquoi ? A quoi ? Et quels étaient ces traits qu'il portait ? Les Sylvains étaient de nature plus sauvage que leurs cousins lointains d'Ulthuan et ceci paraissait parfois dans leur apparence. Lui même arborait une pilosité singulière pour un elfe. Mais ce vieillard était tout de même très singulier.

Il approcha alors en balayant du regard la zone. Il avait certes une vue perçante comme tous les Asrai, mais n'était pas un chasseur ou un guerrier. La forêt, quoi que paisible dans cette région, lui avait appris à se méfier des apparences et à rester sur le qui vive. Si la situation le nécessitait, il avait au moins son bâton pour se défendre et la forêt derrière lui pour fuir.

Après ce contrôle de sûreté, il se détendit et rabaissa quelque peu les épaules avant de sourire naturellement vers le vieil elfe d'un air amical. Son sourire franc bien que carnassier, trahissait sa nature peu hostile. Il faisait chaud, comme toujours en Arranoc, mais cette clairière dégagée n'offrait pas la protection des bois contre les rayons mordants du soleil. Sa peau ne mit pas longtemps à perler elle aussi au niveau du front et il comprenait que cet énergumène sue à grosses gouttes.

" Je peux vous aider ? Vous semblez en peine ? " lança t-il d'une voix grave et douce, glissant comme un ronronnement profond.

Il approcha alors jusqu'à arriver à deux toises de l'ancètre, son bâton à la main sur lequel il s'appuya pour observer autant que pour se défendre au cas où.
Modifié en dernier par Suuriel le 29 mars 2020, 01:19, modifié 1 fois.
Suuriel Ti Orieleth, Voie de l'étude de la Magie
Profil: For 8 | End 7 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 9 | Tir 10 | Foi | Mag 10 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_suuriel_ti_orieleth

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1463

Re: [Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par [MJ] Le Grand Duc » 25 mars 2020, 18:48

Image


Rédigé par Taille Tallgott, Assistant MJ









Pas-à-pas, degré par degré, l’air environnant se réchauffait.

La chaleur croissait au fur et à mesure que Suuriel se rapprochait de la bicoque, tout comme s’il s’avançait peu à peu d’un incendie.

Des gouttelettes de sueur commencèrent à se constituer sous son armure de feuilles et le jeune Asrai comprenait à présent la raison de la partielle nudité de l’individu. Pour autant, cette température insoutenable ne semblait pas affecter l’écosystème immédiat et les insectes continuaient à virevolter dans les alentours sans la moindre inquiétude. En outre, aux abords de l’édifice le phénomène rendait la végétation curieuse, à en juger l’orientation que leurs fleurs avaient prise.

Un frisson étrange traversa l’échine de l’elfe sylvain.

— B-Bien sûr que tu vas m’épauler, faut prendre soin de ses ainés.

Le vieil Asrai était extrêmement concentré et n’avait pas pris la peine de regarder son interlocuteur cette fois-ci, occuper qu’il était avec sa réalisation.

En s’approchant de plus près le néophyte put apercevoir l’ébauche, des dizaines de pierres étincelantes étaient éparpillées çà et là sur le rocher plat qui servait d’établis à l’ancêtre.
Des entrelacs de lierre et de lianes les retenaient pour former un cercle d’environ trois pieds de diamètre. En son centre, on pouvait distinguer une représentation floue, un paysage peut-être.
De part et d’autre du roc, deux farfadets s’affairaient autant que le vieil aïeul, les créatures regardèrent le nouveau venu d’un air malicieux, mais ne bougèrent pas, trop occupés à maintenir l’ouvrage brinquebalant.
Les deux farfadets brillaient d’une lumière chatoyante, ils avaient endossé des membres courts aux muscles denses et une barbouze luxueuse ornait leurs minuscules frimousses. Ils avaient curieusement pris l’apparence d’un peuple peu apprécié des habitants d’Athel Loren.

— F-faut, que tu me tiennes ça Ti Orieleth. J’ai besoin de méditer un moment. L-Lâche les pas.

