[RP libre][Ieviniae] Poursuite et Diversion

Image
L’île d’Ulthuan est la demeure des Hauts Elfes. Le continent insulaire des elfes est situé dans le Grand Océan de l’Ouest, entre le Vieux Monde et le Nouveau Monde. C’est un anneau de terres, entouré d’archipels dispersés. Durant la guerre civile entre les Hauts Elfes et les Elfes noirs, plus connue sous le nom de Déchirure, Ulthuan perdit une grande partie de ses terres nordiques.

Modérateur : Equipe MJ

Répondre
Avatar du membre
Ieviniae
PJ
Messages : 30
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Kirmnish

[RP libre][Ieviniae] Poursuite et Diversion

Message par Ieviniae »



Ses yeux étaient plongés dans ceux de Khelirie qui était elle aussi à genoux au sol à quelques mètres à peine d'elle. Comment était il possible de lire autant de haine dans le regard de l'une de ses semblables ? S'il n'y avait eut deux sœurs d'Avelorn en arme entre elles, il y avait fort à parier que malgré les liens la captive aurait tenté de lui sauter à la gorge pour finir ce qu'elle n'avait pas pu accomplir. Pourtant dans ses yeux à elle il n'y avait que compassion et pitié pour son ancienne amie. Ieviniae ne pouvait se résoudre à haïr celle qui avait voulu la tuer quand bien même elle ne pouvait non plus lui pardonner ses crimes. La caledorienne se prenait même à se culpabiliser de la déchéance de son amie, comment sa simple réussite avait elle put faire naître un ressentiment si profond ? Malgré les larmes qui menaçaient de couler à tout instant, Ieviniae essayait de retenir ses émotions de peur qu'elles soient mal interprétées par ses sœurs.

D'ailleurs Nisaellë était déjà de retour. Elle ne s'était pas absentée bien longtemps et était partie constater le décès de la jeune Iarstina. Le coup de poignard avait frappé en plein cœur, ne lui laissant aucune chance de s'en sortir. La sœur supérieure s'entretenait à haute voix avec ses deux subordonnées. Il ne lui plaisait pas de laisser son corps ici en pleine nature mais elle ne voulait pas non plus s'en encombrer ce qui risquait de les rendre moins réactives en cas de tentative d'évasion, pas plus qu'elle ne voulait envoyer chercher du renfort bien qu'il y avait peu à craindre qu'elles se retrouvent débordées. Après une courte hésitation et avec la gorge sèche sous le coup de l'émotion, Ieviniae ne put s'empêcher de proposer son aide.


- C'est moi qui la porterait jusqu'au campement, ainsi je me retrouverai entravée d'une certaine manière. Ce sera ma punition.

La sœur supérieure s'était approchée d'elle et se tenait maintenant fermement sur ses pieds à la dévisager. Ieviniae était la dernière recrue de sa compagnie mais Nisaellë lui avait toujours fait autant confiance qu'aux autres et lui portait la même affection qu'elle portait à chacune d'entre elles, comme le ferait une grande sœur bienveillante. Il aurait put sembler que la supérieure cherchait à lire dans le cœur de la caledorienne à la fixer de la sorte mais en réalité elle écoutait ce que lui disait son propre cœur. Elle était une guerrière intelligente mais surtout une élue de la reine Éternelle, choisie pour son cœur pur et elle avait pour habitude de prêcher qu'il valait mieux écouter son cœur que sa tête. Son hésitation fut de courte durée avant qu'elle passe derrière afin de lui délier les mains avec cependant moins de délicatesse que n'en avait eu Inarielle puisqu'elle trancha la corde d'un coup sec de son épée.

- C'est moi qui fermerait la marche.

C'était autant un fait qu'un avertissement de savoir qu'elle serait dans son dos en cas de coup fourré. Naturellement, à aucun moment Ieviniae n'avait envisagé la possibilité de se soustraire à la garde de ses sœurs. La caledorienne alla donc une nouvelle fois au chevet de la malheureuse qui semblait avoir suivie Khelirie dans sa folie sans trop comprendre. Il y avait plusieurs façon de s'y prendre pour la ramener jusqu'au campement qui n'était pas très loin, enfin quand on ne devait pas transporter un cadavre avec soi ! Mais par respect, Ieviniae ne voulait pas se résoudre à la traîner sur le sol alors l'option de la porter dans ses bras semblait être la moins pire même si elle risquait fortement de ruiner la magnifique tenue que lui avait confectionné le maître Penoryar.

