[Martin] Case départ...

La province du Nordland est peu peuplée et ses régiments passent l'essentiel de leur temps à patrouiller le long des côtes pour les protéger des pillards du nord. Le Comte Electeur Theodric Gausser siège à Salzenmund.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1392
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: [Martin] Case départ...

Message par [MJ] The Puppet Master » 08 févr. 2019, 17:49

- Ecarte-toi, Martin...

Le Duc Borric semblait avoir retrouvé l'allant, la détermination et la force qui étaient les siens lorsque Martin l'avait vu pour la dernière fois avant aujourd'hui. Un homme duquel émanaient puissance et majesté. Peu de nobles portaient aussi bien leur titre que le Duc von Austrog. Dans sa main, le pendentif qu'il avait abandonné au chasseur semblait revivre lui aussi. Son éclat et ses pulsions régulières irradiaient d'une douce chaleur.

- Je n'ai que trop failli, fils... Le regard fixé sur Lyam, parlait-il à Martin ou à son héritier légitime ? Il est temps de réparer mes erreurs et de chasser le mal que j'ai laissé envahir mes terres.

Mu par une force magique que Martin avait entrevue quelques fois, Borric s'élança sur le possédé pour châtier le démon qui l'habitait. Avec l'aide spontanée de Martin et comme celui-ci l'avait fait avec Siegfried, il appliqua férocement le médaillon sur le front enfiévré de Lyam jusqu'à ce que ce dernier n'eût plus la force de résister et sombrât dans l'inconscience...

Essoufflé mais visiblement soulagé, le duc Borric redressa une des chaises tombées au sol et s'y laissa aller sans cérémonie. Le visage ruisselant, il posa enfin les yeux sur son bâtard avec un léger sourire.

- Nous avons beaucoup à nous dire, Martin, n'est-ce pas ?

Ralf retrouva soudainement une contenance quand les bruits de dizaines de pas se firent entendre dans le corridor : la garde arrivait à la rescousse. Borric soupira d'aise et ordonna que l'on s'occupât de Carline et Arutha. Il envoya aussi chercher des fers et une solide chaîne avec quoi il entrava Lyam quand il ne resta plus que Martin et lui pour en témoigner. Même si on n'avait pas pour habitude de discuter les ordres, mieux valait éviter la confusion parmi les gens qui n'avaient pas le seul nécessaire pour apprécier toute la gravité de la situation.
Enfin seuls, Martin et Borric allaient pouvoir discuter...


- Merci, Martin... Tu nous as sauvés une fois encore. Je suis honteux de t'avoir obligé par mon inaction et ma couardise à prendre ma place et les risques que cela comporte... J'ai... Je... Le Duc, manifestement troublé, cherchait ses mots avec une touchante fragilité. Jamais je n'aurai dû accepter que tu deviennes le Gardien du Bois aux Daims. Cette charge est la mienne jusqu'à ma mort et je jure de ne plus jamais faillir. Je suis devenu une ombre après avoir abandonné mon devoir mais cette amulette a su me rappeler où était ma place...
Lorsque cette créature infernale, sans le vouloir, me l'a jetée au visage, tout s'est remis en place et je suis sorti du brouillard. Alors... Alors, j'ai vu, Martin... J'ai vu tout ce que tu as vu, tout ce que tu as fait, tout ce que tu as enduré. Tout cela m'a reconnecté au pouvoir du pendentif car, toi et moi sommes liés par le sang qui coule dans nos veines depuis Alryën, l'élémentaliste, vertueux parmi les hommes et égal des elfes de Laurelorn...
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Martin
PJ
Messages : 125

Re: [Martin] Case départ...

Message par Martin » 09 févr. 2019, 14:33

Martin resta silencieux et essaya de se tenir droit, les mains dans le dos, lorsque les gardes arrivèrent pour prendre en charge Lyam et que le duc lui adressait la parole, mais c'était peine perdue, l'une de ses côtes cassées lui faisait souffrir le martyr maintenant le combat passé et l'adrénaline absente. C'est donc avec grand mal qu'il s'assit sur l'un des bancs à côté de la table en essayant de masquer -bien mal- la douleur que lui causait cette blessure.

Borric n'était d'ailleurs pas en meilleur état, puisqu'il ruisselait de sueur et que son visage était rouge de fatigue. Essoufflé, le père de Martin se mit ensuite à lui parler.

Souhaitant interrompre son "père", le jeune chasseur essaya de lui faire remarquer qu'il arrivait que chacun fasse des erreurs mais.... au vu du ton du duc, il semblait clair que celui ci avait besoin de vider son écuelle, aussi resta-t-il tût et l'écouta jusqu'à ce qu'il ait fini son mea culpa.

P.... Messire. Vous n'êtes pas un lâche. Je ne vous connaît pas, mais vous semblez être un homme honorable. Vous avez commis des fautes, c'est indéniable. Et cela nous arrive à tous. Mais au moins avez vous cherché à les réparer. C'est plus que ce que nombre d'hommes auraient fait.

Courte pause.

Vous n'avez pas abandonné votre devoir. Vous en avez été libéré. Et c'est à moi qu'est revenue la tâche de m'en charger.... Mais je ne dirais pas non contre un peu d'aide. Mais si vous désirez vraiment reprendre ce fardeau, ça n'est pas à moi qu'il faut le demander, mais à la sylve.