Les gemmes semblaient s’enfoncer peu à peu dans le minéral et certaines étaient à présent en quelque sorte enchâssées au rocher.

N’importe quel néophyte aurait pu découvrir par lui-même quelles gemmes restaient à maintenir.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Suuriel
PJ
Messages : 5
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 9/ CHAR 9/ INT 9/ INI 9/ ATT 8/ PAR 9/ TIR 10/ MAG 10/ NA 1/ PV 50/50 bonus inclus
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_suuriel_ti_orieleth

Re: [Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par Suuriel » 29 mars 2020, 01:18

Le néophyte Asrai observait pensif quelques longues secondes le travail du vieillard et des farfadets nanesques. Cela ne dura que deux battements de cils mais il oublia la présence singulière de ces individus pour un instant.

Sa perception de la magie lui intimait que Ghyran s’écoulait en ce lieu. Il plissa les yeux comme pour ajuster sa vue. Il savait qu’en se concentrant il pourrait percevoir le flux de jade qui s’écoule le long du lierre et peut-être comprendrait-il ce que tramait le vieil ermite.

« ... Ti Orieleth ?! Mais qui vous a dit ... ?! » éructa t-il arraché à ses pensées en entendant son nom.

Intrigué par ce travail et par la présence magique en ce lieu, il se saisit des pierres désignées pour les maintenir comme le faisaient les farfadets. Il regardait l’ancêtre en haussant un sourcil interrogateur avant de reporter son regard sur le lierre, les pierres et le rocher.

« C’est un rituel ... Le souffle de Vie est fort ici. Que cherchez-vous à accomplir ? »

Il écartait presque de lui-même le fait que cet inconnu semble le connaitre, trop attiré par ce qu’accomplissait l’elfe. Quoi que ce fut, ça ne pouvait être néfaste. Le souffle de Ghyran était vital, inspirant, revigorant. Contrairement aux autres natures magiques issues du chaos, celui-ci était doux et vivifiant, pacifique. Il se jetait donc à l’aider en cherchant presque à comprendre de lui même ce que pouvait bien viser ce rite étrange. Il n’en avait pas vu de tel parmi les Tisseurs de Charmes de son clan.

Non, auprès d’eux c’était principalement des sorts plus basiques et instinctifs qu’il apprenait : aider la sylve à pousser, ressentir la vie aux alentours, soigner les maux des corps et de la forêt. Il apprenait à agir en soigneur et c’était là un enseignement bien noble, mais cette pratique était d’un autre genre et cela ne lui échappait pas et attisait sa curiosité et sa soif d’apprendre.

Le soleil continuait se darder ses rayons et quelques mèches rebelles de sa chevelure collaient à son front qui perlait de sueur. Alors qu’il finissait sa phrase, il souffla même sur une mèche pour l’écarter, ses mains étant prises et le souffle le soulagea autant sur sa peau humide qu’il l’accabla un peu plus de chaleur.

Il ne comprenait que trop bien que son « hôte » se soit mis si à l’aise en sentant l’eau ruisseler sur son corps et coller à son armure de feuilles. Elle était faite pour être légère et aérée mais ce soleil de plomb était une véritable fournaise. La présence de plantes vivaces et verdoyantes par ce temps en pleine fournaise était pour lui une preuve supplémentaire de la forte Vie en ce lieu.
Suuriel Ti Orieleth, Voie de l'étude de la Magie
Profil: For 8 | End 7 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 9 | Tir 10 | Foi | Mag 10 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_suuriel_ti_orieleth

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1463

Re: [Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par [MJ] Le Grand Duc » 30 mars 2020, 20:12

► Afficher le texte








L’ancêtre ignora les interrogations de son cadet, ressentant des ennuis plus pressants à résoudre.

Suuriel Ti Orieleth sentit presque immédiatement le vent de magie pénétrer son corps, visible à l’œil nu sur le pourtour de l’ouvrage. Un ruisselet fantastique, vert et scintillant s’y déversait.

L’antique Asrai réjoui d’avoir enfin les mains libres, il ne gaspilla pas une seconde et laissa tomber son pagne, puis se mis à uriner contre l’autel rudimentaire.
Suuriel prit au dépourvu, ne put que détourner le regard. Mais trop tard, le mal était fait, il venait d’apercevoir un postérieur âgé de plusieurs millénaires.

