[William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Image
La Lustrie est un vaste continent situé dans l'hémisphère sud du globe. La jungle en occupe le Nord et des prairies vallonnées, le sud. La Lustrie abrite deux ethnies humaines et les Hommes-Lézards avec les Slanns, ces descendants des Anciens qui jouèrent un rôle si déterminant dans la création du monde.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Un oiseau cria dans la canopée toute proche et pourtant si éloignée. Tulio posa sa main sur l'épaule du marin. Il inspira longuement avant de dire avec détermination :

-On sortira de cette jungle.
Jet d'intelligence de Will : 5, réussite
Durant les deux jours qui suivirent, Il y eut une étrange euphorie dans ce village qui concentrait tant de souffrance et de violence en temps normal. Les guerrières de la tribu célébraient la victoire de leurs consœurs sur la patrouille masculine mais aussi le triomphe de Nasha. Elle recevait les louanges des autres Amazoni. Une d'elle lui offrit un collier de plumes d'une couleur digne des atours d'un Sartosien, une autre une flute en os. Mais surtout, la petite Dili vint réclamer ce qui semblait être la bénédiction de la jeune guerrière.

Pourtant au soir venu, dans l'intimité qu'elle se permettait d'avoir avec lui, le jeune moussaillon pouvait sans problème déceler une tristesse qui pesait sur la fille aux cheveux de nuage. Elle avait du vague à l'âme. Allongée sur sa paillasse elle scrutait le ciel étoilé à travers l'ouverture du toit en soupirant. Qu'est ce qui pouvait perturber une guerrière de six pieds de haut ? Le combat fratricide avec sa sœur ou bien l'affection qu'elle portait à ce jeune Qhari ? Toutefois quand elle se lassait des étoiles elle reportait son attention sur Hecker. Les doigts s'entremêlaient et la nuit n'appartenait plus qu'à eux.

Du côté des esclaves l'euphorie concernait surtout l'espoir d'être rapidement libre. Ils obéissaient sagement à leurs propriétaires comme le valet servile complotant contre le maître. S'affairant avec le manioc, la cuisine ou à panser leurs blessures, il s'était rapidement formé une camaraderie entre conquistadors et pirates. Mais un détail assombrissait le tableau. L'état de Fibonacci se détériora rapidement au crépuscule du deuxième jour.

Dans la hutte d'un Tulio éreinté planait l'odeur désagréable de l'Agonie. La fièvre avait redoublé d'intensité et les maigres ressources du chirurgien ne pouvaient lutter contre ça. Fibonacci était allongé, pâle, flasque, piteux. Il avait l'air d'une vessie dégonflée, ses yeux jaunâtre tournèrent faiblement les yeux quand Hecker entra à sa demande dans le barrio.
-Désolé William. Il faut croire que la Jungle m'aura avant la boisson. Il ricana faiblement avant qu'une quinte de toux ne lui déchire la gorge. Il parlait en Tiléen.
-Ta bourgeoise a expliqué le plan au chirurgien. Vous avez une chance oui. Les gars connaissent la route du fort. Ils pourront y arriver. Nasha doit aller au temple. Tu sais, LE temple. Tu demanderas à Tulio. J'dois garder du souffle pour la suite.

Il désigna alors fébrilement la paire de bottes disposée devant son couchage. Au delà de l'odeur fétide et de l'humidité du cuir à l'intérieur une fouille rapide offrit au Boucanier un rouleau de cuir.

-Je te donne la carte. La carte du trésor d'Hernanjo Salvadore. La route qu'il a emprunté menait au Serpent Will. Au Serpent. Et ces Garces en prient un. Le trésor est avec le Serpent.
Une nouvelle toux.

-Quand vous serez sur la route du Temple. Du Serpent. Ta blonde. Elle va leur donner le temps. Le temps de filer. Il racla sa gorge. Tu sais Will. J'pensais pas que j'aurais si froid. Au milieu du nouveau monde. Bon sang qu'j'ai froid. Comme sur les remparts de Middenheim. Comme sur les remparts de Middenheim. Le tueur de rois... De ses lèvres ne sortirent plus qu'un souffle rauque et quelques délires étiolés.

