[Surcouf] Avarie commune

Marienburg est le plus grand de tous les ports du Vieux Monde. Située à l’embouchure du fleuve, la ville est un énorme centre de commerce. Le Reik est ici un fleuve énorme, mesurant plus d’un kilomètre et demi d’une berge à l’autre. Marienburg est une cité indépendante (sans lien avec l’Empire), située au sein des Wastelands. c’est aussi le centre de l’activité religieuse du Culte de Manaan, le Dieu de la Mer.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 648
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Le discours de Dan était direct, simple, et, somme toutes, assez traditionnel –- il n’avait rien dit de choquant ou d’inhabituel, dans ce qu’un capitaine de marine pouvait bien exiger. Et pourtant, au grand étonnement des recruteurs, il y eut bien deux personnes pour immédiatement se tourner et quitter l’entrepôt.

« Heu… C’est quoi leur problème ? Demanda Geest avec les sourcils froncés.
– Esclavagistes, je suppose.
– Comment ça ?
– La traite d’êtres humains est encore légale en Norsca et en Arabie — pas mal de gens trempent là-dedans, à l’occasion. Ça rapporte beaucoup d’argent, de kidnapper des Estaliens et Estaliennes pour les filer aux palais de califes.
Mais notre ami Surcouf répugne à faire du fric là-dedans. »


Darri avait dit ça en faisant la moue, presque comme s’il était déçu. Dan n’était pourtant pas un original là-dedans : à Marienburg aussi, l’esclavagisme était illégal, et le culte de Véréna avait convaincu le monde entier de mettre fin à ces pratiques — même les seigneurs de Bretonnie n’avaient plus le droit, depuis bien longtemps, de traiter leurs serfs comme des meubles, qu’ils pouvaient torturer, violer, déplacer et vendre comme bon leur semble. Du moins, si le roy l’apprenait, ça se terminait avec des déchéances de noblesse et des décapitations…
Mais Marienburg est cette ville étrange, où tout ce qui est illégal a quand même un support. Si Dan souhaitait se faire beaucoup d’argent, il savait à qui il devait s’adresser pour transporter des êtres humains enlevés à leurs familles ; pour l’heure, sa conscience s’arrangeait très bien de ne pas le faire.

La messe étant dite, Darri se leva à son tour, et fit un signe de la main.

« Vous passez un par un. Vous vous dites comment vous vous appelez, vous présentez votre expérience sur les navires, et vous essayez de nous convaincre — on va pas tous papoter pendant longtemps, autrement on aura pas fini ce soir, donc restez concis.
Le capitaine, moi et les deux ici présents auront peut-être des questions pour vous.
On commence par toi, mon garçon. »


Commença alors un défilé de fadariniers et matelots en tout genre. Beaucoup de personnes aux profils similaires — quelques matelots syndiqués, pur-Marienburger, fiers de servir : ceux-là étaient généralement de ceux qui semblaient le plus irréprochable, du moins ceux qui avaient déjà une expérience, qui priaient bien Manaan, qui comprenaient la chaîne de commandement. Et malheureusement, évidemment, les plus chers.
Parmi ceux de moins bonne réputation, beaucoup de jeunes émigrés. Bretonniens et Norses, surtout. Certains s’inventaient une vie sur les navires, mais il suffit de quelques questions moyennement techniques de Surcouf et de Darri (Du style : « Qu’est-ce qu’une dérive ? ») pour se rendre compte qu’ils mentaient. Au fond, engager des personnes sans expérience était un bon moyen de rogner sur les salaires, mais Surcouf savait à quel point c’était fatigant de devoir passer sa journée à taper sur les doigts d’un incompétent.

Mais il y eut, au milieu de ce défilé, quelques profils assez atypiques.


Le tout premier, ce fut une petite silhouette, juste plus grande qu’un tonneau : c’était un jeune homme, qui devait avoir douze ou treize ans.
Image


Malgré sa petite taille, son air osseux, et ses joues glabres, il semblait y avoir quelque force d’âme en lui.
Darri commença.