— Non d’une donneuse de nouvelle à la main, treize secondes de plus et je me faisais dessus !

Le vieil Asrai était aux anges, il sifflota un air joyeux tout en se soulageant aux côtés du jeune elfe Sylvain.

— Ça arrive plus souvent qu’on ne le pense mon jeune descendant.

Test sous hab 9 -1 (surprise) (7) réussite (+1xpm)

Le jeune elfe continuait de maintenir sans encombre les gemmes à leur place. Les farfadets quant à eux, venaient de finir leur part du travail et leurs yeux pleins de convoitise s’étaient aussitôt braqués sur Suuriel. En un instant, il apparaissait devant le visage du novice, et commençait à inspecter ses oreilles, en piaillant d’allégresse, un des protagonistes sortis de son champ de vision tandis que l’autre furetait dans l’armure d’écorce et de feuilles. Les deux créatures avaient attendu ce moment depuis trop longtemps et ils semblaient au bord de l’extase.



La fouille au corps dura jusqu’à ce que l’ancêtre remonte son pagne pour s’approcher et regarder où en était son œuvre.
► Afficher le texte
— b-bien, c’est bien mon garçon, on y est presque. Je vous ai vus, truandaille que vous êtes !

L’énergie de Loren continuait à affluer dans le cercle et le paysage qui y miroitait était de plus en plus défini, une sorte de savane parsemée de gros arbres, des mammifères, sûrement des équidés y broutait paisiblement.

— On y est gamin…

Sans coup férir, l’Asrai poussa son cadet dans le cercle où il fut aspiré dans un flot de magie verte vers cette étrange contrée.
Une seconde, ou quelques décennies plus tard… Suuriel finit par ressortir du torrent et chuta de l’autre côté du tableau, allongé, ventre au sol, l’instant d’après c’était le vieillard qui atterrissait fesses en première, sur le dos du novice.

— Tu verras tu va t’y faire, cela dit, tu t’en es bien tiré pour un corrompu.

— Bien, bien, ce n’est pas le tout, mais j’ai une chose très importante à effectuer, quelque chose d’importance capitale… tu vois ?
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Avatar du membre
Suuriel
PJ
Messages : 5
Profil : FOR 8/ END 7/ HAB 9/ CHAR 9/ INT 9/ INI 9/ ATT 8/ PAR 9/ TIR 10/ MAG 10/ NA 1/ PV 50/50 bonus inclus
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_suuriel_ti_orieleth

Re: [Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par Suuriel » 31 mars 2020, 14:52

L'Asrai prit les pierres et écarquilla les yeux en voyant le flot de Ghyran se déverser et onduler en suivant le sentier dessiné par le lierre et les tracés. Il contempla cette danse éthérée qui courait sur le travail du vieil elfe et le souffle gonfla dans sa poitrine avant de s'arrêter lorsqu'il senti cette énergie s'écouler en lui. C'était un souffle qui opérait dans son corps, frais, revigorant, aussi doux qu'une brise matinale de printemps ou que la caresse d'un ruisseau. Il en sourit même d'excitation et de bien-être en sentant ce flux.

Bêtement, il voulu en faire part au vieillard et laissa échapper un hoquet de surprise avant de tourner rapidement la tête en voyant le pagne grossier tomber au sol et le postérieur flétri par le temps gigoter sous ses yeux.

" Mais ... Mais qu'est ce que vous faites ?! " éructa t-il dans un élan de panique teinté de gêne et de pudeur. Les Sylvains avaient conservé un certain raffinement de leurs cousins elfiques et la nudité restait intime dans leur culture.

Le ruissellement jaunâtre éclaboussait la terre à ses pieds et serpentait à quelques pouces de lui. Au fur et à mesure que la vessie de l'ancêtre se vidait, ses joues s'empourpraient et il fronçait les sourcils alors que l'incrédulité et l'impatience face à ces mœurs étranges commençaient à faire monter la colère dans sa gorge.