Rodrigo Fibonacci mit plus d'une heure à expirer. Ses blessures, la fièvre et les miasmes eurent raison du vétéran. Pourtant c'est apaisé qu'il rejoignit les landes de Morr le Père.
Tulio entra pour donner les derniers sacrements au défunt. -Repose en Paix Tiléen...Nous partons à l'aube. La nuit sera courte.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
William Hecker
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 42

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par William Hecker »

Le droit d'espéré était devenu à nouveau possible depuis que Nasha lui avait promis l'aide nécessaire pour pouvoir fuir le village et ainsi retrouver les siens. Si il était fou de croire les mots d'une guerrière sauvage dont le seul passe temps ces dernières années avait été de tué tous les étrangers ayant un jour foulé le sol du territoire de son peuple, le jeune Will s'était tout de même persuadé que l'aide offerte par la fille de la matriarche saurait lui être salutaire.
La jeune sauvage indomptable avait su d'une certaine façon gagner sa confiance... Ou bien était ce là le cœur du jeune homme qui, s'étant enflammé pour cette belle jument à la crinière blanche, voyait de fait son jugement être obscurci, lui faisant ainsi baisser sa garde alors que cette guerrière de l'enfer vert pouvait d'un simple geste lui arracher la tête du tronc ? Pour autant, derrière pareil sauvagerie, le jeune pirate se perdait sans cesse dans le regard de Nasha quand ils venaient à se retrouver à la nuit tombée.
Contrairement à leur première nuit, leur attirance mutuel n'était dès lors plus dissimulé, l'un et l'autre se jetant sur sa moitié, la jeune femme voulant sentir les mains d'une jeune mousse parcourir l'intégrabilité de son corps, jusqu'à entremêler leur corps jusqu'au bout de la nuit dans des caresses aussi sauvage que intense. De son coté le jeune Will maladroit des jours précédent semblait désormais bien loin, se laissant aller à à ses plus bas instinct dans cette jungle, alors qu'une fois dans l'Ekent de Nasha, les deux amants se livraient au péché de chair, tantôt sensuel et doux, puis plus enflammé et passionné ensuite.
Mais cette relation aussi dangereuse que surprenante était elle réellement preuve dans un potentiel amour entre ces deux êtres de chair ? L'un fils de la mer, l'autre fille de la jungle... Deux mondes... Deux vies que tout oppose... Et pourtant semblant chacun apporter à l'autre quelque chose qui lui faisait cruellement défaut...
Parfois après leurs longs ébats à crier aux Dieux le plaisir qu'ils étaient capable de se donner, Will aimait à observer la créature allongé à ses cotés, dont le regard scintillait en se perdant dans les cieux composés d'étoiles, alors que la lune laissait sa lumière transcender le corps de la belle guerrière. Dans les yeux de Nasha... Will y voyait la tristesse et l'amertume des jours qui passent... Comme consciente de la promesse faîte à son marin mais en même temps redoutant les conséquences de sa réalisation. Était ce la confrontation avec ces sœurs ou même sa mère qui lui donnait tant à réfléchir ? Ou la composition de ce plan si mystérieux qu'elle n'acceptait pour l'heure toujours pas de partager avec le matelot de la Sirène Ivre ? Ou peut être était ce tout simplement le fait de savoir que d'ici peu... Elle ne verrait plus son marin venir la rejoindre, et ainsi s'offrir à elle dans le but de combler le désir insatiable qui brulait constamment dans le bas de son ventre.

Qu'importe ce qui pouvait tant la tracasser, à chaque fois avant de fermer les yeux, le jeune Will se laissait aller à quelques moments d'attention avec la jeune femme, laissant ses mains parcourir sa chevelure aussi pure que les neiges des terres du Nord, pour finalement l'enlacer sans plus jamais se détacher, comme également conscient de l'attachement qu'il lui portait aussi, non sans savoir aussi que nul avenir, omis un sanglant ne pourrait au final les réunir si jamais ils s'entêtaient à vouloir rester l'un avec l'autre. Après tout... Elle était une héritière de tribut guerrière... Et lui... Un simple esclave dans ce nouveau monde où tout lui semblait si hostile.

Durant l'attente de la fin du délai accordé à Nasha pour mettre en œuvre son plan, les reste des prisonniers, pourtant conscient de leur piteuse situation, acceptèrent sans broncher leur captivité, le chirurgien Tulio s'étant chargé de leur dévoiler les récents évènements déclenchés par Will et susceptible de leur offrir une porte de sortie dans ce village qu'ils voyaient tous comme diabolique car seulement composé de furie avide de sexe et de sang.
Dès lors, aucun n'opposa la moindre résistance, se tuant à la tâche dans les différents travaux confiés par les guerrières, quand ceux ci n'étaient pas forcé entre deux activités, de copuler avec leur geôlière de manière à les satisfaire tout en perpétrant la race de ces combattantes qui se disaient être les filles de Sotek.
Seul cas particulier, Will était désormais devenu dans le village le favori de Nasha, aussi jamais aucune autre guerrière n'osa ne serait ce que poser la main sur lui, ni même le frapper ou le violenter. Semblant trop craindre celle qui avait tout le potentiel pour les dominer et les commander, Will avait désormais tout le loisir de se balader dans le village sans réel surveillance. Et pour celle posant leur regard emplit d'avidité sur le jeune mousse, Nasha n'était jamais bien loin à roder, offrant à ces sœurs jalouses un regard aussi dangereux que terrifiant, de la même manière qu'un animal pouvait le faire lorsqu'il défendait une proie qui lui était totalement dû.

