[Ori/Gob'] [Déchirure] Paix en Péril

Où s'écrivent les histoires, hors du temps et des règles compliquées du monde réel...
Avatar du membre
Geralt
Warfo Award 2019 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2019 de l'Incitation au voyage
Messages : 411
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_geralt

Re: [Ori/Gob'] [Déchirure] Paix en Péril

Message par Geralt »

Image
ORI AEN ELLE




Comme présage d'une journée peu banale, la pluie vint s'inviter au sein de Tor Anroc, faisant virer le ciel bleu de la cité en un amas de nuages grisâtres donnant l'étrange sensation que la ville toute entière était comme figé dans le temps en cet instant, tandis qu'une fois la nuit tombée, l'heure du début des festivités organisées par la famille des Tilemar débuta, sonnant ainsi l'un des moment clé dans le plan politique que Ori cherchait à mettre en place depuis son départ de Tor Aethil voila quelques semaines auparavant.
Accompagné de la belle Melhira, le prince et la mage avaient ainsi pu à nouveau bénéficier de la bienveillance des Il’Ithar, avec l'immense garde robe dont ils disposaient , leur permettant alors de se vêtir d'une manière plus riche et distingué que d'ordinaire, le jeune prince de Nagarythe arbora une tenue de soirée des plus classique mais à la dominance argenté, couleur principalement présente sur l'écusson de sa famille. Pour son amante, celle ci était désormais vêtu d'une robe aussi voluptueuse qu'aérienne, au teinte très sombre ne faisant que ressortir plus encore le teint laiteux de sa peau si parfaite. Le décolleté qu'elle arborait, en V, laissait transparaitre une partie de sa voluptueuse poitrine avec élégance, ne la rendant que plus désirable encore.
Melhira accrochée à son bras, il était dans l'immédiat totalement sous le charme de la mage, ne pouvant s'empêcher de temps à autre de la dévorer des yeux, non sans que celle ci ne lui réponde par un bref échange de regard, aussi fugace que passionné. Dans l'esprit du jeune Aen Elle, de sombres pensées germèrent en cet instant... Melhira était à lui... Rien qu'à lui... Tout ces nobles de Tor Anroc... Ne pourraient que la jalouser, la désirer... Sans jamais pouvoir un jour ne serait ce que l'obtenir.
Un sombre sourire se dessina sur le visage du prince aux yeux violacés, jusqu'au moment ou sa concentration se détacha de la jeune femme pour se focaliser sur la foule d'invités se pressant désormais à l'intérieur de la demeure des Tilemar.

Devant les yeux du fils de Azurö, se dessinèrent alors une immense salle de réception tout en longueur, éclairée par nombre de chandeliers dorées, tandis que de part et d'autre de la salle, d'immenses vitraux permettaient d'offrir une vue de l'extérieur, la pluie venant se briser sur ceux ci ne donnant que plus de charme encore à l'endroit totalement bercé dans la lumière.
Accoutumé à ce genre de réception, nombre de nobles vinrent saluer le Aen Elle qui, malgré le camp qu'il représentait, bénéficiait ici des règles du protocole imposant de respecter le lignage ainsi que le rang de la personne que l'on venait saluer. Le jeune Ori souriant, répondit donc à chaque révérence, tout en sachant que tant de politesse n'était en réalité que pur façade sous ce que devait bien penser la majeur partie des gens composant les invités de cette soirée quand à la présence d'un serviteur du roi sorcier en ce lieu.
Du coté de Melhira, elle joua son rôle à la perfection à ses cotés, tandis que Ori l'avait découvert à moitié nue et entouré de cadavre dans les bois, elle semblait pour autant connaître parfaitement les règles d'usage et le protocole de ces soirées luxueuses, saluant les différents membres de la cours parvenant à son niveau, non sans omettre de sourire et de pousser un petit rire aussi naïf que faux lorsqu'un prince venait à la complimenter sur sa beauté.

Se mouvant à travers la foule, tout en contemplant le luxe de cette réception, la curiosité du couple les poussa alors à rejoindre un regroupement de nobles, qui sembla en l'instant totalement subjugués par un évènement en particulier. Une fois assez proche, Ori put alors constater qu'une démonstration était en cours : Devant leurs yeux, plusieurs Asurs se livraient à un étrange et impressionnant spectacle martial, sabre au clair, mélange de voltige et d'affrontement qui sommes toute, faisait de l'effet et semblait réjouir les différents invités.
Profitant du passage d'un serviteur affublé des armoiries des Tilemar, Ori vint s'emparer de deux coupes de vin sur le plateau de ce dernier avant de tendre l'un des deux verre à son amante, avec laquelle il trinqua :


