[Erwan de la rivière] Celui qui chante

La Bretonnie, c'est aussi les villes de Parravon et Gisoreux, les cités portuaires de Bordeleaux et Brionne, Quenelles et ses nombreuses chapelles à la gloire de la Dame du Lac, mais aussi le Défilé de la Hache, le lieu de passage principal à travers les montagnes qui sépare l'Empire de la Bretonnie, les forêts de Chalons et d'Arden et, pour finir, les duchés de L'Anguille, la Lyonnesse, l'Artenois, la Bastogne, l'Aquilanie et la Gasconnie.

Modérateur : Equipe MJ

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

[Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par [MJ] Le Roi maudit »

C'était l'été. Partout les champs prenaient une teinte jaune à mesure que le soleil asséchait tout. Les arbres fruitiers eux croulaient sous leur charge de prunes, de poires ou d'abricots que s'empressaient déjà de picorer oiseaux et enfants espiègles. Le bon pays bastognois était en paix. La noblesse n'avait pas subis les revers qui avaient éclaboussé l'Aquitanie. La dernière épidémie remontait déjà à plusieurs années et les conflits qui agitaient la frontière entre l'Empire de Sigmar et les Monfortais n'étaient ici que le vague écho des épées et des boucliers. C'était l'été à Bastogne. Et Erwan arrivait en vue du Gîte-au-Breton.

Image Le Gîte-au-Breton était une ville de moyenne importance dans le Duché. Bien sûr un Tiléen ou un Impérial auraient affirmé avec raillerie que ce n'était qu'un bourg, tout au plus un village fortifié. Mais c'était un lieu important pour trois genres d'individus. En premier lieu les marchands qui trouvaient ici toutes sortes de clientèles. Du camelot de village au négociant en vins et tissus les villes naissantes apportaient bien plus d'offres et de demandes que les ruralités. Les seconds étaient les historiens. Concept singulier et récent d'un monde en perpétuelle évolution, ces "Intellectuels" venus de l'Empire ou des cités tiléennes découvraient ici le Duché central et fondateur de la Bretonnie. Mais la plus importante catégorie était sans aucune contestation possible les pèlerins. De tout le royaume et de ses duchés affluaient les voyageurs venus rendre hommage à la contrée de Gilles le Breton. Paysans démunis et exaltés par leur foi, bourgeoisie roturière mais tout de même riche, chevaliers errants parcourant le monde pour en occire les menaces. Tous se rendaient à Bastogne et dans ses villes et villages.

Les locaux en faisaient leur choux gras. Les auberges se targuaient toutes d'avoir été fondées du vivant du premier Roy et d'avoir accueilli le chevalier avant qu'il ne goute au Graal. Et Gîte-au-Breton ne dérogeait pas à la règle.

Image
Les rues étaient d'un entretien exceptionnel. Les boutiques et les échoppes affichaient fièrement des blasons et des étendards rendant hommage aux souverains de la Nation. La place du Marché était cependant vide. Quelques hommes d'armes bien équipés indiquaient aux pèlerins curieux que le prochain grand marché aurait lieu dans quatre jours. Une grande chapelle du Graal trônait fièrement au bout de la place. Plus loin les tours de Castel-Gîte se dessinaient dans le ciel bleu. Des paysans du cru regardaient passer les voyageurs avec un air aussi bovin que leur bétail.
La ville possédait aussi une auberge et une taverne. De quoi satisfaire tous les besoins d'un homme. Il ne restait plus qu'à décider ce que le flamboyant musicien ferait de sa journée.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 15
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par Erwan »

L'été. L'une des meilleurs périodes de l'année. Le soleil réchauffe aussi bien la peau que l'esprit, les chants de la nature ravissent les oreilles de ceux qui savent écouter, et le calme. Un calme que rien ne peut véritablement troubler en ces temps de paix. Dans les fermes, les adultes sont au labeur des champs et les femmes surveillent les enfants, et ce sont ces bruits qui réchauffent le plus mon cœur. Ma terre est une terre comme on en voit rarement de nos jours. Comme à mon habitude depuis des années maintenant, je n'écoute que le vent et me dirige dans la même direction que lui, au grès des auberges et des tavernes.