Si la situation pouvait sembler, dans l’ensemble, assez favorable, la réalité du combat qu'il menait pour sa survie vint le frapper à nouveau de plein fouet lorsque, soucieux de l'avancée de l'état de son santé de son ami Fibonacci, Tulio vint le rejoindre pour lui transmettre les demandes de son camarade pirate, désireux de le voir dans l'urgence.
La mine affiché par le chirurgien traduisant la gravité du moment, le mousse vint alors à rejoindre la hutte où était soigné l'ivrogne de Sartosa, entrer dans celle ci vous donnant l'impression de vous retrouver dans une cale de rafiot composé de marins en train de décuver de leur dernière soirée, tant l'odeur de mort et de décomposition était accentué avec la chaleur ambiante de cette maudite jungle.
Plus livide que jamais, Fibonacci était dans un état critique et plus que préoccupant, murmurant quelques mots incompréhensible en apercevant son camarade, celui ci venant à son chevet alors que le blessé faisait ici le bilan de sa propre situation : Impossible de sortir en vie de cette jungle pour le bougre qu'il était.

Ne répondant que par un silence, le marin vint alors délicatement soulever les bandages de son ami, se donnant ainsi un aperçu des blessures qui étaient en train de le ronger. Il blêmit en voyant que malgré tous les soins offert par Tulio, la guérison tant espéré ne s'était jamais produite, les chairs du pirate ayant commencé à se nécroser alors que la fièvre s'était totalement emparé de lui.
Baissant la tête et fermant les yeux, comme ne prenant conscience que maintenant de l'impuissance dont il faisait preuve dans cette situation, Will balbutia alors quelques mots :


"Je... Je suis désolé Fibonnaci... J'aurais... J'aurais peut être dû tenter ma chance et quitter ce village par mes propres moyens... Tu ... Tu ne serais peut être pas dans cette situation si j'avais fais le choix du courage plutôt que celui de la raison !"
De son jeune âge et de son inexpérience, Will ressentait alors pour la première fois le poids de la culpabilité et du remord, comme incapable d'accepter la situation se jouant sous ses yeux, cherchant à refaire l'histoire avec moult théories, qui si il avait agit différemment auraient peut être pu conduire son camarade à ne jamais retrouver sa trace et ainsi l’empêcher de mourir ici...

Mais ... C'était désormais trop tard... Et voila que son ami, le premier frère de la côte qu'il s'était fais... Allait rejoindre le jardin de Morr... Au milieu de cette putain de jungle !

Dans ce qui ne tarderai pas à être ces derniers mots, Fibonacci expliqua que le plan de Nasha, bien que Will en ignorait de son coté le déroulement exacte contrairement à Tulio et lui, pouvait semble il fonctionner. Le reste des marins captif des Amazones connaissant la route du fort, un peu d'audace et de chance pourrait dès lors lui offrir l'opportunité de rejoindre les survivants de l'équipage et peut être pouvoir rejoindre en vie la côte et la navire.
D'un mouvement des plus compliqué suite au peu de force qu'il lui restait, il désigna alors sa paire de botte, que Will alla chercher et fouiller, pour finalement y trouver le morceau de carte pour lequel Fibonnacie avait tout donné, pour finalement l'a confier à son camarade qui serait la dernière personne qu'il pourrait avoir à ces cotés avant de voir la vie définitivement le quitter.
La carte du trésor d'Hernanjo Salvadore... Ce qui les avaient tous conduit à pénétrer cette jungle mortel... La clé du mystère entourant ce trésor était le serpent... Les Amazones vénérant elle même cet animal sous le pseudonyme de Sotek. Un temple où Nasha elle même devait se rendre... Ce trésor si il existait, était là quelque part, à portée de main... Et Fibonnaci offrait ici son rêve à Will : Pouvoir un jour le trouver et simplement poser les yeux sur celui ci.
Toussant violemment, Will récupéra alors un peu d'eau, qu'il donna à son compagnon tout en lui maintenant la nuque pour lui soulever délicatement la tête. Ce trésor... Ce maudit trésor... Était il assez grand pour combler toutes les vies qu'ils avaient perdu en arrivant ici ? Le jeune pirate en doutait grandement désormais.


