[William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Image
La Lustrie est un vaste continent situé dans l'hémisphère sud du globe. La jungle en occupe le Nord et des prairies vallonnées, le sud. La Lustrie abrite deux ethnies humaines et les Hommes-Lézards avec les Slanns, ces descendants des Anciens qui jouèrent un rôle si déterminant dans la création du monde.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 120
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [William Hecker] L'Or et l'Orgueil des Conquistadors

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Le quartier-maître regarda son croquis, son œil jaunâtre se tournant vers Will de temps en temps.
-Peut-être bien. Va falloir réunir du monde d'toute façon pour attaquer c'camp. Bon on va soumettre ça au vote. On se ramène en direction du camp, on s'dirige vers le village abandonné dont a jacté l'Estalien, ou bien on fait cap à l'Ouest pour retrouver la Rouille et Guttrug.

Les onze hommes libres optèrent donc pour la majorité à se diriger vers l'Ouest. Pas de lieu à proprement dit, mais l'espoir de retrouver une partie de l'équipage. Compas en main, le quartier-maître mena la troupe dans ce dédale de broussailles, de fourrés, de joncs et de boue. Les heures à sentir l'humidité ronger vos affaires, les insectes sucer votre sang et comme seul réconfort l'eau de votre gourde et des rations en train de tourner. Mais une première piste s'offrit à eux. Un tronc marqué d'une croix. Estaliens ou pirates ? Encore d'autres ? Au moins il n'était pas là par hasard.
Image Une découverte plus déplaisante fut un énorme serpent, épais comme une cuisse qui sinuait dans la vase devant leur passage. Si l'animal ne les attaqua pas, la perspective de croiser d'autres reptiles démesurément grands et féroces n'était pas au gout des boucaniers. Bien après, alors que Reth remontait la piste des lianes tranchées et des branches piétinées, l'horrible réalité percuta le petit groupe à la vitesse d'une gifle de tavernière. Des corps. Les pirates s'écrièrent, il s'agissait d'hommes du groupe aux deux rouquins.
-Bartholomew, Tonio...Par les boules de Mannan quel boucherie.
Dans des postures de pantins sans fils, les marins gisaient contre des troncs ou dans la fange, morts depuis quelques heures tout au plus. Dans le même charnier l'un des pirates remarqua des Estaliens. Morts. Tous. Neuf pirates, huit Estaliens, pas de trace d'Ivanka ni de plusieurs de son groupe.
Jet d'observation : 20
J'espère que tu apprécies le breakdown mental :orque:
Ivanka n'était pas là, était-elle morte ? Prisonnière ? Blessée au fond d'un marigot ? Qu'est ce qui avait bien pu faire ça ? Les Estaliens ? Ces chiens de Conquistador, ces brutes, ces animaux. Osant pourrir ici avec ses frères de la Côte, leur sang se mélangeant dans la flotte. Pourquoi est-ce qu'il y avait toujours de la flotte ici ? Pourquoi ?

Alors que le jeune Tiléen encaissait le poids de toutes ces journées dans l'enfer vert jusqu'à en avoir les reins fourbus, un homme attira l'attention en retournant le corps d'un Estalien. Une flèche. À l'empennage en plume d'oiseaux tropicaux. Ce qui avait fait ça n'était ni des forbans ni des conquistadors.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Répondre

Retourner vers « La Lustrie »