Sourire mal assuré. Le jeune chasseur tousse un peu.

Mais il va falloir sauver Lyam de ce qui est en lui. Ottmar avait été possédé aussi. Il faudrait voir un prêtre non ?

La toux revient, plus forte cette fois ci, et prend de l'importance.

Puis je.... Qui était elle ? demanda Martin, sans préciser de qui il parlait, car pour lui la personne dont il parlait semblait claire; avant de se remettre à tousser, plus violemment cette fois encore.

Mais là, ses poumons ne brassaient plus de l'air mais du sang. Et quand il regarde son bras qui lui tient le flan, au niveau de la côte brisée, il remarque qu'il est quelque peu rouge.

"Oups. J'ai du renverser un peu de vin. Va falloir essuyer ça... Et lui parler de l'elfe aussi. Peut être pourrait il être utile ?"
Gamin, un jour ou l'autre tes plans foireux feront de nous des morues salées. Et tu sais quoi ? Je regretterais même pas car je me serais sans doute amusé comme un fou avant d'y passer.


Martin, Voie de la chasse
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 27/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_martin

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1392
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: [Martin] Case départ...

Message par [MJ] The Puppet Master » 10 févr. 2019, 20:05

Le Duc sourit à l'évocation de la mère de Martin et son regard se fit aussi doux que mélancolique.

- Elle était... magnifique. Je veux dire « vraiment » magnifique. Personne ne pouvait la croiser sans succomber et, bien sûr, je n'ai pas fait exception. Son sourire n'avait pas d'égal dans toute la région. Sa gaieté et sa joie de vivre étaient contagieuses ; elle savait voir le bon côté des choses et ne se souciait pas du lendemain. Nous n'étions pas du même rang et pourtant nous nous sommes autorisés à nous aimer. Malheureusement, tout a changé quand elle est tombée enceinte... J'étais le plus heureux des hommes mais cela a commencé à nous éloigner. Elle savait que nous ne formerions jamais une « vraie » famille et cela la rendait triste. J'étais le futur Duc et elle se pensait sans importance comparée à moi. Alors... Le Duc Borric marqua une pause et ses yeux s'embuèrent. Alors, elle est partie. Je ne l'ai jamais revue... Je l'ai cherchée autant que mon devoir me le permettait mais j'ai dû abandonner l'idée de la retrouver. Alors, j'ai fait un mariage de raison et j'ai pris la place qui m'était dévolue de par mon rang. Aujourd'hui, je regrette de ne pas avoir fait plus pour vous retrouver... Les Dieux en ont voulu ainsi.

Le Duc, voyant la souffrance physique de Martin malgré ses tentatives pour faire bonne figure, prit la meilleure décision :

- Va donc faire examiner ta blessure. Le médecin doit être au chevet de Carline ou Arutha. Repose-toi avec nous cette nuit. Quand tu iras mieux, nous aviserons quoi faire pour Lyam, le démon, l'esprit de la forêt et les Elfes. j'ai déjà une vague et sombre idée de ce qu'il me faudra accomplir mais j'aurai besoin de ton soutien. Je vais reprendre ma place de Gardien du Bois aux Daims et t'offrir la vie dont tu rêves en te libérant de cette emprise et de la mienne par la même occasion... Pour l'heure, je vais enfermer Lyam en haut de la tour de guet. Là-bas, le démon ne pourra nuire à personne et cela nous laissera le temps de réfléchir posément.

Le maître des von Austrog se leva, posa avec délicatesse sa large et puissante main sur l'épaule de Martin.

- Bonne nuit, fils...

Puis, il empoigna fermement le corps de Lyam toujours inconscient et le chargea comme un sac sur son épaule avant de quitter la salle à manger où Martin demeura seul quelques instants, épuisé et proche de s'abandonner au sommeil malgré lui.

- Cet homme est prêt à faire ce que tu n'as pas eu les tripes d'accomplir, humain. L'air froid du soir nordlandais entrait par la fenêtre grande ouverte par laquelle Alcaas venait de s'introduire dans le château du Duc. Et pourtant, c'est son fils qu'il s'apprête à sacrifier...
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Martin
PJ
Messages : 125

Re: [Martin] Case départ...

Message par Martin » 14 févr. 2019, 16:30

Martin était sceptique face aux explications du duc. Il lui disait peut être la vérité, mais pas toute la vérité. Car quid dans ce cas du prêtre qui l'avait élevé, quid du duc qui sut où le trouver ? Et de sa mère qui le laissa au prêtre ? Il y avait des points d'ombre dans cette histoire. Trop pour que ce soit la simple vérité. Mais le jeune chasseur était trop fatigué et décida de laisser couler. Il reviendrait à la charge avec d'autres questions. Un jour. Peut être.

Un rêve calme. Les songes de cette nuit étaient reposants pour Martin. Jusqu'à ce qu'un léger sentiment d'urgence ne le tiraille pour le forcer à se réveiller un peu.

Cherchant à tâtons sa dague, Martin fut finalement réveillé par Alcaas qui le sermonna sur son comportement.

Hum...

Se relevant avec douleur, les yeux encore brumeux, le jeune chasseur, prit par l'urgence, tâtonna au hasard pour s'emparer de ses fripes et s'habilla aussi vite qu'il le pu sans se préoccuper de l'elfe.