"Ce trésor... N'est que secondaire. Le principal c'est de survivre ! Allons mon ami... Tu... Tu peux pas me laisser ici ! Je ... Je te dois un verre de cet alcool immonde servit à Sartosa et..."

Serrant la carte contre lui, Fibonnaci se mit à sourire, alors qu'il marmonna quelques derniers mots indéchiffrable, laissant un dernier souffle rauque s'échapper de son être, pour finalement s'immobiliser... Cette fois totalement.

"Fib... Fibonnaci... Fibonnaci !!!!" Cria il en le secouant tout en comprenant qu'il avait ici rendu son dernier souffle... Will resta totalement immobile... Des larmes glissant le long de ses joues alors qu'il resta aux cotés du corps du pirate sans bouger de longues minutes, sous les yeux d'un Tulio ne semblant pas avoir la force de gâcher ce moment solennelle.
Sortant de sa torpeur, observant le bout de carte qu'il avait dans la main puis le visage de son ami maintenant décédé, il dit tristement :


"Nous allons l'enterré non loin..."
Il ne pouvait et ne voulait pas en dire plus, se relevant alors pour finalement se tourner vers le chirurgien, le regard qu’il arbora en cet instant étant bien différent de celui qu'il avait jusque là toujours affiché depuis son arrivée au village : Un regard froid et déterminé... Déterminé à survivre et ne pouvant se résoudre à voir le sacrifice de Fibonnaci être vain.

"Qu'importe ce qui va arriver... On tente notre chance dès que possible. Ou au moins on meurt comme des hommes libres et non pas comme des esclaves et des chiens ! Maintenant dis moi Tulio... Le plan de Nasha, c'est quoi ?"
William Hecker, Voie du Forban
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 0 | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_william_hecker
► Afficher le texte

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Les étoiles scintillaient comme des milliers de lucioles dans le ciel du Nouveau Monde. Munis de pelle, les survivants de plusieurs expéditions infortunées creusaient une tombe. Éventrant la terre glaiseuse et rougeâtre, les frères de la côte, les conquistadors estaliens et même un norse sans langue mirent en terre la dépouille de Fibonacci. Quelques mots furent proférés sur un homme que nul ne connaissait réellement. Sans roi ni dieu, il reposait désormais aux côtés des camarades de Tulio. À jamais aventuriers et pionniers sur cette terre mythique.

Son chapeau à plume sur un bâton comme pierre tombale. Tulio avait expliqué le plan en ces mots à Will :

-Nasha et quelques autres guerrières vont nous amener au Temple de Sotek. Là où partent la plupart des prisonniers. Parait que c'est un rite. Et sur la route on va causer une diversion au signal de la Blonde. Là ça va être la débandade car il va falloir courir le temps que Nasha retienne ses consœurs. Le hic, c'est qu'il va falloir que certains soient la diversion. Et ceux-là ils se feront rattrapés. Et ramenés au Temple saucissonnés comme des perdreaux. Pour le reste va falloir courir jusqu'à ce fameux fort et après...Qui sait. Tral, Vincente et Miguel se portent garant de ce sacrifice. Il faudra que tu choisisses toi aussi.

Le soleil n'était pas encore levé, le ciel s'empourprait. Des guerrières vinrent le chercher lui et les autres. Elles étaient brutales, sans ménagement aucun. Parées pour affronter une fois de plus les horreurs de la forêt. Eux, étaient onze hommes malades, mutilés ou brisés par les atrocités commises dans cette moiteur infernale. Nasha était couverte de peintures, elle était à l'image de sa mère, la Matriarche. Six guerrières au total. Tout le village se rassembla, mutique et solennel. Une fille de cheffe partait pour revenir adulte, sacrée par ses consœurs dans un lieu sacré.
Eux n'étaient pas plus considérés que des bagages. Et c'était pour le mieux. C'était l'espoir de ne jamais revenir dans ce sinistre village, pour aller où ? C'était une toute autre question. La dernière vision qu'eut Will des lieux fut la petite Dili, observant la procession s'éloigner dans la mangrove.

