[Snorri] La Cité du Torrent

Image
Les Montagnes sont depuis l'aube des temps le domaine des Nains : c'est là, parmi les pics colossaux et les précipices vertigineux, qu'ils bâtirent jadis d'immenses forteresses souterraines.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par [MJ] Le Djinn »

Le magasin équipementier de la Guilde des Ingénieurs de Zhufbar pouvait se trouver au premier sous-sol, juste en-dessous des bureaux d'étude. En entrant, tout faisait penser à une taverne et ce n'était pas peu dire: des tables avec des tabourets, un décors sobre mais parcouru de trophées de chasses ou de différents diplômes décernés pour des inventions particulièrement impressionnantes. Evidemment il y a un comptoir derrière lequel attendait un nain blond, d'une cinquantaine d'année, en tablier brun de travail et les mains grises de poussière. Quelques dawis attendaient leur tour pour passer commande, aussi Snorri fût-il invité à s'asseoir en attendant son tour, qui vint dix minutes plus tard.

-"Salut courte-barbe, je t'ai jamais vu ici je crois? Sturillson hein? Ton maître m'avait dit que tu passerais par là. Je suis le magasinier-ingénieur, Olaf Haut-Mont, ravi. Tu as une liste? Très bien, voyons ça..."

Derechef il enfourcha ses lunettes sur son gros nez et commença la lecture.

-"Alors... La nourriture vous en aurez sur le chemin, c'est les mineurs qui fournissent... La rondache d'accord... Manteau, tout ça, d'accord... Souliers pareils on va t'en filer une paire... Le béret t'en a pas besoin, t'auras un casque... Le carnet et les mies oui... Boulier et compas c'est sur place... Les besaces oui, la poudre et l'arquebuse oui mais faudra rapporter l'arquebuse en bon état sinon tu payes... La binocle si j'en ai encore oui... L'huile c'est fourni dans le chariot... La naphte pareil... Les billes j'ai pas."

Olaf sortit rapidement de son comptoir pour mesurer la taille, les épaules et les bottes de Snorri, fallait pas lui filer du mauvais matériel après tout! Il revint vite avec ce qu'il pouvait fournir: Rondache, lourd manteau de cuir et de lin, belle paire de bottes renforcées, carnet avec crayon et mie, besaces, arquebuse (un modèle standard) avec sa poudre, binocle de vue. Avec ça Snorri avait de quoi affronter les dangers de la marche.

-"Reste ici quelques secondes faut que tu signes... Ici... Voilà! Bon courage avec tout ça, normalement y'aura des chariots pour que tu puisses placer ton barda. Du coup vous allez à Zanguzaz Grung? C'est la merde là-bas il parait. J'ai vu passer quelques diamants en allant à la Guilde des Mineurs chercher une commande, ils sont beaux hein, très très purs, magnifiques. Par contre par Grungni j'ai vu passer un chariot de mine en acier trempé avec une marque de dents: elles avaient percées la plaque et le bois. Y'a un régiment de brise-fer qui est parti aider et la Guilde des Guerriers a prévu d'envoyer quelques hommes en renfort, ça va chauffer: reste près de ton maître."

Restait quelques secondes à Snorri s'il voulait rempiler pour une conversation, le temps que d'autres dawis viennent faire la queue derrière lui. Ensuite il faudra à Snorri finir ses préparatifs de façon personnelle. Dans deux jours le départ serait sonné et il n'y aurait plus le temps de réfléchir.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Snorri Sturillson
Warfo Award 2020 du meilleur membre - Développement
Warfo Award 2020 du meilleur membre - Développement
Messages : 42
Profil : For 8 / END 10 / Hab 8 / CHAR 8 / INT 10 / INI 7 / ATT 9 / PAR / TIR 9 / NA 1/ PV 70 (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... sturillson
Autres comptes : Alekzan Gievlevitch (en construction)
Localisation : Près d'un fourneau

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par Snorri Sturillson »

- " Ça chauffe à Zanguzaz Grung ? Ah, tant que ça ? Hm. Ca me parait étrange quand même. Enfin je veux dire, ça a pas l'air de gêner beaucoup de monde, et puis... Vous l'avez dit vous-même, je ne suis qu'un courte-barbe. Si c'était vraiment risqué ou vraiment dangereux, la Guilde ou le Fort enverrait des gens un peu plus compétent qu'un courtaud comme moi, non? A moins bien sûr que ce ne soit pas dans l'optique de la Guilde que de résoudre correctement les problèmes. Mais ce n'est pas ce qu'il m'a été dit en arrivant. Attendez, je vais signer..."

Sérieusement... Un chariot... Hein? Ah oui, c'est vrai, la politesse, la paperasse vu que je suis un nouveau-venu, etc. Bon sang, c'est pas encore très droit ces runes communes. Ça va que c'est qu'une simple signature, et pas une copie des 816 strophes des Chœurs de Vals & Monts.
Image

- " Des ... Des Brise-Fer, à ce point ? Mais dites voir, cette mine, elle a un propriétaire défini, où c'est toute la Forteresse qui profite des diamants que l'on extrait? J'imagine que ce n'est pas une propriété collective au sens strict, mais je préfère demander."

On va tâcher de retenir ce qu'il me dit, en espérant qu'il ne va pas me ressortir les inanités habituelles que l'on balance dans l'Empire. Il serait temps de savoir, vu ce qui m'attends dans les 8-10 prochains printemps, si j'ai bien compris.

- " Ah, aussi, une dernière chose : Vous vous y connaissez vous en Zanguzaz ? Vous en avez déjà tué? Si vous n'avez pas d'idée, vous sauriez où je pourrais en trouver? Une bibliothèque peut-être? "

Bon allez, il est déjà en train de balbutier, on va s'arrêter là avec les questions. On attends qu'il ait finit son recueil, on ancre bien ça dans la caboche, et...

- " Eh bah merci bien. J'reviendrai vous voir si Mtr Orlakson change d'avis, ou s'il souhaite que je prenne autre chose !"

[...]

Et... Et maintenant quoi? On part dans deux jours, soit. Mais qu'est-ce que je suis sensé faire ? Attendre? Dormir ? Me renseigner? Je n'ai aucune attache ici, donc je n'ai rien ni personne qui pourrait me retarder, et... Non, rien. Ah attends, il avait dit quoi déjà, le magasinier ?