"L'heure est trop urgente pour... Minute ? Est ce qu'ils savent ? Est ce que... Merde. "

Consterné, Martin regarda Alcaas, qui le regarda en retour d'un air "eh, quoi !?".

Es ce que tu as vu la pierre ? Le... Monolithe ?

Ils avaient peu de temps, mais le jeune chasseur était certain d'avoir oublié d'en parler à quiconque, encore choqué qu'il était. Et puis ça lui semblait tomber sous le sens mais... Pas à ceux qui ne l'avaient pas vus. Enfilant ses bottes, il se dépêcha de partir, son arc et sa dague avec lui, vers là où Lyam était enfermé. Borric n'avait il pas dit "la plus haute tour" ? Non. Il parlait de la tour de guet !

En chemin, si l'elfe n'était pas au courant, il comptait bien lui raconter les inscriptions sur ce qu'il avait vu et compris. Que le démon était centenaire. Qu'il existait à une époque reculée et qu'il possédait les membres d'une tribu un à un, en « sautant » de l'un à l'autre à chaque fois que son hôte mourrait, et qu'elle devait quitter le cercle de pierre pour se manifester, le même que Ottmar avait quitté. Ainsi, tuez Lyam n'était pas la solution. C'était ce que Martin avait cherché à éviter à tout prix. Et il avait bien l'intention d'en empêcher Borric et... Minute. Il avait dit qu'il allait avoir besoin de son aide pour s'en charger ? Cela voudrait donc dire que le duc comptait s'en charger avec lui ? Ou bien lui avait il menti pour le soulager, lui ôter quelques remords en accomplissant la sale besogne sans lui ?

Hésitant, Martin se mis en route vers ladite tour de guet, au moins pour demander à la sentinelle qui y était certainement, postée là par le duc, si elle avait vu ce dernier monter. Si non, il irait à ses appartements en demandant à ce qu'on le réveille. Quoiqu'il n'était que l'apprenti du maître de chasse. Est ce qu'on le laisserait entrer et réveiller le noble ? Surtout avec un inconnu, louche, sur les talons ?

"Non. Ce plan ne marcherait pas. Je vais devoir aller à la tour de guet d'abord, puis, si le duc n'y est pas allé.... Attendre à ses appartements pour le mettre au courant dès qu'il sera levé ce qui.... Mettra du temps puisque la nuit semble être profonde ", pensa-t-il en regardant par une lucarne. Au pire, il aurait tout le temps de patienter avec Alcaas. Si ce dernier prenait son mal en patience. Mais hors de question de lui permettre d'aller tuer Lyam car cela ne résoudrait pas le problème.

Martin était vraiment confus en cette heure tardive, d'autant plus que l'urgence, ou non, de la situation, ne l'aidait pas à mettre ses idées en ordre, mais au moins sa tâche était claire. Empêcher le duc, ou l'elfe, de tuer Lyam, et empêcher ainsi le démon de fuir.
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 17 févr. 2019, 16:51, modifié 1 fois.
Raison : +20 Xp (rappel derniers posts) | Total 55 Xp | Total disponible 82 Xp (fiche mise à jour)
Gamin, un jour ou l'autre tes plans foireux feront de nous des morues salées. Et tu sais quoi ? Je regretterais même pas car je me serais sans doute amusé comme un fou avant d'y passer.


Martin, Voie de la chasse
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 27/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_martin

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1392
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: [Martin] Case départ...

Message par [MJ] The Puppet Master » 17 févr. 2019, 16:47

Alcaas écouta avec attention les paroles de Martin mais le fond de sa pensée demeura clair et net : il fallait en finir avec ce démon en le renvoyant d'où il était venu, coûte que coûte. Ce qui, somme toute, était une position aisée quand on n'était pas directement impacté par le sort du possédé.

- Vous autres, humains, êtes des créatures à nulle autre pareille : capable de tuer des innocents à tours de bras mais refusant ensuite de sacrifier l'un des vôtres même pour sauvegarder votre race... Je suis tiraillé entre la fascination face à votre complexité et le mépris devant votre bêtise et votre manque de discernement. Heureusement qu'il existe quelques hommes comme ce « duc » pour prendre les bonnes décisions. Tu ne dois pas l'empêcher de faire ce qui n'est rien d'autre qu'une nécessité pour assurer la survie de ceux qu'il aime, toi y compris. L'elfe marqua une pause puis lança un avertissement au chasseur : En tout cas, je ne te laisserai pas faire, humain. Je t'obligerai à tenir ta promesse... Dussé-je te tuer.

Les couloirs et les colimaçons défilèrent rapidement jusqu'à la tour de guet. En haut de l'escalier, la porte de bois était close et aucun garde ne se tenait devant. Aucun bruit ne provenait de la petite pièce. L'inquiétude envahit Martin mais Alcaas le rassura. La main posée sur le bois, les yeux fermés, il annonça :

- Le démon est bien là... Je ressens sa présence maléfique.

- Martin ? Est-ce toi ? appela la voix de Lyam de l'autre côté de la porte. Viens-moi en aide, mon frère... Je... J'ai mal... Je... souffre. Cette chose est... dans ma tête... et me... torture. Martin !