Les Amazones marchaient avec aisance dans ce bourbier. Les Hommes grognaient lorsque un insecte venait les piquer, lorsque leurs pieds s'enfonçaient jusqu'au mollet dans la fange pleine de sangsues ou que l'une des guerrières les rabrouaient. On les amenait au temple de Sotek, avec le trésor, avec Roger et Flint. Avec leurs frères d'armes fait prisonniers. Mais le seul but qui leur donnait encore la force de marcher, c'était de rejoindre le fort.

Après plusieurs heures ils arrivèrent à un croisement. Du moins un semblant de croisement entre les sentiers engloutis par la végétation. Une statue d'un lézard féroce penchait docilement vers la droite. Un point de repère. Un point de repère qui était sur la carte de Fibonacci. Les autres pirates tressaillirent. Tout se passa en quelques instant. Les esclaves à la langue arraché se jetèrent sur les guerrières, assénant des coups retenus pendant des mois de captivité avant de détaler dans une direction. Les autres commencèrent à fuir à l'opposé. Les amazones crièrent. Il n'avait qu'un instant pour se décider. Déjà les filles de la Jungle se séparaient pour poursuivre les fugitifs.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
William Hecker
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 42

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par William Hecker »

Dans le silence de la nuit et sous le regard de la voute céleste, les prisonniers enterrèrent le corps du pauvre Fibanacci, mort en explorateur, pirate et surtout en homme libre... L'avidité... non... Le rêve de pouvoir un jour apercevoir le trésor d'Hernanjo Salvadore l'avait amené à se confronter aux dangers de la jungle, et ce, au péril de sa vie. Dans son dernier souffle, le pirate et ami de Will lui avait ainsi confié son bien le plus précieux : la fameuse carte susceptible de le conduire à l'or maudit, se faisant, le rêve de l'ivrogne devenait ainsi également celui du jeune mousse.
Au milieu des bruits terrifiants en provenance de la flore bordant le village des Amazones, les hommes se murèrent en silence autour de la tombe de fortune, pas un n'osant prendre la parole pour cet homme, que nombre n'avait pourtant jamais réellement connu, et pourtant se mélangeant à la peine qui tiraillait désormais le jeune William en cet instant solennel. Pirate... Conquistador... Norse... Qu'importe leurs origines, dans l'enfer vert, ils étaient tout simplement des hommes, ayant un but commun : Survivre...


"Repose en paix... Et puisse tu désormais naviguer pour l'éternité au coté du Grand Jack... Mon ami..."

Malgré le poids de la peine, l'heure n'était hélas plus aux larmes mais bel et bien à fomenter le plan qui permettrai aux esclaves de s'échapper de l'emprise des Amazones dans le but de rejoindre le fort ou se trouvait encore les rares survivants de la Sirène Ivre ainsi que le reste des Conquistadors.
Tulio expliqua ainsi le plan que lui avait exposé Nasha, celle ci offrant aux hommes un délai certes courts, destiné à leur offrir une fenêtre d'action dans le but qu'ils puissent ainsi tromper la vigilance des guerrières et se disperser dans la jungle dans l'espoir certes minime mais possible de rejoindre le fort en vie. L'idée était ici simple : Au petit matin, les esclaves seraient ainsi amenés au temple de Sotek, sur le trajet et au signal de la fille de la matriarche, quelques membres du groupe tenteraient d'agresser les guerrières chargées de les escorter, de manière à offrir une diversion pour le gros des prisonniers, de manière à ce qu'ils puissent s'échapper à travers la Lustrie. Si dans les faits ce plan semblait aussi simple que désespéré, il y avait matière à ce qu'il puisse fonctionner... En effet, loin de se méfier devant des hommes affamés et qu'elles pensaient avoir totalement dressé, l'escorte des Amazones jusqu'au temple serait peu nombreuse, et loin d'être sur leur garde alors qu'elles voyaient les prisonniers comme du simple bétail sans danger et simplement destiné à la reproduction.
Mais la réussite de cette entreprise nécessitait des sacrifices... Tral, Vincente et Miguel étaient de ceux là, des hommes qui, coincé dans ce village depuis trop longtemps déjà, avait perdu tout espoir de pouvoir rentrer un jour chez eux, la mort étant le seul remède au trop nombreux sévices que les Amazones avaient su leur faire subir.
Ne manquait plus cas savoir dans quel groupe Will désirait se placer : les sacrifiés ou les fuyards ? Dans la logique, le choix était déjà fait, Tulio lui même ayant posé la question à son homologue par principe, non sans même imaginer une seule seconde qu'il ne puisse l'accompagner jusqu’au fort pour pouvoir retrouver son capitaine et les autres membres du navire l'ayant conduit sur cette terre maudite.
Et pourtant... Will hésita un instant, non sans porter un regard vers la tombe de Fibonacci pour finalement dire :