"... J'ai vu passer un chariot de mine en acier trempé avec une marque de dents ..."

Des marques de dents ? Tonnerre de Grimnir, les rations de campement ça doit vraiment être de la carne pour qu'on en vienne à mordre dans le matériel. Surtout du matériel en ... en acier tr... trempé ?!
Pardon ?! Un chariot de mine ?! C'est une blague ?
...
Vieille-Querelle, dans quoi est-ce qu'on m'emmène encore ? En voilà des manières tiens, mordre dans un chariot de mine en acier. Si ces Zanguzaz manquent tant de ferraille, ils peuvent pas faire comme tout le monde, et les acheter avec de l'argent ? Ou s'ils tiennent tant à se nourrir de ça, ils peuvent très bien se reporter sur les lentilles ou la v... Oui. La viande et le sang. Et la seule viande à portée dans une mine naine...

...
...
...


C'est vraiment une idée de con. Fan-ta-stique. Quoique, si ça se trouve, avec la potée des deux dernières semaines, j'ai des chances d'être indigeste aux yeux de ces ... Zanguzaz, quoi qu'ils soient réellement.
...

Dans tous les cas, on va demander conseil. Et pour une fois qu'il y en a un à portée, on va aller au temple des Ancêtres. Je crois avoir vu les Trois Runes Antiques quelque part...

Quelque heures plus tard, dans le Grand Hall Inférieur de Zhufbar
Ah, voilà, j'ai retrouvé l'endroit. Bon, on va essayer de ne pas offusquer qui que ce soit. Je n'ai aucune idée s'il faut s'approcher des statues, rester à distance, s'incliner, les regarder ou non, etc. On va donc... Suivre ce que les autres font autour de moi. Enfin, ceux qui ne sont pas en train de subir le courroux silencieux des aumôniers, diacres et vicaires présents. Le temple de Morgrim est à coté de la Guilde, celui de Gazul est vers le canal Ouest, et il y a un autel pour chaque Ancêtre ici. Il y a bien une dizaine de statues et de faciès gravés dans différents minerais ou matériaux. Bon, quand faut y aller...

Ancêtres, si vous m'entendez ou daignez m'écouter, veuillez me pardonner mon Ancien Khazal, je n'ai jamais eu la chance de le pratiquer. Je sais que je suis loin d'être l'oreille la plus assidue ou l'esprit le plus conciliant. Comprenez qu'il me faut comprendre et apprendre, plutôt qu'accepter le savoir comme une vérité absolue. Allons, tâchons.

[...]


Image

Grungni, Pères des Pères, Prime Ancêtre, Oeil-du-Pic, puisses tu m'apporter la sagesse, afin que je puisse faire le bon choix auprès de mes pairs. Accordez-moi les fragments du passé, afin que je puisse marcher la tête haute parmi les justes. Accorde-moi du temps et du savoir-faire pour que je puisse exprimer l'acier qui est en moi.

Image

Valaya, Mère des Clans, Garde Monts, Porte-Coutume, accorde-moi la ténacité, pour que mon clan puisse supporter les caprices des âges. Délivre-moi de toute fragilité, afin que je puisse être digne. Protège mes pairs pendant mon absence, et garde-les en sécurité dans les moments de malheur.

Image

Grimnir, Brave-Souvenir, Foudre-Fer, Sang d'Honneur, montre-moi la force et le courage, afin que j'agisse avec honneur dans chaque conflit. Montre-moi l'habileté martiale, afin que je puisse protéger mes proches. Accorde-moi la vengeance, pour tous les maux que l'on me fera.

Image

Morgrim, Barbe-Ainé, accorde-moi la connaissance, afin que je puisse manier la grandeur. Accorde-moi la précision, pour que je puisse créer de la qualité. Donne-moi la fougue et l'audace, pour que je puisse exercer le génie, et...

Et par Pierre & Acier, je l'exercerai.
Snorri Sturillson
Voie de l'étude de l'ingénierie - Apprenti
Profil: For 8 | End 10 | Hab 8 | Cha 8 | Int 10 | Ini 7 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70

"Vous n’avez pas le droit d’avoir votre opinion. Vous avez le droit d’avoir votre opinion renseignée.
Personne n’a le droit d’être ignare.
"
Snorri dans un univers parallèle très mignon et propre :
Image

Fiche personnage wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_snorri_sturillson

Assistant-MJ - Compagnie Sturillson
COMPAGNIE STURILLSON

Venez chercher votre bonheur, ou le malheur des autres...

En construction . . .

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par [MJ] Le Djinn »

Les dévotions rendues, les ancêtres honorés et leur bénédiction demandée, Snorri put reprendre le cours de sa journée avec un esprit allégé. Derrière lui des ingénieurs nains venaient se recueillir dans ce temple généraliste sous l'oeil avisé des clercs qui distribuaient aux statues les offrandes. Une jolie religieuse aux longues nattes rousses et à la toge blanche passa même devant notre nain avec un puissant encens sans doute acheté au prix de l'or et qui embaumait la salle d'un parfum proche de baies des montagnes. Mais il n'était pas temps de trouver femme parmi la gente féminine du Culte des Ancêtres, il lui fallait désormais écumer les différentes bibliothèques de Zhufbar pour trouver des informations sur les Zanguzaz! Dans la citadelle, comme dans toutes les autres, le plus grand regroupement de savoirs se trouvait dans le hall de la Guildes des Scribes des Runes, les grands écrivains du peuple nain.

Contrairement à ce qu'on pouvait penser, les scribes n'étaient pas des érudits, même si beaucoup le devenaient à la suite de leurs lectures et recopiages. Leur rôle était strictement technique et théoriquement un bon scribe nain ne devait savoir que lire et écrire, sans aucune autre connaissance requise, même si c'était évidemment rarement le cas! L'alphabétisation des nains était un phénomène plus ancien et plus répandu que chez leurs alliés humains et à population égale il n'était pas rare de voir deux fois plus de dawis lettrés que d'humains! Restait que les clans moins tournés vers la connaissance, comme les guerriers, les armées professionnelles ou les métiers manuels comptaient bon nombre de membres incapables de déchiffrer une lettre.
Pour ce qui était de la création du savoir, de son apprentissage et de son répertoriage la tâche était dévolue à une catégorie particulière: les érudits. Aucune Guilde des Érudits n'existait et ils faisaient office d'exception dans la société nanique, au même titre que les tueurs, les brise-fer ou le clergé. A la place ils élisaient souvent domicile dans un hall de guilde (plutôt celui des scribes en règle générale) et menaient une existence solitaire et laborieuse au service de ceux qui les ont recueilli. On en retrouvait aussi parfois dans la diaspora naine à travers le Vieux Monde. Nuln en comptait un peu moins d'une dizaine par exemple, dont le vieux Thoum Golarsson qui coulait des jours heureux, grassement payé par les impôts pour tenir la librairie privée du palais.

