[Akisha] Fratricide

Norsca est un royaume inhospitalier composé de collines rocailleuses et de sombres forêts, hantées par les hivers interminables qui recouvrent le territoire de glace. Les dangers pour lesquels ce territoire est connu sont malheureusement bien réels. Les tribus de barbares et les adeptes du Chaos sont en effet nombreux au nord de la région, et attaquent fréquemment les régions sud de Norsca. Le plus grand des dangers reste malgré tout la présence des forces du Chaos en ces terres. Au nord, les serviteurs des pouvoirs dévastateurs ont rassemblé leurs hordes, composées de bêtes, de démons et d'Hommes du Nord. Ces ignobles armées se sont ensuite mises en route vers le sud, anéantissant au passage toutes les civilisations rencontrées sur leur chemin.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 63

[Akisha] Fratricide

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

« Ce sont des brutes. Et normalement, telles brutes devraient, derrière la façade de leur vantardise pédante, leurs fourbes astuces, leur sauvagerie, leur bassesse morale, être des lâches ; Mais je suis certain que les Elfes qu’on dit « Noirs » ne sont pas des lâches. Car même la lâcheté demande un certain degré de sensibilité, et de reconnaître une certaine valeur à la vie. »

– Ordelafo Faliero, triumvir de Remas.




Image


Une épaisse brume commence à recouvrir la plage. Dans le ciel, le soleil est en train de se coucher. Quelques heures de luminosité : Deux, trois peut-être, après quoi il faudra compter sur la lune-grise pour continuer de s’orienter dans cet étrange pays bien froid. L’atmosphère a une saveur de fin d’hiver, mais pas encore de début de printemps. Il caille à en avoir une légère chaire de poule, alors que l’on marche sur une tourbe de toundra et de l’herbe à ras ; Il n’y a pas âme qui vive, hormis les poissons dans l’eau et les oiseaux dans le ciel.
Trois reavers sont alignés sur la plage. Jetés à marée haute, au fur et à mesure que le niveau de la Mer des Griffes s’abaissera, les trois navires seront condamnés à rester un moment échoués sur le sable blanc.

Quittant le vaisseau de son père qui a été soigneusement inspecté, Akisha remonte l’immense plage et son sable à perte de vue. Deux Elfes sont en train de regarder une troisième bien plus loin, là où l’herbe débute. Bras croisés, à ne rien faire, ils l'épient d’un air interloqué tandis que leur capitaine remonte très discrètement vers eux, le sable meuble sous ses pieds masquant les couinements de ses semelles.

« Mais qu’est-ce qu’elle est en train de foutre ? demande le plus jeune des deux Elfes.
– Elle piste, répond laconiquement le deuxième, bien plus âgé.
– Pister ? Comment ça, qu’est-ce qu’elle va faire, chercher des déjections de Druchii à goûter ? Nous ne sommes pas en train de traquer une harpie, bien qu’à voir damoiselle Megeth ce serait bien à s’y méprendre, n’est-ce- »

Le plus âgé des deux Elfes s’était retourné alors même que son comparse commençait à déblatérer des insanités. Kovus, le pilote et second d’Akisha, fit une longue courbette, la main contre le cœur. Kehen, juste derrière lui, écarquilla grand les yeux lorsqu’il découvrit sa capitaine tout près de son dos, et se dépêcha de l’imiter à toute vitesse.
Akisha avait beau ne pas aimer sa sœur, il était peut-être suicidaire pour un Elfe comme lui d’oser injurier une fille du clan Drakilos.

Image


Kovus, corsaire Druchii.


Image


Kehen, exilé de Hag Graef.


La réputation de Kovus n’était plus à faire. Il servait la famille Drakilos depuis bien avant la naissance d’Akisha. Discret, professionnel, il avait toujours fait du zèle pour survivre et accomplir les tâches qu’on lui donnait – toujours en échange d’argent et d’avancement social. S’il était bien difficile d’oser prétendre qu’un Druchii était fidèle, au moins Kovus était quelqu’un de compétent. Peut-être celui en qui Akisha pouvait avoir le plus confiance dans son navire.
Kehen, en revanche, était un tout autre genre d’Elfe. Il était issu des bas-fonds de Hag Graef ; D’après ce qu’Akisha avait compris, c’était un rejeton adultérin qui avait été condamné à mort par contumace, forcé de quitter son chez-lui pour une sombre affaire qui semblait mélanger meurtre et inceste. En tout cas, il avait passé le siècle dernier à errer dans le Vieux Monde, auprès des êtres humains, avant de se retrouver on ne-sait-trop-comment à Karond Kar. Kehen avait de quoi dégoûter – semi-mon’keigh, bâtard inconvenant qui n’avait jamais accompli son service militaire au sein des Affrelances, il méritait probablement tout le mépris des nobles et des corsaires. Il aurait été un parfait boulet bon à écorcher vivant, si seulement il n’avait pas le seul talent qui pouvait le rendre utile : Il savait lire et parler nombre de langues humaines du Vieux Monde. Il avait proposé ses services à Megeth, qui n’avait reçu l’offre qu’avec des éclats de rire et une menace de mort. Kehen était donc allé trouver Akisha, et cette fois, l’aînée de Tevras avait trouvé qu’un être comme lui pouvait se rendre fort utile.
Si seulement il apprenait à se la fermer. Lui et Kovus étaient vite devenus bien amis, toujours à parler ensemble, mais Kehen n’avait visiblement pas appris à craindre les Dynastes de Naggaroth. Au moins, il semblait trembler de trouille à présent qu’il avait offert sur un plateau d’argent l’occasion à son employeur de le reprendre.

« Maîtresse Akisha. J’ai bien inspecté la cargaison du navire de votre sœur, comme demandé.
Ils sont pas morts de soif et ils ont pas encore eu le temps de saloper toute leur cale en déféquant partout. Je suppose donc que votre sœur n’a pas tant d’avance que ça sur vous. Pas même vingt-quatre heures, pour tout dire. »

Il pointa du doigt l’étrange Drucchi qui était en train de poser un genou dans l’herbe, bien au loin.

« Rekhilve est en train de voir s’il y a des traces qu’on peut exploiter.
Mais si vous me permettez… C’est tout de même très louche qu’on ne découvre pas un seul matelot ici. Aucun pour garder les navires. Votre père n’aurait jamais commis une telle erreur de son plein gré.
J’ignore ce qui lui a pris. Peut-être qu’il a fait ça pour échapper à quelque chose. Ou parce qu’il voulait traquer une proie par ici. Je l’ignore, ce sont mes théories. »


Le chemin jusqu’ici avait été étrangement calme. La Mer des Griffes, pourtant réputée être parcourue de drakkars Norses, avait été vierge de dangers. Les villages qu’ils avaient allègrement pillés constituèrent une partie de plaisir ; Est-ce que les Maraudeurs qui avaient su faire trembler un continent au nom de leurs Dieux Sombres quatre ans auparavant avaient tous été balayés avec leur maître le Noir Archaon ?

Rekhilve était, en tout cas, une autre addition fort étrange à l’équipage. Une Ombre née dans les montagnes de l’Échine Noire, elle avait grandi dans la nature impitoyable de Naggaroth. Akisha ignorait tout d’elle, et surtout pourquoi elle avait débarqué un beau jour à Karond Kar pour chercher un emploi. Elle ne parlait presque jamais, et constamment à voix basse, une espèce d’aura malsaine autour d’elle. Megeth s’était toujours demandée pourquoi sa sœur rémunérait une personne si étrange.
Aujourd’hui serait l’occasion rêvée de voir les talents de l’Ombre.

« On ignore en tout cas s’il y a un village aux alentours. On sait pas ce qui nous attend. Ni où on est.
Ça promet. Je ne comprends pas qu’on ait croisé aussi peu de guerriers… ça sent vraiment mauvais. »

Kovus sembla vouloir dire quelque chose de plus là-dessus, mais il tordit vite ses lèvres tout en soupirant.