"Ni l'un, ni l'autre... Aux premières lueurs du jour et sous le commandement de Nasha, vous tenterez votre chance. J'ai déjà perdu Fibonacci... Mais peut être reste il une chance pour que je puisse sauver Roger et ceux ayant été capturé en même temps que moi.
Quand au trésor... Plus jamais personne ne mourra pour ce mythe..."
Cette dernière phrase était ici assez énigmatique, comme si une idée lui était venu, sans pour autant qu'il ne puisse la confier à son interlocuteur.

Ainsi Will faisait ici le choix de rester avec les Amazones dans le but de rejoindre le temple de Sotek dans l'espoir de pouvoir y trouver des survivants du navire dans lequel il servait. De plus, malgré la relation qu'il entretenait avec Nasha, l'idée de récupérer la dague de Sophia qu'elle gardait précieusement à sa ceinture était aussi toujours une obsession pour lui. A croire que pas même la guerrière au cheveux blanc ne pouvait lui faire oublier son amour de jeunesse.

"Tulio... Tu dois vivre... Crois moi, il te reste encore des choses à chérir là d’où tu viens... J'en suis sûre." Il faisait ici référence à Hélène et son fils à naître, le pirate ne lui ayant jamais avoué qu'il connaissait la femme qu'il aimait, l'ayant rencontré dès son arrivée en Lustrie.
"Rejoints le fort avec les autres, dîtes au Capitaine Achab et le reste des survivants de rejoindre la côte et d'oublier le trésor... Ici il n'y a rien que des morts et du sang. De mon coté... Si j'arrive à retrouver d'autres captifs et à m'en sortir en vie... Nous parviendrons d'une manière ou d'une autre à rejoindre Porto-Reina... Sinon... c'est que la jungle aura eu raison de nous."

Déterminé et prêt à tout pour sauver ceux qui pouvaient encore l'être, Will venait ainsi de prendre son ultime décision alors qu'avant la mort de Fibonacci, sa seul obsession avait toujours été de trouver un moyen de fuir le village des Amazones dans le but d'apercevoir la mer encore une fois... Juste une dernière fois...
Était ce du courage ou bien le poison du désespoir qui l'avait poussé à pareil choix ? Impossible de le dire, mais pas même les protestations de Tulio ne suffirent à lui faire changer d'avis ce soir là.

Aux premières lueurs du jour, les prisonniers furent ainsi tous rassemblés au abord du village, tristes témoins du cérémonial orchestré par la matriarche du village, celle ci offrant sa bénédiction à sa fille, dont le voyage en direction du temple de Sotek semblait être une sorte de rite de passage comme l'avait pu être son duel à mort avec sa sœur.
Ignorant tout de ce qui pouvait l'attendre dans ce temple sans doute destiné à honorer leur divinité. Le groupe de prisonnier, sous la bonne garde des sœurs guerrières destinés à la protection de Nasha, fut ainsi conduit dans un long et éreintant voyage à travers l'enfer vert, la dernière vision du jeune pirate sur le village des Amazones, fut le regard de l'enfant Dili, dont l'expression dans le regard trahissait une sinistre pensée : Aucun des hommes présent en cet instant, pas même Will, ne remettrai les pieds ici... Jamais...

Confronté à nouveau au maux de la jungle, les hommes pestèrent face aux insectes et à la boue s'accrochant à chaque pas à leur botte, couplé aux coups de lance distribués par les Amazones si ils venaient à avancer trop lentement, la traversée s'annonçait ainsi aussi longue que redoutable alors que tous étaient épuisés par une captivité déjà bien trop longue dans cette maudite jungle.
Avançant en silence et sans jamais broncher, Will observait ainsi toujours devant lui, portant de temps à autre des regards à Nasha sans que celle ci ne cherche à les lui rendre. A tout moment le signal pouvait être donné, et à tout moment la situation pouvait exploser...