Arrivé au sommet de cette légère colline se dresse devant Gîte-au-Breton, et alors mon sourire ne fit que s'agrandir. Mes pas sont plus vifs, comme ceux d'un jeune homme essayant de garder le contrôle de son enthousiasme, ce dernier se voyant sur mon visage. J'entends déjà au loin les tumultes des marchands et des paysans, qui se battent pour le prix d'un pain ou d'un animal. Je sens le pain du boulanger qui sors du four, autant que je sens l'agitation de la ville sur ma peau. Et plus je m'approche, plus mes yeux apprécient ce qu'ils voient. Les allées si bien entretenues, les rues pleines de vies, et les femmes si belles et n'attendant, pour certaines, que le bon mot au bon instant. Et de plus, à ma grande surprise, je vois que des visiteurs de l'Empire semblent être ici. Mon sourire ne fit que grandir un peu plus. Décidément, Gîte-au-Breton promet d'être une ville où un ménestrel pourra bien gagner son pain.

J'ai dû passer près d'une heure dans cette ravissante ville, à vagabonder parmi les rues principales, à simplement m'imprégner de l'endroit, de ses gens et de son histoire. Pendant ma petite errance, je n'ai évidemment pas pu m'empêcher de tenir compagnie à une jeune demoiselle qui attendait son fiancé depuis, disait-elle, une éternité. Le gaillard se montra, l'œil un peu jaune, alors que je faisais cette ravissante demoiselle. Après quelques excuses, je me suis éclipsé et, voyant le soleil déjà haut, je pris le chemin de la taverne afin de savoir si le tenancier aurait besoin d'un ménestrel dans son établissement pour la nuit, peut-être même jusqu'au jour du prochain grand marché, si Ranald le veux bien.
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.

Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par [MJ] Le Roi maudit »

La taverne de la ville était tout simplement gigantesque. Loin des masures fétides et mal éclairées qui parsemaient les routes du pays, c'était un établissement accueillant aux larges tablées. Un comptoir en chêne vernis derrière lequel un tenancier ventripotent aux moustache grises et au front dégarni. À la demande du jeune Barde il répondit posément :

-Bah poul'sûr m'gars. Là c't'encore ti'peu vide. Les voyageurs s'rendent à la Chapelle.

Il rangea le verre qu'il nettoyait tout en demandant si "l'gars voulait descendre un godet ?"

Dans la grande salle en effet il n'y avait pas foule au vu des dimensions démesurées de l'endroit. Quelques gaillards aux bras solides et aux vêtements tâchés de chaux discutaient sur une table.
Des voyageurs isolés terminaient leur consommation. L'un d'eux lisait un livre et son allure générale trahissait qu'il n'était probablement pas bretonnien. Cependant les clients les plus intrigants étaient au fond. Il y avait deux hommes. L'un d'eux était ce qu'on pourrait appeler avec les standards roturiers "un bel homme". Il portait un camail et une broigne rapée. Son comparse par contre était un mastodonte. La gueule taillée à la serpe et couturée de cicatrices. Il ne portait que des fripes et une rondache. Au pied de la table un dernier détail encore à ce tableau insolite était un minuscule bélier noir qui broutait allègrement un bol de trèfles.
Jet d'intelligence pour connaitre l'origine du premier homme : 7, réussite simple.

Image

L'homme qui lit

Image
Image

Les deux charmants jojo

Image

Le mouton
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 15
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par Erwan »

En entrant dans la taverne, je fus totalement ébloui. Rares sont les établissements qui sont si bien entretenus, j'avais dû en côtoyer assez pour les compter sur une seule main. Maintenant je pourrais dire sur les deux. Cette taverne était véritablement accueillante, la place y était grande, les tables pouvaient accueillir beaucoup de monde... Oh, cet endroit me plaisait de plus en plus. Je suis donc aller au comptoir demander au tenancier :

"- Bonjour mon ami. Auriez-vous l'amabilité d'accueillir un ménestrel de passage, dans cette magnifique taverne ? Pour quelques jours, le temps que le vent ne m'emporte au loin de nouveau." Dis-je avec toute l'amabilité et le charme dont je disposais.