Il lui avait fallut plusieurs tentatives pour réussir à hisser le corps dans ses bras tout en se relevant à la seule force de ses jambes. Son bras droit était passé sous les genoux de la défunte et son bras gauche la supportait au niveau du buste. Inarielle et Araynore, les deux sœurs, lui échangèrent un regard qui trahissait qu'elles étaient désolées de la regarder sans rien faire pour l'aider à porter son fardeau. Il était maintenant l'heure d'y aller. Araynore ouvrait la marche pour mener la troupe jusqu'à bon port, Khelirie la suivait les mains solidement attachées dans le dos, venait ensuite Inarielle prête à répondre à toute tentative d'évasion avec son arc, puis Ieviniae la suivait d'un pas lourd, enfin Nisaellë fermait la marche comme elle l'avait annoncé.

La marche du retour était bien plus éprouvante qu'à l'aller où elle était venue le cœur léger. Iarstina était encore jeune pour une elfe, à peine dans l'âge adulte, et pesait moins lourd qu'elle et pourtant plus le campement approchait et plus son poids semblait se multiplier. Heureusement pour elle, Ieviniae suivait un entraînement intensif depuis son intégration chez les sœurs d'Avelorn, ce qui avait permis de la renforcer physiquement, mais cela ne rendait pas la tâche facile pour autant. Surtout que le soleil cognait toujours aussi fort et elle ne fut pas déçue de rejoindre le couvert des arbres. Aucune pause ne lui fut accordée non par sadisme de la part de sa supérieure qui était bien loin de partager les penchants de Khelirie pour la souffrance, mais parce qu'elle craignait l'intervention de complices étant donné que certains avaient réussi à prendre la fuite.

Quand elles arrivèrent enfin au campement, Ieviniae constata que c'était l'effervescence. Si Nisaellë et les autres étaient venues à sa rencontre, les autres sœurs du détachement qui avaient capturé une partie des cultistes étaient déjà de retour au campement depuis un moment et la nouvelle avait vite fait le tour. Très vite, d'autres sœurs vinrent grossir leur petite troupe et prendre des nouvelles de leurs camarades, dont Ieviniae puisqu'elles avaient entendu qu'elle était potentiellement en danger. Mais Nisaellë ne permit pas qu'on prenne le temps de papoter et c'est avec discipline qu'elles regagnèrent les quartiers des gardiennes d'Avelorn. La sœur supérieure ne savait pas encore exactement ce qu'elle devait faire du corps de la défunte tant elle avait de choses à gérer en même temps. Alors elle demanda à Ieviniae de la déposer au sol près de leur pavillon à un endroit à l'abri des regards. Lorsque la caledorienne se releva après l'avoir délicatement déposée dans l'herbe fraîche, alors que ses bras tremblaient encore de l'effort qu'on leur avait demandé, Nisaellë se porta à sa hauteur et lui mit une main sur l'épaule. Non pas une main ferme lui rappelant son statut de prisonnière, mais une main délicate qui venait la réconforter.


- Voilà qui est fait, maintenant je dois vous men...

- Ce sont elles ?

Une voix inconnue et autoritaire se fit entendre dans leur dos, les faisant se retourner d'un bloc. Derrière elles se tenaient toujours les quelques sœurs de leur détachement, la prisonnière Khelirie surveillée de près. Mais surtout, deux nouvelles silhouettes avaient fait leur apparition. Aucun doute n'était possible à voir leur accoutrement et leur armement. Deux maîtres des épées de Hoeth se tenaient là.
Ieviniae, voie de la demoiselle gardienne d'Avelorn
Profil: For 8 | End 7 | Hab 12 | Cha 10 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage : ici

Avatar du membre
Ieviniae
PJ
Messages : 30
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Kirmnish

Re: [RP libre][Ieviniae] Poursuite et Diversion

Message par Ieviniae »

La cour de la reine éternelle était un haut lieu de la société elfique qui attirait des elfes de toute l'île-continent. Ieviniae ne savait pas dans quel but, mais elle savait que les maîtres des épées se trouvaient ici depuis un petit moment déjà. Probablement en tant que gardes du corps des maîtres du savoir de la Tour Blanche qui avaient eux même fait le déplacement. Tout cela la dépassait et surtout ne la regardait pas. En revanche il était de notoriété que ces mêmes maîtres des épées avaient en charge la traque des cultistes du plaisir en tout point du continent. Le sort qu'ils leur réservaient était également de notoriété public...

Merci pour votre collaboration, nous allons prendre en main la suite des affaires. Livrez nous les prisonnières.