Le hall de la Guilde des Scribes des Runes tenait plus de la bibliothèque géante qu'autre chose. Un certain nombre de nains de toutes les classes sociales et de toutes les guildes parcouraient ses rayons géants dans une ambiance étonnamment éclairée. De larges ouvertures donnaient vers les parties les plus lumineuses de la cité, évitant de devoir allumer mille torches comme dans la Guilde des Ingénieurs. Une précaution bienvenue quand on voyait ces milliers d'ouvrages délicats qui pouvaient partir en fumée à la moindre flammèche un peu agressive. Tout autour des visiteurs de nombreux scribes aux toges et vêtements variés couraient en tout sens, transportant des tombereaux de livres et de parchemins, à recopier ou à replacer. La plupart avaient des airs de courtes-barbes, logique après tout: les anciens ne se donnaient plus la peine d'effectuer ces tâches ingrates.
Le classement était sur thème: Ingénierie mécanique (section moins complète que dans la guilde dédiée), Forge, Botanique, Apothicairerie, Médecine, Joaillerie, Minéralogie, Histoire, etc. Il y avait de quoi se perdre et c'était sans compter que les étagères pouvaient monter à six mètres de haut et demandaient l'utilisation d'échelles roulantes pour se déplacer! Le système était ingénieux, mais sans indication il y avait de quoi se perdre pendant des années. Un scribe empressé finit par indiquer à Snorri que les zanguzaz se trouvaient dans la partie Monstres magiques de la section Monde extérieur.

Test d'INT (ceux sur Discord ne comptent pas!): 17, échec quand même.
Qu'il ait pris trop de livres d'un coup ou que son khazalide ne soit pas au niveau devant le détail technique du texte, Snorri ne trouva rien de très intéressant, ou du moins de très utile pour combattre les zanguzaz. Toutefois son initiative ne fût pas complètement vaine car il put observer les graves et tirer quelques conclusions générales. Pour commencer les zanguzaz, ou vampires comme disaient les umgis, étaient des créatures maléfiques mangeant le sang et la chair des nains et des autres races par la même occasion. Ils apparaissaient parfois, déguisés en humain, pour tromper la vigilance du peuple dawi avant de se jeter sur les barbes et les mettre en pièces. Individuellement un zanguzaz était un adversaire terrible qui pouvait mettre à mal même des guerriers expérimentés.
Différentes gravures représentant des formes variées évoquant la chauve-souris, des crocs longs et larges, des griffes acérées et une peau blafarde. De nombreuses rumeurs évoquaient des faiblesses face à des éléments, mais aucun des livres de Snorri ne lui permis de découvrir quoi que ce soit.

En définitive, Snorri n'appris que le strict nécessaire et rien de véritablement important. Restait à présent à faire les derniers préparatifs et à aller enfin voir du pays, en souterrain.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Snorri Sturillson
Warfo Award 2020 du meilleur membre - Développement
Warfo Award 2020 du meilleur membre - Développement
Messages : 42
Profil : For 8 / END 10 / Hab 8 / CHAR 8 / INT 10 / INI 7 / ATT 9 / PAR / TIR 9 / NA 1/ PV 70 (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... sturillson
Autres comptes : Alekzan Gievlevitch (en construction)
Localisation : Près d'un fourneau

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par Snorri Sturillson »

Je me sens étrange désormais. Je me sens... Vulnérable, en quelque sorte.
C'est dingue, cette façon que nous avons, nous les Dawis, les Nains, de pouvoir vivre au milieu de structures gigantesques, d'édifices vertigineux, de paysages hallucinants et déboussolants, et pourtant garder la tête froide à chaque instant. Mais si à un seul instant, un faciès de grès ou de marbre bleu vous dévisage, vous perdez toute force, toute ardeur, tout ego.

À vrai dire, je n'ai jamais eu le moindre ressentiment envers toutes les structures qu'il y avait à Nuln : le temple de Shallya ne m'inspirait rien d'utile, les voûtes lisses et ocres de la Cathédrale de Sigmar ne m'échauffait guère, et je ne parle même pas des sculptures, des fresques ou des gravures qui, bien que nettes et très bien détaillée vis-à-vis des environs et des souvenirs d'autrui... En fait, elles ne m'ont jamais paru si étonnantes, ni vraiment intrigantes. Même les quelques parties qui mentionnaient le Haut-Roi Kurgan Barbe-de-Fer, la Massue "Briseur de Crânes", ou encore les liens qui menèrent à l'Ancienne Alliance... Rien de tout cela ne m'a jamais ému, ni ébranlé d'un pouillème. En fait, maintenant que j'y pense, il n'y a jamais eu grand-chose qui ait pu m'émouvoir depuis une bonne décennie, si ce n'est plus. Si j'avais eu un camarade de jeu, ou un ami de confiance, il aurait certainement pris ses grands airs en me disant << mais qu'en est-il des égouts ? Des ouvrages de l'Université ? De l'École Impériale d'Artillerie ? Des savoirs de ton clan ? >>.

Alors, seulement alors, je pourrais avouer, à voix basse ou en le hurlant, que tout cela ne m'a pas vraiment ému. Oui, les égouts m'ont agacé, les compères qu'on m'a attribués m'ont ennuyé, et j'ai ainsi provoqué moi-même quelques événements. Sur l'instant, je pensais vraiment être face à un danger, mais maintenant que je suis ici, je me rends compte que... Si j'ai fait cela, c'était pour m'extirper de cet ennui. Je dirais alors que je l'ai fait par réflexe, par instinct, plus que par logique. Et je dirais alors que ce qui compte, c'est que je l'ai fait, tout comme l'Université ; les ouvrages antédiluviens du Registre Tiléen, des Structures de Remas, des Études de Ruines Antiques, ou encore les Traités de Topographie... Il est vrai que j'en éprouve de l'intérêt, mais ce n'est aucune émotion réelle. C'est encore un simple instinct, une avidité furtive et malicieuse, qui me pousse à dévorer des étagères entières de savoir, à les recopier, les conserver, les épousseter. Mais encore une fois, je pourrais dire et avouer qu'en vérité, cela ne m'échaude guère.