Mon sourire ne fit que grandir quand le tavernier accepta mon offre, et comme pour sceller notre petit accord, j'ai accepté le godet qu'il me donnait. En le sirotant, je pris le temps de regarder de nouveau la taverne, cette fois-ci d'un œil moins émerveillé, et plus avisé. Je vis alors ces personnages dans le fond de la taverne. Un vieil homme, grisonnant et quelque peu ancien, mais rien dans sa tenue ou dans ses expressions ne semblait Bretonnien. Un étranger, à n'en pas douter, mais un étranger qui savait lire, et probablement écrire également, ce qui voulait dire qu'il était plus intéressant que le paysan moyen avec qui j'ai l'habitude de trainer. Une source d'information de ce qui se passe de l'autre côté des montagnes, voilà surement de quoi composer pour les étrangers qui seront à l'arrêt dans cette taverne.
Les deux autres marauds me semblent inamicaux. Surement leur allure, me rappelant un peu trop mon père. Mais en baissant la tête, je n'ai pu retenir un ricanement devant la présence totalement incongrue d'un mouton en train de manger dans un bol, au pieds de leur table. A leurs têtes, ces hommes devaient être mercenaires, ou quelque chose dans ce goût-là. Sans parler de m'en faire des amis, peut-être qu'ils auront quelques nouveautés de Bretonnie, ou bien des récits à chanter pour un humble ménestrel.

Puis d'un coup, prenant conscience de ma totale impolitesse, je me retourne vers le tavernier en lui tendant la main.
"- Mon ami, pardonnez-mon manque de politesse. La route m'a quelque peu éreinté, et la beauté de votre taverne m'a soufflé. Je me présente, Erwan de la rivière. Puis-je connaitre le nom de celui qui m'a si charitablement offert la nuit et le couvert ?"
Peu après la réponse du tavernier, je lui pose les questions qui me taraudent, et surtout pour me décider auxquels de ces personnes je vais me rapprocher.

"- Dîtes-moi l'ami, qui sont ces clients ? L'un n'a pas l'air bien d'ici, et les autres assez effrayants dans leurs genres, non ?" En restant aimable, et parlant d'une voix un peu plus basse pour éviter qu'ils ne m'entendent.
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.

Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Le tavernier continua la causette sans arrêter ses occupations. Le ragoût ne cuisait pas tout seul et les verres de vin ne se lavaient pas par magie. Nous n'étions pas dans cette maudite forêt pleine de fées quand même.

-C'est Hubert, Hubert Ytes. Pa'contle pour le gîte c'est l'auberge du collègue. Vous pouvez pas l'rater c'est Hervé Aisne-bis.

Il lorgna le fond de son verre avant d'afficher un grognement satisfait. S'approchant pour parler à voix basse il désigna de l'oeil l'érudit.

-C't'un estrangeois ça. Un estrangeois d'l'Empire. Mais il camelote pas il est là pour é-tu-dier. C'est un truc de gens qui travaillent pas pour manger ça. J'dis pas ça pour vous hein. Mais une fois y a un d'ces é-tu-dier-ants là. C'était un Tiléen. Il a engrossé la Pascale, la Raymonde et la Lolo. C'tait pas les chapelles qui l'intéressait. C'tait les paroissiennes. Bon lui il doit avoir le poireaux qui jute plus trop vu l'âge. M'enfin. En tout cas à force d'lire et d'écrire ils vont s'attirer des ennuis ces gens là. Pis s'il touche à ma Renaude ou la p'tite Ghislaine j'lui coupe les roubignoles en terrine et j'lui fait bouffer avec le plat.
Il foudroya le vieillard paisible avec hargne avant de pointer les deux hommes.

-Eux là c'des écuyers à un des chevaliers errants en pèlerinage. Paraît qu'ils sont r'doutables. Pourquoi qui traînent avec le bestiau là j'sais pô. Des fois on voit bien des gaillards ramasser les affaires d'chevaliers comme si ils lâchaient d'l'or. Drôle d'époque. M'enfin ils sont tranquilles. Ils dorment à l'auberge, mangent ici, prient à la chapelle. P'tet que leur maît'va partir rejoindre l'seigneur dans sa chasse. D'mandez leur y s'ront plus au clair qu'moi.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 15
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par Erwan »

J'ai écouté les réponses du tavernier avec une grande attention, du début à la fin. Ainsi, voilà un de ces fameux érudits venus d'ailleurs... Étrangement, ils sont exactement l'image que j'en avais : Vieux, barbe broussailleuse et toujours un parchemin ou autre papier à lire. Non pas que je ne les apprécie pas, j'ai appris à en apprécier l'odeur, la texture et ce qu'il y a d'écrit dessus. Mais j'aurais pensé qu'un érudit d'un si vieil âge aurait peut-être un apprenti.