« Qu’est-ce que vous en pensez, maîtresse ? Qu’est-ce que vous dit votre instinct ? »


Équipage actuel du Karybde :
– 1 capitaine (Akisha Drakilos)
– 1 pilote (Kovus)
– 1 interprète (Kehen)
– 1 contre-maître (Vateci Tullaris)
– 1 chirurgien (Magnouvac)
– 2 membres d’équipage spéciaux (Rekhilve, Keighi)
– 36 corsaires d’équipage
– 10 esclaves pour le bon entretien du navire (Tous humains)

Cargaison de la cale :
– 47 esclaves (Capacité : 60)

Avatar du membre
Akisha Drakilos
PJ
Messages : 14

Re: [Akisha] Fratricide

Message par Akisha Drakilos »

Contrôle ta respiration. Contrôle-là, allez.
Un, deux, trois. J'arracherai ton foie. Quatre, cinq, six. Je couperai tes miches. Sept, huit, neuf. Et ton joli crâne d’œuf.
Oui, c'est une comptine pour enfant. Et oui, c'est idiot et enfantin. Mais ça me permet de calmer ma respiration.

Mon cœur reprend un battement posé. Les bouffées de vapeur quittant mes narines se font plus espacées. Bien. Je peux arrêter cette parodie de pistage.
Je me retourne vers mes deux officiers. Ils ne me voient pas arriver, tout occupés qu'ils sont à observer l'Ombre au travail plus loin. Ah, si, Kovus a entendu mes pas dans la neige, et fait le salut coutumier au capitaine. Un bon élément. Le second rêvé, expressément dépêché sous mes ordres par mon père pour faciliter mon premier commandement. Un homme fiable, compétent, et donc assurément ambitieux. Où va sa loyauté maintenant que mon père est porté disparu ? Comme si je n'avais pas assez de questions en suspens.
L'autre corniaud se retourne enfin et imite précipitamment Kovus. Kehen est bien trop distrait et irrévérencieux pour son bien. Il doit être jeune, probablement plus que moi. C'est peut-être même encore un Scion en fin de maturation. Aura-t-il le temps de s'assagir ? Avoir passé autant de temps avec les mon-keighs ne peut être sans conséquences sur sa santé.

Le visage impassible, je fixe le bâtard quelques secondes, assez pour ôter toute ambiguïté sur ma compréhension des bribes de paroles dites par Kehen. Bien qu'au fond, je ne peux qu'acclamer toute invective faite à l'ordure qui me sert de sœur, impossible de le reconnaître devant quiconque. Qui respecterait un elfe qui ne respecte pas sa famille ? On peut les tuer s'ils se trouvent en travers de son chemin, mais jamais les mépriser.
Vous trouvez ça hypocrite ? Vous avez raison. Mais toute la société Druchii repose dessus.

Les deux sont encore tendus, prêts à recevoir une remontrance. Le Pilier et le Bâtard. Ils font la paire, ces deux-là. Le talent et l'ambition, au cas-où les deux éléments n'étaient pas déjà réunis chez l'un ou l'autre.
Je plisse les yeux, et ma voix se fait traînante.

- "La polyglossie ne met pas à l'abri de corvées supplémentaires, Kehen."

Kovus prend immédiatement la parole, peut-être pour éviter que son compère ne commette une nouvelle bourde.
Megeth, cette misérable cruche, a laissé en plan toute sa cargaison pour reprendre la première la bague de notre père. Les matelots chargés de garder le navire devront également s'occuper d'eux. Au moins pouvons-nous estimer son arrivée à moins d'une journée.
Je hoche la tête à la remarque sur l'équipage de mon père, approuvant ses paroles. Aucun doute là-dessus, il a trop longtemps roulé sa bosse sur les mers pour faire une erreur aussi élémentaire. Pas de doute non plus pour ma sœur, assez insouciante et obstinée pour foncer tête baissée sans plus de précautions.
Il termine en me demandant mon avis, juste après s'être retenu d'ajouter quelque chose. Il cherche à me tester ? J'aspire une grande bouffée d'air froid avant de prendre la parole. L’air est aussi glacial qu’à Karond Kar. Que dit mon instinct ?

- "Que c'est notre responsabilité de ne pas transformer ce raid en fiasco. Cette absence de navires mon-keighs, puis de guerriers indique soit un affaiblissement considérable, soit qu'un rassemblement militaire a eu lieu. Peut-être mon père est-il tombé dessus... Et que Megeth fonce droit dans le piège. Ou que quelque chose d'encore plus dangereux rôde dans la région. Une bestiole du Chaos, une harde d'hommes-bêtes. Peut-être des Skuaats ? Il paraît qu'il en existe encore dans les montagnes, l'occasion serait belle de profiter de l'échec d'Archaon."

Je garde le silence quelques instants, agacée par tant de mystères.

- "Mais assez de conjectures. Connaissez-vous des rites ayant lieu à cette période de l'année chez ces macaques ? "

Cette question est dirigée vers Kehen, mais Kovus est également assez expérimenté pour peut-être pouvoir y répondre. Ma seconde question est toutefois spécifiquement pour lui.

- "Que savez-vous de la région ? Des évènements troublants lors de vos derniers raids sur ces côtes ?"

J'attends leurs réponses, avant de lancer mes ordres suivants.

- "En attendant que l'Ombre nous donne une direction, je veux y voir plus clair. Kovus, choisissez six hommes, les plus médiocres lors des pillages, pour garder le Karybde et la cargaison. Vous m'avez bien entendu, juste le Karybde. Je veux un moyen de retourner à Karond Kar. La cargaison de Megeth peut bien crever en hurlant, pourvu qu'elle fasse diversion. Formez aussi des patrouilles. S'il y a des mon-keighs ou quoi que ce soit d'autre en maraude dans le coin, je veux le savoir au plus vite. Qu'ils soient tous de retour sur la plage dans une demi-heure. Restez sur le navire avec une quinzaine de matelots, essayez de mieux camoufler notre navire. Je vous rejoins dans deux minutes." Kovus prend congé. Je me tourne vers l'interprète. "Kehen, allez voir -"

"Vos cousins". Pas passé loin, celle-là. Je reprends après une infime hésitation.

- "La cargaison, d'abord la nôtre. Demandez pourquoi si peu de guerriers se trouvaient dans les villages, et ce qu'il se passe dans la région. Ensuite, allez voir celle de ma sœur, demandez quelle réaction avait son équipage en quittant le navire, des indices sur leur direction, ou si quoi que ce soit leur a semblé bizarre. Une place au chaud dans les cages du Karybde pour ceux qui auront donné une information utile. Une séance de torture entre mes mains s'ils ont menti.

Je suis les pas de Kovus.

- "Une demi-heure, Kehen. Au travail."
Modifié en dernier par [MJ] La Fée Enchanteresse le 07 juin 2020, 01:09, modifié 1 fois.
Raison : +6 XP
Akisha Drakilos, Voie du Noble Aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_akisha_drakilos
Compétences :
Alphabétisation (E)
Diplomatie (B)
Acuité Visuelle (B)
Vision Nocturne (E)
Navigation Maritime (A)
Langage Secret - Jargon des Marins (E)
Autorité (B)

Équipement :
- Cimeterre de Corsaire (18+1d8 dégâts, 10 points de parade ; Rapide)
- Kheitan léger (9 de protection au torse, bras et tête ; -1 ATT, HAB et PAR)
- Bouteille de fumet de manticore (Le premier coup porté par une arme enduite de fumet de manticore et qui inflige des dégâts impose un test d'INT-2. En cas d'échec le sujet s'endors. Il doit par ailleurs réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir.)
- Collier en or

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 63

Re: [Akisha] Fratricide

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

À la question de sa maîtresse sur les rites, Kehen se contenta de hausser dédaigneusement les épaules.

