[Acererak] La gloire de nos pairs

Le Stirland a la réputation d'être une province pauvre, arriériée et rustique, aussi ses soldats portent-ils souvent un équipement de fortune. Ses archers sont néanmoins réputés dans tout l'Empire pour leur adresse. Le Graf Albérich Haupt-Anderssen, issue d'une famille vieille de quatre cent ans, règne sur le Grand Comté depuis Wurtbad, la Ville du Vin.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2021 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2021 de l'Incitation au voyage
Messages : 347
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Acererak] La gloire de nos pairs

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Le reste du jour fila dans la plus moribonde des inquiétudes. Lorsque la nuit enveloppa le cimetière de son manteau sombre, ils n'avaient toujours pas été attaqués, ce qui n'augurait rien de bon.
Pour tout dire, le pire se manifesta très vite. Lorsque même les rats, les goules et les corbeaux ne firent plus un seul son. Quand même les asticots ne remuèrent plus. Car tous étaient transis de peur.
La mort arrivait. Sur son cheval pâle.

Les ossements se redressèrent, assemblages macabres et rongés par les nécrophages. Mais ce ne fut pas sous l'impulsion d'Acererak ni de son Maitre. Les squelettes se jetèrent sur les goules, dans une féroce mêlée entre bêtes damnées. Ceux qui s'avancèrent sur les deux stryges ne firent pas le poids, et les griffes des vampires les brisèrent à nouveau. Mais Karkanoth n'était pas dupe. "Nos frères et sœurs arrivent. Pars Acererak. Pars sans jamais te retourner. Le Sang d'Ushoran doit perdurer."

Les squelettes étaient les premiers, mais ce n'était rien que l'avant-garde. La crypte grouillait de morts-vivants, puisant dans la magie noire qui lui restait si désespérément imperméable. Ils venaient, ils venaient pour eux. Les zombies décharnés s'écrasèrent contre les goules, mais ce qui se dressa face à la jeune stryge était d'une tout autre trempe.
Le guerrier était mort depuis longtemps, depuis aussi longtemps que Strygos était tombée. Mais sa poigne cadavérique restait ferme sur son arme et il se précipita sur Acererak.
??? t'attaque mais échoue
Tu attaques avec tes griffes, tu as droit à deux tentatives de touche.
La première échoue, mais tu réussis la seconde, 2, la parade de ??? réussie, il perd 20 pv
??? étant un sans-repos, il doit faire un test d'inté et perd des pvs si il échoue, son jet rate, il perd ??? pv
Il t'attaque, réussie, tu perds 23 pv
Tes deux tentatives ratent
Son attaque réussie, tu perds 29 pv
Tu frappes et touche, tu lui infliges 26 pv de dégats,
Son attaque échoue
Tu frappes à nouveau ,réussite critique, tu le remets de non-vie à trépas.
Il te reste 38 pv
Le guerrier ancien était un adversaire bien plus redoutable que des paysans rongés par la famine et la consanguinité. Ses frappes étaient aussi violentes qu'irraisonnées. Et lui-même n'avait aucune douleur à ressentir, aucune blessure à panser. Ils durent s'anéantir sous les lumières vacillantes des flammes qui consumaient la chair molle des goules crevées.
Une fois débarrassé du revenant, la stryge pu voir son maitre à l'action. Il était surpuissant. Chaque frappe réduisait en poussière des morts-vivants en armure, ne laissant que les restes cabossés pour joncher la crypte déjà encombrée.
Jusqu'à ce qu'arrive...