Toutes les sœurs présentes ressentirent l'hésitation de leur supérieure. Cette dernière ne goûtait pas beaucoup de recevoir un ordre, elle qui ne répondait qu'à la reine en personne. L'armée elfique était elle aussi divisée par des petites guerres de clochers entre les différents régiments d'élites qui la composent. Néanmoins en ce qui concernait la gestion des prisonniers du culte du plaisir il était évident que la préséance en revenait à la Tour Blanche. Serrant les dents mais sans rien pouvoir y faire, Nisaellë regarda les deux épéistes s'approcher de Khelirie et de Ieviniae à qui ils donnèrent l'ordre de les suivre.

La caledorienne ne montra naturellement aucun signe de résistance et emboîta le pas des guerriers non sans un regard inquiet en arrière vers ses sœurs. Sûrs de leur supériorité en tout point, les maîtres des épées prenaient bien moins de précaution pour mener leurs prisonnières, n'ayant même pas pris la peine de ré-attacher les mains de la sœur. L'un d'eux marchait d'un pas rapide devant et l'autre fermait la marche, et il était évident que le moindre geste suspect se verrait récompenser d'un coup d'épée net et précis. Ieviniae se retrouvait donc à marcher épaule contre épaule avec son ancienne amie mais cette dernière ne lui accorda pas le moindre regard. Khelirie était déjà très pâle pour une elfe mais maintenant elle était devenue aussi livide qu'un cadavre.

Leur marche rapide les mena non loin de là dans une autre partie du campement qui avait été réservé à l'accueil des maîtres du savoir. C'est en arrivant à cet endroit que Ieviniae aperçut les prisonniers qui avaient été ramené par ses camarades. Il y en avait presque une dizaine et, au milieu, les mains enchaînées à un piquet et accroupie dans l'herbe elle reconnut Jocaryn, l'autre amie de Khelirie. Elle leva vers eux un regard las et il était évident qu'elle avait déjà beaucoup pleuré. Mais ce qui choqua vraiment Ieviniae fut de voir qu'un autre épéiste escortait le pauvre maître Penoryar dont le dos était courbé sous le poids du chagrin qui l'accablait. Ainsi les maîtres des épées allaient soupçonner tout ceux qui avaient côtoyé les cultistes de près ou de loin. Qu'allait-on lui reprocher, d'avoir été l'amant de Khelirie ?

Arrivés aux abords de cette prison à ciel ouvert les deux prisonnières furent séparées. L'un des geôlier amena Khelirie avec les autres afin de l'enchaîner à son tour. Quand à elle, Ieviniae fut escortée un peu plus loin dans un petit pavillon isolé. En entrant, un épéiste l'attendait déjà. Ce dernier se tenait debout, immobile, et lui tournait le dos. Il ne daigna même pas tourner la tête à son entrée. Sa silhouette était grande et fine, il tenait ses jambes écartées d'où elle pouvait voir son imposante épée dont la pointe était plantée dans le sol. Ses mains étaient reposées sur le pommeau de cette dernière. Un fauteuil était disposé à quelques mètres devant lui et son accompagnateur lui fit signe de la main d'aller s'y asseoir avant de ressortir et de les laisser en tête à tête.

Étrangement il était moins terrorisant de patrouiller les chemins maudits d'Avelorn au risque de croiser les pires créatures du mal que de se retrouver face à cet elfe à l'aura de toute puissance en se sachant innocente. Quand elle se trouva face à lui elle reconnut son visage pour l'avoir déjà vu à la cour puisqu'il s'agissait du grande lame Bel-Fanor, celui là même qui avait remporté quelques jours auparavant le tournoi organisé lors des festivités et qui lui avait valut une petite notoriété au sein de la cour.


Quelles étaient vos relations avec la traître ? demanda-t-il sans plus de cérémonie

Khelirie ? Et bien... nous étions amies c'est la première qui...

Étiez vous son amante ?

Mais pas du tout soyez sérieux ! de toute évidence il l'était... non nous ne l'étions pas.

Pourtant vous lui avez déjà donné un baiser. A quels autres plaisirs de la chair vous êtes vous adonné avec elle ?

Ieviniae n'était déjà pas bien à l'aise mais cette dernière attaque l'avait complètement déstabilisée et la peur s'installa en elle. En réalité c'était Khelirie qui lui avait volé un baiser, mais comment était-il au courant ?

Ce n'est pas ce qui c'est passé vous n'y êtes pas du tout. Je...

Alors pourquoi deviez vous la voir ce jour avec ses autres amantes, Iarstina et Jocaryn ? Vous voudriez me faire croire que vous les fréquentiez sans n'avoir jamais rien vu de leurs perverses relations ?