Je tourne ensuite mon regard vers le duo avec leur bouc noir, avec des étincelles dans les yeux. Des écuyers d'un chevalier errant. Là où je voyais auparavant deux gros durs à cuire, un peu méchant et surement près à faire du mal à un pauvre chien juste pour l'amusement, j'ai bien envie de me donner une gifle sur l'instant ! Des récits, des exploits. Des chansons et des ballades. Ils possédaient les premiers, et je pouvais aisément fournir le deuxième. Et ainsi manger un peu, et poursuivre ma route quelques temps plus tard.

Cependant, je fus tiraillé deux bonnes minutes. Certes, le premier ne pourrait peut-être pas me raconter des hauts faits, des exploits et des faits d'armes dignes d'être chantés, mais ce que je sais d'eux, c'est qu'ils se basent sur des faits, donc ce qu'il s'est réellement passé. Et mon second choix, j'ai fait ça toute ma vie, et surtout, par Ranald, je veux savoir pourquoi ce bouc noir !

"- Tavernier, merci bien pour vos paroles." Dis-je vers ce dernier, tout en me levant et en allant vers les deux écuyers d'un pas avenant, sourire aux lèvres et mon luth attaché dans le dos.

"- Bonjour à vous, mes braves. Je me présente, Erwan de la rivière." Dis-en faisant une courbette. "- Je me permet de vous approcher car l'on m'a informé que vous êtes écuyer d'un noble chevalier errant, et je m'en viens quérir auprès de vous quelques actes ou hauts faits, afin de chanter les mérites de ce seigneur, ainsi que ceux de ses écuyers qui, peu importe le péril, l'accompagnent, ce qui en dit long sur votre courage. Et, également, pourquoi un bouc noir ?" Dis-je avec courtoisie, avec une certaine excitation dans la voix, et de petites étincelles dans les yeux.
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.

Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par [MJ] Le Roi maudit »

L'archer tourna la tête vers l'enthousiaste musicien. Il hocha un sourcil interrogé avant de terminer son godet. D'une voix trainante il fit les présentations :

-Mon nom c'est Luçon. Luçon le Gascon. Et lui c'est l'Bougre. J'suis les muscles et lui la calebasse t'imagines bien.
Et l'armoire à glace d'approuver avec un sourire de chicots noircis et creusés par la maladie.
-Suis berger. Et ça c'est ma bête. Jacot le noir. On a traversé la moitié du royaume ensemble. Avec l'Bougre aussi. Mais l'Bougre il fait peur aux enfants et aux bonnes gens. J'sais pas pourquoi.
-Oui-da.
-Chanter nos actes ? Bah c'est que le Sir Léonard il a bien bourlingué. Il est venu un jour depuis la passe du Montdidier avec l'Bougre. J'étais déjà berger. Pi'comme il paye bien et qu'il avait b'soin d'un guide j'ai suivis. On a croisé de sales bêtes quand même. Y avait les orques. La bande à Gros borgne à Parravon eux aussi ils étaient violents. Et la semaine dernière c'était le troll. Il bouffait les enfants et le bétail de la région. Quel gâchis...Un taureau comme ça, ça ne se retrouve jamais.

Constatant que le musicien n'avait pas disparu il redressa son camail avant de reprendre :

-Il est à la Chapelle.

L'Bougre et Luçon se redressèrent en grognant avant de se diriger en direction du lieu saint. "Viens-da."
L'édifice de la Dame était une impressionnante bâtisse en pierre de taille probablement issus des carrières de Montfort. Le soleil tapait dans les vitraux à l'image de la Déesse et de son calice. Mais en dessous un autre spectacle s'offrait aux yeux du rouquin.

Quatre hommes d'armes portant broigne et arbalètes attendait devant le temple. Une jeune femme splendide en sortit. Ses vêtements trahissaient sans risque son origine noble. Elle sourit aux paysans qui vivotaient sur la place. Même Luçon en retira sa coiffe comme pour saluer l'aristocrate.