« Tout dépend d’où on est tombés. »

Un silence accompagna sa déclaration. Kovus le regarda alors bien méchamment, en fronçant les sourcils :

« Oui. Tu peux être plus clair s’il te plaît ?
– Eh bien… Les mon’keigh qui s’appellent entre eux Norses ne sont pas vraiment un peuple uni. Ils ont quelques coutumes, une façon de vivre, des Dieux similaires… Mais ils forment des confédérations de peuplades qui ont toutes leurs propres traditions.
On est en fin d’hiver, début de printemps… Je connais pas beaucoup les Norses mais je suppose qu’ils vont avoir des festivals pour fêter le changement de saison, des événements comme ça.
Sauf que si c’était le cas, on aurait découvert des villages bourgeonnants et pleins de mondes. Pas des hameaux où les hommes ont déserté leur devoir de garde. »


Kovus haussa les épaules devant le peu d’indices qu’accordait leur interprète.

« Cela fait un moment que je ne suis pas revenu piller en Norsca. Mais d’ordinaire c’est plus difficile que ça, les raids. On doit être rapide, faire une descente dans un village, et partir avant que les drakkars n’arrivent pour se venger.
La Norsca elle-même, en dehors des côtes, on a vite appris qu’il ne fallait pas aller à l’intérieur des terres. Il y a d’énormes étendues de vide, il fait froid, et les guerriers qui y vivent connaissent leur pays comme leur poche. Un bon maraudeur il nous suit discrètement de loin sans qu’on puisse lui tirer dessus pendant des jours, et une fois qu’on tombe dans un piège, sur un monstre ou dans une embuscade, on est complètement ferré. J’ignore pour quelle raison votre père a abandonné son navire avec tout son équipage, mais les chances de le retrouver sont plutôt minces.

– Et faut espérer que les Norses du coin ne vénèrent pas le Serpent. »

Kehen avait dit cette phrase du tac-au-tac, bien froide. Mais il grimaça juste ensuite, tout comme Kovus qui tiqua des lèvres et se mit à regarder ses pieds.
Bien peu de choses pouvaient terrifier un Druchii. Arrogants parmi une race d’arrogants, ils avaient appris à ridiculiser toutes les races et toutes les factions qui vivaient à travers les continents de cette Terre. Mais le Serpent-qui-a-Soif était bien l’une de ces seules choses qui empêchait un Elfe Noir de dormir la nuit.
Finir entre ses crocs était la promesse d’un néant fait de martyr.

Après quoi, Akisha donna ses ordres. Les deux Elfes noirs les reçurent, mais ne purent s’empêcher de continuer à discuter alors qu’ils retournaient vers le navire.

« Quand la marée commencera à baisser, le Karybde sera échouée jusqu’à ce que la marée remonte.
Si vous voulez on peut éloigner le navire. Puis redescendre avec un groupe en chaloupe sur la plage. Ça fait que le Reaver sera prêt à repartir à n’importe quel moment, quoi qu’il arrive.
Mais peut-être que c’est pour ça que votre père et votre sœur ont largué leurs navires directement sur une plage. Pour ne pas donner l’envie à leurs corsaires de remonter et de s’échapper. »


Le second mit ses pieds dans l’eau et siffla pour qu’on lui descende les filets sur lesquels s’agripper pour rembarquer. Derrière, le traducteur grommela un peu.

« Je vais faire ce que je peux, mais c’est pas ma spécialité d’interroger des gens. Une demi-heure ça risque d’être court pour dire à tout le monde ce que je veux dire.
Et puis… Puis les Norses, c’est pas les singes dont vous avez l’habitude. Même leurs femmes s’entraînent à se battre pour défendre leurs maisons. Même leurs rejetons sont obsédés par leur honneur et leur liberté. C’est compliqué à interroger ces abrutis.

– T’as qu’à demander l’aide de Vateci ! Hurla un Kovus tout en haut des cordes, et qui se retournait déjà pour aider sa maîtresse à monter.
– Oui, elle est serviable comme ça... »

Image

Le Karybde était un magnifique Reaver. Galéasse à voiles, des rameurs pouvaient suppléer la navigation si le vent n’était pas favorable. Élancé, élégant, c’était un navire apte à remonter des courants traîtres et des fleuves étroits. Sa faiblesse était peut-être sa fragilité et son manque d’armement ; Quatre balistes faucheuses de chaque côté étaient le seul équipement offensif du navire, à l’exception du terrifiant éperon avec lequel il fallait percuter les flancs des navires ennemis pour les déchiqueter. La marine Elfe Noire préférait reposer sa puissance de destruction sur l’utilisation de monstres soigneusement dressés et manipulés par quelques effets magiques, d’autant plus lorsqu’ils sortaient du ventre d’épaisses Arches Noires. Monstres dont Akisha ne disposait pas actuellement.

Une fois sur le pont de son navire, le capitaine remontait devant des Corsaires en armure, leurs arbalètes à répétition iconiques bien proches d’eux. Tous courbaient le dos à son passage, tandis que l’une d’entre eux quitta les rangs des sentinelles pour venir se planter juste devant Akisha et faire une révérence bien sèche et bien courte.
Image


Vateci Tullaris, maîtresse de la discipline.

Si Kehen et l’Ombre étaient des nouveaux venus fort étranges, Vateci accompagnait Akisha depuis un long moment. C’était une fille noble d’un clan très mineur, trop mineur pour offrir un navire à chacun de ses enfants. Une Elfe fine, élancée, elle était élégante en des circonstances bien étranges, puisque même la vie au milieu d’un navire qui voguait dans le froid glacial et les tempêtes agitées ne l’empêchait jamais de se coiffer et de se vêtir de beaux vêtements. À sa ceinture, elle portait un fouet ; En tant que contre-maître du navire, elle était chargée de maintenir la discipline à bord, parmi les matelots et parmi les esclaves. Mais si elle pouvait se montrer réellement sadique envers ces derniers, elle dirigeait plutôt les corsaires grâce au respect qu’ils lui vouaient.
Akisha avait eu l’occasion de voir Vateci se battre plus d’une fois ; Elle faisait partie des meilleures lames de Karond Kar. Ça rendait son mauvais caractère plus tolérable.

« Tous les navires ont été fouillés, je suis en train de battre le rappel des troupes.
Le navire de votre sœur est parfaitement intact. Elle a emporté des vivres et du matériel avec elle, elle semble partie pour faire une expédition un moment.
En revanche, sur celui de votre père, on a encore trouvé des tonneaux pleins. Et il y avait des traces de lutte sur le pont. Sang, carreaux, dégâts sur la coque et les voiles…
Il est parti précipitamment. »

Kovus mit ses mains dans le dos alors qu’il se plaçait aux côtés de son capitaine.

« Maîtresse Akisha souhaite organiser des patrouilles afin que nous sachions où nous sommes tombés.
– Compréhensible.
Dites, c’est juste une suggestion, maîtresse, mais tant que nous sommes ici… On pourrait peut-être se servir dans la cale de votre sœur ? Prendre les esclaves les plus solides, les richesses qu’elle a pillés. C’est toujours ça de pris sur elle. »


Kovus eut un sourire narquois à cette idée. Mais il se retourna vers son capitaine pour lui parler.

« Votre sœur a de l’avance sur vous. Je suggère que nous attendions que l’Ombre nous en dise plus avant d’envoyer des hommes en patrouille. »

Kehen termina lui aussi de remonter à bord. Il trotta dans le dos de sa maîtresse et salua son poing sur le cœur, tandis que trois paires d’yeux se dirigeaient sur lui.

« Le temps joue contre nous, maîtresse. Il fera bientôt nuit.
Doit-on laisser le navire sur la plage, ou le faire attendre plus bas ? Doit-on piller la cargaison de votre sœur ? Souhaitez-vous que l’on interroge soigneusement et que l'on torture ou que l'on fasse un questionnement plus sommaire ? »

Avatar du membre
Akisha Drakilos
PJ
Messages : 14

Re: [Akisha] Fratricide

Message par Akisha Drakilos »

Après une réponse sèche, Kehen se laisse attendre. Je le fusille du regard, mais Kovus se charge de le reprendre immédiatement. Tant mieux. J'ai mieux à faire que de jouer les garde-chiourmes pour les grandes gueules de l'équipage.
Je garde un regard sévère sur Kehen tout le temps dans sa tirade sur les coutumes Norses, comme il dit. Il peut bien leur donner le nom qu'il veut, les mon-keighs restent de la matière première en devenir.
J'écoute avec plus de sérieux les informations données par mon second. Kovus peint un portrait terrifiant de notre environnement et de ses habitants. Il fait bien de me rappeler les dégâts dont ces singes sont capables. Quant on voit ce qu'à pu faire l'un de ses simiens à mon frère avec un épieu entre les mains...
Kehen ponctue par une remarque sur la foi de certains de ces clans allant pour le Corrupteur. Tandis qu'ils regardent au sol, tout penauds, je crache un glaviot sur le sable.
Sans doute le prennent-ils comme un geste pour éloigner le mauvais sort. C'est pour moi un défi lancé au Serpent. Je lui crache au visage, et le défit de venir chercher mon âme. Morai-Heg me protégera, comme la prophétiser ma mère.