Et ce moment tant attendu et redouté, arriva au moment où Nasha, levant le bras pour stopper la progression de ces sœurs, posa un genou au sol comme pour signaler un potentiel danger non loin et nécessitant l'arrêt de la colonne entière.
Il n'en fallu pas plus pour que dans un hurlement de rage et de colère, certains hommes ne se jettent, à la grande surprise des Amazones, sur celles ci, distribuant des coups avec toute la haine qu'ils avaient su accumuler contre leur geôlières ces derniers mois, créant un effet de panique dans le groupe et offrant ainsi au reste des captifs l'occasion de fuir, ce que Tulio et les autres firent, détalant dans la jungle comme si le diable en personne était à leur trousse.
Et au milieu de ce bref et intense chaos, Will ne bougea pas, se laissant tomber les genoux au sol tout en levant les mains au dessus de sa tête, comme pour signaler son absence d'agressivité et de tentative de fuite... Face à pareil geste, Nasha le regarda avec surprise et incompréhension alors qu'elle venait ici d'offrir à son amant, la chance de pouvoir échapper à son peuple et au sort que la tribut réservait normalement aux hommes.
Mais le regard du jeune marin plongea dans celui de la princesse de la jungle, et d'un simple hochement de tête, il acquiesça négativement... L'heure n'était pas encore venu pour lui de la quitter...

Et déjà, les guerrières reprirent le contrôle de la situation, se débarrassant des fous ayant tenté de s'en prendre à elles, avant de s'élancer avec rage à la poursuite de ceux cherchant à échapper à leur courroux.
Will espéra alors que les fuyards parviendraient à distancer leur poursuivant...
William Hecker, Voie du Forban
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 9 | Int 9 | Ini 8 | Att 9 | Par 9 | Tir 8 | Foi 0 | Mag | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_william_hecker
► Afficher le texte

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Un choix risqué, audacieux, insensé diront-certains, mais ce choix là, le jeune William Hecker, fils de personne, ne l'avait-il pas fait dès l'instant où il avait embarqué sur un navire ?

Combien de temps cela faisait-il, trois mois, quatre peut-être ? Un peu plus ? Tout au mieux ce jeune gamin avait choisi de partir vers une vie plus libre à l'aube de ses dix-huit ans. Et pour quel résultat ? Le nouveau monde n'avait rien de libre ou de juste. La loi qui régissait les lieux était la même que celle des rues de Rémas : Celle du plus fort.
Les faibles mourraient, les forts survivaient. Et William n'était pas fort. C'était un gamin tenace catapulté au milieu d'une jungle impitoyable pour le rêve de quelques vieillards ivres d'or et de rhum.

Dans la boue qui se faisait une joue d'engloutir ses vêtements, il ne pu qu'observer la course phénoménale entre les guerrières amazones et les rescapés. Les trois muets eux, avaient fait l'ultime choix. Une des sœurs de la jungle abattit sa massue de pierre sur le norse dégingandé. Son crâne se fractura et un liquide sanguinolent coula de sa cervelle à vif. Les lames d'obsidiennes firent un travail à peine plus propre sur les deux estaliens. Dans un hoquet sanglant l'un d'eux agonisait à coté du mousse, un couinement atroce tandis que son morceau de langue restant claquait dans l'air désespérément.

Un poids tomba sur le jeune homme qui se fit propulser dans la fange comme une panthère sur un daim. Ce n'était pas Nasha, ses mouvements étaient plus violents, son teint plus ambré. Sous le crâne de saurien qui lui servait de masque elle invectivait le marin dans ses borborygmes agressifs. Une main se posa sur son épaule. La fille de la Matriarche.

Relevant Will du marécage elle prit ses mains en porte-voix et cria face au chemin qu'avaient empruntés fuyards et guerrières. Will reconnaissait le mot qu'elle scandait. C'était "venir". Elle rappelait les guerrières. Crotté et ignoré par les filles de Sotek, il pouvait voir les corps sans vie, tordus, des trois héros anonymes de cette funeste tragédie. Seulement ce n'était pas le dernier acte.

Rapidement, les chasseresses revirent. Bredouilles. Une âpre discussion s'ensuivit dans laquelle le marin ne saisissait que des lambeaux, des bribes de mots. Ce qui revenait le plus était Qhari.

Il n'y avait pas de tombe pour les esclaves, les femmes se remirent en route, pestant sur ce contretemps. Le seul point positif à l'état du jeune homme était que la boue empêchait les insectes de lui piquer la peau.

Le temps passait étrangement. Ce qui était la moindre des anomalies constatables dans cette foutue jungle. À un moment donné, elles s'arrêtèrent dans une clairière minuscule mais assez sèche pour permettre de poser son séant par terre sans s'enfoncer dans cinq pouces de boue. Elles sortirent un peu de viande séchée et des fruits. Will lui n'eut droit qu'à une calebasse remplie d'eau pour s'essuyer le visage.
Nasha resta distante. Après tout c'était censé être un échec absolu pour elle. La nuit fut moite, humide et perturbée par des hurlements bestiaux plus que sinistres.