" Vous foutez quoi bon sang ?! " finit-il par vomir d'exaspération lorsque l'impulsion fut trop grande pour rester confinée dans son goitre.

Il tenait bon malgré tout les gemmes et la magie qui tournoyait entre ses mains ne l'incitait d'ailleurs pas à lâcher quoi que ce fut. Ne sachant pas vraiment ce que réservait ce rituel, il aurait été inconscient de risquer une quelconque catastrophe en laissant s'échapper tant d'énergie. Sa concentration couplée à son emportement laissèrent champs libre aux farfadets qui se plantèrent devant lui. Il afficha alors un air éberlué, totalement stoppé dans l'élan de sa colère, en les voyant ainsi rire de malice.

L'inspection de son anatomie débutant, il commença à nouveau à grommeler et même à grogner en dévoilant une canine qui aurait certainement pu volontiers en planter un au passage.

"Mais qu'est ce que ..." fut-il interrompu en sentant les petits êtres glisser sous son armure et se faufiler dans les feuillages pour inspecter son corps. Il se mordit alors les lèvres, presque jusqu'au sang avant de pouffer et tousser un rire franc et hystérique, serrant d'avantage les mains sur les pierres pour ne pas les lâcher tout en se déhanchant, à moité plié en deux. Les larmes commençaient à poindre et il en oubliait totalement le vieux et son rituel, pris par les spasmes et le rire de sentir les deux formes passer et remuer sur ses côtes, ses cuisses, son ventre. Les zones où sa peau était la plus fine le lançaient dans de nouvelles envolées de rire entre deux suppliques pour qu'ils cessent.

Il ne vit pas le vieux remonter son pagne sur son séant, ni même ne prêta quelque attention à ce qu'il dit pensivement. Il aperçu simplement le paysage qui se dessina sous ses yeux distraits et se figea, miraculeusement insensible aux taquineries des farfadets. La contemplation qui sembla lui durer de longues minutes passa en un battement de cils et fut brusquement interrompue par la poussée du vieux.

"Des fous ... Ce ne sont que des fous et tout ceci n'est que folie ..." C'étaient là ses pensées en se sentant plonger puis happé par l'ouverture à ses pieds. Il se senti saisi et tiré avec la force d'un ouragan, comme emporté dans un torrent et jailli au milieu de nulle part en exécutant une roulade plus que non maîtrisée pour percuter le sol en expulsant tout l'air de ses poumons. Il haleta et se pris la tête en geignant, commençant à se relever avant d'être de nouveau percuté et de s'aplatir sur le sol en sentant le Vieux Fou atterrir sur son dos.

Un instant. Juste un instant, les yeux clos et dans le silence simplement bercé par les grillons qui chantaient dans cette terre inconnue. Il refit la mise au point et inspira avec le peu de douceur qu'il pu encore réunir pour se calmer. C'est alors, avec toute la sérénité qu'il avait encore, qu'il se leva d'un bon en renversant l'elfe et en se dressant devant lui, veines saillantes au cou et mâchoires serrées, il hurla au milieu de la plaine :

"IMPORTANTE A EFFECTUER ?! VOUS VOULEZ ME CHIER AUX PIEDS APRES M'AVOIR PRESQUE URINE DESSUS ? ET VOUS ME BALANCEZ ... AU ... Au milieu de ... Où est-ce que ..." Sa colère et ses mots moururent alors qu'il réalisait très vaguement ce qu'il se passait là. "Les ... Les arbres ... ?"

C'était un choc. Il n'y avait presque plus d'arbres. Pour n'importe qui c'aurait été un détail mais pour un Asrai arraché à la forêt aussi violemment, c'était un coup immense. L'elfe se redressa et regarda autour de lui fébrilement. Il n'était plus dans la forêt. Non ... Il n'était plus en Athel Loren, du moins plus en Arranoc ! Ce paysage lui était totalement étranger.