Mais ces deux-là semblent avoir une véritable frousse de l'après-mort. Autant essayer de jouer là-dessus.

- "S'ils l’idolâtrent, ils auront droit à la double dose. Mais pour cela, nous devons rester organisés", déclare-je en lançant un regard équivoque à Kehen.

Comme nous nous dirigeons vers le Karybde, Kovus donne son avis pour positionner le Reaver. J'écoute attentivement ses remarques, et me permet même le luxe de sourire en coin à son dernier commentaire. Je ne peux croire que mon père en soit réduit à ce type de stratagème. Il est assez prestigieux et expérimenté pour ne pas en avoir besoin. Pour Megeth en revanche...
Alors que j'avance sur le pont, mes hommes interrompent leurs préparatifs pour me saluer. Le moral semble correct. Je ferai le point avec Vateci plus tard. Battements du cœur régulier, respiration sereine, visage placide. Bien.

Dans mon dos, Kehen est déjà en train de râler. Je m'apprête à me retourner vers lui, mais la contre-maître entre justement dans mon champ de vision. J'accepte d'un hochement de tête sa révérence sommaire : en sa qualité de noble, elle ne m'obéit après tout que pour des raisons hiérarchiques. Malgré certains double-jeu occasionnels, de mise dans la grande partie d'échecs de la noblesse, on peut considérer sans trop se tromper que les Tullaris font partie de la sphère d'influence des Drakilos. L'intégration de Vateci est d'ailleurs une faveur accordée des décennies déjà, une faveur amplement remboursée depuis par ses exploits.
Bien qu'elle est un tempérament un peu trop ferme, qui demande à réaffirmer mon autorité occasionnellement, je l'apprécie. Bien sûr, je ne le lui dirai jamais en face, Khaine m'en soit témoin ! Mais comme Kovus, Vateci est un subalterne fiable et compétent. En ce moment, c'est aussi l'une des rares nobles qui soient avec moi dans ce bourbier...

Croisant les bras, j'écoute le rapport de la contre-maître, puis leurs échanges. Kovus me donne finalement une synthèse des questions abordées. Je me retiens de faire une remarque déplaisante sur ce traitement infantile.
Encore une des leçons de mon père : ne jamais remettre en place un officier devant d'autres subalternes. Cela nuirait au respect qu'ils ont envers lui. Je lui ferai la remarque dans une autre occasion, lorsque nous serons seuls.

- "Maintenez les patrouilles", ordonne-je en éloignant les préoccupations de Kovus d'un geste. "Rekhilve nous donnera une direction. Vous m'avez dit que les mon-keighs d'ici étaient forts pour nous espionner, Kovus. Savoir où nous sommes m'intéresse moins que de savoir si nous sommes déjà repérés." Je garde le silence quelques instants, avant de reprendre. "Mais j'apprécie votre prudence. Ordonnez aux patrouilles de rester à portée de voix du Karybde, qu’ils surveillent si des yeux trop curieux nous observent. Je maintiens également la limite de trente minutes. Puisque la nuit est sur le point de tomber, nous ne devons pas tarder à suivre l'équipage de ma sœur. L'obscurité est l'un des rares avantages que nous avons sur les mon-keighs dans cette région."

Pour l'emplacement du Reaver, la question est plus délicate. Je n'ai aucune illusion sur une trahison des six malchanceux qui devront garder le navire : ils n'iraient pas loin à manœuvrer un Reaver en sous-effectif en pleine mer. Toutefois, ce que l'on gagne en rapidité d'exécution en mouillant l'ancre, on le perd en discrétion.

- "Je ne vois pas d'inconvénients à mouiller le Reaver au large, à moins qu'il n'y ait des évidences sur la présence de navires mon-keighs proches." Je me tourne vers Vateci. "Des indices sur les assaillants du navire de mon père ? Les dommages sur la coque, sont-ils dû à un éperon ou à des récifs ?"

J'attends la réponse de Vateci, puis hoche la tête. Mon second ayant ses consignes, je demande à ma contre-maître de rester et à Kehen de s'approcher.

- "Une demi-heure est en effet trop court pour manier le bâton, utilisez la carotte. Proposez une ration ou un pot de chambre en échange de réponses. Si besoin, chatouillez leurs marmots pour leur délier la langue. Demandez à Magnouvac de vous assister, s'il n'a rien de mieux à faire. Ses compétences anatomiques devraient vous aider à faire pression sans trop abîmer la marchandise." Je me tourne vers Vateci. "Vous avez carte blanche pour vider les cales de ma sœur. Si besoin, faites de la place dans nos cages en mettant nos plus faibles dans celles de Megeth. Je ne veux pas inutilement surcharger les cales. Allez-y, Kehen."

Je garde Vateci avec moi un instant avant de la laisser organiser le pillage du navire de Megeth.

- "Comment est le moral de l'équipage ? Des rumeurs, des inquiétudes ?"
Modifié en dernier par [MJ] La Fée Enchanteresse le 07 juin 2020, 23:04, modifié 1 fois.
Raison : +6 XP / Total : 12
Akisha Drakilos, Voie du Noble Aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_akisha_drakilos
Compétences :
Alphabétisation (E)
Diplomatie (B)
Acuité Visuelle (B)
Vision Nocturne (E)
Navigation Maritime (A)
Langage Secret - Jargon des Marins (E)
Autorité (B)

Équipement :
- Cimeterre de Corsaire (18+1d8 dégâts, 10 points de parade ; Rapide)
- Kheitan léger (9 de protection au torse, bras et tête ; -1 ATT, HAB et PAR)
- Bouteille de fumet de manticore (Le premier coup porté par une arme enduite de fumet de manticore et qui inflige des dégâts impose un test d'INT-2. En cas d'échec le sujet s'endors. Il doit par ailleurs réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir.)
- Collier en or

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 63

Re: [Akisha] Fratricide

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

La question de son capitaine sur l’origine des dégâts du vaisseau de son père rendit Vateci légèrement perplexe. Elle perdit son petit sourire narquois et assuré, et haussa les épaules.

« C’est… Compliqué, maîtresse.
Je ne sais pas trop comment expliquer. Il y avait du sang à bord, des traces de projectiles, de traits de toutes sortes. Mais le flanc de la coque a été comme… Raclé. Peut-être des récifs, effectivement. »


Kovus hocha de la tête.

« On a dû essayer de le forcer à s’échouer.
Mais votre père avait un merveilleux pilote avec lui. Il ne se serait pas laissé prendre par surprise. Encore moins avec un Reaver aussi élancé que le sien.
Mathlann nous protège. »


Vateci haussa les épaules.

« Eh bien son navire ne s’est pas échoué, donc son pilote devait pas être si mauvais que ça.
– Il a sûrement posé son vaisseau ici en urgence avant de s’enfuir. Cette situation est très étrange. »

La maîtresse termina de donner ses ordres. Lorsqu’elle suggéra à Kehen d’enrôler le chirurgien du navire pour l’aider, il devint encore plus pâle que son teint de Druchii ordinaire.