« Comment t’appelles-tu donc, mon garçon ?
– Ernst, m’sieur.
– Et quel âge as-tu, Ernst ?
– Seize ans. »

Il y eut des rires des matelots derrière lui, tant le mensonge ne semblait pas crédible.

« Et que veux-tu sur le navire ?
– Servir en tant que matelot, m’sieur.
– Oh. J’en déduis que tu as de l’expérience.
– Oui m’sieur : J’ai servi sur le Baron Paulus, en tant qu’artilleur. »

À nouveau, des rires de matelots. Le Baron Paulus, Surcouf ne l’ignorait pas, était le navire-amiral du culte de Manaan à Marienburg — le premier défenseur de la ville.
Bien sûr, il était trop petit pour être artilleur. Il devait probablement être un garçon à poudre, qui courrait de pont en pont en portant les munitions. Le genre de boulot ingrat qui était rempli par des enfants.

Kuilboer, prit la parole :

« Où sont tes parents, Ernst ?
– J’suis fils de Shallya, m’sieur. J’les ai pas connus.
– Pourquoi n’es-tu pas resté à l’orphelinat ?
– Hé, ça m’regarde, m’sieur ! »

Il était devenu tout furax, et avait fermé ses poings, ce qui provoqua à nouveau l’hilarité générale. Kuilboer lui-même ne le prit pas personnellement — à la place, il se mettait à sourire.
Mais il tourna la tête vers Surcouf, et haussa les épaules.

« Il me semble que généralement, les mousses ont de la famille dans la marine ? Un orphelin n’a pas sa place sur le pont.
– C’est un boulot comme un autre, maître Kuilboer. On peut lui filer un salaire et à manger, s’il est bon. Il y a pire comme emploi…
– Je suis assez mal à l’aise de mettre en danger un garçon qui a fugué de l’orphelinat. Auprès des Shalléennes, il peut avoir une éducation, devenir clerc, se faire un sort…
– Ouais, ‘fin, elles ont du bon sentiment, vos prêtresses, mais généralement les gosses sortis de l’orphelinat ils finissent dans le crime, ou très mal… Surcouf et moi, on maltraite pas de gosses. »

Kuilboer tordit ses lèvres. Visiblement, ce sordide négociant avide de fric avait des états d’âmes — voilà qui était surprenant.
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 270

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf dévisagea Ernst sans rien dire, pendant dix bonnes secondes. Il y a une dizaine d'années, il avait été dans les bottes de ce gamin. Mentant comme un arracheur de dent, s'inventant une vie et embellissant son expérience par des affirmations grandiloquentes que personne ne prenait réellement au sérieux. Un vulgaire chalutier se transformait en un navire amiral, un mousse charriant la poudre devenait un artilleur, une bise sur la joue devenait une partie de jambe en l'air. Mais ça n'était pas spécialement parce qu'il y avait un mauvais fond. Orphelin ou fils de pute, c'était une enfance difficile. Comme Darri l'avait si bien souligné, ces pauvres gamins finissaient souvent dans le crime.

Il y aurait une certaine hypocrisie à prétendre qu'Ernst, en s'engageant sur la Dame Blanche, ne se lançait pas dans une vie de criminel. Même si Surcouf se plaisait à dire qu'il était un honnête contrebandier, il n'en restait pas moins un contrebandier. Franchir la mince ligne bleue était tout le cœur de sa profession. Et il pouvait difficilement prétendre que cela n'avait pas amené son lot de problèmes de mauvaises fins. Par ailleurs, la mer était impitoyable, pas vraiment une place pour un gosse.

Mais c'était une occasion, pour un orphelin ou un fils de pute. La contrebande restait une entreprise plus subtile que le vol à la tire. Elle dépendait d'un grand nombre de compétences qui pouvaient aisément s'exporter ailleurs. Il n'était clairement pas plus artilleur que Surcouf n'était chevalier de Bretonnie. Mais il pouvait devenir un marin et c'était pour cela que les mousses existaient.

Il joignit ses doigts, continuant de dévisager Ernst.