Je n'ai pas envie de faire cela, je n'en ai aucunement besoin - après tout, je suis fils de diplomate, pas fils de scribe - et pourtant, je l'ai fait, et pendant des années. Pendant des années, j'ai obéi à cet instinct, à cette chose invisible et inaudible qui me pousse et m'amène vers des chemins qui, selon autrui, sont "tout tracé". Je pourrais aussi dire à ce confident que je n'ai jamais rien ressenti lors des célébrations orchestrées par Père, que ce soit en public ou en privé, près des petites stèles gravées qui s'opposaient au cellier. Et en effet, je pourrais dire que jusqu'à maintenant, je n'ai jamais prié qui que ce soit avec ferveur, que je n'ai jamais vraiment cru au pouvoir de toutes ces choses ésotériques, et que je les ai ainsi répétées respectueusement afin d'être et de paraître comme Père le désirait. Je pourrais enfin dire que oui, tout cela, toutes ces choses que tant de gens me jalouseraient et m'arracheraient volontiers, je n'en ai jamais eu l'envie, le besoin, ni ressenti la moindre émotion ou attachement. Au mieux, il y avait de l'intérêt logique, "scientifique comme certains l'appellent, mais rien de bien personnel. Jusqu'à aujourd'hui.

Mais pour cela, il faudrait déjà que j'aie quelqu'un que je puisse considérer comme un ami.

...


Après tout, qui suis-je, actuellement ?
Je suis le cinquième fils d'un cinquième fils, né quelque part - à Karak Hirn d'après certains, mais je commence sincèrement à en douter -, voué à suivre un chemin tout tracé, comme mes quatre prédécesseurs.

Stugnar est affilié à Wissenburg,
Thorin était négociant, désormais à Karak Azgal
Risil sert de liaison avec Pfeildorf
et Darril, aux dernières nouvelles, partait quelque part entre les Monts Gris et les Voûtes, sans doute auprès des villages miniers.

Mes frères étaient déjà mûrs lorsque j'ai grandi, et rarement présents, alors on ne peut pas vraiment dire qu'ils ont été réellement des frères ou des amis. Ils étaient nés à quelques années d'intervalle chacun, contrairement à moi, alors je ne peux pas vraiment leur en vouloir. Et leur réussite n'a qu'amener Père à reconsidérer mes possibilités ou mes capacités.

Père ne voyait aucune raison de m'écouter, n'avait certainement aucune envie, et encore moins la possibilité, vu ses devoirs.

Mère n'... Elle est ce qu'elle est. Une femme naine, liée de toutes les façons à Père. Aux yeux de l'Empire, c'est à Père de montrer le chemin, d'être le dirigeant familial, etc. Évidemment, aux yeux du Karak, c'est tout l'inverse. La situation n'a jamais vraiment été facile ou agréable à la maison, au final. Trentes années de discussion, de travaux, de tensions, d'insomnie pour l'un, de doutes pour les autres, et à quel but ? Avec quelle situation désormais ? Quatre mots de classique, que voilà : in statu quo ante. "Comme c'était auparavant". Trois décennies de labeur à Nuln et alentours, qui se résume à une stagnation totale, au prix d'un effort d'immobilisme éreintant.

Mais qu'importe, car les choses ont changé, à cause de moi. La maison est épurée de toute décoration, et... Je suis désormais loin de mon foyer, à des centaines de milles de toute situation familière, sur le parvis de ce qui prétend être le nec plus ultra de la connaissance et du savoir de mon peuple, et peut être du Monde. Et enfin, seulement maintenant, j'éprouve quelque chose pour ce qui m'entoure... Face à ce visage de granit. " C'est stupide, c'est aberrant, c'est illogique, c'est affolant" diraient certains. À ceux-là, je répondrais :

"Peut-être. Et alors ?"

Enfin, voilà quelque chose qui m'émeut. Après les démonstrations architecturales, les merveilles technologiques implicites, les ouvrages universels, voilà enfin que je me mets à réagir, à défaillir. Face à un faciès de marbre.

J'ai vu des dorures sublimes, des bâtiments vertigineux, des individus au-delà du commun, des savoirs antédiluviens, des objets et des phénomènes au fonctionnement inexpliqué, de la crasse et des horreurs bien anormales...

Et c'est un bloc de roche taillée qui me fait perdre mes moyens.
C'est ce morceau de pierre rainurée qui me pousse à reconsidérer tout ce que je sais et ce que j'ai fait jusqu'ici.
Sans émettre aucune lueur, aucun mouvement, aucun son, aucune odeur, ce visage gravé me pousse à regarder en arrière et...

Qui est cette personne ?
Image fournie sur Discord lors du dernier post :

https://cdn.discordapp.com/attachments/ ... 6_1280.png


Elle a des nattes, est-ce que cela signifie quelque chose ? Et sa robe blanche, est-ce une affiliation, un symbole, une preuve de piété ? Qu'est-ce que je peux f- Non, qu'est-ce que je dois faire ? Demander son nom ? Son prénom ? Son clan, son rang, son titre, son occupation, ses passions, ses traditions, ses coutumes, ses rêves, ses conseils ? Que...
Qu'est-ce que... Je...

Pourquoi je reste planté devant elle comme un idiot ? Qu'est-ce qui m'arrive ? Je... Il faut que je lui parle. Mais pourquoi ? Et que dire ? Que faire ? Dois-je m'écarter, la saluer, l'appeler, m'incliner, suivre, l'écouter, lui demander ?

Je... Je ne sais pas. J'ai l'air d'un sot et d'un débile à me figer de la sorte.
... Vite.


- " Excusez-moi prêtresse, j... je me nomme Snorri, et je voulais vous demander : Serait-il possible d'avoir votre nom ?"