Alcaas posa sa main sur la poitrine du chasseur pour l'empêcher de faire un pas et le mit en garde :

- Si tu entres, le démon se jouera de toi ; tu le sais. Il l'a déjà fait et tu sais également ce dont il est capable. Tu dois respecter la volonté de ce « duc ». Contente-toi de lui apporter l'aide qu'il t'a réclamée car tu es incapable de sauver celui qui est possédé. Il est condamné... Rien ne pourra le libérer. Ce que tu as « lu » sur le monolithe doit te persuader que c'est la vérité...

Des pas résonnèrent dans l'escalier et le Duc Borric apparut bientôt quelques marches en contrebas. Il portait une cruche d'eau et un boisseau de fruits secs.

- Martin ? Que... Pourquoi ne m'as-tu pas écouté ? Puis, avisant Alcaas, il ajouta : Voilà donc un de ces elfes qui t'est venu en aide. Sois le bienvenu ici, ami.

Alcaas répondit par un mouvement de la main -index et majeur posés sur le front puis vers le duc- qui devait sans doute signifier qu'il remerciait le duc et lui retournait son salut.
Amulette magique retirée de l'inventaire.
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Martin
PJ
Messages : 125

Re: [Martin] Case départ...

Message par Martin » 18 févr. 2019, 16:28

"N'a-t-il donc pas écouté ce que je lui ait dit ?"

Gardant son calme, Martin réexpliqua plus posément ce qui allait se passer, tout en faisant abstraction de sa remarque sur la race humaine, fort débattable, mais néanmoins à discuter en une situation moins urgente.

Si nous tuons l'hôte du démon, ce dernier va juste s'en trouver un autre. Tuer l'hôte ne nous avancerait à rien. D'où le dolmen. Les anciens qui s'étaient débarrassés de lui avaient trouvés un volontaire, qui accepta de se faire enterrer vivant.

Le fait que l'elfe le menace ne fit même pas ciller Martin qui cru bon de préciser une nouvelle fois sa pensée.

Bon. Je pense que l'on se comprend mal. Si je devais tuer Lyam, là, maintenant, tout de suite, je n'aimerais pas le faire, mais je le ferais si j'étais convaincu que cela règlerai le problème. Or, ça n'est pas le cas. A moins que j'ai manqué quelque chose ? lui demanda-t-il droit dans les yeux.

L'elfe ne parla peu durant la montée de la tour. Peut être cogitait il ? Ou peut être ne l'avait il pas écouté ? Quoiqu'il en soit, il confirma que Lyam était retenu au sommet de la construction.
Puis Lyam le supplia. Et Alcaas en rajouta un couche.

Plissant ses yeux, le jeune chasseur prit sur lui pour ne pas répondre à Lyam, que le démon pouvait avoir laissé s'exprimer, pour mieux les manipuler, ni qu'il ne laissa transparaître sa pitié envers la situation dans laquelle était Lyam. Pas plus qu'il ne tenait à hurler à l'elfe "JE SAIS DÉJÀ TOUT CA !!!", ou même lui faire envisager une troisième voie. Après tout, les contes sur les exorcistes ou les prêtres qui chassaient les démons de leurs hôtes se finissaient souvent mal mais... Pas toujours.

Soit nous le laissons vivre, dit il à l'elfe, et il se renforce et nous mourrons. Soit nous le tuons, et cela ne changera rien. Alors nous pouvons toujours l'enterrer dans quelques terres consacrées, vivant, et le laisser mourir en priant que personne ne s'en approche. Ou essayer de trouver quelque chose d'autre. Mais si tu penses vraiment avoir une meilleure idée qui garantisse que l'on se débarrasse du démon, je t'écoute.

Puis le duc apparu, de quoi manger à la main.

Messire... Fit Martin, cherchant ses mots... Je... Peut être l'avez vous vu en retrouvant vos souvenirs, dans ma mémoire.... Mais voilà ce que j'ai vu sur un dolmen dans la forêt....

Et il lui conta ce qu'il avait vu là où il avait trouvé Ottmar, et ce qu'il en avait compris, puis le précédent hôte également du démon. La jeune femme tuée par Ottmar, Ottmar lui même, puis Lyam... d'où ses réticences concernant les projets à tuer Lyam ou quiconque serait l'hôte du démon.

Maintenant que tous savaient ce que cela impliquerait, avec toutes les cartes que Martin avait eu en main, il les laisserai prendre la décision qui semblerait avoir l'approbation du duc et de l'elfe, quelle qu'elle soit. Et il la suivrait. Même s'il continuait de penser que l'avis d'un quatrième larron devrait être entendu. Celui d'un prêtre par exemple. Après tout, même les plus superstitieux d'entre eux pouvaient apporter quelques lumières sur cette affaire, sur les chances de Lyam de s'en sortir...
Gamin, un jour ou l'autre tes plans foireux feront de nous des morues salées. Et tu sais quoi ? Je regretterais même pas car je me serais sans doute amusé comme un fou avant d'y passer.


Martin, Voie de la chasse
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 27/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_martin

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1392
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: [Martin] Case départ...

Message par [MJ] The Puppet Master » 18 févr. 2019, 21:26

Lorsque le Duc Borric lui expliqua qu'il savait tout, Alcaas eut un sourire que Martin ne vit pas.