-Tu as du cran garçon. C'est bien. Mais tu seras mousse sur mon navire. Pas matelot. Je suis prêt à t'accorder une place, à te loger, te nourrir et te payer, ainsi qu'à te former pour que le jour où les poils pousseront sur ton menton, tu puisses dignement te prétendre matelot. Mais à partir de maintenant, si tu rejoins mon équipage, je n'accepterai de toi que l'entière vérité et un absolu dévouement à la Dame Blanche.
Il se réadossa à son siège, posant les mains sur la table.
-Si ça te semble équitable, alors rejoint nous. Sinon...
Son index se tendit doucement vers la porte de l'entrepôt. La balle était était dans le camps d'Ernst.
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 648
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Le gamin prit la mouche, et se mit soudain à gronder :

« J’servirai fièrement, Herr Skipper, mais pas avec une paye d’mousse ! J’veux être payé comme un fadarinier ! »

Il y eut encore et toujours des rires — décidément, Ernst faisait la journée des futures recrues. Cela ne plut pas à Darri, qui fit un signe dédaigneux à la foule, et endossa son rôle de bon type voulu par Surcouf.

« T’es très fier, mon garçon, c’est bien, c’est important sur le navire — mais faut pas confondre ta fierté avec de l’irrespect, surtout devant ton futur capitaine.
Tu es un enfant, alors tu auras à bord le rôle d’un enfant — et donc, évidemment, la paye d’un enfant. Si on te payait comme un fadarinier, ça serait avec tous les horaires et les responsabilités d’un adulte — et je pense pas que tu tiendras longtemps avec des nuits entières à réparer les mâts.

– J’suis pas irrespectueux, m’sieur lieutenant ! J’sais c’est quoi la vie à bord ! J’ai d’jà tenu des mâts et couru à travers le pont face à des Norses ! »

Un des matelots dans la foule était maintenant en train de se tenir le ventre tellement il riait. Et, alors que ce n’était pas à son tour de parler, il héla le gosse :

« Ouais ?! T’as crevé un des trois yeux d’Archaon aussi ?! »

Sur ce, Ernst se retourna, et le pointa du doigt.

« Combien d’entre vous peuvent s’vanter d’avoir servi sur une caraque de guerre ?! Hein ?! Combien ?! »

Darri soupira en regardant Surcouf avec un grand regard en coin, l’air de dire « à l’aide ». Geest, elle, avait un grand sourire sympathique.
Alors, les trois du panel se concertèrent à voix basse.

« Il en a du cœur, ce gamin.

– Mais il va falloir qu’il apprenne à se taire s’il veut bosser, grogna Darri. Même s’il est vrai, en voilà un qui servirait dignement sur la Dame Blanche…
– Voilà plutôt pourquoi c’est dangereux d’engager un orphelin. Le fanatisme ça offre pas de l’endurance. Allons, skipper — vous allez le renvoyer à Shallya, n’est-ce pas ? »
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 270

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf croisa les bras. Les gesticulations du gamin ne l'impressionnaient pas. Caraque de guerre ou chalutier, ça n'avait pas d'importance. Un enfant était un enfant. Il serait mousse, pas matelot. Il dévisagea en silence le garçon, attendant que le calme revienne dans la salle.
-Garçon. J'ai donné mes conditions. Elles ne sont pas négociables et je mon temps est précieux. Soit tu accepte d'être mousse, ce qui entend paye et responsabilités de mousse, soit tu prends la porte.
Il posa lentement ses mains sur la table. Il appréciait véritablement le cran du gamin. Mais comme l'avait dit Darri, être payé au salaire d'un faradinier allait avec les fonctions d'un faradinier. Au delà de toute considération de compétence, c'était une question de capacité physique. La vie d'un marin était rude et impitoyable. La mer était une compagne des plus farouches. Indomptable et mystérieuse, elle jouait avec les marins et n'offrait jamais de seconde chance. Manaan seul, pouvait prétendre l'avoir conquis.