Il commença à sentir une nouvelle émotion lui tordre le ventre et combler à nouveau sa gorge laissée vide de colère. C'est apeuré qu'il tourna les yeux vers l'elfe et terrorisé, il se sentit perdre sa raison au profit de la panique. Il n'arrivait plus à formuler ne serait-ce qu'une parole. Il prenait des bouffées d'air aussi désordonnées que ses pensées et s'agrippa au vieil homme en cherchant des yeux une éventuelle échappatoire, rassemblant ce qu'il pu de contrôle pour s'exprimer.

"La forêt ?! Où est elle ? Corrompu ?! ... Je ... Où sommes nous ?! RENVOYEZ MOI !" secouait-il le vieillard en l'implorant d'un regard tremblant et fragile.
Suuriel Ti Orieleth, Voie de l'étude de la Magie
Profil: For 8 | End 7 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 9 | Tir 10 | Foi | Mag 10 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_suuriel_ti_orieleth

Avatar du membre
[MJ] Le Grand Duc
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2019 du meilleur MJ - RP
Messages : 1463

Re: [Suuriel] Un pavé dans la mare

Message par [MJ] Le Grand Duc » 02 avr. 2020, 21:36

► Afficher le texte









L’Asrai vénérable s’approcha doucement de son cadet et lui tapota le sommet du crâne, comme pour réconforter les lamentations d’un enfant en pleurs.

— Non, non mon jeune ami nous effectueront nos besoins plus tard, d’ailleurs je ne te conseils ne pas de vider ta vessie en ses lieux. Puis il laissa s'échapper un rot sonore.

— Tu as raison, tu es corrompu malheureusement. Tu n’es pas vraiment un elfe Ti Orieleth, tu es un être perverti par le charme d’Athel Loren. Une créature cruelle tout aussi toquée que ses lointains cousins Asur ou Druchii… mais ne t’en fais pas, il ne faut pas que ça te travaille. C’est bientôt fini....

Suuriel tremblant de stress releva le regard vers son aïeul, et y découvrit un visage flétri, occupé par une expression malsaine, presque démoniaque. Le novice sentait sa fin approchée, elle était tangible, le vent de Ghyran s’asséchait, il pouvait ressentir la magie d’Athel Loren qui quittait peu à peu son corps engourdi.

Soudainement, le faciès de l’Asrai s’altéra à la vue de l’expression d’incrédulité qui teintait le portrait du jeune elfe, puis un sourire radieux éclaira la figure du vieil Asur, qui partit séance tenante dans un fou rire et alla se rouler dans l’herbe en se tenant le ventre de rire. Les farfadets qui désormais avaient pris la forme de petits rongeurs aux dents proéminentes l’imitèrent immédiatement en s’enroulant en chœur dans les herbes folles. L’affaire dura un instant, puis l’ancêtre retrouva son sérieux et commença à farfouiller dans sa besace.

— À propos, Athel Loren c’est par là. Dit-il en pointant nonchalamment du doigt l’horizon.

— Un ou deux jours à dos de dragon, mais tu n’as pas de dragon n’est-ce pas ?


— Tu as pris des changes Ti Orlieth ? Car en ses lieux tu risques de faire tache avec tes haillons de feuilles.
Enfin, le vieil Asur retira sa calotte et laissa s’échapper une longue chevelure d’un blanc éclatant.


L’Asrai adopta un air satisfait et sortit de sa musette un tissu des plus délicat. Il fit tomber son pagne de lierre puis il endossa une toge pâle parsemée de motifs simples aux couleurs vives, la tenue était sans aucun doute de facture Elfique et semblait aussi confortable à porter, que plaisante à regarder.


— Oui évidemment, ne t’en fais pas, tu vas rentrer chez toi… mais d’abord nous devons récolter des ingrédients qui nous sont nécessaires.

— Tu vois ces arbres gigantesques ? J’en ai besoin, toi tu es jeune et malléable, tu comprends, ce sera plus facile pour toi. Allons mon jeune ami.
Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois. Je vis avec mes gens, loin de la folie des hommes. La nuit je vole dans les sombres profondeurs de la forêt. Mon regard d'acier partout se pose, et sans bruit, comme le vent, je file entre les branches des arbres séculiers. Je suis le Grand Duc, seigneur de ces bois.

Répondre

Retourner vers « La Forêt de Loren »