"Ma chère..."Dit il tendrement en se perdant dans les yeux de la sombre mage alors que leur verre vinrent se rencontrer, pour finalement boire une gorgée.
Hélas ce bref moment d'égarement fut bien vite interrompu lorsqu'une femme, loin d'être inconnu du jeune homme, vint à sa hauteur, avant de le saluer comme il était d'usage de le faire. Cette femme à la chevelure blanche et à la beauté guerrière, n'était autre que Miraï de Caledor, celle là même qui à Tor Velanor, avait accompagné Daruil et tué, suite à un différent stupide, le chef des éclaireurs de Ori aussi surnommé Oeil de Faucon...
Loin d'avoir oublié la mort de son ancien soldat, le jeune Ori en gage de bonne foi envers Daruil et pour mieux défendre encore l'idée de la paix qu'il se faisait, s'était donc engagé à pardonner la jeune femme, tout en prenant soin de faire ramener la dépouille de Vanir à la capital des Aen Elle, tout en jurant de prendre en charge les dépenses dû à sa famille pour la mettre à l'abri du besoin... Si il en avait une.
Le poison de la rancœur et de la vengeance était quelque chose de dangereux, et Ori préférait ici ne pas y gouter, de fait il prit soin de ne pas refaire allusion à ce qui s'était passé à Tor Velanor devant la princesse Miraï.


"Un plaisir partagé princesse Miraï, bien que loin de me surprendre je dois l'avouer..." Il faisait ici indirectement référence au fait que la grande partie des invités de cet réception étaient des partisans de la guerre contre Nagarythe et le roi Malékith. De fait, une guerrière aussi farouche et indomptable que Miraï était sans l'ombre d'un doute un soutient important de Aurel... Tout du moins le jeune Aen Elle le supposait.

Saluant son homologue féminin et introduisant Melhira auprès d'elle, il en profita aussi pour rebondir sur la remarque de la princesse, non sans lui sourire d'une manière amusé.

"Allons bon... Ce n'est pas mon noble lignage qui m'a permis de pénétrer cette demeure. Ici mes idées politiques et ma façon de penser sont bien loin de celle qu'on vante dans cet endroit. Au mieux suis je une bête étrange au sein de cette assemblée... Étrange mais précieuse... Je ne doute pas que le prince Aurel prendra plaisir à m'introduire auprès de ces plus fidèles partisans... Pour "débattre" dirons nous."

Ori n'était pas dupe, si il avait été convié c'était uniquement dans le but de servir un potentiel dessein de Aurel... Face à l'argumentaire qu'il présentait pour rallier les nobles de la cour de l'Archonte à sa cause, quoi de mieux qu'un prince de Nagarythe fidèle à Malékith pour faire un exemple du vil et sournois ennemi qu'il cherchait sans cesse à désigner comme unique coupable de tous les maux du peuple Asurs...
Ici le jeune Aen Elle allait ainsi devoir faire preuve de prudence et de réflexion et ne surtout pas entrer dans les pièges que ses opposants et détracteurs sauraient lui tendre.
Isolé dans la demeure des Tilemar, le jeune prince pouvait heureusement compter sur la présence de la belle Melhira à ses côtés qui, tel un chat aux aguets, surveillait sans cesse les allées et venues des autres membres de la noblesse passant à leur hauteur. A croire qu'elle se tenait prête à tout instant à foudroyer de sa magie quiconque chercherai à nuire à son prince. Si il n'avait encore jamais vu la mage en colère, nul doute qu'elle savait être effroyable quand il le fallait, Ori n'ayant pas oublié les nombreux soldats qu'elle avait tué pour se défendre quand il l'avait prit sous son aile. Du moins était ce la version de l'histoire qu'elle lui avait raconté...
Toujours face à Miraï de Calédor tandis que Ori n'avait pas encore aperçu l'hôte de la soirée, le fils de Azurö tenta d'en apprendre plus sur la princesse dont la lignée était prestigieuse.


"La dernière fois que nous nous sommes vu, le prince Daruil semblait vous portez en haute estime... Pour autant, vos deux visions du conflit qui ronge notre civilisation semblent radicalement opposé... Ai je tort ?"
Ici, le prince cherchait à savoir avec plus de précisions la nature de la relation qui liait Daruil et la princesse guerrière... Amitié ? Ou simple relation de commandement ? Miraï accepterait elle de l'éclairer sur le sujet ?