Un enfant n'avait rien à faire dans ce monde. La vie d'un mousse restait dangereuse, mais pas aussi dangereuse. Par ailleurs, un gamin de 13 ans n'était tout simplement pas capable de faire ce qu'un homme de vingt ans pouvait faire. Les mousses avaient les tâches ingrates et étaient moins bien payés, mais ils n'avaient pas à affronter le danger et la rudesse qu'un matelot rencontrait sur une base régulière. C'était ainsi.
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 648
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Loin d’être impressionné par l’ultimatum de Surcouf, le petit vétéran de treize balais croisa des bras, affronta du regard le skipper, et répondit avec le menton relevé :

« D’ac — J’veux ben être payé les deux-tiers d’ce que gagne un fadarinier. Mais j’s’rai pas payé comme un simple mousse, mon capitaine ; j’suis un vétéran, moi. »

Darri toqua sur la table, et siffla pour le faire se taire.

« Vétéran ou pas, tu dois comprendre ce que « pas négociable » veut dire. C’est partir d’un très mauvais pied que de répondre à son capitaine.
– C’pas encore mon capitaine. J’la bouclerai une fois que j’aurai serré vos mains.
– Si tu voulais sérieusement échanger, tu parlerais plus poliment. Tu as l’air d’être un bon garçon, Ernst. Je t’invite à revenir une prochaine fois — en tâchant d’être plus sage, cette fois-ci.
– Et moi je t’encourage à retourner à ton orphelinat, ajouta Kuilboer. Ce n’est pas idéal, mais au moins tu auras l’assistance de Shallya là-bas. »

Le petit grogna, et grinça des dents. Mais il eut l’intelligence de faire une révérence et de s’en aller sans rajouter un commentaire désobligeant.

La secrétaire faisant la moue, bras croisés.

« On aurait peut-être pu lui offrir un petit supplément sur sa paye de mousse.
– Il n’avait qu’à demander avec plus de respect. On est des marins, oui, mais pas des sauvages non plus.
Comme l’a dit Surcouf, on va pas y passer toute la journée. Y a des gens qui font la queue. »



Les prochaines personnes à passer furent un peu plus disciplinées.
Un ancien artilleur Impérial qui cherchait à se reconvertir — zéro expérience en mer certes, mais il était costaud, et il avait un bon air discipliné, le genre à qui ce n’est pas chiant d’apprendre ; il ferait un bon fadarinier.

Il y eut ensuite un matelot syndiqué, qui possédait un excellent CV, et qui venait accompagné d’un jeune garçon, comme Ernst ; or ce garçon-là, présenté comme son neveu, ne fit pas la même erreur que le précédent, et acceptait volontiers la paye de mousse. Le matelot coûtait cher en solde, mais Surcouf cherchait un bon aide-charpentier au cas où la Dame avait besoin de réparations d’urgence ; il serait excellent pour ça.

Enfin, se ramena devant les deux un véritable escroc ; un type aux cheveux longs, couvert de tatouages, et qui parlait très bien. Il faillit charmer Darri, car il racontait très bien sa vie — un batelier d’Altdorf, qui a traversé la totalité du Reik dans sa barque, en montée comme en descente. Mais en plein milieu de la conversation, Hylke le coupa et lui demanda une explication sur les tatouages sur ses mains ; Il raconta une magnifique excuse, une histoire de l’époque où il faisait des travaux forcés après avoir été accusé d’un crime qu’il n’avait pas commis.
Qu’importe. Dan et Darri étaient deux ex-taulards et des criminels. Qui étaient-ils pour juger ?
Sauf que Hylke raconta que ces tatouages étaient des oghams Albionnaises, qui se traduisaient par le mot Requin. Ce sale enfoiré avait, à un moment de sa vie, prié Stromfels, le Dieu des naufrageurs, qui détournent les navires et en massacrent les équipages pour le profit et la rigolade.
Darri faillit exploser, et se leva tout droit en frappant sur sa table. L’escroc s’enfuit à la vitesse d’un chat, en fonçant à travers la foule, et nul doute qu’on ne verrait pas son visage avant un moment ; Dan avait bien fait d’avoir engagé Hylke Geest, sans quoi il risquait de garder ce rat à bord.