« C’est pas de gaieté de cœur, maîtresse. Votre médicastre me fait froid dans le dos.
– Si tu continues de discuter les ordres chaque fois que tu en as l’occasion, crois-moi que le docteur ne sera plus la seule personne que tu craindras. »

Si Kovus appréciait les traits d’esprit et le joli timbre de voix du jeune Kehen, il n’y avait personne sur ce navire qui énervait plus Vateci. La maîtresse de discipline posa une main à son fouet, aussi l’interprète fit une grande courbette à son capitaine, avant de disparaître dans la cale aux esclaves. Kovus prit également congé pour aller exécuter tous les ordres qu’on lui avait donnés, comme un bon subalterne.
Vateci se préparait à faire de même, lorsque Akisha la prit à part. Elle réfléchit un peu longuement à la question, en observant ses Corsaires qui montaient la garde un par un.

« Eh bien, maîtresse…
Je suis payée pour maintenir la discipline à bord. Donc je vais vous en parler de la discipline à bord : Elle n’est pas au mieux.
Vous êtes accompagnée de soldats très compétents, et très fiers. Ils vous suivent pour la promesse de gloire et de pillage, on a eu plus du second que du premier pour l’instant. Aller sauver votre père au milieu de la Norsca, d’ordinaire, ça ne les ferait pas peur. Mais s’ils doivent se retrouver à courir dans la neige bien loin du navire et de la mer à laquelle ils sont mariés, juste pour votre intérêt à vous…
Il faut leur promettre du butin et des richesses. C’est tout ce qui les motive. Mais pas sûr qu’on en trouvera beaucoup en Norsca. »


Elle fit alors un petit sourire. Elle voulut dire quelque chose, lorsqu’on entendit un grand sifflement.
Très loin, sur la plage, l’Ombre Druchii qui n’était qu’un petit spectre à cette distance, faisant un grand mouvement de main. Plutôt que de venir marcher jusqu’à son capitaine pour lui faire son rapport, elle attendait que son capitaine vienne à elle.
Rien que ça fit pester Vateci, qui grogna.

« Elle aussi, elle se prend pas pour de la merde…
Franchement, maîtresse, ceux que vous avez ramenés sur ce navire font démanger mon fouet. Entre le petit Scion qui passe son temps à se tourner les pouces et elle qui reste bien à l’abri dans son coin à parler à personne, ils foutent les Corsaires à cran.
Hé, ça ne regarde que vous, mais si vous avez besoin que je les marque un peu… Je sais faire ça bien, y a pas que Magnouvac qui aime torturer la chair. »


Elle avait dit ça avec une petite lueur pétillante dans son regard. La promesse de sadisme sur des Druchii qu’elle ne respectait pas semblait éveiller quelques appétits en elle.

Avatar du membre
Akisha Drakilos
PJ
Messages : 14

Re: [Akisha] Fratricide

Message par Akisha Drakilos »

Des traits. Des "traits de toute sortes", et des éraflements suspects sur la coque. On a pris le navire de mon père au dépourvu, assez pour le forcer à accoster, au péril des récifs. Mais quel genre de vaisseaux pourraient surprendre des marins Druchiis de la sorte ? Pour le forcer non pas à reprendre le large, mais à se ruer sur terre, pour prendre la fuite ?

Et si le danger... Était venu d'en bas ? Si les dégâts sur la coque n'étaient pas que dû à des récifs ? Nous avons bien des créatures domptées pour accompagner nos flottes et défendre les Arches Noires. Nous sommes proches des Désolations, je ne serai pas étonné que les adeptes des Dieux Sombres se soient liés d'amitié avec d'immondes bestioles des fonds marins.
Pendant que je réfléchis, je n'écoute que d'une oreille distraite Kehen se faire remonter les bretelles par Vateci. Après que celui-ci soit partie, et que ma contremaître ne s'apprête à me faire son rapport, je lève une main.

- "Un instant, s'il vous plaît." Je me dirige à pas hâtifs vers Kovus. "Annulez la manœuvre et camouflez le navire à terre. Si mon père a préféré s'enfuir sur terre plutôt que sur mer, c'est que la Grande Verte n'est pas sûre. Si ce n'était que d'autres navires, avec le pilote qu'il avait, mon père aurait s'enfuir. Les dégâts sur la coque ne proviennent peut-être pas que des balafres sur des récifs, ou même d'autres navires."

Je retourne voir Vateci. Son rapport ne me surprend pas vraiment. Aussi expérimentés qu'ils soient, mes Corsaires n'en restent pas moins des mercenaires des mers, et ne me sont pas liés par liens du sang.
Il convient donc de créer des liens de substitut.

- "Pas surprenant," opiné-je. "Je compte faire une mise au point avant de partir vers l'intérieur des terres, pour tranquilliser les plus soucieux. J'ai le sentiment que des cadavres sortiront des placards d'ici la fin de cette histoire. Megeth a préféré lancer une course plutôt que de jouer la coopération. Tout le prestige rapporté à Karond Kar par le sauvetage de mon père ne tombera que sur une personne, et donc son équipage," ajouté-je avec un petit sourire. "Je sais que nous sommes dans une situation délicate, et je n'oublierai pas les comportements des uns et des autres. Des places vont se libérer à notre retour, et contrairement à Megeth, je n'oublierai pas de renvoyer les faveurs une fois à Karond Kar si j'en ai l'occasion." Je regarde Vateci les yeux dans les yeux : le message que je vais lui dire doit absolument passer. "Vous voulez monter en grade à l'issue de cette affaire, Vateci ? Aidez-moi à diriger cette équipage à la baguette."

Comme Vateci s'apprête à me répondre, je lève de nouveau une main pour l'interrompre.

- "Pas de paroles en l'air. Réfléchissez-y. Si vous acceptez, montrez-le par des actes. Le discours de tout à l'heure sera un bon échauffement."

Le signe de l'Ombre semble être une distraction bienvenue pour permettre à Vateci de réfléchir à ma proposition, changeant de sujet dans la foulée. J'accepte le prétexte, et discute sur un ton plus léger.

- "Ces deux-là se savent indispensables pour notre excursion chez les mon-keighs, leur attitude ne va pas s'arranger. Je plisse les yeux vers Rekhilve, qui continue de faire de grands moulinets avec son bras. "Tant que notre situation ne se sera pas stabilisée, nous devrons tolérer leurs petites pitreries. Mais s'ils prennent la grosse tête, n'hésitez pas à leur rappeler qu'ils ont besoin de nous pour revenir en Naggaroth. Gardez votre fouet pour la route du retour, Vateci. En attendant..."

Vateci ayant aussi ses ordres pour la prochaine demi-heure, je m'éloigne de la contremaître pour redescendre sur la plage, vers la petite silhouette au loin de l'Ombre, m'enjoignant de la rejoindre dans une tentative futile d'imposer son autorité sur moi.
Modifié en dernier par [MJ] La Fée Enchanteresse le 10 juin 2020, 02:15, modifié 1 fois.
Raison : +6 / 18
Akisha Drakilos, Voie du Noble Aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_akisha_drakilos
Compétences :
Alphabétisation (E)
Diplomatie (B)
Acuité Visuelle (B)
Vision Nocturne (E)
Navigation Maritime (A)
Langage Secret - Jargon des Marins (E)
Autorité (B)

Équipement :
- Cimeterre de Corsaire (18+1d8 dégâts, 10 points de parade ; Rapide)
- Kheitan léger (9 de protection au torse, bras et tête ; -1 ATT, HAB et PAR)
- Bouteille de fumet de manticore (Le premier coup porté par une arme enduite de fumet de manticore et qui inflige des dégâts impose un test d'INT-2. En cas d'échec le sujet s'endors. Il doit par ailleurs réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir.)
- Collier en or

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 63

Re: [Akisha] Fratricide

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Kovus s’arrêta donc pour entendre le changement soudain d’ordres de son capitaine. Il en parut un peu étonné.

« Camoufler ? Sur la plage ?
Il n’y a aucun endroit où planquer le navire. Je pensais qu’il serait plus en sécurité éloigné de la berge, justement au cas où des maraudeurs tentent de le piller…
Mais soit. Vos instincts et vos ordres, maîtresse. »


La maîtresse de discipline aussi entendit les directives de sa supérieure. Elle se contenta de hocher de la tête plusieurs fois, sans faire de commentaires quelconques.