"Calédor est une grande nation, dont le talent et la puissance militaire sont respectés et craintes... Vous êtes dans le jeu politique une pièce importante et d'une valeur inestimable... Sans compter les Dragons que vous pouvez chevaucher... Un prestige réservé aux plus hautes lignées...
Soutenant désormais le regard de la princesse, Ori se montra soudainement plus sérieux dans l'échange auquel il se livrait avec la jeune femme.
"La vision de Aurel est t'elle celle que vous partagez également princesse ? Cette guerre se limite t'elle pour vous aussi simplement à une querelle de roi ? Si votre nation est dîtes martial, est elle prête à sacrifier à nouveau des milliers de vie ainsi que des sommes astronomiques sur un nouveau front dans une guerre pouvant durer quoi ? Des siècles ?
J'aimerais savoir ce qu'il restera de l'ouest après le passage de vos dragons... Des cendres peut être ? Bien piètre butin n'est il pas ?"


Ici il voulait la vision de la princesse du conflit en cours. Si il était certain qu'elle voyait le roi phœnix comme seul et unique souverain des Asurs, les siens étaient ils réellement prêt à une guerre total dans l'ouest, là ou l'Est était déjà un champs de ruine, de feu et de sang ?
La question était ici de savoir en quoi embraser l'Ouest ferait il avancer le conflit opposant la légitimité des deux rois ? Ori était ici curieux d'entendre Miräi sur ce sujet.
Geralt, Chevalier renégat de l'Ordre du corbeau

For 12 | End 12 | Hab 14 (*+1) | Cha 8 (*+2) | Int 12 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 14 (*+1) | FOI 9 | NA 3 | PV 67/95
Fiche : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_geralt
► Afficher le texte

Avatar du membre
Ætinis Verteflèche
PJ
Messages : 56

Re: [Ori/Gob'] [Déchirure] Paix en Péril

Message par Ætinis Verteflèche »

Arhai-Ceylui… Arhai-Ceylui. Non, elle avait beau chercher, ce nom ne disait vraiment rien à l’archère. Pourtant, Yrin semblait plutôt enthousiaste, ou du moins pas plus anxieuse que d’habitude à l’idée de devoir traquer une organisation secrète sur laquelle ils n’avaient aucun indice, aucune piste… La main de Tyrosh l’avait même emmenée dans une taverne pour boire ! Ætinis s’était retenue de lui faire une remarque à ce propos, ayant décidé de faire confiance à l’expérience de sa colocataire, du moins pour le moment.

Jouant le jeu, et ne voulant pas paraître impatiente, même si elle l’était, Vertflèche prit un air confiant et hautain, sûre d’elle-même, comme si elle savait parfaitement ce qu’elles faisaient là et maîtrisait la situation. Sirotant sa boisson, elle ne put s’empêcher de jeter un regard par trop curieux et avide sur les documents étalés devant elle.

Quelle ne fut pas sa surprise en y découvrant une copie de la rune qui avait été tatouée sur la peau de l’assassin de Tor Velanor. Ainsi, Yrin l’avait copiée… Ætinis devina immédiatement ce que sa vis-à-vis avait en tête : un éventuel lien entre cet homme et l’organisation. Intéressant. Mais comment pouvait-elle être sûre que les deux soient liés ? L’espionne disposait-elle, de part sa fonction et ses activités antérieures, d’informations que l’archère ignorait ? Possible, mais Ætinis n’y croyait pas, elle pensait plutôt qu’Yrin marchait à l’instinct sur ce coup, à moins qu’elle n’ait fait quelques recherches préalables sur cet assassin, ce qui somme toute lui parût probable.

Quelle plaie que l’on ne l’ait pas écoutée lorsqu’elle avait défendu bec et ongles que l’assassin devait être maintenu en vie pour l’interroger. Aujourd’hui, il était mort, et avec lui ses secrets. Tout ça part la faute de cette sotte d’Yrin et de cette peste de Melhira. Pire, on lui avait fait porter les conséquences de cette dispute, et aujourd’hui encore, elle subissait cette disgrâce. Mais patience se répétait-elle pour contenir sa colère montante, la vengeance était un plat qui se mangeait froid, et elle y gouterait en temps voulu. En attendant, mieux valait faire profil bas et laisser travailler Yrin pour ensuite profiter du fruit de ses recherches et lui rafler la mise sur la dernière ligne droite. Elle aussi comprendrait alors ce que ça faisait de se voir humilier et rabaisser alors qu’on avait raison. Un éclair de plaisir malsain brilla dans les yeux d’Ætinis à cette pensée, tandis qu’elle dissimulait un petit sourire narquois derrière son verre. Rirait bien qui rirait la dernière.