Image

Un peu après le départ de la jouvencelle et de ses gardes en direction du Castel, une paire de paysannes passa avec des seaux d'eaux. Les regards complices et les gloussements des deux en observant le musicien s'accompagnèrent d'un "Regarde Renaude comme il est mignon l'étranger..."

Mais la dernière personne à sortir de la chapelle n'était pas une belle jeune femme roturière ou bien-née. C'était un chevalier. Un vrai. Un héros venu pourfendre le mal et défendre les opprimés. Du moins c'est ce que disaient les rêveurs. L'Homme gratta sa barbe tout en approchant de Luçon et d'le Bougre.

Image

-Mes bons amis. Vous auriez dû voir la beauté des Lieux. Oh oui la Dame a bénit cet endroit il ne faut pas en douter. Quand on voit l'opulence de ce Duché, de ses forteresses et de ses bonnes gens. Oui. Quel beau pays que Bastogne. Et...Qui est cette personne avec vous ?

Il baissa la tête en direction du musicien, son front brûlé par le soleil estival et ses yeux gris interrogatifs.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 15
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par Erwan »

A la rapide présentation du trio, je saluai ce dernier, le bouc inclus car il est, après tout, la mascotte de cette petite troupe. Et il m'a l'air tout à fait adorable, et le restera tant qu'il ne confondra pas mon chapeau avec un repas. Quand Luçon dit qu'il ne sait pas pourquoi les enfants et les bonnes gens ont peur de l'Bougre, je rétorque ceci :

"- Je dirais que ce sont les cicatrices. Et le physique, quel physique mon ami ! La nature vous a bien gâtés, je vous le dis." Avec un sourire amical envers l'Bougre.

Puis mon cerveau s'est transformé en croisée des chemins, mais avec une centaine de chemins. Car plus j'écoutais ce par quoi ce trio et leur chevalier, sire Léonard, était passé, plus mon esprit s'embrasait, si bien que j'ai cru vraiment prendre feu. Des orques ? Des bandits ? Un Troll ?! Par Ranald et par mon luth, voilà de quoi faire des héros ! Et des chansons ! Des chansons ? Fadaises ! Si ce que me disait Luçon était véridique, m'est d'avis que je pourrais transformer tout ceci en épopée héroïque ! Je ne tenais littéralement plus sur place, et si je commençais à parler, en me connaissant, je ne me serais pas arrêté de la journée tellement j'aurais à déclamer. Voyant que je n'avais pas bougé, Luçon m'indiqua que sire Léonard se trouvait à la chapelle de la Dame, et comme ils s'y rendaient, je décidai de les suivre. Je suis sûr que Ranald n'aura pas d'objection à ce que j'aille dans une chapelle de la Dame.

Sur le chemin vers la chapelle, je ne suis arrivé à retenir mon excitation grandissante qu'en grattant quelques accords sur mon luth, à la fois pour passer mon excitation, mais également pour préparer ma première soirée. Un bon ménestrel est un ménestrel bien préparé. Arrivé devant l'édifice, je fus de nouveau totalement ébloui par la beauté du lieu. Ces pierres blanches irradient littéralement de pureté, et les vitraux de la Dame et de son calice étaient d'une réalisation splendide. Mais ce qui m'interpella était tout de même la présence de quatre hommes armés à l'entrée de la chapelle. Certes quelques gardes étaient toujours présents, mais c'est dans leur allure que la chose me gênait. Comme s’il se passait quelque... J'ai dû faire appel à tout le contrôle que je pouvais exercer sur moi-même pour ne pas blasphémer ou dire d'âneries quand je vis cette splendide demoiselle. L'endroit était beau. Les gens accueillants. Certains intéressants. Les bâtiments et la ville très soignés. Et là, cinquième compliment, la jeune noble, surement la fille du seigneur local, était d'une beauté radieuse. Quand elle passa devant moi, je retirais déjà mon chapeau et fit non pas une simple courbette, comme j'en ai l'habitude, mais une révérence adéquate. Ayant déjà marché sur des planches seigneuriales, j'en connais quelques-unes, alors autant les mettre en pratique. Sinon j'en connais une qui m'aurait passé un sale savon si je ne l'avais pas fait. Une fois la noble partie, je me redressai et, remettant mon chapeau, j'entendis les jeunes filles gloussaient quand elles sortirent de la chapelle. Je me retournai pour voir une certaine Renaude, que je détaillais du regard. Le tavernier avait un différend avec les étrangers qui étudier. Pas avec les ménestrels que chantaient.

