[Surcouf] Avarie commune

Marienburg est le plus grand de tous les ports du Vieux Monde. Située à l’embouchure du fleuve, la ville est un énorme centre de commerce. Le Reik est ici un fleuve énorme, mesurant plus d’un kilomètre et demi d’une berge à l’autre. Marienburg est une cité indépendante (sans lien avec l’Empire), située au sein des Wastelands. c’est aussi le centre de l’activité religieuse du Culte de Manaan, le Dieu de la Mer.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 748
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Pourbus trinqua avec plaisir avec Surcouf, et à son toast, il répondit par une phrase en classique :

« Dilige amicos. »

Il sirota son vin du bout des lèvres, et seulement par petites gorgées — voilà un bien pauvre marin, qui ne dégommait pas son godet d’une traite.
Aux propos de Surcouf, il eut d’abord un hochement de tête, puis une mine amusée.

« Oh, pas nécessairement, détrompez-vous. En fait, c’est même un peu comme les marins. La plupart des officiers de marine du Vieux Monde ont étudié dans des écoles de navigation, ont acheté une commission à l’amirauté grâce à leurs parents, et servent diligemment comme cadets puis enseigne sous l’égide de vrais lieutenants qui les forment. Et puis, à côté de ces gens bien maniérés, il y a des personnes comme vous, plus… Dans le réel.
La magie c’est un peu pareil. Beaucoup des magiciens qui ont une licence, qui peuvent servir sur les navires, ont été cloîtrés et ont reçu un enseignement carré et strict pendant des années au sein de collèges fermés — mais il y a aussi quantité de magiciens qui se sont découvert sur le tard, ou qui ont appris loin de toute institution. Ils n’en sont pas forcément moins doués. Juste plus… Irrévérencieux. »

Il fit une pause, et but un petit coup.

« Il y a plusieurs théories sur la magie — c’est un sujet d’étude qui mélange la science et la philosophie, aussi, si vous parlez à un magicien comme moi, ils adoreront vous perdre en explications compliquées sans jamais trop se mouiller. Aussi, ne prenez pas trop au pied de la lettre ce que je vais vous dire ; je sais que les marins aiment qu’on dise les choses clairement, même si ce n’est pas vrai, c’est plus simple quand on est perdu dans le royaume d’un Manaan complètement imprévisible.
Il semblerait que tous les êtres humains, tous, à d’extrêmement rares exceptions, soient liés inconsciemment aux vents de magie. C’est pas vraiment des vents, mais c’est plus simple à expliquer si vous l’imaginez ainsi ; il y a des forces, autour de nous, qui sont invisibles, mais qui pourtant ont un effet sur la faune, la flore, l’atmosphère, les corps, et même les émotions… »


Et là-dessus, il se mit à jouer avec sa pâtisserie : il attrapa une des fraises entourée de crème pour la surélever.

« Tenez — vous voyez les fruits ? Vous savez à peu près comment ils poussent — il faut de la terre, de l’eau, du soleil… Mais comment, concrètement, la plante reçoit l’information de créer le fruit ? Pourquoi est-ce qu’il faut que des abeilles et d’autres insectes butinent autour pour leur permettre d’éclore ? Il y a toute une synergie assez incroyable de facteurs pour cette chose aussi simple qu’une petite fraise.
Nous, les magiciens, nous pouvons simplement percevoir le décor du monde ; nous voyons les fils du marionnettiste. Je sais que la nuit, il y a un vent gris et froid qui tapisse le monde, et je sais que tous les animaux, jusqu’à la plus petite puce, ont une aura ambrée qu’ils laissent dans leur sillage…
Vous, capitaine Surcouf, avez une sensibilité magique sans vous en rendre compte. C’est… Parfois, la sensation que vous êtes suivi alors que vous marchez dans la rue. Votre instinct entraîné, qui devine il-ne-sait-trop comment dans quel sens le vent va tourner. C’est la chair de poule, quand une femme que vous aimez vous caresse le bras.
Le mage apprend simplement à d’abord percevoir ces vents, avec un sens supérieur à celui de la vue, ou de l’odorat ou de l’ouïe — et surtout, il apprend à jouer avec, à les attirer à lui, à les déplacer à l’aide de chants, afin de pouvoir mobiliser et déchaîner les forces de la nature.
Pour certaines personnes, ce don est inné. Mais même avec un don inné, il faut apprendre à se maîtriser et à manipuler avec bon escient ces vents. Ils sont aussi puissants que dangereux. Pour nous, et surtout pour les gens autour de nous. »

Il planta sa fraise, et l’avala tout d’un coup.