- Cet imbécile pense que tu veux tuer ton fils... lança l'elfe, sarcastique.
- Martin... Soupir. J'ai vu les gravures près du tertre dans la forêt. Grâce à tous ces souvenirs transmis par l'amulette, je sais que le seul moyen de contenir le démon et nous préserver de ses actions, réside dans l'impérieuse nécessité d'y enfermer Lyam. Mon cœur saigne mais cette décision s'impose d'elle-même. Ton souhait de recourir à un prêtre exorciste pour sauver l'âme de ton frère est louable mais l'heure n'est plus aux compromis. Dès demain, je te demanderai de m'aider à l'emmener dans la forêt. Borric porta ses yeux sur Alcaas. Nous aurons sans doute besoin de renforts ; je ne suis plus de prime jeunesse et Martin est mal en point...
- Je ferai ce qui doit être fait, coupa Alcaas sans émotion. Tu es un meneur d'hommes comme il devrait en exister plus. Cela faciliterait bien des choses entre nos deux peuples... et pour votre seule race aussi.

Puis l'elfe commença à redescendre les marches.

- A demain donc, humains. Je ne serai pas loin... conclut-il en disparaissant dans le colimaçon.

- Quel étrange personnage... lâcha le Duc, un sourire en coin. Puis reportant son attention sur le chasseur, il ajouta : Maintenant, obéis à ton seigneur et maître, Martin, et va te reposer. Je m'occupe de Lyam pour ce soir ; ne crains rien, il est solidement entravé et je ne resterai pas avec lui assez longtemps pour qu'il parvienne à me faire flancher. Nouveau soupir. Je te promets que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour sauver Lyam... en commençant par le tenir éloigné du château et des hommes. Aie confiance, fils.
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Martin
PJ
Messages : 125

Re: [Martin] Case départ...

Message par Martin » 18 févr. 2019, 22:06

La fatigue et le stress n'aidant pas, ainsi que la sueur qui parcourrait son front, Martin commençait à avoir du mal avec les sarcasmes de l'elfe. Il n'avait pas tord, certes, mais cela n'en rendait pas les choses moins énervantes.

Puis quand le duc annonça qu'il allait nourrir Lyam, il sourcilla. Seul ? En pleine nuit ? C'était dangereux. Il avait eu un aperçu des capacités de celui ci. Un âcre de forêt couché par le souffle de sa magie.

Bien que mal en point, le chasseur proposa néanmoins au duc de rester de ce côté de la porte, juste au cas où. Quand à la remarque du duc....

Messire. Ce n'est pas une question de confiance mais de prudence. Ça ne coûte rien, et mieux vaut ne pas prendre de risques avec ce démon. Que vous coûte que je dorme quelques instants de moins ?

Il tirait peut être sur la corde, mais le jeune chasseur ne tenait pas à prendre de risques. Que le duc accepte ou non cette énième précaution, son "fils" comptait bien aller se reposer ensuite. Il avait à récupérer des évènements de la soirée. Car le lendemain risquait d'être agité. Un démon, même encordé, restait dangereux. Quoiqu'il avait besoin d'être libre de ses mouvements pour agir non ?
Modifié en dernier par [MJ] The Puppet Master le 25 févr. 2019, 16:32, modifié 1 fois.
Raison : +9 Xp (2 derniers posts) | Total 64 Xp | Total disponible 91 Xp (fiche mise à jour)
Gamin, un jour ou l'autre tes plans foireux feront de nous des morues salées. Et tu sais quoi ? Je regretterais même pas car je me serais sans doute amusé comme un fou avant d'y passer.


Martin, Voie de la chasse
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 27/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_martin

Avatar du membre
[MJ] The Puppet Master
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Warfo Award 2017 de l'ancêtre
Messages : 1392
Profil : Crème antiride! (5 utilisations, chaque utilisation procure +2 CHAR pendant 24h RP)
Lien fiche wiki : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... pet_master
Autres comptes : Mélétê (PJ) ; Dieter Wiederwald [RP Libre]
Localisation : Dans l'ombre, tirant les ficelles...

Re: [Martin] Case départ...

Message par [MJ] The Puppet Master » 25 févr. 2019, 17:50

Avec un sourire bienveillant, le duc se résolut à laisser Martin l'accompagner et veiller à ce que tout se passât bien. Borric avait vu ce qui était arrivé à Martin avec ce démon et comprenait mieux que personne d'autre que son fils fut préoccupé par ce qui pourrait se produire ; ces créatures chaotiques étaient capables de ressources insoupçonnées et savaient profiter de la moindre faiblesse entrevue chez les humains pour mieux les frapper et les soumettre. Combien de civilisations étaient ainsi tombées de par le Vieux Monde depuis des millénaires ? Cette pensée effaça le sourire du duc et son visage se ferma un peu plus encore lorsqu'il aperçut Lyam enchaîné au milieu de la petite pièce circulaire ouverte aux vents froids de la nuit norlandaise. En effet, il n'y avait nulle fenêtre ici ; juste quatre ouvertures pour permettre au guet de surveiller les environs lors des épisodes de trouble en ayant une vue dégagée à plusieurs lieues à la ronde dans les quatre directions. Sur le sol de pierre, Lyam était allongé et sanglotait.