Un réveil aux aurores, la marche, encore et toujours. Au bout d'un moment les arbres laissèrent la place à des roches englouties par le lierre et les mousses. Les abords d'un temple.
Image D'illustres créatures avaient bâti ces édifices de pierre. Des millénaires les avaient transformé en ruines. Que savaient les hommes des Anciens ? Rien. Un savoir perdu pour l'éternité. Laissé en héritage la jungle de Lustrie, ses sauriens et ses femmes sauvages.
Si aucune amazone ne les accueillit, les crânes fichés sur des pieux de bois rappelèrent avec douleur à Will à quel point les dames locales étaient territoriales.

Elles marchèrent encore. Le jeune homme affamé, malade, épuisé, s'enfonçant avec un pas soutenu dans l'antre d'une faction de guerrières anthropophages et belliqueuses pu remarquer alors qu'ils n'étaient qu'à l'orée d'un complexe colossal. Ces ruines qui avaient la taille d'un château bretonnien n'étaient qu'un post avancé pour la cité-temple vers laquelle le petit groupe se dirigeait.
Image Et puis il les vit. Les sentinelles implacables de la jungle. Ici elles troquaient les peaux et les os pour quelque chose de plus...Évolué. Des masques de pierre fixaient alors le condamné et les gardes qui l'amenaient dans la gueule de Sotek. En passant la première enceinte de pierres éboulées et de végétations grignotant les murailles, il aperçut les temples, les maisons de pierre et enfin les constructions faites mains par le peuple amazoni. Des tentes, des enclos, des ouvrages de bois pour faciliter les déplacements dans cette métropole morte depuis l'aube des temps.
Le village qu'il avait connu ces derniers jours aurait tenu mille fois dans ces ruines. Si elles n'avaient pas la densité de population de Copher ou de Rémas, les ruines ne manquaient pas de vie. Il y avait les amazones, milliers d'yeux perçants de guerrières, d'adolescentes ou de bambines observant les nouvelles venus et leur prise restante.
Image Des animaux domestiques comme n'en avait jamais vu le Tiléen paissaient dans leurs enclos sommaires. Des sortes de cochons brunâtres munis d'une petite trompe, de grandes bêtes à corne ressemblant à des vaches qui se roulaient dans la boue, mais surtout, un bassin de pierre, rectangulaire, où d'énormes crocodiles prenaient le soleil. Les os brisés dans la fange témoignaient que nombre d'infortunés avaient été précipités dans cette fosse. Jeu cruel ou dévotion à un dieu écailleux et serpentiforme ? William aurait tout le temps du monde pour le savoir.

Mais ce qui était le plus dur à observer, c'était les Hommes. Du moins c'était à l'extérieur des Hommes, mais il avait vu ce que la captivité avait fait d'eux. Des coquilles tremblantes et inquiètes, des vestiges des plus hardis explorateurs, pirates, aventuriers, maraudeurs, tant d'autres encore.
Dans leurs guenilles ils fixaient la fille de cheffe et son tribut. S'éloignant dès qu'une amazone approchait à moins de six pieds d'eux. Elles venaient en triomphe, eux n'avaient qu'à baisser les yeux.
Dans ces naufragés de la jungle il y avait des Norses, des Estaliens et des Tiléens aux longs cheveux noirs, aux moustaches autrefois lustrées changées en barbes broussailleuses et infestées de poux. Des Hommes du vieux monde encore et toujours. Mercenaires du Kislev, boucaniers bretonniens, brigands non identifiables. Les Amazones n'en avaient cure tant qu'ils n'étaient pas assez fou pour se dresser face à elles. Les multiples trophées aux abords des demeures suffisaient à montrer le destin des forcenés.

Le petit groupe était quasiment arrivé à l'immense temple centrale, ville dans la ville à ne point douter. Mais avant les marches de pierre pour y accéder, Nasha attrapa Will par le bras. Elle l'amena à un enclos où attendaient des Qhari, non affectés à quelconque tache. L'enlaçant une dernière fois elle le fit enjamber la barrière avant de s'éloigner le pas lourd vers ses comparses. Derrière lui, les esquilles humaines s'approchèrent. Silencieuses, accueillant un nouveau frère dans la captivité et la terreur. Mais une voix familière sonna à ses oreilles. Celle qui l'avait accueilli comme frère de la côte il y a toute une vie.

-Par le grand Jack...William ?
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Répondre

Retourner vers « La Lustrie »