« Je ferai ce pour quoi j’ai été engagée. Je n’ai pas l’habitude de décevoir. »

Une fois autorisée à rompre les rangs, elle fit une courte révérence et se mit à siffler les Corsaires pour aller distribuer les ordres de son capitaine. Akisha put donc tranquillement redescendre, et traverser longuement la plage jusqu’à l’Ombre qui attendait patiemment que son capitaine approche.

Image

Rekhilve était une Druchii plutôt jeune. De doux yeux bleus, un visage juvénile, elle pourrait presque passer pour une Asur bien innocente si seulement elle n’était pas constamment enserrée d’un sordide mantel noir. Les Ombres de l’Échine Noire traînaient une réputation sulfureuse et inquiétante. Enfant, la mère d’Akisha menaçait sa fille lorsqu’elle était trop sage, en lui disant qu’un de ces guerriers sournois viendrait dans son sommeil l’enlever afin de la dévorer.
Rekhilve ne fit aucune courbette à Akisha. Et contrairement à tous les corsaires du Karybde, elle commença à parler sitôt que la capitaine fut à portée de voix, sans même lui donner du « maîtresse » protocolaire.

« Votre sœur est partie il y a quatre heures. Traces fraîches. Grand groupe. Elle sera lente.
Je crois voir quelle position. Pas certaine. Mais je suis prête à parier trois doigts de ma main gauche qu’avant la tombée de la nuit, quand la température baissera, elle fera un feu. Elle sera découverte immédiatement alors. »

Elle avait une toute petite voix. Plus douce qu’on imaginerait en la voyant. Mais elle parlait en regardant Akisha directement dans les yeux, sans même battre des paupières une seule fois.

« Je vous suggère de poursuivre avec un petit groupe. Quatre, cinq Druchiis, maximum. Plus rapide. Les Norses ont sûrement des villages. Des chevaux qu’on peut capturer. C’est plus simple de bouger un petit groupe mobile qu’une vingtaine d’hommes. »


Règle spéciale : « Paranoïa druchii » : Tous les jets de charisme d’Akisha face à des Druchiis habitués à vivre au milieu des complots de Naggaroth (Notamment les nobles) seront cachés. Je les noterai à part afin de savoir si les discours du capitaine ont un quelconque effet sur ses troupes, mais Akisha – et donc le joueur derrière – n’a aucun moyen de savoir si ses paroles sont positives ou négatives dans leurs esprits.

Jet de charisme sur Vateci : Caché.

Avatar du membre
Akisha Drakilos
PJ
Messages : 14

Re: [Akisha] Fratricide

Message par Akisha Drakilos »

Vas-y, continue tes bravades, petite tribale aux yeux de biche. Chaque insolence est une heure de plus entre les mains de Vateci.
Quand j'étais jeune et Nokhis encore loquace, il s'amusait souvent à détailler avec un réalisme cru les coutumes des barbares de l'Échine Noire. Et ma mère repaissait une seconde couche derrière pour me pousser à me dévergonder davantage.
Je compte bien être à la hauteur de ces récits. L'attente décuplera le plaisir de la correction donnée à cette arrogante.
Au retour. Patience, la tribale.

En attendant, je dois bien reconnaître que ce qu'elle dit n'est pas franchement idiot.
Un petit groupe pour doubler celui de ma sœur. Un pari risqué, dans ce pays inconnu. Mais dans ma situation, je n'ai pas le luxe de choisir la meilleure des solutions. Seulement la moins pire d'entre elles.
Un plan se dessine. Très bien. Mon choix est fait.

- "Je retiens l'offre. J'espère que vous n'accordez pas trop d'importance à ces doigts. Ou que vos compétences ne sont pas usurpées," déclaré-je d'un ton flegmatique.

Un marché comme je les aime. Soit j'identifie la position de ma soeur, soit l'effrontée qui me sert de guide sortira de l'histoire avec quelques os en moins et, avec un peu de chance et d'intelligence, du respect en plus.
Aucune envie de parler plus que nécessaire à cette malpropre. Je la congédie d’un geste et retourne au navire, accrochant sur mon chemin Vateci, occupée à diriger le pillage en règle du Reaver de ma soeur.

- "Passez le mot aux hommes : le discours est maintenu, mais nous ne partirons pas immédiatement après. Une fois le navire de Megeth nettoyé, participez aux interrogatoires de Kehen et Magnouvac. Rendez-vous dans une demi-heure."

Cela fait, je rejoins le Karybde et m'adresse à Kovus. Dernière étape.

- "Dans ma cabine."

Une fois dans ma pièce, je m'assure que tout est bien fermé.

- "Bien. Je n'ai pas l'habitude de tourner autour du pot. Nous sommes dans une situation périlleuse, à jouer une course à l'échalote face à ma sœur. Grands risques, mais grands gains. Je ne doute pas que ma sœur a planifié son coup, et a des agents ici-même. La loyauté du reste de mon équipage fera la différence, et celle de mon second plus que tout autre." Je me passe une main dans mes cheveux, gagnant du temps pour trouver une tournure de phrase convenable. "Si je sors vainqueur, ma position me permettra de renvoyer les faveurs que je contracte ici et maintenant. Que diriez-vous de retour à Karond Kar d'être nommé capitaine ?"
Modifié en dernier par [MJ] La Fée Enchanteresse le 16 juin 2020, 19:14, modifié 1 fois.
Raison : +6 / 6
Akisha Drakilos, Voie du Noble Aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_akisha_drakilos
Compétences :
Alphabétisation (E)
Diplomatie (B)
Acuité Visuelle (B)
Vision Nocturne (E)
Navigation Maritime (A)
Langage Secret - Jargon des Marins (E)
Autorité (B)

Équipement :
- Cimeterre de Corsaire (18+1d8 dégâts, 10 points de parade ; Rapide)
- Kheitan léger (9 de protection au torse, bras et tête ; -1 ATT, HAB et PAR)
- Bouteille de fumet de manticore (Le premier coup porté par une arme enduite de fumet de manticore et qui inflige des dégâts impose un test d'INT-2. En cas d'échec le sujet s'endors. Il doit par ailleurs réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir.)
- Collier en or

Avatar du membre
[MJ] La Fée Enchanteresse
Maitre de jeu [MJ]
Messages : 63

Re: [Akisha] Fratricide

Message par [MJ] La Fée Enchanteresse »

Le fidèle pilote affichait son air flegmatique tout à fait habituel. À la proposition d’Akisha, en revanche, une certaine corde sensible semblait avoir vibré ; Il ne put s’empêcher d’avoir un petit tic des lèvres, un tout petit début de sourire à la commissure, qu’il s’efforça du mieux qu’il put de retenir, afin de reprendre sa posture habituelle. Il plaça une main dans son dos, et reprit la parole avec un petit délai de latence.

« Maîtresse, je suis un humble roturier. J’ai servi loyalement votre famille plus d’un siècle durant, mais je n’ai jamais espéré commander mon propre navire. Je ne suis pas sûr que la société de Karond Kar l’apprécierais.
Ce serait un honneur gigantesque que vous me feriez. »


La plupart des pilotes auraient pris cette promesse pour une simple idée lancée en l’air. Pourtant, Kovus cru peut-être déceler de la sincérité dans les yeux d’Akisha.
C’était beaucoup promettre. Beaucoup.
Mais cela semblait fonctionner.

« Vous avez toujours pu compter sur moi. Je ne vous décevrai pas en cette heure si importante pour vous.
Qu’importent les ordres que vous me donnez, je m’assurerai d’y obéir.
Vous avez réussi à prendre une décision, sur ce que vous comptez faire ? »






Une fois la discussion terminée avec Kovus, Akisha décida de rejoindre dans la cale pour voir comment Kehen s’en sortait avec les interrogatoires. Elle retraversa le pont de son Reaver devant des corsaires bien occupés, et une à une, descendit de longues marches craquantes pour se retrouver dans la soute où les esclaves étaient enfermés.
Ils étaient parqués comme du bétail dans une espèce de grande cage. Tous étaient liés par des chaînes, des menottes aux bras et un alganon forçant leur tête à se baisser. Des hommes, des femmes, quelques enfants. Seuls ceux en bonne santé, capable de survivre au voyage, avaient été attrapés par les corsaires ; On avait préféré proprement sacrifier à tel ou tel Dieu du Cytharai ceux qui n’auraient pas une valeur marchande suffisante.