Non, je...

Soudainement, le volet de tissu qui fermait l'entrée du pavillon s'ouvrit avec fracas. Bel-Fanor se retourna vif comme l'éclair l'épée en main avant de la ranger tout aussi vivement au fourreau et de poser un genou à terre. Tout cela avant même que Ieviniae ne put comprendre ce qu'il se passait, cet elfe était d'une vivacité hors du commun et il est évident que si l'intrus avait été une menace il aurait été coupé en deux propre et net. Mais l'intrus en question n'était pas une menace mais la reine éternelle en personne, précédée de deux de ses demoiselles d'honneur qui l'encadraient.

Mais enfin que ce passe-t-il ici ! Pourquoi l'une de mes filles est elle traitée de la sorte !

Naturellement le terme « fille » n'était pas à prendre au sens généalogique, mais si les demoiselles d'Avelorn était des sœurs de cœur, leur souveraine les nommait elle même « ses filles » lorsqu'elle parlait d'elles. Après sa révérence, Bel-Fanor se redressa.

Elle a entretenu une relation ambiguë avec l'une des principales accusées. Vous êtes mieux placée que moi pour connaître les effets corrupteurs du Serpent sur ceux qui prêtent l'oreille à ses chuchotements. Je dois d'abord m'assurer qu'elle n'a pas été pervertie.

Vous êtes un vaillant guerrier Bel-Fanor et un rempart solide derrière lequel nous abriter face aux forces obscures. Mais les forces de la Vie et de la Lumière sont encore de ce monde mon ami, j'en suis leur servante et leur représentante. J'ai choisi personnellement Ieviniae, comme chacune de mes filles, parce qu'elle est loyale aux forces du Bien et parce que son cœur est pur. Votre rôle dans cette histoire est loin d'être terminé, mais en ce lieu et en cette heure vous en avez terminé avec elle.

Il n'y avait plus rien à rajouter. Bel-Fanor était un soldat discipliné, il n'était pas d'accord mais il s'inclina respectueusement devant sa souveraine ce qui sembla marquer l'heure de la libération. Un peu hésitante, Ieviniae se leva de son fauteuil pour s'approcher de la reine afin de s'accroupir devant elle et la remercier chaleureusement. Cette dernière lui demanda alors de rejoindre sa compagnie avant de tourner les talons et de se retirer. La caledorienne se retrouva alors seule avec son ancien geôlier et leurs regards se croisèrent. Elle le savait en colère et elle ne voulait pas le vexer d'avantage en partant sans lui prêter la moindre attention.

Je... suis désolée de vous avoir fait perdre votre temps. Je resterai à votre disposition dans un autre cadre si vous aviez besoin d'éclaircir des zones d'ombres dans cette affaire. En attendant je dois m'exécuter et rejoindre ma compagnie rapidement, mais il me faut me presser pour d'abord me changer.

En effet, Ieviniae se trouvait toujours dans sa tenue offerte par la maître courtisan et qu'elle avait tâché du sang de la défunte.
Ieviniae, voie de la demoiselle gardienne d'Avelorn
Profil: For 8 | End 7 | Hab 12 | Cha 10 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage : ici

Avatar du membre
Ieviniae
PJ
Messages : 30
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Kirmnish

Re: [RP libre][Ieviniae] Poursuite et Diversion

Message par Ieviniae »

Le pas de la caledorienne pour rejoindre ses sœurs n'était pas si pressé qu'on aurait pu le croire. Le soulagement de sa libération était bien présent mais il était difficile de paraître devant les siens lorsque la dernière image qu'ils ont eu de vous était celle d'une captive. Elle était libre certes, mais le doute ne s'était-il pas insinué dans l'esprit de ses camarades ? C'est donc le cœur lourd qu'elle retrouva le pavillon qui abritait sa compagnie. Quelques sœurs se trouvaient dehors à son arrivée et toutes se levèrent pesamment en la dévisageant sans un mot. Sa supérieure n'était pas présente alors Ieviniae continua son chemin jusqu'à l'entrée de la tente où, après avoir repris son souffle un court instant, elle pénétra à l'intérieur suivie de ses sœurs. Là à l'intérieur, les différents protagonistes de son arrestation étaient présents et la dévisagèrent à son tour.

- Alors ? demanda Nisaellë avec une voix tendue

- Je suis libre... je crois.