Quoi qu’il en fut, elle reprit un air professionnel dès qu’elle eut finit sa rasade, puis se basant sur sa sommaire connaissance de l’eltharin –qu’elle ne maîtrisait pas suffisamment pour lire ou écrire autre choses que quelques symboles, son nom et celui de sa famille- avança une hypothèse, d’une voix neutre :


–Je ne sais pas vraiment lire, et je ne connais pas cette rune, mais j’ai quand même quelques connaissances qui me restent de ce qu’on a tenté de m’inculquer. Ca ressemble à une combinaison de plusieurs runes simples : on dirait vaguement un Ceyl ici, et un Senthoi là... Du moins si je me souviens de ce que nous disait l’ancien, comme nous appelions notre enseignant au village. Malheureusement, je passais plus de temps dans les bois qu’à l’écouter.

Elle pointa du doigt successivement le haut, puis le bas du symbole. Elle continua ensuite, à voix plus basse :

–Même si vous avez raison et qu’il faisait partie de ce que nous cherchons, comment comptez-vous vous y prendre pour remonter cette piste ? Elle me parait refroidie.

Cela dit, si nous arrivons à déterminer ce qu’ils recherchent ou à deviner leur prochaine action, nous pourrons peut-être remonter leurs traces.
Ætinis Verteflèche, voie de l'archère elfe
Profil: For 8 | End 7 | Hab 11 | Cha 9 | Int 9 | Ini 11 | Att 9 | Par 9 | Tir 11 | NA 1 | PV 55/55
Lien Fiche personnage: http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... ertefleche

Equipement et compétences de combat:
Equipement de combat:
-Lame en or marin : 14+1D8 dégâts, 15 parade
-Arc elfique : 30+1D8 dégâts Malus de -2 TIR tous les 36 mètres, précise : (quand vous utilisez une telle arme lors d'une attaque localisée, vous gagnez un bonus de +2 ATT/TIR. Vous pouvez combiner ce bonus avec celui qui est associé au talent Coups précis/Tir précis...)
-Coutelas : 12+1D6 dégâts, 6 parade.

Compétences de combat :
-Adresse au tir (arcs) : +1 en TIR quand utilise un arc.
-Tir en mouvement : annule le malus pour les tirs en mouvement.
-Tir à déclenchement rapide : Sur un test d'HAB réussi, permet de tirer deux projectiles par round au lieu d'un seul (maximum 2), avec un malus de -1 à chaque tir dans ce cas.
Image

Avatar du membre
[MJ] Le Gob'
PJ
Messages : 202
Profil : ERROR : Données altérées par les vapeurs bonnet-de-fou.
Autres comptes : Vladek [Chroniques]
Localisation : Grenoble/Lyon

Re: [Ori/Gob'] [Déchirure] Paix en Péril

Message par [MJ] Le Gob' »

Si la méfiance d’Ori était de bon aloi en la présente situation, rien dans les manières de la princesse ne prêtait à penser à une quelconque duplicité de sa part. Contrairement à bien d’autres courtisans que le jeune prince avait pu rencontrer, ici comme à Tor Æthil, Miraï de Caledor parlait sans détour ni mièvrerie d’aucune sorte, son visage avenant demeurant exempt d’émotions superflues. Sans doute mesurait-elle soigneusement la moindre de ses expressions, satisfaisant aux exigences de l’étiquette sans pour autant recourir à de vaines flatteries. Son parler était fidèle à son regard : droit, franc, acéré. Si une moue fugace courut sur ses traits l’espace d’un instant suivant la première question d’Ori, elle fut bien vite dissipée, effacée d’un rapide battement de cils. Désignant l’une des grandes arabesques au sol désormais libre, elle invita Ori à quitter le côté de Melhira pour lui emboiter le pas. L’attendant au centre du vaste motif circulaire, dont les sinueux branchages s’entrecroisaient en maintes boucles enchevêtrées, elle n’entreprit de lui répondre que lorsque le prince se fut approché. Comme ce-dernier renchérissait sur sa déclaration, elle le jaugea en silence jusqu’à ce qu’il ait achevé son propos.

La réponse de la princesse tarda un peu, précédée d’une digression visant à expliquer à son interlocuteur la finalité du jeu auquel se prêtaient les invités.

Image
« Voyez ces motifs sous nos pieds. Remarquez comment le dessin forme une efflorescence de branches menant à des rosaces tantôt ouvertes, tantôt fermées.

Seules les boucles fermées constituent un appui autorisé. Trois faux pas mettent fin à la manche.

D’après Aurel, ce jeu est très répandu lors des réceptions à Tor Elyr, de l’autre côté des monts Anulii. »
Le but du jeu apparaissait maintenant assez clairement à Ori, qui avait pu observer plusieurs duos autour d’eux se succéder sur ces pistes, bataillant amicalement dans une sorte de ballet aussi martial qu’artistique. Il fallait, pour remporter une manche, pousser à trois reprises son partenaire à commettre un faux pas. Pour cela, les nobles croisaient le fer, mais il s’agissait bien davantage d’une joute d’adresse et de positionnement que d’un véritable duel. D’aucuns semblaient d’ailleurs s’adonner à une version plus artistique, suivant les revirements de la musique.