Elle me toise du regard. Elle n'est pas plus grande ou plus petite que moi, mais je sens qu'elle me questionne du regard. C'est sans doute très mal-appris de ma part de demander ça de but en blanc...

- " Brynhild, pourquoi ?"

- "Merci infiniment. Je sais maintenant à qui j'espère, et pour qui je prie. Je... Je dois partir maintenant, la Guilde des Ingénieurs m'envoie loin d'ici."

Marcher. Marcher. Marcher. S'en aller. Surtout ne pas chercher sa réaction. Marcher. J'ai affreusement honte, et horriblement chaud. Qu'est-ce que je viens de baragouiner ? Pourquoi j'ai dit ça ? Elle va me prendre pour un sot. Pour un gratte-museau, un racle-feraille.

Raaaaaaaaaaaaaah ! Mais quel débile ! Pourquoi j'ai vraiment ouvert ma bouche pour dire ça, bon sang ! Il me faut de l'air. Vite. Je vais encore avoir des idées d'abruti si ça continue.



***

Bon. Cette recherche d'informations partait sans doute d'un bon sentiment de ma part - malgré mes déboires d'hier - mais j'ai oublié une chose assez importante : Tous mes efforts pour camoufler mon manque d'assiduité en Khazalid ne servent à rien quand on est face à un grimoire qui n'a jamais été traduit depuis des siècles.

Seul nouveauté que j'ai pu retirer de tout cela : Il existe énormément de croquis et de schéma de chauve-souris bariolées dans cet ouvrage. Je ne sais absolument pas quel était le but ou l'objectif de tel figures colorées, mais... Elles sont là. Sans doute en train de se moquer de mon ignorance et de mes balbutiements précédents.


...

Autant refermer tout cela, ranger ces trésors où ils étaient et me reposer dans ma chambre. Tempérance me sera peut-être utile dans cette mine aux Vampires... Des trucs qui mâchent de l'acier trempé... Je me demande si cela les rend plus attrayant aux yeux de... "Ce que Tempérance leur envoie dans le museau".

...

En fait, je ne sais toujours pas comment elle fonctionne, cette bestiole de cuivre...
Snorri Sturillson
Voie de l'étude de l'ingénierie - Apprenti
Profil: For 8 | End 10 | Hab 8 | Cha 8 | Int 10 | Ini 7 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70

"Vous n’avez pas le droit d’avoir votre opinion. Vous avez le droit d’avoir votre opinion renseignée.
Personne n’a le droit d’être ignare.
"
Snorri dans un univers parallèle très mignon et propre :
Image

Fiche personnage wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_snorri_sturillson

Assistant-MJ - Compagnie Sturillson
COMPAGNIE STURILLSON

Venez chercher votre bonheur, ou le malheur des autres...

En construction . . .

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par [MJ] Le Djinn »

On y était! le grand jour, enfin!

Comme tous les matins, Snorri avait été réveillé aux aurores par la cloche du "Poilu de corvée" comme on l'appelait, la bonne pomme tirée à la courte paille la veille et qui devrait se lever sacrément en avance pour sonner l'instrument maudit. Les conséquences d'une telle tâche étaient évidentes, au-delà du simple fait d'avoir dû se lever une heure avant chacun: le lancer de sabots au visage et des noms d'oiseaux à faire rougir un skaven. Venait ensuite le rituel classique se répétant chaque jour: direction la salle d'eau pour se nettoyer la barbe et les mains, champignons grillés et viande de bouc au petit déjeuner arrosé de bière fraiche puis la journée commençait vraiment.

Durant ce repas consistant auquel s'ajoutait souvent du pain stirlandais, transporté à grand frais à travers la Sylvanie, les étudiants jasaient et déblatéraient sur des sujets aussi divers que variés.


-"Je vais me faire allumer par mon maître là, j'ai rien compris aux histoires de points centraux de structures."

-"Sinon tu viens c'soir aux Tonneaux Remplis? On fête les trente ans de Wothan Huverson, on va s'enquiller de la brune bien épaisse toute la nuit!"

-"Ouais je sais, la soupape de sûreté n'est pas sensée exploser, mais je reste positif: si c'est elle qui saute et pas le reste, c'est qu'elle marche, au moins!"

-"J'ai eu droit à des coups de ceinturons hier pour avoir proposé de rajouter un deuxième canon sur nos arquebuses... je vous le dis, on est pas sorti des guerres grobis!"

Au milieu de ces cannes, notre héros ne songeait qu'à son programme de la journée: rejoindre la caravane qui le mènerait droit vers la Mine aux Vampires, loin dans les profondeurs, au milieu des mineurs et des ennuis. A vrai dire le sujet était aussi évoqué autour de la table, notamment par les jeunes courtauds assis à côté de Snorri et qui tentaient de lui remonter le moral - ou de se moquer de lui!

-"Nan mais Zanguzaz Grung c'est pas si terrible à ce qu'on dit! Ils n'ont essuyé que dix-neuf attaques le mois dernier, ça va encore."

-"C'est ça et puis faut être positif: chaque ennemi des nains tué est un bon ennemi des nains. Faut juste en tuer plus d'un par personne, mais ça c'est facile."

-"Et puis c'est une expérience professionnelle aussi, genre "j'ai battu un zanguzaz à la course" ça fait bien sur un livret de travail."

Ces précieux conseils étant donnés, il était l'heure d'aller se mettre en route! Pour se faire, l'apprenti ingénieur ne tarda pas trop sur l'horaire, récupéra son sac qu'il remplit de tout le bazar commandé au magasin de la guilde. Il en était quitte pour un bon poids sur le dos, heureusement les nains étaient naturellement bien bâtis, contrairement aux elfes ou aux humains. Le convoi lui-même était peu impressionnant: trois gros chariots de mines tirés chacun par deux larges boucs des montagnes, forts et épais à la puanteur proverbiale. Un chariot servirait de transport aux affaires personnelles des dawis ainsi qu'aux éventuels blessés et les deux autres transportaient en vrac de la nourriture, des outils de mine et des affaires médicales. Ce n'était pas un hasard si les tâches n'étaient pas plus réparties, pour une fois: on pouvait ainsi abandonner une charrette sans condamner les convoyeurs à mourir de faim.
Du côté du peuple, en dehors des six animaux et de Barudin Olarkson qui était évidemment là, quatre autres ingénieurs qualifiés, trois apprentis et douze guerriers des clans nains se joindraient à la fête, formant un groupe hétéroclite très intéressant à observer. Ce n'était pas que pour les couleurs des emblèmes, blasons ou vêtements, non, mais plutôt pour les tenues des dawis scientifiques: elles n'étaient en rien ordinaires. Des plaques de métal parcouraient les corps, terminées par des pinces métalliques, des dispositif de visées à verres ajustables, des doseurs de poudre automatiques, des distributeurs de grenades instantanés, des armes de corps à corps à vapeur et d'autres ingénieuses inventions réservées au domaine martial. Attention: les résultats étaient empiriques!