Hors de la cage, un homme avait été attaché. Un humain avachi sur la table d’opération que le chirurgien avait fait déplacer, de solides liens de cordages le retenant malgré ses mouvements très vifs pour se débattre. Au-dessus de lui, Kehem était en train de lui parler doucement, dans sa langue d’humain, en croisant les bras. Le séquestré se contentait de lui rugir dessus, en postillonnant. Probablement pas des propos très constructifs.
En entendant Akisha descendre, Kehem fit une énième révérence. Et là, la capitaine pu découvrir un autre membre de son équipage : Magnouvac.

Ce qui était le plus remarquable chez Magnouvac, c’est à quel point il n’avait aucun trait remarquable. Taille moyenne, visage quelconque, cheveux mi-longs bien peignés, il portait des vêtements sans aucune extravagance. Il avait un profil plutôt disgracieux, sans pour autant être véritablement laid. Il ressemblait à un Druchii parmi des milliers d’autres Druchiis, facile à confondre, difficile à remarquer. Devant lui, il avait sortit tout un set de couteaux, de pinces, d’outils tranchants en tout genre avec lesquels il était censé maintenir la bonne santé au sein de l’équipage.
Absolument personne n’avait envie de voir Magnouvac trifouiller ses dents à la recherche d’une carie. Maniéré, et poli, il se dégageait de lui une espèce d’aura malveillante, beaucoup plus calme et contrôlée que chez d’autres sadiques de sa race.

« Maîtresse Akisha. L’on m’a demandé d’assister votre interprète lors de l’interrogatoire que vous souhaitiez, mais il a décidé de refuser mon aide. »

Kehem eut un tic des sourcils en regardant le chirurgien. Il sembla le menacer de médecin de mort par ses yeux. Il se retourna ensuite bien vite vers la capitaine, pour lui expliquer :

« Cela fait vingt minutes que je lui parle. Il n’a rien à nous apprendre.
Ces gens que nous avons capturé ne sont pas des Maraudeurs. Ni même leurs familles. Ce ne sont que des thralls, des esclaves, et pas ceux qui avaient le plus de valeur pour être laissés tout seuls, sans surveillance, prêts à être enlevés par le premier envahisseur venu.
Ils ne sont au courant de rien. Les torturer est une perte de temps. »


Magnouvac se retourna avec un air sévère. Il releva bien ses épaules en arrière, pour se donner un bon air docte, et prit un ton bien condescendant pour répondre au jeune exilé :

« Torturer cet homme devant les autres pourra de toute manière délier quelques langues. Bien peu de gens résistent à la douleur, même lorsqu’ils sont pleins de haine comme c’est le cas de ces gorilles.
D’ailleurs, avec votre permission, maîtresse, j’aimerais si possible extraire certains organes de l’un d’eux. Je sais que c’est votre marchandise, et qu’elle a de la valeur, mais maîtresse Vateci m’a appris qu’on allait pouvoir se servir dans la cargaison de votre sœur… Cela aurait un grand intérêt intellectuel pour moi que de pouvoir conserver les organes de l’un d’eux ! »


Il avait dit ça tout sourire, sans aucune méchanceté, comme un zoologiste tout heureux à l’idée de pouvoir agrandir sa collection d’insectes.
L’homme accroché à la table continuait de rager et de bouger dans tous les sens. Kehem soupira.

« Il se contente de répéter des injures sur nos aimantes mères, grand-mères et arrière-grand-mères.
Maîtresse, je ne suis pas un tortionnaire, mais je vous assure qu’on apprendra rien d’eux.

– Il a raison, il n’est pas tortionnaire, maîtresse.
Il est clair que le jeune Kehem n’a pas les capacités d’obéir à votre ordre. Ou peut-être pas la volonté. Il vous désobéit.
Vous pourriez me donner l’ordre de m’en charger et l’obliger à m’assister, plutôt que faire l’inverse ? »


L’interprète regarda à nouveau le chirurgien minaudant avec une expression bien hargneuse.


Jet de charisme sur Kovus : 4, réussite. Kovus est sensible à la promesse d’Akisha.

Avatar du membre
Akisha Drakilos
PJ
Messages : 14

Re: [Akisha] Fratricide

Message par Akisha Drakilos »

À mon tour, je me retiens à grande peine de sourire en voyant le visage de Kovus changer. Qu'il n'y parvienne pas est compréhensible, étant donné sa condition. Que j'en fasse de même est inadmissible. La noblesse a une réputation à respecter.
Cela dit, le petit mouvement au coin des lèvres équivaut chez Kovus a une embrassade vive et sincère. Il me fait confiance, malgré ses réticences. Plus qu'à enfoncer le clou. Je fait un moulinet du bras droit, comme pour mieux disperser ses craintes.

- "La noblesse exige respect, mais la compétence exige récompense. Les grincheux de Karond Kar feraient mieux de se rappeler que notre système est méritocratique. Il faut se battre pour avoir une place au soleil : ceux qui échouent retombent dans la fange, nobles ou non." Je rouvre la porte, et nous sortons. "Regroupez les hommes sur le navire, il est temps que je prenne la parole."

Je laisse Kovus pour descendre en cale, parmi les stocks de mon-keighs à l'odeur répugnante, à mi-chemin entre le relent d'un cadavre et celui d'un Sang-Froid en rut. J’interromps Kehen et Magnouvac en plein interrogatoire de l'un de ces macaques, alors en touchantes retrouvailles avec ses instincts primaires.
Kehen me salue presque avant de me voir arriver. Peut-être que la leçon commence à rentrer dans le crâne épais de ce Scion.
Ou, comme me l'apprend Magnouvac, peut-être que Kehen cherche juste à me flatter pour couvrir ses fiascos.

Je comprends pourquoi Magnouvac met Kehen mal à l'aise. Le chirurgien est à la torture ce qu'est Vateci au maintien de la discipline : un professionnel froid, exigeant et sûr de lui. Ce sont des caractéristiques plutôt rassurantes pour un subordonné, mais Magnouvac est hélas trop discret sur lui-même pour que je puisse être tranquillisée sur ses motivations.

Voir mes deux officiers se bouffer le bec et se rejeter la faute l'un à l'autre m'amuserait s'ils ne gâchaient pas un temps autrement plus précieux. Après plusieurs échanges des deux hommes, j'interviens finalement.

- "Je suis d'accord. La méthode douce n'a pas fait ses preuves en une demi-heure, plusieurs heures n'y changeront rien. Passons au brutal. J'ai décalé l'horaire de départ précisément pour ne pas partir à l'aveuglette. Voulez-vous porter la responsabilité en cas d'échec ?" lancé-je à Kehen. Je ne lui laisse pas le temps de répondre. "Je ne crois pas non plus. Pas alors que vous n'y croyez même pas. Magnouvac prend la direction des opérations, et vous l'aiderait.

Je me tourne vers le chirurgien.

- "Permission accordée. Choisissez un esclave parmi ceux de ma sœur, avec l'accord de la contremaître. Et pratiquez votre opération devant ceux-là," dis-je en désignant vaguement la cage. "Votre art en pratique devrait faire réfléchir leur petit cerveau de primate. Vous les passerez ensuite à la question. Je veux tout savoir sur ce trou paumé des dieux : les noms de leurs tribus, leur nombre, où sont passés les autres, les menaces, la dimension de leur stupidité, tout ! Je veux savoir où nous mettrons les pieds. Ah, et quelque chose d'important... Ce qu'il s'est passé en mer avant notre passage.

Car j'aimerai des éléments tangibles pour étoffer mon intuition.

- "Vous aurez jusqu'à la tombée de la nuit pour extirper ces informations. Mais d'abord, sur le pont."

Je monte sur le pont, suivie de Kehen et Magnouvac. Comme demandé à Kovus et Vateci, mes corsaires m'attendent, inquiets de ce que je vais bien pouvoir leur dire. Me plaçant en hauteur près du gouvernail pour dominer mes hommes, je croise quelques instants le regard de Vateci. Montre ta loyauté par des actes, Vateci.
Je prends quelques inspirations pour calmer ma respiration.