Miraï montra à Ori comment prendre place avant de porter la main au fourreau qu’elle arborait à sa propre ceinture, et de le saluer, sabre au clair. Si l’arme était bien moins imposante que la claymore maniée par la princesse lors de l’incident de Tor Velanor, elle n’en était pas moins finement ouvragée de la garde à la lame, et se prêtait bien au jeu proposé.

Comme ils commençaient à virevolter prudemment, échangeant quelques passes clémentes le temps qu’Ori prenne ses marques, Miraï reprit.

Image
« Daruil commande les forces assemblées à Tor Anroc, au nom du seigneur Cyrion qui ne quitte que rarement la Cime de l’Archonte. Je le seconde en cette tâche, en tant que représentante des renforts consentis par les miens.

La responsabilité m’incombe de faire valoir la fierté de mon lignage dans l’Ouest. Je ne souhaite pas la guerre, car verser le sang de la noblesse d’Ulthuan est un gâchis insoutenable.

Mais si l’Ouest sombre dans les affres d’un conflit ouvert, l’honneur des miens prévaudra. »
Derrière ces paroles énoncées sans animosité aucune, Ori pouvait percevoir le potentiel dilemme auquel la princesse devait être exposée. Descendante d’illustre lignée, elle ne pouvait manquer de soutenir un Roi-Phénix désigné parmi les siens, et ce quand bien même Malékith avait pour lui l’argument d’être du sang d’Ænarion le Défenseur. De la même façon, la situation géopolitique la plaçait en position de responsabilité vis-à-vis de son clan, quand bien même celui des partisans de Malékith comptait aussi de nombreux fils de la noblesse, dont elle respectait le sang.
Test de CHA pour juger de la sincérité de ton interlocutrice, à 16 de CHA effectif en tenant compte d’Etiquette et d’Intrigue de cour : 11, bonne réussite.

Test de CHA avec malus, à 14 de CHA effectif en tenant compte d’Etiquette et d’Intrigue de cour : 9, bonne réussite.
***


Si Verteflèche n’était guère lettrée, elle disposait néanmoins bien de bases suffisantes pour reconnaître certains glyphes et quelques runes elfiques au sein du symbole retranscrit sur le parchemin. Demeurait toutefois la question de l’interprétation desdits signes, l’alphabet elfique recouvrant pour chaque caractère toute une variété de nuances dépendant du contexte. Ces premières suggestions furent accueillies assez favorablement par Yrin, qui hocha la tête en signe d’assentiment à l’évocation de Ceyl -rune pouvant évoquer tant la loi et l’ordre que la justice ou la passion- nettement reconnaissable dans la partie supérieure du symbole, en plus d’être présent dans le nom de l’organisation. Elle parut en revanche plus dubitative concernant la présence de Senthoi, rune de la loyauté et de l’unité. Rétorquant à mi-voix pour préserver leur conversation d’oreilles indiscrètes, elle explicita bientôt son intuition, pointant du doigt les éléments du symbole, de haut en bas.

Image
« Ce ne sont que des suppositions bien sûr, mais regarde…
Ceyl, tu l’as dit. Justice, passion, loi…
Ici, en dessous, une partie de Cynath, solitude, silence, fin.
L’esprit de part et d’autre pourrait référer à Arhain -nuit et ombres- mais ce n’est que conjecture, j’en conviens. »
Le regard de l’espionne se perdit un moment dans l’étude du glyphe, cherchant certainement à en décoder le sens probable en fonction de l’agencement des runes le composant. Lorsqu’elle releva le visage vers Ætinis, elle semblait toujours indécise.
Image
« Arhai-Ceylui… Quel sens exact ont-ils voulu donner à ce nom ?