Toute la tension qui flottait jusque là dans l'air explosa alors comme une bulle de savon. Comme si elles n'étaient toutes que des enfants, des cris de joie et des rires se firent entendre en même temps que toutes se précipitèrent vers elle. Inarielle fut la première d'entre elle à l'enlacer et elle pleurait à chaudes larmes en bafouillant en boucle qu'elle était désolée et qu'elle n'avait jamais douté d'elle. Ieviniae n'eut pas vraiment le temps de lui répondre qu'elle ne lui en voulait pas car elle était sollicité de toute part. Mais la fête ne pouvait pas durer plus longtemps et bien qu'elle ne cria pas, la voix de Nisaellë fut entendue de toutes dans ce brouhaha.

- Il suffit ! Nous n'avons malheureusement pas le temps pour la fête. Que les concernées finissent de s'équiper au plus vite. Ieviniae en tenue de combat également, tu es la première concernée par tout ces événements alors tu viens toi aussi. Exécution !

L'ordre ne donnait pas envie de poser de question sur la mission pour laquelle elle devait se préparer. Ieviniae alla regagner sa petite chambre qui ne contenait qu'une couchette et une malle pour se changer. La tenue qu'elle avait sur elle était tâchée et vu la finesse de l'ouvrage elle doutait qu'on puisse le rattraper. D'ailleurs, elle ne savait même pas si le maître couturier serait encore de ce monde à son retour. Alors qu'elle s'asseyait sur sa couche, la tension mentale qui l’étreignait se relâcha également et elle se mit à pleurer en silence. Les larmes coulaient le long de ses joues tandis qu'elle se mettait à nue. Elle enfila ensuite à la place de son ancienne tenue un justaucorps blanc par dessus lequel elle vint ajuster son armure de cuir. Alors qu'elle reprenait l'allure d'une guerrière, sa volonté se raffermit et ses larmes cessèrent de couler. Prenant son arc et sa lance en main, ses deux fidèles compagnons qui lui avaient tant manqué quelques instants auparavant, elle était enfin presque prête à reprendre sa place.

Mais avant de partir, Ieviniae ressentit le besoin de soulager son âme des tourments qu'elle avait vécu en quelques heures à peine. Sans adresser un mot à ses sœurs en sortant de sa chambre, elle se dirigea d'un pas décidé vers une petite alcôve qui abritait un petit sanctuaire dédié à Isha la déesse tutélaire de leur souveraine. L'endroit est assez difficile à décrire mais une sorte de coupelle y était déposée, remplie d'une eau d'un bleu pâle et très froide mais qui s'évaporait tout de même en une petite brume qui flottait un peu plus haut. Cette brume mystique donnait l'impression de former un œil qui vous observe et qui pleure, ses larmes allant ensuite remplir la coupelle avant de s'évaporer à nouveau. A genoux, Ieviniae essayait de s’apaiser mais les questions et les doutes semblaient se faire de plus en plus pressants si bien qu'elle ne parvenait pas à trouver les réponses qu'elle était venue chercher. Quelques minutes après son entrée, elle sentit qu'on se tenait derrière elle avant de reconnaître la voix de sa supérieure qui chuchotait.


- Es tu prête Ieviniae ?

- Je ne sais pas. Et si elle se trompait et que je n'avais pas été à la hauteur ? Je ne suis pas certaine moi même de ne pas avoir été souillée par Khelirie et ses manigances.

- Elle ne se trompe pas. Tu as été mise à l'épreuve mais tu as résisté à la tentation et tu t'es dressée face à elle pour la stopper.

- Je me suis dressée face à elle pour me sauver. On sait toute les deux ce qu'il va advenir d'elle et ça me rempli d'effroi. Elle était simplement seule et perdue et n'a pas su où trouver de l'aide. J'ai beau savoir qui elle était vraiment et ce qu'elle a fait, je pleurerai sa mort.

- Et personne ne te blâmera, c'est justement parce que tu es bonne que ton cœur est plein de compassion pour tes semblables. La compassion, l'amour, l'empathie, ce sont tes forces et non tes faiblesses. Allons, prend encore quelques minutes et viens rejoindre tes sœurs à l'extérieur.