« Enfin, je vous dis tout ça, la scolarité au Baron Henryk ça consistait surtout à faire des farces avec de la magie. Il faut pas trop en vouloir aux étudiants, ils peuvent pas s’empêcher de faire des conneries. »

Il regarda par-dessus son épaule. Puis, une sorte d’énigmatique sourire se dessina sur son visage ; un sourire carrément espiègle.

« Je ne devrais pas le dire, car c’est interdit par ma licence de magie, mais…
Vous savez que si je vous fais tirer un jeu de carte, je peux immédiatement savoir laquelle vous avez pris ?
Ne jouez jamais aux cartes avec moi. »

Et il fit un petit clin d’œil au capitaine.

-3 pistoles d’argent. Il ne te reste que 4 sous de cuivre comme argent liquide personnel.


Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 289

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf hocha la tête, continuant à siroter son vin.
-J'en prend note. Tâchez de ne pas trop plumer mon équipage, monsieur Pourbus.
Il marqua une pause.
-Et du coup, qu'est-ce qui vous a poussé vous dans ce monde? Obligations familiales, découvertes d'un talent inné, le goût de l'aventure?
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 748
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Pourbus sourit à l’ordre de Surcouf. Et suite à sa question, le magicien eut un simple haussement d’épaules précédant sa réponse.

« Je viens d’une famille de simple libraires. Moyenne bourgeoisie, je n’ai pas eu à me plaindre durant mon enfance. On a découvert que j’avais un don sur le tard — contrairement à beaucoup de mes camarades, je n’ai pas montré que j’étais un mage de façon spectaculaire et terrifiante, et je n’ai pas été chassé de chez moi par des lyncheurs. Un magicien a simplement découvert que j’avais une certaine prescience alors que nous discutions, il m’a fait passer des épreuves… Il a proposé alors à mes parents de m’offrir cette éducation atypique, par une bourse. J’avais dix-huit ans.
C’est une vie qui me convient bien. Je suis bien payé. Et oui, on me promet de l’aventure.
Et puis, vous savez, manipuler de la magie, c’est… Plaisant. Terriblement plaisant. Comme rien d’autre au monde ne peut être plaisant, en fait. Aucune drogue n’atteint ce plaisir. »


Il eut un hochement de tête, avant de sourire en coin.

« J’ai de la chance de faire mes études à Marienburg. Ce genre de discours que je vous tiens, il n’aurait pas la même approbation dans les terres d’Empire — là-bas les magiciens doivent être discrets.
Même si bon, tout n’est pas rose à Marienburg non plus. Les Chevaliers de la Pureté ont des oreilles un peu partout, paraît-il… »

Dan avait entendu parler de cette organisation. Si dans l’Empire, les chasseurs de sorcières étaient des militants officiels, formés par le culte de Sigmar ou des institutions légales, dans la Marienburg très tolérante, c’était un escadron clandestin qui s’était donné le droit de pourchasser mutants et thaumaturges. Les Chevaliers de la Pureté étaient un groupe d’auto-justiciers, qui avaient juré de faire du mal à toutes les personnes qui étaient, de près ou de loin, liés aux puissantes de la déchéance. Quitte à parfois s’attaquer à des gens innocents, comme les prêtresses de Shallya qui acceptaient de soigner des mutants.
Aux yeux de certains, ils n’étaient qu’une bande de fanatiques méritant la prison. Mais aux yeux de beaucoup plus d’habitants de Marienburg, ils étaient de braves gens qui faisaient ce que le Directoire n’osait pas faire : Agir contre le Mal, où qu’il soit.