Image
"Karkanoth. Vieux rat des cryptes. Tu as fini par te rendre sur un terrain de chasse qui t'était interdit. Tu sais pourtant ce que les Seigneurs font."
Karkanoth prit alors une apparence que Konrad n'avait jamais vu jusqu'ici. Celle d'un homme. D'un homme aux traits anguleux, aux yeux en amande et aux muscles secs. D'un guerrier de Strygos. D'un défenseur de Mourkain.
"Ils envoient leur chien m'aboyer dessus."
"Oh. Ils n'ont pas envoyé que moi. Cela faisait bien longtemps qu'ils n'avaient pas pu prendre part à une chasse."
"Seulement, tes maitres se languissent à longuer de nuit dans leur château, à se repaitre de paysans et de laquais. Loin est le temps de Vashanesh. Vous vous croyez supérieur, vous êtes juste devenu plus..." Il claqua des doigts, un rugissement déchira l'air. Des créatures bien plus terrifiantes que les goules arrivaient sous l'impulsion du roi stryge. "Domestiqués."

Mais il devait partir. Il lui avait ordonné. Se frayant un passage à coup de griffes, de crocs et de rage jusqu'à retrouver le ciel, la lune et ses étoiles. Il y avait des morts-vivants de partout. Mais il y avait bien plus. Il le sentait à l'agitation de la Dhar. Juchés dans des carrioles maudites, ils étaient là. Assistant à la traque et à la mise à mort d'un des leurs, l'Aristocratie de la nuit.
Alors, il partit dans les futaies, ce n'était pas une fuite, juste la préservation du sang d'Ushoran que leurs propres frères étaient si prompts à répandre. Comme cette nuit-là, comme à Mourkain. Il partit vers le Nord. Vers l'inconnu et l'appréhension de jamais recevoir le salut dans sa condition. D'exilé parmi les exilés. Il partit sans se retourner, sans espérer autre chose que la prolongation de sa non-vie.

Bien loin de là, inspectant les races laissées dans son sillage, l'enfant de Vashanesh releva la main.
Image
"Karkanoth n'était pas seul. Veneur, lâchez les loups funestes. Mon amour, dites aux mortels de préparer nos montures.."
"Bien messire."
Les bêtes hurlèrent en cacophonie, tous leurs sens en alerte depuis l'exiguïté de leurs cages en fer.
"Avant la prochaine lune, nous ajouterons un nouveau trophée à notre collection. Gardes toi bien de nous divertir, Stryge."
Image

Avatar du membre
Acererak l'impérissable
PJ
Messages : 11

Re: [Acererak] La gloire de nos pairs

Message par Acererak l'impérissable »

► Afficher le texte
Ce qui l'alerta ne fut pas tant la débauche de Dhar que la main osseuse qui se referma sur sa cheville. Les morts fraîchement réveillés se jetèrent sur lui et son maître, dans les tréfonds de leur domaine, là où ils se pensaient princes. Une bataille acharnée s'engagea, opposant des macchabés muets à la horde vociférante des goules.

Pendant un temps, Acererak fut confiant. Fauchant les morts à peine réveillés comme du blé, il s'enhardissait. Cela ne dura pas. En plein cœur de la bataille, il croisa la route d'un adversaire d'une autre catégorie. Le mort vivant lui faisant face était vêtu de ce qui semblait être les restes d'une cotte de maille. Sans doute antérieur même à son maître, le lourd espadon qu'il maniait fendait sans peine les goules lui barrant le passage. Le revenant avançant droit sur la stryge, la confrontation était inévitable. Dans un vacarme assourdissant, les deux entités se chargèrent mutuellement.

L'animé était implacable. Ses attaques, vivaces quoique incohérentes, donnaient bien du fil à retordre à Acererak.
Chaque fois que la lame de bronze et d'argent touchait le vampire, celle ci infligeait de sévères dommages, traversant aisément son cuir.
Cependant, la stryge n'était pas en reste, et de nombreux coups furent échangés lors de cette avalanche de violence. Griffes contre lame, maille contre chair, les deux guerriers s'abimèrent mutuellement. L'un, cependant, se montra plus brutal... ou chanceux. Un coup d'une violence inouïe brisa la colonne vertébrale du revenant, le renvoyant dans les limbes qu'il n'aurait jamais dû quitter.