-"Ah, Snorri, tu as su te lever, bien. Mets ton sac à l'arrière, on ne va pas tarder., on attend la partie importante de la cargaison"

Et évidemment de quoi s'agissait-il? De dix tonneaux de bière bien fraîche, tout juste sortie du fût de brassage, qui servirait à ravitailler la troupe! Les guerriers poussèrent un grand cri d'allégresse en voyant arriver la mère des boissons et les ingénieurs, plus pudiques, jubilaient intérieurement. Ce n'était pas que par alcoolisme à vrai dire: la bière naine était nourrissante, très nourrissante, au point qu'un seul tonneau pouvait garder en vie une petite équipe pendant des jours malgré les combats. De plus leur forte teneur en alcool protégeait le breuvage de nombreuses maladies, permettant une conservation facile et une consommation sûre pendant potentiellement des semaines voire des mois dans certains cas.

Quelques heures de marches à peine suffirent pour faire comprendre à Snorri qu'il n'était pas très bien vu des ingénieurs confirmés, qui avaient déjà assez à faire avec leurs armures de combat et leurs propres apprentis. Ces derniers, en revanche, étaient bien plus bavards et enclin à bavasser. Parmi eux on trouvait notamment Houldar Fiergranit, jeune apprenti depuis une dizaine d'année et se spécialisant dans la médecine alchimique. Bien que ce travail soit plutôt orienté vers la Guilde des Guérisseurs et suscitait les grognements des longues-barbes, il persévérait, arguant notamment que son travail était avant tout alchimique, conformément aux codes de la guilde. Son maître était Brynwolf Morgensen, alchimiste nain réputé également, connu à Zhufbar pour avoir mis au point un produit révolutionnaire servant au décrassage des radiateurs géants de la ville.

On pouvait à côté compter Milwar Coeur-de-Cobalt, un autre apprenti sous les ordres de Marakvar Talerson, le maître comme l'élève étant de formation plutôt mécanique, voire même vaporiste. Clairement on parlait là d'ingénieurs qui mettraient en branle le futur de la race naine. Milwar devait avoir le même âge que Snorri mais affichait un comportement bien différent, plus réservé et plus pieux, priant souvent les Ancêtres et leur demandant des conseils. Bon camarade malgré tout il n'hésitait pas à aider sur le chariot ou à questionner son maître sur des idées.

Et le dernier, un peu plus jeune que notre héros: Lunnur Tunnefer, lié à l'ingénieur Maraksai Hautecime, un clan très influent. Encore une fois professeur et étudiant se ressemblaient, les deux se spécialisant dans les infrastructures minières et leur architecture générale. Pas besoin de demander ce qu'ils faisaient là, donc. Lunnur était plus fantasque que la plupart des autres nains et cherchait souvent le bon mot et la bonne occasion pour récupérer de la bonne bière, expliquant que ce comportement était une tradition dans sa famille depuis douze générations et qu'il en était très heureux.

C'est donc cette équipe hétéroclite qui se mit en marche vers les profondeurs du monde, accompagnés de lourdes lampes, torches, d'acier bien trempé et de l'espoir de retirer gloire et savoir de l'expédition.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Avatar du membre
Snorri Sturillson
Warfo Award 2020 du meilleur membre - Développement
Warfo Award 2020 du meilleur membre - Développement
Messages : 42
Profil : For 8 / END 10 / Hab 8 / CHAR 8 / INT 10 / INI 7 / ATT 9 / PAR / TIR 9 / NA 1/ PV 70 (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... sturillson
Autres comptes : Alekzan Gievlevitch (en construction)
Localisation : Près d'un fourneau

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par Snorri Sturillson »

14 Vorgeheim, matinée J'aimerais bien participer à leurs discussions matinales, mais malgré le temps passé ici, bah... J'ai aucune foutue idée de quoi ils parlent vraiment. Soupape de sûreté, canon juxtaposé, etc. C'est encore une de ces histoires saugrenues de Dragons & Chaudières ? Ca n'a pas l'air d'être ça pourtant... Hm. Mouais, autant enquiller le repas en silence, et ramener mon barda le plus tôt possible à la caravane.
***
AAu final, je me suis arrêté aux cryptes supérieures, les plus proches de la Guilde. Il paraît que c'est ici qu'on entretient la Trouée des Méconnus, et les tombes des Sages. Tous ces gens, tous ces Dawis qu'on a défiguré, démoli la structure au point de ne plus les reconnaître... Brrr.

Ici, l'air est encore plus frais, malgré le changement de profondeur et la voûte relativement basse. Aucun cristal ou stratagème mécanique n'est présent ici, la lumière étant simplement produite avec quelques flambeaux disséminés auprès des statues et des potences en pierre. L'entrée principale ainsi que celles de toutes les chambres funéraires sont triangulaires, couvertes de runes pourpre ou vermeil, et certaines sont même gardées par deux colosses d'ardoise, chacun étant juché sur une sorte de lame grise, planté dans le grès et abreuvant les flambeaux. C'est rudimentaire dans l'aspect... Et diablement efficace. Les jeux d'ombres des flambeaux, cumulés aux couleurs ternes des mosaïques du carrelage, donnent encore une fois cette impression de vétusté, d'antiquité endormie, et de repos bien mérité. Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire sur l'endroit, ni sur les émotions ambiantes, puisqu'il n'y en a aucune. Aucun visage colérique, aucun chagrin, aucun dégoût ne ressort des visages gravés, des faciès carrelés ou même du clergé qui occupe l'endroit. C'est une chance que l'on m'autorise silencieusement à copier ces mots, mais c'en est sans doute une autre qui s'annonce vu la tâche qui m'attends à la caravane.