Je regardais ces charmantes créatures partirent quand mes oreilles, bénit soient-elles, conduisirent mes yeux vers la chapelle de nouveau. Et là je vis un homme d'un âge certain, jeune sans être vieux, ou inversement, à la barbe fournie, et qui avait l'air de connaitre Luçon et l'Bougre. Aucun doute, voici venir sire Léonard. Je pris une inspiration légère, fit un pas en avant et retira mon chapeau d'un mouvement vif et élégant.

"- Messire, vous devez être sire Léonard, dont Luçon m'a beaucoup parlé. Je me présente, Erwan de la rivière, humble ménestrel errant, et fier Bastognien. Je faisais affaire avec le tavernier de cette magnifique ville, quand mon regard s'est posé sur ce trio. Je compte Jacot le noir. Je viens à vous, messire Léonard, car j'ai entendu dire de la bouche de Luçon que vos actes et hauts-faits sont dignes de chansons et de ballades. Si vous permettez à cet humble ménestrel de les écrire, bien entendu." Dis-je en baissant humblement la tête.
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.

Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Avatar du membre
[MJ] Le Roi maudit
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Warfo Award 2020 de l'Incitation au voyage
Messages : 168
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Autres comptes : Piero Orson (PJ);Maroufle [RP Libre]

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par [MJ] Le Roi maudit »

Opinant doucement du chef, Sir Léonard prit en considération les paroles d'Erwan avant de répondre :

-Par la Dame, si Luçon le dit alors soit. Je pourrais vous conter mon récit à la taverne. Mais hâtons-nous car ce soir je suis appelé à Castel-Gîte. Le devoir du chevalier.

La petite troupe se retrouvant encore une fois dans la taverne du bon Hubert, cette fois autour d'une tournée de laits de chèvre offert par le noble, ce dernier s'humecta la gorge avant de commencer sa tirade.
-Dire que par chez moi il y a eu des guerres pour un troupeau de chèvre alors qu'ici elles abondent. Alors Erwan, je suis Léonard de Banquèstre, troisième du nom. Banquèstre est un fief situé loin à l'Est de Bastogne. Un fief accordé à mes aïeux par le Baron Thibault du Bois de Balzac lors de la Croisade contre les orques sauvages et les perfides Arabéens. Notre lignée a juré de défendre ces terres contre les ennemis de la Dame, les manants et les monstres. Moi même j'ai longuement bataillé contre ces fléaux. Mais le temps file irrémédiablement et il me fallait dans ma vie voire nos belles terres de Bretonnie. J'ai confié mon domaine à mes fils lorsqu'ils sont revenus de leur errance et je suis parti vers l'Ouest avec mon fidèle écuyer.
-En effet-da.
-Déjà... Il souria, pensif, Il y avait la traversée du col. Un défilé immense surplombant la forêt redoutable des fées, Athel Loren. Tandis que nous surplombant, il y avait les citadelles du peuple nain. Nous étions minuscules. Lui et moi, marchant entre deux terres de légende. Nous avons affronté le premier fléau ici. Des gobelins. Des créatures lâches et viles, s'en prenant aux voyageurs avec leurs flèches et leurs lances. Mais le courage triomphe toujours ! Sa voix prit un ton théâtrale alors qu'il se leva pour mimer les mouvements. Je fonçais sur l'ennemi, bouclier en avant pour me prémunir de leurs flèches. Et je pourfendais, je tranchais, j'écrasais la vermine peau-verte. Et le Bougre à mes côtés pour empêcher les gobelins en déroute de se rassembler.

Derrière leur tablée les deux paysannes qu'avait croisé Erwan écoutait avec intérêt les exploits de ces vaillants combattants, non sans lorgner sur les cheveux de feu du musicien.

-Puis nous arrivâmes en Gasconnie. Quelle terre splendide. Elle me rappelait mon foyer. Des Estaliens partout, des moutons et des orques tout les dix pas haha ! Mais comment retrouver ma route dans de si vastes contrées ? Il me fallait un guide. Il posa violemment sa main sur l'épaule de Luçon qui réprima un cri. Et j'ai trouvé le meilleur. Regardez moi ce berger. Beau comme un Dieu et habile à l'arc en plus.