- "Corsaires du Karybde ! Vous m'avez suivi jusqu'ici, en Norsca, faisant honneur à votre réputation, chacun d'entre vous !"

Ce qui est bien entendu un mensonge éhonté. Tarus et Goral, par exemple, ont été absolument incapables de se montrer disciplinés lors de malheureux raids contre de simples civils et n'ont pas, contrairement à Kehen, l'excuse de la jeunesse.
Enfin, les Druchiis ne sont pas renommés pour valoriser la vérité, et c'est très bien comme ça.

- "Vous ai-je déçue ?" Je reprends rapidement la parole, afin d'éviter que des petits malins me répondent "Oui !". "Je sais que nous n'avons pas vu beaucoup de combats. Je suis aussi frustrée que vous, croyez-moi ! Mais l'équipage de mon père en a vu ! Et c'est mon devoir de l'aider en cet instant !"

Je me retiens de me pincer les lèvres par nervosité. Le prochain sujet va être délicat à aborder. Comment faire croire aux corsaires que rester en arrière sur le navire est une action de valeur ?

- "Je sais combien vous êtes attaché à votre cher Reaver. Je sais aussi que, contrairement à moi, vos liens envers mon père ne sont pas de ceux du sang. Que je vous demande de donner vos vies pour la sienne ne serait pas suffisant ! Sur recommandation de la contremaître Tullaris, je m'engage donc à offrir , en plus de votre salaire, un esclave personnel aux plus méritants lorsque nous serons de retour à Karond Kar. J'en fais la promesse solennelle, sur la Main Sanglante !

Accompagnant le geste à la parole, je dégaine mon sabre et me tranche la paume de la main gauche, que je brandie face au public. La plaie est superficielle, mais saigne suffisamment abondamment pour être vue de tous.
Je tâche de ne pas esquisser une grimace pendant l'acte, ne montrer aucune faiblesse. Encore une astuce de mon père, ce petit tour de la Main Sanglante. Il me disait que ses marins adoraient ça. J'espère que ceux du Karybde sont de la même trempe.
Enfin, cette petite carotte de cadeau d'esclave sur recommandation de Vateci devrait lui permettre de maîtriser l'équipage en mon absence, et jusqu'à mon retour.

- "Je ne partirai chercher mon père qu'en groupe réduit, car je sais bien que vous êtes avant tout des enfants de Mathlann ! J'ai toutefois une faveur à vous demander... Vous rappelez-vous de ce que ma sœur à fait aux rames du Karybde il y a quelques jours ?" J'attends une exclamation, que j'espère franche et enthousiaste, puis reprend. "Alors faisons-lui une surprise à sa mesure !"

Je lance un regard en coin à Vateci. Si elle veut se distinguer, le moment est proche.

- "Et n'oubliez pas, enfants du Karybde, que notre fortune s’élèvera ou chutera ensemble !"

***
Le discours terminé, je convoque tous mes officiers dans ma cabine. À six, la salle paraît bien petite.

- "Bien, il est temps d'entrer dans le détail. Je partirai à la recherche de mon père à la tombée de la nuit. Je rejoins l'Ombre sur ce point : un groupe réduit est plus vulnérable, mais nous permettra de doubler ma sœur. Viendront avec moi Rekhilve, Kehen et deux corsaires. Ils doivent être motivés, bons au combat et ne pas craindre une randonnée à l'intérieur des terres. Des suggestions, Kovus ?"

Mon second hausse les épaules, l'air de dire : "Je ne peux pas offrir de navire à tout le monde pour assurer leur loyauté, moi".

- "Peut-être Tughas, et Luvon. Ou Tolca. Aucun ne répondra parfaitement à ces critères, maîtresse. Ce ne sont pas des Gardes Noirs. Vous ne prenez pas votre... Esclave ?" demande-t-il en parlant de Keighi.
- Le cadeau de mon père ne voit dans la nuit," répond-je en secouant la tête. "Il nous ralentira. Soit dit en passant qu'il s'agit de ma propriété. S'il est dégradé à mon retour, les responsables seront jugés. Par mes soins."

Je me tourne vers Vateci.

- "Dix corsaires resteront au navire cette nuit pour le garder. Préparez le reste à un raid, autant d'armes à distance que possible. Rekhilve vous guidera jusqu'au campement de ma sœur. Nous ferons bande à part à partir de là. Pendant que nous partirons sur les traces de mon père, vous attaquerez le campement de Megeth. Causez un maximum de dégâts et de blessures incapacitantes, afin de les ralentir. On peut laisser un cadavre, abandonner un blessé fera bien plus jaser. Si vous en avez l'occasion, mettez le feu à leur équipement et provisions, puis retournez au navire, et par Khaine, ne les laissez pas vous suivre ! Le groupe de raid partira avec nous à la tombée de la nuit, sous vos ordres, Vateci. Kovus et Magnouvac, vous resterez sur le Karybde maintenir la discipline."

La contremaître hoche la tête.

- "Le départ pour cette nuit étant réglé, nous avons encore quelques heures à tuer." Je crois apercevoir un sourire flottant sur les lèvres de Vateci à ce jeu de mot. "Rekhilve, vous patrouillerez autour du navire avec dix corsaires choisis par Kovus. Je ne veux pas être surprise comme une jeune Scion. Les dix corsaires avec vous seront ceux qui resteront au navire cette nuit."

L'Ombre me regarde fixement à ces paroles. Je suppose qu'elle a compris.

- "Kehen, vous aiderez Magnouvac à interroger les primates dans les cages. Je veux des informations sur la région, sur ce qui s'y passe et ce qui s'y est passé récemment, en terre comme en mer. Que l'on sache dans quel bourbier l'on met les pieds ce soir. Vous pouvez disposer, exceptés Kovus et Vateci."

Les trois autres sortent, et l'espace se fait moins rare.

- "Kovus, choisissez les dix parmi les plus piètres au combat. Vateci, avez-vous fini de décharger les cales du vaisseau de ma sœur ?
- Non, maîtresse.
- Terminez et allez superviser les corsaires qui iront se battre cette nuit. Ouvrez l’œil si certains corsaires sont absents trop longtemps, je ne serai pas étonnée que Megeth ait ses agents dans mon équipage. Et Kovus, si le navire est menacé pendant votre attente, en supposant par exemple que ma soeur décide de revenir sur la côte, partez vous mettre à l'abri plus loin. Indiquez la direction dans laquelle vous serez parti en plaçant une flèche de galets sur la plage, que je puisse vous retrouver.
- Combien de temps pensez-vous être absente, maîtresse ?
- Nous prendrons des provisions pour une semaine. J'espère que mon père ne s'est pas plus enfoncé à l'intérieur des terres. Une dernière chose avant de vous libérer : comment l'équipage a-t-il reçu mon discours ?"
Modifié en dernier par [MJ] La Fée Enchanteresse le 19 juin 2020, 00:08, modifié 1 fois.
Raison : +6 / 12
Akisha Drakilos, Voie du Noble Aristocrate
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 10 | Att 10 | Par 9 | Tir 9 | Foi | Mag | NA 1 | PV 50/50
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_akisha_drakilos
Compétences :
Alphabétisation (E)
Diplomatie (B)
Acuité Visuelle (B)
Vision Nocturne (E)
Navigation Maritime (A)
Langage Secret - Jargon des Marins (E)
Autorité (B)

Équipement :
- Cimeterre de Corsaire (18+1d8 dégâts, 10 points de parade ; Rapide)
- Kheitan léger (9 de protection au torse, bras et tête ; -1 ATT, HAB et PAR)
- Bouteille de fumet de manticore (Le premier coup porté par une arme enduite de fumet de manticore et qui inflige des dégâts impose un test d'INT-2. En cas d'échec le sujet s'endors. Il doit par ailleurs réussir un jet d'END-4 sous peine de mourir.)
- Collier en or

Répondre

Retourner vers « Norsca »