J’ai l’intuition que l’assassin appartenait à leur organisation : il cherchait à semer la discorde, après tout, comme l’Arhai-Ceylui œuvre contre la paix en assassinant le seigneur Il’Ithar…

A moins que tout cela ne soit pure coïncidence. Quel est ton sentiment ? »
Test d’INT pour Yrin, sous important malus du fait du manque d’informations : 6, bonne réussite.
Image
Un gobelin inspiré a écrit :Pour toute réclamation ou problème, traversez la forêt et rendez-vous à la Caverne aux Champignons. Mais prenez garde aux vapeurs de bonnet-de-fou...
A l'entrée de la grotte se tient le gobelin : ses vêtements sont crasseux, et ses yeux vitreux. Plusieurs champignons d'une taille impressionnante pendent en grappes à sa ceinture. Dans l'une de ses mains, il tient une feuille d'arbre roulée en cylindre, dont l'extrémité fumante dégage les même fumerolles que celles qui planent lourdement au-dessus de sa tête. Il tire une bouffée de son étrange et longue cigarette, expire ensuite tranquillement par le nez, tout en dévisageant son interlocuteur d'un air rêveur. Puis, il prend la parole, d'une voix cassée, grave et enrouée, comme s'il avait quelque chose de très important à vous chuchoter :


Image
"Pourquoi cet air si sérieux ?
Écoute-moi bien, voyageur égaré.
Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.
En tout temps, en tout lieu, tu dois bien être conscient que :

Image

En cas de non-respect de ces quelques règles,
Tu serais confronté à cet étrange animal,
Qui du forum régit le Bien et le Mal :
Le Modo, en vérité, créature fort espiègle."

Image
Un gobelin douteux a écrit :

Avatar du membre
Geralt
Warfo Award 2019 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2019 de l'Incitation au voyage
Messages : 411
Lien fiche wiki : wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_geralt

Re: [Ori/Gob'] [Déchirure] Paix en Péril

Message par Geralt »

Image
ORI AEN ELLE



Miraï était décidément une femme et une princesse bien différente des diverses courtisanes qu'il avait pu croiser depuis son départ de la cour de Tor Aethil, contrairement à une femme comme Cyrielle, la princesse de Calédor semblait accorder bien plus d'importance aux actions plutôt qu'au paraître et autres jeux d'étiquettes dont la noblesse était d'ordinaire amatrice. Jolie mais n’égalant pas la beauté de la descendante des Nagaril, l'interlocutrice actuel du jeune Ori dégageait une prestance martial à la fois intrigante et terrifiante. D'un lignage important et bercé depuis son enfance dans la culture du combat, la jeune femme avait sans doute fait ces preuves parmi ces pairs en usant de son talent à l'épée plutôt qu'à celui des beaux discours et des jeux de manigances.
Ori ne pouvait qu'être admirateur de cette princesse, préférant l'usage de l'épée plutôt que celui de la plume, d'un tempérament de feu comme l'était les dragons que son sang lui permettait de dompter et de monter, elle était sans l'ombre d'un doute ici une pièce importante de l’échiquier politique au sein de la cour de Cyrion. Représentant les siens, et offrant les services de Calédor à la guerre en cours, elle était sans l'ombre d'un doute une générale hors pair et de fait un atout de taille dont Aurel Tilemar ne pouvait sans nul doute pas se priver, lui qui cherchait à rassembler le plus de partisans possible pour enfin obtenir l'aval de l'Archonte de Tor Anroc dans le déclenchement d'une guerre avec les partisans du Roi Malékith dans l'Ouest.
Ignorant si Miraï était encore une main et un cœur à prendre, le fruit d'un mariage avec la princesse donnerait à son prétendant un poids politique certain et un droit de lignage des plus prestigieux pour celui capable d'obtenir ces faveurs. Un facteur à prendre en compte, et qui sur le principe n'aurait pas été pour déplaire au jeune Aen Elle... Hélas, le nom de famille qu'elle portait couplé à son sentiment de fidélité total et dévoué au Roi Phoenix, ne donnait presque aucune marge de manœuvre au fils de Azurö, dont la loyauté était elle, totale au Roi Sorcier.
D'un point de vue purement politique, le prince et la princesse étaient donc des ennemis... Mais si faire de Miraï un allié des Aen Elle semblait être quelque chose d'improbable... Restait encore la possibilité d'en faire un soutient indéfectible de Daruil et donc des Il’Ithar... Pour ce faire, encore fallait il amener la jeune femme à rejoindre ces idées politiques et à l'écarter de Aurel Tilemar.