-C'est trop d'honneur m'sire... Bredouilla le roturier en replaçant son épaule.

-Que nenni. Tu nous a guidé à travers Quenelles. Et encore plus d'Orques à pourfendre ! Des monstres féroces et verdâtres. Mais ces Quenellois si prompts à nous encourager. Quel bon peuple. Parravon était étrange. Les gens vivaient dans les bois tout en les craignant. Les Fées doivent vraiment impressionner la paysannerie. Mais il y avait une menace tangible. Les brigands. Une bande de bouchers répugnants. Ils se logeaient dans les profondeurs des bosquets, hors de portée des chevaliers pégases. Pas le temps de souffler. Il fallait y faire face ! Mais ces lâches ont refusé de m'accorder un duel contre leur chef. Ces rustres m'ont tiré dessus.

-Je vous avais prév'nu m'sire.

-Certes mais si d'honneur ils sont dépourvus alors ils ne méritaient que de périr ! Cette douzaine de malfrats ne s'attendait pas à ce qu'on remonte à la charge ! Il fallait trancher la question comme le maraud ! Et quel maraud que leur chef. Il aurait pu être ton frère le Bougre. Mais il avait choisi la voie des ruffians. Et il l'a payé de sa vie. Il ne doit pas y avoir d'injustice dans les terres de la Dame ça oui !

-Parlez du Troll à Erwan m'sire. C'était ça qui l'intéressait.

Le troll oui. Figurez vous jeune musicien, qu'alors que nous entrâmes, Luçon, le Bougre et moi-même sur les terres fondateurs de notre beau royaume...C'est-à-dire Bastogne, et bien une paysanne s'approcha de nous. Elle nous disait qu'un troll écumait la région. Bien entendu il dévorait marmaille et bétail comme l'horrible animal qu'il était. Il se terrait dans les marécages fétides qui s'étaient formés autour de la Grismérie. On pataugeait jusqu'à la ceinture dans cette eau morte. La boue et les moustiques nous harassaient. Quel sinistre endroit. Et les ossements du bétail encore en putréfaction. Savez vous comment mangent les trolls Erwan ? Ils digèrent leurs proies une première fois en vomissant dessus. Une gerbe et c'était notre fin. Mais la Dame était avec nous. Il ronflait. Un bruit horrible, des gargouillis infâmes. Ce n'était qu'une sinistre panse sur pattes dédiée à sa réplétion. Luçon me montre sa torche. Car c'est là la seule crainte des trolls. Les flammes qui consument leur chair. Je m'élance, je frappe, il hurle et il agite ses griffes. Grandes comme des serres de griffons. Crasseuses. Luçon approche sa torche. La bête rugit alors que sa peau forme un abcès en tentant de régénérer ce qui ne peut plus l'être. Je pare ses coups il gonfle son goitre. Et là il faut bondir hors de la tourbe qui nous aspire pour éviter la bile de ce troll. Je frappe. Le Bougre aussi. Il faut brûler. Et Luçon brûle. L'odeur est insoutenable, les gaz des marais manquent de s'enflammer. Mais la bête s'épuise, elle tourne le regard partout, pataude et ignare brute. Le dernier coup d'épée passe dans sa gorge. Elle titube. Expire. Nous revenons avec sa tête et assez de limon aux bottes pour fertiliser le désert. Mais à peine notre réussite célébrée par les nobles gens de Bastogne. Il fallait repartir. Pour un objectif certains : Ici. Le Gîte-au-Breton. L'un des berceaux de notre nation.

Il achève alors son récit en fixant le ménestrel, ses yeux brûlant d'une fougue typique du chevalier. Né pour l'aventure et le combat, là où Erwan était né pour conter.
La gloire...Le pouvoir...La Légende...L'Estalie ! À tout prix...