- Pourquoi, père ? Pourquoi me faites-vous souffrir ainsi ? J'ai froid... Je suis meurtri et j'ai peur, père...
- Silence, démon ! Ce ne sont pas les paroles de mon fils ! Jamais il n'implorerait ma pitié car il est plus fort que ça. Tu le réduis au silence mais je sais qu'il est toujours là et qu'il trouvera un moyen de te vaincre !
- AH, AH, AH ! Un rire caverneux et saccadé agita soudain les épaules de Lyam qui redressa la tête pour montrer son visage au teint jauni où des croûtes apparaissaient déjà aux commissures de ses lèvres. Son visage tout entier transpirait de la possession démoniaque et il n'était plus qu'une parodie inquiétante de celui qu'il avait été. FORT ? NON... NON. IL NE L'EST PAS. IL S'EST SOUMIS A MA VOLONTE SANS SE DEFENDRE.
- Mensonge ! Jamais, un von Austrog n'aurait cédé face au Chaos ! Nous sommes faits d'un bois autrement plus robuste que tous ceux que...
- AH, AH, AH ! HUMAIN PATHETIQUE ! QUE CROIS-TU, HEIN ? TU CROIS QUE TON FILS PEUT ME RESISTER SIMPLEMENT PARCE QU'IL EST TON FILS ? ET PAR QUEL PRODIGE ? TU MERITES UNE LECON POUR TON IMPUDENCE !

A ces mots, le démon commença à frapper la tête de Lyam sur le sol dans un éclat de rire dément. Entre chaque coup, des éclaboussures de sang venaient, de plus en plus nombreuses et abondantes, maculer le sol et les alentours.

- Arrête ! hurla Borric en se jetant en avant pour empêcher le démon de recommencer.

A genoux devant lui, il saisit son fils aux épaules et le serra contre sa poitrine pour mettre un terme à ses tourments. Le démon en profita pour le mordre au cou avec une telle rage qu'il lui arracha une bouchée de chair sanguinolente qu'il cracha ensuite au sol et, les dents rougies par le sang de sa victime, afficha sous son nez un sourire ahuri. Portant la main à sa blessure, le duc effleura le médaillon et une lueur traversa son regard. Il se saisit prestement du bijou magique et l'appuya sur le front de son fils jusqu'à ce que le démon cédât et battît en retraite dans les tréfonds de l'esprit de Lyam.

Essoufflé, la gorge ensanglantée et la chemise assombrie d'un voile écarlate, le duc passa devant Martin les dents serrées. La main posée sur le cou peinait à endiguer l'hémorragie.


- Tu vois ? Il était inutile de t'en faire : tout s'est bien passé...

Le duc Borric savait qu'il avait échoué et que les choses n'allaient sûrement pas se dérouler de la manière dont il les avaient imaginées.

---

La nuit ne fut pas des plus reposantes, les songes de Martin, quand ses meurtrissures lui laissèrent l'opportunité de fermer l’œil, furent peuplés de terribles cauchemars. Chaque réveil était plus pénible et angoissant que le précédent et le chasseur accueillit les premières lueurs de l'aube avec gratitude. Néanmoins, le chasseur avait pu bénéficier de meilleures conditions que de coutume ces derniers temps, si l'on exceptait son court passage chez les elfes de Laurelorn, et avait récupéré quelques forces. Son esprit restait meurtri et son appréhension grandissait à mesure que l'heure de vérité approchait.
Lorsqu'il fut prêt, il retrouva le duc dans la cour du château. Il y avait là une charrette attelée avec deux solides chevaux. Lyam était allongé à l'arrière solidement entravé par une épaisse chaîne de fer. Ses yeux étaient clos mais les paupières étaient agitées de tremblements frénétiques témoignages silencieux de sa souffrance psychologique.
Alcaas était adossé plus loin à côté de la porte cochère et attendait patiemment, les bras croisés, qu'il fût temps de partir.
Le duc était vêtu comme pour la chasse à ceci près qu'il n'en portait pas les armes. Il enfourcha sa monture dès que Martin apparut, laissant manifestement à ce dernier le soin de mener la carriole.
Les Péjis sont là comme des marionnettes qui, dans l'atmosphère brûlante de leur Erpé,
oublient qu'elles n'ont que l'illusion de la liberté...

Avatar du membre
Martin
PJ
Messages : 125

Re: [Martin] Case départ...

Message par Martin » 28 févr. 2019, 18:16

Lorsque le démon qui possédait Lyam se mis à frapper sa tête au sol, Martin s'avança pour plaquer le crâne du noble contre le mur et l'immobiliser, afin de l'empêcher de se faire davantage de mal, mais le duc le devança et eut la très mauvaise idée de ne pas se prévaloir de toute diablerie en le serrant contre lui... En résultat, comme un chien enragé, le parasite qui contrôlait Lyam le mordu au sang. C'en était trop. Saisissant sa dague, il avait l'intention de frapper du pommeau à l'oreille de l'attaquant pour le déstabiliser mais, là encore, Borric fut plus rapide et sut utiliser le médaillon, faisant battre en arrière le démon.
Mais le mal était fait. Il semblait désormais clair qu'il ne fallait pas espérer une fin heureuse à cette terrible mésaventure.

Mais il était tard, et il fallait dormir pour le lendemain.