Je sens à nouveau ce besoin de me recueillir, mais je n'arrive pas à mettre le doigt sur des mots ou des paroles. C'est comme si j'avais le sentiment - ou plutôt le pressentiment - d'avoir toujours connu ce visage terne, sans jamais m'en être rendu compte, et jamais n'y avoir prêté la moindre attention. Après tout, que pourrais-je bien dire en ces lieux ? Y-a-t'il vraiment un essor à prier l'inéluctable ? Si je me mettais sur l'instant à implorer le pardon et la sympathie de cet Ancêtre, je serais sans doute bien naïf et méprisant...
...

En fait, non. Il n'y a aucune amertume, face à l'idée présente en ces lieux. Il n'y a aucune honte face à sa propre faiblesse, face à notre mortalité à tous. Et pourtant, avec tout le confort dont j'ai pu profiter, toutes les merveilles que j'ai pu contempler depuis mon minuscule fauteuil, à présent, je ressens de la peur. Pas le genre de peur qui brise, qui amène les forçats aux larmes et à la folie, non. Le genre de peur qui vous asphyxie, qui vous couche devant l'incompréhensible, telle une marque indélébile sur les rouages de la pensée.

Ça paraît toujours très loin, la mort. Un jour on naît, sans savoir comment ni pourquoi, et au fil du temps, on apprend des choses, tel que marcher, courir, compter, manger, dormir. Et quoi que l'on fasse, un jour, on meurt. Certes, les Umgis ont ce talent d'être éphémères - volontairement ou non -, mais cela ne change rien au reste. Ce n'est pas une découverte en soi, ni une révélation pour quiconque. Grands ou petits, maigres ou bien-portants, nobles et vauriens, ... Tout le monde arrive au bout de la course, au bout de sa course devrais-je dire. Et... ce n'est pas un mal en soi.

Alors oui, pour ceux qui ont lu le reste de ces pages, vous vous attendez certainement à ce que je me lamente et que je soliloque pendant des lignes et des lignes, puisque c'est ce que je fais la plupart du temps. Il faut admettre que c'est assez facile, et même plaisant de jouer les penseurs et les victimes. Après tout, si cela ne l'était pas, pourquoi tant de monde le ferait à notre époque ? Mais pour une fois, plutôt que de raconter des inepties rigolotes, je vais être honnête : ceux qui courent après la mort ou l'immortalité sont des benêts et des ignares qui méritent tous les maux qui leur arrivent. Se cacher derrière des principes inévitables - ou nihilistes - n'y changera rien : oui, tout le monde meurt, certains avant d'autres, et nombreux sont ceux qui n'ont jamais vécu avant de trépasser. Et c'est ainsi. Et c'est tant mieux.

Je n'ai pas choisi de naître en tant que Sturillson, et Garul m'en soit témoin, je ne choisirai certainement pas le jour ni l'heure de ma mort. Et c'est tant mieux.
Quel que soit mon destin, je n'ai qu'une seule certitude : celle que mon temps en ces lieux est imparti. Quelque part au-dessus ou au-dessous de moi, un sablier coule lentement mais sûrement, quoique j'y fasse. Et puisque j'étais venu ici pour prier comme un lâche et un Umgi, eh bien pour une fois, je vais tâcher de ressortir en Dawi, avec une promesse :

Oui, j'ai envoyé des apprentis à une vie morose et ennuyeuse.
Oui, je risque d'en envoyer d'autres sur ce chemin.
Et je n'en éprouve aucune honte, et aucun regret. Tant qu'ils ne sont pas morts directement par ma main, j'estime n'avoir accompli aucun acte pernicieux.
Nous sommes presque tous égaux dans la mort, et c'est tant mieux. Mais Garul ne s'occupe pas des vivants.
Et je compte bien imprimer dans toutes les cervelles que je ne suis l'égal de personne.
Je ne suis pas un pion jetable de Zhufbar, ni un outil malléable au service de Père.
Et je compte le rester, sans trahir qui que ce soit.

Allez, je suis attendu.
...

Ah, si, une dernière chose :


- " Grand prêtre, je viens vers vous pour des conseils. Je pars dans l'instant dans une expédition de la Guilde, et l'on nous envoie chasser des Zanguzaz. Vous qui avez tant de savoir, connaîtriez-vous les faiblesses de ces créatures déviantes ? Je sais que les Umgis appellent ça des vampires, mais je doute pouvoir me fier aux savoirs de ces piètres-artisans."

***

21 Dawis, dont 12 guerriers. Armement divers.
4 apprentis, dont moi-même. Un vaporiste, un alchimiste, un architecte, et... Bref.
3 chariots, 6 boucs. Vivres conséquentes, variées.
?? jours de trajet, déjà des regards sur mes deux bandoulières.

Postea Note: Garder Tempérance sur soi, même au repos. 5 personnes m'ont déjà questionné sur mes sacoches. Hésitation si je dévoile le contenu ou non.

Cogitationes :
Stabiliser l'embout et la moulinette.
Reproduire le processus du cuivre et des brosses. Munitions des égouts ? Prix du cuivre ?
Trouver un récipient pour la décharge. Éther ? Solide ?
Utilisation jetable, type grenade ?
Apprendre avec le vaporiste.
Armes à vapeur intéressantes, lourdes au repos. Quid des rejets ? Surchauffe ? Gaz utilisé ?
Snorri Sturillson
Voie de l'étude de l'ingénierie - Apprenti
Profil: For 8 | End 10 | Hab 8 | Cha 8 | Int 10 | Ini 7 | Att 9 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 70/70

"Vous n’avez pas le droit d’avoir votre opinion. Vous avez le droit d’avoir votre opinion renseignée.
Personne n’a le droit d’être ignare.
"
Snorri dans un univers parallèle très mignon et propre :
Image

Fiche personnage wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_snorri_sturillson

Assistant-MJ - Compagnie Sturillson
COMPAGNIE STURILLSON

Venez chercher votre bonheur, ou le malheur des autres...

En construction . . .

Avatar du membre
[MJ] Le Djinn
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Warfo Award 2020 du meilleur MJ - RP
Messages : 951
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Localisation : Dans ma lampe...