L’équipage commençait déjà à être à moitié complet. Il manquait toujours un mage maritime (Kuilboer avait promis d’en chercher un), un bosco (Qui devait bientôt passer grâce à Darri), ainsi qu’un cambusier, pour ce qui était des jobs spéciaux. Vu les candidats qui restaient, Surcouf n’aurait aucun mal à tout boucler, et c’était tant mieux ; au pire, il y aurait un ou deux désistements avant le départ, mais rien que Darri ne pouvait pas réparer rapidement. Visiblement, la demande d’emploi était forte à Marienburg en cette saison, difficile d’expliquer pourquoi. Peut-être que le Directoire avait juste pris de bonnes décisions…


Alors que les candidats défilaient, une nouvelle personne se présenta devant les quatre recruteurs. Une personne venant pieds-nus, vêtue d’un pantalon bouffant, et portant sur sa tête une grande chape derrière laquelle elle cachait son visage.

« On se découvre, garçon. »

La personne s’exécuta donc.
Image


Il y eut des grandes aspirations d’air parmi les marins qui faisaient la queue. Hylke se mit à sourire, Darri leva les yeux au ciel, tandis que Kuilboer fronçait des sourcils.

« Bonjour à vous, capitaine, lieutenant, maître, mademoiselle. »

Elle répétait tous les titres dans un jutonestaal simple, et avec un fort accent. Peu étonnant ; tout le monde à Marienburg avait un accent, tant la ville était cosmopolite. Mais le sien était bizarrement plus… Exotique ? Éloigné ?

Elle avait la voix d’une Arabéenne du nord. Al-Haikk ou Copher. Des villes qui s’enrichissent avec le commerce des épices, de la soie et du café.

« Je me présente. Je me nomme Lalla. Je suis une astsubay, qui a perdu son navire.
– Comment as-tu perdu ton navire ?
– Mon navire faisait la course en Bretonnie. Coulé par un navire Bretonnien. Échoué à l’Anguille. J’ai été capturée, mais comme j’étais une femme, je n’ai pas été tuée. Mon capitaine a payé sa rançon, mais pas la mienne — il s’est enfui en me trahissant. J’ai épousé le fils de mon geôlier pour m’enfuir moi aussi.
Maintenant je cherche un emploi. »

Il y eut des murmures et des grognements dans la foule. Hylke ricana un peu avant de murmurer quelque chose :

« Une femme et une Arabéenne ? Le combo gagnant.
Peu de gens voudront embarquer avec elle, Dan.

– Qu’est-ce que tu sais faire, Lalla ?
– Je sais tenir la barre. Naviguer aux étoiles. Je sais diriger une batterie, et en manier une. Je sais tenir un livre de comptes, et marchander. Je peux tenir les vivres. Mais je ne suis pas bien difficile, il me faut un travail — je peux juste travailler manuellement, à la voile ou aux réparations, comme vous le voudrez.
– Ouais, tu sais tout faire, quoi ! »

Darri ricana, en hochant de la tête à l’intention de Surcouf.
Jet de charisme (-2) : 17, échec

Trois jets de recrutement de Dan, Hylke et Darri :
Dan : 2, bonne réussite
Hylke : 1, réussite critique
Darri : 11, moyen-moyen

Jet d’intelligence : 6, réussite
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 270

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf était déçu de l'obstination du jeune mousse. Il aurait pu être un bon élément, mais il était visiblement trop orgueilleux pour accepter des vérités simples. Tant pis pour Ernst. Peut-être parviendrait-il à trouver son bonheur dans un autre équipage.

L'une des places de mousses, fut assez rapidement remplie, en même temps que le poste de charpentier. Un gamin solide, placé sous l'aide d'un marin expérimenté. Un investissement indispensable et pas si cher que ça au final.

Il fut très étonné de voir qu'il avait été à deux doigts d'engager un naufrageur. Il lança un sourire poli à Hylke, se félicitant intérieurement de l'avoir engagée.