Le regard franc et direct, se jouant totalement du protocole mais faisant l'effort de respecter l'étiquette dû à son rang au milieu de ce genre de soirée qu'elle ne semblait pas réellement apprécier, la princesse invita alors Ori à la rejoindre, ignorant pour l'heure ses questions, tandis que le Aen Elle glissa de l'emprise de la belle Melhira, pour s'éloigner de la mage de manière à accepter l'invitation silencieuse de Miraï à se tenir à ces cotés.
Au milieu de la noblesse de Tor Anroc, sous les regards curieux et soupçonneux de nombre de nobles face à cette rencontre et cet entretien privé entre le fils Aen Elle et la fille de Calédor, la jeune femme à la chevelure blanche expliqua alors le principe du jeu curieux que Ori avait pu admirer un peu plus tôt et qui n'était autre qu'un mélange de maitrise martiale et de dextérité, où d'ordinaire la violence et la sauvagerie des combats, devenaient ici au rythme de la musique, une sorte d'art dont le corps et l'épée étaient les œuvres.
Dans ces règles, le jeu était des plus simple et ne nécessitait qu'une question de placement, la zone d'action de chacun étant délimité au sol tandis que "pousser" son adversaire dans les zone dîtes interdites, faisait perdre celui ci. Trois points, et la victoire revenait à celui dont la dextérité était la plus grande. Les lames des concurrents n'entrant jamais en contacte, le risque de blessure restait ainsi minime, alors que ce jeu amené dans cette cour par Aurel et très populaire à Tor Elyr, n'en nécessitait pas moins une maitrise de l'esprit et du corps presque parfaite...
Semblant également apprécier cette activité, Miraï exécuta alors quelques mouvements en guise de démonstration au prince, celui ci la copiant prudemment, le temps de prendre ses marques, tandis qu'il pouvait déjà sentir les regards emplit de mépris et de jalousie de certains membres de la noblesse présente devant cette danse, la compagnie de la descendante de Calédor étant un privilège dont peu pouvait sans doute se vanter.

Au milieu de cet échange artistique, Miraï accepta finalement de répondre aux quelques questions du jeune prince, et le discours qu'elle lui offrit, tranchait complétement avec la première impression que la jeune femme avait pu lui donner lors de leur première rencontre à Tor Velanor et ayant donné lieu à la mort du chef d'escouade au service de Ori, à savoir le brave Vanir.
Ainsi au sein de cette cour, Miraï faisait office de second à Daruil, lui même étant le commandant en chef des forces assemblées à Tor Anroc, la princesse était donc elle même une pièce importante de la chaîne de commandement des forces de l'Archonte. Pour autant, malgré son esprit martiale, elle semblait vouloir éviter la guerre, n'aimant guère l'idée de faire couler le sang de la noblesse d'Ulthuan... Dans ce discours, on pouvait à nouveau y comprendre l'importance du sang à ces yeux. De fait, les morts civils, les destructions... n'étaient pas des motifs valables pour éviter une guerre dans l'Ouest... La population pourrait se relever, les bâtiments pourraient être reconstruits... Mais la noblesse... L'extinction des plus grandes familles de Asur ainsi que de leur histoire, semblait être ici quelque chose qu'elle ne pouvait supporter...
Mais derrière cet argument, restait encore l'ombre de la fidélité au Roi Phoenix, et de l'honneur et du devoir que représentait sa position envers la famille qu'elle représentait. Si l'Ouest venait à s'embraser... Elle agirait en circonstance et ferait couler le sang pour voir le camp qu'elle servait triompher, le regard qu'elle porta à Ori ne trompait pas sur la détermination qui l'habitait... Un regard perçant et embrasé... Celui d'une véritable fille de Dragon.


"Je ne peux que saluer et respecter votre code moral Princesse... l'Honneur est une valeur que j'admire et que je partage. Quand au devoir du sang... Si ma fidélité est dévoué à mon roi, elle l'est encore plus quand il s'agit de ma famille. Sur ces sujets, je pense que nous partageons une vision commune."

Il exécuta quelques mouvements face à Miraï, sa dextérité à l'épée et dans ses déplacements semblant s'améliorer, signe qu'il commençait à mieux appréhender l’exercice auquel il se livrait.

"Hélas j'ai bien peur que l'honneur ne soit pas une qualité partagé par tous ici à Tor Anroc. Les évènements liés au père du prince Daruil aussi morbides et terrifiants qu'ils soient, en sont la preuve hélas... Le spectre de la guerre est déjà bien présent dans l'Ouest, la situation est tendu, et il ne manque plus qu'une étincelle pour voir la totalité de notre monde s'embraser."
Il fit virevolter sa lame dans sa main droite, utilisant l'élan de son mouvement pour se rapprocher de Miraï tout en changeant sa garde, preuve ici de la formation militaire qu'il avait reçu auprès de son oncle Tyrosh Aen Elle.
"Heureusement, j'aime à croire que ma simple présence ici est le gage que tout espoir n'est pas perdu, et que le dialogue peut encore triompher de l'épée. Ceux qui veulent voir le sang couler, cherchent à immiscer le poison de la haine, de la peur et de la discorde dans cette cour. C'est aussi pour cela que je me trouve ici, pour donner un autre visage de la noblesse servant le Roi Malékith. Cette même noblesse dont Aurel aime à discréditer.
Qu'importe la querelle des rois, nous avons aussi notre rôle à jouer, et je me refuse à voir l'Ouest devenir un champs de bataille comme l'est déjà l'Est au moment même où nous discutons."