« J’ai déjà eu affaire à eux, vous savez. Ils ne m’ont pas fait de mal, parce qu’ils savent que je suis un employé de son excellence van de Kuypers. C’est fou comment simplement dire son nom peut nous sauver d’un trépas. Mais il sait faire payer sa protection, le grand Jaan.
Je ne l’ai jamais rencontré, Kuypers. Jamais en personne. Vous non plus je suppose. Et pourtant il décide de nos destinées, à nous deux… Nous devons signifier si peu à ses yeux.
Je me demande comment un homme devient la personne la plus riche de la Terre entière. Dire qu’il n’était même pas censé hériter de sa maison marchande. »
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 289

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf haussa les épaules.
-Les noms sont des choses puissantes... mais comme votre magie, leur mauvais emploi reste possible. Dans le milieu où je travaille, la discrétion est un élément primordial. Il faut réellement réfléchir avant de lâcher un nom comme celui de notre employeur.
Il attrapa la bouteille et se resservit un verre.
-Imaginez que le très honorable et honnête Jaan van de Kuyper se retrouve publiquement associé à des personnages vraiment trop douteux. Beaucoup pourraient s'en servir contre lui. C'est d'ailleurs pour ça qu'il a une armée de prête-nom à travers le vieux continent, et qu'aucun de nous deux ne le rencontrera sans doute jamais.
Il porta le vin à ses lèvres.
-Bien sûr, cela arrive de temps en temps pour un homme comme lui. Rien qui ne soit insurmontable, mais c'est un désagrément dont il se serait bien passé. On ne devient pas l'homme le plus riche du monde en étant gentil. Et comme vous l'avez si bien dit, nous ne somme que ses pions. Des pions particulièrement sacrifiables.
Il reposa le verre.
-Ainsi, quelqu'un qui s'amuserait à agiter trop ouvertement un tel nom pourrait s'attirer beaucoup d'ennui. Il pourrait servir de sinistre message, adressé à notre employeur, ou bien d'exemple, pour nous autre.
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 748
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Le magicien sembla considérer un moment les paroles de Surcouf. Il bomba les lèvres, regarda une quelconque fresque accrochée au restaurant, et puis, au final, il tiqua des lèvres.

« Kuypers doit beaucoup à son talent. Mais dire qu’il n’aurait jamais eu tout ça sans une histoire tragique… »

Surcouf n’avait peut-être pas l’air de voir de quoi il parlait, alors, le mage hocha de la tête.

« Vous ne connaissez pas l’histoire ? Elle est connue de tout le monde à Marienburg, mais personne n’ose trop en parler, on pense que ça attire le malheur, et vous savez comme les gens sont superstitieux…
Et les marins, surtout. »


Oui, sur ce point, il avait raison. Il y avait tellement de règles bêtes à bord, pour ne pas attirer le Mauvais Œil. Manaan n’avait pas réellement une religion, juste un tas de croyances et de coutumes partagées dans tous les ports du monde. Dont celle de ne pas parler de la mort de quelqu’un, si elle était entachée de quelque chose de révoltant…

« Jaan avait un grand frère, Bertold van de Kuypers. Brave homme, diplômé de l’académie du baron Henryk en un tas de choses, officier de marine émérite, il aurait fait un excellent chef pour sa maison…
…Mais un soir, durant un dîner de famille, il a été pris d’un accès de folie — apparemment c’était déjà le cas depuis longtemps, mais ça a explosé publiquement en une nuit. Bertold a fermé à clé la porte de la salle à manger, et il a… Utilisé un couteau, pour tuer ses parents, sa sœur, son épouse, et même ses propres enfants.
Il… Il leur a ouvert la poitrine, et a dévoré leurs cœurs. »


Le magicien eut l’air soudain assez ému. Les mots semblaient sortir difficilement de sa bouche.