La plus grosse surprise du jour fut certainement l'arabéenne. Lalla. Une asturbay? Sûrement une référence à un rang naval. Cela semblait coller avec son histoire et l'expérience qu'elle prétendait avoir. Il fut assez surpris des protestations de Hylke. L'équipage comprenait déjà une femme et un norse. Alors pourquoi pas une arabéenne? A vrai dire, il ne voyait pas pourquoi il ne pourrait pas l'engager. Ou plutôt, si. Il y avait bien une raison.

-Vous dites avoir épousé le fils de votre geôlier. Qui sont-ils? Et quand vous dites enfuie, sont-ils à votre poursuite?
Le fait qu'une arabéenne ayant été coulée au large de l'Anguille se pointe, le jour même où la Belle Agnès vient mouiller dans les eaux troubles de Marienburg, c'est qu'il y avait anguille sous roche. Surtout quand un marin présentant une telle expérience venait pour un travail de faradinier.

Il avait joué une fois avec la marine bretonienne. Il avait terminé sur l'île muette.
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 648
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

La réaction de l’Arabéenne à la question fut peut-être très loin de celle à laquelle Surcouf pouvait s’attendre ; cette brave dame, bien grande, musclée malgré sa stature Rhyannesque, et qui fronçait fort des sourcils pour se donner un air sérieux, elle se mettait à… Rougir. Et à avoir les lèvres qui tremblotaient un peu, comme une jeune fille qui était gênée de quelque chose.

« Le nom de mon époux est Joscelin de Lanester. Et, il n’est pas vraiment à ma poursuite, parce que je l’ai ramené avec moi à Marienburg. »

Darri ne put s’empêcher d’éclater de rire, en se tenant le nez. Elle n’avait pas juste fui la famille de ses geôliers. Elle avait fait un rapt de leur fils, comme un preux chevalier qui kidnappe la femme dont il est amoureux.

Le nom de Lanester disait vaguement quelque chose à Surcouf. Il pourrait jurer qu’un commodore de Bretonnie du duché de l’Anguille se nommait ainsi. En général, l’Anguille et Bordeleaux étaient deux cités rivales, très haineuses l’une envers l’autre ; les Bordelais ne manquaient jamais une occasion d’humilier et rabaisser leur rivale beaucoup plus puissante et riche du nord. Lanester devait être revenu à l’occasion d’une discussion de taverne avec ses compatriotes.
Toujours est-il, un tel nom, ça ne s’inventait pas. Elle n’avait pas l’air de mentir.

« Il a quitté sa famille. Maintenant il vit avec moi. Mais on doit bien payer notre loyer, alors…
Je suis très bonne sur un navire. Et je peux tout faire. Je pourrais avoir un autre emploi, mais la mer, c’est ma vie. Je suis ici parce que c’est tout ce que je suis, mon sang. Si vous me payez, je serai votre obligée, et je vous suivrai jusqu’à la mort. »


Kuilboer haussa les épaules. C’était facile de vérifier la compétence de quelqu’un : on posait des questions sur telle partie du navire, si elle voulait être cambusier, on pouvait lui demander de faire du calcul mental, du style le prix de tel produit ou comment nourrir tel équipage. Ce n’était pas quelque chose de difficile à vérifier.

Mais ce n’était pas la compétence de Lalla qui était remise en question, c’était ce qu’elle était elle-même.

Alors même que Surcouf s’apprêtait à répondre, un des matelots qui patientait derrière pour se faire interroger se mit à faire un pas en avant, et alors que ce n’était pas son tour, il se mit à crier :

« Skipper — vous êtes sérieux à l’écouter déclamer ses conneries ?!
Votre pays, la Bretonnie, a fait une croisade contre son pays ! Plusieurs fois ! C’est une Arabéenne, ancienne corsaire en plus — qui sait combien d’Estaliennes elle a kidnappé pour les vendre dans des harems de Lashiek ?! »


Heureusement que Surcouf était un peu malin et avait de l’expérience — il y avait des connaissances qu’on ne pouvait obtenir qu’après avoir passé sa vie sur les quais, ou en cellule.
Lalla avait un accent du nord de l’Arabie ; elle ne venait donc pas de Lashiek, qui pour le coup, était la ville d’Arabie connue pour son immense marché aux esclaves, et dont les corsaires étaient fameux pour leurs horribles razzias en terres d’Estalie. Mais ça, le commun des mortels ne le savait pas, et aux yeux du matelot moyen, tous les Arabéens pouvaient être mis dans le même sac.