Re: [Snorri] La Cité du Torrent

Message par [MJ] Le Djinn »

Croiser un grand-prêtre était déjà quelque chose de rare dans les temples dawis, surtout de Gazul, mais alors lui adresser directement la parole sans passer par les intermédiaires habituels qu'étaient les clercs ou les prêtres inférieurs. Les yeux perçants sous d'épais sourcils blancs, c'est tout juste si l'ancêtre n'envoya pas le jeune dawi bouler à l'autre bout de la pièce! Seul le terme de "vampire" sauva Snorri d'une punition bien méritée causée par l'arrogance de la jeunesse! Contenant sa vexation, comprenant l'importance de la situation, le vieux religieux accepta de partager son savoir incertain avec un jeune nain dans le besoin:

-"Mon garçon, bien peu de choses sont sûres en ce bas-monde concernant les zanguzaz! On dit qu'ils craignent le gromril à coup sûr, ça on sait! Ils aiment pas le feu aussi, comme tout le monde et ils aiment pas fureter près des tombes de nos ancêtres... On sait aussi qu'ils supportent pas la bière bien fraiche, l'odeur des bouquetins et la menthe sauvage, ça oui! Les ancêtres le disaient déjà quand j'avais ton âge, c'est dire si c'est connu!"

Son petit cours dispensé, il tança ce disciple qui, tout de même, se croyait tout permis:

-"Attention par contre mon garçon, je ne suis pas disponible à ta demande! Il y a un protocole à respecter, non mais! Allez file à présent! Je vous jure les jeunes... De mon temps on respectait les protocoles... Jeunes anarchistes..."

Snorri ne fût pas reconduit manu militari à la porte du temple, c'était tout comme. Plus le temps de tergiverser à présent! Équipé de ses nouvelles connaissances il pouvait se lancer à la bataille le cœur léger, ou presque...

------------------------------------------------------------------------------------------------------- Qu'ils étaient beaux ces chemins de traverse!

Le voyage n'avait rien de commun avec celui réalisé à travers l'Empire par Snorri quelques semaines plus tôt. Là, la grande majorité du trajet s'effectuerait à travers des couloirs conquis de l'Ungdrin Ankor, dans de la roche taillée renforcée d'étais de chêne centenaire et parcouru par des cohortes de guerriers professionnels en patrouille qui jugeaient ces voyageurs d'un air soupçonneux. Contrairement à ce que le profane pourrait penser, seuls les guerriers professionnels du rang marchaient en bon ordre dans ces longues allées vides et ces mines abandonnées mais toujours civilisées. En ces lieux ils apprenaient à tenir des formations, à se repérer dans des dédales et à combattre, de temps à autre, un grobi qui se serait perdu. Les brise-fer soutenaient quant à eux les souterrains plus profonds, réellement perdus ou jamais explorés, et assuraient la paix et la sécurité... Comme ils le pouvaient.

Après deux jours d'un trajet long et monotone où le silence n'était brisé que par les râleries des ingénieurs ou les discussions autour des repas qui consistaient à écouter les "adultes" parler en termes techniques très complexes d'inventions "révolutionnaires mais traditionnelles". La chose était ironique sachant que le plus jeune des apprentis avait trente ans et était un nain fait et barbu comme un autre! De temps en temps, tout de même, Milwar ou Lunnur parlaient de leurs idées pour l'avenir ou de leurs envies pour le futur, discussions auxquelles Houldar se mêlait parfois, un peu à contrecoeur semblaient-ils.


-"Non mais la mécanique c'est l'avenir! Vous verrez d'ici cent ans il n'y aura même plus besoin de travailler au rythme où vont les choses, ce sera parfait!"

-"Je suis assez d'accord, mais les plans de mine il faudra bien les dessiner non? Une machine ne peut pas le faire! Pour ça que nous sommes là encore."

-"Non les nains seront toujours au centre, et en ça l'alchimie peut nous aider. Des potions pour soigner nos alliés, pour détruire nos ennemis ou pour purifier nos métaux... Là aussi y'a de l'avenir!"

En bref rien d'autre que la non-exaltante vie naine et ses effets sur les trajets longs et perdus, où la visibilité était assurée uniquement par la lumière des torches et où chaque ombre paraissait danser sur les murs comme autant de silhouettes menaçantes.

Pourtant le véritable trajet devait commencer seulement trois petits jours après le départ, quand vers onze heures (ce qui avait peu d'intérêt sous terre) les dawis arrivèrent à la Porte des Zanguzaz, indice plus que pertinent sur ce qui se trouvait derrière. Evidemment il ne s'agissait pas vraiment d'une porte mais plutôt d'une sorte de bastion avancé interdisant tout passage. Un escadron complet de brise-fer protégeait le lieu, équipés d'armes et d'armures de gromril, évidemment, mais aussi de canons à flammes, canons tout court, d'un nombre indécent d'armes à distance et de défenses retranchées sur plusieurs niveaux le tout devant une porte de pierre épaisse de un mètre et cerclée par deux herses d'acier forgé. Le verdict était le suivant: il y avait vraiment quelque chose dont il fallait se défendre.

Une pause fût décrétée à l'unanimité par les guerriers protecteur du convoi, histoire d'aller s'informer de la situation à l'extérieur. Et les nouvelles n'étaient pas reluisantes: la mine quelques kilomètres plus loin était sous les assauts permanents d'une troupe de morts et il faudrait se frayer un chemin à la force des armes pour pénétrer dans les défenses. Deux compagnies de Veilleurs des Abysses se trouvaient là-bas pour briser le siège et coordonner une autre offensive, autant dire que l'arrivée d'une vingtaine de dawis en plus serait vu comme un coup de chance inespéré. Une nouvelle pas forcément d'allure à rassurer les plus jeunes des nains présents qui auraient espérés faire un voyage tranquille.

Snorri avait donc une poignée d'heures à tuer dans cette forteresse miniature et des choix à faire concernant son équipement. Olarkson semblait déjà bien occupé avec le sien et il était du devoir de tout nain de savoir assurer sa défense. Inutile de faire la chochotte, il n'y couperait pas.
Enfermé dans une lampe pendant des siècles, cloisonné dans une pièce de métal par une malédiction... Puis un jour un naïf est venu, me libérant dans sa sottise... Tant pis pour lui... Et pour tous les autres.

Répondre

Retourner vers « Les Royaumes Nains »