Son adversaire défait, Acererak aperçut du coin de l’œil son maître en train de combattre. Si nombreux qu'ils étaient, les revenants n'avaient aucune chance de l'emporter. Mais cela, ils s'en moquaient. Être sans commune mesure avec son cadet, il abattait les morts en armure par douzaines. À elle seule, la masse de Karkanoth suffisait pour défoncer le fer et briser les os en dessous. La stryge aînée était ça et bien d'autres choses encore, et il en faudrait plus pour se débarrasser d'elle.

Et quelque chose de plus arriva.

S'avançant gracieusement entre les rangs des morts qui se figèrent, l'inconnu les dépassa pour faire face au maître des lieux et à son disciple.

Un guerrier. Un frère. Un ennemi. Tout cela à la fois. Acererak pouvait le sentir, aussi sûr qu'il savait qu'il ne pouvait espérer le vaincre. Tout en lui lui hurlait de fuir. Et pourtant, une part de lui même ne désirait qu'une seule chose : ouvrir sa gorge et se repaître de son sang. La haine qu'il éprouva à la vue du nouvel arrivant n'avait rien de naturel. Se remémorant certaines des paroles de son maître à propos de leurs ennemis, Acererak comprit.

Ce n'était pas les chasseurs de vampires, ni même les répurgateurs que son suzerain craignait et arborait tant. C'était eux. Leurs semblables.

Se préparant à livrer un dernier baroud d'honneur aux côtés de son lige, le rejeton vampirique tressaillit lorsque celui ci prit la parole :

"Nos frères et sœurs arrivent. Pars Acererak. Pars sans jamais te retourner. Le Sang d'Ushoran doit perdurer."

Ces mots furent plus douloureux que tous les coups du revenant que venait d'occire Acererak. Sa fidélité lui intimait de rester et d'aider son maître jusqu'au bout, tandis que son obéissance le contraignait à se soumettre à ce qui pouvait bien être le dernier ordre de Karkanoth.

Une vaine objection s'étrangla dans la gorge du jeune vampire. L'émotion le submergeait, lui rappelant par là son lointain passé de mortel.
Toute l'horreur du monde s'abattait sur eux, et c'était sa faute.


Au prix d'un effort surhumain, la plus jeune des stryges s'agenouilla une dernière fois devant son maître et compagnon.

"Je jure, au nom d'Ushoran et de tous les nôtres, de vous, non... de nous venger. Merci pour tout, mon roi, mon ami, Karkanoth."

Puis, il parti. Quelques cadavres ambulants tentèrent de l'en empêcher, en vain. Empruntant un caveau connut seulement de certaines goules arpentant les souterrains, Acererak retrouva les étoiles. Il ne s'attarda cependant pas pour les contempler et fila de suite, conformément à la volonté de son maître. Il mettrait un point d'honneur à survivre et à faire prospérer le sang d'Ushoran. Il l'avait juré.

Il courrait éperdument, en direction du nord. Des larmes de sang coulaient sur ses joues, en une sinistre parodie de celles des innocents.

Son allure de même que sa foulée n'avaient rien d'humain. Courant sur ses quatre pattes, il avait abandonné tout apparence d'humanité, au moins pour un temps, au profit de sa sur-non-vie.

Au cours de la nuit, il s'efforça de mettre autant de distance que possible entre lui et le cimetière. Ignorant s'il était suivit, il progressait dans les eaux peu profondes lorsque cela lui était possible, afin de brouiller sa piste. Il se refusait à faire montre de manque de prudence encore une fois.

Puis, le jour se levant, il se mit en quête d'un abri : tout immortel qu'il était, il ne pouvait arpenter le monde des vivants de jour.
Par chance, il trouva une hutte. Relique appartenant certainement autrefois à un chasseur, cette dernière était en ruine. Par chance, une rapide inspection révéla l'existence d'une cave située en dessous, et avec elle, son content d'obscurité.

Acererak s'y tapit, pansant ses plaies, se morfondant sur son erreur ô combien fatale.
Profil: For 12 | End 12 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 9 | Att 10 | Par 9 | Tir 8 | Mag 7 | NA 1 | PV 38/90


Lien Fiche personnage:
wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_acererak_l_imperissable

Répondre

Retourner vers « Stirland »