---

Martin courait dans les bois, des espèces de tailleurs mutants aux doigts remplacés par des griffes, balafrés, le coursaient. Ces saligauds sur ses talons ne le lâchaient pas d'un pieds, quand bien même il utilisait tous ses tours pour les perdre dans les bois. Pis encor, ils ne semblaient pas fatiguer, à son contraire. Ses jambes devenaient lourdes, de même que sa poitrine, sa vue se troublait, il avait envie de vomir et suait de tout son corps alors qu'il avait de l'écume à la bouche... Il ne pouvait échouer. Il n'en avait pas le droit ! Hargendorf devait savoir. Le duc devait savoir !

La Sylve... La Sylve.... Elle n'était plus. La forêt était morte. Les bois étaient en deuil car leur maîtresse avait été sauvagement abattue. L'arbre primordial, dont les racines plongeaient jusqu'au cœur même de la terre, le père des bois, récipient de l'essence de la sylve, de son corps premier, avait été réduit en fagots par une créature à la malfaisance sans pareille, effrayante, ailée, géante, maniant une hache immense, longue comme une tour, large comme un moulin. Il le savait. Il l'avait vu. Et il n'avait rien pu faire, agir lui était impossible, lâche qu'il avait été, pétrifié par la violence des coups.

Ainsi mourait une créature immortelle, qui avait vue l'aube du monde, et qui aurait pû en voir le crépuscule puis la fin, si son fin et fragile, d'une beauté primaire, insondable, non humaine certes, mais qui parlait à toute créature vivante, apte à enfiévrer l'imagination des artistes les plus insipides, la voilà, cette créature qu'il avait contemplé et qui l'avait contemplée en retour, du haut de ses 10 000 ans d'existence, violemment arrachée, violée dans son intimité par ce malfaisant qui l'expulsait de son tronc, de son lit, de son sarcophage d'écorces, demeure millénaire, par une brute dépourvue de la moindre noblesse, du moindre respect pour l'âge archi-vénérable de ce trésor antique, des premiers temps, et qui s'en saisissait comme d'un vulgaire fétu de paille, elle qui avait vaincue le temps et les éléments, s’était vu mère nourricière de générations d'elfes, protectrice et protégée d’innombrables détenteurs de son pouvoir, tant elfes qu'humains, lâcher son dernier soupir, voir son essence vitale se dissiper, sous le rire gras, sale et injurieux de cette chose issue de la cuisse de Gog ou Magog... Comment pouvait il donc se gausser, cet être; cette chose misérable, de l'acte qu'il avait commis envers cette créature millénaire en ce lieu ô combien sacré !?

Il allait payer. Il allait souffrir. Il allait mourir. Il allait.... Partir ?

Sans même voir le petit être insignifiant qu'était Martin, la créature démoniaque délaissa la scène de carnage dont il s'était fait "héros", pour rejoindre les cieux, battant des ailes, provoquant un ouragan dans cette désormais profanée, maudite place, mais privant le jeune chasseur de cette mort libératrice qu'il appelait de son cœur, pour être enfin débarrassé de cette rage et de cette tristesses qui le tuaient et rendaient une mort rapide si désirable.

Mais c'eut été là trop facile. C'eut été là faire preuve de pitié. Alors les griffes de la nuit apparurent... La course poursuite était commençait, et finissait peu après. Le jeune chasseur avait été acculé vers une corniche, son arc était brisé, de même qu'une partie de sa volonté, sa dague émoussée n'était d'aucune utilité, son médaillon n'était plus qu'une coque vide, breloque inutile d'un temps désormais oublié. Tout espoir de vaincre l'avait déserté. Ne restait plus que la survie. Une minuscule chance de survie, fil d'Ariane balloté par le vent, menaçant de se couper à tout moment.

Tournant le dos aux monstres qui s'approchaient de lui, Martin fit un pas.... Et tomba vers la mer, les rochers déchirés par le passage millénaire des eaux qui massacraient la roche en pic, prête à empaler ce qui tomberait des cieux.... Mais en ce jour, en ce dernier instant, Ranald avait décidé de se montrer cruel, et honora le "champion" d'Hargendorf de sa "grâce", faisant éviter à son corps en chute libre les rochers, dix mètres plus bas.
Le choc avec l'eau glacé était violent et, bien que se sentant extrêmement calme, le chasseur savait qu'il devait mettre la tête hors de l'eau, ou bien il mourrait noyé d'ici peu. Mais les vagues de cette mer violente et agitées ne cessaient de le projeter contre la falaise, de lui forcer à remettre la tête sous l'eau.... Il cessa de lutter, ses forces abandonnées, et son corps dériva au gré des courants.

Puis ce fut l'obscurité.

Quelque chose de râpeux lui caressait la joue. Il sentait des griffes sur son dos. Et l'air. L'air qui emplissait ses narines. Puis le sel puant qui lui brûlait la gorge. Une remontée incontrôlable depuis les poumons. L'eau qu'il avait ingéré le tuait, son corps essayait de l'expulser, mais affaibli comme il était, l'effort risquait de le tuer. Toussotant, s'ébrouant comme il le pouvait, il fit de son possible recracher tout cela, bien que la douleur fut atroce...
Puis il se laissa là, allongé sur le sol, essayant de regarder autour de lui. Bouger la tête était un supplice, ses yeux voulaient se fermer pour dormir. Finalement dormir. Sombrer dans les bras de Morr....