Il plaça alors son épée dans son dos, la collant contre lui, tandis qu'on ne voyait que la pointe de celle ci dépasser de derrière son crâne. Plongeant son regard dans celui de la fille des Dragons, Ori joua carte sur table, pensant qu'il fallait mieux éviter les belles déclarations et autres compliments mielleux pour entrer dans les bonnes grâces de Miraï.

"Jouons franc jeu vous et moi... Je pourrais louer votre talent, votre beauté, votre lignage... dans le vain espoir d'obtenir votre soutient... Fable et perte de temps que cela... Vous êtes une princesse au sang de dragon, préférant les actions aux paroles, dans une cour déchirée de l’intérieur, où les camps cherchent à montrer leur supériorité à travers de belles réceptions. Tout ceci n'est que de la poudre aux yeux, dans un débat déjà bien trop long et qui nécessite des actions fortes des camps que nous représentons.

Durant cette soirée, je prendrais à un moment donné la parole, Aurel Tilemar n'attends que ceci dans le but de pouvoir me porter en disgrâce devant ces partisans. Je ne vous demande qu'un peu de votre temps princesse, écoutez et ensuite vous pourrez juger de l'homme que je suis."


Il porta un regard à l'ensemble de la noblesse éparpillé à travers l'immense salle de réception avant de reprendre :

"Vous l'avez dis vous même au moment de m'approcher :

<<C’est un réel plaisir que de voir ces réceptions convier toujours davantage de nobles lignages.>>

Qu'importe mon nom de famille et mon sang, ici dans les murs de cette cité, mon allégeance au Roi Malékith m'empêche de rallier et de fédérer. De fait, c'est en représentant des Il’Ithar que j'ai décidé d'accepter l'invitation du prince Aurel.
Pour moi, le prince Daruil est notre meilleur chance de préserver la paix dans la région, mais pour se faire, il lui faut des soutiens de poids... Chose que vous êtes princesse Miraï... Et cela Aurel le sait, c'est également pour cela que vous êtes ici. Le Roi Phoenix étant de votre lignage, votre acquisition assumé au camp de la paix ou de la guerre peut faire pencher la balance du jeu politique."


Ici l'analyse de jeune prince était des plus pertinente, Miraï lui ayant confié qu'elle n'était nullement ouverte à l'idée de la guerre dans l'Ouest, cela faisait d'elle une allié pas encore totalement acquise à la cause de Aurel Tilemar. Le nom des Calédor étant des plus prestigieux, surtout depuis que le nouveau Roi Phoenix en était un illustre représentant, voir Miraï se rallier auprès de Daruil pourrait être la clé pouvant permettre aux partisans de la paix de l'emporter.
Mais encore faudrait il que Ori puisse la convaincre... Il lui avait demandé du temps pour l'écouter, ne manquait plus qu'a espérer qu'elle le ferait au moment où le Aen Elle prendrait la parole devant l'ensemble des partisans de Aurel.
Reculant alors de quelques pas, pour se remettre à la position initial où Miraï l'avait invité à se placer avant d'entamer le début des explications des règles du jeu auquel elle avait cherché à le former. Le jeune homme, levant sa lame pour la placer à la verticale devant lui, salua tout souriant qu'il était sa partenaire du moment avant de dire :


"Mais trêve de politique... J'ai assimiler les bases de notre petit jeu. Livrons nous à un vrai échange. Calédor contre Aen Elle... Mais que serait un duel sans récompense ? Disons alors que... Si je gagne, vous me permettrez de vous invitez dans un cadre disons... plus privé que celui actuel. Bien évidement si ma conversation ne vous est pas ennuyeuse bien entendu. Et si je perds..."
Il se plongea dans une réflexion de quelques secondes avant de tout bonnement dire :
"Disons que je vous devrais une faveur... de votre choix."

S'amusant de la situation malgré le caractère grave des évènements qui allait se jouer d'ici peu dans la demeure des Tilemar, le jeune prince, se plaçant en garde, lança non sans une pointe de défie à la fille au sang de Dragon ces mots :

"Honneur aux dames."
Geralt, Chevalier renégat de l'Ordre du corbeau

For 12 | End 12 | Hab 14 (*+1) | Cha 8 (*+2) | Int 12 | Ini 14 | Att 14 | Par 14 | Tir 14 (*+1) | FOI 9 | NA 3 | PV 67/95
Fiche : http://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.ph ... che_geralt
► Afficher le texte

Répondre

Retourner vers « Écrits Libres »