Sur ces mots, Nisaellë quitta la petite pièce et le cœur de Ieviniae était maintenant bien plus apaisé.
Ieviniae, voie de la demoiselle gardienne d'Avelorn
Profil: For 8 | End 7 | Hab 12 | Cha 10 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage : ici

Avatar du membre
Ieviniae
PJ
Messages : 30
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Kirmnish

Re: [RP libre][Ieviniae] Poursuite et Diversion

Message par Ieviniae »

Il ne fallut pas longtemps à Ieviniae pour quitter le vestibule dans lequel elle était venue chercher l'apaisement. Le pavillon s'était un peu vidé depuis son retour et seules restaient quelques unes de ses sœurs dont la plupart, en quartier libre, se prélassaient simplement au quatre coins de la pièce. Certaines d'entre elles cependant étaient en arme et sur le point de partir. Il y avait toujours Inarielle et Araynore qui avaient procédé à son arrestation peu de temps auparavant, mais également Quigwyn, Miazana, Heleqielle et bien sur leur sœur supérieure Nisaellë. Et visiblement on n'attendait plus qu'elle pour prendre la route, bien qu'aucune ne lui manifesta la moindre impatience. La caledorienne pressa le pas pour parcourir les quelques mètres qui la séparaient de son groupe.

- Excusez moi, je suis prête.

- Bien. Nous allons retourner au bord de la rivière là où nous avons surpris les fuyards et nous tenterons de remonter leur piste pour les capturer. Ce ne sera pas facile car ils ont déjà plusieurs heures d'avance sur nous, aussi devrons nous avancer vite et nous reposer peu. Les cultistes doivent être stoppés, morts ou vifs cela importe peu. En route maintenant.

La petite troupe s’exécuta alors pour prendre la direction de la sortie, Nisaellë en tête. Une surprise de taille les attendait dehors et toutes se figèrent sur place. C'était la seconde fois de la journée qu'elle la voyait mais pourtant la sensation qui étreignait son cœur était toujours aussi intense. La Reine Éternelle était là à les attendre au pas de leur pavillon. Avec les événements récents au sein de sa cour, la sécurité avait été renforcée et elle était encadrée par huit demoiselles d'honneurs aussi belles que terrifiantes dans leurs armures d'Ithilmar qui resplendissaient au soleil. Seule Nisaellë pénétra au centre de leur carré afin de s'approcher au plus près de leur souveraine. Ieviniae savait déjà que sa supérieure la servait depuis maintenant plusieurs décennies si ce n'est même encore plus, mais elle n'avait jamais eu l'occasion de voir à quel point elle semblait proche d'Alarielle. Cette dernière avait à son attention des gestes et des paroles d'affection qu'une mère aimante aurait eu envers sa propre fille. Cependant, il s'avéra que la Radieuse n'était pas simplement venue pour lui faire ses adieux et lui souhaiter la réussite de sa mission.

- Nous sommes enfin prêtes et n'avons que trop tardé à nous mettre en route.

- Prêtes ? Vous ne l'êtes pas toutes, pas tout à fait.

En disant ces quelques mots, le regard de la souveraine se posa pour la première fois sur Ieviniae qu'elle invita à s'approcher d'elle. La caledorienne ne se fit pas prier pour s'exécuter, recevoir les attentions de la Reine Éternelle en personne provoquait toujours chez elle, et chez les autres aussi, ce sentiment profond de plénitude, cette impression de devenir l'espace d'un instant la créature la plus chérit de l'univers comme si l’œil d'Isha elle même était posé sur elle.

- Ieviniae, tu es arrivée depuis bien peu de temps et pourtant déjà tu as prit part à des événements terribles. Ce n'est pourtant que le début, je sens les forces du mal qui sont à l’œuvre en mon royaume. Je ne sais ce qu'il se trame mais je sais que cette tragédie est loin d'être terminée. Vous allez vous exposer à de grands dangers, aussi me faut il précipiter un peu la fin de ton initiation en tant que gardienne du royaume d'Avelorn. Reçois le symbole de ton intégration, tu es une Sœur confirmée à présent et il n'y a plus de retour possible.

Disant cela, elle tendit son bras droit la paume de sa main ouverte et aussitôt la demoiselle d'honneur qui se tenait à sa droite y déposa délicatement un splendide arc elfique de la même facture que les arcs dont disposaient ses sœurs, tandis qu'elle même n'avait qu'un arc simple de bien moindre qualité. Alarielle disposa l'arc dans les deux paumes de ses mains qu'elle tendait en avant, le plaçant entre elle et Ieviniae. Soudainement, alors que la majestueuse chevelure de la souveraine s'agitait sous l'effet d'un vent qui ne soufflait pas, la lumière environnante commença à diminuer. C'était comme si la lumière du jour était happée à l'intérieur de l'arc lui même qui se mettait au contraire à briller de mille feux. Quand enfin il sembla à toutes que la nuit était tombée, une explosion de lumière qui émana de l'arc les aveugla un court instant. Puis tout redevint comme avant, le soleil d'été brillait à nouveau sur la forêt d'Avelorn et l'arc avait retrouvé son aspect, celui d'un arc elfique d'une finesse et d'une qualité hors du commun. Mais Ieviniae connaissait les secrets des armes de ses sœurs et savait très bien que sa nouvelle arme n'avait rien de commune. Alors que sa souveraine lui remettait son arc entre les mains, la caledorienne ne parvint pas à prononcer le moindre mot de remerciement, encore sous le coup de l'émotion non seulement de recevoir un si noble présent mais également d'avoir vu à l’œuvre et de si près la puissante magie d'Alarielle, la détentrice des vents de la Vie et de la Lumière.