« C’est une sorcière, qui a séduit un homme pour en faire son esclave ! La laissez pas vous séduire aussi !
Les voiles dehors avec elle à bord, et Manaan va foudroyer votre navire illico !! »

Second jet d’intelligence de Surcouf : 3, réussite
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 270

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

L'idée de faire la nique à un type de l'Anguille avait quelque chose de très attrayant pour Surcouf. D'une façon générale, le fait que madame ait "enlevé" son mari pour venir vivre à Marienburg avait quelque chose d'à la fois hilarant et de poignant. Surcouf aimait se prétendre pragmatique, mais la vérité est qu'il cachait une vision assez romantique de la mer et de l'aventure. Si la présence de cette arabéenne dans son équipage était un risque, c'était la promesse d'un aventure des plus intéressantes.

Les gueulantes des autres marins l'interrompirent dans ses pensées. Il fronça les sourcils. La Bretonnie, la Bretonnie... ouais. Les croisades, tout ça. Ici, c'était Marienburg. Surcouf aimait sa terre natale, mais il était difficile de le qualifier de patriote. Surtout quand il s'agissait de guerres aussi lointaine, qu'il comprenait à peine.

-Avant de gueulez comme des pucelles, renseignez vous un peu: son accent est du nord, donc Copher ou Al-Haikk. Ils font dans les épices, le café et la soie. Pas les esclaves.
Il revint sur Lalla Lanester.
-Je suppose que vous n'êtes pas membre de la Fraternité des Guildes et Marins et brevetée pour les compétences que vous prétendez avoir? Sans ces brevets, je ne peux que vous proposer un poste de gabier, à titre de faradinier. Si l'offre vous semble équitable, bienvenue à bord, sinon, vous pouvez tenter votre chance ailleurs.
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Warfo Award 2021 du meilleur MJ - Élaboration
Messages : 648
Autres comptes : Armand de Lyrie

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Darri haussa un sourcil au propos de Surcouf. Il se tourna dans son siège, et cacha sa bouche avec sa main pour lui chuchoter dans l’oreille — il était mieux de ne pas montrer qu’il y avait des désaccords parmi les officiers devant l’équipage, au moins le Norse comprenait ça.

« Tu veux la payer comme un gabier alors que c’est une ex-lieutenant d’un navire Arabéen ? Les sultans ont les meilleurs équipages du monde, ils vont jusqu’au Cathay !
On pourrait l’engager comme cambusier. On pourrait même la payer un peu moins cher que la solde ordinaire à un tel poste — on aurait quelqu’un d’à la fois compétent, pas cher, et en plus qui a de la gratitude envers toi, le triplé gagnant. »


Le propos de Darri avait d’autant plus de poids que Lalla ne semblait pas contre. Elle tirait la gueule, la proposition de fadarinier semblait bien la décevoir, mais au lieu de négocier, elle se contenta de faire un petit signe de la tête en guise d’accord.



En revanche, la courte explication de Surcouf sur les différences entre les villes Arabéennes n’eut pas bon public ; Loin de se calmer, le matelot fort malpoli en rajouta une couche :

« Un Arabéen est toujours un Arabéen ! C’est un peuple de corsaires et d’esclavagistes — que vous trahissiez votre propre race en la mettant sur un navire serait une insulte envers tous les Dieux du Vieux Monde !
– Merci pour votre avis géopolitique éclairé, siffla un Kuilboer qui haussa le ton, chose peu habituelle de sa part — loin de lui tirer dans les pattes, les collègues de Surcouf avaient le bon goût de le soutenir. Maintenant ici c’est pour être recruté, si vous voulez causer politique, vous vous cassez au café du coin, pronto.
– Bonne idée — je pourrais dire à tout le monde qu’une sale bougnoule a rejoint la Dame Blanche ! Je me demande ce qu'ils vont en dire, les gens du coin ! »

Kuilboer claqua des doigts. Un de ses gros bras fit un pas en avant ; ça eut le mérite d’immédiatement faire ravaler sa salive au matelot impoli.
Pourtant, s’il avait une grande gueule, il était un peu l’arbre qui cachait la forêt ; et Surcouf pouvait sentir que, s’ils n’osaient pas le dire à voix haute, il y avait quelques hochements de têtes approbateurs dans le groupement des futures recrues.