« Jaan n’a été épargné que parce qu’il n’était pas présent — il était en retard. Les valets de la maison sont finalement parvenus à démolir la porte de la salle à manger, et ils ont vu ce que Bertold était en train de faire à ses propres enfants…
Ils se sont jetés sur lui et l’ont maîtrisé. Bertold est passé devant un tribunal — il n’a échappé à la peine de mort que parce qu’il a plaidé coupable. Maintenant, cette sale engeance vit enfermée à Rijker, dans l’aile sécurisée. »

En réalité, Surcouf connaissait très bien cette histoire : difficile de passer un an à Rijker sans en entendre parler. Si la prison était un enfer, il y avait bien une aile spéciale, encore plus sécurisée qu’un pénitencier haute-sécurité. Qu’est-ce qu’on enfermait dedans ? À en croire des rumeurs, des corps possédés par des démons et des vampires. Plus probablement, des gens comme Bertold, l’homme qui avait tué ses propres enfants. Surcouf était d’ailleurs persuadé que c’était leurs yeux, et non leurs cœurs, qu’il s’était mis à béqueter.

« Je n’imagine pas l’horreur que ça a dû être pour Jaan. À mes yeux, il n’y a qu’une seule explication, pour une barbarie aussi ignoble : le Chaos, l’horreur indicible, celle qui crée les monstres en tout genre.
Jaan est devenu l’homme le plus riche du monde après ce traumatisme. Peut-être que c’est un moyen pour lui d’oublier les horreurs dont il a été témoin. Se ruer dans le travail, pour s’oublier. Il y a des manières plus saines, je suppose. »


Finalement, Pourbus avait terminé son dessert. Il attrapa son verre, et acheva également le bon alcool qui avait été payé par Surcouf.

« Hé bien ! On piaille bien, mais toutes les bonnes choses ont une fin.
Je vais passer quelque temps à mettre mes affaires en ordre, en attendant le départ. Il faut bien que je profite un peu de cette ville, au cas où je ne la revois jamais. »

Un fatalisme sorti de nulle part, et prononcé avec le sourire : Oui, cet inverti semi-femme était bien un vrai marin, derrière ses beaux costumes et sa toilette.



Les jours suivants furent beaucoup plus calmes ; le temps que la Dame Blanche achève enfin ses réparations, le futur équipage pouvait profiter de sa vie à Marienburg. La plus grande cité du Vieux Monde ne manquait vraiment pas de choses pour lesquelles s’occuper : Les courses de voiliers, les matchs de balle à la nage, les cercles de jeu, le parc naturel et ses animaux exotiques, les musées, les cabarets et café-théâtres… Cette cité bougeait, et dans chaque quartier de cette fourmilière immense où on parlait toutes les langues de la Terre entière, il n’y avait qu’un seul sentiment impossible à éprouver, et c’était l’ennui.

Les marins s’amusent d’autant plus qu’ils savent que Marienburg est un départ et une destination. Il y a des gens, dans cette ville, qui y habitent à l’année — mais ils ne vivent que parce que des hommes comme Surcouf et d’autres s’embarquent pour le large, et vont tout risquer, de l’humble pêcheur qui affronte les tourbillons de la rade, jusqu’à l’explorateur qui tentera sa chance jusqu’au lointain Cathay ; la Mer des Griffes est cruelle, et la mort attend chacun d’eux. Une mort d’autant plus horrible, que Mórr le Veilleur n’obtiendra pas les corps et les âmes des noyés ; personne, en fait, ne meurt en mer. On est perdu, en mer. C’est pire encore.



La date fatidique arrivait finalement : le grand départ. On était le 13 Sommerzeit, une semaine depuis que Surcouf avait serré la main du Mulot en acceptant de partir pour le Nordland récupérer du cognac. On était encore un Festag, et c’est pour ça que le départ ne pourrait pas avoir lieu aujourd’hui ; ce jour appartient à Manaan, et il fallait lui rendre hommage. Mais demain, pour le premier jour de la semaine, les voiles de la Dame Blanche seraient levées, et alors, il ne resterait plus qu’à faire son travail.