Avatar du membre
Erwan
PJ
Messages : 15
Profil : FOR / END / HAB / CHAR / INT / INI / ATT / PAR / TIR / NA / PV (bonus inclus)
Lien fiche wiki : https://warforum-jdr.com/wiki-v2/doku.p ... la_riviere

Re: [Erwan de la rivière] Celui qui chante

Message par Erwan »

Son visage s'éclaira d'un nouveau sourire quand le chevalier accepta sa proposition. Sur la route vers la taverne, cependant, les passants et passantes qui avaient déjà vu Erwan au cours de la journée auraient pu lui trouver quelque chose de différent au niveau des yeux. Si Erwan est toujours reconnu à sa chevelure enflammée, à ses talents musicaux et à son sourire, très peu sont assez attentifs au niveau de ses yeux. D'habitude ils accompagnent toujours le sourire sur son visage, avec cette lueur espiègle et chatoyante d'un enfant qui découvre le monde tous les jours un peu plus. Cependant, cet éclat d'innocence avait petit à petit laissé place à quelque chose de plus adulte, quelque chose de plus professionnel même. Une fois arrivés dans la taverne, Erwan continuait de sourire, mais ce n'était plus son immense sourire habituel. Ses yeux n’avaient plus cet éclat d'innocence dans les yeux. D'aucun aurait pu dire qu'Erwan avait un jumeau, plus adulte sans être plus âgé. C'est pourtant ainsi, avec une attitude entièrement professionnelle, qu'Erwan s'assit de nouveau à l'une des tables de la taverne, mais personne n'avait vraiment remarqué ces changements subtils chez Erwan. Les seuls qui les avaient remarqués étaient... morts il y a des années de cela. Mais dans le présent, ceux qui auraient pu voir la différence dans le regarde d'Erwan auraient simplement mis ça sur le compte que maintenant, il faisait face à un chevalier, et non à un quelconque paysan. Ils ne pouvaient pas avoir plus faux. Ce n'est pas parce qu'il faisait face à, surement, un grand et presque héroïque chevalier. Mais simplement qu'Erwan sait se montrer professionnel quand il le faut.

Erwan écouta avec attention sire Léonard de Banquestre. Chaque mot et mention importante finissaient presque imprimés dans sa mémoire. Erwan avait une longue expérience pour écouter les gens racontaient leurs exploits, si bien que son cerveau avait l'habitude de retenir seulement les mots importants et ce qui sortait de l'ordinaire. Les chevaliers aimaient faire étalage de leurs faits, autant que les paysans aimaient à parler du beau temps et des récoltes. Il ne faisait pas vraiment attention à ce qui l'entourait, immergé dans une bulle qui ne s'étendait pas plus loin que la table où lui et les autres étaient. Il ne vit personne et n'entendit personne pendant toute la durée du récit du chevalier et de son écuyer.

Une fois le récit du chevalier terminé, Erwan resta pendant de longues secondes sans parler, sans bouger, presque sans respirer, devenant presque une statue dont le regard semblait perdu dans la contemplation de l'horizon au-delà de la taverne. Il regardait donc droit devant lui, les yeux perdus dans le vague, et il ne vit pas qu'il avait les yeux en direction des deux filles qui n'arrêtaient pas de le dévorer du regard. Plusieurs secondes passèrent avant qu'Erwan ne revint à lui. Le retour à l'univers réel d'Erwan se fit par une grande inspiration, et il retrouva l'éclat d'innocence dans ses yeux, son sourire revint au triple galop, et il sourit encore plus quand il vit les deux jeunes filles devant lui, ce fameux sourire charmeur. Puis, avec une lenteur dans le geste, il prit son verre de lait de chèvre, et le porta en toast.

"- En l'honneur de Sire Léonard de Banquèstre, troisième du nom. Sang de Gilles, Arpenteur des terres de légendes, Écraseur de la vermine Peaux-vertes, Terreur des brigands de Quenelles et Pourfendeur de Troll. Et à ses écuyers. Luçon, qui a éclairé la route du noble sire à travers la Gasconnie, et dont la beauté fait rougir jusqu'à mes cheveux. Et à notre Bougre, le loyal et fidèle, dont la hardiesse au combat fait honneur au chevalier qu'il sert. A la vôtre !" Dit Erwan en se levant, assez fort pour que ceux présents l'entendent bien, de sa voix chantante, son verre de lait de chèvre au-dessus de sa tête, qu'il finit par descendre d'une traite.
Jusqu'à preuve du contraire, je suis immortel. Quand on me prouvera le contraire, ce ne sera plus mon problème.

Erwan de la rivière, Voie du conteur
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 10 | Int 8 | Ini 8 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi 8 | Mag 8 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki-v2/doku.php?id=wiki:fiche_erwan_de_la_riviere

Répondre

Retourner vers « Les autres régions »