Avec un cri du fond de l'âme, Martin se retourna et agrippa l'un des crabes qui lui avait escaladé le dos pour le heurter avec la force d'un nouveau né, contre un rocher, encore, et encore, et encore, jusqu'à ce que la carapace craque, et qu'il puisse se sustenter de la chaire de l'animal.
Se requinquant petit à petit par ce moyen, le jeune chasseur parvint à surmonter son état de faiblesse pour se diriger d'un pas agar vers la fin de la plage.

Sans savoir comment, il était désormais dans des vergers, évoluait dans une clairière... Il n'avait plus l'esprit clair, car voilà que venait le dolmen où il avait trouvé Ottmar, et où les mânes des ancêtres de ceux qui avaient piégés le démon tournaient autour, jusqu'à ce qu'il le voient, lui. Hésitants, ils s'approchèrent de Martin avec timidité, murmurant d'antiques paroles sans aucun sens dans la langue du 26ème siècle, puis leurs silhouettes se firent agressive, hostiles, ils tournèrent de plus en plus vite autour de ce mortel qui avait failli, qui avait rendu leurs sacrifices vains, et le maudirent encore et encore par des paroles de haine.
Fuyant ces êtres surnaturels, Martin déambula dans les bois pour enfin découvrir la place où Alcaas et sa mère vivaient. Les arbres alentours étaient morts, certains brûlés, couverts de runes inconnues et, pressé par un sentiment d'urgence, le chasseur pressa le pas pour découvrir une scène d'horreur.
La mère d'Alcaas, ou ce qui restait de son corps violenté et salit, dans une position grotesque, nu, et celui de son fils pendu à ses tripes.... Ils abhorraient ce visage... Ce visage affreux, lui hurlant que c'était de sa faute. Sa faute ! TOUT ÉTAIT SA FAUTE !!!

Pris de panique, dégoutté par ses propres actions, le chasseur recula pour tomber dans le vide, mais le sol ne vint jamais à sa rencontre. Par quelque magie, le voilà devant Hargendorf en flammes, ses chants détruits, ses moulins incendiés, le bourg parcouru par des sauvages de Norsca, et des elfes de par delà les mers, à la cruauté sans pareille, s'amusant à écraser les crânes d'enfants contre des murs, des chiens et molosses se repaissant des sujets du duché, certains encore vifs.... Partout où il portait le regard, il ne voyait que mort, souffrance et désolation.
Ceux qui avaient rejoints Morr, même lentement, étaient les plus chanceux;
Et au sommet d'une pile de corps, où il reconnu le duc, Arutha et d'autres, trônait Lyam sur un trône de crânes.

Puis il le regarda, et lui sourit. Mais d'un sourire pas amical, non. Un sourire cruel, de celui qui s'apprête à vous jouer un tour horrible....

- Regarde humain.... Regarde ce spectacle. Contemple l'avenir ! MON avenir ! Permis par tes actions ! Facilité par tes espoirs futiles ! Vis encore un peu pour être mon héraut, car j'apporte LA FIN DES TEMPS !!!

Ce n'était pas réel. Ce n'était pas réel. Ce n'était pas réel !!!

Martin devenait fou. La folie s'emparait de lui à mesure que le démon ricanait, se gaussant du malaise qui s'emparait du chasseur. Larmes, rire dément, pose ridicule... Il n'était plus, son esprit était brisé par l'excès de souffrance et de malfaisance qui lui avait été imposé de voir. La créature de ténèbres avait gagnée. Tout espoir était perdu. Tout. TOUT !

Puis les brumes tournoyèrent autour de Martin, éloignant la voix de l'être maléfique, masquant les massacres, et se dissipa aussi vite qu'elle était venue, pour révéler un soleil perçant les nuages, et devant lui...

Carline. Assommée ou endormie, la cadette des Von Austrog était là, assise contre les restes d'un arbre. Le même arbre qui avait été détruit par le démon ailé. Qui avait tué la Sylve. Et sur les genoux de la jeune fille, un paquet blanc. Un enfant au regard d'or, aux cheveux d'argents et aux oreilles allongées, tenant une breloque dans une de ses mains. Une jeune pousse, qui luisait de vert. Une jeune pousse en forme de Sylve.

L'espoir. L'avenir. Une chance de reconstruire.

Apaisé, Martin cessa de s'en faire, et passa le reste de la nuit sans s'agiter d'avantage. Sauf que le repos était bientôt finit. Le jour sembla se lever trop vite à son goût, et c'est avec l'énergie d'un zombie qu'il s'habilla, prit des rations en cuisine, sortes de gâteaux aux amandes en poudre avec des noix et quelques céréales, le tout tenu par du miel. Cela tenait au ventre et vous nourrissait un homme.

Dans la cours, il vit le duc, Alcaas, et le chariot qu'il se mis à conduire, tandis que l'elfe était monté à bord, gardant un œil sur le conducteur, mais aussi le démon qui possédait Lyam.

Bien dormi ? Demanda Martin à l'elfe, pour lancer une conversation.
Gamin, un jour ou l'autre tes plans foireux feront de nous des morues salées. Et tu sais quoi ? Je regretterais même pas car je me serais sans doute amusé comme un fou avant d'y passer.


Martin, Voie de la chasse
Profil: For 8 | End 8 | Hab 10 | Cha 8 | Int 8 | Ini 10 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 27/65
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_martin

Verrouillé

Retourner vers « Nordland »