Femme et Arabéenne, si cela ne dérangeait ni Surcouf, ni Darri, il était évident que la recruter allait poser de futurs soucis.

Jet de commandement de Surcouf (-2) : 18, large échec
Image

Avatar du membre
Dan Surcouf
PJ
Messages : 270

Re: [Surcouf] Avarie commune

Message par Dan Surcouf »

Surcouf cligna des yeux. Une fois. Deux fois.
-Oh.
Il n'y était pas du tout. Cette femme était de toute évidence bien plus compétente que ce qu'il avait comprit. Effectivement, la prendre comme vulgaire gabier serait un gâchis de ses talents. Par ailleurs, Darri apportait de très bons arguments pour la prendre comme cambusier.
-Il semblerait qu'il y ait eu un quiproquo. Je vais donc reformuler mon offre. J'ai un poste de cambusier à pourvoir, qui pourrait serait plus adapté à vos talents, pour un salaire journalier de 3 pistoles et 5 sous. Si cela vous semble équitable, bienvenue à bord.
Les protestations de l'autre marin l'interrompit. Kuilboer se montra d'un précieux soutient et envoya un de ses hommes calmer pacifiquement le récalcitrant. Le calme était revenu, mais il était clair qu'il allait perdre nombre de candidats si il ne rattrapait pas personnellement la situation.
-Bon. Je vois que je n'ai pas été assez clair tout à l'heure.
Il posa ses mains sur la table et se leva.
-Primo, vos menaces m'en touchent une sans faire bouger l'autre. Vous êtes à Marienbourg ici: tout ce qui a un prix trouvera preneur. Le naufrageur qui s'est enfuit tout à l'heure, soyez assuré qu'il trouvera du travail ailleurs. Il en va de même pour toutes les personnes que j'ai déclarées indésirables à bord de mon navire, je ne me fais aucune illusion sur le sujet. Si vous mettez vos menaces à exécution, certes, des gens comme vous, pétris de clichés et d'a priori, s'en iront. Mais les "bougnoules" que vous tenez si en si basse estime sauront qu'ils peuvent venir bosser pour moi.
Il laissa s'écouler une brève pause.
-Secundo, vous êtes toujours à Marienbourg. Combien d'entre vous, ici, sont originaires des terres du Kaiser? Combien d'entre vous viennent de celles du bon Roy Louen? Ne sommes nous pas en guerre? Ne devrions nous pas nous égorger, au nom de Sigmar et de la Dame, ainsi que des races bretonniennes et impériales? Si c'est ce que vous pensez, tirez donc votre poignard et frappez l'étranger le plus proche de vous. Mieux, venez donc me trancher la gorge!
Il se pointa du pouce, un sourire moqueur aux lèvres et la main droite posée nonchalamment sur la poignée de son épée.
-Je suis bretonnien.
Il pointa Darri de l'index.
-Mon second est norse.
Puis Hylke et Kuilboer.
-Mon clerc et mes sponsors ont des origines impériales et jutones.
Il désigna ensuite Lalla.
-Alors pourquoi pas une arabéenne? Vos préjugés sont ridicules, au regard de cette cité.
Il resta quelques secondes, à le dévisager, pour bien que cet idiot imprime le message.
-Enfin, tertio, vous me parliez de dieux, mais vous oubliez un détail: sur mer, il n'y a qu'un seul Dieu et c'est Manaan. Et si Manaan trouvait l'Arabie indigne de parcourir les flots, alors n'auriez vous jamais entendu parler de ses corsaires.
Dan Surcouf, Contrebandier
Profil: For 9 | End 9 | Hab 11 | Cha 11 | Int 12 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_dan_surcouf

Répondre

Retourner vers « Marienburg »