La présence de la reine si proche du pavillon des sœurs d'Avelorn avait naturellement attiré plusieurs d'entre elles qui avaient donc toutes assistés à la scène. Regardant autours d'elle, Ieviniae pouvait voir leurs visages qui affichaient tous un sourire bienveillant. Les sœurs partageaient leurs peines et leurs joies, et lorsque l'une d'entre elles était heureuse, son bonheur irradiait dans le cœur de ses sœurs. Malheureusement la situation ne se prêtait pas à plus de démonstration et Ieviniae devrait se contenter des regards amènes de ses camarades. Sans traîner, Nisaellë donna l'ordre du départ et prit congés de sa souveraine après une respectueuse révérence, imitée en cela par la caledorienne. Alors qu'elle emboîtait le pas de sa supérieure, Ieviniae put apercevoir qu'Alarielle adressa une parole à chacune des elfes de son groupe afin de leur donner du courage pour leur mission.

La marche jusqu'à la rivière qui bordait le campement fut relativement rapide surtout vu la cadence imposée par Nisaellë pour rattraper leur retard. Le point de départ de leur course poursuite allait se situer au niveau d'un bras du cours d'eau où se trouvait un ponton d'embarquement qui permettait aux embarcations elfiques d'accoster. Celle des fuyards était toujours accostée, surpris qu'ils avaient été par la patrouille ils n'avaient heureusement pas eu le temps d'embarquer, ce qui aurait rendu la traque plus difficile. En arrivant sur place, les sœurs n'étaient pas seules et un comité d'accueil était déjà présent qui les attendait de pied ferme. Sept maîtres des épées se tenaient en ligne immobiles et au centre se tenait le grande lame Bel-Fanor qui l'avait interrogé peu de temps auparavant. Ses yeux plongèrent immédiatement dans ceux de Ieviniae sans jamais la lâcher jusqu'à ce que leur petite troupe les rejoigne. La caledorienne se sentait soudainement mal à l'aise de se retrouver en sa compagnie, l'elfe ne devait pas lui avoir pardonné et allait probablement guetter le moindre faux pas pour l'accuser de corruption. Mais pour l'heure, ce dernier avait des choses à régler avec Nisaellë afin d'organiser la traque.
Ieviniae, voie de la demoiselle gardienne d'Avelorn
Profil: For 8 | End 7 | Hab 12 | Cha 10 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage : ici

Avatar du membre
Ieviniae
PJ
Messages : 30
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Kirmnish

Re: [RP libre][Ieviniae] Poursuite et Diversion

Message par Ieviniae »

Alors que la mission commençait à peine, les difficultés semblaient déjà nombreuses mais Ieviniae refusait de laisser le pessimisme la gagner. Elle avait toute confiance dans les capacités de sa supérieure pour trouver les solutions et, bien qu'elle en ait toujours peur, la réputation de Bel-Fanor le désignait comme un adversaire redoutable pour ses ennemis et l'avoir à leur côté était plutôt de bon augure. Si les fuyards avaient certes plusieurs heures d'avance sur eux, leur groupe était cependant disparate, composé autant de soldats accomplis que de simples citoyens tandis qu'eux mêmes étaient un groupe de soldats elfiques d'élite.

La caledorienne n'avait pas de compétence particulière en pistage contrairement à Nisaellë. C'est donc cette dernière qui était en charge de remonter la piste des cultistes qui, dans leur précipitation, laissaient suffisamment d'indices pour lui faciliter le travail. Visiblement ils avaient privilégié la rapidité à la discrétion. Heleqielle, la sœur la plus expérimenté du groupe après Nisaellë, ouvrait la marche aux côtés de sa supérieure afin d'assurer sa sécurité, cette dernière ayant le nez régulièrement pointé vers le bas pour débusquer le moindre indice. Les cinq autres sœurs dont Ieviniae étaient en charge d'assurer la sécurité des flancs et de l'arrière. Leur équipement léger leur permettait de partir facilement en éclaireur en toute discrétion au travers la végétation avant de revenir vers le groupe. Les maîtres des épées quant à eux, plus lourdement équipés, se contentaient de suivre simplement le chemin tracé par Nisaellë à travers les sentiers forestiers. Leur rôle était bien connu de toutes, ils n'étaient pas là pour assurer la traque mais pour sceller le sort des fuyards dans le cas où la traque s'avérerait fructueuse.