Surcouf avait donné rendez-vous à Darri près des docks — il fallait qu’ils peaufinent les derniers détails avant le grand départ. Le Bordelais trouva le Norse près des quais du Suiddock, là où des dizaines de navires étaient en train de mouiller. Les deux hommes se serrèrent franchement l’avant-bras, avant de se cogner l’épaule contre l’épaule, et sans plus de politesse, Darri mit tout de suite les pieds dans le plat :

« Zéro désertion dans l’équipage. On a gardé les noms de tout le monde, et ils seront tous là demain matin.
De toute façon, le mulot cassera les genoux aux fuyards, et ça sera tant mieux. »


La Dame Blanche n’était pas loin d’ici. Elle n’était pas vraiment flambante neuve, mais elle était calfatée, et avait un bel aspect de navire prêt à braver la mer.

« Le culte de Manaan va vouloir bénir le navire. Évidemment, ils vont réclamer du pognon — comme d’habitude. Le service de base, c’est pas moins d’un guilder la bénédiction ; on peut payer plus pour quelque chose de plus grandiose encore, si tu te sens superstitieux.
On peut aussi verser jusqu’à dix guilders aux serviteurs du Trident, pour qu’ils consultent les étoiles et tentent de savoir quel temps on aura ; ça peut être pratique aussi, d’avoir leur opinion sur le sens des vents. »


Si Surcouf croyait à la prédiction divine. Étant donné qu’il venait de Bordeleaux, il savait comment tous les gens de son duché étaient de véritables dévots du Trident, et prêts à tout pour obtenir son soutien.

« J’hésitais aussi à organiser une soirée pour l’équipage, pour bien souder tout le monde et se souhaiter bonne chance. On a recruté des gens sympas, mais de tellement d’horizons différents… Peut-être ça serait un moyen d’éviter des troubles à bord.
Si ça t’intéresse, et si t’as un budget en tête pour chaque convive, je peux voir ce qu’on peut faire de sympa. Ou pas du tout. »


Alors qu’ils discutaient, Surcouf ne put s’empêcher de noter quelque chose dans le costume de son compagnon :
À sa ceinture, il avait quelque chose qu’il n’avait pas avant — un pistolet de marine, bien en évidence. Ça avait dû coûter cher.

- 4 Guilders d’or, filés au mage comme prime d’embauche.

Jet d’intelligence de Surcouf : 5, réussite
Jet de perception : 6, réussite


Tu as minimum 100 Guilders d’or à dépenser pour remplir ta cale pendant la semaine — on fera les achats de cargaison sur discord, ça sera plus simple, alors n’oublie pas devenir me demander.
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 289

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf n'étais pas certain que se réfugier dans la construction d'une fortune personnelle soit un comportement très sain pour quelqu'un de traumatisé. Pour lui, ça sentait surtout le bon gros fourbe sans cœur, celui-ci remplacé par une pierre suite au massacre de sa famille. Il garda toutefois ses conclusions pour lui même et pris congé de Pourbus.

Quelques jours plus tard, la Dame-Blanche était finalement prête, ou presque. Il ne restait que de menus détails, comme sa bénédiction par les prêtres de Manaan, remplir la cale et souder l'équipage.

-Pour la bénédiction, on va lâcher trois guilders.
Surcouf n'avait pas spécialement envie de dépenser trop d'argent là dedans, mais il n'avait pas non plus envie de froisser le maître des océans en jouant les radins. Trois, c'était un bon nombre. Comme les trois dents du trident du dieu des mers. Quand aux vents, il avait un bon mage à son service, donc l'avis des prêtres risquait de s'en retrouver assez faussé.
-J'aime bien ton idée de soirée, mais je veux un truc simple, pas une grosse beuverie qui va claquer le budget. Deux ou trois verres ou chopes, quatre grand maximum, un petit repas sympatoche. On se fait plaisir, mais sans excès.
Il lui tapota l'épaule.
-Je te délègue l'organisation et la gestion de l'événement. Pense juste à me soumettre le résultat final qu'on soit sur la même longueur d'onde et zou.
Après tout, Darri était son lieutenant, il pouvait bien un peu lui déléguer ce genre de tâche.
► Afficher le texte
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Répondre

Retourner vers « Marienburg »