La course poursuite s'effectuait sur la berge est du fleuve, trop puissant pour que les cultistes aient pu le traverser à la nage ou à guet. Ce dernier assurait une barrière infranchissable sur leur flanc gauche qui permettait de ne pas craindre d'embuscade de ce côté ci. Ieviniae patrouilla donc toute la journée sur le flanc droit de son équipe sous le couvert des arbres millénaires. L'avancée était rapide mais pas autant qu'ils l'auraient voulu car il n'était pas si facile de suivre des elfes aux pieds légers. Les dangers pouvaient être nombreux y compris sous le soleil d'Avelorn mais rien ne vint troubler leur marche si ce n'est le passage d'un magnifique et puissant Grand Aigle dont le cri strident déchira le silence et fit frémir même les elfes les plus téméraires. Ieviniae s'accorda quelques secondes de contemplation pour observer son passage haut dans le ciel, le spectacle qu'offrait la créature était un délice bien trop rare pour s'en priver. Ce dernier, en revanche, ne sembla pas accorder la moindre importance à leur petit groupe.

Comme on le leur avait annoncé, le groupe effectua une très longue marche forcée avant qu'un premier repos ne leur soit accordé, le temps de se désaltérer et de souffler un petit peu. Bien que les elfes coopéraient dans l'objectif d'atteindre un but commun, il régnait encore un fort esprit de corps au sein de leur groupe faisant que les maîtres des épées et les gardiennes d'Avelorn ne se mélangèrent pas et n'échangèrent aucun mot si ce n'est Nisaellë qui s'entretenait avec le grande lame, probablement pour faire un point sur la situation. Alors qu'elle se trouvait en compagnie de ses sœurs en train de s'abreuver à sa gourde, lorsqu'elle reporta son regard devant elle, Ieviniae constata que Bel-Fanor était encore en train de la fixer du regard par dessus l'épaule de sa supérieure.

S'il ne sembla pas gêné de se faire ainsi surprendre à la dévisager puisqu'il ne détourna pas le regard, pour sa part la caledorienne se sentit virer au rouge écarlate. Il lui était impossible de déchiffrer les pensées de cet énigmatique personnage au charisme imposant mais elle ne doutait pas qu'elles étaient toutes négatives la concernant. Avait-il encore en tête de la faire tomber pour hérésie ? Ses sœurs qui se tenaient auprès d'elles captèrent son mal aise et, suivant son regard, en comprirent rapidement l'origine.


- Ne te tracasse pas pour lui Ieviniae tu n'es plus sa prisonnière et il ne peut rien te faire de mal, lui dit Inarielle pour la rassurer.

- C'est vrai qu'il est intimidant avec son air froid et sévère, enchaîna Miazana.

- Et beau aussi, répondit Quigwyn en riant.

Et le petit groupe se mit à rire avec elle, chacune semblant partager son avis. Toujours un peu gênée, et persuadé que l'elfe en question avait tout entendu, Ieviniae se laissa aller également à sourire avec ses sœurs dont la compagnie et la gaieté lui permettait de se détendre. Ce relâchement au sein de la troupe sonna la fin de la récréation pour leur supérieure qui rappela tout le monde à l'ordre avant d'ordonner la reprise de la marche. Chacun se pressa alors de reprendre son poste, les maîtres des épées en file indienne sur les berges du fleuve et les gardiennes d'Avelorn sur le flanc. Ieviniae alla regagner également le couvert de la forêt, tenant fermement en ses mains son nouvel arc dont la lumière magique semblait s'être estompée. Il était rassurant de posséder un tel objet, béni par la reine éternelle en personne, mais en même temps la caledorienne n'oubliait pas l'avertissement qu'elle lui avait donné. Ils allaient au devant de grands dangers et il n'était pas impossible qu'elle ait besoin d'en faire usage avant la fin de toute cette histoire.
Ieviniae, voie de la demoiselle gardienne d'Avelorn
Profil: For 8 | End 7 | Hab 12 | Cha 10 | Int 8 | Ini 9 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage : ici

Répondre

Retourner vers « Ulthuan »